Jump to content

Centre médical Brault, phase I (Longueuil) - 4 étages (2012)


Recommended Posts

Le concessionnaire Brault fera place à un nouveau centre médical

 

Le Courrier du Sud

Alexandre Lampron

29 janvier 2011 à 09:00

 

EXCLUSIF. Fermé depuis un an, le concessionnaire brault sera démoli afin de permettre la construction d’une nouvelle clinique médicale, le Centre médical brault, a appris Le Courrier du Sud.

 

L’instigateur de ce vaste projet, Jean-François brault, a expliqué que l’arrivée de la nouvelle clinique médicale constituera une grande valeur ajoutée sur la Rive-Sud. Le site se trouve sur le boul. Taschereau, juste devant l’Hôpital Charles LeMoyne (HLCM).

 

«En développant le terrain et en construisant une clinique médicale, le potentiel devient beaucoup plus important que de continuer à vendre des véhicules, a expliqué au Courrier du Sud M. brault. Nous étions le premier concessionnaire Ford à ouvrir sur la Rive-Sud en 1963, mais les portes ont fermé en janvier 2010 parce que Ford ne voulait plus de concessionnaire à cet endroit.»

 

Trois phases

 

Le projet, qui nécessitera des investissements d’au moins 30 M$, se fera en trois phases. Lors de la première phase, un bâtiment de quatre étages sera construit, sur une superficie d’environ 6500 m2.

 

Le rez-de-chaussée sera réservé en espaces locatifs (une banque, une pharmacie ainsi qu’un restaurant). Les autres étages seront occupés par la clinique médicale. La deuxième phase consistera, selon les projections, en l’agrandissement de la première phase, alors que la dernière phase sera la construction d’une résidence pour personnes âgées.

 

«Dans la clinique, nous aurons des services de radiologie, de médecine familiale ainsi que de gynécologie, a affirmé Jean-François brault. Compte tenu du lieu géographique du terrain, nous savions que ce projet serait intéressant pour l’ensemble de la Rive-Sud. Nous avons contacté des médecins avant de nous lancer dans ce projet. D’un point de vue strictement médical, je reçois des appels toutes les semaines.»

 

Pas avant le printemps

 

Aucun nom n’a été confirmé au moment de mettre sous presse, les négociations étaient toujours en cours. M. brault a toutefois admis que plus de 50% du bâtiment était déjà loué ou en voie de l’être. Les travaux ne débuteront toutefois pas avant le début du printemps, soit au mois d’avril ou mai prochain.

 

D’autre part, M. brault souhaite aussi construire un passage entre la future résidence pour personnes âgées et la clinique médicale afin de faciliter les déplacements des résidents. Il a affirmé être actuellement en discussion avec les principaux intervenants pour la construction d’une passerelle qui relierait la clinique au l’HCLM en passant au-dessus du boul. Taschereau.

Edited by Miska
Link to post
Share on other sites
  • 1 month later...
  • 4 months later...
  • 1 month later...

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By mtlurb
      Dans LaPresse+
       
      CHICS CONDOS DANS AHUNTSIC
       
       
      DANIELLE BONNEAU
      LA PRESSE
       
      NOM DU PROJET
       
      Terrasse Laverdure
       
      OÙ ?
       
      Le projet se trouve près de la station de métro Henri-Bourassa.
       
      EN TOUT
       
      32 condos et 6 maisons en rangée dans un immeuble en forme de L. Les condos prendront place dans un édifice de cinq étages, qui longera le boulevard Henri-Bourassa. Les maisons en rangée, de deux étages, borderont la rue Laverdure.
       
      APERÇU
       
      Le complexe est construit à la place d’un immeuble qui a déjà abrité un restaurant bien apprécié des résidants du quartier, « La vieille école », et est devenu un lieu de culte par la suite. Le projet a pu aller de l’avant après la tenue d’une consultation publique.
       
      Le Groupe Julmat veut se distinguer en construisant un complexe haut de gamme avec des appartements spacieux et une structure de béton. Pour ce faire, il a fait appel à l’architecte Karl Fischer. Il aura aussi recours à des matériaux de qualité, dont des fenêtres oscillo-battantes en aluminium de la compagnie Alumilex. Tous les stationnements seront souterrains, même ceux des propriétaires des maisons en rangée. C’est pourquoi aucune porte de garage ne sera visible, en façade.
       
