Recommended Posts

Toujours les mêmes clichés, les mêmes stéréotypes, les mêmes victimes de coupes! Les programmes d'aide et la culture. Aucune imagination! À quoi bon les programmes de redistribution de richesse si, de toutes façons, les riches qui reçoivent des baisses d'impôts vont remettre l'argent dans cette société en investissant généreusement et en faisant travailler tout le monde. Le trickle-down economics, c'est la solution miracle!:rolleyes:

Et à quoi bon aider l'expression culturelle canadienne si, de toutes façons, les Américains nous en fournissent en masse gratuitement!:(

 

 

Une première fédérale en 10 ans. Contrairement à la tendance historique, le gouvernement fédéral vient de présenter un budget des dépenses gouvernementales dont la facture totale est inférieure à celle de l'année précédente. Ainsi, le total des dépenses budgétaires de l'année 2011-2012 s'élève à 251 milliards, soit 10 millards de moins que la présente année 2010-2011, qui se terminera le 31 mars.

 

Faut-il s'en réjouir? Non! Quand une grosse portion des réductions se fait sur le dos des plus démunis, ça me fait plutôt pleurer de rage.

 

Des exemples? Les prestations d'assurance-emploi seront réduites de 2,6 milliards, pour s'élever à 19,4 milliards. Des gens vont me dire: la réduction des prestations laisse présager une baisse de taux de chômage, ce qui est une bonne nouvelle en soi. Le hic? Pourquoi n'a-t-on pas pensé à réinvestir ces «économies» dans une bonification du régime d'assurance-emploi? Il faut rappeler que le régime a subi dans le passé de profondes transformations dans le dessein d'en réduire l'accès et de couper les prestations des chômeurs. Voilà une belle occasion de ratée...

 

Les programmes d'aide au logement passent sous le coup du sabre en raison de l'arrivée à échéance du fabuleux Plan d'action économique lancé en 2009 par le gouvernement Harper pour sortir le Canada de la crise financière mondiale. Les coupes atteignent 1,2 milliard de dollars.

 

 

Disparaissent donc du décor les programmes d'aide financière suivants: rénovation et amélioration des logements sociaux, logements pour les ainés à faible revenu; logements pour les personnes handicapées, logements dans le Nord, rénovations de logements destinés aux membres des Premières nations. La coupe de ces programmes s'élève à 912 millions.

 

Des économies additionnelles de quelque 300 millions proviennent de la mise au rancart des programmes reliés au financement de l'initiative en matière de logement abordable et de l'aide à la remise en état des logements.

 

Dans la cible des réductions de dépenses, le gouvernement Harper a également visé l'environnement. Le Programme sur la qualité de l'air (dont les émissions de gaz à effet de serre) subit une baisse de 145 millions de dollars. S'ajoute une autre réduction de quelque 50 millions dans des programmes de gestion de produits chimiques, de gestion de sites contaminés fédéraux.

 

Pour sa part, le volet des programmes culturels financés par le fédéral subit une diminution de dépenses de 177 millions, soit une baisse de 4,5%.

 

La Société Radio-Canada (SRC) se fait plumer la subvention de quelque 16, 6 millions. Aucun pleur n'est cependant attendu du côté des réseaux privés de télévision et de radio, l'aide fédérale à leur compétiteur public restant au-dessus du milliard de dollars. C'est en raison de l'augmentation des revenus publicitaires de la SRC que le gouvernement a décidé de réduire sa contribution dans le fonctionnement de la société d'État. Un simple jeu de vases communicants.

 

Au chapitre des perdants de la culture, le Musée canadien des droits de la personne perd 24 millions, le Musée canadien de la nature se fait amputer le budget de 2 millions, même chose pour le Musée de la civilisation. Bibliothèque et archives Canada perd sept millions et le Musée national des sciences et de la technologie 1,6 million.

 

Une petite ponction aussi du côté du Bureau de la coordinatrice de la situation de la femme, qui se fait couper le budget de dépenses de 1,3 million.

 

Qu'arrive-t-il à la promotion de nos «expressions artistiques» et notre «contenu culturel» au pays et à l'étranger? Les industries culturelles perdent 5 millions, les arts 4,4 millions et le patrimoine 4,7 millions...

