Search the Community

Showing results for tags 'routes'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 34 results

  1. Des ponts. Des routes. Des écoles. Des hôpitaux. On le sait, la construction d'infrastructures sera au coeur du plan de relance économique du président Obama Pour en lire plus...
  2. Air Canada Adds Lyon, London-Gatwick to its Growing Global Network New mainline service between Montreal and Lyon will be only year-round flight between North America and France's second largest metropolitan area New Air Canada rouge route to London-Gatwick complements and builds on the success of Air Canada flights to London Heathrow, Air Canada's largest international gateway MONTREAL, June 25, 2015 /CNW Telbec/ - Air Canada today further expanded its extensive global network with the announcement of new non-stop services to Lyon, France and London's Gatwick airport beginning in summer 2016. The two new routes will provide customers even more convenient options when travelling to Europe for business or leisure. "Pursuing our ongoing strategy to expand internationally, Air Canada is pleased to offer customers non-stop, year-round service between Montreal and Lyon, heart of the second largest metropolitan area in France. Air Canada continues to serve Paris Charles de Gaulle and this new Air Canada mainline route will further increase convenience for customers travelling to France as well as provide the only year-round service between North America and Lyon. It also complements our Air Canada rouge Nice-Côte d'Azur service," said Benjamin Smith, President, Passenger Airlines, at Air Canada. "Our new seasonal Air Canada rouge service between Toronto and London's Gatwick airport will complement our extensive operation at London Heathrow, our largest gateway outside Canada with non-stop service from eight Canadian cities. Air Canada rouge is ideally-suited to serve London-Gatwick, with its focus on leisure travel and provide easy access to southern London. This new service will also make us the only Canadian carrier serving multiple airports in the London region and complements our Air Canada rouge service to Manchester and Edinburgh. Both new routes offer customers convenient connection times with our extensive domestic, U.S. transborder and international network." James Cherry, President and Chief Executive Officer of Aéroports de Montréal said: "This new scheduled service between Montreal and Lyon, France's second-largest urban area, is excellent news that further supports Montreal–Trudeau's positioning as a hub between North America and Europe, particularly French-speaking Europe." Howard Eng, President and Chief Executive Officer of the Greater Toronto Airports Authority said: "As Canada's largest gateway hub airport, we welcome Air Canada's announcement of a new rouge service from Toronto Pearson to London's Gatwick airport starting next summer. This new service will offer our passengers even more choice and convenience when it comes to planning their travel schedule – and that's an important part of how we're working to put our passengers first." Tickets for both routes will be available for purchase starting July 2, 2015 and service between Montreal and Lyon will begin June 16, 2016 and operate up to five-times weekly with an Airbus A330-300 aircraft with 37 International Business Class lie-flat suites and 228 Economy class seats. Air Canada rouge's summer seasonal service between Toronto and London-Gatwick will begin May 19, 2016 and operate up to seven-times weekly with a Boeing 767-300ER aircraft with 24 Premium rouge seats and 256 rouge seats. All flights are timed to optimize connectivity through Air Canada's Montreal and Toronto hubs respectively. Air Canada Montreal-Lyon Flight From To Depart Arrive Frequency AC828 Montreal Lyon 21:10 10:20 (+1 day) Up to five times a week AC829 Lyon Montreal 12:00 14:00 Up to five times a week
