Jump to content

Recommended Posts

Ouff ! je sens que le titre va amener beaucoup de gens ici!

 

L'Ontario et ses budgets d'horreur

 

Publié le 29 mars 2011 à 06h32 | Mis à jour le 29 mars 2011 à 06h32

Claude Picher

LA PRESSE

 

(Montréal) Cet après-midi, le ministre ontarien des Finances, Dwight Duncan, déposera son quatrième budget. Selon des fuites parues dans les journaux, dont le GlobeandMail, le budget contiendra quelques nouvelles plus ou moins réconfortantes, mais elles feront figure de mince prix de consolation quand on constate le profond délabrement des finances publiques de la province voisine.

 

L'an dernier, M. Duncan prévoyait pour 2010-2011 un déficit de 19,7 milliards de dollars. Bonne nouvelle: il annoncera aujourd'hui que le déficit de l'exercice ressortira plutôt à 16,7 milliards, 3 milliards de moins que prévu. Cette somme provient en partie des faibles taux d'intérêt, qui ont permis au gouvernement d'épargner 400 millions en intérêts sur sa dette, mais surtout d'un meilleur contrôle des dépenses.

 

Il était grand temps que ce gouvernement commence sérieusement à s'attaquer à ses dépenses. Depuis qu'il a été élu pour la première fois en 2003, le gouvernement libéral de Dalton McGuinty a littéralement ouvert les vannes. En 6 ans, les dépenses de programmes sont passées de 76 à 116 milliards, une hausse affolante de 52%. La dette nette de la province, pendant ce temps, est passée de 141 à 220 milliards.

 

La mauvaise nouvelle, c'est que les Ontariens ne sont pas au bout de leurs peines. Le budget annoncera d'autres déficits: autour de 17 milliards cette année, de 16 milliards l'an prochain. Le ministre prévoit que la province ne réussira pas à retrouver l'équilibre financier avant 2017-2018, mais une projection sur une aussi longue période vaut ce qu'elle vaut, c'est-à-dire pas grand-chose. Il n'y a rien de réjouissant là-dedans. Mais comment en est-on arrivé là?

 

En 2003, le gouvernement conservateur d'Ernie Els est battu. Il laisse au gouvernement McGuinty un déficit de 5,5 milliards, total qui peut sembler énorme, mais qui ne compte que pour une piqûre de maringouin quand on sait ce qui va suivre. Le prédécesseur de Dwight Duncan aux Finances, Greg Sorbara, mettra deux ans à effacer ce déficit. Il y parvient notamment en introduisant un très impopulaire impôt santé. Mais le retour à l'équilibre ne signifie pas nécessairement un meilleur contrôle des dépenses, au contraire. Les dépenses continuent d'augmenter beaucoup plus rapidement que l'inflation. Si M. Sorbara réussit, entre 2005 et 2007, à déposer trois budgets équilibrés, c'est essentiellement parce qu'il fait du surf sur la croissance économique.

 

Or, voici que la réputation de M. Sorbara est éclaboussée par un scandale financier, et il doit quitter le cabinet. Une enquête policière le déclare complètement innocent, mais il a abhorré l'expérience et refuse de réintégrer le Conseil des ministres.

 

C'est Dwight Duncan qui le remplace, en octobre 2007. Pauvre lui! Son premier budget, celui de 2008-2009, doit composer avec la terrible crise qui balaie le monde. L'Ontario, avec sa forte concentration de constructeurs de voitures, est frappé de plein fouet. Comme tous les gouvernements, celui de M. McGuinty augmente ses dépenses pour soutenir l'emploi. D'où un déficit de 6,4 milliards. Jusque-là, personne ne trouve quelque chose à redire. Le problème, c'est que Toronto perd rapidement la maîtrise de la situation. La récession passée, on continue à dépenser. Le déficit atteint un record de 24,7 milliards l'année suivante, et on a vu plus haut comment, malgré des mesures de contrôle plus sévères, la situation demeurera critique au cours des prochaines années.

 

Cet après-midi, le discours du budget annoncera d'autres mesures: mise sur pied d'un comité d'experts qui se penchera sur le problème de la dette; création d'un programme pour réduire les dépenses en confiant certaines activités gouvernementales au secteur privé (le ministre pense ainsi épargner 1,5 milliard en 3 ans).

 

Et malgré tout cela, en 5 ans, entre 2008 et 2012, le gouvernement ontarien aura accumulé plus de 80 milliards en déficits!

