Search the Community

Showing results for tags 'royal'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 81 results

  1. Royal LePage prévoit que le prix moyen des maisons augmentera de 3,5% à l'échelle nationale d'ici à la fin de l'année, a-t-il indiqué jeudi. Pour en lire plus...
  2. http://www.thestar.com/travel/northamerica/article/805447--echoes-of-montreal-in-louisville
  3. Les patrons de Royal Dutch Shell et British Petroleum ne croient pas l'argument des pays producteurs, qui affirment que le baril de pétrole brut est pris en otage par des investisseurs. Pour en lire plus...
  4. La firme de courtage immobilier estime que, contrairement à ce qui s'est passé aux États-Unis, il y aura une correction et non un effondrement du marché de la revente au Canada en 2009. Pour en lire plus...
  5. Les cyclistes ont-ils vraiment besoin de 2 voies de large à eux seuls ? Personnellement, j'aurais converti 1 voie en parc et l'autre voie en piste cyclable. Pas les 2. ****************** Le mont Royal partiellement interdit aux automobiles Agence QMI Jean-Louis Fortin 04/05/2010 17h39 MONTRÉAL - Le maire de l’arrondissement Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, souhaitait interdire toute circulation automobile sur le mont Royal. Il vient d’obtenir gain de cause à moitié, puisque dès 2011, la ville de Montréal fermera aux voitures la voie sud du chemin Remembrance. Le côté sud de Remembrance sera transformé en une grande voie réservée aux piétons et cyclistes, du chemin de la Côte-des-Neiges jusqu’au rond-point du sommet de la montagne, près de la Maison Smith. Selon nos informations, une seule voie aux voitures sera maintenue sur le côté nord, dans les deux directions. Chaque jour, 10 000 automobiles empruntent la voie Camilien-Houde et le chemin Remembrance, qui traversent la montagne d’est en ouest. Le deux tiers des véhicules sont en transit, c'est-à-dire qu’ils n’ont pas pour destination le mont Royal, et qu’ils veulent simplement sauver du temps en traversant la montagne au lieu de la contourner. Question de sécurité Manon Barbe, responsable du transport au Comité exécutif de la Ville, explique que l’administration Tremblay souhaite réduire la place des voitures sur le mont Royal pour redonner l’espace aux promeneurs. «Actuellement, ce n’est pas sécuritaire pour les piétons et les cyclistes qui veulent se rendre en haut», tranche-t-elle. Le nouvel aménagement du chemin Remembrance, explique-t-elle, coûtera 5,2 millions $ et s’effectuera dans le cadre des travaux de 25 millions $ qui visent à refaire l’échangeur Remembrance/Côte-des-Neiges. L’infrastructure, qui devrait être complétée «fin 2012», permettra de créer «de nouvelles sections pour le transport collectif et de mettre en valeur cette partie du parc», promet Manon Barbe. Croisade politique Pour Luc Ferrandez, le maire du Plateau, cette démarche de la Ville est un pas dans la bonne direction. «Comme il reste encore une voie de circulation sur le côté nord, ce n’est pas encore suffisant», dit-il toutefois. L’élu de Projet Montréal souhaiterait qu’on enlève carrément les automobiles du mont Royal, tant sur l’avenue Camilien-Houde que sur le chemin Remembrance. «Cela aurait pour effet de forcer les automobilistes à emprunter l’avenue des Pins ou le chemin de la Côte-Sainte-Catherine pour contourner le mont Royal au lieu de le traverser», décrit-il. «Au lieu de faire le paiement du stationnement en haut, on pourrait le faire en bas de Camilien-Houde, comme ça ceux qui voudraient traverser la montagne paieraient aussi», propose-t-il comme alternative à une piétonnisation complète. Or, la réglementation sur la montagne ne relève pas de son arrondissement, mais bien de la ville centre. Une demande venant des maires de tous les arrondissements qui ceinturent la montagne aura plus de chance de réussir, selon lui. «Je vais rencontrer l’ensemble des maires concernés, Outremont, Ville-Marie, Westmount, pour qu’on dépose ensuite une demande concertée à la Ville», promet Luc Ferrandez. Construit en 1955, le chemin Remembrance se voulait un «parkway» sur le mont Royal, une voie pour permettre aux automobiles d’admirer le paysage et d’accéder au stationnement du sommet de la montagne.
