Search the Community

Showing results for tags 'volume'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 27 results

  1. L'appétit des investisseurs pour l'immobilier commercial montréalais ne se dément pas. Les transactions ont totalisé 3,4 milliards de dollars l'an dernier, en hausse de 13,5 % sur un an, et la firme CBRE s'attend à de nouvelles hausses. « On s'attend à ce que l'activité d'investissement grimpe en 2012 puisque les vendeurs sentent de plus en plus que le moment est opportun pour vendre, a indiqué Brett Miller, vice-président exécutif de CBRE pour l'est du Canada, dans un rapport publié hier. Et plusieurs investisseurs institutionnels sont impatients d'augmenter leur exposition au marché montréalais «, ajoute-t-il. Un bilan exceptionnel à Montréal Selon M. Miller, la performance observée à Montréal est d'autant plus « exceptionnelle « qu'il n'y a pas eu de mégatransaction en 2011. Le climat macroéconomique est aussi demeuré incertain toute l'année, ce qui aurait pu décourager certains investisseurs. De tous les segments, celui des immeubles de bureaux a particulièrement brillé dans la métropole, avec un volume d'investissements en hausse de 89,2 %, à 754 millions. La situation canadienne À l'échelle canadienne, les investissements ont reculé de 5,6 % au quatrième trimestre, mais ils ont grimpé de 20,5 % pour l'ensemble de 2011, à 23,6 milliards. Il s'agit du niveau le plus élevé depuis 2007, a souligné CBRE. « Il serait dangereux d'accorder trop d'attention à la légère baisse du quatrième trimestre, puisque tout laisse croire que la tendance à la hausse des deux dernières années est tout à fait intacte «, a affirmé John O'Bryan, vice-président du conseil de CBRE. Il reste que tous les types de propriétés ont connu une baisse entre le troisième et le quatrième trimestre de 2011, à l'exception des hôtels. Le volume de transactions a reculé pour les immeubles de bureaux (-30,4 %), les magasins (-17,7 %) et les édifices locatifs (-2,3 %). Toronto dépasse le seuil des 9 milliards Sans surprise, Toronto revendique le plus de transactions l'an dernier, avec un volume de 9,6 milliards. Ont suivi Montréal et Vancouver à égalité (3,4 milliards), Calgary (2,5 milliards), Edmonton (2,4 milliards), Ottawa (886,5 millions), London (541 millions) et Halifax (471 millions). Les fonds de placement immobilier ont généré le tiers des transactions l'an dernier, et CBRE s'attend à ce qu'ils demeurent d'importants acheteurs en 2012. Les accords conclus entre Cominar et Canmarc, de même qu'entre Dundee et Whiterock, laissent penser que de nombreux immeubles aboutiront sur le marché cette année. CBRE s'attend à un volume de transactions total variant entre 20 et 25 milliards en 2012 au Canada, soit à peu près le même niveau qu'en 2011. http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/immobilier/201202/22/01-4498531-immobilier-commercial-forte-hausse-des-transactions-a-montreal.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=lapresseaffaires_LA5_nouvelles_98718_accueil_POS9
  2. Le port de Montréal a enregistré une baisse de son volume Publié le 12 août 2009 à 14h02 | Mis à jour à 14h04 La Presse Canadienne Montréal Le port de Montréal a enregistré une baisse de 18,4 pour cent de son volume de marchandises conteneurisées au cours des six premiers mois de l'année, par rapport à la période correspondante de l'an dernier. De janvier à juin inclusivement, le volume de marchandises conteneurisées s'est ainsi établi à un peu plus de 5,4 millions de tonnes, a indiqué, mercredi, l'Administration portuaire de Montréal. En nombre de conteneurs EVP (équivalent 20 pieds) pleins et vides, pour le premier semestre, la baisse a atteint 14,6 pour cent par rapport à la même période en 2008, pour totaliser 619 721 EVP. L'administration du port montréalais a souligné, en publiant ses résultats, mercredi, que, bien qu'ils soient baissiers, ils sont cependant meilleurs que ceux des principaux ports concurrents sur la côte Est. Les chiffres négatifs du premier semestre ont, en outre, été en partie compensés par des résultats très positifs dans le secteur du trafic maritime céréalier où le port de Montréal a connu une hausse de 31,1 pour cent par rapport à l'an dernier. L'achalandage total du terminal céréalier totalise plus de 1,2 million de tonnes pour les six premiers mois de l'année. La diversification des marchés du port a également eu un effet favorable, a souligné l'administration portuaire. Le trafic de conteneurs avec la Méditerranée a notamment connu une augmentation de 22,2 pour cent en nombre d'EVP pleins. Tous trafics confondus, la baisse de volume manutentionné au port de Montréal est de 15,4 pour cent par rapport à l'an dernier, pour atteindre près de 10,9 millions de tonnes.
