Search the Community

Showing results for tags 'startup'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 6 results

  1. Stage is set for Montreal to grow as a technology startup hub BERTRAND MAROTTE MONTREAL — The Globe and Mail Burgeoning tech companies are on the rise in Canada, attracting funding and IPO buzz in hubs across the country. Our occasional series explores how each locale nurtures its entrepreneurs, the challenges they face and the rising stars we’re watching. Montreal provides an ideal setting for the early care and feeding of tech startups. The city boasts a lively cultural milieu, a party-hearty mindset, cheap rents and a bargain-priced talent pool. ALSO ON THE GLOBE AND MAIL MULTIMEDIAStartup city: The high-tech fever reshaping Kitchener-Waterloo What it doesn’t have, though, is sufficient critical mass to propel promising tech companies forward in their later stages. Case in point: VarageSale Inc., the mobile app and listings marketplace that serial entrepreneur Carl Mercier co-founded with his wife Tami Zuckerman three years ago. Mr. Mercier and Ms. Zuckerman were quite content in the early going with the Montreal zeitgeist and support from the city’s tightly knit startup community as they nurtured their baby, a combination virtual garage sale, swap meet and social meeting place. But as VarageSale took off, the burgeoning company was no longer able to feed its growth relying only on Montreal resources. Mr. Mercier eventually opened an office in Toronto to tap into the wider and deeper software-developer talent pool in the Toronto-Waterloo corridor and he ultimately decided to move the head office to the Queen City. “We were growing extremely fast. We were hiring like gangbusters in Montreal but we needed to hire even faster, so we decided we needed two talent pools, but Toronto ended up growing faster than Montreal,” Mr. Mercier explains. “Occasionally, we will hire people in Montreal. “There’s a vibrant startup scene [in Montreal]. It’s not a big startup scene but it’s a vibrant one,” he adds. “There is lots of activity, a lot of events, a lot of early-stage capital. Startups can get off the ground cheaply and quickly.” It’s the later stages that present problems, according to successful local entrepreneur and angel investor Daniel Robichaud, whose password-management firm PasswordBox Inc. was bought last year by U.S. chip giant Intel. “Montreal is a terrific place to build a product but it’s not where the action is. It’s not a place to raise funding,” Mr. Robichaud said in a recent industry conference presentation. Montreal startup founders often find themselves having no choice but to move to bigger playgrounds because of a still-embryonic domestic investor scene, says Université de Montréal artificial intelligence researcher Joshua Bengio. The startup sphere in Montreal is “quite active, but the investors are too faint-hearted and short-term oriented, and so the developers often go elsewhere, particularly California and New York,” he said. In true Quebec Inc. fashion, the provincial government and labour funds have stepped in to fill the gap of funding homegrown companies. A key player is Teralys Capital, a fund manager that finances private venture capital funds that is backed by a score of provincial players – including the mighty pension fund manager Caisse de dépôt et placement du Québec, the labour fund Fonds de solidarité FTQ and Investissement Québec – said Chris Arseneault, co-founder of Montreal-based early-stage venture capital firm iNovia Capital. “They’ve been the most creative groups to try and put money at work,” he says about Teralys and its backers. Startup directory BuiltinMtl, has about 520 Montreal startups listed (excluding biotechs, film-and-tv-production houses or video-game developers). The actual number is probably closer to a “few thousand” if very early-stage startups still under the radar are included, according to Andrew Popliger, senior manager in PricewaterhouseCooper’s Assurance practice. Data from the Canadian Venture Capital and Private Equity Association indicate venture capital firms invested $295-million in Quebec last year – just 15 per cent of the Canadian total – compared with $932-million in Ontario and $554-million in B.C. Most insiders and observers agree that what works in the Montreal tech “ecosystem” is a strong sense of community. There is a spirit of collaboration and collective vision. Notman House, a repurposed mansion adjacent to Sherbrooke Street’s famous Golden Square Mile, which sits at the crossroads of the city’s tech startup scene, rents office and workstation space, stages events, and acts as an incubator and networking locale and launch pad for budding companies seeking their big break. It represents everything that makes Montreal distinct in the North American startup sphere, says Noah Redler, the venue’s campus director. “We’re not just an incubator. We’re a community centre. We bring people together and collaborate. People are supported and surrounded by [successful] entrepreneurs,” he said. “There are more startups in the Waterloo area but there is more of a community feeling in Montreal,” says Katherine Barr, the Canadian-born co-chair of C100, a Silicon Valley expat group that helps connect Canadian entrepreneurs with U.S. investors. “They’ve built a real community here. Like Silicon Valley, its co-opetition, both competing and helping each other,” Ms. Barr said during a break at AccelerateMTL, an annual conference that brings together “founders and funders.” There may not be as great a number of head offices as in Toronto but the potential for big breakthroughs in Montreal is impressive, says John Ruffolo, chief executive officer of OMERS Ventures, the venture arm of the Ontario Municipal Employees Retirement System. “For Montreal, it’s only a matter of time. They’re going to have their Shopify,” he says in reference to the Ottawa-based e-commerce platform that has become a stock market star. For now though, Montreal may have to settle for being a relatively small player and modest incubator of talent and ideas on the North American startup scene, even compared with Vancouver and Toronto.