  6. (Courtesy of The National Post via. The Montreal Gazette) Interesting idea. I just hope they can phase out the penny once and for all.
  7. (Courtesy of the Financial Post) RBC is pulling out, yet BMO and TD are expanding. Lets see what happens.
  8. La succursale va fermer. C'est incroyable. On dirait presque un canular. Perte immense pour le patrimoine de Montréal... *** Royal Bank abandons historic 360 St. Jacques building June 23, 2010. 1:57 pm • Section: Metropolitan News The Royal Bank of Canada is closing its historic branch in Old Montreal, in what was once the tallest building in the British Empire and the bank’s head office. The image above, from Google Earth, shows the building (in the middle, foreground) and the skyscrapers that followed it. The bank has more on the history of the Montreal landmark here and here. And check out this city of Montreal history. This story appeared in the Granby Leader-Times on March 4, 1927: http://blogs.montrealgazette.com/2010/06/23/royal-bank-abandons-historic-360-st-jacques-building/
  9. http://business.financialpost.com/2011/10/14/rbc-trades-bay-street-for-bay-view/ They are going to have a nice new place.
  10. Montreal house prices hold steady The Gazette Monday, October 06, 2008 Montreal's real-estate market remained steady during the third quarter, with average house prices experiencing single-digit gains, according to a House Price Survey report released yesterday by Royal LePage Real Estate Services. A decline in unit sales was recorded, however. While activity levels have rescinded since last year, average listing periods have actually shortened by a few days, compared to the same period 12 months prior. Of the 10 Montreal markets examined, the average price of a detached bungalow increased by 4.8 percent to $236,045, a standard two-storey home appreciated by 0.5 per cent to $336,381 and a standard condominium rose by 4.4 per cent to $204,336, year-over-year. "House prices in Montreal are inching upwards, despite an increase in listing inventory and the fact that there are slightly fewer unit sales," said Gino Romanese, senior vice-president of Royal LePage Real Estate Services Ltd. "When looking at Montreal's current housing market, we need to realize that 2007 shattered records," he added. "It's unrealistic to believe that that pace can be kept up for very long." © The Gazette 2008 http://www.canada.com/montrealgazette/news/business/story.html?id=952e9c04-7da1-4b47-8865-fd882d7d860b
  11. pedepy

    mont royal a 300m

    j'peux pas croire que je n'y pas pas penser avant: on creuse des km et des km de nouveaux tunnels de metro en dompant toute la terre par dessus la montagne, jusqu'a ce que le mont-royal atteigne 300m en son plus haut point. win-win.
  12. Transformation du 3e sommet du Mont Royal (INFO690)- Le troisième sommet du Mont Royal, qui abrite actuellement un controversé dépôt à ordures, sera bientôt transformé en parc public. Le comité exécutif de l'équipe du maire Gérald Tremblay devrait dévoiler les détails du projet au cours des prochaines semaines. L'espace de 23 hectares sera aménagé sur le sommet d'Outremont, propriété actuelle de l'Université de Montréal et du cimetière Notre-Dame-des-Neiges . Selon La Presse, les deux institutions cèderont les terres en question à la ville par bail sur une période de 50 à 99 ans. Haut de 211 mètres, le sommet d'Outremont est le deuxième plus élevé des trois sommets du Mont Royal. La valeur des investissements requis pour mener à bien l'aménagement de ce parc est inconnue.
