loulou123

montréal Le vélo et les pistes cyclables

Recommended Posts

Pinned posts

Réseau montréalais de pistes cyclables

Discussion générale et actualités sur le réseau montréalais de pistes cyclables.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2019-09-13 à 23:34, bob a dit :

Ce n’est pas tant Plante qui est la cause de cette situation, mais le SPVM qui est fondamentalement pro-char et anti-vélo de longue date. Les policiers, de même que les chauffeurs de la STM, sont majoritairement des gens de la banlieue qui n’aiment pas les vélos et se servent de leurs pouvoirs respectifs (contraventions, syndicat de chauffeurs) pour les intimider. A moins de changer tout le personnel de ces organismes, je vois mal ce que Plante pourra y faire.

Allez conduire un bus sur le 24 sherbrooke avec un bus pleins à l'heure de pointe. Et après vous pourrez parlé question de sécurité. Ce que vous dite n'a aucun sens. Au sens de la loi un véhicule ne peut pas dépassé un cycliste avec moins d'un mètre de distance. Ce qui veux dire que le bus doit faire un changement de voie pour dépassé un cycliste qui roule dans la voie réservé aux bus. Pour faire ce changement de voie le bus doit attendre que les voitures pris dans la congestion lui cède le passage. Bref effets de la voie réservé réduit a néant. C'est pas une question d'intimidation mais de gros bon sens. un bus = 70 personnes, 24 sherbrooke aux 3 minutes a l'heure de pointes. véhicule de 14 tonnes. Pour moi c'est un non sens de permettre les vélos dans les voie réservé pour bus. A moins que le voie sois large pour avoir une bande cyclable et la largeur du bus + 2 pieds. Sinon non.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En fait je suis déçu que la pauvre dame n'ai eu qu'une contravention de 128$. Je lui aurais donné certainement 128$ + 500$ pour manque de jugement et gbs grave. Pauvres chauffeurs, pris avec des gens de la sorte, jour après jour! Chef de la police, je créerais une escouade tactique vélo, spécifiquement pour donner des tickets à ces rouleux de deux roues qui se croient tout permis au sacro-saint prétexte de rouler vert pour la planète! Il en rentrerait de l'argent pour financer les nouvelles pistes cyclables, croyez-moi!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, berlude a dit :

Allez conduire un bus sur le 24 sherbrooke avec un bus pleins à l'heure de pointe. Et après vous pourrez parlé question de sécurité. Ce que vous dite n'a aucun sens. Au sens de la loi un véhicule ne peut pas dépassé un cycliste avec moins d'un mètre de distance. Ce qui veux dire que le bus doit faire un changement de voie pour dépassé un cycliste qui roule dans la voie réservé aux bus. Pour faire ce changement de voie le bus doit attendre que les voitures pris dans la congestion lui cède le passage. Bref effets de la voie réservé réduit a néant. C'est pas une question d'intimidation mais de gros bon sens. un bus = 70 personnes, 24 sherbrooke aux 3 minutes a l'heure de pointes. véhicule de 14 tonnes. Pour moi c'est un non sens de permettre les vélos dans les voie réservé pour bus. A moins que le voie sois large pour avoir une bande cyclable et la largeur du bus + 2 pieds. Sinon non.

Étrangement personne ne semble s’émouvoir des autos qui bloquent continuellement les voies réservées, soit en les empruntant illégalement ou carrément en y restant stationnées. C’est bien vrai qu’avoir des vélos dans la voie d’autobus est une mauvaise solution, mais avec les infrastructures déficientes qu’on a c’est la moins pire manière pour les vélos de circuler sur ces rues. Ayant pris le bus dans une voie réservée chaque jour durant 5 ans, je suis d’ailleurs assez convaincu que la vitesse effective du bus entre deux arrêts n’est pas très différente de celle d’un vélo, et qu’il est tout à fait possible de cohabiter sans besoin de dépasser.