  2. À l'Exception de quelques geeks et financiers, peut de gens ici connaissent le concept du Bitcoin (Monnaie web open-source, sans banque, sans gouvernement attaché), même les médias traditionnels n'en parle pas du tout, pourtant, Montréal semble vouloir devenir une mini capitale de cet argent virtuel, selon un forum important du sujet. Source: Bitcointalk We are excited about the interest building around the establishment of the Bitcoin Embassy in Montreal and we have been working hard, putting together a team and organizing as we prepare to officially open our doors. The Bitcoin Embassy will serve as a hub where everything Bitcoin related will be given the opportunity to have it’s place under the same roof. We have in mind ; a bitcoin store / museum, a place for meet-ups, conferences, educational sessions, startup / venture capital center, everything that can help grow and promote Bitcoin throughout the Montreal community. Our goal is to make this city an international location for existing Bitcoin enthusiasts and future adopters alike. Join us at our next meet-up planned for Saturday, August 17th, 2013 at 2:30pm at the Bitcoin Embassy offices located at: 3485 St-Laurent Boul. Montreal. We look forward to discuss, plan and get people involved in the next phases of this exciting new project! Please get in touch with us at [email protected] Qui "Donne" un espace dans un endroit important comme St-Laurent? Beaucoup de commentaire sur Reddit /r/Montreal sur les connexions malveillantes du projet
  3. Comme quoi on peut virer à 180 degrés une situation. Rien en 2008, puis aujourd'hui, une reconnaissance. On se retrousse les manches et on avance! Nice. http://onstartups.com/tabid/3339/bid/75597/The-Big-List-The-Best-and-Worst-Startup-Stuff-In-2011.aspx
  4. Sous le thème « Startups essentielles » - La deuxième édition du Festival international du Startup se tiendra à Montréal du 11 au 13 juillet 2012 MONTRÉAL, le 20 juin 2012 /CNW Telbec/ - Reconnue pour la vitalité de ses festivals et la créativité de ses jeunes entreprises, Montréal est un endroit de choix pour la tenue du Festival international du Startup (Startupfest). Axé sur l'entrepreneuriat dans le domaine des nouvelles technologies, l'événement attire les créateurs, les entreprises en démarrage (startups), les investisseurs et les clients de cette nouvelle économie qui affluent des quatre coins du monde. Lancé l'an dernier, le festival tiendra sa deuxième édition du 11 au 13 juillet prochain et réunira des grands noms du domaine, tels que Dan Bricklin, Paul Mockapetris, John Wood, Stowe Boyd, Dave McClure, Howard Lindzon et Craig Walker. Ce festival offre aux participants une occasion en or de rencontrer de brillants joueurs de la scène internationale du démarrage d'entreprises technologiques. Centré sur les secteurs chauds, comme la mobilité, les jeux électroniques et les réseaux sociaux, le festival aborde aussi les technologies propres, l'éducation, les soins de santé et bien d'autres domaines. Sous le thème « Startups essentielles », l'édition 2012 rassemble les investisseurs visionnaires d'aujourd'hui et les entrepreneurs anticonformistes de demain au cours d'un événement qui est en passe de s'imposer comme un creuset de nouvelles idées et de maillage. Ces trois jours seront remplis de conférences inspirantes, d'exposés éclair, d'expositions, d'ateliers, de débats sur des questions d'avenir, mais aussi d'activités divertissantes et de prix en argent. Bref, le festival offre aux participants de multiples possibilités de réseautage professionnel, tout permettant de s'amuser en bonne compagnie. La liste des conférenciers se trouve au http://www.startupfestival.com. « Notre objectif est toujours d'informer, d'inspirer et de divertir », explique Philippe Telio, fondateur du Festival international du Startup. « L'an dernier, l'événement a attiré plus de 1 100 personnes du monde entier. Puisque cette année nous