Search the Community

Showing results for tags 'succursales'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 11 results

  1. Une garderie personnalisée... à 60$ Corinne Amar, directrice de la garderie Kids&Company, qui vient tout juste d'ouvrir dans le centre-ville de Montréal, avec la petite Élise. (Photo André Pichette, La Presse) Annie Mathieu La Presse Il neige à plein ciel, l'école est fermée et la gardienne n'est pas disponible. Votre journée au bureau est planifiée à la seconde près. Que faire avec les enfants? L'entreprise torontoise Kids&Company, qui a ouvert une première garderie hier au centre-ville de Montréal, a été créée pour répondre aux urgences des travailleurs en panne de solution. Mais ils devront en payer le prix. Pour 50$ à 60$ par jour, ce service de garde «personnalisé» permet de passer un coup de fil et reconduire sa progéniture à la garderie située à deux pas du bureau. Un créneau profitable La garderie «d'urgence» ou régulière est offerte aux employés d'entreprises qui doivent payer une cotisation annuelle de 5000$. Plus d'une centaine d'entre elles ont déjà signé avec Kids&Company. L'entreprise membre peut décider de subventionner complètement ou partiellement le service à son personnel. Par exemple, la RBC offre à ses employés deux jours de garde par année chez Kids&Company. La nouvelle garderie fait envie à de nombreux travailleurs et entreprises de la métropole. La demande est si forte que la présidente de Kids&Company, Victoria Sopik, confie vouloir ouvrir trois autres succursales à Montréal. Une garderie privée dans un immeuble à bureaux À l'entrée du 1100, boulevard René-Lévesque Ouest, impossible de deviner que derrière les portes stylisées de Kids&Company, grouille une ribambelle d'enfants dans un local aménagé en conséquence. Legos, téléviseur, tables à dessin; tout y est. Un couple de jeunes travailleurs rencontrés sur place admet trouver les tarifs «très élevés». Ils n'ont pas trouvé de place pour leur enfant de 12 mois dans un CPE à 7$. «On va travailler fort», dit la maman. Des représentants d'entreprises sont aussi venus s'informer des services offerts. «Nous utilisons déjà ce service avec le bureau de Toronto. On est très content», dit Janet Depuis, de la compagnie Autodesk. En juin, Kids&Company, qui compte 23 succursales au Canada, s'est classée au premier rang des entreprises du pays ayant enregistré la plus forte croissance. «Nous répondons à un besoin», explique Mme Sopik. «La location des locaux est très chère», ajoute-t-elle pour expliquer les frais de garde élevés. Réactions mitigées Selon Simon Prévost, l'initiative répond à un besoin urgent. «Le sous-financement des garderies privées fait que le système n'est pas assez flexible pour les parents, dit le vice-président pour le Québec de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI). À plus long terme, il faudra penser à d'autres solutions.» La porte-parole de l'Association québécoise des centres de la petite enfance, Violaine Ouellet, réplique «qu'il faut toujours s'inquiéter de voir une grosse entreprise commerciale investir le milieu de l'éducation à la petite enfance». http://www.cyberpresse.ca/article/20080723/CPACTUALITES/807230588
  2. Commerce de détail Sports Gilbert Rousseau à la conquête de l’Ouest canadien 17 mars 2009 - 09h11 http://argent.canoe.com/lca/infos/quebec/archives/2009/03/20090317-091129.html Carl Renaud Argent Le propriétaire de Sports Gilbert Rousseau va ouvrir quatre mégamagasins dans l’Ouest canadien d’ici la fin de l’été. Les succursales de la bannière Pro Hockey Life seront établies dans les régions de Calgary et d’Edmonton. L’entreprise de Gilbert Rousseau poursuit son expansion canadienne, amorcée il y a deux ans. La chaîne québécoise s’est lancée à l’asseau du marché canadien après avoir cédé le tiers de son capital action à un groupe d’investisseurs en 2007. Sports Gilbert Rousseau est ensuite devenu Les Équipements Sportifs Pro Hockey Life. Depuis sa création, la nouvelle entité a inaugurée dix nouveaux magasins. Six sont apparus en sol ontarien et le Québec en compte désormais neuf. L’empire de Gilbert Rousseau opère maintenant trois bannières différentes. Pro Hockey Life, Sports Gilbert Rousseau et Entrepôt du Hockey. Les mégacentres offrent toutes les nouveautés disponibles dans le domaine des équipements de hockey. L’une des nouvelles succursales du spécialiste du hockey va s’installer dans le nouveau centre commercial Cross Iron Mills à Calgary. Le magasin aura une superficie de 25 000 pieds carrés.