  3. Voici l'idée géniale que le maire Tremblay a trouvé pour payer les infrastructures montréalaises et dans une moindre mesure québécoises. Des péages sur toutes les routes de la province. Nous sommes déjà largement taxés pour les routes et les transports en commun des grandes villes par diverses sources, allons-nous encore ajouter une nouvelle taxe pour payer deux fois pour la même chose? Une fois de plus ce maire a perdu une magnifique occasion de se taire, en proposant à la société la plus taxée d'Amérique d'en ajouter une autre couche sur le dos de la population. A ce rythme ce ne sont plus seulement les infras qui vont s'effondrer mais le payeur de taxes et l'économie qui vient avec, en perdant au passage une partie de notre compétitivité. Nous devons admettre que les gouvernements successifs ont depuis des décennies négligé l'entretien des ponts et chaussées parce que c'était moins visible que les budgets sociaux notamment. Tout cela parce que nous avons voulu nous donner des services sans attendre que la richesse collective le permette. Donc après des années d'abondance sociale et de disette d'entretien, nous sommes rendus au constat douloureux que le ciel nous tombe sur la tête. Il faudra faire des choix difficiles, et hausser les taxes serait à mon avis une solution totalement contre-productive. On ne peut plus alourdir la fardeau fiscal, que ce soit par des péages ou une taxe dédiée aux routes. Ne reste alors qu'une voie très clair, vivre et consommer selon nos moyens et surtout s'assurer que nous en avons pour notre argent. Je suis un gars de gauche mais cependant très lucide. Je serai toujours favorable aux services sociaux mais selon nos moyens, et malheureusement il y a longtemps que nous avons dépasser nos capacités et volonté de payer. Il faut revenir sur terre en reprenant le contrôle de nos finances et budgéter en fonction de ce qu'il y a dans la caisse. Premièrement ayons un contrôle rigoureux sur les soumissions et les contrats en évitant les dépassements de coûts et la fraude tout en s'assurant de la qualité du travail et des matériaux. Rendons responsables, avec de véritables garantis, les compagnies qui font affaire avec les différents ministères. Et suivons de manière sérieuse toutes les infrastructures nouvelles et anciennes afin qu'elle rendent pleinement le service pour lequel elles ont été construites. Ensuite assurons-nous d'obtenir des redevances justes et équitables dans l'exploitation de nos richesses naturelles, en fonction d'un pays évolué et non comme nous le faisons actuellement selon des critères dignes du tier-monde. L'argent ainsi récupéré pourra servir à enrichir notre économie et soutenir nos services. Finalement revenons à l'essentiel dans les services sociaux, en coupant dans les programmes qui ne sont pas indispensables au bien-être de la société. Je pense notamment à l'aide juridique, (il y en a bien d'autres), qui donnent des services aux pauvres, que la classe moyenne ne peut même pas se payer. A bas les vaches sacrées on ne peut plus continuer à s'endetter et vivre sur le crédit sans qu'un jour on soit rattrapés par nos dettes et des taux exorbitants. Nous avons beaucoup d'exemples dans le monde, de la descente aux enfers de pays au bout de leur capacité de payer. Nos infrastructures m'apparaissent comme un appel de réveil qui nous disent que la récréation est terminée; que l'on doit être sérieux et disciplinés en mettant de l'ordre dans la maison. Ce n'est certainement pas en ajoutant une nouvelle taxe ou péage qu'on y arrivera mais en apprenant à vivre selon nos moyens et en retournant à un véritable équilibre revenus-dépenses qui assurera un meilleur présent et avenir, aux générations qui suivront.
  4. http://opinion.financialpost.com/2011/02/25/lawrence-solomon-transit-competition/
  5. LA RECHERCHE Vers une taxe sur le kilométrage Mathieu Perreault - La Presse 08 juillet 2009 | 05 h 00 Photo Ève Guillemette, Le Nouvelliste - Agrandir Les ventes de véhicules neufs restent faibles et ceux qu trouvent preneurs consomment de moins en moins à la pompe. Les gouvernements, qui dépendent des taxes sur l'essence, sont pris au dépourvu. Certains envisagent de changer la donne et de taxer plutôt selon le kilométrage et le poids des véhicules. Depuis que le prix de l'essence a connu un pic, l'an dernier, les ventes de véhicules restent faibles aux États-Unis et au Canada. C'est une bonne nouvelle pour l'environnement et pour le portefeuille des automobilistes. Mais les gouvernements, qui dépendent des taxes sur l'essence, sont pris au dépourvu. Certains envisagent de changer la donne et de taxer plutôt le kilométrage. "Nous pensons que les gens utiliseront de plus en plus des véhicules consommant moins d'essence", indique Jim Whitty, du département des Transports de l'Oregon, le seul État qui ait mis ce concept à l'essai. "C'est très bien pour le climat. Mais le financement des routes dépend des taxes sur l'essence. Si l'on vend moins d'essence, ça