Search the Community

Showing results for tags 'tendance'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 23 results

  1. Un rapport révèle que les Canadiens qui remplissent leur déclaration de revenus électroniquement ont tendance à exagérer leurs réclamations de déductions. Pour en lire plus...
  2. Québec: la tendance à la hausse des faillites se poursuit 7 janvier 2009 - 08h56 ARGENT Sur une base annuelle - Québec: la tendance à la hausse des faillites se poursuit Le nombre total de faillites au Québec a accusé une hausse de 9,5% en novembre sur une base annualisée, mais il a cependant diminué de 5,7% par rapport à octobre. Selon les chiffres publiés mercredi par le Bureau du surintendant des faillites du Canada, 29 772 consommateurs et entreprises ont déclaré faillite pendant la période de 12 mois terminée en novembre dernier, comparativement à 27 187 l’année précédente. En novembre, un nombre total de 2766 consommateurs et entreprises ont déclaré faillite, ce qui constitue une baisse par rapport aux 2934 faillites en octobre. Le nombre de faillites des consommateurs a crû de 9,8% sur un an, passant de 25 159 à 27 626 faillites. Pour le mois de novembre seulement, le nombre de consommateurs ayant fait faillite a toutefois chuté de 7,4%, pour totaliser 2561, par rapport à octobre. Un total de 2146 faillites d’entreprises a été recensé sur une période de 12 mois, ce qui représente une hausse de 5,8% par rapport aux 2028 de l’année précédente. Selon l’organisme fédéral, 205 entreprises québécoise ont déposé leur bilan en novembre, en hausse de 22% sur les 168 faillites déclarées en octobre. Canada Au pays, la tendance globale est semblable à celle du Québec, avec une progression de 9% sur une base annualisée, pour un total de 94 134 faillites.
  3. La banque montréalaise n'échappe pas à la tendance lourde de son industrie: ses profits ont reculé à 27,3 M$ à son quatrième trimestre. Pour en lire plus...
  4. La chercheuse Suzanne Paquette constate que les gens ont largement tendance à placer dans leur REER toute «l'épargne de précaution» qui constitue leur coussin financier. Pour en lire plus...
  5. Si la tendance des cinq premiers mois de l'année se maintient, le Mexique produira cette année 65000 véhicules de plus que le Canada, selon un analyste automobile. Pour en lire plus...
  6. Pour plusieurs, 575pi2, c'est très petit. Qui peut vivre dans de si petites unités. Pourtant, selon un reportage de RDI, ces condos seront bientôt des palaces, si l'on se fie à la nouvelle tendance. Montréal n'y échappe pas et les acheteurs ne manquent pas. http://www.109-tv.com/emission.php?id=41
  7. Selon les officiels, la compagnie subit les contrecoups de la hausse des prix du carburant, une tendance lourde dans l’industrie aérienne. Pour en lire plus...
  8. Les bourses mondiales suivent la tendance à la baisse de mercredi, surtout en Asie, alors que la Banque centrale européenne doit se pencher sur ses taux directeurs. Pour en lire plus...
  9. À moins d'une réduction importante de leur production, les pays membres de l'OPEP ne réussiront pas à renverser la tendance à la baisse des prix du pétrole. Pour en lire plus...
  10. La firme new-yorkaise a fait passer la tendance de la dette de l’UQAM de «stable» à «négative», selon un communiqué émis peu avant midi. Pour en lire plus...
  11. Un membre du forum qui requiert l'anonymat m'a informé que très prochainement, un studio coréen de jeux vidéos allait ouvrir une succursale à Montréal et créera par le fait même une centaine d'emplois. Voilà une excellente nouvelle pour un secteur qui n'est pas des plus en santé depuis le début 2013. Souhaitons que cet investissement vienne renverser la tendance !
