Search the Community

Showing results for tags 'sites'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 49 results

  1. http://www.heritagemontreal.org/fr/ Héritage Montréal Promoteur de l’ADN de la métropole depuis plus de 30 ans ! Fondé en 1975, Héritage Montréal œuvre à promouvoir et à protéger le patrimoine architectural, historique, naturel et culturel du Grand Montréal. Au cœur d’un vaste réseau de partenaires, Héritage Montréal, un organisme privé sans but lucratif, agit par l’éducation et la représentation pour faire connaître, mettre en valeur et préserver l’identité et les spécificités de Montréal. Des objectifs découlant de sa mission Faire connaître le patrimoine et défendre sa protection auprès de tous les milieux Conscientiser et conseiller tout décideur dont les actions affectent le patrimoine Aider les acteurs publics et privés à se doter d’outils adéquats pour la protection Veiller au bon usage et au développement de ces outils ainsi qu’à la mise en valeur du patrimoine Apporter un regard critique fondé sur la connaissance et l’expertise Rassembler, mobiliser et concerter les intérêts Maintenir une organisation permanente, efficace et fiable Définition du patrimoine Héritage Montréal s’intéresse d’abord au patrimoine que l’on peut situer et décrire sur un plan. Ce patrimoine est constitué de biens immeubles et peut être traité par les instruments de l’urbanisme. Tout en reconnaissant qu’Héritage Montréal concentre son action sur le bâti, il y a cinq facettes à ce patrimoine immobilier montréalais sur lesquelles l’organisme se penche. Ce sont : Les sites d’intérêt commémoratif (bâtiments ou lieux associés à des événements ou des personnages historiques, toponymie) Les sites d’intérêt archéologique (sites ou vestiges, enfouis ou non, témoignant d’une étape de l’histoire qui s’est déroulée à Montréal) Les sites d’intérêt architectural (bâtiments exceptionnels ou typiques de toutes époques, ouvrages de génie civil, œuvres d’art public, aménagements paysagers) Les sites d’intérêt paysager (vues et repères urbains, fleuve, montagne, topographie, arbres de rue, grands parcs, canal, caractéristiques architecturales des quartiers) Les sites d’intérêt écologique (sites identifiés aux termes des sciences naturelles, hydrologie, évidences géologiques, écosystèmes forestiers, haltes migratoires)
  2. Le Canadien s’implante à Brossard Cyberpresse, PC Les joueurs du Canadien s’entraîneront sous peu de façon permanente dans complexe spécialement aménagé pour l’équipe à Brossard, sur la rive sud de Montréal. Le président du Canadien, Pierre Boivin, en fera l’annonce ce midi, en compagnie du maire de Brossard, Jean-Marc Pelletier. Il s’agit pour le Tricolore de faciliter le quotidien des joueurs et de son personnel de soutien. Les bureaux de l'équipe demeureraient toutefois au Centre Bell, dans le centre-ville de Montréal. En raison de la forte utilisation du Centre Bell, le Canadien doit fréquenter d’autres sites d'entraînement : l'Aréna Martin-Lapointe, dans l'arrondissement Lachine, les Complexes Quatre-Glaces de Brossard et Pierrefonds ainsi que l'Auditorium de Verdun.
  3. D'après moi, la majorité de ces propriétés n'ont pas vraiment de grand valeur architectural. Particulièment l'Agora Charles Daudelin (beaucoup de vagabonds vivent dedans,,,) Le Secteur Paper Hill aussi est seulement ordinare, et le site a un grand potentiel. Le Planétarium aussi n'est rien de spéciale, et peu faire place a une future construction en hauteur aussi.
