Search the Community

Showing results for tags 'telus'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 25 results

  1. Telus sonne la charge contre Vidéotron 22 octobre 2007 - 06h37 La Presse Maxime Bergeron Agrandir Telus s'en prend à son rival Quebecor. Grossir caractèreImprimerEnvoyer .a{float:left;padding:0px 15px 10px 0px;text-align:center;width:175;} La présidente de Telus Québec y va d'une charge en règle contre Quebecor: si le conglomérat veut offrir la téléphonie sans-fil avec sa filiale Vidéotron, qu'il paie le même prix que tous les autres pour ses licences, lance-t-elle. Karen Radford tient ses propos à quelques mois d'une enchère du gouvernement fédéral, pendant laquelle de nouvelles fréquences sans-fil seront mises en vente. Ces licences permettront aux fournisseurs actuels d'élargir leurs réseaux, et pourraient aussi entraîner l'arrivée de nouveaux venus dans ce marché très lucratif. Vidéotron plaide pour qu'une partie des licences soient réservées aux «nouveaux entrants». Ce qui fait fulminer Karen Radford. Selon elle, cela équivaut à des subventions. «Je me questionne sur le fait qu'une compagnie de 10 milliards demande aux contribuables de l'aider à entrer dans le marché, ça n'a aucun sens selon moi», lance-t-elle en entrevue à La Presse Affaires. [/url] «Si les contribuables paient pour aider Vidéotron à entrer dans le marché, alors Vidéotron ne va pas dépenser les mêmes sommes que les concurrents, ajoute-t-elle. Et Vidéotron offrira des services moins chers en utilisant l'argent des contribuables. Moi, je préfère que l'argent de mes taxes serve à réparer le système de santé plutôt qu'à aider Vidéotron à entrer dans le marché.» Le nouveau ministre fédéral de l'Industrie, Jim Prentice, devrait indiquer au cours de l'automne les règles qui entoureront la mise en vente des nouvelles fréquences. D'ici là, les deux camps continueront à mener de solides campagnes de lobbying pour convaincre Ottawa du bien-fondé de leurs arguments respectifs. Les enjeux financiers sont énormes: le sans-fil a généré des revenus de 12,7 milliards l'an dernier au Canada. Ceux qui sont présents veulent protéger leurs acquis; les autres regardent le gâteau avec envie. La question divise les experts en télécoms. Certains estiment que Vidéotron a amplement les capacités financières de lancer son propre réseau, même en payant très cher pour ses licences. D'autres croient plutôt que Bell, Telus et Rogers feront augmenter les enchères à un point tel que le modèle d'affaires de Vidéotron deviendra non viable. Le grand patron de Vidéotron, Robert Dépatie, est persuadé que les trois géants seront prêts à payer des sommes colossales pour l'empêcher d'entrer dans le marché. En entrevue avec La Presse Affaires au début septembre, M. Dépatie a affirmé que son entreprise ne participera pas aux enchères si aucune fréquence n'est mise de côté. Vidéotron a investi quelque 660 millions dans son réseau depuis deux ans, si bien qu'il lui reste peu de liquidités, a-t-il plaidé. Un «écran de fumée», réplique Karen Radford. Selon elle, les arguments de Vidéotron ne tiennent pas la route. «Je pose la question: pourquoi veulent-ils entrer dans le marché seulement si les contribuables les aident? demande-t-elle. Si leur modèle d'affaires n'est pas bon, pourquoi le faire aujourd'hui?» Des analystes se prononcent Si plusieurs analystes penchent en faveur du point de vue de Vidéotron, deux rapports publiés la semaine dernière donnent plutôt raison à Telus, Bell et Rogers. «Nous croyons que Vidéotron a le meilleur dossier commercial pour bâtir et opérer un réseau sans-fil régional au Québec, et nous croyons que c'est faisable sans toutes les règles favorables que la compagnie cherche à obtenir pour les enchères», a écrit l'analyste Jeffrey Fan, de la firme UBS. Selon M. Fan, Vidéotron participera aux enchères même si aucune fréquence n'est mise de côté pour les nouveaux entrants. De son côté, l'analyste Dvai Ghose, de la firme Genuity Capital Markets, juge que Vidéotron n'a pas besoin de fréquences réservées pour participer avec succès à l'enchère à venir. Il estime que l'entreprise pourrait bâtir son propre réseau pour environ 465 millions de dollars Dans son rapport, M. Ghose écrit que Vidéotron, MTS Allstream et Shaw (deux autres sociétés intéressées à lancer leur propre réseau) auraient pu tenter de mettre la main sur Microcell (Fido) en 2004, «mais aucune d'entre elle ne s'est montrée intéressée». «Selon nous, ce n'est pas le mandat d'Industrie Canada de corriger le manque d'instinct stratégique dont ont fait preuve ces compagnies dans le passé en ce qui a trait au sans-fil», a-t-il fait valoir. Vidéotron se dit prêt à investir 500 millions pour développer son réseau au Québec. L'entreprise offre déjà des services sans-fil à plus de 31 000 Québécois, en utilisant le réseau de Rogers.