  13. Un projet de télécabine pour dynamiser le tourisme à Montréal La Presse La relance du centre-ville de Montréal passe-t-elle par une télécabine ? C'est du moins l'une des nombreuses idées que la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) présentera ce soir lors de la consultation sur l'avenir du coeur de la métropole. Dans son mémoire qui sera déposé ce soir, la CCMM propose de prendre les grands moyens pour mettre en valeur le centre-ville en relançant le projet de télécabine Skylink, envisagé en 2009. Mais plutôt que de relier la Rive-Sud au Vieux-Montréal, la CCMM croit qu'il serait préférable de relier le parc Jean-Drapeau au mont Royal en traversant le quartier des affaires. « Cette initiative audacieuse aurait le mérite de donner une signature supplémentaire à Montréal », peut-on lire. «Le mont Royal n'est pas facilement accessible du centre-ville. Pour les touristes, son accès demeure nébuleux.» Michel Leblanc, président de la CCMM Le regroupement de gens d'affaires croit que l'aménagement d'un lien aérien sur les quatre kilomètres séparant le parc Jean-Drapeau du mont Royal représenterait à coup sûr un « produit touristique attrayant ». Elle cite en exemple la ville de Barcelone, qui est dotée d'un tel moyen de transport depuis 1931. Les téléphériques urbains ont gagné en popularité ces dernières années. Londres a inauguré un tel moyen de transport en 2012. Seulement en 2015, plus de 1,5 million de passagers ont ainsi franchi la Tamise. Quant à l'idée d'ouvrir davantage le centre-ville sur le fleuve, la CCMM appelle à la prudence. Elle se dit « favorable à l'amélioration des accès au fleuve, mais cela doit se faire sans nuire aux activités d'une industrie importante pour l'économie métropolitaine et sans compromettre la sécurité du transport de marchandises ». VIVRE, TRAVAILLER ET SE DIVERTIR Au-delà de cette audacieuse proposition de télécabine, la Chambre plaidera qu'il faut s'assurer que le centre-ville demeure un quartier où il fait bon vivre, travailler et se divertir. Michel Leblanc souligne que Montréal doit réussir à attirer - et à conserver - les jeunes familles, qui ont tendance à quitter le secteur lorsqu'elles ont des enfants. Maintenir une population élevée - et diversifiée - permettrait de garder les commerces en santé, dit en somme la CCMM. La CCMM souhaite d'ailleurs voir Montréal contribuer à la relance des artères commerciales du centre-ville, un « dossier très préoccupant ». «Il sera illusoire de viser à attirer des familles sans commerces de proximité, et ceux-ci se porteront d'autant mieux qu'il y aura davantage de familles dans le voisinage.» Extrait du mémoire de la CCMM L'organisation souscrit à l'idée de renforcer la rue Sainte-Catherine, mais prévient que cette relance ne doit pas se faire au détriment de Saint-Laurent et de Saint-Denis. « Leur situation est alarmante depuis plusieurs années. Jadis des artères branchées et incontournables, elles sont maintenant en situation de fragilité commerciale. Il faudra être attentif lors du renforcement de la rue Sainte-Catherine de ne pas créer un simple déplacement commercial. » « Le test devant nous, c'est, si un commerce de destination veut s'établir dans la région de Montréal, est-ce que, dès le premier jour, il serait prêt à s'établir au centre-ville ? Si on réussit ça, on aura réussi », estime Michel Leblanc. La CCMM propose également de miser sur une nouvelle tendance pour les grandes villes : l'industrie manufacturière légère. Il s'agit de la création et l'assemblage de petites pièces et de l'impression 3D. « Ce virage doit être entrepris afin de maintenir le dynamisme du secteur manufacturier et de stimuler l'économie de Montréal. Toute hausse de productivité manufacturière serait structurante pour la métropole et pour la vitalité du centre-ville. »
  14. La Royal Bank of Scotland déclare une perte historique de 43 milliards de dollars pour l'année 2008, soit la plus importante perte nette jamais déclarée par une entreprise britannique. Pour en lire plus...
  15. Immobilier: Royal LePage ne prévoit pas d'effondrement 6 janvier 2009 - 09h39 Presse Canadienne
  16. http://www.inman.com/buyers-sellers/columnists/stevebergsman/westmount-canadas-beverly-hills According to wikipedia, Place Belvedere is considered the most expensive street on the whole island. I guess when there is only 10 homes on it, would make sense.
  17. RED LIGHT - PROJECT DEAD La Ville de Montréal assurera la protection de l'intégralité du site du Collège Marianopolis MONTRÉAL, le 20 mai /CNW Telbec/ Le maire de Montréal, M. Gérald Tremblay a annoncé que l'Administration municipale compte assurer la protection de l'intégralité du site de l'ancien Collège Marianopolis, situé sur le mont Royal. En conséquence, tout projet futur de développement de cette propriété sera limité aux volumes de construction existants et ce, afin de permettre la protection de la montagne. "Pour mon Administration, il est fondamental que le développement économique se fasse sans pour autant nuire au développement durable. La protection et la mise en valeur de notre patrimoine naturel, en particulier le mont Royal, demeurent des éléments-clé dans nos décisions. C'est dans cette optique que le projet de développement de l'ancien collège Marianopolis présenté par le promoteur Développement Cato Inc. n'a pas été retenu. Nous répondons ainsi aux inquiétudes exprimées par la population en faveur du maintien de l'intégrité de ce lieu à haute valeur symbolique", a déclaré le maire de Montréal, M. Gérald Tremblay. Dans ce contexte, l'Administration municipale considère qu'il n'y a pas lieu de poursuivre la démarche de modification réglementaire entreprise par le conseil municipal et que par conséquent, le projet tel qu'élaboré doit être refusé. À cet effet, le conseil a adopté à l'unanimité la recommandation du comité exécutif de ne pas donner suite au projet. La Ville de Montréal limite ainsi le développement du site à la conservation et la restauration de l'ancien collège. Quant au complexe sportif, il sera possible de procéder à sa réutilisation ou encore à sa démolition, à condition que la nouvelle construction soit d'un volume de même gabarit. Les espaces verts dont les boisés resteront libres de toute construction. Faisant suite à la recommandation de l'OCPM, la Ville procédera, de concert avec les ministères, organismes et institutions concernés, à la réalisation d'études visant à établir des balises de protections explicites pour le développement et la mise en valeur des propriétés institutionnelles.