  4. The world is welcome to park downtown 150 spots set aside for diplomats, staff ANNE SUTHERLAND, The Gazette Published: 8 hours ago Parking downtown is difficult enough: Who hasn't done the "once more 'round the block" routine over and over before throwing in the towel and paying sky-high prices to park in a lot? Adding to the frustration is seeing prime spots reserved for the diplomatic corps - 150 spaces in all - in the Ville Marie and Plateau Mont Royal boroughs. Who are these people with special licence plates and why do they get to park - free of charge, on top of everything - in some of the most advantageous places? Cars fill Cathcart St. parking spots designated for use by diplomatic staff. Those sites represent only a handful of the 16,800 metered parking spaces in Montreal, a city official says.View Larger Image View Larger Image Cars fill Cathcart St. parking spots designated for use by diplomatic staff. Those sites represent only a handful of the 16,800 metered parking spaces in Montreal, a city official says. For staff of consulates and employees of international organizations, like the International Air Transport Association or the International Civil Aviation Organization, free parking is part of a range of diplomatic perks. Italy, for example, has its own consular building and parking lot on Doctor Penfield Ave. Many other consulates rent space in office towers downtown, however. As a matter of courtesy and security, the city of Montreal designates 150 spots to international officials and consular and diplomatic staff, said Jacques-Alain Lavallée, spokesperson for the Ville Marie borough. Montreal has been extending this privilege for more than 30 years, and does so "to attract international institutions and for security reasons," said François Goneau, of the city's public affairs department. There are 16,800 metered parking spots in the city, so the 150 spots for consular officials represent a minuscule percentage of available street parking, he noted. Michel Philibert of Stationnement de Montréal, the para-public agency that manages parking in the city, said there is no way to gauge how much revenue metered parking in those diplomatic spots might bring in. Extending perks to the international market is very lucrative in the long run for Montreal, Goneau said. "It has been estimated these international organizations bring in excess of $200 million in business to the city," he said, citing a study done in 2000. Only drivers with a CC (Consular Corps) or a CD (Diplomatic Corps) prefix on their licence plates are eligible to park in the diplomatic corps spots. There are 191 CC plates and 140 CD plates issued to people in Montreal, according to the Société de l'assurance automobile du Québec. If you park in a spot designated for the diplomatic corps and get caught, you will get the usual $42 fine for parking in a restricted zone, Montreal police Constable Olivier Lapointe said. The city receives two requests a year, on average, for diplomatic corps parking spots. If a consulate closes or moves, the designated parking spots are returned to the public, Lavallée said. [email protected]
  5. http://www.montrealgazette.com/business/sale+city+buildings+prime+spots/5275338/story.html By Allison Lampert, The Gazette August 18, 2011 10:08 PM The former H.L. Blachford Ltd. manufacturing building at 977 Lucien L'Allier St. was purchased for $6.8 million in 2000 MONTREAL - The real-estate arm of the city of Montreal is poised to sell two buildings in prime downtown locations that have been sitting half-empty for years, The Gazette has learned. The two buildings, located near the Bell Centre, are among hundreds of thousands of square feet of downtown Montreal real estate that has recently changed hands – or is to be sold off – for new office and residential projects, at a time when land prices have reached all-time highs. The buildings, which are to be put up for tenders this year by the Société d’habitation et de développement de Montréal, are located on sites originally destined for the third phase of Quebec’s ill-fated E-Commerce Place. Quebec’s Department of Finance mandated the SHDM to manage the buildings it bought for close to $7.9 million in 2000. “We want to put them for sale by the end of the year,” said Carl Bond, director of real estate management for the SHDM, a paramunicipal organization that owns and