 

En apparence anodines par rapport à un budget de 250 milliards de dollars, ces réductions culturelles n'en sont pas moins dramatiques pour le milieu culturel.

 

Alors que le Fonds du Canada pour les périodiques se fait couper les vivres de 15 millions, le gouvernement Harper augmente sa contribution au Fonds des médias de 7,6 millions pour s'assurer, dit-il, que les Canadiens aient accès à des émissions canadiennes à la télévision et sur d'autres plateformes numériques.

 

Pendant que la culture subit des coupes, le sport, lui, s'en tire avec une bonification de l'aide fédérale de 27 millions de dollars, soit de 15%.

 

Les fédéralistes seront heureux d'apprendre que le gouvernement Harper ne touche pas d'un iota au montant des subventions qu'il verse aux lieutenants-gouverneurs de chaque province à titre d'indemnités pour les frais engagés dans l'exercice de leurs fonctions.

 

Avis aux détracteurs de sa majesté: sachez que la plus grosse subvention versée à ce chapitre est de 147 372$ et elle est versée au lieutenant-gouverneur du Québec.

 

Vive le sens des priorités conservatrices!

 

 

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/opinions/chroniques/michel-girard/201103/04/01-4376247-le-sens-des-priorites-du-gouvernement-harper.php

Share this post


Link to post
Share on other sites

I didn't bother reading the article, but you have to keep in mind that the priorities of the federal government are the priorities of the conservative electorate. People complained how Harper ran up a deficit during the recession, and now they are complaining that he's slashing it. Me, nor any other conservatives, are going to lose any sleep over these cuts.

http://davidakin.blogware.com/blog/_archives/2011/3/2/4762362.html

Share this post


Link to post
Share on other sites
Une petite ponction aussi du côté du Bureau de la coordinatrice de la situation de la femme, qui se fait couper le budget de dépenses de 1,3 million.

 

Pouquoi a-on meme un telle bureau, c'est du n'importe quoi!

 

I didn't bother reading the article, but you have to keep in mind that the priorities of the federal government are the priorities of the conservative electorate. People complained how Harper ran up a deficit during the recession, and now they are complaining that he's slashing it. Me, nor any other conservatives, are going to lose any sleep over these cuts.

http://davidakin.blogware.com/blog/_archives/2011/3/2/4762362.html

 

It isn't much of a slashing... before, mega-deficit, now, mega-deficit minus 99 cents, come on Harper, pull a Ralph Klein and blow up a hospital or something.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En parlant des conservateurs, que pensez-vous de leur nouvelle idée de renommer le Gouvernement du Canada pour : le Gouvernement Harper ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce ne sont que des coupes idéologiques, qui ne règlent en rien le problème du déficit. Et ce sont toujours les mêmes cibles. La culture, probablement pcq la plupart des conservateurs n'aiment pas le côté "libéral" des z-artistes? C'est un peu comme de dire "fermez votre gueule ou arrêtez de nous critiquer". Édifiant. Autre cibles traditionnelles : les programmes d'aides divers, pcq les pauvres et les démunis sont comme ça par paresse? Si on les sacrent dans la rue, ils vont se réveiller et devenir subitement des bons capitalistes? Ben oui. C,est plus facile de penser comme ça. Et ces coupes ne constituent que des broutilles qui ne contribuent presque en rien à l'équilibre budgétaire. Idéologique, rien de plus. Pendant ce temps, des milliards de plus seront dompés dans le système correctionnaire. J'imagine qu'on doit être tous beaucoup plus heureux dans un état policier.....

Share this post


Link to post
Share on other sites

On parlais de gouvernement Chrétien, Gouvernement Martin, Gouvernement Libéral, Gouvernement Mulroney, etc...

 

mais bon, il a beaucoup de gens, et c'est encouragé par les libéraux, qui voit le gouvernement harper comme une future dictature fachiste et vont tout faire pour faire peur au gens avec ça...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne suis pas certain que ce soit la même chose. Les journaux disent toujours "gouvernement un-tel" bien sûr. Mais je ne crois pas que les gouvernements précédents ont osé demander à leur fonctionnaires de remplacer "gouvernement du Canada" par "gouvernement Harper" dans les documents et déclarations officiels. Mais ça demande vérification......