  18. GDS

    Port Royal 1965

    Out of History - A pace setting venture - Port Royal Condo Montreal 1965
  19. http://www.ecologieurbaine.net/2012-10-18-udem-jan-gehl Conférence-midi - UdeM | Jan Gehl : Pour des villes à échelle humaine Ajouter à mon horaire 18 octobre 2012, 12h00 - 13h30 CONFÉRENCE-MIDI de 45 minutes en anglais. La présentation sera suivie d'une brève période d'échange avec le public et d'une séance de signatures. INSCRIPTION fortement conseillée Places limitées - Entrée libre Inscrivez-vous dès maintenant ici, ou à partir du bouton au bas de cette page UNE CO-ORGANISATION du Centre d'écologie urbaine de Montréal avec Université de Montréal Amphithéâtre Hydro-Québec (local 1120) Faculté de l’aménagement 2940, ch. de la Côte-Sainte-Catherine Montréal QC Métro Université-de-Montréal Itinéraire Google Maps Conférence-midi Cette conférence résumera la vision et les propositions de Jan Gehl pour des villes à échelle humaine. Jan Gehl est de passage à Montréal pour le lancement de l'édition française de son livre Cities for people publié par les Éditions Écosociété, en collaboration avec le Centre d'écologie urbaine de Montréal, l'Ordre des urbanistes du Québec et Mission Design. Pour des villes à échelle humaine, qui est le fruit de 50 années de travail de cet important penseur et praticien de l’urbanisme, est appelé à devenir un outil indispensable pour construire les « écocités » de demain. M. Jan Gehl Professeur émérite de design urbain de l’Académie royale des beaux-arts du Danemark et membre honoraire de plusieurs organisations, dont l’Institut royal d’architecture du Canada. Fondateur et associé de Gehl Architects, il a travaillé au réaménagement de villes comme Copenhague, Londres, Amman, Melbourne, New York, Seattle et San Francisco. Architecte MAA et FRIBA, M. Gehl a reçu le prix Sir Patrick Abercrombie pour ses contributions exemplaires à l’aménagement des villes de la part de l’Union internationale des architectes ainsi qu’un doctorat honorifique de l’Université Heriot-Watt à Edimbourg. Jan Gehl a obtenu un post-doctorat international honorifique de la part du Royal Institute of British Architects (Int. FRIBA) en 2006 ainsi que de l’American Institute of Architecture et d’Architecture Canada en 2008. Jan Gehl est l'auteur de plusieurs livres incluant Life between Buildings, Public Spaces, Public Life, et Cities for People. Pour des villes à échelle humaine est le premier livre à être traduit en français. S'enregistrer maintenant
  20. http://www.thrillist.com/travel/nation/top-10-sexiest-neighborhoods-on-earth-ipanema-rio-de-janeiro-tops-our-list It's happened to us all before: wandering through an unfamiliar part of town, you suddenly realize you're surrounded by throngs of devastatingly attractive people. It's as if you stumbled into a dream, or at least onto the set of an Abercrombie & Fitch catalogue shoot. And while your good fortune might appear to defy the laws of science, allow us to be the Scully to your Mulder by suggesting that there is, in fact, a perfectly logical explanation for this phenomenon. Thanks to chic shopping, trendy bars, and high-end real estate, certain neighborhoods just happen to be populated by really ridiculously good-looking people. Here are 10 of them. 5. Le Plateau-Mont Royal Montreal, Canada In a town already filled with a staggering number of beautiful Québécois, the Plateau elevates MTL's "holy crap these people are gorgeous" game to new heights. It's bisected by Boulevard St. Laurent, which is one of the city's main drags and peppered with lively bars, clubs, and scores of nubile young coeds -- most of whom speak French andEnglish! -- from nearby McGill University.
