Search the Community

Showing results for tags 'simple'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 20 results

  1. (Courtesy of The Globe and Mail) (Courtesy of Travel+Leisure) Plus its ranked 3rd in Canada. Only 10 hotels made the list for this country. T+L 500 List. The Auberge is not in the Top 25, not really sure where its ranked though. So if your looking for a romantic getaway for a few days with the wife or girlfriend, check it out. She will be happy with the massage
  2. I promised myself I would not ask for help about this publicly. I am now breaking that promise. I want to buy an engagement ring for my girlfriend and I haven't had any luck yet. I am looking for a simple diamond ring on white gold. I am not looking for anything too expensive or eccentric. A solitaire ring is fine. I prefer if it's a conflict-free diamond (but then again, a lot of what you spend in the US is also used to finance wars, so I don't think there's much difference). My problem is that most jewelries I've been to have a really small selection of simple diamond rings. I'm not looking to design anything myself or to have a ring made specifically for me/my girlfriend. I just want to go to a place with a large enough selection for me to be able to compare and take a good decision in terms of looks and pricing. I hope you guys can help me. Thanks a lot.
  3. Je suis en train de faire de la recherche pour un article sur les graffiis dans la ville et j'aimerais avoir votre opinion sur les "tags" à Montréal. Est-ce qu'il y en a trop? Êtes-vous d'accord avec cet art? À qui revient la responsabilité des enlever? Les amendes sont-elle assez élevées? Pour ceux qui ont voyagé, comment MTL se compare à d'autres villes? Je tiens à souligner que je ne parle pas de murales commandées ou non de haute qualité, je parle surtout des simple tags, les vitres égratignées du métro ou les simple nom en grosses lettres sur les murs de bâtiments ou de maison. Merci de votre aide.
  4. Outils utile! L'historique des noms et la localisation de quelque 6000 rues et parcs de Montréal sont maintenant accessibles gratuitement par Internet. Le répertoire de toponymie de Montréal lancé aujourd'hui offre un outil de recherche simple aux citoyens, professionnels et étudiants. Pour l'ensemble des rues et parcs des 19 arrondissements, on trouve une notice historique ainsi que la date de désignation. http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=1560,11779591&_dad=portal&_schema=PORTAL
  5. Au Québec, le marché pour le très haut de gamme demeure restreint, selon l'auteur du livre Consommation et luxe, Benoît Duguay. La raison est simple: "Il y a peu de Québécois très riches." Pour en lire plus...
  6. Bonjour, Il y a de l'activité autour du 1100 en ce moment... Ils sont en train de monter un échafaudage...mais pourqoi ? L'installation me parait énorme pour un simple nettoyage de fenêtres. Quelqu'un a-t-il une idée des travaux en cours ? Photos prises du 10eme étage du 1250. Merci Bonne journée H
  7. Ce n'est peut-être pas la meilleure source sur le recyclage montréalais, mais bon, je suis tombé sur cet article qui décrivait la situation à travers le pays... Recycling rates vary greatly across nation Municipalities that make it easy for people to dispose of garbage have higher diversion rate Jul 16, 2007 04:30 AM Kristine Owram Canadian Press Statistics Canada says Canadians are recycling and composting more than ever before, but whether they compost their coffee grounds or recycle their milk cartons seems to have a lot to do with where they live. While cities like Montreal and Calgary struggle to divert even a third of their waste from landfills, others expect to be recycling or re-using up to 90 per cent of their solid waste within a few years. In Markham council has been working for years to find ways to divert as much waste as possible from landfills. Through a combination of public education and pilot projects, they've managed to reduce the amount of waste headed to the dump to just 30 per cent. Regional councillor Jack Heath, chairman of Markham's waste diversion committee, said the solution was simple: picking up recyclable and organic waste – blue boxes and green bins – twice as often as garbage. "If you want to throw your banana peels and your dirty diapers in the garbage, you can hang onto them for two weeks," Heath said. "Or, you