  2. Un fournisseur de services sans fil à tarif fixe bientôt au Québec? D'après la Presse Canadienne, Technaute.ca 08 août 2008 | 14 h 12 Trop beau pour être vrai? L'entreprise Globalive Communications se prépare à lancer des services de téléphonie cellulaire à tarif fixe, ce qui comprendrait Globalive est particulièrement connu des canadiens pour son service d'appels interurbains Yak. Mais voilà que l'entreprise veut s'attaquer aux Bell, Telus et Rogers dans le domaine de la téléphonie cellulaire. Pour ce faire, elle a déjà obtenu 30 licences d'exploitation dans plusieurs provinces canadiennes, mais le Québec n'en fait pas partie. Globalive n'a rien gagné aux plus récentes enchères, battu par Vidéotron. Ça n'empêche pas Globalive d'avoir des visées pour la province. «Nous aimerions établir une présence au Québec. Nous aimerions être partout au pays», dit Anthony Lacavera, PDG de Globalive. Il n'exclut pas de faire un partenariat avec Vidéotron pour entrer sur le marché québécois. L'entreprise souhaite établir un modèle de téléphonie cellulaire à l'image de ce qu'il fait déjà dans la téléphonie résidentielle, soit offrir un tarif fixe à tous les abonnés. Yak ne demande pas à ses consommateurs de signer un contrat et le prix de 34,95$ par mois inclut des services comme l'appel en attente et l'appel conférence. Selon Anthony Lacavera, ce type de tarification peut aussi s'appliquer aux services sans fil. Les messages textes feront partie du forfait dans une future offre, promet Globalive. «Ça fait partie d'un service sans fil, pourquoi est-ce que ça ne serait pas inclus?», demande son PDG. Rappelons que Telus et Bell ont annoncé récemment qu'ils allaient faire payer 15 cents à leurs clients chaque fois qu'un message texte leur parviendrait s'ils ne sont pas abonnés à un forfait particulier.
  3. Le gouvernement québécois vient d'infliger toute une gifle à Bell Canada en octroyant à sa concurrente Telus un contrat de presque 1 milliard de dollars qui couvrira une bonne partie des besoins de télécommunications de l'État. Pour en lire plus...
  4. Le géant canadien des télécommunications va investir 100 M$ sur trois ans dans le créneau de la santé en lançant une nouvelle marque, Telus Solutions en santé, basée sur l'expertise d'Emergis. Pour en lire plus...
  5. Shows you where the money is going these days. Great looking skyscraper! Article on FP: http://business.financialpost.com/2013/07/04/telus-to-build-400-million-tower-in-calgarys-downtown/?__lsa=e9e9-144b
  6. Les compagnies ont indiqué qu'elles oeuvraient toutes les deux à s'assurer de faire la transition vers la technologie de quatrième génération qui deviendra disponible début de l'année 2010. Pour en lire plus...
  7. L'entreprise investit donc dans un centre de données Internet en banlieue nord de Montréal. Telus gère actuellement huit centres de données au Canada. Pour en lire plus...
  8. Telus announces $33 million "Green" Internet data centre Wednesday, 08 October 2008 Telus announces $33 million "Green" Internet data centreTelus today announced that it would be investing over $33 million to build a more energy efficient Internet data centre to be located in Laval, Quebec. The company says the state-of-the-art facility will be designed according to the Leadership in Energy and Environmental Design (LEED) standards. An Internet data centre is a highly secure building that houses extremely powerful computer servers; all of which have redundant power, cooling and security systems. Recent estimates suggest that data centres now consume about 1 to 1.5% of all energy produced in North America and its share is growing therefore, longer term, greener data centres could make a significant dent in overall energy consumption. Telus, which currently operates eight data centres across Canada, says its newest Internet data centre will be a 44,500 square foot facility that will be connected to six mega-volt-amps of power, equivalent to the needs of more than 5,000 homes! In addition to the power required to power individual computer servers, data centers require a vast amount energy to counter the heat generated by the computer servers. The new data center features a high density power design and efficient heat exchange system will turn Quebec's cold climate into "free cooling" during two thirds of the year. Large, highly efficient air conditioning units will be used when "free cooling" is unavailable. The company says its newest, greenest Internet data centre will become operational in 2010.