manages affordable housing units, along with several commercial buildings. “Those buildings will be sold, but we need an authorization from the (Department) of Finance.” Located at 977 Lucien l’Allier, and 1000-1006 de la Montagne St., south of René Lévesque Blvd., the buildings were initially slated to be demolished to make way for gleaming office towers. They were to be the last part of the 3-million-square foot Parti Québécois-supported project that was later scrapped by the Liberal government in 2003. The 24,000-square-foot site north of the Lucien l’Allier métro station was purchased from manufacturer H.L. Blachford Ltd. for $6.8 million in 2000 – far above the building’s 2011 municipal evaluation of $4.5 million. The disparity between the sales price and the current evaluation, an SHDM spokesperson explained, is because the land was to be used for a lucrative office tower, worth far more than a four-storey manufacturing plant. The two buildings have taken a long time to come to market. That’s because Blachford had a lease at the building until this spring when it ceased operations, Bond said. A travel agency is still operating at the building on de la Montagne, part of which is in a decrepit state. What’s more, the SHDM is now embroiled in legal talks with Blachford over the cost of cleaning up the building, which is contaminated. “Right now the lawyers are talking and we’re hoping to settle this out of court,” Bond said. But some commercial brokers say the SHDM lucked out in waiting. The buildings, they said, would be ideal for residential development at a time when new condos are being constructed in record numbers and downtown land is selling at a premium. “In terms of timing, it’s better to go to the market today,” said Louis Burgos, senior managing director, Cushman & Wakefield, Montreal. Today, land in the downtown area is being sold for $250 to $350 per square foot, brokers say, depending on the level of building density, or how much can be developed overall on the site. The SHDM’s two buildings won’t be coming to market alone. Another three sites have either traded hands, or are to come to market this year for the purpose of development. In late July, a site of Overdale Ave., an estimated 140,000-square-foot plot on the south side of René Lévesque Blvd, beside Bishop St., was sold by a company based out of a Sherbrooke St. West art gallery run by director Robert Landau for $28 million, provincial records show. The buyer is a numbered company owned by investor Kheng Li, who is a partner of E. Khoury Construction Inc. A worker at Khoury who didn’t want to be identified, said the site could be used for either residential or office development. And in April, Cadillac Fairview Corp. Ltd. announced a $400 million investment for an office and three condo towers to be built near the Bell Centre, on Saint Antoine and de la Montagne Sts. Yet a fifth land site near the Bell Centre is to be put on the market next week, The Gazette has learned. The price these sites will fetch will depend on a combination of zoning and market demand. The red-tape Montreal developers have historically faced in obtaining zoning changes to built higher — and more economically viable buildings — may be easier to deal with if the seller is a city agency, brokers say. [email protected] http://www.twitter.com/RealDealMtl Read more: http://www.montrealgazette.com/business/sale+city+buildings+prime+spots/5275338/story.html#ixzz1VRFi0FYh
  6. Le fabricant norvégien d'équipements d'énergie solaire Renewable Energy Corporation (REC) a choisi cette ville parmi une centaine de sites dans 16 pays. Pour en lire plus...
  7. La firme basée à Birmingham emploie 6300 personnes dans le monde. Wagon a précisé que les 500 salariés des sites britanniques risquent de perdre immédiatement leur emploi. Pour en lire plus...
  8. Les sites de forage gazier pourraient pousser comme des champignons au cours des prochains mois dans les basses terres du Saint-Laurent. Mais leur empreinte permanente sera minime une fois les travaux terminés. Pour en lire plus...