can throw them in the green bin and we'll collect them every week." Heath said all it took to reach 70 per cent diversion – a rate Toronto, which currently sits at about 42 per cent, has set as a "long-term goal" – was a little political will. "People had some trepidation, but after a few weeks they said, `This isn't that difficult,'" he said. "It was the strong will of council to solve the problem that basically changed the system, and that's how we got to where we are." Statistics Canada's Households and the Environment Survey, released Friday, found the proportion of household waste recycled by Canadians increased from 19 per cent in 2000 to 27 per cent in 2004. The survey also found that 27 per cent of Canadian households composted in 2006, up from 23 per cent in 1994. In Edmonton, councillors brought the public on board by making it easy for them to recycle, said Garry Spotowski, a spokesperson for the city's waste management division. Edmonton has been a trailblazer in the field of waste diversion since 1988, when the city became one of the first in North America to introduce a blue-box recycling program. Many cities, including Ottawa and Vancouver, ask residents to separate paper from metals, plastics and glass. Most cities ask residents to throw organic waste in green bins, separate from the rest of their garbage. Edmonton residents, however, need only put recyclables in blue bags and the rest into garbage bags; the city takes care of all the sorting, Spotowski said. "Instead of going to a landfill, it goes to the Edmonton composting facility, where it's sorted and any material that doesn't compost is screened out," he said. "It's actually very simple. We emphasize convenience as much as possible." The city currently diverts about 60 per cent of its waste from the dump, but that figure is expected to reach 90 per cent within a few years once a new "gasification" facility opens to convert residual waste into gas for heating, transportation and producing electricity, said Spotowski. Larger cities like Toronto, however, are struggling to catch up. In 2002, Toronto's Keele Valley landfill site was closed and the city began shipping its garbage to Michigan for disposal. At that point, the city had a waste diversion rate of only about 25 per cent, said Geoff Rathbone, Toronto's director of solid waste programming. Since then, the city has introduced a green bin program, which it will extend to apartment buildings and other multi-family homes by next year. It also plans to introduce a new pay-as-you-toss system for garbage. All this will contribute to the city's 10-year plan to increase diversion to 70 per cent, Rathbone said. Halifax is close behind Edmonton with a diversion rate of 55 per cent. Although they ask residents to separate organics from recyclable containers from newspapers from garbage, they take a similar approach to ensure nothing gets left behind. "You know you'll never have 100 per cent compliance, meaning that hidden inside that black garbage bag, you'll still have some items that shouldn't be there," said Jim Bauld, manager of solid waste resources for the Halifax Regional Municipality. "So every bag is opened." http://www.thestar.com/News/article/236301
  8. Si la simple lecture des journaux depuis quelques semaines vous fait craindre pour votre emploi, rassurez-vous. Les mises à pied massives ne sont pas dans les plans de nos entreprises pour demain matin. Pour en lire plus...
  9. Question simple, même pas besoin de savoir pourquoi. Utilisez le forum si vous tenez absolument en discuter Quelle est votre rue préférée à Montréal ? Merci de voter en cliquant ici
  10. http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=8717,96959614&_dad=portal&_schema=PORTAL Voies réservées Sur les voies réservées aux autobus et aux taxis, il est interdit à tout autre véhicule de circuler, sauf : sur une distance de 30 m pour accéder à un terrain privé ou pour le quitter ; pour faire un virage à droite à une intersection, à partir de l’endroit indiqué sur la chaussée par une ligne simple, diagonale et discontinue. Les voies réservées sont désignées par un losange allongé. Les panneaux de signalisation indiquent à qui les voies sont réservées, ainsi que les jours et les heures où la restriction est en vigueur. L’application de ce règlement est assurée par le Service de police : 514 280-2222.
