Jump to content

Un « pôle de santé » sera créé sur la Rive-Sud


Miska
 Share

Recommended Posts

Un « pôle de santé » sera créé sur la Rive-Sud

 

Alexandre Lampron

Actualités - Publié le 28 novembre 2010 à 09:00

 

RIVE-SUD. Parce que la demande pour des soins de santé sera accrue par le vieillissement de la population de la Rive-Sud au cours des prochaines années, l’Hôpital Charles LeMoyne (HCLM), les CSSS Champlain et Pierre-Boucher et le campus de Longueuil de l’Université de Sherbrooke travaillent à mettre en place un projet de «pôle de santé», la Cité Santé Universitaire (CSU).

 

La vice-rectrice du campus de Longueuil de l’Université de Sherbrooke, Lyne Bouchard, et le directeur général de l’HCLM, Yvan Gendron, ont présenté les grandes lignes de ce projet, le 17 novembre denier, au cours d’un dîner-conférence organisé par la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud (CCIRS).

 

Les données de l’Institut de la Statistique du Québec (ISQ) démontrent entre autres que, de toutes les régions, c’est la Montérégie qui devrait connaître la plus forte augmentation de sa population en nombres absolus (+ 297 000 personnes), une croissance de 22% entre 2006 et 2031. Les personnes âgées de 65 ans et plus passeront pour leur part de 175 300 à 418 900 au cours de la même période, soit une augmentation de 238%.

 

Consolider un secteur

 

L’objectif du CSU consiste d’abord à faire de Longueuil l’un des pôles majeurs de formation, d’enseignement et de recherche de santé au Québec.

 

«La Cité Santé Universitaire n’a pas d’adresse puisque c’est un concept qui a pignon sur rue sur l’ensemble de la Rive-Sud, a déclaré Yvan Gendron. Parce que sa création entraînera un mouvement de population et de main-d’œuvre imposant sur notre territoire, il était devenu essentiel de mobiliser les acteurs régionaux autour d’une stratégie commune afin d’accentuer davantage les coopérations avec les institutions scolaires, mais également avec les partenaires gouvernementaux.»

 

«Nous avons collectivement une formidable opportunité qui découle du partenariat étroit entre nos organisateurs de la Rive-Sud, a pour sa part affirmé Lyne Bouchard. Nous espérons donc que la communauté des gens d’affaires soit aussi enthousiaste que nous et qu’elle tire profit de notre présence et de nos activités pour se développer davantage.»

 

Longueuil adhère au projet

 

La Ville de Longueuil, par la voie de sa mairesse, Caroline St-Hilaire, a signifié son adhésion à ce vaste projet. La municipalité réalisera de nouvelles études de circulation et d’urbanisme pour le développement du pôle Santé-Université, le long du boul. Taschereau, entre la route 116 et le boul. Auguste, qui se traduiront, à moyen terme, sous la forme d’un programme particulier d’urbanisme (PPU).

 

«On observe actuellement un plus grand roulement au niveau des commerces, des demandes de la part de divers propriétaires afin de revoir la vocation du boulevard Taschereau et une polarisation des activités qui gravitent autour du monde médical», peut-on lire le sommaire exécutif rendu public par la Ville de Longueuil, le 16 novembre dernier.

 

Les études seront réalisées entre les mois de février et mai 2011.

Link to comment
Share on other sites

Le boulevard Taschereau pourrait connaître de grands changements au cours des prochaines années

 

Publié le 22 Novembre 2010

Yves Rivard

 

Une vocation à revoir

 

Parce que le boulevard Taschereau s’est illustré comme un axe commercial et routier de première importance au cours des 40 dernières années, et parce qu’il est en mutation depuis l’ouverture du Quartier DIX30, la Ville entend charger une firme spécialisée de mener une étude de circulation et d’urbanisme pour le redéveloppement du pôle Santé-Université, le long du boulevard entre la route 116 et le boulevard Auguste, situé dans les arrondissements de Greenfield Park et de Saint-Hubert.

 

Selon les premières informations fournies par la direction de l’urbanisme, on observerait actuellement un plus grand roulement au niveau des commerces, de même qu’une hausse des demandes des commerçants visant à revoir la vocation du boulevard.

 

Il s’agirait de capitaliser sur les investissements récents faits par le gouvernement du Québec dans le but de moderniser l’Hôpital Charles-Lemoyne, de même que sur l’ouverture récente du Campus Université Sherbrooke.