attendons des autobus nolisés de New York et de Québec, des trains de Waterloo et de Toronto, ainsi que des vols d'un peu partout dans le monde, l'édition à venir promet de remporter un succès retentissant sur la scène montréalaise et bien au-delà. » De plus, le Festival international du Startup a fait équipe avec le Festival Juste pour rire pour présenter des activités festives, comme ces exposés éclair (qu'on appelle aussi en anglais elevator pitches) et qui seront justement présentés dans un ascenseur, des jurys formés de grands-mères et toute une panoplie d'autres activités amusantes - une rareté dans la plupart des événements d'affaires. « Microsoft s'est engagée à accélérer le succès de jeunes entreprises innovatrices », a déclaré Christian Beauclair, gestionnaire supérieur, Groupe développement et plateforme, chez Microsoft Canada. « Il n'existe pas de meilleurs endroits que le Festival international du Startup pour découvrir une foule d'entrepreneurs et d'acteurs de l'industrie réunis sous un même toit au même moment. Ce festival est une formidable occasion pour nous d'entrer en contact avec des gens aux idées originales et de leur offrir l'accès aux outils de développement de Microsoft et à un écosystème qui les aident à démarrer leur entreprise. » Métropole multiculturelle, Montréal entretient une affinité naturelle pour la créativité et les nouvelles technologies et représente un environnement idéal pour les échanges entre les investisseurs, les créateurs, les développeurs et les entrepreneurs de la planète. Le fait que le Festival international du Startup se tienne encore une fois à Montréal est certainement gage de succès. L'édition 2012 du Festival international du Startup est parrainée par Microsoft, un commanditaire de niveau platine. L'événement s'échelonne sur trois jours, soit du 11 au 13 juillet 2012, à la gare maritime Iberville du quai Alexandra dans le secteur historique du Vieux-Port de Montréal. Renseignements : Philippe Telio Festival international du Startup (514) 303-7546 [email protected] Twitter: @ptelio and @startupfest http://www.newswire.ca/fr/story/996177/sous-le-theme-startups-essentielles-la-deuxieme-edition-du-festival-international-du-startup-se-tiendra-a-montreal-du-11-au-13-juillet-2012
  5. Ouch! The Startup Genome, which collects data to figure out what makes startups successful, has released its latest results. TechCrunch reported that, these are the 25 best startup ecosystems in the world: Silicon Valley (San Francisco, Palo Alto, San Jose, Oakland) New York City (NYC, Brooklyn) London Toronto Tel Aviv Los Angeles Singapore Sao Paulo Bangalore Moscow Paris Santiago Seattle Madrid Chicago Vancouver Berlin Boston Austin Mumbai Sydney Melbourne Warsaw Washington D.C. Montreal In Silicon Valley, for instance, the Startup Genome's data showed that it had the following characteristics, which attracted entrepreneurs: "Strong early stage funding ecosystem. More mentors. Most Ambitious. High Risk." New York, on the other hand, had the following characteristics: "Diverse. Niche Focus. Marketplace and Social Network focus. High risk." Please follow SAI on Twitter and Facebook. Follow Boonsri Dickinson on Twitter. Ask Boonsri A Question > Read more: http://www.businessinsider.com/the-best-25-places-to-live-if-youre-starting-a-startup-2012-4#ixzz1rqyx4diF http://www.businessinsider.com/the-best-25-places-to-live-if-youre-starting-a-startup-2012-4