  11. Un beau petit projet pour ce petit quartier un peu isolé. Je doute que la finition ressemble vraiment à ce rendu mais si c'est le cas alors bravo car j'aime bien l'amalgame de ces deux couleurs. Le design est simple mais bien correct. Situé au 28 Av. Stanley, à St-Pierre dans l'arrondissement Lachine, la livraison est prévu pour l'automne 2011 http://www.remax-quebec.com/fr/inscription/M/8499326.rmx
  12. EIU 2007 1. Oslo 2. Paris 5. Tokyo 26. Moscow 28. New York City 31. Barcelona 34. Vancouver 36. Montreal tied with Chicago 41. San Fran 44. St Petersburg (Russia) tied with Washington D.C 47. Tel Aviv 68. Mexico City 92. Budapest This is what I could disect from citymayors, i could have taken all the cities they had on the list but this one way more simple. I just cant wait until Mercer and UBS release their findings for 2007. Mercer 2006 1. Moscow 18. Dublin 24. Tel Aviv 25. Dubai 56. Vancouver 80. Montreal UBS 2006 1. London 8. Dublin 20. Munich 21. Montreal 30. Dubai 42. Tel Aviv EIU 2006 1. Oslo 43. Montreal tied with Vancouver
  13. If only it was that simple
  14. Wednesday September 21, 2016 Mississauga condo developer forgets to put 120 bathrooms in brand new building Condo living is supposed to be simple. So you can imagine the shock of some Mississauga condo owners when they moved into their units and discovered that something simple was missing: None of the units in the 35 storey building had been equipped with a bathroom. In his interview with This is That, developer Jordan Petrescu, admitted a mistake had been made but surprisingly was not willing to take the blame. "There are no bathrooms in the units, but there were also no bathrooms on the plans or in our show suites," says Mr. Petrescu, "so technically, our customers bought these units knowing they were bathroomless." Click listen to hear how residents are now forced to use a porta-potty in the parking garage as a bathroom.
  15. Il y a eu des articles intéressants dans La Presse + dernièrement, sur les attaques de chien. Voici la version web (elle épargne les photos traumatisantes): http://plus.lapresse.ca/screens/1871d2ff-5be9-4218-a1d3-589abc6ebeec%7CDAmcrY6_6h2K.html Voici les faits marquants (en dehors des témoignages horrifiants): Pour cette seule blessure très spécifique contre des enfants, il y a eu 19 opérations à Montréal en une seule année, et une à tous les 5 jours en été au Québec. C'est une incidence énorme! S'il s'agissait d'un autre phénomène, par exemple un enfant grièvement blessée à la tête tous les 5 jours par un chauffar ivre, personne n'accepterait cela, il y aurait des campagnes de sensibilisation, des barrages policiers dans les lieux concernés, etc... Alors pourquoi nous sommes incapables de mettre des ressources pour enforcer une loi simple: tenir son chien en laisse, source de plusieurs de ces attaques? Il n'y a pratiquement aucun inspecteur pour faire respecter le port de la laisse à Montréal, et pourtant les attaques résultants de cette infraction sont beaucoup plus fréquentes que l'on croit. Ce qui est normal, après tout, un animal reste un animal, peu importe comment il est "gentil" (et j'adore les animaux, je suis juste réaliste). Bref, cela me fâche de voir qu'on laisse un phénomène aussi fréquent (on parle ici des blessures à la tête pour des enfants, on peut imaginez le nombre avec les autres blessures, sur tout le monde sur les autres animaux...), souvent provoqué par le refus de respecter une loi, arriver. Cela me fâche que si l'on fait remarquer à un propriétaire de chien qu'il doit avoir son chien en laisse, il va souvent devenir insultant, se fâcher, nous demander de nous mêler de nos affaires. Cela me fâche que la plupart du temps, on ose même pas réagir, considérant cela banal en apparence. On accepterait cela avec aucun autre comportement ayant des conséquences équivalentes, et j'ai l'impression que c'est pire que jamais. Enfin, c'est mon opinion sur la question. Je me demande pourquoi il y a un tel laxisme fasse à un comportement facile à respecter, dont le refus d'obtempérer à des conséquences parfois désastreuse, le tout par simple paresse on nonchalance du maître n'apportant pas grand chose de positif.