  3. La banque espagnole Santander a annoncé lundi qu'elle allait reprendre, via la banque britannique Abbey qu'elle possède déjà, les quelque 200 succursales et les comptes clients de la banque britannique en difficulté Bradford & Bingley (B&B). Pour en lire plus...
  4. Les administrateurs du cabinet Deloitte ont confirmé que ses 807 succursales seraient fermées d'ici le 5 janvier. Pour en lire plus...
  5. La BMO abandonne ses satellites Mise à jour le dimanche 25 janvier 2009 à 18 h 21 BMO Groupe financier a décidé de procéder à des changements importants dans son offre de service. Une centaine de succursales satellites de la Banque de Montréal, offrant des services de base dans des magasins, fermeront ainsi leurs portes. La moitié de ces fermetures surviendront d'ici la fin avril, dont certaines dans la région de Montréal. Le porte-parole de BMO Groupe financier, Ronald Monet, a affirmé à la télévision de Radio-Canada que le processus de fermeture s'échelonnerait jusqu'en 2012. Plus de 350 employés seront touchés, et la plupart devraient être mutés dans une autre succursale de la BMO. Toutefois, la banque ne peut garantir que tous ces emplois seront préservés, et précise que certains employés devront être flexibles et accepter un déménagement dans une succursale qui ne sera pas dans les environs immédiats de leur ancien lieu de travail. Les succursales en magasins de la Banque de Montréal comptent un ou deux employés, offrent des services bancaires de base et ont des heures d'ouverture plus longues que dans les grandes succursales offrant tous les services. Selon BMO Groupe financier, des sondages menés auprès de la clientèle ont montré qu'elle préférait bénéficier d'une offre de services complète, sous un même toit. Cela aurait donc sonné le glas des petites succursales. Le professeur adjoint en affaires publiques et internationales Patrick Leblond, de l'Université d'Ottawa, estime toutefois que la situation économique a certainement joué un rôle dans la décision de la BMO. La semaine dernière, l'institution financière a également annoncé qu'elle resserrait ses règles de crédit, malgré la baisse du taux directeur de la Banque du Canada. La BMO affirme que ses coûts de financement ont connu une hausse
  6. L'institution financière soutient toutefois qu'au bout de 24 mois, l'opération sera neutre grâce à la création de nouveaux emplois dans les succursales. Pour en lire plus...
  7. Lundi 10 Décembre 2007 Dommage qu'il ne puisse se coiffer de plusieurs chapeaux sinon Mario Dumont pourrait être un sérieux aspirant à la mairie de Montréal. À son passage dans la métropole, le chef adéquiste a livré un discours en faveur de l'autonomie des universités montréalaises et pour conserver la bourse des produits dérivés à Montréal. " Cette bourse doit demeurer dans la métropole. Montréal ne doit pas devenir une ville de succursales, mais bien une ville de sièges sociaux ", a-t-il déclaré. Il a aussi défendu le droit des universités en reprochant au gouvernement Charest de vouloir détruire leur autonomie en leur imposant 13 étapes administratives avant de lancer tout projet d'envergure. " C'est comme mettre des menottes aux chevilles ", dit-il.
  8. La chaîne de magasins britannique Woolworths annonce la fermeture de toutes ses succursales d'ici janvier et le licenciement de ses 27000 employés. Pour en lire plus...