  9. Vous pouvez voir des sites de condo avant-apres en construction de 2007. Le cartier homa a changer c'était vraiment désert. cliqué en haut sur la date pour avancer ou reculer au coin ontario/saint clément il y avait un projet de samcon. https://www.google.ca/maps/@45.5585092,-73.5359684,3a,37.5y,333.74h,88.61t/data=!3m6!1e1!3m4!1s-inezCfQC0IZhBkLdtd81Q!2e0!7i3328!8i1664?hl=fr rue viau https://www.google.ca/maps/@45.5594707,-73.5363603,3a,75y,195.35h,70.18t/data=!3m6!1e1!3m4!1syXbepoQ_CpviXosM1vHpEA!2e0!7i3328!8i1664?hl=fr rue saint clement https://www.google.ca/maps/@45.5592963,-73.538376,3a,75y,251.12h,76.62t/data=!3m7!1e1!3m5!1sTFSX94QGCUxHP1kDkeqpfA!2e0!5s20070901T000000!7i3328!8i1664?hl=fr 2014 ''bo condo'' https://www.google.ca/maps/@45.5592931,-73.5383662,3a,75y,66.39h,87.69t/data=!3m7!1e1!3m5!1sWIMn3XDCqdup2bPyxGvUHA!2e0!5s20140501T000000!7i13312!8i6656?hl=fr
  10. La Presse Le dimanche 22 juillet 2007 Souhaitant à la fois bien connaître, protéger et mettre en valeur les sites archéologiques de l'Île de Montréal, la Ville vient de lancer un appel d'offres pour étudier le potentiel de son sous-sol à 16 endroits différents. L'appel d'offres émane du Service de la mise en valeur du territoire et du patrimoine. Il vise à trouver une firme spécialisée en archéologie qui réalisera, au coût de 200 000$, des études dans l'île, sauf dans l'arrondissement historique du Vieux-Montréal, déjà très étudié. Une équipe de recherche multidisciplinaire sera mise sur pied par la firme retenue afin de rassembler pour chaque site des données dans les spécialités suivantes: l'histoire, la géomorphologie, l'archéologie préhistorique et l'archéologie historique. Seize sites sont visés par ces recherches. Parmi eux, le fort DesRoches, construit près du ruisseau DesRoches, dans l'est de l'île. Il a été utilisé à la fin du XVIIe siècle comme avant-poste défensif de Ville-Marie. On sait que cette redoute a été érigée en 1691, qu'elle était construite en bois et que ses murs faisaient 17 pieds de haut. «On va dans un premier temps, à partir de documents et de cartes anciennes, documenter d'un point de vue historique la localisation du fort DesRoches et trouver des données qui peuvent le caractériser», explique François Bélanger, archéologue à la Ville de Montréal. Autres sites à étudier, le fort de la rivière des Prairies et l'ancien village de Rivière-des-Prairies, où les sulpiciens avaient entrepris la construction d'une église en 1687. La construction fut interrompue et reprise plus tard, plus à l'est, sur le site de l'église actuelle. Le village de Longue-Pointe fera aussi l'objet d'une cartographie historique. Ce village s'élevait jadis dans la partie la plus au sud du quartier Mercier-Est. Les autres sites qui seront étudiés sont le faubourg Sainte-Marie (dans Ville-Marie), le fort Lorette et le village de Sault-au-Récollet, les berges et les îles de Verdun, Dorval, Senneville et LaSalle, les forts Cuillerier (du marchand René Cuillerier), Rémy et Rolland, à Lachine, les villages de Pointe-Claire, de l'île Bizard, de Saint-Laurent et de Sainte-Geneviève, le fief Beaurepaire ainsi que la pointe à Quenet et la Mission de Saint-Louis-du-Haut-de-l'île, dans la région de Baie-d'Urfé. L'étude du potentiel archéologique de l'île vise à assurer que la Ville respecte bien ses obligations légales en ce qui a trait à la protection du patrimoine archéologique, notamment vis-à-vis de projets immobiliers privés ou publics qui pourraient nuire à ces sites. À long terme, certains sites pourraient être aménagés afin de faire connaître leur existence. Ces recherches seront menées dans le cadre de l'Entente sur le développement culturel de Montréal 2005-2008, signée par la Ville et le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec.
  11. The quarry St-Michel I believe near autoroute 125 and the second being close to autoroute papineau... This area is baffling me. So much unused and wasted land that can be used for something better. Maybe housing developments or something else? Do you think the city is actually going to do something about this zone? Here's the sites in question: http://maps.google.ca/maps?hl=en&ll=45.563583,-73.636261&spn=0.000008,0.010568&z=17&vpsrc=6&layer=c&cbll=45.563583,-73.636261&cbp=12,0,,0,0&photoid=po-46317218 http://maps.google.ca/maps?hl=en&ll=45.5575,-73.622802&spn=0.00003,0.042272&vpsrc=6&layer=c&cbll=45.5575,-73.622802&cbp=12,0,,0,0&photoid=po-38890502&z=15
  12. Actually ...I just saw The Mary Queen of the World cathedral all filled with black grafitti on facade marked ''Avortement un droit'' give me a f***ing break... touche pas les beautés de Montreal...Maybe next they will target construction sites damn thugs .
