Search the Community

Showing results for tags 'teachers'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 24 results

  1. Le constructeur de locomotives et de grues crée ainsi 125 emplois avec du financement en provenance de Teachers. Pour en lire plus...
  2. La Caisse est confiante de croire que l'acquisition de BCE par Teachers se concrétisera. Pour en lire plus...
  3. BCE poursuit le Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l'Ontario (Teachers) et ses partenaires pour réclamer au consortium une indemnité de rupture de 1,2 milliard $. Pour en lire plus...
  4. Le régime de retraite des enseignants ontariens a gagné son pari avec BCE en la rendant plus concurrentielle, dit l'analyste Amit Kaminer, du SeaBoard Group. Pour en lire plus...
  5. Teachers a moins bien fait que la Caisse en 2007 1 avril 2008 - 14h15 LaPresseAffaires.com Michel Munger Ayant atteint la maturité, le régime de retraite des enseignants ontariens surnommé Teachers affiche un rendement moins important que la Caisse de dépôt et placement du Québec pour une deuxième année de suite en 2007. Ainsi, ce régime ontarien qui tente de privatiser BCE pour 52 G$ déclare un rendement annuel de 4,5% pour la période qui s'est terminée le 31 décembre. L'indice de référence a donné un rendement de 2,3%. La Caisse, elle, a affiché un gain de 5,6%. En 2006, les rendements respectifs de la Caisse étaient de 14,6% et 13,2% Click here to find out more! Teachers explique qu'elle a atteint la maturité, ayant 1,6 participant actif pour chaque participant retraité. Cela fait en sorte que ceux qui cotisent sont moins nombreux qu'auparavant pour garder le bateau à flot. Cela la force aussi Teachers à prendre moins de risques. Si le portefeuille total était composé à 65% d'actions de sociétés ouvertes et fermées en 1995, la proportion était de 47% en 2007. Environ 36% de l'actif de 108,5 G$ était composé de placements sensibles à l'inflation alors que ceux à revenu fixe représentaient 17% du total. Justement, les actions ont procuré un rendement négatif de 0,1%, contre -1,6% pour l'indice de référence. Le rendement de Teachers dans ce secteur sur quatre ans est de 12,8% par année. La valeur du portefeuille d'actions s'élevait à 50 G$ au 31 décembre. Les placements sensibles à l'inflation ont entraîné un rendement de 7%, étant évalués à 39,3 G$ à la fin de 2007. L'indice de référence a généré une hausse de 2,9%. Sur quatre ans, le régime ontarien affiche des gains de 11,8% par année. Du côté du revenu fixe et du rendement absolu, Teachers rapporte un rendement de 5,4% avec un actif de 18,7 G$. L'indice de référence générait 9,6% pendant la même période. Sur quatre ans, le régime a eu un rendement annuel de 10%. C'est sans oublier les défis présentés par la conjoncture actuelle aux niveaux économique et boursier, comme l'explique Bob Bertram, vice-président directeur aux Placements chez Teachers. «L'incidence défavorable de la hausse du dollar canadien sur les placements étrangers, les répercussions négatives sur les marchés du crédit de la crise des prêts hypothécaires à risque élevé aux États-Unis et l'effondrement du marché canadien du papier commercial [...] n'ont pas empêché la caisse d'enregistrer un gain sur douze mois de 4,7 G$.»" La maturité ayant été atteinte, Teachers rapporte qu'en date du 1er janvier 2008, elle montrait une insuffisance de capitalisation de 12,7 G$. «C'est là le défi perpétuel que pose la question d'un régime à maturité», conclut Jim Leech, PDG de Teachers. source: http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/article/20080401/LAINFORMER/80401151/5891/LAINFORMER01
  6. D'après The Globe and Mail, les banques remettent en cause les ententes signées avec Teachers pour l'achat du géant canadien des télécommunications. Pour en lire plus...
  7. S'il n'en tient qu'à une annonce matinale du géant des télécoms, le rachat et la privatisation par le régime des enseignants ontariens Teachers' aura lieu dans un mois malgré la crise du crédit. Pour en lire plus...
  8. Aquilex, dont le siège social est situé à Atlanta, en Géorgie, compte 5000 employés. Ses revenus se sont élevés à 550 M$ US en 2007. Pour en lire plus...
  9. Raccrochera, raccrochera pas? Le plus gros rachat d’entreprise de l’histoire au Canada, celui de BCE, société mère de Bell Canada, est en péril plus que jamais auparavant. Pour en lire plus...
