Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'tim'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Urban photography
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 10 results

  1. Publié le 22 avril 2009 à 05h00 | Mis à jour à 11h30 Une guerre du café à l'horizon Pierre Couture Le Soleil (Québec) Après la guerre des beignes, assisterons-nous à celle du café? McDonald's vient de lancer une vaste offensive sur Tim Hortons. Le but : gagner des parts dans le très lucratif marché des buveurs matinaux. Ne riez pas, de grosses sommes d'argent sont en jeu. L'an dernier, il s'est vendu au Canada plus de 1,8 milliard de tasses de café dans les restaurants et les établissements spécialisés. Les ventes de café ont ainsi progressé de 2 % (36 millions de tasses) par rapport à 2007. Selon un sondage commandé par la firme NPD Group, le café demeure le produit le plus prisé des Canadiens lorsqu'ils franchissent les portes d'un restaurant. Le tiers des ventes des restaurateurs sont associées au café. En calculant un profit net d'environ 85 % sur chaque tasse vendue, on comprend un peu mieux l'engouement des géants de la restauration rapide pour cette précieuse boisson chaude. Au Canada, Tim Hortons domine outrageusement la vente de café le matin. Ses parts de marché sont estimées à environ 70 %. À l'opposé, McDonald's ne contrôlerait que 10 % des ventes de café entre 6h et 10h30. L'an dernier, les 2917 succursales Tim Hortons ont généré beaucoup de fric, soit des revenus de 2 milliards $. Chez Tim Hortons, environ 50 % du chiffre d'affaires émane de la vente de café. Or, McDo pense qu'elle pourrait s'attirer de nouveaux clients dans ce marché au cours des prochains mois. Depuis lundi, et ce, jusqu'au 3 mai, la multinationale du hamburger offre le café gratuitement à tous les clients qui se présentent dans ses restaurants. Aucun achat n'est requis. Plusieurs analystes estiment que cette façon de faire est audacieuse et pourrait permettre à McDonald's de gagner de nouveaux adeptes (voire ravir des clients à Tim Hortons). On pense notamment aux irréductibles automobilistes qui n'hésitent pas à faire la file de longues minutes le matin chez Tim Hortons pour se procurer un café. McDo cherche depuis longtemps à rentabiliser ce service peu fréquenté le matin par ses clients. Il faut dire que Tim Hortons tire 60 % de ses revenus le matin. «Cette promotion vise essentiellement à mettre de la pression sur Tim Hortons», signale l'analyste Perry Caicco, de CIBC Marchés mondiaux, dans une note de recherche à ses clients. Car voilà, en pleine récession, McDonald's a tout à gagner. Et Tim Hortons, beaucoup à perdre. Tim Hortons demeure une marque très populaire auprès des Canadiens, mais il semble y avoir une limite à vendre des cafés, des muffins et des beignes le matin. On imagine d'ailleurs mal comment la chaîne de beigneries au nom du célèbre joueur de hockey pourrait faire mieux. Au petit déjeuner, Tim Hortons détient 65 % du marché de la vente de café, alors que près de 50 % de sa clientèle revient au moins quatre fois par semaine dans ses établissements. À moins d'ouvrir de nouveaux restaurants et de risquer de «cannibaliser» davantage ses franchisés actuels, Tim Hortons devra se résigner à des objectifs financiers plus modestes cette année et l'an prochain, pensent certains experts. Au dernier trimestre, Tim Hortons a notamment vu ses revenus grimper de 9,4 %, à 563,7 millions $, alors que ses profits nets ont glissé de 8,7 %, à 69,1 millions $. Alors que l'Association des restaurateurs prévoit une contraction des ventes de 1,8 % cette année dans le secteur de la restauration rapide, Tim Hortons pense toujours faire grimper ses revenus entre 3 et 5 %. Pour faire taire les rumeurs, Tim Hortons a décidé de hausser de 11 % son dividende annuel le mois dernier tout en s'engageant à racheter 5 % de ses actions en circulation en 2009. Chez McDo, l'offensive café devrait déboucher sur l'entrée progressive au Canada des McCafe. Une nouvelle section déjà introduite dans des restaurants de la chaîne en Europe et aux États-Unis. Les McCafe offrent des cappuccinos, des cafés lattés et des pâtisseries à des prix, dit-on, imbattables. Chemin faisant, l'analyste David Hartley, de BMO marchés des capitaux, s'attend à ce que le titre de Tim Hortons fasse du surplace cette année. Il croit que d'ici un an, l'action vaudra 31 $. Hier, le titre de Tim Hortons (TSX : THI) a terminé la journée à 30,64 $, en hausse de 17 ¢. Il y a un an, le même titre s'échangeait autour des 34 $. L'analyste de BMO note toutefois que le titre de Tim Hortons se transige ces temps-ci à des ratios plus élevés que la moyenne de l'industrie. À la Financière Banque Nationale, Jim Durran vient d'ailleurs de revoir à la baisse sa cible annuelle sur Tim Hortons, passant de 37 $ à 33 $. L'analyste redoute les effets de la récession et de la compétition ainsi que les faibles bénéfices dégagés par les succursales aux États-Unis.
