Jump to content

Recommended Posts

http://www.montrealgazette.com/Canada+driversdeserve+Roads+Czar/4434450/story.html

 

In idle moments, the Internet encourages metovisit fascinating historic sites.Recently,itled me to aseries of ancient articles and planning documents related to aman named Sam Cass,who served as MetroToronto'sRoads and Traffic Commissioner from 1954 to 1989.

 

Iwas struckalmost speechless by aquote attributed to Cass in 1999, regarding the initial plan to build aseries of expressways across the city: "We would respond to what people asked for, rather than what we wanted them to do.It isn't formunicipalities to tell citizens what form of transportation they should use."

 

What abeautiful concept! In other words, if drivers choose to drive, whynot funnel their tax dollars into building more and faster roads?

 

Sadly, the plans to build more Toronto expressways came to ascreeching halt in 1971 when Ontario Premier William Davis decided the city loved public transit more, as he chopped off halfbuilt expressways at the root.

 

While Iaccept the need foraformofmass transit in urban settings,I'm becoming increasingly impatient with the notion that those who choose to ride buses, streetcars and subways are somehowsmarter or moreevolved than car drivers.

 

Yet, across Canada, the needs and desires of drivers seem to betreated likeadirty little secret. Road building is at best aconcession to some sort of demented splinter group thatlikes to getbehind the wheel of acar..

Metropolitan planners continue to delude themselves thatwhatdrivers reallywant is to ride on buses or trains.

 

Meanwhile, cities preach the mantra of intensification, granting builders the rights to build monstrous condominium towers at major intersections.

 

However, when those new residents begin to clog up city streets with automobiles, city planners screech that the predictable traffic pandemonium justifies the need to expand transit. And they okay newer condominiums designed with little to no inbuilding parking.

 

The choice between individual and mass transportation is really nothing more than asynthesis of the value we place on our time, our money and the qualities we value in our rides. Leaving thatchoice to the individual without excessive coercion or tiltingofthe playing field seems to me to be the best plan of all.

 

Irecall reading something years ago about aRussian leader having an expressway built between his house and the Kremlin, solely for his ownuse.

 

Though the concept has greatpersonal appeal, building roads directly toeven four or five of my favourite destinations would probably constitute an expensegreater than my local municipality and fellow ratepayers would tolerate.

 

Borrowing from the Russian concept, maybe it'stime forCanada to create the position of afederal Roads Czar -someone who could represent the interests of drivers who simply want to go farther,faster,cheaper.

 

Last time Ichecked, Sam Cass was still available.

© Copyright © The Montreal Gazette

 

Read more: http://www.montrealgazette.com/Canada+driversdeserve+Roads+Czar/4434450/story.html#ixzz1GdTGR971

 

I am not thinking highly of a federal office to solve problems. That said, the monies recieved from at least the federal gasoline and diesel excise tax & GST on gasoline should be invested in roads and highways and not the BS black hole it goes into currently (notwithstanding various federal-aid highway projects which seem to be common, like A-30, A-85, Montreal bridges, Calgary & Edmonton ring roads, NB Route 2 etc, the total investment is still much less than the excise revenues).

Link to comment
Share on other sites

What abeautiful concept! In other words, if drivers choose to drive, whynot funnel their tax dollars into building more and faster roads?

 

Because we'll end up with a giant unsustainable mess of sprawl, leading to more air and noise pollution, loss of prime agricultural land, etc etc etc.

Link to comment
Share on other sites

and car freaks need to stop deluding themselves that everyone riding the train is forced to do so!..

 

heavy car use changes cities at their very essence, into something that very few people really want to live in. if planners usually push for other types of transportation, its because their use is the only way for citizens to get around efficiently while preserving the urban environments that are attractive to them.

 

if you dont feel that this is for you, and that you'd rather go for the freedom of a vehicule and a 4 car garage attached to your 5000 sq ft bungalow, then fine - just don't bitch about traffic, bus and bike lanes, and scarce parking when you come to the city, cause it just isnt yours anyway.

Link to comment
Share on other sites

:confused: Une proposition à contre-courant de tout ce qui se fait actuellement de bon dans le retour à l'équilibre des différents moyens de transport. Si on écoutait justement un malvenu et hypothétique "tsar des routes" il faudrait retourner en arrière de plusieurs décennies et reprendre à zéro un débat qui fait pourtant consensus un peu partout sur la planète.

