Search the Community

Showing results for tags 'russie'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 31 results

  1. Cataclaw

    Geo Quiz

    http://www.minijuegos.com/juegos/html/index.php?id=5974 462000 c'est mon top. Les 10eme et 11eme rondes sont durs.. Il me sort une ville nowhere en Russie. Ha, facile quand la Russie fait 1/10eme de la terre.
  2. Équipe de Russie : Markov, Ovechkin, Kovalchuk et autres grosses pointures Publié le vendredi 25 décembre 2009 à 16 h 55 - par Alexandre Lebrun (Corus Sports) - Il faudra certainement attendre le dévoilement des autres formations avant de se prêter au jeu des comparaisons et des prédictions, mais pour l'instant, en regardant les Russes, il semble évident qu'ils ne devraient pas avoir de difficultés à marquer des buts! Outre Andrei Markov du Canadien, Alexander Ovechkin des Capitals et Ilya Kovalchuk des Thrashers, on retrouve notamment Evgeni Malkin et Sergei Gonchar des Penguins, Pavel Datsyuk des Red Wings, ainsi que Alexander Semin, l'un des trois joueurs de Washington à représenter la Russie. Alex Kovalev n'a pas assez impressionné pour se tailler un poste, lui qui présente une fiche de 20 points en 34 matchs avec les Sens cette saison. Les Russes, qui ont remporté leur dernière médaille d'or olympique aux Jeux d'Albertville en 1992, seront assurément l'une des bonnes équipes du tournoi. Le jeu de puissance risque d'être très dévastateur. Imaginez seulement la première unité. Alexander Ovechkin, Pavel Datsyuk et Evgeni Malkin à l'attaque avec Andrei Markov et Sergei Gonchar à la pointe! On parle d'une force de frappe assez puissante... Parmi les autres joueurs sélectionnés, on retrouve quelques anciens du circuit Bettman - qui évoluent maintenant dans la KHL - comme Sergei Fedorov (Metallurg Magnitogorsk), Viktor Kozlov et Alexander Radulov, ainsi que le défenseur Dmitri Kalinin, tous du Salavat Yulayev Ufa. Maxim Afinogenov, des Thrashers d'Atlanta, a également convaincu les dirigeants qu'il avait sa place, lui qui revendique une fiche de 34 points en 36 matchs cette saison. Du côté des gardiens, Evgeni Nabokov des Sharks, en raison de son expérience, devrait être le partant même si Ilya Bryzgalov, des Coyotes, présente des statistiques plus intéressantes à tous les chapitres, jusqu'à présent. Le jeune Semyon Varlamov sera le troisième gardien. Nikolai Khabibulin, blessé au dos depuis le 16 novembre dernier, n'a pas été retenu. La Russie est le deuxième pays à dévoiler son équipe olympique, après le Bélarus mercredi. La Suède a planifié d'annoncer sa formation dimanche, la Lettonie, la Norvège et la Slovaquie suivront mardi, tandis que la République tchèque, la Finlande, l'Allemagne et la Suisse imiteront le Canada mercredi. Les États-Unis seront les derniers à le faire, le 1er janvier, dans le cadre de la Classique hivernale de la LNH présenté au Fenway Park de Boston. Ce sont 14 joueurs de la LNH et neuf joueurs de la KHL qui ont été sélectionnés Gardiens : Ilya Bryzgalov (Phoenix Coyotes, NHL) Evgeni Nabokov (San Jose Sharks, NHL) Semyon Varlamov (Washington Capitals, NHL) Défenseurs : Sergei Gonchar (Pittsburgh Penguins, NHL) Denis Grebeshkov (Edmonton Oilers, NHL) Dmitri Kalinin (Salavat Yulayev Ufa) Konstantin Korneyev (CSKA Moscow) Andrei Markov (Montreal Canadiens, NHL) Ilya Nikulin (Ak Bars Kazan) Fedor Tyutin (Columbus Blue Jackets, NHL) Anton Vonchenkov (Ottawa Senators, NHL) Attaquants : Maxim Afinogenov (Atlanta Thrashers, NHL) Pavel Datsyuk (Detroit Red Wings, NHL) Sergei Fedorov (Metallurg Magnitogorsk) Ilya Kovalchuk (Atlanta Thrashers, NHL) Viktor Kozlov (Salavat Yulayev Ufa) Evgeni Malkin (Pittsburgh Penguins, NHL) Alexei Morozov (Ak Bars Kazan) Alexander Ovechkin (Washington Capitals, NHL) Alexander Radulov (Salavat Yulayev Ufa) Alexander Semin (Washington Capitals, NHL) Danis Zaripov (Ak Bars Kazan) Sergei Zinoviev (Salavat Yulayev Ufa)
  3. L'Organisation des pays exportateurs de pétrole maintient ses quotas actuels de production, tandis que la Russie songe à joindre les rangs de l'organisation. Pour en lire plus...