  2. La Cour d'appel de l'Ontario rejette la poursuite de 10 millions intentée par une ancienne caissière contre Tim Hortons. Pour en lire plus...
  3. The man is a genius. Here's his defence a few weeks ago of Tim Hortons: http://www.cbc.ca/mrl3/23745/thenational/archive/rex-010909.wmv
  4. L'économie tourne au ralentit et les ventes comparables baissent un peu, mais ça n'empêche pas la chaîne d'enregistrer des profits plus importants que prévu au deuxième trimestre. Pour en lire plus...
  5. Nom: CLSC des Faubourgs Hauteur en étages: 6 Hauteur en mètres: Coût du projet: Promoteur: Architecte: Entrepreneur général: Montoni Emplacement: Coin Sainte-Catherine Est et Berger, Ville-Marie Début de construction: Mai 2014 Fin de construction: Printemps 2015 Site internet: Lien webcam: Autres informations: * Déménagement sur ce site du CLSC des Faubourgs qui loge actuellement dans des locaux de l’UQAM * RDC commercial (Tim Hortons) * Le nouveau bâtiment n’occupera qu’une partie du stationnement Rumeurs: Aperçu artistique du projet: Maquette: Autres images: Vidéo promotionnelle:
  6. In the United States, you can never be more than 115 miles from a McDonalds, with most locations being closer to 20 miles or less. Alors je suis curieux - quelle est la distance de votre McDonalds / Tim Hortons le plus proche? Pull up Google Earth and use the straight-line measuring tool to find out! My closest McDonalds (straight line): 1.20km Second closest McDonalds (straight line): 1.32km My closest Tim Hortons (straight line): 1.33km Second closest Tim Hortons (straight line): 1.43km NOTE: Measure your distances in a straight line!
  7. Les profits de Tim Hortons ont progressé de 16,9% à 78,8 M$ au troisième trimestre alors que les revenus ont augmenté de 3,8% à 509 M$. Pour en lire plus...
  8. Steve Jobs annonce qu'il quitte la tête du géant informatique américain pendant six mois, en raison de problèmes de santé. Il cède son poste temporairement au directeur des opérations Tim Cook. Pour en lire plus...
  9. Publié le 17 janvier 2014 à 08h38 | Mis à jour à 08h38 Fusions municipales: pas d'économies d'échelle, conclut une étude PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE Les fusions municipales menées au Canada au tournant des années 2000 n'ont pas entraîné d'économies d'échelle, conclut une étude ontarienne sur les regroupements municipaux. Au contraire, le nombre d'employés municipaux a augmenté de moitié au Québec et presque doublé en Ontario. En 1995, le premier ministre ontarien Mike Harris a annoncé la «révolution du gros bon sens». Son gouvernement conservateur a décrété une importante vague de fusions qui fera passer le nombre de villes en Ontario de 850 à 445, réduisant au passage de 23% le nombre de postes d'élus. «L'objectif principal des fusions était de réduire la taille de l'appareil municipal, mais ce n'est pas ce qui s'est passé. Les villes ont grossi et grossi à un rythme beaucoup plus rapide», résume Tim Cobban, professeur à la Western University, de London. Alors que l'on comptait 138 000 fonctionnaires municipaux en Ontario en 1999, ils étaient plus de 268 000 en 2011. Les mêmes conclusions valent pour le Québec, qui a aussi fusionné ses principales villes en 2001, affirme le chercheur. On dénombrait 68 000 fonctionnaires municipaux en 2001 au Québec, mais plus de 107 000, 10 ans plus tard. Tim Cobban explique cette forte croissance par le fait que les fusions ont eu tendance à entraîner une hausse des services. La recherche démontre également que la croissance ne provient pas d'un transfert de responsabilités des gouvernements supérieurs vers les municipalités. «Si c'était le cas, les villes qui n'ont pas été fusionnées auraient eu la même croissance. Or, ce qu'on voit, c'est que les villes fusionnées ont grossi deux fois plus rapidement que les autres», dit Tim Cobban. Les études sur l'efficacité des fusions au Québec vont dans le même sens que l'étude ontarienne, confirme Robert Gagné, directeur du Centre sur la productivité et la prospérité aux HEC. Son groupe de recherche a d'ailleurs constaté l'automne dernier dans une étude sur le coût des services municipaux que les villes fusionnées affichaient des coûts plus élevés. Le professeur