  9. La société vancouvéroise rapporte des ajouts nets records d'abonnements au sans-fil, empochant des profits en hausse de 5,5% à 267 M$ au deuxième trimestre. Pour en lire plus...
  10. La deuxième plus importante firme de télécommunications du Canada, Telus (TSX:T), dépensera 840 millions de dollars au Québec au cours des trois prochaines années. Cet investissement appuiera notamment la poursuite du déploiement des infrastructures mobiles 4G LTE dans diverses régions, le prolongement des réseaux sans fil et filaire dans les communautés éloignées du Québec et la construction d'un centre de données Internet intelligent à Rimouski. Les investissements de Telus pendant cette période totaliseront 440 millions de dollars dans la région de Montréal. Ils permettront notamment d'étendre la portée des infrastructures mobiles 4G LTE à un plus vaste territoire de la région métropolitaine. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2012/06/04/004-investissement-telus-quebec.shtml
  11. Hi, I have been reading SSP for about 5 years now and most recently, I have joined MTLURB so I could read that too, so I am quite familiar with all the projects. My question is this: Does anybody know what the two giant metal semi-circles in front of the Telus Tower are and why they move? Sometimes they're down, sometimes one is up, or the other... I asked a security guard and he had no idea. Thanks. p.s. I am bilingual, however my writing skills are far better in English than in French, but please feel free to reply in either language. Also, I work in the McGill University Planning Office (hence the nickname) so I can be a resource for all McGill related construction questions.
  12. Toutefois la firme prévient que cette industrie connaîtra peut-être des problèmes à court terme en raison de décisions imminentes par Telus et BCE d'investir dans ce secteur. Pour en lire plus...
  13. Bénéficiant d'une forte augmentation des abonnements dans le sans-fil au troisième trimestre, le géant des télécommunications est assez confiant pour hausser son dividende de 5,6%. Pour en lire plus...
  14. Dans le cadre de cette entente, la société de télécommunications fournira et installera notamment le nouveau système de téléphonie par Internet de la ville. Pour en lire plus...
  15. L'utilisation du bois dans les édifices à Québec Stade du PEPS http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/sports/actualites-sportives/201201/17/01-4486852-inauguration-du-stade-telus-comme-noel-en-janvier.php http://www.lappel.com/media/photos/unis/2012/01/17/photo_1975227_resize_slideshow.jpg http://fr.wikipedia.org/wiki/Stade_TELUS-Universit%C3%A9_Laval http://fr.wikipedia.org/wiki/Stade_TELUS-Universit%C3%A9_Laval Stade Télus - Université Laval par davidivivid, sur Flickr Stade Télus - Université Laval par davidivivid, sur Flickr Édifice Fondaction http://www.cecobois.com/repertoire/index.php?option=com_rea&view=fiches&id=224&Itemid=100 Édifice administratif de GlaxoSmithKline http://stephanegroleau.com/blog/edifice-en-biotechnologie-interieur-ville-de-quebec/ http://www.coarchitecture.com/fr/portfolio/administratif/entreprise-en-biotechnologie-a-quebec Pavillon des sciences du Bois Kruger de l'Université Laval Aeterna Zentaris HQ http://www.cecobois.com/repertoire/index.php?option=com_rea&view=fiches&id=180&Itemid=100 Palais Montcalm http://www.cecobois.com/repertoire/index.php?option=com_rea&view=fiches&id=181&Itemid=100 Quai des cageux La promenade Samuel-De Champlain par CCNQ, sur Flickr http://www.imagesduquebec.com/Archives/Juin-2009/11824020_pPZAG#!i=564362979&k=Au6ko Bibliothèque Félix Leclerc http://www.cecobois.com/repertoire/index.php?option=com_rea&view=fiches&id=235&Itemid=119 Hôtel-Musée situé sur la réserve Wendake. http://www.quebecurbain.qc.ca/2011/05/24/photos-de-lhotel-musee-premieres-nations-a-wendake/ http://canada.grandquebec.com/communautes-autochtones/wendat/ http://www.cecobois.com/repertoire/index.php?option=com_rea&view=fiches&id=197&Itemid=100 Baie de Beauport http://www.cecobois.com/repertoire/index.php?option=com_rea&view=fiches&id=174&Itemid=100 Stade Chauveau http://www.cecobois.com/repertoire/images/realisations/stade_chauveau/stade_a.jpg http://i284.photobucket.com/albums/ll26/MusicalBox63/qpca/IMGP2618r.jpg