  4. Des entrepreneurs centriquois et estriens prendront part à une mission commerciale en Russie afin d'assurer la croissance du chiffre d'affaires de leur entreprise. Pour en lire plus...
  5. La position du Canada dans le récent conflit entre la Russie et la Géorgie pourrait éloigner le géant russe du projet de terminal méthanier. Pour en lire plus...
  6. La situation économique ne cesse de se dégrader: les manifestations antigouvernementales se multiplient, le rouble dégringole, l'inflation et le chômage montent en flèche. Pour en lire plus...
  7. La Russie pourrait connaître en 2008, pour la première fois depuis une décennie, une diminution de sa production pétrolière, a annoncé jeudi un responsable du gouvernement russe. Pour en lire plus...
  8. Le vice-premier ministre russe, qui est chargé du secteur de l'énergie, a ajouté que le gouvernement envisageait de créer une réserve de pétrole «qui lui permettrait d'agir sur les prix du marché». Pour en lire plus...
  9. Le président actuel de l'OPEP, Chakib Khelil, souhaite que la Russie rejoigne le cartel, une décision qui permettrait d'augmenter sa puissance. Pour en lire plus...
  10. Une météorite explose au-dessus de l'oural en Russie, des images spectaculaires. Voici le lien: http://www.lapresse.ca/international/europe/201302/15/01-4621907-une-pluie-de-meteorites-fait-500-blesses-en-russie.php
  11. Le Québec est-il à la page? Mise à jour le vendredi 30 novembre 2007, 16 h 53 . Les enfants québécois de 10 ans lisaient un peu moins bien en 2006 qu'en 2001. C'est ce que révèle un rapport publié par le Programme international de recherche en lecture scolaire (PIRLS), à la suite d'un test administré dans plusieurs pays. Le PIRLS a testé les aptitudes de lecture de quelque 215 000 enfants de 4e année de 40 pays, l'an dernier. La Fédération de Russie, Hong Kong et l'Alberta sont montés sur le podium. À l'échelle du Canada, cinq provinces ont participé à l'épreuve: outre l'Alberta qui s'est classée au 3e rang et le Québec au 23e, il y avait la Colombie-Britannique (5e), l'Ontario (7e), la Nouvelle-Écosse (16e). Il reste que le Québec a terminé au-dessus de la note moyenne de 500. Les questions du test évaluent la capacité de: se centrer sur l'information et les idées directement énoncées; les extraire; réaliser des déductions ou inductions directes; interpréter et intégrer les idées et l'information; examiner et évaluer le contenu, la langue et les éléments textuels. Constatations importantes En 2006, le PIRLS a fait trois constatations importantes: l'aptitude de lecture des filles était supérieure à celle des garçons; l'intérêt et le plaisir des enfants pour la lecture baissent; les pays peuvent améliorer la performance de leurs élèves. Selon les codirecteurs de PIRLS, Ina Mullis et Michael Martin, du Boston College, les pays peuvent utiliser les données du rapport pour améliorer l'enseignement de la lecture. Le rapport, ajoutent-ils, confirme la place de la famille comme premier, et peut-être le plus important, enseignant de la lecture. D'ailleurs, en 2001, lors du premier test du PIRLS, le Québec, avec ses 537, devançait la Fédération de Russie et Hong Kong avec leurs 528 points. Au cours des cinq années qui ont suivi, les deux pays ont, selon les codirecteurs du PIRLS, amélioré l'enseignement de la lecture, ce qui leur a permis de se