 

Les études d’urbanisme à réaliser, qui se traduiront sous la forme d’un programme particulier d’urbanisme (PPU) et de plans et règlements viseraient à assurer la concordance en matière de zonage.

Link to comment
Share on other sites

Saisir les opportunités de développement pour la revitalisation du secteur Laflèche

 

Publié le 26 Novembre 2010

Nathalie Paquin

 

SAINT-HUBERT – Parmi les secteurs touchés par le vaste plan d’action de revitalisation urbaine intégrée (RIU) se trouve le quartier de Laflèche, situé dans l’arrondissement de Saint-Hubert. Regard sur les propositions et les solutions envisagées.

 

«Pour le quartier de Laflèche, la priorité est le développement de la rue Grande-Allée. Une orientation de développement établie sur l’axe santé; élaborer et adopter un programme particulier d’urbanisme… Il faut repenser le zonage. L’objectif n’est pas de sortir les gens de Laflèche et de les remplacer par du monde riche! Il faut développer l’accessibilité des familles du secteur à du logement social», mentionne Pierre Montreuil, responsable du RIU dans l’agglomération de Longueuil.

 

En ce sens, il reste encore beaucoup de travail et de recherche à effectuer. «L’étude de faisabilité était non concluante, ajoute M. Montreuil. Le logement social est en phase exploratoire. La grande problématique ici, c’est la recherche de terrains.»

 

Les agrandissements actuels de l’hôpital Charles-Lemoyne constituent une formidable opportunité de développement à saisir, souligne-t-il. Car bien que l’hôpital soit localisé à Greenfield Park, ses abords rejoignent largement le secteur de Laflèche. Pierre Montreuil a toutefois exprimé un bémol à ce nouveau souffle, en évoquant le risque potentiel qu’une portion du territoire soit grugé par la venue de stationnements pour accommoder l’ajout des aires de santé à venir.

Commerçants engagés, intervenants inquiets

 

Lors de la présentation de l’ensemble du projet, quelques intervenants présents ont signifié leurs inquiétudes quant à la place réelle pour la concertation avec les citoyens et les intervenants communautaire déjà en place sur le territoire. Pierre Montreuil et Kathy Martel, de la Corporation de développement communautaire de Longueuil, ont rappelé le rôle et la prise en considération de ces groupes dans le processus de décisions.

 

Le projet RIU pour Laflèche a été élaboré notamment avec une table de concertation existante. De même, une association de commerçants a été créée.

Link to comment
Share on other sites

1. Couper une voie de chaque bord pour passer de 4 à 3 voies

2. Installer un train léger le long du boulevard

3. Construire une piste cyclable le long du boulevard

4. Élargir les trottoirs

5. Planter des arbres

6. Rapprocher les nouvelles constructions à la rue

 

Voilà ce que je ferais moi

Link to comment
Share on other sites

Le Bouylevard Taschereau est extrêmement laid, selon moi. Mais Curé-Labelle et plusieurs autres boulevards de Laval, c'est dur à bvttre en terme de laideur.

 

Le boulevard Curé-Labelle s'est beaucoup amélioré entre Cartier et Du Souvenir parce que la ville y a planté des arbres. Ça change beaucoup le look de la rue en été.

Link to comment
Share on other sites

Le boulevard Curé-Labelle s'est beaucoup amélioré entre Cartier et Du Souvenir parce que la ville y a planté des arbres. Ça change beaucoup le look de la rue en été.

 

Ce n'est qu'une partie du boulevard. Sur le reste, les magasins sont construits à 1km du bitume, la densification est digne du Yukon ; l'urbanisme y est nul, et on a laissé les gens se construire à leur guise sans se soucier du résultat ...

 

Voir le clip : http://archives.radio-canada.ca/societe/urbanisme/clips/6631/

Link to comment
Share on other sites

Ce n'est qu'une partie du boulevard. Sur le reste, les magasins sont construits à 1km du bitume, la densification est digne du Yukon ; l'urbanisme y est nul, et on a laissé les gens se construire à leur guise sans se soucier du résultat ...

 

Voir le clip : http://archives.radio-canada.ca/societe/urbanisme/clips/6631/

 

Il ne reste plus beaucoup des magasins qu'on voit dans ce vidéo. Aurais-tu un autre de ces petits vidéos condescendants sur le boulevard Curé-Labelle? Un fait au cours de notre siècle par exemple?

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...