  16. Je suis au courant qu'il existe déjà une discussion pour l'Îlot Overdale, mais puisqu'il s'agit d'une tour à bureau dans la section Est du terrain (donc qui ne change rien à la partie résidentielle), je me disais qu'une nouvelle discussion pourrait être pertinente! -------------------------------------------------------------------------- TELUS – ÎLOT OVERDALE Publié le décembre 19, 2012 par Marie-Elaine Globensky Ce projet de 18 étages situé à Montréal, soit à l’intersection du boulevard René-Lévesque et de la rue de la Montagne, accueillera les bureaux montréalais de TELUS et offrira un nombre équivalent d’espaces de bureaux locatifs. Le projet s’est développé en partenariat avec Groupe Mach, Ecosystem et Pomerleau et est basé sur une approche globale et multidisciplinaire où architectes, ingénieurs et constructeurs travaillent de concert dès la phase embryonnaire du projet, et ce, afin d’assurer la synergie des différents systèmes. Cette approche innovatrice permet à terme de réduire les impacts sur l’environnement menant à un niveau d’accréditation LEED OR et ainsi assurer un niveau de qualité supérieure. Notre approche a permis à la maison mère de traduire l’identité d’entreprise de Telus. Également, ce projet nous a permis de démontrer notre approche soutenue quant au développement durable. Du point de vue conceptuel, le projet s’inspire librement des caractéristiques symboliques, physiques et écologiques de l’arbre. Ainsi, le projet s’enracine sur le site et développe des connexions avec le quartier environnant. Le tronc, véritable noyau du projet, permet la circulation de tous les éléments nutritifs du système : employées, air, eau et énergie. Les « PODs », l’élément distinctif du projet, agissent telles des branches en connectant les individus sur différents étages. Catalyseur de rencontres informelles, le « POD » est également l’endroit où se déploient nos mécanismes environnementaux. Finalement, la canopée (toiture) agit comme une plateforme multifonctionnelle regroupant les dispositifs environnementaux actifs du projet. L’approche développée repose sur les trois volets fondamentaux du développement durable dans sa définition la plus large soit l’économie, le social et l’environnemental. Économie : Par l’intégration d’environnements de qualité, de lumière naturelle abondante, d’une qualité d’air accrue et de la ventilation naturelle, notre proposition vise à d’augmenter la productivité et le confort des employés accroissant le bien-être et la productivité des employés. Social : Ce projet privé incorpore une composante communautaire par l’implantation d’une généreuse agora au rez-de-chaussée qui serait potentiellement offerte aux organismes communautaires et aux associations à but non lucratif, dont les objectifs correspondent à l’image écoresponsable de TELUS. De plus, les « PODs », un élément distinctif de notre design, proposent des lieux de socialisation et de détente pour les employés afin d’augmenter le sentiment d’appartenance à l’entreprise et indirectement la rétention de la main d’œuvre. Environnemental : Dans ce projet LEED OR, les « PODs », composante clé de notre approche durable, proposent une série de dispositifs alliant mur végétal, végétation luxuriante, fenestration abondante, ventilation naturelle, utilisation importante de bois certifié, bornes de compostage et recyclage, etc. Il s’agit ni plus ni moins des poumons verts du projet, des espaces pivots d’une conscientisation environnementale grandissante. Finalement, la toiture innovatrice du projet agit telle une canopée d’un arbre en captant les rayons solaires et en collectant les eaux de pluie en plus d’offrir la plateforme aux télécommunications, alors que les « racines » du bâtiment encouragent le transport actif et l’agriculture urbaine. De plus grandes images sont disponibles sur le site : http://www.lemayonline.com/fr/lab/telus-ilot-overdale
  17. Telus réduira ses effectifs dans les secteurs «en déclin» l'an prochain, mais vise tout de même une croissance de son bénéfice par action allant jusqu'à 10%. Pour en lire plus...