voudra dire moins d'argent pour les réparations et la construction. Je ne suis pas sûr que les électeurs soucieux de l'environnement veuillent nécessairement des routes moins bien entretenues." L'avantage d'une taxe sur le kilométrage est qu'elle n'a pas besoin d'être ajustée pour compenser les améliorations de la consommation d'essence du parc automobile. "Augmenter le taux de la taxe sur l'essence est un suicide politique, dit M. Whitty. C'est impossible. Mais la réalité, c'est que les voitures de l'avenir consommeront beaucoup moins d'essence, et que certaines n'en consommeront pas du tout. Déjà, on voit que la technologie hybride se répand sur beaucoup de modèles, parfois sans même avoir été publicisée." L'essai routier qu'a concocté M. Whitty incluait 300 automobiles, qui étaient suivies pendant un an grâce à une borne installée dans le véhicule. Les données de la borne pouvaient être téléchargées sans fil quand la voiture s'arrêtait dans une station de collecte de données. Un jour, ces stations de collecte de données pourraient être installées dans les postes d'essence. Le coût était de 200$US par véhicule. Mais si tous les véhicules de l'État étaient enregistrés, il baisserait à 100$, selon M. Whitty. Taxation en fonction de l'usure "L'avantage d'une taxation au kilomètre, c'est qu'on pourrait ajuster son taux en fonction de l'usure réelle causée par chaque automobiliste, dit l'ingénieur. Les véhicules plus lourds, comme les fourgonnettes et les véhicules utilitaires sport, endommagent plus les routes que les compactes. Mais en ce moment, on ne peut pas les pénaliser, parce qu'on ignore s'ils sont plus ou moins utilisés que les véhicules plus légers; un VUS utilisé seulement les fins de semaine aurait par exemple un impact similaire à celui d'une petite voiture qui servirait tous les jours. On pourrait vraiment passer à un principe d'utilisateur-payeur. Et ça favoriserait encore plus les petites voitures, qui consomment généralement moins, du moins pour les gens faisant beaucoup de kilométrage." Il s'agirait en quelque sorte d'une généralisation du principe du péage électronique. L'Oregon, qui a "inventé" la taxe sur l'essence en 1919, n'a pas décidé si la deuxième phase du projet, qui prévoit la mise au point d'un système fonctionnel, irait de l'avant. "Notre Congrès ne se réunit qu'une fois tous les deux ans, dit M. Whitty. Notre rapport a été complété à la fin de 2007, et le Congrès n'a commencé sa session qu'à la fin de janvier dernier." Il faudrait 10 millions US pour éliminer certains bogues lors de la deuxième phase, en plus des 2,9 millions déjà dépensés durant la première phase, qui était gérée par des ingénieurs de l'Université de l'Iowa. ******** Led: Ce qui est intéressant c'est que la consommation urbaine d'essence est plus grande en ville sur une plus courte distance ce qui encouragerait théoriquement les véhicules plus urbain à rester en ville tout en limitant leurs déplacements même s'ils consomment moins. Ça encourage le transport en commun, décourage l'étallement urbain (rapprochement des centres) et limite l'utilisation peu importe la consommation. La reglementation sur la consommation d'essence devrait s'appliquer au constructeurs et la reglementation sur les distances au utilisateurs... Peut-être que cela va nous aider à améliorer les routes là ou elles en ont besoin (Montréal) sans affecter necessairement les prix de transport de marchandises (réduction du prix de l'essence vs taxe sur le kilométrage). Qu'en pensez-vous?
  6. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1136958/parc-automobile-agglomeration-voitures-vehicules?fbclid=IwAR1o1mYJdYbsfGoomVM14xorfEMiTzviEr1O11iNk3Oa5hTX4A43c05_w98 En route vers le million de véhicules immatriculés sur l'île de Montréal Publié aujourd'hui à 11 h 53Mis à jour à 12 h 24 Congestion routière sur le pont Jacques-Cartier, à l'heure de pointe matinale à Montréal. Photo : Radio-Canada/Simon-Marc Charron L'île de Montréal comptera bientôt plus d'un million de voitures, à en croire les plus récentes statistiques de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ). Un texte de Jérôme Labbé Les chiffres relayés lundi par le bulletin Montréal en statistiques indiquent que le parc automobile de la métropole continue de croître, et non l'inverse. Ainsi, l'île de Montréal comptait 968 466 véhicules immatriculés en 2017, en hausse de 1,64 % par rapport à 2016. C'est la plus forte augmentation enregistrée