  12. Publié le 27 octobre 2009 à 16h06 | Mis à jour à 16h09 Le milliardaire français Vincent Bollore a annoncé mardi la construction prochaine, à un coût de 120 millions, d'une usine qui produira des batteries destinées aux voitures électriques de demain. Cette usine sera construite à Boucherville, sur la rive-sud de Montréal. Elle emploiera 200 personnes. M. Bollore explique que ses batteries utilisent la technologie de polymère de métal lithium et qu'elles seront plus sécuritaires que les batteries au lithium-ion préférées par les grands constructeurs automobiles. Il ajoute que les batteries au lithium-ion, qui sont fréquemment utilisées dans les ordinateurs portables, ont tendance à surchauffer. La compagnie, le groupe Bollore, décrit cette usine comme la première en son genre en Amérique du Nord et seulement la deuxième au monde. L'an dernier, le magazine Forbes épinglait la fortune personnelle de M. Bollore à 1,4 milliard US. p.s. on dirait la première annonce de création d'emplois depuis un petit bout de temps... http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/technologie/200910/27/01-915655-une-usine-de-batteries-de-120-millions-a-boucherville.php
  13. Régions: la fin de l'hémorragie? Publié le 09 février 2010 à 07h24 | Mis à jour à 07h24 Claude Picher La Presse Pour la première fois depuis le milieu des années 90, toutes les régions du Québec, sans exception, ont connu en 2009 une hausse démographique. Il est évidemment trop tôt pour dire s'il s'agit d'un renversement de tendance, mais il est certain que, pour les régions périphériques, victimes d'une véritable saignée démographique depuis une quinzaine d'années, 2009 représente sans aucun doute un répit plus que bienvenu. Et probablement plus qu'un simple répit. Il se pourrait même que les plus récentes données démographiques régionales de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ), publiées la semaine dernière, annoncent la fin de l'hémorragie. En 2009, le Québec a gagné 75 400 nouveaux citoyens, une hausse de 1% par rapport à 2008. Ce chiffre tient compte à la fois de l'accroissement naturel (les naissances moins les décès) et du solde migratoire. Toutes les régions ne profitent pas également de la hausse. Toutes proportions gardées, c'est Lanaudière qui ressort comme grande gagnante, avec 8500 citoyens de plus, une augmentation de 1,9%. À l'autre bout de l'échelle, la Gaspésie ne gagne qu'une trentaine de nouveaux résidants, en hausse de 0,03% seulement. À première vue, ce dernier chiffre semble désolant, mais en réalité, il constitue une excellente nouvelle pour la région. Entre 1996 et 2008, la Gaspésie (incluant les Îles-de-la-Madeleine) a vu sa population totale passer de 106 400 à 94 100 personnes, une perte frisant les 1000 personnes par année. C'est dire que, pendant cette période, la région a perdu près de 12% de sa population. C'est énorme. La situation est d'autant plus tragique qu'elle touche largement les jeunes de moins de 24 ans... Si modeste soit-elle, une première hausse démographique, survenant après une telle hémorragie, ne peut être que réconfortante. À des degrés divers, on observe une tendance semblable dans toutes les autres régions périphériques. La Côte-Nord a connu un déclin de 9% depuis 1996; or, l'an dernier, on observe pour la première fois une hausse de 0,3%. En Abitibi-Témiscamingue, au Saguenay-Lac-Saint-Jean et dans le Bas-Saint-Laurent, les pertes démographiques depuis 1996 se situent à 7%, 6% et 4% respectivement. En 2009, dans le même ordre, on enregistre des hausses de 0,5%, 0,24% et 0,04% respectivement. Certes, ces chiffres demeurent bien en deçà de la moyenne provinciale, mais, comme dans le cas de la Gaspésie, ils représentent une première lueur d'espoir après des années d'exode. Le plus encourageant, c'est que la tendance a des chances de se maintenir. «Tous les facteurs poussent dans la même direction», explique Chantal Girard, démographe à l'ISQ. D'abord, l'accroissement naturel. Mme Girard n'aime pas l'expression «mini-baby-boom», qui décrit la hausse des naissances au Québec depuis quelques années. «Cela donne l'impression que les problèmes démographiques du Québec sont réglés, dit-elle, alors que nous sommes loin d'un véritable boom. Tout au plus peut-on parler d'un baby bump.» Quoi qu'il en soit, le baby bump touche effectivement toutes les régions, y compris celles qui sont traditionnellement défavorisées sur le plan démographique. De plus, les migrations interprovinciales, qui ont longtemps joué contre les régions périphériques, sont en train de changer. Après avoir quitté leurs régions depuis des décennies, beaucoup de Gaspésiens, Saguenéens ou Abitibiens, aujourd'hui jeunes retraités au début de la soixantaine, décident d'y revenir, et ils y sont particulièrement incités par les prix attrayants de l'immobilier en région. «Nous observons un mouvement de retour, confirme Mme Girard, mais est-ce que cela va durer? Est-ce que les services vont suivre? À 60 ans et en bonne santé, nos besoins ne sont certainement pas les mêmes qu'à 80 ans...» En attendant, si ce mouvement se poursuit, il semble bien que les régions ont plusieurs bonnes années devant elles. Enfin, les immigrants internationaux continuent encore massivement de s'installer à Montréal, mais on en compte de plus en plus qui, pour toutes sortes de raisons, choisissent les régions. C'est loin d'être une vague, mais le phénomène commence suffisamment à percer pour que cela paraisse dans les statistiques. En 2001, les démographes québécois, se basant sur les tendances qui existaient à l'époque, n'entrevoyaient pas beaucoup d'avenir pour les régions périphériques. «Nous étions pas mal déprimés», se rappelle Mme Girard. Les chiffres les plus récents sont beaucoup plus encourageants. Quelques chiffres en terminant sur les régions qui vont mieux. Comme on s'en doute, c'est la banlieue montréalaise qui connaît les plus fortes hausses démographiques. Entre 1996 et 2009, la population a augmenté de 23,4% dans les Laurentides, 20,3% dans Lanaudière, 17% à Laval et 11,4% en Montérégie. L'Outaouais, grâce au dynamisme démographique de la ville de Gatineau, en banlieue d'Ottawa, est une autre région qui s'en tire très bien avec 15,1%. Montréal et Québec enregistrent des hausses de 6 et 7%.