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ce ne sont que des coupes idéologiques, qui ne règlent en rien le problème du déficit. Et ce sont toujours les mêmes cibles. La culture, probablement pcq la plupart des conservateurs n'aiment pas le côté "libéral" des z-artistes? C'est un peu comme de dire "fermez votre gueule ou arrêtez de nous critiquer". Édifiant. Autre cibles traditionnelles : les programmes d'aides divers, pcq les pauvres et les démunis sont comme ça par paresse? Si on les sacrent dans la rue, ils vont se réveiller et devenir subitement des bons capitalistes? Ben oui. C,est plus facile de penser comme ça. Et ces coupes ne constituent que des broutilles qui ne contribuent presque en rien à l'équilibre budgétaire. Idéologique, rien de plus. Pendant ce temps, des milliards de plus seront dompés dans le système correctionnaire. J'imagine qu'on doit être tous beaucoup plus heureux dans un état policier.....

 

Comme tu dis, les coupures du Gouvernement Conservateur sont minimes. Les dépenses de plusieurs milliards dans les nouveaux centre de détention sont totalement inutiles. Si au moins ils coupaient dans les dépenses, au moins ont pourrait dire que c'est pour une bonne raison!

Edited by Habsfan

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ce ne sont que des coupes idéologiques, qui ne règlent en rien le problème du déficit. Et ce sont toujours les mêmes cibles. La culture, probablement pcq la plupart des conservateurs n'aiment pas le côté "libéral" des z-artistes? C'est un peu comme de dire "fermez votre gueule ou arrêtez de nous critiquer". Édifiant. Autre cibles traditionnelles : les programmes d'aides divers, pcq les pauvres et les démunis sont comme ça par paresse? Si on les sacrent dans la rue, ils vont se réveiller et devenir subitement des bons capitalistes? Ben oui. C,est plus facile de penser comme ça. Et ces coupes ne constituent que des broutilles qui ne contribuent presque en rien à l'équilibre budgétaire. Idéologique, rien de plus. Pendant ce temps, des milliards de plus seront dompés dans le système correctionnaire. J'imagine qu'on doit être tous beaucoup plus heureux dans un état policier.....

 

On devrait donner de la manne aux pauvres et demunis mais les criminels, on peut les sacrent dans la rue et ils vont se reveiller et deviner subitement des bons citoyens :D Ce n'est pas avec des prisons qu'on fait un etat policier. Mais, certainement, notre societe devienne un etat policier, il suffit de regarder a quelques nouvelles lois au Quebec et au Ontario dans leur code de la route, ou les policiers ont le droit de faire des jugements "sur le champ", et c'est certainement inexcusable.

 

Je ne suis pas certain que ce soit la même chose. Les journaux disent toujours "gouvernement un-tel" bien sûr. Mais je ne crois pas que les gouvernements précédents ont osé demander à leur fonctionnaires de remplacer "gouvernement du Canada" par "gouvernement Harper" dans les documents et déclarations officiels. Mais ça demande vérification......

 

Les Conservateurs sont en train de faire ca? (je n'ai pas entendu la nouvelle mais disons que je n'ai pas cherche non plus) Je sais qu'on avait entendu toujours du "gouvernement Harper" pendant le debut par l'opposition par contre...

Share this post


Link to post
Share on other sites
On devrait donner de la manne aux pauvres et demunis mais les criminels, on peut les sacrent dans la rue et ils vont se reveiller et deviner subitement des bons citoyens

 

Je pense que tu sais très bien que ce n'est pas ce que je préconise. Mais il y a des programmes qui existent et qui donnent de meilleurs résultats que simplement mettre plus de monde en prison. Et de plus, le taux de criminalité, dans l'ensemble, est en baisse au Canada depuis plusieurs années. Franchement, ces investissements démesurés me semblent grandement exagérés et surtout corrspondre à un fond de commerce conservateur qui n'est pas ajusté à la réalité actuelle. Et ce n'est pas pcq j'aime les criminels particulièrement plus que les honnêtes citoyens. Restons de bonne foi, svp.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By IluvMTL
      http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/montreal/archives/2014/10/20141016-043657.html
       
       
      RÉGION - MONTRÉAL
      Regroupement UTILE
       
      Une coopérative de logements étudiants pour 2017
       
      Première publication 16 octobre 2014 à 04h36
      Par Anne-Marie Provost | Agence QMI
       