  9. Wells Fargo abandonne l'immobilier canadien Denis Lalonde Lesaffaires.com 31 juillet 2009 La division canadienne de la banque américaine Wells Fargo n’accepte plus les demandes de prêts hypothécaires résidentiels au pays provenant de son réseau de succursales et de son canal de financement indirect par l'entremise de courtiers hypothécaires. «Dans la mesure où la Société financière Wells Fargo Canada, hypothèques HomePlan, a émis une promesse de prêt hypothécaire dûment signée, pourvu que le ou les demandeurs aient respecté toutes les modalités et conditions de la promesse de prêt hypothécaire (y compris les délais spécifiés pour la conclusion du prêt ou l'expiration de la promesse de prêt hypothécaire), nous honorerons ces engagements», précise toutefois le président de Wells Fargo Canada, Rick Valade dans un communiqué publié hier. La direction de la société n’a pas précisé pourquoi elle abandonnait le marché des prêts hypothécaires résidentiels. Wells Fargo Canada est une entreprise de 5,5 milliards de dollars, selon son site Internet. Elle offre des produits et services financiers au pays depuis 60 ans via un réseau de 130 succursales et compte 2500 emplois. Son siège social est situé à Mississauga, en Ontario. La société mère Wells Fargo est la 4e banque en importance aux États-Unis au niveau des actifs sous gestion http://www.lesaffaires.com/article/0/services-financiers/2009-07-31/496471/wells-fargo-abandonne-limmobilier-canadien.fr.html
  10. La Nationale supprime 400 postes à son siège social 27 novembre 2008 - 15h35 Presse Canadienne La Banque Nationale (NA) a indiqué jeudi qu'elle allait supprimer 400 postes à son siège social dans le cadre de sa restructuration amorcée en septembre. L'institution financière soutient toutefois qu'au bout de 24 mois, l'opération sera neutre grâce à la création de nouveaux emplois dans les succursales.
  11. Le Journal de Montréal 13/12/2007 Un nouveau concept de SAQ Express 22 h, aménagé au coût de 730 000 $, ouvre ses portes aujourd’hui au centre-ville, rue Sainte-Catherine Ouest. Un an après avoir commencé à tester ses SAQ Sélection nouveau genre, la société d’État entreprend la transformation de ses 34 succursales Express, a appris Le Journal de Montréal. Un processus qui devrait s’étendre sur près de dix ans. La nouvelle image de ces petits points de vente se veut plus jeune, plus urbaine, plus épurée. La SAQ souhaite aussi y rendre le magasinage plus facile. Car 81 % des clients de la bannière Express font leurs achats en seulement cinq minutes. Côté look, la nouvelle succursale du centre-ville étonne avec ses murs blancs décorés de grandes toiles modernes; son plancher, très pâle, qui imite le bambou; son plafond de 48 pieds; et la lumière provenant de puits. Pour le côté pratique des choses, tous les vins rouges ont été placés à droite, les blancs et les coolers, à gauche, les spiritueux, au centre. Et comme on le voit dans les quatre SAQ Sélection nouvelle génération qui existent à ce jour, des pastilles de couleur précisent le «goût» des vins aux consommateurs. Abolition des Classique Toutes les autres succursales Express adopteront ce concept qui met en évidence les heures d’ouverture prolongées (jusqu’à 22 h). En moyenne, les transformations coûteront 130 000 $. La succursale près de la rue Stanley est donc exceptionnelle. Simultanément, les Sélection continueront de changer de look, et la bannière Classique sera rebaptisée SAQ. «Nous avons réalisé que cette désignation ne voulait rien dire pour les gens», explique Lyne Rodrigue, directrice du développement immobilier de la SAQ. Tous ces changements devraient coûter autour de 60 M$, ce qui n’est pas «beaucoup plus», affirme-t-on, que le budget habituel de la SAQ pour l’amélioration de son réseau de succursales.