depuis 2004, alors que le même territoire comptait 115 000 véhicules en moins. Depuis 13 ans, près de 9000 véhicules s'ajoutent au parc automobile montréalais chaque année, calcule la SAAQ. Cette hausse provient surtout des véhicules de promenade. Car si le nombre d'automobiles décroît un peu chaque année depuis le début des années 2010, celui des camions légers – une catégorie qui englobe notamment les véhicules utilitaires sport (VUS) – a plus que doublé depuis 2004. En fait, il y a maintenant un camion léger pour deux automobiles à Montréal. Quant aux véhicules institutionnels, professionnels ou commerciaux, ils connaissent sensiblement le même phénomène – réduction des automobiles et augmentation des camions légers – avec comme résultat un nombre total relativement stable, autour de 150 000. À noter que le nombre de taxis, lui, a légèrement diminué au fil des ans, passant de 3489 en 2004 à 3190 l'an dernier. La faute à la croissance La SAAQ remarque que la fluctuation du prix de l'essence influence généralement le nombre de véhicules immatriculés à Montréal : plus les prix à la pompe augmentent, plus la croissance du parc automobile ralentit. « Par contre, après 2016, la conjoncture économique favorable à Montréal fait en sorte que même avec une hausse des prix de l'essence, peu d'impacts sont ressentis sur l'achat de véhicules », observe-t-elle. Et la croissance démographique n'explique pas à elle seule la croissance du parc automobile, puisque le nombre de véhicules de promenade par habitant a augmenté, passant de 0,365 à 0,392 entre 2004 et 2017. Enfin, la Société affirme que 5323 véhicules électriques étaient enregistrés sur l'île de Montréal en septembre dernier, alors qu'elle n'en comptait que 652 en août 2004. Ces nouvelles données sont publiées alors que le conseil municipal de Montréal, à l'instar de la Communauté métropolitaine, a adopté lundi une « déclaration citoyenne universelle d'urgence climatique » sur la nécessité de réduire rapidement les émissions de gaz à effet de serre. Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine
  7. http://www.journaldemontreal.com/2016/01/04/42-heures-a-la-malbaie-en-hiver J'ai trouvé cet article que je veux partager. On me reprochera peut-être de prêcher pour ma paroisse, mais Charlevoix vaut vraiment le détour en toutes saisons. Et il y en a pour tous les goûts et tous les âges. Ici on parle de ma ville, La Malbaie, mais on pourrait tout autant parler du Massif et de Baie-St-Paul, sans oublier l'arrière-pays qui réserve bien des surprises. Ici c'est le paradis du plein air et des sports de glisse, avec en prime des paysages de cartes de Noël à chaque détour. Mais il y a encore bien plus à faire, notamment pour ceux qui sont de tempérament plus casanier. On dépense une partie de notre budget hivernal pour aller dans le sud y chercher un peu de chaleur, ça se comprend très bien. Néanmoins on trouvera ici bien sûr des températures plus froides, mais la chaleur est humaine et généreuse. Ne vous laisser surtout pas décourager par la distance ou la sécurité des routes. Nos autoroutes venant des grands centres sont directes et bien déblayées, et il n'y a pas de travaux en hiver donc pas d'entrave. Quant aux routes locales, elles sont mieux déneigées que les rue de Montréal et praticables immédiatement, durant ou tout de suite après une tempête, selon son importance. Découvrir Charlevoix, c'est pogner la piqure du fleuve et des montagnes, on veut ensuite y revenir régulièrement. Je suis moi même un amateur de grande nature et notamment avec mon groupe de randonnées, je découvre constamment de nouveaux paysages et de merveilleux sentiers aux niveaux de difficultés variées. Donc tout le monde peut y trouver son compte. On offre aussi toutes les formules d'hébergement et pour toutes les bourses, couplées d'un excellent choix de restos et de produits du terroir. Donc pour une touche d'exotisme pourtant bien québécoise, venez vous ressourcer dans un coin de pays plein de charme et de beautés naturelles souvent insoupçonnées. Je me propose même de vous conseiller et même vous guider selon le cas, pour que vous puissiez profiter au maximum de vacances mémorables. Vous reviendrez la tête pleine d'images et de panoramas enchanteurs, que vous voudrez ensuite comparer avec la beauté des autres saisons. Je me permets donc de gentiment plagier notre slogan touristique parce que j'en ai fait la preuve: Charlevoix, que du bonheur!