      Le regroupement UTILE, qui souhaitait mettre la main sur l'îlot voyageur pour y construire du logement étudiant abordable,achètera d'ici quelques semaines un terrain pour bâtir unecoopérative d'habitation étudiante d'ici 2017.
      Le projet d'environ 125 places, évalué à 10 millions $, serafinancé à 75 % par un prêt hypothécaire. Le gouvernement du Québec investira de son côté un montant de 2 millions $ non récurrent, à travers un programme pilote de la Société d'habitation du Québec.
      «Nous sommes en attente d'un montant de 500 000 $ en provenance de la ville de Montréal», a ajouté Laurent Lévesque, coordonnateur général d'UTILE.
       
      Pas dans le Quartier latin
       
      Le projet de logements locatifs ne sera toutefois pas situé dans le Quartier latin, comme prévu au départ.
      «Développer du logement abordable est impossible dans ce secteur à cause des prix. Et puis, la population étudiante habite le long des axes de métro en dehors du centre-ville», a-t-il affirmé en invoquant une étude de marché.
      Cette coopérative, la première du genre à Montréal selon UTILE, se veut également en rupture avec les résidences étudiantes.
      «Le seul critère d'admission est d'être aux études. Nous sommes ouverts à l'ensemble de la population étudiante des universités, et peut-être même des cégeps, nos logements ne sont pas rattachés à une institution», a indiqué le coordonnateur général.
      Il n'est pas question d'avoir une subvention au loyer, comme c'est le cas dans les coopératives traditionnelles. Le projet d'UTILE sera financé par les loyers partagés en colocation et les logements offriront de trois à six chambres.
       
      Projets à venir
       
      Le regroupement considère la nouvelle coopérative comme un projet pilote et souhaite à terme développer un parc de logements étudiants abordables à Montréal, entièrement autofinancé.
      «Nous sommes conscients du contexte budgétaire au Québec, nous ne voulons pas dépendre du financement public pour la suite», a souligné Laurent Lévesque.
      UTILE prévoit également annoncer en janvier la création d'une plate-forme web pour accueillir et intégrer les nouveaux étudiants à Montréal.
      Plusieurs nouveaux arrivants se font notamment offrir des logements au prix plus élevé que le cours normal et le regroupement souhaite créer un guichet unique pour le logement étudiant.
       
       
       
    • By monctezuma
      Culture: on ferme le robinet
       
      Publié le 21 mars 2012 à 08h06 | Mis à jour le 21 mars 2012 à 08h07
       
      Paul Journet
       
      La Presse
       
      (Ottawa) Après une croissance de 34,6% des dépenses en culture depuis 10 ans, Québec commence à fermer le robinet. Les dépenses se stabilisent.
       
      Les nouvelles mesures annoncées dans le budget Bachand sont ciblées. La principale annonce: un «legs» de 125 millions pour célébrer le 375e anniversaire de Montréal, en 2017. L'argent ira notamment à l'Espace pour la vie (45 millions pour un nouveau pavillon de verre au Jardin botanique, un cinquième écosystème au Biodôme, l'agrandissement de l'Insectarium et le nouveau Planétarium). À cela s'ajoutent une promenade le long du fleuve au parc Jean-Drapeau (35 millions), la reconfiguration de l'oratoire Saint-Joseph, avec un centre d'observation dans le dôme (26,4 millions) et un nouveau pavillon au Musée des beaux-arts de Montréal (18,5 millions).
       
      La ville de Québec reçoit aussi de l'aide. Le gouvernement provincial financera jusqu'à 30 millions de la construction du Théâtre Le Diamant. C'est la moitié du coût total prévu pour ce théâtre dont Ex-Machina, la société de Robert Lepage, sera le promoteur.
       