  10. Canadian Investor Bets on a Montreal Revival Cadillac Fairview Wants to Expand City's Business Center to the South By DAVID GEORGE-COSH Nov. 5, 2013 6:11 p.m. ET For more than two decades, Montreal was one of the sleepiest office markets in Canada, seeing no new private development as cities such as Toronto and energy-rich Calgary added millions of square feet of new space. Now, as Canadian investors step up real-estate investment throughout the world, a company owned by one of Canada's largest pension funds is looking to shake things up. Cadillac Fairview Corp., a unit of Ontario Teachers' Pension Plan, wants to expand the city's business center to the south with a planned 1.9 billion Canadian dollars ($1.82 billion) development next to the Bell Centre, where the National Hockey League's Montreal Canadiens play. The company earlier this year broke ground on the first building on the 9.2 acre site, named the Deloitte Tower after the professional-services firm that it lured from Montreal's traditional downtown. Owners of office buildings in Montreal's core dismiss the competitive threat, citing the lack of retail and transportation in the Deloitte Tower area. "I don't think that people who went to that location will be happy," says Bill Tresham, president of global investments at Ivanhoé Cambridge Inc., which owns the Place Ville Marie office complex that Deloitte is vacating. But Cadillac Fairview executives say businesses will be attracted to the tower's modern workspaces, energy efficiency and the civic square and skating rink in the complex modeled on New York's Rockefeller Center. "That's where we feel the growth is," says Sal Iacono, Cadillac's senior vice president for development in Eastern Canada. Developers in other cities have had mixed results when they have tried to build new business districts to compete with traditional downtowns. London's Canary Wharf development was forced to seek bankruptcy protection in its early years, although it eventually turned into a success. The Fan Pier project in Boston finally has gained traction after years of delay. The Cadillac Fairview development is partly a sign that Montreal has absorbed a glut of space that has hung over its office market for years. Its third-quarter vacancy rate for top-quality space downtown was 5.4%, compared with 9.4% in the third quarter of 2010, according to Cushman & Wakefield Inc. But the project also is a sign of the increasing appetite that Canadian investors have for real-estate risk as the world slowly recovers from the downturn. Canadian investors are on track to purchase at least US$15.6 billion of commercial real estate world-wide in 2013, up from US$14.5 billion in 2012, and a postcrash record, according to Real Capital Analytics Much of the interest is coming from Canadian pension funds, which have more of an appetite for risk than U.S. and European institutions because Canadian property wasn't hurt as badly by the downturn, experts say. The Canada Pension Plan Investment Board, the country's largest pension fund, allocated 11.1% of its assets to real estate, for a total of C$20.9 billion, in the first quarter of fiscal 2014. That is up from 10.7% in the first quarter of fiscal 2013, for a total of C$17.7 billion. Ontario Teachers' Pension Plan has been aggressive in several other sectors as it tries to shore up its funding deficit amid stubbornly low interest rates. The fund last month acquired Busy Bees Nursery Group, the largest child-care provider in the United Kingdom, for an undisclosed sum, while contributing US$500 million to Hudson's Bay Co.'s purchase of Saks Fifth Avenue for US$2.9 billion in July. Over the past year, Teachers' also has made investments in Australian telecom companies, oil assets in Saskatchewan and a supplier of outdoor sports-storage systems. Cadillac Fairview's real-estate portfolio increased to C$16.9 billion at the end of 2012, the last period for which data is available, up from C$15 billion in 2011. Montreal has a population of 1.65 million and its business sector, which relies heavily on aerospace, information technology, pharmaceuticals and tourism, remained relatively healthy during the downturn. The last commercial office buildings in its modern office district were completed by private developers in 1992. Nearly 20% of the city's office inventory was built before 1960, more than in other large Canadian cities, according to Cushman & Wakefield. Other pension funds also are making new investments in Montreal's office market, though they are focusing on core properties. Ivanhoé Cambridge, an arm of Quebec-based pension fund Caisse de dépot et placement du Québec, spent more than C$400 million in August to acquire full control of the Place Ville Marie office complex, and is planning a C$100 million upgrade. Cadillac Fairview began assembling land for its project in 2009 when it acquired Windsor Station, a historic hub that dates to the 19th century. The area is southwest of Old Montreal, the historic section of the city near the St. Lawrence River. But the area has been unappealing to most office-building developers because it lacks many stores, restaurants or other amenities. "No one was interested in developing," Mr. Iacono says. The company has been planning a development including retail, office and residential space since then, but many were skeptical that businesses could be convinced to move outside of the city's traditional business center. That skepticism was damped when Deloitte announced plans to move. Then this year, the Alcan unit of mining giant Rio Tinto said it would move its headquarters to the top eight floors of the 500,000 square-foot tower, increasing its occupancy to 70%. Cadillac Fairview also has started building a 555-unit condo on the site. Eventually, the entire complex will include an additional 4 million square feet of office, retail and residential space as well as public areas. Deloitte executives say the new building—slated to open in 2015—was appealing because of its energy efficiency and green features such as stalls for charging electric cars. "This building is a catalyst for a whole energy for that part of the city," says Sheila Botting, national leader of real estate for Deloitte in Canada.