  18. Koodo, filiale à bas prix de Telus, claironne dans ses publicités de Noël que les frais d'accès au réseau et les contrats à long terme sont «dégueulasses». Pour en lire plus...
  19. Le géant des télécommunications a annoncé que ses dépenses en immobilisations devraient être supérieure à celles prévues pour l'année en cours. Pour en lire plus...
  20. La Presse | lundi 17 mars 2008 La nouvelle salle de spectacle qui sera inaugurée demain dans l'ancien cinéma Berri, rue Saint-Denis, profitera de ce qui a cruellement fait défaut aux dirigeants du Spectrum pour assurer sa survie: un commanditaire. La compagnie de télécommunications TELUS Québec a décidé de plonger dans le monde du spectacle avec le Groupe Laberge, propriétaire du bar Dagobert de Québec, pour commanditer la nouvelle salle du Quartier des spectacles. L'annonce en sera faite demain en présence des dirigeants de TELUS Québec, dont sa présidente Karen Radford, d'un des propriétaires de la salle, Jean-Frédérick Laberge, et de la présidente de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Isabelle Hudon. Dans leur convocation, les promoteurs ont précisé la semaine dernière que la salle TELUS «deviendra la destination pour promouvoir le talent musical et l'esprit d'innovation québécois». Située dans l'ancien cinéma Berri au 1280, rue Saint-Denis, la salle de 800 places partage ses locaux - une rareté à Montréal - avec un bar-discothèque pouvant accueillir près de 700 personnes, répondant au nom de La Mouche. Les propriétaires ont d'ailleurs obtenu une dérogation de l'arrondissement Ville-Marie il y a un an, puisque la présence de débits de boissons alcoolisées est contingentée dans ce secteur du Quartier des spectacles. Trois autres bars sont situés dans les environs, soit le Vieux Four, la Calèche du sexe et le Bar 1250. Selon les documents déposés à l'arrondissement de Ville-Marie, des travaux estimés à 200 000 $ ont été nécessaires pour l'ajout d'un escalier sur le site et pour le réaménagement du bar et des salles de spectacle et de danse. La modification de l'entrée principale et l'ajout de deux marquises auront nécessité, pour leur part, des travaux de 55 000 $. Lorsque La Presse a dévoilé le projet il y a un an, peu de temps après l'annonce de la fermeture du Spectrum, le maire de l'arrondissement de Ville-Marie, Benoît Labonté, avait déclaré que le nouvel établissement venait «consolider la vocation culturelle du secteur». Quant au propriétaire Gilles Laberge, il disait souhaiter que sa salle de spectacle «allait aider à remplacer» le Spectrum. Cinéma jusqu'en l'an 2000, le Berri a ensuite accueilli un after-hours, le Aria, jusqu'au 23 décembre 2006. Un an plus tôt, en octobre 2005 plus précisément, un homme de 25 ans, Raymond Ellis, avait été poignardé à mort à la sortie de l'Aria par des membres d'un gang.
  21. Le bénéfice net trimestriel de Telus chute de 29 %, en raison d'ajustements liés aux impôts. L'entreprise enregistre malgré tout une croissance soutenue de ses produits sans fil et de transmission de données. Pour en lire plus...