  13. <header id="page-header"> 05/04/2017 Mise à jour : 5 avril 2017 | 16:56 Reconnaissance du mont Royal par l’UNESCO: le soutien des Montréalais réclamé Par Marie-Eve Shaffer /journalmetro.com/actualites/montreal/1113523/reconnaissance-du-mont-royal-par-lunesco-le-soutien-des-montrealais-reclame/) </header> <figure> (http://journalmetro.com/actualites/montreal/1113523/reconnaissance-du-mont-royal-par-lunesco-le-soutien-des-montrealais-reclame/#) <figcaption> Chantal Levesque Le site du mont Royal vu de l'observatoire de la Place Ville-Marie </figcaption> </figure> L’appui des Montréalais est réclamé afin que le site du mont Royal puisse être proposé pour faire partie du patrimoine mondial de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). Les Amis de la montagne ont lancé mercredi une campagne de mobilisation au cours de laquelle ils espèrent obtenir 30 000 signatures de soutien d’ici le 26 avril prochain. «On espère que ces lettres d’appui viendront ajouter plus de poids à la candidature», a dit mercredi la directrice générale des Amis de la montagne, Silvie Guilbault. À la suite de l’appel de la ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, l’été dernier, la Ville de Montréal a soumis la candidature du mont Royal afin qu’il fasse partie de la liste des sites promus par Ottawa auprès de l’UNESCO. Seul le gouvernement du Canada peut formuler de telles propositions à cet organe des Nations unies et seulement deux sites peuvent être mis de l’avant à chaque année. Les sites retenus par Ottawa seront dévoilés en décembre prochain. Le patrimoine culturel du site du mont Royal a été vanté dans son dossier de candidature présenté par la Ville, a indiqué Mme Guilbault. «S’il y a un lieu emblématique qui reflète toute l’histoire du pays, c’est le mont Royal», a-t-elle dit. La reconnaissance du mont Royal par l’UNESCO ferait en sorte que la montagne aurait un genre de protection planétaire. «Elle permettrait de dire, au niveau international, qu’on doit toucher ce site avec des gants blancs», a illustré la directrice des Amis de la montagne. Celle-ci a convenu que les mesures de protections du mont Royal devront être renforcées, tout en précisant que cette préoccupation est constante par les citoyens et les organisations qui ont pignon sur la montagne. À ce jour, 18 sites canadiens font partie du patrimoine mondial de l’UNESCO, dont l’arrondissement du Vieux-Québec, le Canal Rideau et le parc des montagnes Rocheuses. La dernière fois que le gouvernement canadien avait proposé des sites, c’était en 2004. Cinq des 11 sites faisant partie de la liste indicative du Canada ont par la suite été retenus pour faire partie du patrimoine mondial de l’UNESCO, dont le site fossilifère de Terre-Neuve, Mistaken Point, l’an dernier.
  14. I searched MTLURB for any news regarding Ferme Angrignon, but couldn't turn anything up. My apologies if this has been posted elsewhere. I know Ferme Angrignon was shut down in 2008, ostensibly to bring it back up to code, to be reopened in 2010... but while this information was all over the place two years ago, all mentions of Ferme Angrignon's re-opening have been removed on all the official Montreal sites I have checked. The VdeM site unhelpfully states "La Ferme Angrignon est fermée." Has anyone heard any news?
  15. La hauteur limite à Montréal hauteur limite : environ 220 mètres Hauteur du mont Royal : 233 mètres La limite de hauteur servirait à garder la vue du haut de la montagne, selon certain, ou permetterait de garder une vue du mont peu importe où l'on ait, celon d'autre. Quelque chose est sur, c'est que le contraste entre la montagne et les gratte-ciel du centre-ville lui donne un côté unique. L'intégration urbaine d'une montagne dans un centre-ville. ----------------------------------------- Voici quelques cas de limite de hauteur : Hong Kong La hauteur limite est les pointes du mont Victoria. La hauteur limite varie selon où le bâtiment est placé sur l'île par rapport à la hauteur du mont victoria à cet endroit. Les bâtiments doivent être plus bas que 20% de la partie de la montagne vis-à-vis eux. Elle permet de préserver une vue du au du Mont Victoria et aussi elle permet aux touristes à Kowloon de voir la montagne avec le skyline, comme toutes les photos classiques de Hong Kong. Les bâtiments en hauteur sont donc maintenant à Kowloon, où il n'y a pas de limite de hauteur. http://www.urisa.org/files/Makvol17no1-4.pdf Vancouver La ville possède aussi une limite de hauteur, ce qui fait qu'il y a beaucoup de bâtiments mais qu'ils sont plus petits. Leur limite est bien plus sévère que la notre : hauteur limite : 137 mètres (450 pieds) La hauteur limite est pour préserver la vue des montagnes derrière (North Shore Mountains). À la fin des années 90, la politique de hauteur fut changée et la ville permetta à 7 sites dans le centre-ville où les bâtiments pouvaient exédés la hauteur permise. Aujourd'hui, 5 de ces 7 sites sont développés. La plus haute tour est la tour Living Shangri-La avec 197 mètres. ----------------------------------------- 3 choix sont à votre disposition pour ce sondage: 1 - Laisser la limite de hauteur comme elle l'est. 2 - Laisser la limite de hauteur mais laissé certaines zones sans restrictions (exemple de Vancouver) 3 - Abolir la limite de hauteur afin de laisser place a de plus hauts projets.