 

On parle ici bien sûr, de retour à des valeurs purement individualistes où on oublie de tenir compte du bien commun dans l'équation. Il ne s'agit pas, au passage, de limiter l'offre routière actuelle qui est indispensable à cause du développement démesuré de la banlieue. Mais de créer des infrastructures dans le but de transformer, à moyen et long terme, le besoin de plus de routes et autoroutes. Tout cela en densifiant et améliorant les services collectifs, pour offrir justement une autre alternative aux déplacements urbains, suburbains et interurbains.

 

C'est une question écologique et d'occupation de sols. La planète croule déjà sous toutes sortes de formes de pollution et de mauvais usage du territoire, par une déforestation sauvage et une perte nette de milieux naturels et de biodiversité. La dernière chose que nous avons besoin est justement de poursuivre aveuglément dans cette direction, pour satisfaire des individus bornés et rétrogrades, qui voudraient donner priorité à leurs petits besoins égo-centristes.

 

Nous avons déjà un énorme budget de construction, de réparation et d'entretien routier qui nous coûte une fortune et qui répond déjà largement aux besoins des automobilistes. Je considère aussi que les multiples travaux concernés et annoncés sont acceptables dans le contexte actuel et indispensables tout autant pour le transport des marchandises que des personnes qui n'ont pas d'autres alternatives.

 

Je ne remettrai donc pas en question ces dépenses puisqu'elles visent à corriger certaines erreurs, à améliorer la fluidité et la sécurité de certains tronçons, en ville comme en région, et à maintenir un réseau routier longuement négligé. Mais je m'opposerai avec vigueur à tout discours qui vise à promouvoir davantage l'usage de l'automobile et l'expansion du réseau routier qui n'est pas indispensable à l'économie.

 

Heureusement nous ne sommes pas en Russie, pays d'extrême droite, dictature capitaliste pure et dure, où l'avidité est devenue une vertu. Elle n'a rien d'un exemple à suivre. Que ces nostalgiques du laisser-faire des années 60 aillent s'y installer s'ils veulent un "tsar des routes". Ils y trouveront au passage toutes les "qualités" d'un pays de non-droit. Ils pourront faire à leur guise tout ce qu'ils souhaitent dans une belle loi de la jungle qui finira par les écraser éventuellement sous le poids d'un plus fort qu'eux.

Link to comment
Share on other sites

Il y a des projets routier qui ne peuvent plus attendre. Vu qu'il n'y aura qu'un quart de voie de contournement, nous ne pouvons pas négligé le réseaux autoroutier interne de l'ile. je pense que finir le tronçon entre Souligny/Dickson et l'échangeur Turcot est un incontournable. Il y a tellement de camions qui partent du port de Montréal pour aller s’engouffrer dans notre dame dans le but de sortir de l'ile vers l'ouest et vers le nord. Je pense qu'il y aurais bien sur une augmentation des autos au centre ville mais je pense d'un autre coté que le point limitant est le nombre de stationnement et son coût. Et pour avoir pris ce chemin pour me rendre l'autre coté du centre ville, près d'Atwater, je peux vous garantir qu'il y a beaucoup de gens qui passe par la simplement en transit et non pour aller travailler au centre ville.

 

Je verrais par dessus une autoroute en tranché un tramway et/ou des lignes d'autobus. On est du pour une augmentation du services en transport en commun aussi. Les 2 types de déplacement ayant été très négligé. Mais je n'étendrais pas outre mesure ce service et je m'assurerais de bien déservir les endroits dense et ceux à venir (Griffintown). Je considère que le meilleur moyen pour contrer le trafic n'est pas le transport en commun mais bien la lute à l'étalement urbain. Pour se faire il faut rendre les zones près du centre ville attrayante au maximum et y mettre un maximum de gens.

 

On dit que plus on étant le transport en commun, plus les gens devront occuper le transport pendant longtemps, ce qui augmente grandement la congestion de celui ci. C'est le même constat que pour les autoroutes. Les mécanismes qui mettre en place cette congestion étant les mêmes. Parlez en à ceux sur la ligne orange après les Station de Laval.

Link to comment
Share on other sites

Because we'll end up with a giant unsustainable mess of sprawl, leading to more air and noise pollution, loss of prime agricultural land, etc etc etc.

 

What's the relevance? In a democratic society the investment is supposed to follow the desires of those who earned the money...

 

Toll booths anyone?

 

So passé, 1984-style cameras and RFID transponders are so much faster :P

 

:confused: Une proposition à contre-courant de tout ce qui se fait actuellement de bon dans le retour à l'équilibre des différents moyens de transport. Si on écoutait justement un malvenu et hypothétique "tsar des routes" il faudrait retourner en arrière de plusieurs décennies et reprendre à zéro un débat qui fait pourtant consensus un peu partout sur la planète.