  22. Québec préfère Telus à Bell 10 janvier 2009 - 10h42 La Presse Maxime Bergeron Le gouvernement québécois vient d'infliger toute une gifle à Bell Canada en octroyant à sa concurrente Telus un contrat de presque 1 milliard de dollars qui couvrira une bonne partie des besoins de télécommunications de l'État. Québec a lancé un appel d'offres en avril dernier pour faire migrer deux réseaux de transport de données vers un seul. Après une analyse des deux seules candidatures reçues - celles de Bell et Telus -, le ministère des Services gouvernementaux (MSG) a jugé que l'entreprise de Vancouver était plus qualifiée que sa contrepartie montréalaise pour réaliser ce mandat. «C'est Telus qui présente la meilleure proposition», a résumé Jacques Duval, porte-parole du MSG, pendant un entretien téléphonique. Le contrat s'étalera sur 5 ou 10 ans et procurera jusqu'à 923 millions à Telus. Bell, qui perd un important mandat dont il avait la charge depuis 1989, s'est engagé à collaborer pour assurer une période de transition de deux ans. Le nouveau mégaréseau desservira 160 ministères et organismes provinciaux de même que 350 établissements du secteur de la santé. Telus installera dans un premier temps tous les équipements nécessaires, puis gérera le système. Ce réseau constitue un «très gros morceau» dans l'infra-structure de télécommunications de l'État québécois, a indiqué Jacques Duval. Et il sera de plus en plus utilisé, au fur et à mesure que les besoins en bande passante augmenteront. Le transfert électronique de photos médicales, par exemple, requiert beaucoup de puissance, a-t-il expliqué. Contrat historique Chez Telus, dont le siège social québécois est situé à Rimouski, on jubilait hier. Il s'agit là d'une victoire majeure pour l'entreprise de l'Ouest canadien, qui vient décrocher un mandat de taille dans l'arrière-cour de Bell Canada. «Je peux affirmer sans l'ombre d'un doute que c'est le plus gros contrat de notre histoire», a dit Stacey Masson, porte-parole de Telus au Québec. Telus affirme que l'attribution de ce contrat n'est lié à aucune promesse de création d'emplois ou d'investissements supplémentaires au Québec, où le groupe compte environ 5000 employés. «Pas besoin de faire de promesses parce que, dans le fond, on n'aura pas le choix: on va engager au moins 200 personnes pour les besoins du contrat, surtout à Québec», a soutenu Mme Masson. C'est Nathalie Normandeau, vice-première ministre du Québec, qui a confirmé le retrait du contrat à Bell avant-hier en répondant à la question d'un journaliste en Gaspésie. Radio-Canada a diffusé la nouvelle jeudi soir. Mme Normandeau a refusé d'accorder une entrevue à La Presse Affaires hier pour donner plus de détails. Son attachée de presse nous a dirigé vers la ministre des Services gouvernementaux, Dominique Vien, qui a elle aussi refusé de nous parler. L'appel d'offres a été géré au gouvernement sans intervention du politique, a fait valoir le porte-parole de Mme Vien pour justifier ce refus. Au MSG, Jacques Duval a expliqué que les deux entreprises ont présenté leurs soumissions après avoir lu un devis technique de plusieurs centaines de pages. En gros, il s'agissait de répondre le mieux possible aux besoins de l'État «en matière de sécurité, de robustesse et de capacité du réseau», a-t-il dit. Ce que Telus aurait mieux fait que Bell. Déception La perte de cet important contrat a été reçue comme une «déception» à Bell Canada, un mois à peine après l'échec du rachat de l'entreprise par Teachers' pour 52 milliards. Le porte-parole Jacques Bouchard s'est toutefois employé à en relativiser l'ampleur. «On continue d'être un bon fournisseur du gouvernement et on va tout faire pour ravoir le contrat.» Le conglomérat montréalais gère notamment 28 000 lignes téléphoniques de l'État, un contrat de 70 millions de dollars. Aussi, Bell touchera des redevances de Telus au cours des prochaines années puisque l'entreprise de Vancouver utilisera une partie de son réseau pour réaliser son nouveau contrat, a souligné M. Bouchard, sans les quantifier. La nouvelle a malgré tout pesé sur le moral de certains employés, hier. «C'est une autre tuile qui nous tombe sur la tête, a confié un responsable des réseaux sous le couvert de l'anonymat. Le climat est à la déception et à l'incertitude, surtout dans le contexte économique actuel.» Les travailleurs craignent de nouveaux licenciements, après les vagues de compressions des derniers mois, ce que Bell exclut pour l'instant. «Mais le pire dans tout ça, c'est que ça vient confirmer que Bell a perdu son statut de chef de file», a ajouté l'employé. Bataille à venir Selon Amit Kaminer, analyste en télécoms au SeaBoard Group, les péripéties qui ont entouré le rachat avorté de Bell Canada Entreprises par Teachers' ont probablement déconcentré l'entreprise au cours des 18 derniers mois. «Bell est une société en transition, en changement de rapport, a-t-il avancé. Mais quand on change de vitesse dans une voiture, il y a toujours un moment où les roues ne répondent plus au moteur. Telus a vu ce moment et en a profité.» La perte de ce contrat viendra faire grimper d'un cran la concurrence entre les deux géants, croit M. Kaminer. «Tous les coups sont maintenant permis. Maintenant que Telus a été capable de lui arracher ce contrat, je crois que Bell sera plus combative aussi dans les territoires de Telus.» Le titre de BCE a clôturé à 24,32$ hier à la Bourse de Toronto, en baisse de 1,3%, et celui de Telus a fini à 35,13$, en hausse de 0,5%.