  21. From the Economist ( I was reading it on my vacations, what a great read to kick start my vacations...) Charlemagne Among the dinosaurs France’s Socialists have yet to come to terms with the modern world Aug 27th 2011 | from the print edition BLISS is it in a financial crisis to be a socialist. Or so it ought to be. In speculators and ratings agencies, Europe’s left has a ready cast of villains and rogues. In simmering social discontent, it has an energising force. A recent issue of Paris-Match inadvertently captured the mood: page after full-colour page on Britain’s rioting underclass were followed by gory visual detail of the bling yachts crowding into the bay near Saint-Tropez. Time, surely, to put social inclusion before defiant decadence. The oddity is that almost everywhere the European left is in decline. Among the large countries, Socialist parties rule only in Spain, where they look likely to lose November’s election. The only big place where the left has a good chance of returning to power is France, at next spring’s presidential election. Yet France’s Socialist Party also stands out as Europe’s most unreconstructed. Hence the contorted spectacle of a party preparing for power at a time when the markets are challenging its every orthodoxy. For a hint of French Socialist thinking, consider recent comments from some of the candidates who will contest a primary vote in October. Ségolène Royal, who lost the 2007 presidential election to Nicolas Sarkozy, argued this week that stock options and speculation on sovereign debt should be banned. Denouncing “anarchic globalisation”, she called for human values to be imposed on financial ones, as a means of “carrying on the torch of a great country, France, which gave the world revolutionary principles about the emancipation of the people.” Ms Royal, believe it or not, is considered a moderate. To her left, Arnaud Montebourg, a younger, outwardly sensible sort, argues for “deglobalisation”. He wants to forbid banks from “speculating with clients’ deposits”, and to abolish ratings agencies. Financial markets want “to turn us into their poodle”, he lamented at a weekend fete in a bucolic village, celebrating the joys of la France profonde with copious bottles of burgundy. No one seems to have told him that there is a simple way to avoid the wrath of bond markets: balance your books and don’t borrow. Next to such patent nonsense, promises by the two front-running candidates, Martine Aubry and François Hollande, seem merely frozen in time, circa 1981. They want to return to retirement at the age of 60 (it has just been raised to 62), and to invent 300,000 public-sector youth jobs. Each supports Mr Sarkozy’s deficit-reduction targets, but refuses to approve his plan to write a deficit rule into the constitution. More taxes, not less spending, is their underlying creed. The party is not out of tune with public opinion. The French are almost uniquely hostile to the capitalist system that has made them one of the world’s richest people. Fully 57% say France should single-handedly erect higher customs barriers. The same share judge that freer trade with India and China, whose consumers snap up French silk scarves and finely stitched leather handbags, has been “bad” for France. The right has held the presidency since 1995 partly by pandering to such sentiments. The causes of French left-wingery are various, but a potent one is the lingering hold of Marxist thinking. Post-war politics on the left was for decades dominated by the Communist Party, which regularly scooped up a quarter of the votes. In the 1950s many intellectuals, including Jean-Paul Sartre, clung to pro-Soviet idealism even after the evils of Stalinism emerged. Others toyed with Trotskyism well into the 1970s. François Mitterrand, who mentored Ms Royal, Ms Aubry and Mr Hollande, was swept to the presidency in 1981 by offering a socialist Utopia as a third way between “the capitalist society which enslaves people” and the “communist society which stifles them”. Given such a tradition, it is possible that today’s Socialist leaders believe what they say. At any rate, there is a debate to be had about the right amount of market regulation and fiscal consolidation. Yet the problem with their promises is this: for every bit of conviction, there is a shameful share of pure posturing. In truth, France’s Socialists have often had to be pragmatic in power. As prime minister between 1997 and 2002 Lionel Jospin, himself an ex-Trotskyist, privatised more assets than any of his right-wing predecessors. Even Mitterrand was forced to abandon nationalisation and embrace austerity. Should the Socialists win in 2012, it would