  3. Read more: http://www.montrealgazette.com/entertainment/Lambert+shouts+enough/3317503/story.html#ixzz0uhaLT8LV
  4. Le groupe boursier transatlantique a vu les échanges augmenter de 61,8% pour atteindre un volume moyen historique de 2,1 millions de transactions quotidiennes. Pour en lire plus...
  5. En juillet dernier, avec un volume record de transactions trois fois plus élevé que la moyenne, on a assisté à la fin de la saignée qui a touché le fonds négocié en Bourse regroupant les bancaires et les financières. Pour en lire plus...
  6. On vient de me recommander ce livre; sûrement qu'il y en aura ici qui seront intéressés... The Endless City At the turn of the twenty-first century, the world is faced with an unprecedented challenge. It must address a fundamental shift in the world’s population towards the cities, and away from mankind’s rural roots.Over the course of two years, a group of internationally renowned professionals from a variety of different disciplines and backgrounds gathered together in six world cities to take stock of the new urban condition and to offer an approach to dealing with it. The Urban Age conferences – organised by the London School of Economics and Political Science and Deutsche Bank’s Alfred Herrhausen Society – centred on six very different cities. In Shanghai and Mexico City, the urban population is experiencing rapid growth and change,while Berlin is coming to terms with shrinking expectations.The result was a sometimes passionate, always challenging and informed debate on how architects, urbanists, politicians and policy makers can constructively plan the infrastructure and development of the endless city, to promote a better social and economic life for its citizens. 34 contributors from across Europe, South America, China, Africa and the U.S. set the agenda for the city – detailing its successes as well as its failures. Authoritatively edited by Ricky Burdett and Deyan Sudjic, The Endless City presents the outcome of this pioneering initiative on the future of cities. It has a follow-up volume called Living in the Endless City (2011). http://lsecities.net/publications/books/the-endless-city/
  7. http://www.lesaffaires.com Le port de Montréal a enregistré des résultats records en 2007 Presse Canadienne 19 février 2008 L'Administration portuaire de Montréal (APM) a annoncé mardi que le volume de trafic du port de Montréal avait atteint un sommet de 26 millions de tonnes en 2007, grâce à une forte hausse du trafic conteneurisé. L'APM a précisé que le volume de trafic du port de la métropole québécoise avait augmenté de 912 091 tonnes, soit 3,6 pour cent, par rapport à 2006. Les marchandises diverses, conteneurisées ou non, ont représenté l'an dernier le principal secteur d'activité du port. Le volume de cette catégorie a atteint 12,7 millions de tonnes, en hausse de 7,6 pour cent, ou 892 095 tonnes. Les marchandises conteneurisées ont été au coeur des augmentations dans ce secteur puisque le trafic a atteint 12,4 millions de tonnes grâce à une hausse légèrement supérieure à un million de tonnes, ou 9,4 pour cent. Le président-directeur général de l'APM, Patrice Pelletier, a d'ailleurs dit croire que le transport par conteneurs serait au centre d'une stratégie qui aidera le port à demeurer la porte d'entrée privilégiée sur la côte Est de l'Amérique du Nord pour ses clients. En 2007, la catégorie des vracs liquides, constituée de pétrole, de bitume d'asphalte, d'éthanol, de vins et d'alcools divers, a continué de gagner en importance, ayant atteint son plus haut niveau depuis 1984, avec 7,9 millions de tonnes, une hausse de 1,7 pour cent par rapport à 2006. Le trafic de vracs solides s'est établi à quelque 5,5 millions de tonnes, en légère baisse de 2,1 pour cent. Le trafic maritime des céréales a reculé de 8,8 pour cent, soit un total de 1,3 million de tonnes. Quant aux autres vracs solides, en très légère hausse de 0,2 pour cent, ils avoisinaient 4,2 millions de tonnes.