  16. http://www.ville.quebec.qc.ca/temp/amphitheatre/index.aspx Documents Sommaires exécutifs Photos et vidéos Ententes Autres documents Comité directeur Membres Analyse des sites Cartes des sites Critères d'évaluation Webcaméras Vue sud Vue nord Vue d'ensemble
  17. Source: Les Affaires L'éditeur de logiciels Avanquest ouvre à Montréal L'éditeur français de logiciels Avanquest Software annonce l'ouverture d'une filiale canadienne à Montréal, ce qui devrait créer une centaine de postes d'ingénieurs au cours des trois prochaines années. Le nouveau centre de recherche et développement s'ajoutera aux installations d'Avanquest situées en France, aux Etats-Unis et en Chine. Dans un communiqué, Avanquest présente le Canada comme un "véritable vivier de jeunes informaticiens à la pointe des technologies de nouvelle génération", notamment dans les domaines du multimédia et du web. La filiale montréalaise prendra en charge une partie des projets qui constitueront "la pierre angulaire de la stratégie 2008-09 du groupe", a indiqué le président-directeur général et cofondateur d'Avanquest, Bruno Vanryb. Les employés montréalais travailleront à mettre au point des composants logiciels dans les domaines de la mobilité, des utilitaires et de la sécurité, à créer des sites et des contenus web pour soutenir et accroître les ventes en ligne, de même qu'au développement d'un projet internet destiné à renforcer la relation d'Avanquest avec les utilisateurs de ses logiciels. La filiale montréalaise envisage d'embaucher 15 ingénieurs d'ici la fin de l'année. Elle vise un total de 50 employés d'ici la fin 2009 et de 100 à la fin de sa troisième année d'existence.
  18. Les cours du pétrole ont débuté la semaine par un rebond de plus d'un dollar lundi à New York à la faveur d'une réduction de la production sur des sites au Nigeria. Pour en lire plus...
  19. Bonjour à vous, Je viens de concrétiser un premier investissement immobilier dans le but d'en faire un loyer locatif. Ce n'est pas un gros investissement, on parle d'un condo à proximité du centre-ville, mais si j'aime l'expérience j'aimerais continuer à faire genre d'investissement, peut-être même ''évoluer'' vers des plex si les bonnes occasions se présentent. J’essaie de m'éduquer le plus possible, j'aimerais savoir si vous avez des sites web, blogues ou livre, à conseiller à un investisseur inexpérimenté! (J'ai déjà une très bonne expérience en immobilier résidentiel, mais en vente/revente et pas en locatif.) Merci!