n'avait pas hésité à parler d'un «échec lamentable». «Au départ, il y a des économies d'échelle, mais ces économies atteignent vite un plancher, puis ça repart à la hausse», dit Gagné. Trop tard pour des défusions? Plus de 10 ans après les fusions, des voix s'élèvent encore en Ontario pour faire marche arrière. Le maire de Hamilton, Bob Bratina, affirme que les citoyens de deux anciennes municipalités annexées en 2001 à sa ville ont récemment présenté une pétition pour demander de retrouver leur indépendance. «Les tensions n'ont jamais disparu. Si, après 13 ans, des gens sont encore assez fâchés pour faire ça, qu'est-ce qu'on fait? La solution se trouve quelque part entre ne rien faire et faire des défusions. Je n'écarte pas l'idée qu'un jour, on en vienne aux défusions», dit Bob Bratina. La conclusion de cette étude ne surprend pas Peter Trent, maire de Westmount. «Je suis très content qu'on en arrive en Ontario aux mêmes conclusions que moi au Québec. Cela dit, le but de ces études, ce n'est pas nécessairement de dire aux gens qui nous ont imposé les fusions que leur geste était inutile, mais maintenant qu'on sait que les fusions ne règlent pas les problèmes, qu'est-ce qu'on fait?» Dans son livre La folie des grandeurs, paru en 2012, Peter Trent estime que les fusions coûtent chaque année 400 millions, soit un peu moins de 10% du budget de la métropole. Employés municipaux au Québec 2002 68 175 2003 80 612 2004 84 411 2005 92 175 2006 95 140 2007 90 657 2008 97 609 2009 102 087 2010 107 673 2011 107 135 http://www.lapresse.ca/actualites/201401/17/01-4729644-fusions-municipales-pas-deconomies-dechelle-conclut-une-etude.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO2_quebec_canada_178_accueil_POS1
  10. The owner of Yogen Fruz, Cultures and several other food court stalwarts is adding stand-alone coffee and doughnut shops to its suite of brands. MTY Food Group Inc. said it has entered into a binding agreement to purchase all of privately held Country Style Food Services Holdings Inc. for an undisclosed price. The buy allows MTY to seize "the opportunity to strengthen its position and foothold in the Ontario quick service franchise industry and launches itself as a major player in the coffee and sandwich segment" the company said in a statement. Montreal-based MTY was already on the acquisition trail before it announced the Country Style purchase, but this latest acquisition takes it into new territory. Country Style is one of the biggest coffee and doughnut retailers in Ontario and is a household name in that province, but lags behind market leader Tim Hortons Inc. in number of stores and perceived quality among consumers. It does have significant reach however with 488 outlets, and is just the latest expansion for MTY. MTY acquired Taco Time Canada Inc. from its U.S.-based parent last November for $7.85-million. The deal gave it 117 of the quick service Mexican food restaurants, mostly in Western Canada. A couple months earlier it added 27 Tutti Frutti restaurants, solidifying its base in Quebec. Earlier this year MTY reported a 16% increase in fourth quarter net income to $2.84-million. For its fiscal year ending Nov. 30 of last year, the company earned $9.91-million, an 8% increase over a year earlier. MTY says Country Style's sales were approximately $94-million for the last 12 months, more than a third of the system-wide sales reported by MTY last year. The combined company would still be a shrimp compared with Tim Hortons, which reported sales last year of more than $2-billion and has a market capitalization of $5.9-billion. The chain is so omnipresent throughout much of the country that it has tried to expand in the U.S. with mixed results. While consumer spending has been crimped, fast food companies have been decent stock investments since the fall market crash. Shares of Tim Hortons are breakeven over the last seven months compared to a 26% drop for the S&P/TSX composite index. MTY has also proven itself a solid investment in uncertain times. Over the last seven months, the venture exchange-listed stock has dropped only 3%. http://www.financialpost.com/story.html?id=1492403
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value