hisser aux premiers rangs. Les comportements et attitudes Le PIRLS 2006 a recueilli aussi de l'information sur les comportements et les attitudes des élèves à l'égard de la lecture. On a demandé aux élèves, à leurs parents, aux enseignants et aux directions d'école de remplir des questionnaires sur les habitudes en lecture. Les réponses ont permis au PIRLS de décrire la façon dont la lecture est enseignée et apprise à la maison et à l'école. Le choix des écoles au Canada Pour chaque province canadienne participante, Statistique Canada a choisi de façon aléatoire des classes de 4e année, autant dans des écoles de langue française que de langue anglaise, afin qu'elles participent à l'étude.
  12. Malgré la crise géorgienne, la Russie rappelle qu'elle compte demeurer un «fournisseur sûr» de pétrole et de gaz pour l'Europe. Pour en lire plus...
  13. La Russie, fragilisée ces dernières semaines par la dégringolade des cours du pétrole et la fuite des capitaux a vu ses perspectives s'assombrir lorsque l'agence Standard & Poor's a abaissé sa note. Pour en lire plus...
  14. Technoplast est un fournisseur de composants intérieurs et extérieurs en plastique de Nizhny Novgorod, en Russie. Pour en lire plus...
  15. Charest dirigera une première mission québécoise en Russie Rémi Nadeau La Presse Canadienne Québec Publié le 06 décembre 2009 à 15h50 | Mis à jour le 06 décembre 2009 à 15h58 Le premier ministre Charest souhaite établir des contacts politiques et économiques qui pourraient permettre à des entreprises québécoises de percer cet important marché de 150 millions d'habitants. Le premier ministre Jean Charest dirigera une première mission économique officielle toute québécoise en Russie, dans les prochains jours, dans l'espoir de jeter les bases d'une relation d'affaires durable avec cet acteur des économies émergentes. Pendant quatre jours, à compter de mardi, M. Charest souhaite établir des contacts politiques et économiques qui pourraient permettre à des entreprises québécoises de percer cet important marché de 150 millions d'habitants. Les représentants d'une dizaine d'entreprises l'accompagneront lors de visites à Moscou et St-Petersbourg, dont Bombardier Produits Récréatifs, CAE, SNC Lavalin et Gaz Métropolitain. «Les Russes ont peu d'expertise dans le domaine de la technologie, des infrastructures et même des produits manufacturiers. Tout est à faire là-bas, ils ont besoin d'étrangers pour diversifier leur économie, largement dominée par les hydrocarbures», a expliqué en entrevue à La Presse Canadienne le ministre des Relations internationales, Pierre Arcand, qui sera aussi de la partie. Entre 1998 et 2008, avant d'être sérieusement affectée par la crise économique, la Russie a affiché des taux de croissance annuels atteignant 7%. À son arrivée au pouvoir en 2003, le gouvernement Charest avait ciblé ce marché avec ceux de la Chine, de l'Inde et du Brésil, en constatant que ses liens étaient pratiquement inexistants avec ces nouveaux acteurs économiques en développement. S'il représente un potentiel d'affaires alléchant, le marché russe n'est toutefois pas facile à pénétrer, notamment en raison de la corruption qui y est omniprésente et de la lourdeur administrative imposée par l'État. «Les entrepreneurs étrangers sont réticents à intervenir en Russie, parce que le pays n'est jamais bien classé