Quelle serait l’alternative? Mettre à jour le code de la route pour permettre aux vélos de circuler légalement dans la voie non réservée à gauche des autobus? J’ai des doutes sur la sécurité de cet arrangement mais je suis ouvert à l’idée.

ultimement, il faut trouver un moyen de permettre légalement et sécuritairement à tous les véhicules d’emprunter ces rues. La situation actuelle interdit de facto les vélos, ce qui ne fiat pas de sens puisque ces rues ne sont pas des autoroutes. Rendu la, pourquoi ne pas y interdire les voitures et réserver la voie de gauche aux vélos? Cela ne fait ni plus ni moins de sens que d’interdire les vélos.

Il y a 1 heure, Rocco a dit :

En fait je suis déçu que la pauvre dame n'ai eu qu'une contravention de 128$. Je lui aurais donné certainement 128$ + 500$ pour manque de jugement et gbs grave. Pauvres chauffeurs, pris avec des gens de la sorte, jour après jour! Chef de la police, je créerais une escouade tactique vélo, spécifiquement pour donner des tickets à ces rouleux de deux roues qui se croient tout permis au sacro-saint prétexte de rouler vert pour la planète! Il en rentrerait de l'argent pour financer les nouvelles pistes cyclables, croyez-moi!

J’ai une bonne nouvelle pour toi: le SPVM travaille d’ores et déjà très fort dans ce sens! Imagines toi, de toutes les utilisations possibles de leurs resources limitées, ils ont décidé que leur meilleur impact positif sur la qualité de vie et la sécurité des montréalais serait de donner des tickets à des cyclistes sur une voie d’autobus. Ça leur apprendra à ces sales rouleux! Har har

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, bob a dit :

Étrangement personne ne semble s’émouvoir des autos qui bloquent continuellement les voies réservées, soit en les empruntant illégalement ou carrément en y restant stationnées.

Voilà ce qui prouve que vous ne savez pas de quoi vous parler. Le nombre de plainte faite au niveau des chauffeurs de bus pour les véhicules stationné dans les voies réservée est assez impressionnant. Les arrêts de bus inclus, même pour les véhicules qui arrête juste 30 seconde comme y disent. Et comme les kilomètres de voie réservée augmente, mais les respect de celle-ci diminue. Juste a regarder rené-lévesque aux heures de pointe pour comprendre. Personnellement je trouve que ces voie sont une masquarade. 

Un nombre impressionnant de kilomètres "en service" en hiver la plupart du temps occupé par un banc de neige, en été par des véhicules stationné ou encore des vélos. Bref l'idée est bonne mais dans le concret c'est pas vraiment le résultat attendu. Le transport collectif devrait avoir une meilleur place vu le nombre important de gens déplacer en peu de temps. Mais il est toujours a faire compétitions avec d'autres mode de transport. Et je garde encore mon idée que les vélos n'ont pas leur place dans la voie réservée pour bus aux heures de pointe. Les voies réservées sont en service en grande majorité 3h par jour de semaine par direction. Je crois pas que c'est une éternité.

La solution a déjà été apporté pour pallier au manque d'aménagement pour les voies cyclable. Avoir des aménagements permanent en bordure du trottoir (comme Amsterdam) ou encore avoir une bande cyclable en bordure de rue. Donc ce qui inclus le retranchement d'une voie de circulation pour faire place à la voie réservée pour bus et d'une bande cyclable en bordure de rue. Avec assez d'espace pour le bus pour avoir un dégagement sécuritaire. Parce que certaine voie réservé sur l'ile de montréal ont été aménagé pour des smart et non des bus. Exemple boul. Viau entre jean-talon et la métropolitaine. Le bus les roues qui touche pratiquement le trottoir a droite a les roues double de gauche dans la voie du centre. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

@berlude je ne vous suis pas, vous commencez en disant que je ne sais pas de quoi je parle pour immédiatement confirmer ce que j’affirmais, à savoir que le nombre d’autos circulant ou stationnées dans les voies réservées est un problème important et en augmentation. Alors je pense qu’on dit la même chose mais sans se comprendre, pour une raison qui m’échappe.

Je suis bien d’accord qu’il faut urgemment améliorer les transports en commun à Montréal, et les voies réservées en sont une composante essentielle. Ce que je dispute c’est la perception que les vélos serait un problème important de ce point de vue. Tu pourrais éliminer tous les vélos des voies réservées magiquement, et ça irait toujours à peu près aussi mal à cause des autos en infraction, camions de livraison, etc.