  14. De plus en plus de défauts de paiement Mise à jour le lundi 4 août 2008 à 14 h 49 RDI.ca Si la crise immobilière qui s'abat sur les États-Unis a heurté de plein fouet, dans un premier temps, les Américains au crédit le moins bon, il semblerait désormais que même ceux qui possèdent des hypothèques régulières sont menacés de défauts de paiements. En effet, le New York Times explique, dans son édition de lundi, que le pourcentage d'arrérages dans les paiements d'hypothèque dite de catégorie Alternative-A, un cran au-dessus des fameux prêts hypothécaires à haut risque (subprimes), a quadruplé en avril dernier par rapport à l'an dernier. Et on observe une tendance similaire au sein de la catégorie supérieure des hypothèques, qui représente une valeur globale supérieure à 12 000 milliards de dollars américains, les défauts de paiement doublant à 2,7 % en un an. Le mois dernier, le dirigeant de la banque JPMorgan Chase, James Dimon, laissait entendre que les pertes liées aux hypothèques régulières pour sa banque allaient probablement tripler au cours des prochains mois. Selon M. Dimon, une telle perspective ne peut être décrite qu'en employant le terme « terrible ».
  15. La banque américaine va réduire les primes annuelles attribuées à ses cadres, suivant une tendance générale dans le secteur bancaire. Pour en lire plus...
  16. Ce projet de trois étages est nommé ainsi parce qu'il est situé au croisement de deux pistes cyclables: celle sur Saint-Zotique et l'autre sur Boyer. Il remplacera un bâtiment hébergeant un lave-auto manuel. Dommage toutefois que le promoteur ne fasse pas la différence entre l'arrondissement Rosemont-Petite-Patrie et le quartier Petite-Patrie! http://www.cyclocondo.com/
  17. Il s'agit de la sixième baisse consécutif. Statistique Canada attribue principalement la tendance à la baisse au relâchement du marché dans l'Ouest canadien. Pour en lire plus...
  18. Les mauvaises nouvelles économiques s'accumulent minant l'humeur des investisseurs. Après les chutes en Asie, l'Europe suit la même tendance. Pour en lire plus...
  19. Le Canada ne résistera pas à une tendance au repli en immobilier mais la baisse devrait seulement être cyclique, disent les économistes de la Banque Royale. Pour en lire plus...
  20. Les Bourses nord-américaines sont en territoire négatif après l'annonce de pertes d'emplois massives aux États-Unis et au Canada en novembre. Le pétrole et le dollar canadien suivent la tendance baissière. Pour en lire plus...
  21. La Ronde prend le virage bleu et la tendance «affaires» pour marquer sa 41e saison, tout en poursuivant ses investissements dans les infrastructures. Pour en lire plus...
  22. Plus de propriétaires que de locataires à Montréal Le 30 juillet 2008 - 07:28 | Geneviève Allard -------------------------------------------------------------------------------- La tendance semble s'inverser. Le nombre d'appartements libres à Montréal a grimpé depuis le 1er juillet, ce qui pourrait ravir les locataires et inquiéter les propriétaires. Comme l'expose La Presse, l'Opération relogement de l'Office municipal d'habitation de Montréal (OMHM) a eu trois fois moins d'appels que l'an dernier de familles en quête de logis. Plutôt, l'Office a reçu une quarantaine de coups de fils de propriétaires à la recherche de locataires. Le taux d'innocupation actuel est d'environ 3%, un point d'équilibre, maintient le quotidien. D'ici trois ou quatre ans, cela pourrait passer à 5$ si la tendance se maintient. Les propriétaires pourraient alors devoir baisser le prix des loyers ou même donner des mois gratuits, ce que la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ) refuse de faire, les prix étant déjà les plus bas en Amérique du Nord. La CORPIQ explique cette tendance notamment par le fait que bien des Québécois s'achètent de maisons en banlieue et la construction trop importante de logements sociaux par le gouvernement québécois.
  23. C'était tout un exploit. Le Centre-du-Québec a réussi à créer des emplois manufacturiers de 2001 à 2007 alors que le secteur ratatinait dans le reste du pays. Depuis le début de 2008, la tendance s'est toutefois inversée dans le triangle Drummondville-Bécancour-Victoriaville, le coeur de l'entrepreneurship manufacturier du Québec. Pour en lire plus...