  8. La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé jeudi qu'elle lançait une opération exceptionnelle de refinancement en euros sur six jours sans montant prédéfini, ce qui est rare, et au taux fixe de 3,75%. Pour en lire plus...
  9. Le plus gros groupe boursier mondial empoche des profits en hausse de 21% au deuxième trimestre, avec un plus grand volume de transactions. Pour en lire plus...
  10. Si Montréal semble bien se sortir de la crise pour l'instant, la situation est différente à Vancouver. En milieu d'année, le Port de Vancouver avait déjà vu le volume total des marchandises manutentionnées reculer de 5% par rapport à un an auparavant. Pour en lire plus...
  11. From Canadian citizenship and immigration website at http://www.cic.gc.ca http://www.cic.gc.ca/english/resources/statistics/facts2006/permanent/21.asp Since 1997, Quebec's (90% of them settle in Montreal) immigration has increased by over 60%. For the year 2006, we had over 44,000 permanent residents added to Quebec's population, which is a record I believe. Here is the stat by city http://www.cic.gc.ca/english/resources/statistics/facts2006/permanent/18.asp Montreal beats Vancouver in terms of number of immigrants received. According to the website, Toronto is not getting the same volume it once received. Yet it still gets around 100,000 a year. Given our exodus of "cerveauxs" to the Western parts of the country, we need to increase immigration as our baby boomers are set to the retire within two decades. I hope this doesnt piss off the reasonable accomodations people.
  12. Je me posais une question aujourd'hui en lisant un document du MTQ. À partir de quel volume de traffic considère-t-on ajouter des voies à une autoroute? Je m'explique. Je lis le plan de transport de la région Laurentides-Lanaudière. On y explique que l'ajout de voies sur l'autoroute 15 entre Saint-Jérôme et Saint-Sauveur se fera dans les prochaines années, si les projections de volume le confirme. Y a t-il une règle générale quant au volume-limite nécessitant un élargissement?
  13. L'action de la pétrolière de Calgary grimpait de 33%, mardi, à la Bourse de Toronto, dans un important volume d'échanges. Pour en lire plus...
  14. Des records de volumes et de revenus ont été enregistrés dans le domaine du transport ferroviaire de marchandises et de passagers l'an dernier au Canada. Pour en lire plus...
  15. Les temps sont durs à Montréal: centris.ca Ile de Montréal Ventes totales Janvier 2012: 778 Janvier 2013: 922 -16 % Unifamiliale Janvier 2012: 231 Janvier 2013: 267 -13 % Copropriété Janvier 2012: 403 Janvier 2013: 485 -17 % Plex (2 à 5 logements) Janvier 2012: 144 Janvier 2013: 170 -15 % Volume Janvier 2012: 292 356 134 $ Janvier 2013: 331 054 859 $ -12 % Prix médian Unifamiliale Janvier 2012: 370 000 $ Janvier 2013: 332 000 $ +11 % Copropriété Janvier 2012: 252 000 $ Janvier 2013: 261 375 $ -4 % Plex (2 à 5 logements) Janvier 2012:438 500 $ Janvier 2013: 420 000 $ +4 %
  16. Il me semble que le volume de messages, de nouveaux membres, de nouveaux sujets sur le forum est très corrélé à l'économie !! Rapidement comme ça, je dirais que le volume doit avoir diminué d'environ 30-40% depuis cet été?!! Malek, est-ce que vBulletin te permet de créer des statistiques mensuelles sur le nombre de messages, de visiteurs, nouveaux sujets etc? je trouverais ça intéressant de voir la progression du forum parallèlement à la situation de l'économie.