      AUTRE PARTICULARITÉ
       
      Une vaste cour intérieure de 4000 pi2 sera aménagée à l’intention de tous les copropriétaires. Celle-ci sera adossée à la cour de la résidence pour personnes âgées voisine, amplifiant l’impression de se trouver dans une oasis de verdure. Le promoteur prend également soin de préserver le plus d’arbres sur le terrain.
       
      Aucune autre aire commune n’est prévue. En l’absence d’une salle d’exercice ou d’une piscine, les charges de copropriétés seront relativement moins élevées.
       
      POUR QUI ?
       
      Une clientèle qui vend sa maison à Ahuntsic ou ailleurs et aime être près de la rivière des Prairies. Plusieurs, avec de grands enfants qui étudient au cégep ou à l’université, apprécient aussi la proximité d’une station de métro.
       
      COMBIEN (TAXES INCLUSES) ?
       
      Condos (il en reste 17 à vendre) :
       
      À partir de 229 000 $, 1 chambre, 769 pi2
       
      À partir de 360 000, 2 chambres, 960 pi2
       
      À partir de 411 000 $, 3 chambres, 1286 pi2
       
      Charges mensuelles de copropriété : environ 19 cents par pied carré
       
      Maisons en rangée (il en reste 3 à vendre)
       
      À partir de 625 000 $, 3 chambres, 2 salles de bains, cour privée donnant sur la cour intérieure, 2539 pi2
       
      Charges mensuelles : 225 $ (pour l’assurance, l’entretien, le déneigement ; chacun est responsable de sa maison)
       
      DANS LE VOISINAGE
       
      Le parc Nicolas-Viel et ses 9 terrains de tennis, traversé par la piste cyclable de la route verte numéro 1, tout près du bord de l’eau. La rue Fleury, avec ses commerces et restaurants, se trouve non loin. La station de métro Henri-Bourassa est à trois coins de rue.
       
      CONSTRUCTION
       
      Elle a débuté. Les copropriétaires devraient commencer à emménager en décembre 2015.
       
      ON AIME ?
       
      Le complexe mettra en valeur le terrain, situé dans un beau quartier. L’ancien stationnement fait place à une grande cour paysagée.
       
      ON AIME MOINS ?
       
      Le boulevard Henri-Bourassa est très passant et manque de charme. Un acousticien veillera à la qualité de l’insonorisation.
       

       

       

       

       

       

       

    • By mtlurb
      Nom: Univers Condos
      Hauteur en étages: Phase 1 : 45, phase 2 : entre 25 et 35
      Hauteur en mètres:
      Site internet: http://www.devmcgill.com/fr/univers
      Autres informations:
       
      * La phase 2 aura entre 25 et 35 étages (selon les ventes)
      * Possibilité, aux premiers étages, d'avoir un hôtel boutique, des restaurants et une épicerie
      * L'accès directe au RÉSO est à confirmer
      * Intégration de jardins horizontaux et verticaux et mise en place d’espaces verts à plusieurs niveaux
      Aperçu du projet:
       

       
      Autres images:
       
      Vidéo promotionnelle:
       