au chapitre de la corruption, c'est un héritage de l'époque soviétique», a indiqué la professeure de science politique de l'Université Laval, Aurélie Campana. «Puis, les Russes n'ont pas de tradition d'économie de marché et les pratiques ne sont pas encore ancrées chez les hommes d'affaires», a-t-elle ajouté. Sans minimiser les obstacles, le ministre Arcand estime toutefois que bien des exemples de succès en territoire russe devraient suffire à convaincre les entrepreneurs québécois que le jeu en vaut la chandelle. Il cite par exemple le cas de l'homme d'affaires canadien George Cohon, qui a ouvert le premier restaurant de la chaîne McDonald's à Moscou, et qui en a fait le plus rentable à travers la planète. M. Arcand souligne aussi que sur 200 entreprises de Grande-Bretagne s'étant installées en Russie depuis 1992, la grande majorité d'entre-elles y sont demeurées et font des affaires d'or. «C'est sûr que la corruption existe, mais, des complications, il y en a dans tous les pays. Puis, les entreprises étrangères ne resteraient pas sur place si cela ne fonctionnait pas. Elles font de l'argent et il y a là beaucoup d'avenir», a argué celui qui s'est rendu à Moscou une première fois en avril dernier, afin de préparer le terrain pour cette mission du premier ministre. Sur le plan politique, Jean Charest rencontrera notamment le vice-premier ministre Viktor Zubkov. La signature d'une entente de coopération Québec-Moscou est probable. Il prononcera une allocution sur les occasions d'affaires liées à la tenue des Jeux Olympiques de Sotchi, puis effectuera même une présentation de son Plan Nord, à l'occasion d'une table ronde sur le développement du Nord et des régions éloignées. Par ailleurs, M. Charest assistera mercredi à une représentation de «Varekai», premier spectacle permanent du Cirque du Soleil à Moscou. Avant de rentrer au pays, le premier ministre se rendra à Copenhague, au Danemark, où il participera à la conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques. http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/quebec/200912/06/01-928440-charest-dirigera-une-premiere-mission-quebecoise-en-russie.php
  16. Une crise financière peut rapidement se transformer en casse-tête géopolitique. Le gouvernement islandais en sait quelque chose. Pour en lire plus...
  17. Aux prises avec la plus importante débâcle financière de son histoire, l'Islande demande l'aide de la Russie pour éviter l'effondrement de son système financier. Pour en lire plus...
  18. La Russie a subi hier l’une des pires corrections boursières de son histoire, provoquée à la fois par la chute des prix des matières premières, les soubresauts de Wall Street et des facteurs d’inquiétude propres au pays. Pour en lire plus...
  19. La Russie a ouvert mardi matin les vannes approvisionnant l'Europe en gaz, tenant ainsi sa promesse, mais le coeur du conflit gazier russo-ukrainien reste entier. Pour en lire plus...
  20. Le baril de brut, ravigoté entre autres par le conflit gazier entre la Russie et l'Ukraine, regagne plus de 20% de sa valeur en quelques jours, passant de moins de 35$US à environ 50$US. Pour en lire plus...
  21. Les prix du pétrole ont dépassé les 48 $ lundi à New York, confirmant le rebond observé en fin d'année, tirés par les tensions géopolitiques au Proche-Orient et en Russie. Pour en lire plus...