  20. Édifices anciens dans le couloir de la mort Le Devoir Antoine Robitaille Édition du vendredi 10 juillet 2009 Mots clés : conservation, Édifices anciens, Patrimoine, Québec (ville) Avant-hier, dans un geste désespéré, la Fondation Héritage Canada inscrivait la chapelle, construite en 1896, à son palmarès des dix sites les plus menacés au Canada. Avec les démolitions d'édifices anciens qui se multiplient à Québec, ville prospère, la conservation du patrimoine pourrait devenir un des enjeux clés de la campagne électorale municipale dans la capitale. Le maire, Régis Labeaume, qui n'a pour l'instant aucun adversaire, admet être très agacé par «ceux qui veulent tout conserver, mais qui n'ont aucune idée de ce qu'ils veulent faire avec ce qui serait conservé». Québec -- L'artère emblématique de Québec, la Grande Allée, sera le théâtre des plus importantes démolitions à survenir depuis les décennies 1960 et 1970. À l'époque, les maisons victoriennes à côté du parlement ont été rasées et on a assisté à l'érection d'édifices modernes mal aimés tels le Complexe H et le Concorde. Aujourd'hui, ce sont deux édifices anciens et religieux qui attendent dans le couloir de la mort: la chapelle des Franciscaines (388, Grande Allée) et le monastère des Dominicains (175, Grande Allée). Avant-hier, dans un geste désespéré, la Fondation Héritage Canada (FHC) inscrivait la chapelle, construite en 1896, à son palmarès des dix sites les plus menacés à l'échelle pancanadienne. La FHC y voit «le plus bel exemple de décor néo-baroque» du Québec que «seul un miracle peut sauver». Mais le sort en est jeté: la chapelle tombera sous le pic des démolisseurs Voir page A 10: Édifices dès cet été, après les vacances de la construction et après qu'il aura été désamianté. Le permis de démolition a été délivré en 2008. La congrégation religieuse a vendu la chapelle et un bâtiment attenant à la Société municipale d'habitation Champlain (SOMHAC) dans les années 1980, créant la Résidence Grande Allée. Des personnes âgées en perte d'autonomie y logeaient. Le bâtiment a été négligé. En 2003, il a été vendu à des intérêts privés. Dans un avis, la Régie du logement autorisa la vente en notant que «le droit au maintien [des locataires] dans les lieux est protégé». On notait aussi que l'acquéreur avait promis de procéder «à la réparation des fenêtres [...] et à l'entretien de cette chapelle qui ferait partie du patrimoine historique de la ville de Québec». Mais trois ans plus tard, les propriétaires, dont le pharmacien Michel Cadrin, expédiaient des avis d'éviction aux locataires. La Régie du logement fut saisie de l'affaire et se prononça en 2007. Elle autorisa les dernières expulsions et par conséquent la démolition en raison de la «vétusté» des édifices. La Régie soulignait que le projet du «locateur» visait à desservir «le même type de clientèle», soit les «personnes retraitées autonomes ou en légère perte d'autonomie». Mais en 2009, à la fin de l'été, ce sont 240 condominiums, construits en deux phases, qui seront mis en vente. Le projet de la firme Ogesco, baptisé L'Étoile, ne comptera aucun logement locatif et ne s'adressera pas à la clientèle mentionnée par la Régie, a confirmé hier Gratien Dubé, courtier immobilier et porte-parole de la firme Ogesco. Les quelques manifestations pour la préservation de cet édifice -- que la ministre de la Culture Christine St-Pierre et son ministère ne considèrent pas comme «patrimonial» -- ont toutefois eu un effet sur le promoteur, qui a décidé de conserver la façade de la chapelle, ses trois clochers, et de l'intégrer à son ensemble architectural. Les matériaux du nouvel édifice de neuf étages (moins élevé que ses voisins) évoqueront aussi l'ancien édifice, notamment son toit argenté. La présidente du Conseil des monuments et sites, Louise Mercier, juge la disparition de la chapelle «extrêmement déplorable». Le conseil déplore particulièrement le sort réservé à l'intérieur, dont les ornements ont été abandonnés et démantelés ces trois dernières années. C'était là, au sens du Conseil (et au sens d'un site Internet: voir eglisesdequebec.org), des éléments de valeur patrimoniale. Ils ont été cédés par le propriétaire à un artiste, Jean-Marc Mathieu-Lajoie, qui s'en est servi pour faire une «installation» baptisée par lui La Chute des anges. M. Mathieu-Lajoie a aussi acquis la coupole coiffant la nef et projette d'en tirer une autre oeuvre. Raser un monastère pour agrandir le musée Quant au monastère des Dominicains, adjacent