Search the Community

Showing results for tags 'telecommunications'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 31 results

  1. Montreal's Cogeco aquires Toronto Hydro Mike King, Montreal Gazette Published: Friday, June 13 MONTREAL - Cogeco Cable Inc. is spreading its network into Canada's biggest business telecommunications market with the purchase of Toronto Hydro Telecom Inc. "This acquisition is another step in the enrichment of the Cogeco Business Solutions Data offering," Louis Audet, president and CEO of the Montreal company, said yesterday in announcing the deal. He said THTI's state-of-the-art network, dedicated workforce and Toronto business market potential "should complement our existing business telecommunications activities in Ontario and allow future growth for Cogeco Cable in this line of business." Cogeco is the second-largest cable telecommunications operator in Ontario, Quebec and Portugal respectively based on the number of basic cable subscribers. Audet said the takeover "demontrates our willingness to seize upon external growth opportunities in our Canadian footprint when they arise and fit well with our business strategy." The deal provides Cogeco with a unique chance to add owned and operated points of presence throughout the greater Toronto area, linked to its other existing broadband facilities extending over the dense Ontario telecommunications corridor from Windsor to Cornwall. At the same time, THTI customers will be able to benefit from Cogeco's extensive fiber network spanning Ontario and Quebec. Shares closed at $39.89 on the Toronto Stock Exchange yesterday, up $1.08. [email protected] http://www.canada.com/montrealgazette/news/business/story.html?id=8bb1d48f-5b0f-44ce-a31a-3ee91ef6ef00
  2. Le géant canadien des télécommunications va investir 100 M$ sur trois ans dans le créneau de la santé en lançant une nouvelle marque, Telus Solutions en santé, basée sur l'expertise d'Emergis. Pour en lire plus...
  3. Le gouvernement québécois vient d'infliger toute une gifle à Bell Canada en octroyant à sa concurrente Telus un contrat de presque 1 milliard de dollars qui couvrira une bonne partie des besoins de télécommunications de l'État. Pour en lire plus...
  4. (Courtesy of eitb.com) I hope Telefonica suffers for this. I feel bad for the people who use them. From what I read Telefonica operates 75% of Spains communications
  5. Le géant des télécommunications Canwest Global déclare des pertes nettes de plus de 1 milliard de dollars à son quatrième trimestre. Pour en lire plus...
  6. Le cours des actions de l'entreprise a augmenté de plus de 27% après que l'entreprise eut annoncé avoir été choisie à titre de fournisseur par l'un des géants mondiaux des télécommunications. Pour en lire plus...
  7. Le géant canadien des télécommunications réduit ses prévisions de croissance, prévoit de nouvelles mises à pied et la vente de certains actifs. Pour en lire plus...
  8. Le contenu de Quebecor sera un élément clé dans le sans-fil 9 septembre 2008 - 18h41 La Presse Canadienne Ross Marowits Le conglomérat Quebecor (QBR.B) garde pour lui la stratégie qu'il entend employer à titre de nouveau joueur de l'industrie canadienne des communications sans fil, mais son président et chef de la direction, Pierre Karl Péladeau, a fait valoir à Toronto, mardi, que ses journaux pourraient livrer un important contenu à d'éventuels partenaires dans ce secteur. «Nous sommes certainement en bonne position pour envisager toute négociation, en plus de quoi nous avons la capacité de donner accès au Québec aux autres opérateurs qui auront besoin d'une sorte de réseau», a déclaré M. Péladeau dans le cadre d'une conférence sur les télécommunications. La société montréalaise a récemment dépensé presque 450 millions $ afin de faire l'acquisition de 40 mégahertz de fréquences du spectre sans fil au Québec, en plus de 100 millions $ pour acquérir d'autres fréquences dans le sud de l'Ontario, soit des secteurs fortement peuplés dans lesquels se trouvent certaines des plus grandes villes au pays. Malgré le fait qu'elle ait abandonné son projet initial de développement d'une plateforme nationale, la société compte consacrer entre 800 millions $ et 1 milliard $, au cours des trois à quatre prochaines années, à la mise en service de son propre service sans fil. Le financement