  22. Trou béant de la Tour de Russie, symbole de la crise 21 novembre 2008 - 11h27 Agence France-Presse La Tour de Russie, futur plus grand immeuble d'Europe, devait incarner à Moscou les succès économiques russes, mais avec l'annonce vendredi du gel du projet, le trou béant de ce chantier symbolisera désormais la crise financière dans le pays. La construction de ce mastodonte de 612 mètres et 118 étages, censé battre un nouveau record après la Tour de la Fédération dans le quartier de Moskva City, avait été lancée en grande pompe en septembre 2007 et devait être achevée en 2012. Mais comme pour d'autres projets encore dans leur phase initiale, le promoteur de ce bâtiment dessiné par l'architecte britannique Norman Foster a gelé les travaux, jetant un nouveau froid sur un marché habitué à tous les records et toutes les extravagances. «On ne peut pas réaliser de tels projets dans les conditions économiques actuelles (...) Les taux d'intérêts sont élevés et il n'y a pas de ressources en crédits», a expliqué dans un entretien à l'agence de presse Interfax le patron de Russian Land, Chalva Tchiguirinski, qui devait construire le gratte-ciel. Il a aussi annoncé des licenciements et la mise au placard d'un autre projet phare de la société, l'immeuble Kristall, aussi créé par Norman Foster, à Khanti-Mansiisk, région pétrolière de Sibérie. M. Tchiguirinski n'a donné aucun calendrier pour la reprise des travaux, tout en assurant que l'arrêt était temporaire. Signe que tout le secteur souffre de la crise financière mondiale et de la chute des cours du pétrole, principale ressource en devises du pays, l'une des grosses sociétés de construction de Moscou, a annoncé une campagne de «soldes de 25% pendant les fêtes de fin d'année» sur ses appartements. Ainsi, dans le «Dom na Begovoï», un immeuble neuf en bordure du centre de Moscou, le mètre carré passera de 4000 à 3000 euros, a indiqué Oleg Stourakov, du département des ventes de Donstroï. «Les autres années, on faisait à cette période des réductions de 10-12% mais cette année, ça n'intéresserait personne (...) Il est clair qu'en Russie, comme ailleurs dans le monde, il n'y a pas d'argent», explique-t-il. Au regard des difficultés sur le marché et malgré l'ampleur de la promotion, ce responsable n'ose cependant pas s'avancer sur le succès que rencontrera l'opération auprès du public. «Personne ne va faire des prévisions, avec le retournement de situation actuel, on se tromperait à tous les coups», note M. Stourakov. Un sondage publié jeudi par l'institut Vtsiom souligne d'ailleurs que le pourcentage de Russes s'attendant à une stabilisation ou une baisse des prix de l'immobilier est passé de 17% en octobre à 31% en novembre. Pour Barry Schumaker, expert du secteur immobilier à la banque Uralsib, l'annonce des remises chez Donstroï va être suivie par les autres sociétés du secteur durant les «six à neuf mois à venir», et ce qui devait être une promotion de Noël deviendra finalement la norme. «Toutes les sociétés qui ont un gros stock d'invendus vont devoir faire ça. Ca fait deux mois que rien ne se vend, et les compagnies ont désespérément besoin de liquidités», relève l'expert, qui prévoit aussi des «banqueroutes». Car les sociétés de construction, portées par les crédits faciles et un boom sans précédent dans l'immobilier durant les années 2000, se sont largement endettées pour profiter d'un marché en pleine expansion. «A un moment donné, elles seront mêmes prêtes à vendre à perte si leurs dettes commencent à vraiment les menacer», prévoit M. Schumaker. D'autant que les acheteurs potentiels soit «n'ont pas assez confiance en l'avenir pour acheter un bien immobilier maintenant» soit, compte tenu des conditions actuelles, «sont intelligents et attendent que les prix baissent.
  23. Mais avant les duels politiques et la chute des marchés boursiers, la vingtaine de gens d'affaires qui accompagnent le ministre cette semaine voient surtout en la Russie une économie émergente aux grandes opportunités commerciales. Pour en lire plus...
  24. La Russie et l'Ukraine ont enfin rouvert les vannes de leurs gazoducs mardi, mettant fin à trois semaines d'un conflit acrimonieux et riche en rebondissements. Pour en lire plus...
  25. L'Union européenne (UE) a émis l'espoir mercredi d'une résolution de la crise gazière entre la Russie et l'Ukraine, qui l'affecte, grâce au déploiement d'observateurs internationaux. Pour en lire plus...