Alors pourquoi focuser tant sur les cyclistes? Et je parle bien du SPVM ici, pas de vous. Vos réponses et arguments font bien du sens pour moi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Attention, je dit dans mon propos que je ne suis pas de votre avis en ce qui concerne le fait que personnes ne dit rien pour les voiture présente, je vous dit alors que ce n'est pas vrai. Mais il est vrai que c'est n'est pas le grand public qui en parle.

Et pour ce qui est de la position du syndicat des chauffeurs de la STM il sont contre l'autorisation des vélos dans les voies réservées comme elle le sont actuellement. Parce que la ville serait bien capable de permettre les vélos dans les voies réservées et de n'apporté aucun changement. C'est la position du syndicat et des chauffeurs. 

Désolé de la mauvaise compréhension.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ok merci pour la clarification, ainsi que les explications sur la position du syndicat de chauffeurs. Je comprends mieux maintenant. C’est vrai que si la « solution » est simplement d’encourager plus de vélos dans les voies réservées, ce serait une dégradation pour tout le monde (efficacité des bus et sécurité des cyclistes), alors sur ce point je vous rejoins.

En attendant, la répression sur les cyclistes ne m’apparaît pas très constructive. La solution n’est pas de légaliser la mauvaise situation actuelle (velos dans la voie de bus), mais bien de fournir de meilleurs aménagements. Je reste sceptique sur le fait que les velos soient un tel problème dans les voies réservées actuellement au point de devoir faire de la répression en attendant d’apporter de vraies solutions plus permanentes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

nouvelles pistes bidirectionnelles dans Ahuntsic

http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,42657625&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=31998

Deux pistes cyclables sécuritaires et quatre-saisons seront implantées sur les rues Prieur et Sauriol

15 septembre 2019

Montréal, le 15 septembre 2019 - En marge de la 1re édition de la cyclovia d'Ahuntsic-Cartierville se déroulant sur la Promenade Fleury, le dimanche 15 septembre, la mairesse d'Ahuntsic-Cartierville et membre du comité exécutif de la Ville de Montréal, Émilie Thuillier, a dévoilé le projet de deux nouvelles pistes cyclables protégées qui seront aménagées sur les rues Prieur et Sauriol à partir de l'été 2020.

En présence de Nathalie Goulet et de Jérôme Normand, respectivement élu(e) des districts Ahuntsic et Sault-au-Récollet, ainsi que des représentant(e)s des organismes Ahuncycle et Mobilisation environnement Ahuntsic-Cartierville (MEAC), la mairesse a présenté le tracé de ces deux pistes cyclables bidirectionnelles totalisant 7,5 km.

« C'est avec beaucoup d'enthousiasme et de fierté que nous annonçons aujourd'hui ce projet issu d'une mobilisation citoyenne de longue haleine et sur lequel nous travaillons depuis plusieurs mois. Ces deux pistes cyclables seront sécuritaires, balisées et déneigées. En plus d'offrir à la population une nouvelle option en matière de mobilité, ces liens cyclables favoriseront l'accès aux écoles, aux parcs et aux commerces locaux de l'arrondissement, en plus de relier plusieurs quartiers au centre-ville, par le biais du futur Réseau Express Vélo », a déclaré Émilie Thuillier.

Balisées et munies d'une zone de dégagement, les pistes cyclables des rues Prieur et Sauriol permettront aux cyclistes de tous les âges d'accéder directement, durant toute l'année, à huit écoles primaires, deux écoles secondaires, sept parcs (dont les parcs Ahuntsic, Saint-Paul-de-la-Croix et des Hirondelles) ainsi qu'à la Maison de la culture et à la bibliothèque Ahuntsic. Ces pistes faciliteront aussi l'accès cyclable aux commerces locaux, notamment ceux de la Promenade Fleury, de Fleury Ouest et de la rue Lajeunesse. Ces nouveaux tronçons cyclables seront de plus reliés au futur Réseau Express Vélo (REV) sur les rues Berri et Lajeunesse et ils connecteront ainsi plusieurs quartiers de l'arrondissement au centre-ville de Montréal par des axes cyclables sécuritaires et efficaces.