take them “about a month, or maybe a week” to confess that they “have no choice but to keep the deficit under control”, says one well-placed party figure. Retirement at 60? Nice idea but, quel dommage, we can’t afford it. Please allow us a moment of madness All this requires heroic faith among centrists considering voting Socialist that reason will triumph over fiscal folly. Moreover, experience suggests that the Socialists, if elected, may feel compelled to introduce some signature policy as a sop to their disappointed base. Under Mitterrand, it was the wealth tax. Under Mr Jospin, it was Ms Aubry’s 35-hour working week. With France’s recovery fragile, the prospect of more such lunacy is chilling. A further danger touches Europe, where France traditionally generates many ideas for integration. At a time when leaders are inching towards more economic co-ordination, with oversight of budgets and even tax harmonisation, a Socialist victory would put the shaping of such a project into uncertain hands. With Dominique Strauss-Kahn out of the running there is just one French Socialist primary candidate who understands all this. Manuel Valls, a deputy and mayor with a refreshingly modern view of the left, says Socialists are not being straight by promising retirement at 60. He dares utter such truths as “we need to tell the French that the [budgetary] effort…will be as great as that achieved after Liberation”. Alas, the 49-year-old Mr Valls is considered too young to be a serious contender. The day the paleo-Socialists of the Mitterrand generation allow such figures to emerge would be the dawn of a real revolution. http://www.economist.com/node/21526894
  22. Publié le 02 septembre 2009 à 06h58 | Mis à jour à 07h03 Le mont Royal devient un enjeu électoral Sara Champagne La Presse Un ambitieux projet de clinique médicale en plein flanc du mont Royal est passé à un cheveu de devenir l'un des enjeux majeurs de la campagne électorale au centre-ville, hier soir. Mais les élus ont in extremis donné raison aux citoyens et à l'organisme Les Amis de la montagne, qui s'insurgent contre le projet. Du moins jusqu'à la prochaine séance du conseil d'arrondissement de Ville-Marie, prévue début octobre. Au cours d'une assemblée qui a donné le ton à la campagne électorale dans l'arrondissement de Ville-Marie, les élus ont retiré à la dernière minute une résolution afin de changer la vocation d'un projet résidentiel en un lieu de pratique pour 125 médecins de l'Hôpital général de Montréal, affilié au Centre universitaire de santé McGill (CUSM). Trois élus ont appuyé la décision de retirer le projet, contre un, Karim Boulos, conseiller indépendant, vivement opposé au projet qui aurait préféré le garder à l'ordre du jour. Pas plus tard qu'hier, une consultation publique était pourtant encore prévue à l'agenda des élus du centre-ville, soit le 10 septembre prochain. Même que le maître d'oeuvre des plans architecturaux, Claude Marcotte, de Daniel Arbour et associés, également derrière la transformation de Marianopolis, devait mener une présentation. En fin de journée hier, lors d'un entretien avec La Presse, le président du groupe immobilier Mach, Vincent Chiara, a convenu qu'il y avait beaucoup de grogne de la part des citoyens du district Peter-McGill, vivant aux abords de l'Hôpital, avenue Cedar. «On a parlé aux citoyens, a-t-il dit. Le stationnement les inquiète, la circulation et le changement de vocation aussi. On comprend les citoyens. On va faire le travail nécessaire.» Selon les plans déposés à l'arrondissement, dont La Presse a pu prendre connaissance, la direction du CUSM a conclu une entente de principe afin de louer à long terme le projet du Groupe Mach, dont l'enveloppe de quatre étages a déjà été érigée, avec stationnement souterrain d'une centaine de places. Au départ, quand le projet a été approuvé, en 2007, il était question de construire 64 unités résidentielles de luxe, nécessitant un investissement d'environ 30 millions. Ce n'est pas la première fois que le terrain du Groupe Mach, dans la montagne protégée, divise élus et citoyens. Avant d'être approuvé, le projet avait fait l'objet de trois référendums. Chaque fois, l'arrondissement a eu assez de signatures des résidants pour exiger du promoteur qu'il refasse ses devoirs. La construction a finalement débuté en 2007-2008, après huit ans de pourparlers avec la Ville. Par ailleurs, à mesure que les élections approchent, les échanges sont de plus en plus musclés dans Ville-Marie. Cinq élus provenant de trois partis municipaux, dont le maire et un indépendant, siègent à la même table. Au moment de mettre sous presse, la séance promettait de se poursuivre jusqu'à tard en soirée.