Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'ski'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Urban photography
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 13 results

  1. Source: http://www.frillseekerdiary.com The Next New York City… MONTREAL Want it all? Want it now? Hop off that subway and charter your jet to Montreal. With heavy sophisticated French influence, plenty of amazing eats, and shopping for days, Canada’s finest if nearing it’s heyday. Day trips to major cities and quiet ski destinations included, you could spend a week or a year learning all there is to know from savvy insiders and locals, who have been waiting for the shining light for decades.
  2. Les stations de ski du Québec n'échappent pas à la crise économique. Elles ont du mal à trouver du financement auprès de leurs banques. Pour en lire plus...
  3. Salut tout le monde! Je suis présentement en stage à Santiago du Chili (depuis fin août), et comme mon stage est plate, mais que le pays est beau, je me suis dit que j'allais partager avec vous quelques unes de mes photos... Le smog est très présent à Santiago (c'est une des villes les plus polluées au monde), ce qui empêche d'admirer la ville et les Andes. C'est dommage, parce que sans ça, on aurait une superbe vue. Alors, pêle-mêle, voici quelques photos de Santiago: Tribunales de justicia (je suppose la traduction inutile): Regroupe le pouvoir judiciaire du pays, c'est-à-dire la cour suprême, la cour d'appel de Santiago et la cour martiale de l'armée. Santiago, vu du Cerro Santa Lucia: Il y a une colline plus grande qui permet de mieux admirer la ville, mais j'attends une belle journée claire et avec moins de smog (yen a moins l'été, là c'est le printemps) pour aller prendre des photos: El cerro Santa Lucia: L'autoroute panaméricaine et les Andes: La Academia de Bellas Artes: Je suis allée faire du ski dans les Andes (et je suis restée coincée là pendant 24h puisque le chemin était fermé...). Vous auriez dû voir les Brésiliens grelotter et dormir avec pantalon de ski, bonnets, gants et m'annoncer que c'était impossible de vivre à -30. Lendemain de la tempête (on se serait cru au Québec): Palacio de la Moneda: Siège du gouvernement qqui a été partiellement détruit lors du 11 septembre 1973, c'est également la qu'Allende s'est suicidé. Universidad de Chile: Il y en a un peu partout des statues comme ca dans la ville: Santiago "vu" du Parque Mahuida. Appréciez le smog: Museo historico nacional: Municipalidad de Santiago: Jugo de mote con huesillos (spécialité du centre du Chili). Grains de blé germés dans un jus de pêches séchées. Je n'ai pas encore réussi à déterminer si j'aimais ça ou pas. Tout ce que je sais, c'est que je n'ai pas aimé la petite intoxication que j'ai eu avec... Ça suffit pour aujourd'hui. Au prochain épisode, des photos du nord chico et de la Vallée de l'Elqui.
  4. La société Mont Saint-Sauveur International a conclu la vente de cette station de ski à QResorts. Pour en lire plus...
  5. By Cat DiStasio Snow sports are wildly popular around the globe -- even in regions with no winter to speak of. No matter, because architects and engineers have joined forces to create ski and snowboard slopes in some of the most unlikely places. Whether indoors or out, artificial snow or pure natural pow-pow, these buildings with built-in slopes will blow your snow-loving mind. From the longest indoor ski slope on the planet to an eco-friendly year-round snow sports resort, this roundup has something for everyone. If you can't hold your breath 'til the next bluebird day rolls around, opt for one of these spots where it's primo shredding season with no white-out in the forecast. Rest of the pics here: http://www.engadget.com/2016/01/21/6-buildings-that-you-can-sled-ski-and-snowboard-on/#gallery=358601&slide=3774117
  6. Donc la piste de ski de fond va être sur 6 km entre la ville de Lachine et la jonction de la 15 avec le canal, tandis que le sentier de marche/raquette va s'étendre sur 14 km entre Lachine et la rue Atwater.