      Le Fonds du patrimoine sera aussi bonifié de 60 millions d'ici 2020. Les musées recevront quant à eux 11 millions de plus (dont 4 millions aux musées d'histoire McCord et Stewart). Rien n'est annoncé pour le Musée d'art contemporain. Québec «contribuera éventuellement», si le fédéral et le privé investissent.
    • By ScarletCoral
      Château Dufresne

      Source : Wikipedia
      Communiqué de la Ville

      http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,42657625&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=31576
      Restauration du Château Dufresne - La Ville de Montréal investit dans le patrimoine et l'histoire de l'est de Montréal
      10 mai 2019
      Montréal, le 10 mai 2019 - Le président du comité exécutif et responsable des finances, des ressources humaines, des affaires juridiques, de l'évaluation foncière ainsi que de la gestion et de la planification immobilière, M. Benoit Dorais, et la responsable de la culture et de la diversité montréalaise au comité exécutif, Mme Magda Popeanu, sont fiers d'annoncer des travaux de restauration du Château Dufresne. Le comité exécutif a accordé cette semaine un contrat à St-Denis Thompson Inc. pour la restauration de la maçonnerie et divers travaux connexes dans ce bâtiment situé dans l'arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.
      « Le Château Dufresne, cet immeuble patrimonial, a besoin d'important travaux de maçonnerie, notamment pour régler les problématiques reliées aux infiltrations d'eau. Ces travaux sont nécessaires afin de préserver le principal musée d'histoire et de patrimoine de l'est de Montréal », a mentionné M. Dorais.
      « Il est important d'effectuer rapidement ces travaux afin de protéger cet édifice patrimonial, mais également afin de préserver les collections entreposées. Cette institution de l'est de Montréal met en valeur l'histoire d'un quartier et de notre belle ville. Il est primordial, pour notre administration, de le protéger et de le mettre en valeur », a déclaré Magda Popeanu.
      Le contrat s'élève à plus de 4,8 M$ et comprend, entre autres, des travaux de réfection des toitures, de réfection de la maçonnerie sur toutes les façades et de reconstruction d'éléments d'origine. Ce projet est financé en partie dans le cadre de l'Entente sur le développement culturel de Montréal conclue entre la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec.
      Les travaux commenceront ce printemps et se poursuivront jusqu'à l'automne. Le musée restera ouvert pendant les travaux.
    • By IluvMTL
      http://plus.lapresse.ca/screens/e23181dd-903c-4f4b-8467-0e46c17d0fdc__7C___0.html?utm_medium=Facebook&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen&fbclid=IwAR0SOyIOn-W5z5ZJxkSAeiDY0HLbsKmyza2u7OItxNfOnSIdDBkaYW4nw54
      PRIX DES LOGEMENTS À MONTRÉAL
      PLAIDOYER POUR LA DENSIFICATION DE MONTRÉAL
       