  17. La Bourse de Montréal, spécialisée dans les échanges de produits dérivés, a battu son propre record d'activités en 2012 alors que ses concurrents nord-américains étaient en baisse. Un peu plus de 64 millions de contrats à terme et options ont été échangés à la Bourse de Montréal l'an dernier, 3,8% de plus qu'en 2011. De plus, cette hausse en apparence faible s'est avérée à contre-courant du marché nord-américain des produits dérivés, dont le volume était en recul de 13%. Cette performance avantageuse de la Bourse de Montréal dans un marché très concurrentiel lui a d'ailleurs valu des éloges de la part des dirigeants du groupe TMX (T.X), qui diffusait ses résultats de fin d'exercice hier à Toronto. «Nous sommes extrêmement satisfaits d'avoir maintenu la croissance du volume, ce qui semble anormal en comparaison de ce qui s'est passé dans le marché mondial des contrats à terme et des options», a indiqué Thomas Kloet, président et chef de la direction de TMX, au cours de la téléconférence d'analystes. Selon M. Kloet, deux facteurs principaux expliquent cette bonne tenue de la Bourse de Montréal. D'une part, le marché boursier canadien a encore attiré beaucoup d'investisseurs étrangers l'an dernier, ce qui a accru leur recours à des produits dérivés d'origine canadienne comme outils de gestion de risque de leurs placements. D'autre part, a souligné le président de TMX, la Bourse de Montréal et son marché des produits dérivés se démarquent de plus en plus au niveau international. Et même à Londres, la métropole financière mondiale où TMX a un bureau de commercialisation depuis deux ans. «Après Londres, nous serons en Asie au cours des prochains mois pour promouvoir nos produits et services. Le plus intéressant pour nous, c'est que MX (surnom de la Bourse de Montréal) est devenu un produit d'attrait international, et non plus seulement au Canada», a indiqué M. Kloet. Cette importante croissance de la Bourse de Montréal au sein du groupe TMX se manifeste aussi dans ses résultats financiers. Pour le deuxième exercice consécutif, TMX a encaissé en 2012 plus de revenus provenant des frais transactionnels des produits dérivés que ceux provenant des transactions d'actions à Toronto. Ces revenus à la Bourse de Montréal et sa filiale BOX à Boston ont atteint 115,5 millions de dollars en 2012, en hausse de 2% en un an. En comparaison, les revenus transactionnels aux Bourses d'actions de Toronto et TSX-Croissance ont reculé de 12%, à 92,9 millions. Ce recul s'explique surtout par la baisse prononcée des volumes d'actions en 2012 (-20% à Toronto et -37% à TSX-Croissance) alors que le volume de produits dérivés augmentait de 3,8%. Quant aux chances de la Bourse de Montréal de maintenir cet élan en 2013, tout indique qu'elles dépendront de l'attrait des investisseurs pour les produits dérivés alors que les Bourses d'actions sont en poussée haussière. Dans les résultats financiers de TMX, aussi, les attentes demeurent floues, alors que le groupe doit encore intégrer de nouvelles activités (Bourse Alpha à tarifs réduits, firme de compensation CDS) obtenues au moment de la prise de contrôle par le consortium financier Maple. Ce consortium de 13 institutions financières, dont la Caisse de dépôt et placement, la Banque Nationale et du Mouvement Desjardins, a réalisé une mainmise de 3,8 milliards sur TMX en juillet dernier, au terme de 18 mois de démarches financières et réglementaires. Dans ses résultats publiés hier, TMX affiche un profit net de 34,7 millions au quatrième trimestre comparativement à une perte de 10,2 millions un an plus tôt. Pour l'exercice partiel de huit mois terminé le 31 décembre, TMX a dégagé un profit de 20,7 millions au lieu d'une perte de 37,3 millions en 2011. En Bourse, les investisseurs ont manifesté leur satisfaction. Les actions de TMX ont pris 2,2%, à 56,73$. Il s'agit d'un nouveau sommet depuis celui de 57$ atteint en juillet 2007, juste avant la crise financière et le krach boursier de 2008. ------------------ Volume des contrats à terme et d'options (1) Année - Millions 2012 64,2 2011 61,9 2010 44,3 2009 34,7 2008 38 2007 42,7 2006 40,5 2005 25,8 2004 21,8 2003 17,6 1: Produits dérivés de sources diverses, en ordre de volume décroissant en 2012: actions, taux d'intérêt à court terme, obligations, fonds négociés en Bourse (fnb), indices boursiers, devises. Source: Bourse de Montréal (Gr.TMX) http://affaires.lapresse.ca/economie/services-financiers/201302/07/01-4619204-annee-record-a-la-bourse-de-montreal.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=lapresseaffaires_LA5_nouvelles_98718_accueil_POS8
  18. Le volume de fusions-acquisitions dans le monde, en baisse à cause de la crise, devrait atteindre un plancher mi-2009 avant de repartir «en fin d'année». Pour en lire plus...