de ce service sera assuré au moyen de ressources internes et d'une émission d'obligations ayant eu lieu plus tôt cette année. Le propriétaire d'importants journaux de langue française à Montréal et Québec, en plus de journaux de langue anglaise dans d'autres parties du pays, a affirmé qu'il serait en mesure d'offrir du «contenu de première classe» aux services d'accès à Internet sans fil, expliquant déjà le faire sur une base quotidienne. En plus du Toronto Sun et d'autres quotidiens de Sun Media à Ottawa, Winnipeg, Calgary et Edmonton, Quebecor Media possède le London Free Press, dans le sud de l'Ontario, et plus de deux douzaines de quotidiens supplémentaires, pour la plupart acquis au moment du rachat d'Osprey Media. «Avec tous nos actifs à travers le Canada, nous pouvons mettre des choses intéressantes sur la table», a affirmé M. Péladeau à des analystes. Le service de télécommunications sans fil de Quebecor au Québec sera inclus avec les services de télévision par câble, de téléphonie et d'accès à Internet déjà assurés par Vidéotron. À la Bourse de Toronto, mardi, le cours de l'action de Quebecor a terminé la journée à 27,76 $, en hausse de 25 cents par rapport au précédent taux de clôture.
  9. D'après The Globe and Mail, les banques remettent en cause les ententes signées avec Teachers pour l'achat du géant canadien des télécommunications. Pour en lire plus...
  10. Malmené par le ralentissement économique mondial, le géant des télécommunications ATT annonce la suppression de milliers d'emplois au cours des prochaines semaines. Pour en lire plus...
  11. «Ted Rogers fut un grand visionnaire des télécommunications, pour qui le mot risque n'existait pa»", s'est remémoré André Chagnon, ex-président fondateur de Vidéotron, huit ans après un projet avorté de fusion multimilliardaire. Pour en lire plus...
  12. Bénéficiant d'une forte augmentation des abonnements dans le sans-fil au troisième trimestre, le géant des télécommunications est assez confiant pour hausser son dividende de 5,6%. Pour en lire plus...
  13. Pour le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, il faudrait diviser le Fonds en deux volets: un privé, l'autre public. Pour en lire plus...
  14. Dans le cadre de cette entente, la société de télécommunications fournira et installera notamment le nouveau système de téléphonie par Internet de la ville. Pour en lire plus...
  15. Le géant canadien des télécommunications essuie une perte de près de 46% de son bénéfice net au deuxième trimestre. Pour en lire plus...
  16. J'ai hâte de voir comment les bourses vont réagir. On pensait l'action basse ? Bien hâte de voir jusqu'où elle va tomber aujourd'hui. Et pensez-vous que c'est une bonne nouvelle pour Montréal ? Ou Bell avait déjà commencé le déménagement de ses cadres vers Toronto ? ------------------ Transaction de 52G$ BCE: la vente avorte 11 décembre 2008 - 05h48 Transaction de 52G$ - BCE: la vente avorte http://argent.canoe.com/lca/infos/quebec/archives/2008/12/20081211-054846.html BCE réclame les frais de résiliation de 1,2G$ ARGENT, d'après THE CANADIAN PRESS Le projet de rachat du géant canadien des télécommunications BCE (BCE) n'aura finalement pas lieu, a annoncé jeudi un groupe d'acheteurs potentiels mené par par le Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l'Ontario (Teachers). Le cabinet comptable KPMG a déterminé que BCE n’a pas rencontré une condition essentielle à la réalisation de la transaction, évaluée à 52G$. Selon le cabinet comptable, BCE a échoué à un test de solvabilité, une condition indispensable à la réalisation du rachat du géant des télécommunications par Teachers et ses partenaires américains. La mort de ce qui aurait été l’une des plus importantes prises de contrôle du pays ne sera pas un choc pour les marchés, qui anticipaient largement ce dénouement depuis quelques semaines. KPMG avait fait savoir le 26 novembre dernier que BCE ne passait pas le test. BCE a par la suite embauché la firme PriceWaterhouseCoopers pour réaliser un autre test, qui s’est avéré positif. La rumeur veut que BCE a voulu faire pression sur KPMG, en vain. Le titre de BCE avait plongé de 13,10$ pour clore à 25,25$ le jour après l’annonce de KPMG. Mercredi, l’action a fermé en hausse de 2,3% ou 0,52$ à 23,02$ à la Bourse de Toronto, très loin de l’entente de rachat fixée à 42,75$.