      Le promoteur immobilier Prével appelle à une augmentation de la densité du patrimoine bâti pour prévenir une flambée des prix des logements.
      ANDRÉ DUBUCLA PRESSE
      La société Prével, qui se spécialise dans l’offre de logements destinés aux premiers acheteurs dans les quartiers centraux de Montréal, craint de devoir abandonner son modèle d’affaires en raison des frais toujours plus élevés que la Ville impose aux promoteurs pour toutes sortes de bonnes raisons.
      « On en discute beaucoup à l’interne. C’est quelque chose qui nous préoccupe », répond la coprésidente Laurence Vincent quand on lui demande de quoi l’avenir sera fait.
      « Ça insécurise. C’est devenu de plus en plus compliqué de faire des projets à Montréal, alors qu’on est accueilli à bras ouverts en banlieue. Mais aujourd’hui, on s’entête. Est-ce que l’avenir va prouver qu’on a eu tort ? »
      On doit à Prével les lofts Imperial, dans l’ancienne manufacture de tabac de Saint-Henri, et les lofts Lowney, dans Griffintown.
      SURCHARGES À COMPENSER
      Toutes ces charges pour les parcs et les logements sociaux sont nécessaires, reconnaît Mme Vincent, mais elles devraient être accompagnées d’une augmentation de la densité du patrimoine bâti pour compenser les surcharges. Sinon, l’offre de logements ne suivra pas la demande dans les quartiers centraux et les prix des logements grimperont encore plus vite, ce qui rendra à terme Montréal aussi inabordable que Vancouver ou Toronto.
      « Il faut juste s’assurer qu’il y a un partage des frais pour ne pas que ça soit l’acheteur en fin de compte qui supporte l’entièreté du poids [des exigences en matière de logement social]. »
      — Laurence Vincent, coprésidente de Prével
      Le 10 avril, la Ville a annoncé le report au 17 juin du dépôt de son règlement sur l’inclusion des logements sociaux, lequel prévoit que tout nouveau projet résidentiel d’une certaine taille devra inclure 20 % de logements sociaux, 20 % de logements abordables et 20 % de logements familiaux. Il devait être déposé initialement en avril. Une étude indique que ce règlement, s’il est adopté sans aucune compensation, ferait grimper le coût des logements de 16 %.
      Mme Vincent s’est réjouie de ce report, elle qui siège à la table des partenaires en habitation et qui est à la tête du comité habitation de l’Institut de développement urbain, le lobby des promoteurs. « Ça va nous donner du temps pour discuter davantage. »
      CONTRE L’ÉTALEMENT URBAIN
      Aux détracteurs de la densification, Mme Vincent leur pose la question : que voulons-nous pour notre ville ? « Il va falloir faire des choix. On est pour le développement durable. Le trafic nous coûte 4 milliards. Qu’est-ce qu’on veut faire ? Où sont les universitaires pour se prononcer sur ce qui est le mieux en termes de développement ? Où veulent-ils les mettre, les 320 000 nouveaux ménages que l’on attend dans l’île d’ici 10 ans ? »
      Selon elle, la solution de rechange au refus d’une plus grande densité dans l’île est l’étalement urbain dans les couronnes.
      « En périphérie, à Vaudreuil-Dorion, on demande de faire 10 étages dans certaines zones, alors qu’à Montréal, on arrive près d’une station de métro et on a de la difficulté à obtenir 8 étages », dénonce-t-elle.
      Actuellement, les droits aériens au-dessus des édicules de métro restent inutilisés, comme au métro Radisson, dans l’Est, tandis qu’on va vouloir construire des 20, 30 et 40 étages à Brossard et à Pointe-Claire, là où il y aura des gares du Réseau express métropolitain (REM), le train électrique de la Caisse de dépôt et placement.
    • By Normand Hamel
      Retour vers le futur pour le Centre d'histoire de Montréal
      Le Centre d'histoire de Montréal fera bientôt un voyage dans le temps. Afin de prendre un virage davantage ancré dans la modernité, l'institution quittera le Vieux-Montréal pour s'établir dans le Quartier des spectacles.
      Pierre-André Normandin - La Presse
      Inauguré au début des années 80 par Jean Drapeau, l'établissement qui relate l'histoire de la métropole aura droit à une nouvelle vie. Sa mission sera modernisée pour s'intéresser avant tout au Montréal d'aujourd'hui, de l'architecture de ses quartiers à sa démographie.
      Afin de symboliser sa nouvelle vocation, le Centre d'histoire de Montréal changera de nom pour devenir Mémoire des Montréalais - ou plus simplement MEM, selon l'acronyme que la Ville espère populariser.
      L'établissement occupera le premier étage du Carré Saint-Laurent, présentement en construction au coeur du Quartier des spectacles. Ce déménagement permettra de régler la confusion s'étant installée depuis le début des années 1990 avec l'ouverture non loin du musée Pointe-à-Callière... voué à l'histoire de Montréal.
      Le Centre d'histoire de Montréal, qui occupe présentement l'ancienne Caserne centrale des pompiers de Montréal, fermera ses portes à la fin de 2019. L'ouverture de MEM aura quant à elle lieu en 2021. Durant l'intervalle, une unité mobile sera mise en place pour éviter de créer un vide. La vocation de la caserne qui deviendra vacante n'est pas encore déterminée.
      En devenant locataire, le MEM deviendra devra débourser 1,8 million par an pour son loyer. La Ville estime que ce déménagement était nécessaire en raison du manque d'espace à la caserne pour assurer sa mission.
      La mairesse Valérie Plante estime que le MEM aura un rôle symbolique important puisqu'il sera situé sur le boulevard Saint-Laurent, «point zéro» de Montréal. Pour ceux qui l'ignorent, c'est en effet à cet endroit que les adresses postales débutent, tant vers l'Ouest que vers l'Est.
      «Saint-Laurent, c'est un peu le Greenwich de Montréal», souligne Dinu Bumbaru, d'Héritage Montréal, en référence au célèbre méridien séparant la Terre entre l'Ouest et l'Est.
      http://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201808/27/01-5194397-retour-vers-le-futur-pour-le-centre-dhistoire-de-montreal.php