  19. Cet hebdomadaire qui se consacre aux célébrités et au monde du spectacle est publié par Wenner Media. Ce nouveau mandat d’impression prévoit une augmentation de volume importante. Pour en lire plus...
  20. KLM is going to use the A330-200 to YUL next summer. it will have a special configuration with only 18 business class seats (high density version). Incredible to think that Lufthansa and KLM fly 18 business class seat airplanes to Montreal from their prime hubs. Further confirmation that we are desirable volume market, but with poor business class demand which is ultimately the driver of profitability.
  21. Cinema industry: Montreal perks up by Guillaume Picard View all articles from Guillaume Picard Article online since August 20th 2007, 9:48 Be the first to comment this article Filming in Montreal is substantial, year after year. The city is one of the major production centres in North America. (Photo: Studio Mel’s) Cinema industry: Montreal perks up The filming of blockbuster “The Mummy III” has been going on for a few days in the Cité du cinéma, which in itself is proof that the glorious days of filming in Montreal have returned after a difficult three-year period. American studios ignored our city and there was a decrease in production volume during that difficult time. When Brad Pitt arrived downtown in the spring to film “The Curious Case of Benjamin Button,” with director David Fincher, (who also directed the successful “Seven” and “Fight Club”), the whole city was excited to see the handsome husband of Angelina Jolie. The Quebec Cinema and Television Office (French acronym: BCTQ) believes that 2007 could generate a production volume beyond $250 million and sales of more than a billion dollars, half of which will go to salaries. That should meet the bread and butter of some 35,000 people who work in the 500 cinema companies in Quebec. In July alone, the results were past the half-way mark achieved in 2006, making up for the difficult three years we experienced. Twelve long Quebec films are in the process of shooting this summer, as well as 15 television series and four American films (a couple of which are “Mr. Nobody” and “Afterwards”). Michel Trudel, owner of Cité du cinéma, the largest cinematography centre in North America, confirms that 2007 “is a good year for the entire industry. Several conflicts since 2004 have now been settled on the part of unions and producers. These days, foreign film producers know which ones they should be working with and it’s going a lot better.” But Mr. Trudel already sees another conflict in the horizon for July 2008; that is, the conflict involving American actors. Will that be another blow for Montreal? “That can hurt us, since the studios will want to film quickly before summer, delaying other projects. If the conflict is not settled, it will be fatal because the damage will be done. The industry will slow down for several weeks or months”, Mr. Trudel explained. He manages 18 filming studios in Montreal and St. Hubert. Courting Hollywood is no easy task. More than 35 states now have incentives and tax cuts to attract the major California studios. Europe and East Asia also are increasingly offering their own incentives. “Our goal”, says Hans Fraiquin, (National Commissioner of the BCTQ) “is to continue to go higher and to ensure that Montreal becomes a production centre of international calibre. We have always been behind Toronto and Vancouver, but in three years, we hope to be on equal footing with them.” Tax credit for filming in the region Just before summer holidays and following a meeting with the Minister of Culture and Communications Christine Saint-Pierre, BCTQ officials insisted on the importance of “implementing more attractive and more competitive incentives”, Mr. Fraiquin explained. Local productions can very well take three fourths of the production volume.” Economically speaking, that’s not the same for Montreal without foreign productions. Americans are helping us in terms of cash flow,” says Daniel Bissonnette, director of Montreal’s Cinema and Television Office which has been coordinating the filming with the boroughs since 1979. For his part, Mr. Bissonnette hopes to implement an additional credit to support filming in the region. “The unions have agreed to a zone of 25 km of which the central point is the Papineau subway station. They have a higher fee for filming beyond these parameters. A 6%-7% credit, for example would attract film companies that would otherwise go elsewhere. That wouldn’t necessarily be expensive for us and would make us very competitive. Even Montreal and its workers would benefit, as well as the governments and regions.” According to him, the governments “will recover their investments significantly on taxes imposed on workers and taxes deducted left and right. Even with the tax credit that has gone from 11% to 20% in Quebec, the government comes out the winner.” Montreal is one of the ten major film production centres in North America: -35,000 jobs -500 production and post-production companies -1 billion and more of returns on investment each year, of which 50% will be for salaries -75% of the production volume related to local productions -16% federal tax credit -20% Quebec tax credit -500 various productions in 2006 -5000 filming permits issued in 2006 (Photo: Studio Mel’s)