à l'église Saint-Dominique, de style gothique anglais, le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) l'a acquis grâce à l'aide d'un mécène, le milliardaire Pierre Lassonde, et propose de le démolir pour le remplacer par un édifice spectaculaire qui jouxtera l'église. L'ancien directeur général du MNBAQ John Porter pilote ce projet, pour lequel un concours d'architecture international a été lancé. Le ministère de la Culture et le service d'urbanisme de la Ville ont conclu que l'édifice n'était pas patrimonial, surtout la partie abîmée par un incendie. Le MBNA conservera la partie du presbytère qui est d'origine. Le maire Régis Labeaume ne s'oppose pas aux deux démolitions. Il soutient que tout le monde est d'accord, «sauf Anne Guérette et son petit groupe». Architecte de formation et fondatrice d'Héritage Québec, Mme Guérette a été élue conseillère municipale indépendante dans Montcalm en décembre 2007. Dans une lettre envoyée en janvier 2008, la fondatrice du Centre canadien d'architecture, Phyllis Lambert, a fait savoir qu'elle l'appuyait dans son combat contre la démolition du monastère. Mme Guérette a aussi organisé des manifestations contre la démolition de la chapelle des Franciscaines. «Le problème à Québec, c'est que tout est patrimonial selon certains. Ça commence à être ridicule, et plusieurs experts en patrimoine le pensent», répond le maire Labeaume, joint par Le Devoir. Il ne se dit pas «moins attaché» au patrimoine que les autres maires avant lui. Suffit de prononcer le nom d'Anne Guérette pour le faire sortir de ses gonds. «Mme Guérette fait de la politique avec son groupe. Son groupe est honnête. Mais elle, c'est une politicienne», lance-t-il. Récemment, cette dernière a proposé de faire une «Grande Allée muséale», c'est-à-dire d'agrandir le MNBAQ sur plusieurs sites, en convertissant plusieurs anciens édifices religieux de la Grande Allée (dont celui des Franciscaines) en «pavillons». L'idée met M. Labeaume en colère: «Au Québec, quand tu ne sais pas quoi dire, tu proposes un centre d'interprétation ou un musée. Ça fait 20 ans que j'entends ça. Il n'y a rien de plus éculé que cette vision-là.» Il poursuit: «Ça n'a pas une crisse de cenne et ça ne sait pas où en trouver non plus», peste-t-il. Selon lui, ces «intégristes» de la protection du patrimoine sont «toujours en train de demander au gouvernement et à la Ville de mettre de l'argent [dans ce domaine], mais ils ne sont pas capables d'aller voir des gens du privé, des mécènes». Il est certain qu'un bâtiment remarquable remplacera le monastère des Dominicains. À Québec, il est temps selon lui de créer le «patrimoine de l'avenir». http://www.ledevoir.com/2009/07/10/258518.html
  21. Investissement de 1,2 milliard dans le solaire à Bécancour 25 août 2008 - 14h50 Agence France-Presse Agrandir Le fabricant norvégien d'équipements d'énergie solaire Renewable Energy Corporation (REC) a choisi Bécancour parmi une centaine de sites dans 16 pays. Le fabricant norvégien d'équipements d'énergie solaire Renewable Energy Corporation (REC) a retenu la ville de Bécancour en Mauricie pour l'implantation d'une nouvelle usine, soit un investissement de plus de 1,2 G$. Retenue parmi une centaine de sites dans 16 pays, la ville québécoise accueillera une usine de polysilicium, un composant de base des panneaux solaires. Susceptible de compter jusqu'à quatre lignes de production, l'usine emploiera plus de 300 personnes lorsqu'elle fonctionnera à plein régime. Sa construction devrait démarrer en 2010 pour une entrée en production en 2012. «Le développement de ce site nous permettra de poursuivre l'expansion de notre activité dans le silicium de la façon la plus efficace en termes de coûts», a commenté Erik Thorsen, le directeur général de REC, dans le communiqué. Le groupe norvégien a expliqué que l'un des principaux critères de son choix avait été le prix et la stabilité de l'approvisionnement en électricité dont ses usines sont de grosses consommatrices. «Selon les termes de l'accord conclu avec le gouvernement du Québec, REC disposera d'un accord de long terme pour la fourniture d'électricité par Hydro Québec à des prix compétitifs», a ajouté REC, précisant que cet accord porterait sur 20 ans. Le volume définitif de l'investissement dépend encore d'études d'ingénierie préliminaire censées être bouclées dans les six prochains mois, a encore indiqué REC. http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/article/20080825/LAINFORMER/80825097/5891/LAINFORMER01