  17. L'équipementier canadien Nortel Networks, menacé de faillite et de démantèlement, a enregistré une perte nette de 5,8 milliards $ en 2008, en hausse de près de 600% par rapport à un an plus tôt. Pour en lire plus...
  18. April 8, 2009 By MERAIAH FOLEY SYDNEY — The Australian government said Tuesday that it would create a publicly owned company to build a national high-speed broadband network worth 43 million Australian dollars in one of the largest state-sponsored Internet infrastructure upgrades in the world. Prime Minister Kevin Rudd said the eight-year, $31 billion project would create up to 37,000 jobs at the peak of construction, giving a lift to the economy as retail spending slumps and mining companies cut workers amid weakening demand for Australian metals. The plan is “the most ambitious, far-reaching and long-term nation-building infrastructure project ever undertaken by an Australian government,” Mr. Rudd told reporters. The government’s announcement was a surprise rebuff to five private telecommunications firms, including Optus of Singapore and Axia NetMedia of Canada, that had been bidding to build a slower, less expensive network, with fiber-optic cables reaching as far as local nodes, worth around 10 billion dollars. But Mr. Rudd scrapped those proposals in favor of a superior but more expensive network that will deliver broadband speeds of up to 100 megabits per second — fast enough to download multiple movies simultaneously — to 90 percent of Australian buildings through fiber-optic cables that extend directly to the premises. The remaining 10 percent will receive upgraded wireless access. Analysts said the government-sponsored project would be the most ambitious fiber-to-the-premises network to have been undertaken by any nation and would be watched carefully by other governments considering Internet infrastructure spending as a way to stimulate growth as the global economic crisis continues. The Britain, Canada, Finland, Germany, Portugal, Spain and the United States have all included measures to expand broadband access and to bolster connection speeds in their planned stimulus packages. “Compared to what has been done elsewhere, this is quite a unique situation,” said Laurent Horrut, a telecommunications analyst at J.P. Morgan. Most developed countries have relied heavily on private-sector spending to upgrade their Internet networks, and those that have pledged public money have come “nowhere close” to the level of spending announced by Australia, he said. “This will set Australia up as potentially one of the international leaders here,” Paul Budde, an independent telecommunications analyst, said in a statement posted on his blog. “This government understands the trans-sector approach that is needed to stimulate the digital economy.” The government would make an initial investment of 4.7 billion Australian dollars in the enterprise, in which taxpayers would hold a 51 percent share. The remaining costs would be financed by investment from private companies and the sale of infrastructure bonds. Once the network was fully operational, Mr. Rudd said, the government would sell down its interest within five years. Mr. Rudd’s conservative opponent, Malcolm Turnbull, and some analysts criticized the plan, saying the cost of the project would likely be passed to consumers in the form of higher Internet fees. They also questioned whether consumers would embrace a fixed-line, fiber-to-the-premises network over increasingly popular wireless services. Even those who agree that the proposal is both sensible and achievable said setting the right price for companies to access the network would be “a major challenge.” “A low price will discourage private investors, but a high price will discourage consumer uptake and service innovation,” David Kennedy, research director at global advisory and consulting firm Ovum, said in an e-mailed statement. While most analysts agree that investing in communications technology makes economies more competitive, some are skeptical about whether long-term spending on communications infrastructure will provide the short-term stimulus needed to pull countries out of recession. The plan fulfills