  6. Pendant trois jours, Montréal deviendra la capitale des startups, ces entreprises en démarrage. Le Festival international du startup commence demain, le mercredi 11 juillet, et se termine vendredi. Il est exclusivement consacré à l’entrepreneuriat technologique et à ses acteurs. L’événement a lieu au Vieux-Port de Montréal et rassemble autant les entrepreneurs aguerris que les nouveaux venus dans l’industrie, des innovateurs ou des investisseurs, d’ici ou de l’étranger. Un événement vraiment international L’événement en est à sa deuxième année d’existence. L’an passé, il a attiré 1100 personnes et on s’attend à la même affluence cette année. Près de 32 % des participants venaient de l’extérieur du Québec en 2011 et, cette année, encore davantage de gens d’ailleurs sont attendus, en provenance notamment de New York et de Toronto. Le Startup Festival est l’endroit où se trouver cette semaine pour les entrepreneurs en technologie et les investisseurs. Des conférenciers de haut niveau Pour les gens de la scène techno, la liste des noms des conférenciers s’apparente à un véritable palmarès (même si ceux-ci ne sont pas très connus du grand public) : Stowe Boyd, analyste/recherchiste des nouvelles tendances Dave McClure, investisseur de San Francisco et fondateur de l’incubateur 500 Startups Craig Walker, qui a vendu à Google sa compagnie, Grand Central, aujourd’hui Google Voice Graham Hill, fondateur de Treehugger.com et vice-président interactif de Discovery’s Planet Green Tara Hunt, Américaine établie à Montréal et citée par Fast Company comme l’une des 25 femmes d’affaires à surveiller Et encore beaucoup d’autres… Philippe Telio, l’homme derrière le Startup Festival Ce festival n’aurait jamais eu lieu sans l’initiative de Philippe Telio, président d’Embrase, une société montréalaise de service-conseil pour entreprises en émergence. Passionné de réseautage, il avait déjà organisé à Montréal des startup camps, c’est-à-dire des non-conférences de geeks qui réunissent des passionnés de techno et d’affaires. Quand il a vu que près de 700 personnes y assistaient, il savait qu’il devait passer à la vitesse supérieure. Un des gros problèmes [sur la scène locale], c’est que nos entrepreneurs doivent être exposés à l’entrepreneuriat international. Ce n’est pas assez d’être juste ensemble et d’en parler. Il faut réellement s’inspirer et se connecter avec d’autres communautés dans le monde. On ne peut envoyer tous nos entrepreneurs partout dans le monde, c’est beaucoup trop cher. Il y en très peu qui peuvent se permettre de voyager à New York, à San Francisco ou à Paris. Alors, au lieu d’aller aux autres conférences, on amène le monde ici, à Montréal. Faire une différence Philippe Telio adore être un connecteur. Il a lancé son Startup Festival l’an passé sans savoir si ce serait un succès ou échec (ça a été un succès). L’assistance est principalement composée de passionnés qui adorent échanger sur le domaine des entreprises dans le domaine des technologies. C’est très « organique ». On organise, mais pas trop. On laisse de la place pour que les choses se fassent naturellement. C’est quand on crée le bon environnement et qu’on met les bonnes personnes dans la salle que de bonnes choses se produisent. Cette logique d’organisation commence à intéresser les gouvernements. Pour Philippe, rassembler de la sorte les gens et les opportunités constitue de plus en plus une façon de faire aboutir les choses. Par ailleurs, organiser de tels événements est beaucoup plus facile qu’avant grâce aux nouvelles technologies de réseautage. Il croit qu’éventuellement le gouvernement soutiendra davantage ce genre d’initiative, même si les retombées sont difficiles à mesurer, en termes par exemple d’emplois créés, d’investissements ou d’entreprises étrangères qui s’établissent ici. Son Startup Festival joue ici un rôle structurant dans le milieu. Il offre de réelles opportunités d’affaires en favorisant les rencontres. C’est aussi un excellent véhicule pour transmettre les connaissances et éduquer les entrepreneurs aux meilleures pratiques du monde entier. Pour ceux et celles qui « désirent faire leur marque dans l’univers » (pour reprendre une phrase de feu Steve Jobs), voilà un bel endroit pour commencer… ou pour observer ce qui demain sera à la une de la section techno des médias. http://blogues.radio-canada.ca/triplex/2012/07/10/startup-festival-2012-lentrepreneuriat-technologique-qui-change-le-monde/