  7. Source: Le Devoir La Ville octroie 250 000 $ pour du ski sur le mât du Stade olympique 4 juin 2015 |Jeanne Corriveau | Montréal Une piste de ski extrême sur le mât du Stade olympique ? L’idée paraît peut-être saugrenue, mais elle risque bien de se concrétiser en 2017. L’événement baptisé « Skying Montréal Big Air » vient de recevoir un coup de pouce financier de la Ville de Montréal et du gouvernement du Québec. Le projet prévoit l’aménagement d’une piste de ski le long de la tour du Stade sur une longueur d’environ 120 mètres jusqu’à un tremplin d’où 25 skieurs s’élanceront pour effectuer des sauts acrobatiques. La rampe d’atterrissage aura une hauteur de six à huit étages. Mais attention, l’événement est réservé à des skieurs d’élite. Des tests techniques seront effectués en 2016 pour préparer la première édition de l’événement qui se déroulera en 2017, année du 375e anniversaire de Montréal. Le maire Denis Coderre et le ministre responsable de la Métropole, Robert Poëti, ont confirmé mercredi l’octroi d’une aide financière de 250 000 $ à la Corporation Skying Montréal. Cet organisme est chapeauté par l’entreprise de production d’événements Inbox, créée il y a environ un an. Les dirigeants du Parc olympique auraient été séduits par le concept proposé par l’entreprise. Une inclinaison parfaite Tom Czerniecki, associé chez Inbox, explique que l’idée d’aménager une piste de ski acrobatique sur la tour du Stade est venue lorsqu’il a remarqué que la structure penchée avait une inclinaison parfaite pour le ski. « Les vraies rampes de ski extrême ont la courbe du Stade, dit M. Czerniecki. On a fait venir des experts et des designers qui nous ont dit que c’était un heureux hasard, mais que oui, le projet était possible. » Tom Czerniecki précise que certaines ficelles restaient à attacher pour ce projet et que la recherche de commanditaires était toujours en cours. Cet événement contribuera à raffermir l’image de Montréal comme « ville sportive, festive et innovante », croit Denis Coderre.Un village hivernal qui accueillera des activités sportives et culturelles sera aussi aménagé sur l’esplanade du Parc olympique. La subvention de 250 000 $ provient du programme PRAM-EST visant à soutenir les projets de développement dans l’est de Montréal.
  8. Intrawest, qui possède la station de ski Mont-Tremblant, a annoncé hier qu'elle a réussi à refinancer sa dette de 1,7 milliard US, qui arrivait à échéance hier. Pour en lire plus...
  9. https://www.flyporter.com/About/News-Release-Details?id=168&culture=en-CA I know, I know. It is easier for us to just drive there. That is interesting that people from Toronto can fly to Burlington now, plus also Tremblant. I was checking the prices, Montreal to Burlington (via. Toronto) is about $179 for one way. Plus they just started flying to Boston also.
  10. La station de ski Mont-Sainte-Anne a déposé, vendredi dernier, son plan de développement d'ensemble à la Société des établissements de plein air du Québec et pourrait en dévoiler les grandes lignes aux amateurs avant Noël. Pour en lire plus...
  11. Les stations de ski de la province bénéficieront d'une aide de 56 millions $ sur 3 ans de Québec pour moderniser des installations de plus en plus désuètes. Pour en lire plus...
  12. J'ai trouvé cet intéressant article dans Le Devoir de samedi, un texte qui nous fait réfléchir et qui est empreint de bon sens. Étant moi-même un adepte de ce sport magnifique qu'est le ski de fond et qui me garde effectivement en meilleure forme. Je déplore moi aussi la cherté du billet d'accès qui ne cesse d'augmenter, généralement beaucoup plus vite que l'inflation elle-même. Pourtant les coûts d'entretien sont minimes, et ce sport comme bien d'autres, devrait être encouragé par une tarification minimum, qui inviterait à une pratique régulière de la part de la population en général. On pourrait même dire que le ski de fond remplace avantageusement le vélo en hiver, et que plusieurs parcours cyclables locaux se transforment en réseau plus ou moins bien entretenus. Je reprendrai d'ailleurs la suggestion de l'auteur de cet article qui voudrait que le tarif soit équivalent au taux horaire du salaire minimum, démocratisant ainsi une activité où c'est finalement l'individu qui fait l'essentiel de l'effort, à tout point de vue. Dans une société où les coûts de la santé augmentent plus vite que nos capacités de payer, il est aberrant de ne pas encourager les sports de nature qui contribuent justement à nous garder plus longtemps à l'abri du besoin des services médicaux. Les bienfaits qu'on en retire sont nombreux, non seulement sur le plan physique, mais aussi moral en agissant comme un anti-stress puissant. Notre belle société moderne est remplie de contradictions. Tout concours vers une forme de sédentarité dès le plus jeune âge. Et pour les autres, les sentiers de tout terrain et de motoneiges sont plus développés et plus fréquentés que l'ensemble des sentiers dits de sports de