a 2007 election promise Mr. Rudd made to overhaul the country’s sprawling, antiquated Internet infrastructure. But the government is also holding the project up as a job-creating form of fiscal stimulus in a time when the private sector is shedding jobs at a faster-than-expected rate. On Tuesday, the Reserve Bank of Australia cut its benchmark cash rate by 0.25 percentage point to 3 percent, its lowest level since March 1960, amid signs the once-booming economy is continuing to deteriorate. The bank has so far slashed 4.25 percentage points from the cash rate since September in a bid to stop the country from slipping into its first recession in nearly two decades. According to government figures released last week, retail sales fell 2 percent in February, the biggest one-month drop since the introduction of a 10 percent goods and services tax in July 2000. Unemployment data has also gone from bad to worse. Australia and New Zealand Banking said Monday that job advertisements in newspapers and on the Internet had dropped 8.5 percent from February to March and a staggering 44.6 percent from the year before. It warned that unemployment could exceed 8 percent by next year. http://www.nytimes.com/2009/04/08/technology/internet/08broadband.html?_r=1&ref=business
  19. Bell qui pleure, Vidéotron qui rit * Jérôme Plantevin, Journal LesAffaires * 24 août 2008 Si Bell en arrache, son principal rival québécois, Vidéotron, a le vent dans les voiles. Il n'y a pas si longtemps, le câblodistributeur était mal aimé. Mais, en cinq ans, il a réussi à renverser la situation. "On est loin du Vidéotron qui s'attirait de la mauvaise presse en mettant ses employés en lock-out", reconnaît Iain Grant, analyste en télécommunications au SeaBoard Group. Depuis la fin de ce confilt de travail, en 2003, la croissance de l'entreprise est au rendez-vous : ses revenus annuels sont passés de 862,8 millions de dollars à 1,55 milliard en 2007. Le nombre d'employés a explosé, passant de 2 300 à 4 000 aujourd'hui. C'est sans compter les 875 postes que le câblodistributeur cherche à combler. Quel est le secret de Vidéotron ? "Sa direction", répond Iain Grant. Selon l'analyste. le président et chef de la direction de Vidéotron depuis juin 2003, Robert Dépatie, a réussi son plan de redressement. "Il faut reconnaître la valeur des employés qui, malgré le lock-out, ont adhéré au plan de M. Dépatie." Le virage opéré par M. Dépatie, son équipe et ses employés a été profond. "Nous avons changé notre structure et notre mentalité. Cela nous a donné une flexibilité opérationnelle accrue", explique Isabelle Dessureault, vice-résidente, affaires corporatives, du câblodistributeur. "Nous avons réduit les niveaux décisionnels, pour que moins de gens soient impliqués dans la prise de décisions. Nous avons également fait appel à des sous-traitants, poursuit Mme Dessureault. Nous avons mis fin au travail "en silo". Désormais, chaque division partage des services communs comme le service à la clientèle ou l'équipe technique." De plus, Vidéotron a beaucoup investi dans ces centres d'appels ainsi que dans la formation de ses techniciens et préposés, selon Mme Dessureault. Cela a réduit le temps d'attente des clients au téléphone. "Nous avons tout fait pour suivre le niveau de satisfaction de notre clientèle au jour le jour avec la mise en place d'indicateurs divers comme la courtoisie et la qualité des explications fournies par le technicien ou par le préposé au centre d'appels." L'entreprise a offert un bouquet complet de services résidentiels de télécommunications, le fameux four-play offert par un seul fournisseur qui agit comme guichet unique et n'envoie qu'une seule facture. La technologie utilisée par Vidéotron, le câble, nécessite moins d'investissements que les fils de cuivre de Bell pour fournir à grande échelle de hautes vitesses Internet. En téléphonie, les règles imposées à Bell par le CRTC ont permis à Vidéotron de pénétrer rapidement le marché sans que Bell contre-attaque immédiatement au niveau des prix.
  20. Le géant des télécommunications a annoncé que ses dépenses en immobilisations devraient être supérieure à celles prévues pour l'année en cours. Pour en lire plus...