 

Comme Québécois, nous aurions bien tort de nous réjouir des malheurs de nos voisins. Le programme canadien de péréquation est basé sur la capacité fiscale des provinces. Quand l'économie des provinces riches va bien, les provinces pauvres en profitent. Or, des finances publiques en mauvaise santé, comme c'est le cas en Ontario, sont un frein à la croissance économique. L'Ontario, pour la première fois en 2009, a même touché des paiements de péréquation. Pas beaucoup, certes: 347 millions - comparativement à 8 milliards pour le Québec la même année -, mais péréquation tout de même. En 2010, en revanche, les paiements de péréquation en Ontario ont frisé le milliard. Que la province considérée comme la locomotive de l'économie canadienne en soit rendue là, c'est dire à quel point la blessure est profonde

 

On est pas de calibre je vous dit...

 

frown.gif

 

 

À ce rythme la, on n'aura plus aucun champ d'expertise...

 

(Veillez excusé cette parodie du négativisme envers l'ontario ! :D )

Link to comment
Share on other sites

Le pire c'est qu'avec tous ces depenses, la route transcannadiene apres Arnprior est un route de campagne a 2 voies et des feux de circulation :rotfl: Ils ont depense tellement, mais... il n'y a rien qu'ils ont recu pour l'argent!

Link to comment
Share on other sites

On n'a qu'à élire Québec solidaire et on sera imbattables dans ce domaine...

 

Personnellement, je ne suis pas convaincu. C'est un cliché conte la gauche, mais rappelons-nous qu'il y a eu plusieurs gouvernements NPD dans les autres provinces, et que plusieurs d'entre eux ont bouclé des budgets équilibrés. L'exception la plus notable est le gouvernement de Bob Ray..... en Ontario! QS étant dans la lignée NPD, je suis prêt à les observer avec tolérance. Ils dépenseraient autrement, ça oui. Mais là, ça devient plus une question de valeurs. Et puis, au fédéral, depuis 20 ans, ce sont les Conservateurs qui ont accumulé le plus de déficits. Alors, il n'y a pas de garantie selon la couleur, voilà ce que je dis.

Link to comment
Share on other sites

Le déficit non, on est vraiment pas rendu la et je ne pense pas qu'on s'y approchera de si tôt.

 

Cependant la dette, on a encore une légère avance, mais avec leur énorme déficit, ils nous auront rattrapé dès l'an prochain. Surtout que les taux d’intérêts risque de monter et leur cote de crédit risque de descendre.

Link to comment
Share on other sites

Et en plus, ils reçoivent moins de services publics que nous :

 

Plus de services qu’en Ontario. Le rapport réalise en détails un travail que j’appelle de mes vœux depuis des années: une vraie recension de ce que l’État québécois offre à ses citoyens de plus que l’État ontarien. Il calcule que les Québécois reçoivent chaque année pour 17,5 milliards de services de plus que les Ontariens, soit 26% de plus, ce qui est énorme. Toute l’activité sociale et économique du Québec profite de ces dépenses. Dans l’ordre: Famille et services sociaux (5,5 milliards, garderies et hébergement d’aînés), transports (4,0, réseau routier et infrastructure), industrie (les crédits d’impôts, les régions, 1,8), santé (1,5, assurance-médicament) et éducation (1,5, frais de scolarité). Les économistes n’ont trouvé que 162 pauvres millions de dollars offerts par le gouvernement ontarien à leurs citoyens pour des services non disponibles au Québec (mais ne donnent pas de détail).

 

Enfin la réponse à la question: on paie d’avantage, mais en a-t-on pour notre argent? Donc nous avons 26% de services de plus que nos voisins, 17,5 milliards. Combien cela nous coûte-t-il ? 17,5 milliards de plus ? Ce serait équitable. Pas du tout. Le rapport répond que notre facture fiscale est de 2,6% de notre PIB de plus que ce que paient les Ontariens, donc environ 7 milliards. Bref, pour un investissement de 7 milliards, nous recevons des services pour 17,5 milliards. Un rendement de 250% !

 

http://www2.lactualite.com/jean-francois-lisee/quebec-vs-ontario-un-bon-rapport-qualiteprix/1064/?cp=1

Link to comment
Share on other sites

Personnellement, je ne suis pas convaincu. C'est un cliché conte la gauche, mais rappelons-nous qu'il y a eu plusieurs gouvernements NPD dans les autres provinces, et que plusieurs d'entre eux ont bouclé des budgets équilibrés. L'exception la plus notable est le gouvernement de Bob Ray..... en Ontario! QS étant dans la lignée NPD, je suis prêt à les observer avec tolérance. Ils dépenseraient autrement, ça oui. Mais là, ça devient plus une question de valeurs. Et puis, au fédéral, depuis 20 ans, ce sont les Conservateurs qui ont accumulé le plus de déficits. Alors, il n'y a pas de garantie selon la couleur, voilà ce que je dis.

 

Tu n'as pas entendu leur dernière suggestion: ils veulent une décroissance économique... Avant, ils voulaient simplement répartir la richesse créée par d'autres (auprès de leur électorat, bien sur...). Maintenant, ils veulent créer (et répartir) de la pauvreté. Au moins c'est cohérent avec leur programme économique...

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...