 

Tout le monde voit l'equilibre a leur gout et ceux qui pensent autrement sont a contre-courant...

 

On parle ici bien sûr, de retour à des valeurs purement individualistes où on oublie de tenir compte du bien commun dans l'équation.

 

Comment peut un reseau routier efficace aller a l'encontre du bien commun?

 

Il ne s'agit pas, au passage, de limiter l'offre routière actuelle qui est indispensable à cause du développement démesuré de la banlieue. Mais de créer des infrastructures dans le but de transformer, à moyen et long terme, le besoin de plus de routes et autoroutes. Tout cela en densifiant et améliorant les services collectifs, pour offrir justement une autre alternative aux déplacements urbains, suburbains et interurbains.

 

C'est une question écologique et d'occupation de sols. La planète croule déjà sous toutes sortes de formes de pollution et de mauvais usage du territoire, par une déforestation sauvage et une perte nette de milieux naturels et de biodiversité. La dernière chose que nous avons besoin est justement de poursuivre aveuglément dans cette direction, pour satisfaire des individus bornés et rétrogrades, qui voudraient donner priorité à leurs petits besoins égo-centristes.

 

Nous avons déjà un énorme budget de construction, de réparation et d'entretien routier qui nous coûte une fortune et qui répond déjà largement aux besoins des automobilistes. Je considère aussi que les multiples travaux concernés et annoncés sont acceptables dans le contexte actuel et indispensables tout autant pour le transport des marchandises que des personnes qui n'ont pas d'autres alternatives.

 

Comment peut l'amelioration de l'infrastructure routiere dans un agglomeration etre nocif a le biodiversite, deforestation, etc etc quand le milleu naturel local n'existe plus depuis des decennies ou plus (genre sur l'ile de Montreal).

 

Je ne remettrai donc pas en question ces dépenses puisqu'elles visent à corriger certaines erreurs, à améliorer la fluidité et la sécurité de certains tronçons, en ville comme en région, et à maintenir un réseau routier longuement négligé. Mais je m'opposerai avec vigueur à tout discours qui vise à promouvoir davantage l'usage de l'automobile et l'expansion du réseau routier qui n'est pas indispensable à l'économie.

 

Le discours initial n'etait aucunement lie a le promotion de l'utilisation de l'automobile, uniquement d'avoir l'investissement routier qui reponde a la demande des utilisateurs de la route...

 

 

Heureusement nous ne sommes pas en Russie, pays d'extrême droite, dictature capitaliste pure et dure, où l'avidité est devenue une vertu. Elle n'a rien d'un exemple à suivre. Que ces nostalgiques du laisser-faire des années 60 aillent s'y installer s'ils veulent un "tsar des routes". Ils y trouveront au passage toutes les "qualités" d'un pays de non-droit. Ils pourront faire à leur guise tout ce qu'ils souhaitent dans une belle loi de la jungle qui finira par les écraser éventuellement sous le poids d'un plus fort qu'eux.

 

Il n'y a rien de capitaliste dans la Russie... La capitalisme implique un marche libre de l'intervention etatique, et au Russie, il n'y a presque que l'intervention etatique legale, et illegale...

Edited by Cyrus
Link to comment
Share on other sites

Bonnes réponses.

 

À Montréal spécifiquement j'ajouterais que

 

1-le "sprawl" est le résultat premier d'une augmentation de la population et non l'abandon de logements dans la ville centre (vous connaissez des quartiers abandonnées à Montréal?)

 

2-l'abondance de terrains à bas prix encore très proches du centre de l'agglomération, mais ceci tireras à sa fin d'ici 20-30 ans.

Link to comment
Share on other sites

Bonnes réponses.

 

À Montréal spécifiquement j'ajouterais que

 

1-le "sprawl" est le résultat premier d'une augmentation de la population et non l'abandon de logements dans la ville centre (vous connaissez des quartiers abandonnées à Montréal?)

 

2-l'abondance de terrains à bas prix encore très proches du centre de l'agglomération, mais ceci tireras à sa fin d'ici 20-30 ans.

 

Meme avec ca, le sprawl est minime... il y a deux vagues de sprawl qu'on voit actuellement... un sprawl lineaire vers la peripherie, et un sprawl verticale de plus et plus marquee vers le centre (notamment tous ces blocs a condos de 4 ou 5 etages qui poussent un peu partout...)

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value