      [video=youtube_share;8toUGJBjgNw]http://youtu.be/8toUGJBjgNw
    • By Stu
      https://www.lereflet.qc.ca/le-projet-de-la-promenade-fluviale-avance/
      Le projet de la Promenade fluviale avance
      Le 3 novembre 2020 à 15 h 29 min
      Temps de lecture : 2 min
      Par Vicky Girard
      Les travaux de construction de la Promenade fluviale devraient être lancés au début de 2022. (Photo : Gracieuseté)
      Le projet de Promenade fluviale qui reliera six villes, de Sainte-Catherine à Saint-Lambert, a franchi un nouveau pas. Un mandat a été octroyé pour la réalisation du concept, de l’analyse de risques ainsi que les plans et devis grâce à une entente entre la Ville de Sainte-Catherine, mandatée par la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), et la Corporation de gestion de la Voie maritime du fleuve Saint-Laurent.
      À LIRE AUSSI: Six villes demandent du financement fédéral pour une Promenade au bord de l’eau
      Trois candidats appuient le projet de Promenade fluviale
      La firme d’architecture Daoust Lestage, qui s’est notamment chargée de la conception du Quartier des spectacles à Montréal et de la Promenade Samuel-de-Champlain à Québec, sera responsable de ces étapes pour le projet.
      Ce dernier comprendra un sentier contigu à la berge, des haltes et des points d’observation, ainsi qu’une piste multifonctionnelle connectée au Réseau vélo métropolitain, tout au long de la digue de la Voie maritime. La Promenade longera les villes de Delson, Candiac, La Prairie et Brossard.
      «Par la signature de cette entente, la Corporation de gestion de la Voie maritime du Saint-Laurent a démontré sa grande ouverture ainsi que sa volonté de réaliser des projets porteurs en collaboration avec le milieu, et ce, au profit du bien-être de nos communautés», souligne la mairesse de Sainte-Catherine, Jocelyne Bates.
      Elle ajoute qu’elle se réjouit de ce nouveau partenariat «qui marque assurément un jalon essentiel dans la concrétisation de la Promenade fluviale».
      Trame verte et bleue
      Le projet représente la première phrase du développement de la Trame verte et bleue du Grand Montréal. Il vise à mettre en valeur les infrastructures récréatives de la digue de la Voie maritime «dans le respect de sa vocation et de ses activités fondamentales», indique le cabinet de la ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Chantal Rouleau.
      Cette dernière exprime que «la Promenade fluviale est un projet rassembleur pour les citoyens de la région métropolitaine, et particulièrement pour ceux de la couronne sud, qui seront les premiers à bénéficier de ses installations».
       
    • By monctezuma
      Nom: Les Bassins, phase 1
      Hauteur: 8 étages
      Coût du projet:
       
      Promoteur: Prével / Rachel Julien
      Architecte:
      Emplacement: (voir carte ci-dessous)
       
      Début de construction: décembre 2011
      Fin de construction:
       
      Site internet: http://www.lesbassins.ca
       



    • By mtlurb
      L'industrie maritime prépare la population à la croissance de son trafic
       
      MONTREAL (PC) - L'industrie québécoise du transport maritime lance une campagne de sensibilisation pour préparer la population à la croissance de ses activités sur le fleuve Saint-Laurent.
       
      Dotée d'un budget de 3 millions $ sur trois ans, versé à parts égales par l'industrie maritime et Transports Québec, la Société de développement économique du Saint-Laurent (SODES) veut souligner la contribution de ce secteur d'activité au développement économique de la province.
       
       
       
      Une campagne publicitaire a débuté dimanche à la télévision et se déploiera aussi sur Internet et dans les médias imprimés. Elle sera suivie de tournées régionales, a indiqué jeudi dernier le directeur général de la SODES, Marc Gagnon, après la présentation de cette initiative.
       
      "Pour permettre d'accommoder la croissance du trafic maritime, il faut que la population sache ce qu'on fait et ce que le transport maritime lui apporte, a-t-il dit lors d'une entrevue téléphonique. La publicité télé est simplement la démonstration que les produits qu'on utilise tous les jours dans notre maison viennent par bateau."
      var gnEbMinZIndex = 10000;var gfEbInIframe = false;var gEbBAd = new Object();gEbBAd.nFlightID = 208297;gEbBAd.nWidth = 300;gEbBAd.nHeight = 250;var gstrEbRandnum = new String(Math.random());gstrEbRandnum = gstrEbRandnum.substring(gstrEbRandnum.indexOf(".")+1 , gstrEbRandnum.length);gEbBAd.strNonSupported = "http://bs.serving-sys.com/BurstingPipe/NonSupportedBanner.asp?FlightID=208297&Page=&PluID=0&Width=300&Height=250&Pos=" + gstrEbRandnum;

       
       
      Selon la SODES, qui regroupe notamment des transporteurs et des administrations portuaires, le trafic maritime pourrait augmenter de 40 pour cent d'ici 2015, au Québec, principalement grâce à l'intensification du commerce avec l'Asie. L'an dernier, sur la voie maritime du Saint-Laurent - entre Montréal et les Grands Lacs -, le tonnage de marchandise manutentionnée a augmenté de 9 pour cent. Le fleuve dispose actuellement des infrastructures nécessaires, mais il faut cependant commencer à penser dès maintenant aux effets de cette croissance, a expliqué M. Gagnon.
       