Source : arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville

 

image.png

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By mtlurb
      Et ça continue, on improvise parce que les limites de vitesse arbitraires ne sont simplement pas respectées.... alors on force les gens à faire ce qui contredit le code de la route et le bon sens. 
       

      https://www.tvanouvelles.ca/2019/09/10/interdit-de-se-garer-a-moins-de-13-metre-du-trottoir
    • By acpnc
      Publié le 12 août 2016 à 13h38 | Mis à jour le 12 août 2016 à 13h38
       
      Les Forges de Montréal menacées d'éviction par la Ville
       
      Les Forges de Montréal, un organisme sans but lucratif, est le seul endroit en Amérique du Nord consacré à enseigner les techniques d'époque, selon Mathieu Collette.
       
      La Presse Canadienne
      Giuseppe Valiante
       
      Au beau milieu d'une autoroute et de silos à grains le long du canal Lachine, à Montréal, se trouve une structure grisâtre âgée de 130 ans qui abrite des forgerons pratiquant le métier d'antan.
       
      Mathieu Collette, avec sa salopette noire et sa queue de cheval nouant ses cheveux foncés, travaille sur une pièce de fer rouge de chaleur placée sur une enclume française vieille de 230 ans.
       
      « Personne au Canada ne fait ce que nous faisons, dit-il alors qu'une goutte de sueur perle sur son front. Nous sommes même uniques en Amérique du Nord. »
       
      Bien que plusieurs cours de forge existent ailleurs au Canada, M. Collette affirme que son organisme sans but lucratif, Les Forges de Montréal, dans l'édifice où il travaille, est le seul endroit en Amérique du Nord consacré à enseigner les techniques d'époque.
       
      Ses collègues et lui offrent des cours à tous ceux qui sont intéressés à garder le métier de forgeron bien vivant.
       
      Depuis 2000, M. Collette et plusieurs autres forgerons se partagent l'espace, mais ils affirment que la Ville de Montréal veut les chasser de l'endroit en raison d'un conflit sur le bail.
       
      « La Ville veut mettre ses camions là », soutient M. Collette devant la fenêtre donnant sur l'autoroute Bonaventure, qui est à quelques mètres de l'édifice.
       
      Il pourrait prendre son matériel et déménager, mais M. Collette estime que le lieu de son atelier est aussi important que les méthodes qu'il enseigne à ses élèves.
       
      Derrière la structure de pierre est situé le canal Lachine, qui était auparavant à proximité des usines de bois transformé, d'acier, de cuir et d'autres produits qui ont été essentiels au développement du Canada.
       
      Tout juste à côté de l'édifice se trouvent d'imposants silos à grains, qui appartiennent à l'entreprise propriétaire de la farine Five Roses - dont le panneau en néon rouge illumine le ciel de Montréal chaque soir.
       
      Le fait qu'un atelier de forge soit entouré d'usines et de voies ferrées - des symboles de la Révolution industrielle - n'échappe pas à Mathieu Collette.
       
      « Nos techniques anciennes sont vivantes et sont [des symboles] de la Révolution industrielle au Canada », souligne-t-il.
       
      Le gouvernement possède le terrain sur lequel la structure est érigée et M. Colette souhaite discuter avec Ottawa pour agrandir l'atelier et créer un musée ainsi qu'une aire récréative extérieure afin de raconter l'histoire industrielle du Canada.
       
      « C'est totalement unique ici. Juste derrière nous est [située] l'entrée du canal qui a bâti le Canada: les moulins, le train, le pont Victoria derrière nous... Personne ne sait ça. Nous voulons faire un musée qui explique tout ça. »
       
      Mais M. Collette et ses partenaires doivent d'abord régler leur conflit avec la métropole, qui est propriétaire de l'édifice. Le forgeron dit qu'il avait une entente avec l'ancienne administration municipale pour remettre à plus tard des rénovations onéreuses.
       
      La Ville de Montréal soutient plutôt que cette entente n'avait jamais été formellement approuvée et que le groupe viole les clauses du bail en ne procédant pas aux rénovations.
       