  16. Oubliez l'Italie, la France ou les États Unis. Aujourd'hui, l’une des destinations favorites des étudiants belges désireux de connaître une expérience à l'étranger n'est autre que le Canada, et plus particulièrement sa province de Québec. C'est le premier pays d'accueil des étudiants de l'UCL (devant l'Espagne), le deuxième du côté de l'ULB (dernière l'Espagne), selon des chiffres cités par l’Agent de liaison scientifique au Canada. Si la facilité de langue française peut expliquer cet attrait, lorsque l'on interroge des étudiants belges en plein séjour à Montréal, c'est surtout le dépaysement qu'ils mettent en avant. Ainsi, pour Sarah Louise, étudiante à polytechnique, "c'est surtout la jonction de deux mondes qui m'attirait. Entre l'Europe et les Etats-Unis. Il y a un peu des deux ici, c'est intéressant." Grands espaces teintés de langue française, plusieurs jeunes vantent ce rêve américain francophone. Le Québec a été l’une des premières destinations proposées par le BIJ (Bureau international de la Jeunesse) aux jeunes Belges francophones. Depuis 1984, le BIJ et son équivalent québécois ont permis à plus de 22 000 jeunes de 16 à 35 ans de vivre une expérience au Québec et en Belgique. Cela va de la réalisation d'un stage au montage d'une pièce de théâtre. L'important, c'est que le jeune aille au-delà de la simple expérience touristique. "Même si le carnet de destination du BIJ s’est bien étoffé en trente ans, les demandes pour des bourses au Québec restent élevées", explique la directrice du BIJ, Laurence Herman. La destination est attractive. Mais tout n'est pas simple pour autant. Anastassia est étudiante en philosophie. Elle est d'abord venue à Montréal dans le cadre d'un échange universitaire. L'expérience aurait dû durer quelques mois à peine, mais la jeune fille a décidé de rester. "Cela va bientôt faire trois ans que je suis là. Lorsque tout était encadré par mon université en Belgique, c'était plutôt simple. Mais quand j'ai voulu rester, cela s'est compliqué", confie-t-elle. Des conditions d’entrée durcies par le Canada Le Canada n’est pas l’Europe. Malgré de nombreux accords entre le Québec et la Fédération Wallonie-Bruxelles, la mobilité entre les deux continents n’est pas évidente. Frais d'inscription élevés, démarches administratives lourdes... sont autant de freins à la mobilité estudiantine. Même la ministre québécoise en charge des Relations internationales l'admet : "Nous savons qu'il existe des facteurs irritants pour les étudiants. Nous avons lancé un comité pour tenter de réduire cela. Mais la matière ne dépend pas que de nous, nous devons négocier avec l'État Fédéral". Simplifier les échanges, les promouvoir, c'est aussi la volonté de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Elle organise d’ailleurs ce mardi à Montréal un colloque consacré à la mobilité internationale en présence du ministre-président Rudy Demotte (PS). "Aujourd’hui, le monde a besoin d’échanges multiples, explique-t-il. Surtout dans un monde qui présente de plus en plus les différences comme des éléments de choc." Il faut dire que le Canada a encore durci ses conditions d’entrée sur le territoire en 2015. Pour la directrice du BIJ, Laurence Herman, ce n’est pas facile à gérer, principalement pour les jeunes qui viennent au Québec dans l’espoir d’effectuer un stage. "Le Canada a une politique d’entrée dans le territoire assez restrictive. Et il y a eu un gros recul en 2015. Tous les jeunes qui veulent réaliser un stage en entreprise doivent procéder à des formalités administratives très lourdes." Très lourdes, coûteuses et aux résultats incertains. Le nouveau gouvernement canadien du libéral Justin Trudeau a annoncé qu’il lèverait peu à peu ces nouvelles barrières. Mais en attendant ce possible assouplissement, la Fédération Wallonie-Bruxelles plaide sa cause auprès des autorités provinciales québécoises par une opération de promotion de la mobilité internationale. http://www.rtbf.be/info/societe/detail_le-quebec-a-les-faveurs-des-etudiants-belges?id=9202977 nb:bonne nouvelle pour Air Canada aussi