  11. Le groupe BCE conclut une entente finale avec Teachers, qui acquiert l'ensemble de ses actifs au prix de 42,75$ par action, mettant ainsi fin aux rumeurs selon lesquelles les financiers songeaient à en revoir le prix à la baisse. Pour en lire plus...
  12. Le régime de retraite des enseignants de l'Ontario songe à acheter des actions des sociétés financières aux États-Unis et ailleurs dans le monde pour profiter de la dégringolade des titres depuis un an. Pour en lire plus...
  13. L'action de BCE s'écroule, la privatisation menacée 26 novembre 2008 - 09h51 LaPresseAffaires.com Michel Munger La privatisation du géant des télécoms BCE (BCE) risque de ne pas se produire pour des questions de solvabilité et son action s'écroule en Bourse. Le titre fondait de 36,7% à 24,28 $ au TSX. Ce matin, la firme comptable KPMG jette une douche d'eau froide en questionnant la solvabilité ultérieure de Bell. La firme invoque, dans un avis préliminaire, les conditions actuelles du marché et le niveau d'endettement entraîné par la transaction pour ne pas remettre un avis favorable avant le 11 décembre, date prévue pour la conclure. KPMG doute qu'une fois privatisée, BCE puisse satisfaire aux tests de solvabilité définis dans l'entente de rachat. C'est une condition incontournable pour que la transaction soit effectuée selon les modalités acceptées par Teachers'. Rappelons que Bell devait être rachetée par le régime de retraite des enseignants ontariens Teachers' pour 52 G$. Sur ce montant, une trentaine de milliards doit provenir d'emprunts sur le marché du crédit. George Cope, grand patron de Bell, a manifesté son mécontentement en faisant l'annonce. «BCE bénéficie aujourd'hui de cotes de crédit de qualité, compte 2,8 G$ d'encaisse disponible, a peu d'échéances de titres d'emprunt à moyen terme et continue d'enregistrer de solides résultats d'exploitation.» «Nous sommes déçus de l'avis préliminaire de KPMG sur la solvabilité post-transaction, qui se fonde sur plusieurs hypothèses et méthodologies que nous examinons actuellement», ajoute Siim Vanaselja, chef des affaires financières de BCE. «L'entreprise ne partage pas l'avis selon lequel l'ajout de l'endettement de l'acquisition avec effet de levier ferait en sorte que BCE ne satisferait pas à la définition technique de solvabilité», dit M. Vanaselja.
  14. L'échec du rachat de BCE par Teachers' et ses partenaires ne signifie pas la fin de ce feuilleton qui s'étire depuis plus de 17 mois. Loin de là. Pour en lire plus...
  15. J'ai hâte de voir comment les bourses vont réagir. On pensait l'action basse ? Bien hâte de voir jusqu'où elle va tomber aujourd'hui. Et pensez-vous que c'est une bonne nouvelle pour Montréal ? Ou Bell avait déjà commencé le déménagement de ses cadres vers Toronto ? ------------------ Transaction de 52G$ BCE: la vente avorte 11 décembre 2008 - 05h48 Transaction de 52G$ - BCE: la vente avorte http://argent.canoe.com/lca/infos/quebec/archives/2008/12/20081211-054846.html BCE réclame les frais de résiliation de 1,2G$ ARGENT, d'après THE CANADIAN PRESS Le projet de rachat du géant canadien des télécommunications BCE (BCE) n'aura finalement pas lieu, a annoncé jeudi un groupe d'acheteurs potentiels mené par par le Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l'Ontario (Teachers). Le cabinet comptable KPMG a déterminé que BCE n’a pas rencontré une condition essentielle à la réalisation de la transaction, évaluée à 52G$. Selon le cabinet comptable, BCE a échoué à un test de solvabilité, une condition indispensable à la réalisation du rachat du géant des télécommunications par Teachers et ses partenaires américains. La mort de ce qui aurait été l’une des plus importantes prises de contrôle du pays ne sera pas un choc pour les marchés, qui anticipaient largement ce dénouement depuis quelques semaines. KPMG avait fait savoir le 26 novembre dernier que BCE ne passait pas le test. BCE a par la suite embauché la firme PriceWaterhouseCoopers pour réaliser un autre test, qui s’est avéré positif. La rumeur veut que BCE a voulu faire pression sur KPMG, en vain. Le titre de BCE avait plongé de 13,10$ pour clore à 25,25$ le jour après l’annonce de KPMG. Mercredi, l’action a fermé en hausse de 2,3% ou 0,52$ à 23,02$ à la Bourse de Toronto, très loin de l’entente de rachat fixée à 42,75$.