      Une porte-parole de la municipalité, Anik de Repentigny, a écrit dans un courriel que les Forges de Montréal ne respectaient pas les obligations du contrat et que « le dossier suit son cours ».
       
      « Nous n'avons pas d'autres commentaires », a-t-elle dit.
       
      Mathieu Collette espère que les Montréalais et le maire reconnaîtront que son groupe protège l'héritage culturel de la ville.
       
      « Nous sommes une équipe de passionnés qui aimons partager les techniques anciennes de forge avec le public. Avant, les gens étaient fiers de faire des objets qui dureraient pour toujours. Et c'est pourquoi les anciennes techniques sont meilleures que les nouvelles », a-t-il fait valoir.
       
      La technique de forge en bref
       
      - La forge traditionnelle utilise les quatre éléments: la terre (le fer), l'air (pour augmenter la chaleur du fer), l'eau (pour refroidir le métal) et le feu (pour forger).
       
      - Le charbon de forge peut atteindre une température d'environ 1600 degrés Celsius.
       
      - Pour forger, il faut du charbon, une enclume, un marteau et de la poudre de borax (pour éviter l'oxydation).
       
      - À la fin de sa formation, l'apprenti forgeron saura faire des trous dans le métal, souder deux pièces ensemble et scinder le métal.
       
      - Les métaux par excellence sont le fer et l'acier en raison de leur solidité et de leur durabilité.
       
      - Un bon apprenti peut devenir forgeron après environ trois ans.
       
      http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201608/12/01-5009878-les-forges-de-montreal-menacees-deviction-par-la-ville.php
    • By ProposMontréal
      Webcam: http://www.nouveauchamplain.ca/chantier/chantier-en-direct/
       
      Discussion portant sur le nouveau Pont Champlain.
    • By nephersir7
      25 juillet 2018, en face du terminus Chevrier

    • By WestAust
      CSX investira plus de 100 M$ à Valleyfield
       
      Après des années de négociations, l’américaine CSX Transportation, l’une des plus importantes sociétés de transport ferroviaire aux États-Unis, investira plus de 100 M$ dans l’implantation au Québec d’un nouveau terminal intermodal, a appris LesAffaires.com.
       
      L’annonce de cet investissement majeur aura lieu ce vendredi, à Salaberry-de-Valleyfield en Montérégie, en présence du ministre des Transports du Québec, Sylvain Gaudreault, et du président et chef de la direction de CSX, Michael J. Ward.
       
      L’investissement, qui varie selon les sources entre 100 M$ et 130 M$, permettrait de créer plus de 600 emplois à Valleyfield pendant la construction et quelque 350 emplois permanent une fois les travaux complétés.
       
      Une très bonne nouvelle pour cette ville d’un peu plus de 40 000 habitants, encore marquée par la fermeture de nombreuses activités manufacturières ces dernières années, dont celles de Gildan et du manufacturiers de pneus Good Year.
       
      Une fois complété, ce terminal est sensé permettre une liaison entre Montréal et tout l’est des États-Unis. Toute la partie entre Valleyfield et l’Ohio à l’ouest, ainsi que la Géorgie au sud, devrait en principe être reliée par une voie ferrée qui offrira des alternatives de transport nouvelles aux entreprises du Québec.
       
      Avec ce nouveau terminal de CSX, la grande région de Montréal disposerait d’un nouveau transporteur ferroviaire de marchandises, capable de la relier à des centres comme Cincinnati, Nashville, Atlanta, Birmingham, Baltimore, Chicago et Cleveland. Une alternative en quelque sorte, aux Canadien National (CN) et Canadian Pacific Railway (CP).
       
      Le gouvernement du Québec doit participer financièrement au projet. Le ministère des Transports du Québec, notamment, pourrait accorder plus de 6M$ pour le réaménagement d’au moins trois intersections qui croisent l’autoroute 530 et la démolition d’un pont.
       
      L'action de CSX Corp se négociait à 21,70$US peu avant la fermeture de la Bourse de New York aujourd'hui, en hausse de 0,91$US ou de 4,35%. Depuis un an, le titre de CSX a reculé de 1,88$US, ou de 8,29%.
       
      http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/transport-et-produits-industriels/csx-investira-plus-de-100-m-a-valleyfield/553453