  22. La Ville de Montréal dote ses arrondsissements de bacs roulants Montréal, le 8 août 2008 - Le responsable du développement durable, du développement économique et de Montréal 2025 au comité exécutif, M. Alan DeSousa, est fier d'annoncer que, conformément aux grandes orientations annoncées récemment dans son Projet de Plan de gestion des matières résiduelles de l'agglomération de Montréal 2008-2012 (PDGMR), le comité exécutif de la Ville de Montréal a autorisé des appels d'offres afin de doter les arrondissements de bacs roulants partout sur le territoire où le bâti urbain le permet. Environ 250 000 bacs roulants seront ainsi bientôt distribués. De plus, le citoyen aura la vie plus facile, puisque les matières recyclables seront ramassées en mode pêle-mêle, c'est-à-dire que les matières recyclables n'auront plus à être séparées selon qu'il s'agisse de verre/plastique/métal ou de papier. « Il a été clairement démontré que le volume et la facilité d'utilisation de l'outil de collecte sont deux éléments directement reliés à la participation des citoyens et à l'augmentation des quantités de matières collectées », a déclaré M. DeSousa. « La Ville de Montréal prend donc les décisions nécessaires afin d'atteindre les objectifs de récupération et de valorisation de 60 % des matières résiduelles énoncés dans la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles 1998-2008.» Dans le cadre de l'élaboration du PDGMR, de nombreuses études techniques, économiques et d'aide à la décision basée sur l'analyse de cycle de vie ont permis de définir des scénarios à privilégier pour faire augmenter la quantité de matières recyclables collectées. Le scénario privilégié préconise l'utilisation d'outils en fonction de trois catégories de bâti urbain, soit les habitations détachées de 8 logements et moins, les habitations non détachées de 8 logements et moins et les multi logements de 9 logements et plus. Pour les habitations détachées, le PDGMR préconise l'utilisation de bacs roulants d'un volume variant de 120 à 360 litres. Pour les habitations non détachées, le PDGMR préconise l'utilisation de bacs roulants d'un même volume ou du nouveau hybride bac-sac actuellement en développement par Claude Mauffette Design Industriel, firme lauréate du concours de design industriel qu'a lancé la Ville de Montréal. Enfin, pour les multi logements, le PDGMR préconise le statuquo, soit l'utilisation de bacs roulants d'un volume variant de 240 à 660 litres. La distribution de ces nouveaux outils – dont l'implantation se déroulera d'ici la fin de l'année 2009 – aura permis, en 2012, de détourner de l'enfouissement une quantité cumulative de matières recyclables estimée à au moins 180 000 tonnes. Pour M. DeSousa : « Les actions élaborées dans le PDGMR invitent à une responsabilisation collective afin d'atteindre les résultats que nous nous sommes fixés. Les citoyens sont invités à relever le défi auquel nous faisons face en participant toujours plus activement au recyclage des matières résiduelles qu'ils génèrent. Nous leurs proposons aujourd'hui de nouveaux outils de collecte qui tiennent compte des exigences environnementales et qui favorisent la participation citoyenne dans un esprit de développement durable ». Rappelons que le PDGMR permettra de mettre en œuvre les mesures établies par la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) dans son Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles, tout en étant adapté à la réalité des différents arrondissements et des villes liées de l'agglomération. Le document de consultation fait présentement l'objet d'une analyse par la Commission du conseil d'agglomération sur l'environnement, le transport et les infrastructures. L'adoption du PDGMR est prévue pour l'automne 2008. Une fois adopté, le PDGMR constituera le cadre de référence de l'agglomération pour la gestion des matières résiduelles et guidera également son positionnement au sein de la CMM et dans ses discussions avec les gouvernements.
  23. La Banque fait toutefois preuve d'une prudence encore plus grande lorsqu'elle examine les dossiers. Pour en lire plus...