  16. Le géant des télécoms chercher à économiser 294 M$, qui seraient ajoutés au financement du rachat par Teachers. Pour en lire plus...
  17. C'est ce disent des analystes qui croient qu'il est dans l'intérêt de BCE et de Teachers de permettre à cette transaction de se concrétiser. Pour en lire plus...
  18. Selon lui, BCE a pris du retard sur ses concurrents dans le très lucratif secteur du sans fil. Le rachat par Teachers ne permettrait au géant des télécoms d'assurer un investissement adéquat dans ce secteur. Pour en lire plus...
  19. Le titre prenait 9% lundi matin. La banque est un des principaux prêteurs dans le dossier de la vente de BCE à un groupe d'investisseurs comprenant Teachers. Pour en lire plus...
  20. La transaction qui devait permettre à Teachers et ses partenaires d'acheter BCE est nulle et non avenue. La firme montréalaise n'a pas réussi à démontrer sa solvabilité. Pour en lire plus...
  21. BCE se retire des Maple Leafs de Toronto Publié le 21 août 2009 à 06h21 | Mis à jour le 21 août 2009 à 06h25 Vincent Brousseau-Pouliot La Presse BCE n'aura pas de conflits d'allégeance l'hiver prochain lors des matchs épiques entre le Canadien de Montréal et les Maple Leafs de Toronto. Nouvel actionnaire minoritaire du Canadien, BCE s'est départie de ses derniers intérêts dans le club de hockey torontois. CTVglobemedia, une société détenue à 15% par BCE, a vendu hier son bloc de 7,7% des actions de Maple Leafs Sports&Entertainment (MLSE) au Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l'Ontario (Teachers'). Le montant de la transaction atteindrait 92 millions de dollars. En juin dernier, BCE a acquis une participation minoritaire dans le Canadien de Montréal au coût de 50 millions de dollars. BCE jurait alors ne pas être en conflit d'intérêts malgré sa participation financière dans les deux équipes. Le géant des télécommunications n'aura finalement pas à tester sa théorie. «La transaction avec les Maple Leafs permet à CTVglobemedia de réduire sa dette, ce qui est une bonne chose de notre point de vue d'actionnaire, dit Julie Smithers, porte-parole de BCE. Quant au Canadien, nous avons décidé d'investir parce que nous y voyions une belle opportunité d'affaires, notamment pour la téléphonie sans-fil.» À la suite de la transaction annoncée hier, Teachers' voit ses parts dans l'équipe de hockey torontoise passer de 58% à 66%. Les deux autres actionnaires des Maple Leafs sont le magnat de l'immobilier Larry Tanenbaum (20%) et la Banque TD (14%). En décembre dernier, CTVglobemedia avait vendu un autre bloc de 7,7% des actions de MLSE à Larry Tanenbaum. CTVglobemedia et Teachers' n'ont pas dévoilé le montant de la transaction d'hier. Teachers aurait payé environ 92 millions de dollars selon les estimations de La Presse Affaires, qui sont basées sur la transaction conclue en décembre dernier entre CTVglobemedia et Larry Tanenbaum. La valeur totale de MLSE - qui inclut les Maple Leafs, son club-école des Marlies, les Raptors (NBA), l'équipe de soccer Toronto FC, le Air Canada Center, le BMO Field, Leafs TV et Raptors NBA-TV - a alors été évaluée à 1,2 milliard de dollars. Teachers' est propriétaire des Maple Leafs depuis 1994. Il s'agit de l'un des meilleurs investissements de l'histoire de la caisse de retraite. Le rendement annuel composé sur ses premières actions achetées en 1994 est de 18%, selon les calculs de La Presse Affaires. «MLSE s'est avéré être un excellent placement au fil des ans, a dit hier Erol Uzumeri, vice-président de Teachers' Private Capital, par voie de communiqué. L'augmentation de notre participation dans MLSE reflète la confiance que nous avons dans sa prospérité à long terme, tant sur le terrain qu'en dehors de celui-ci.»
  22. Teachers' annonce qu'elle a obtenu tout le financement nécessaire afin de payer 42,75 $ par action, tel que prévu à l'origine. La transaction serait conclue le 11 décembre. Pour en lire plus...
  23. Selon le Globe and Mail, du marchandage de part et d'autre pourrait retarder jusqu'à la fin de l'année la vente de BCE à un groupe d'investisseurs dirigé par Teachers. Pour en lire plus...
  24. Le président du conseil d'administration de BCE a annoncé son départ, hier, une semaine après l'échec du rachat de l'entreprise montréalaise par Teachers' et ses partenaires. Pour en lire plus...