  17. Bonjour à toutes et à tous, je désire vous faire partager un événement que je trouve vraiment bien à faire. C'est la comédie musicale BHARATI , se spectacle fait le tour du monde, c'est un show avec de la danse, du chants et des acrobaties. Tout cela selon la tradition indienne, c'est vraiment un spectacle authentique. Ils seront à Montreal au mois d'octobre il me semble. Ce n'est pas une simple comédie musicale, c'est quelque chose de vraiment grandiose, les décors sont magnifiques, les chanteurs sont bons et les danseurs sont magiques, le tout vous emmène au cœur de l'inde. C'est pourquoi je vous recommande fortement de participer à se voyage enivrent et envoutant. Je vous laisse l'adresse du site et le lien facebook pour toute information. http://www.bharatitheshow.com/ http://www.facebook.com/pages/Bharati-Il-%C3%A9tait-une-fois-lInde-au-Canada/202776433069367
  18. Bonjour à toutes et à tous, je désire vous faire partager un événement que je trouve vraiment bien à faire. C'est la comédie musicale SHERAZADE , les mille et une nuits qui revient après son succès à Montréal, cette foi ci la comédie musicale va repasser par Montréal mais aussi à Paris!! Nous sommes allé voir ce spectacle à quatre avec mon conjoint et mes 2 enfants et tout le monde a vraiment adoré, nous allons y retourner et je désirai partager cette aventure avec vous. Ce n'est pas une simple comédie musicale, c'est quelque chose de vraiment grandiose, les décors sont magnifiques, les chanteurs sont bons et les danseurs sont magiques, le tout vous emmène dans un autre endroit, dans un conte de fée. C'est pourquoi je vous recommande fortement de participer à se voyage enivrent et envoutant. Je vous laisse l'adresse du site pour toute information. http://www.sherazade1001nuits.com
  19. Cette année, Tourisme Montréal souhaite attirer les visiteurs... par le ventre! L'organisme a même financé un encart de 22 pages dont plusieurs seront consacrées aux restaurants de la métropole, qui paraîtra dans le numéro de juin du National Geographic Traveler. Cet encart - écrit par les journalistes du magazine - se retrouvera aussi dans le quotidien Toronto Star ainsi que dans le magazine Food and Drink. Impossible toutefois d'avoir un avant-goût des tables montréalaises qui voleront la vedette. Tourisme Montréal a suggéré une liste de restaurants aux reporters du National Geographic Traveler, mais l'organisme ignore lesquels ont réussi à séduire leurs papilles. Toutefois, selon nos sources, les photographes du magazine se seraient notamment présentés aux 400 Coups, dans le Vieux-Montréal... Chose certaine, Charles Lapointe, président-directeur général de Tourisme Montréal, est convaincu que cette campagne saura mettre les gourmets en appétit. À la suite de la publication du cahier, une tournée du Montréal gastronomique sera également organisée pour des journalistes américains et canadiens. «Il y a 10 ans, les gens venaient ici surtout pour l'histoire, pour le fait français, explique Charles Lapointe. Mais depuis cinq ans, dans les éléments qui attirent les touristes, la gastronomie arrive à égalité avec l'attrait historique.» Simple effet de mode? Selon lui, Montréal est beaucoup plus qu'un simple effet de mode et jouit toujours d'une réputation enviable sur la scène gastronomique internationale. «En 2011, une centaine d'articles ont été écrits dans 12 pays sur la cuisine montréalaise, sur les restos de quartier.» Et la métropole figure au palmarès des 10 villes du monde où l'on mange le mieux, selon le guide touristique Frommer's. Quelques chiffres Prix moyen d'un repas (entrée, plat, dessert) Montréal 43$ Paris 51$ Barcelone 61$ Tokyo 91$ Les touristes ont dépensé 503 millions de dollars dans les restaurants montréalais en 2008. http://www.cyberpresse.ca/vivre/cuisine/restaurants/201204/13/01-4515151-montreal-une-destination-gastronomique.php
  20. Un petit 3 étages et demi dans Hochelaga-Maisonneuve. C'est assez simple mais correct. Par contre l'immeuble me semble isolé. http://www.mondev.ca/condo-montreal-le-thoma-nouveaux-condos-a-homa.html?ProjetID=124