nature, avec bien sûr la pollution et le gaspillage énergétique qui vient avec. Voici le lien et le texte de l'article en question: http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/400812/le-ski-de-fond-bientot-un-sport-de-riches Le ski de fond, bientôt un sport de riches? Dans les parcs du Québec, la tarification est en passe de devenir abusive 22 février 2014 | André Leduc - Saint-Lambert | Actualités en société Le Devoir En cette période d’Olympiques, il serait temps de ramener plus de monde sur les sentiers. Je suis un skieur de fond depuis plus de 37 ans. J’ai connu l’époque du ski de fond accessible et populaire, car c’était gratuit. J’ai commencé à skier au mont Saint-Bruno, le parc était très fréquenté et on faisait la queue pour y entrer. Depuis l’an 2000, on a imposé une tarification d’entrée dans les parcs, j’avais écrit une lettre de protestation contre cette mesure en insistant sur le fait qu’on priverait un bon nombre de citoyens d’un bien public. On pénalise ainsi le citoyen qui veut prendre soin de sa santé. Depuis quelques années, le tarif d’entrée est passé de 3,50 $ à 6,50 $/personne/jour. L’abonnement annuel, de 16 $ à 30 $. La tarification pour le ski de fond est de 13,48 $/personne/jour, plus taxes. Ça commence à faire cher pour faire 1 heure de ski… L’abonnement de saison pour le ski de fond est de 161 $ plus taxes. Le tarif a augmenté constamment depuis l’an 2000. C’est maintenant plus cher qu’un abonnement de ski alpin. On peut en obtenir pour entre 100 $ et 160 $ en semaine. Je concède que l’abonnement de ski donne accès à tous les centres de ski de fond SEPAQ au Québec, mais on voit rarement un Montréalais utiliser le parc d’Aiguebelle en Abitibi, ou le parc du Mont-Mégantic en semaine. Le skieur de fond avec une conscience écologique ne fera pas 400 km de voiture pour skier 20 km. Si on regarde sur le site de la SEPAQ les conditions de neige, on remarque souvent que les sentiers n’ont pas été retracés, on invoque diverses raisons (bris de matériel, neige attendue, pluie, glace, etc.) justifiant le report de l’entretien. Je crains que le ski de fond ne devienne un sport accessible qu’aux nantis, alors que tous les citoyens auraient intérêt à pratiquer ce sport (le plus complet qui soit). Des études scientifiques ont prouvé que le skieur de fond de plus de 80 ans a une meilleure forme physique générale que le coureur du même âge. Vivre vieux et en forme serait-il réservé à une minorité ? Une pratique assidue d’une activité physique améliore la santé générale, réduisant ainsi le recours aux services de santé. En Norvège, le ski de fond est un moyen de transport entre les différents villages. Les pistes sont entretenues. Il serait difficile d’en faire autant en Montérégie vu nos hivers capricieux. On devrait développer une politique d’accessibilité à ce sport pour la population en général. Réduire les tarifs d’entrée serait un premier pas dans ce sens. J’ai remarqué que la fréquentation du parc du Mont-Saint-Bruno avait diminué cette année. D’habitude, les fins de semaine, les terrains de stationnement étaient remplis, on faisait même la queue au poste de péage. Je n’ai vu rien de tel cet hiver. En semaine aussi, c’est moins plein. J’ai eu des commentaires sur la cherté de l’activité. Je n’ai pu que confirmer que c’était vrai. Ces commentaires venaient de professionnels (donc des nantis) qui hésitaient à payer aussi cher pour une activité d’une aussi courte durée (le skieur moyen passe environ 1 heure 15/randonnée). Quand j’étais plus jeune, je mesurais l’accessibilité d’une activité à son tarif horaire : si le tarif horaire était supérieur au salaire minimum c’était trop cher payer. Du ski de fond à 19 $. C’est presque le double du salaire minimum à 10 $. Si on compare en plus au ski alpin, il n’y a pas de remontée mécanique en ski de fond, ni de personnel de soutien pour assurer la sécurité des remontées. Le seul coût, c’est l’entretien mécanique des sentiers. À Bromont, en ski alpin, on peut trouver des tarifs saisonniers qui varient de 100 $ à 300 $ environ. On a développé une politique de bas tarifs et la station s’est développée. Comment se fait-il qu’on puisse offrir du ski à 10 $/jour au parc de la Mauricie ainsi qu’à celui de la Gatineau, de même qu’à Craftsbury au Vermont (là-bas, on fait de la neige pour allonger la saison de ski) ? En cette période d’Olympiques, il serait temps de ramener plus de monde sur les sentiers, de profiter du bel hiver enneigé. Dans les années 1970, une des retombées des Olympiques fut de faire prendre conscience au Québécois moyen qu’il devait se remettre en forme. Le Suédois de 60 ans était en meilleure forme que le Québécois de 25 ans. On a vu nos compatriotes fréquenter les centres de ski de fond, se mettre au jogging, bref, s’activer. Quarante ans plus tard, il n’est pas trop tard pour se rattraper. Une diminution des tarifs serait un pas dans la bonne direction.
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value