      Selon lui, l'intensification du trafic pourrait éventuellement requérir des projets d'amélioration des réseaux ferroviaires ou routiers. "Tout projet qui va impliquer le transport maritime devra impliquer la population, a affirmé M. Gagnon. Quand les gens ne connaissent pas ce que ça implique, il y a une levée de boucliers."
       
      La SODES, dont le siège est à Québec, met notamment de l'avant le fait que les navires de marchandises produisent moins de gaz à effets de serre que les trains et les camions. Le regroupement élabore aussi une politique pour réduire les impacts environnementaux du trafic maritime.
       
      Parallèlement à cette campagne, des représentants de l'industrie ont amorcé des discussions avec le gouvernement fédéral à propos d'un projet de corridor de commerce Saint-Laurent-Grands Lacs.
       
      "On ne fait pas la campagne de valorisation à cause du corridor mais c'est vrai que tout est lié", a reconnu M. Gagnon.
       
      Le projet de corridor est piloté par des représentants du Forum de concertation sur le transport maritime, l'interface du gouvernement provincial et de l'industrie - qui est aussi à l'origine de la campagne de valorisation.
       
      Ce plan d'axe commercial s'inspire du programme de la porte d'entrée du Pacifique, à Vancouver, où le gouvernement fédéral a prévu, dans son dernier budget, des investissements de 400 millions $ au cours des sept prochaines années.
       
      Ces sommes serviront à la réfection de routes, de ponts, de voies ferrées de même qu'à l'amélioration des services frontaliers. Ces améliorations doivent permettre au Canada de profiter du boom économique asiatique. Le plus récent plan budgétaire fédéral promettait d'investir au total 1 milliard $ dans la porte du Pacifique, sans toutefois préciser d'échéancier.
      Pour l'instant, le secteur maritime québécois n'a pas encore chiffré les montants des investissements qui pourraient devenir nécessaires à cause de la croissance prévue de ses activités. "Ce sur quoi on travaille actuellement, c'est un plan qui vise à déterminer ce qu'il faut comme infrastructures et services pour accommoder la croissance du commerce", a affirmé M. Gagnon.
       
      L'industrie québécoise n'est toutefois pas la seule à faire entendre sa voix auprès du gouvernement fédéral.
       
      L'automne dernier, le premier ministre de la Nouvelle-Ecosse, Rodney MacDonald a rencontré M. Harper pour lui demander d'appuyer son projet de porte d'entrée de l'Atlantique, qu'il évalue à 400 millions $.
      En mars, un groupe de recherche a publié un rapport concluant que le port d'Halifax était le plus avantagé, de tous les ports de l'Est canadien, pour profiter du trafic de conteneurs en provenance de l'Asie.
       
      Le document du Conseil économique des provinces de l'Atlantique notait entre autres que la profondeur de la voie maritime du Saint-Laurent limitait la possibilité que le port de Montréal puisse recevoir les plus gros navires de classe post-Panamax.
       
      Marcel Poitras, président de la Corporation des pilotes du Saint-Laurent central, affirme que la concurrence entre Halifax et Montréal ne date pas d'hier. Il estime toutefois que le port de la capitale néo-écossaise est désavantagé par sa desserte ferroviaire et routière.
       
      "Leur handicap, c'est le transport par train et par camion et c'est ce qui fait que Montréal reste la plaque tournante pour le marché du Midwest américain", a-t-il dit. M. Gagnon croit lui aussi que la distance qui sépare notamment Halifax de Toronto constitue un obstacle favorisant Montréal, où transitent annuellement plus d'un million de conteneurs, deux fois plus que dans le port de la Nouvelle-Ecosse. Mais il reconnaît que la région Saint-Laurent-Grands Lacs a pris du retard comparativement aux initiatives de M. MacDonald.
       
      "Est-ce qu'on a pris du retard, oui, je suis prêt à l'admettre, a dit M. Gagnon. Mais est-ce que le plan de M. MacDonald est crédible? Ca, je n'en ai aucune idée."
×
×
  • Create New...