  8. Interesting to see if Air Canada rouge would beat them to the punch. http://www.staradvertiser.com/business/business-breaking/hawaiian-airlines-may-add-more-east-coast-flights-in-2-years/
  9. http://journalmetro.com/actualites/montreal/1377/accros-au-pmad-regardez-cette-vido-de-1967/ Si vous vous intéressez au PMAD (Plan métropolitain d’aménagement et de développement), qui doit être adopté aujourd’hui, vous devez absolument regarder cette vidéo de 1967. Elle a été mise en ligne récemment par les Archives de la Ville de Montréal. Vous verrez qu’on n’a rien inventé en 2011. Ça s’appelle Horizon 2000. On y parle de l’ancêtre du PMAD. À l’époque on appelait ça le Plan d’aménagement régional. Vous verrez que ceux (élus et urbanistes) qui se pètent actuellement les bretelles en prétendant avoir réinventé la roue avec le PMAD, ne font que remettre au goût du jour des vieilles recettes des années 1960, qui n’ont pour beaucoup jamais été complètement mises en application. En 1967, on disait déjà qu’il fallait développer le transport en commun (on prévoyait 160 km de métro) et éviter de construire trop d’autoroutes. On disait déjà qu’il fallait regrouper habitations, commerces, institutions et industries autour d’axes de transport (12’27 de la première vidéo). Alors, on se rend compte que ceux qui aujourd’hui se la jouent visionnaires avec leurs TOD (Transit Oriented Development – Développement axé sur le transport) n’ont rien inventé. En 1967, on prévoyait déjà que le développement anarchique des banlieues et la spéculation causeraient des problèmes. Et aussi qu’il fallait développer économiquement les banlieues pour éviter que tout le monde ne s’agglutine sur les routes et les métros pour aller travailler au centre-ville de Montréal. Est-ce qu’on y est arrivé? Là où les fonctionnaires de 1967 du service d’urbanisme de la Ville de Montréal se sont par contre royalement trompés, c’est qu’ils prévoyaient 7 millions d’habitants dans la métropole en l’an 2000. Ils se sont juste trompés de 3,5 millions… Oups! On n’ose même pas imaginer ce que ça donnerait sur les routes et dans les hôpitaux si on était effectivement sept millions aujourd’hui! Bon PMAD, on se reparle des résultats en 2055?!
  10. Voici mes réponses au questionnaire de l'OCPM. Si vous voulez en discuter, débattre... 3. Lorsque vous réfléchissez à ce que vous aimez de votre ville, que trouvez-vous beau ? De quoi êtes-vous fiers ? Que pensez-vous devrait être mis en valeur ? Le Vieux-Montréal est magnifique. C'est l'Europe à Montréal. Malheureusement, ce quartier est également peuplé d'immeubles laids et modernes qui brisent la ligne historique. Le redéveloppement du Vieux Montréal devrait prévoir l'interdiction d'aménagement de bâtiments modernes ou qui ne se marient pas avec le style 1850-1930 4. Lorsque vous réfléchissez à ce que vous aimez moins de votre ville, que trouvez-vous laid ? De quoi êtes-vous moins fiers ? Que pensez-vous devrait être amélioré en priorité ? L'état des routes. À plusieurs endroits, l'état des routes est si lamentable qu'on se croirait dans une ville du tiers monde. Il n'y a pas assez d'arbres sur les trottoirs également. Pourquoi espacer les arbres de 10 mètres quand il serait facile de les espaces de 3 mètres ? Également, il y a trop de pauvreté au centre-ville. Certains jours, il y a des "quèteux" à chaque coin de rue sur Sainte-Catherine. Ça ne donne pas une belle image de la ville pour les touristes. 5. Selon vous, quelle est LA priorité pour l’avenir de Montréal ? Développement économique pour assurer la rétention de bons emplois = rétention de familles, de mécènes, etc 6. Quel projet pour Montréal représenterait pour vous le meilleur investissement de vos taxes ? embelissement du centre-ville et de sa périphérie et développer un accès au fleuve par un quartier parc et commerces 7. De quoi êtes-vous le plus fier à Montréal ? La qualité des restaurants et de la nourriture 8. De quoi êtes-vous le moins fier à Montréal ? L'état des routes et des infrastructures 9. Pour que ma famille s’épanouisse à Montréal, la ville devrait …. S'attaquer à la pauvreté, l'itinérance, les gang de rues 10. J’aime mon quartier pour … La proximité des services et des commerces 11. Je n’aime pas mon quartier pour … L'abondance d'itinérants et de mendiants. 12. Une idée pour mieux intégrer les populations vulnérables : Intégration par les pairs. Jumelage avec des familles intégrées. 13. Pour moi, le défi du logement à Montréal c’est : Les condos sont beaucoup trop chers. 14. L’accessibilité universelle commence par ? Une facilité de chercher de l'information sur un sujet donné. 15. Pour moi, un espace public agréable c’est : Beaucoup de verdure, des arbres, des plantes, des buissons 16. Une idée pour soutenir la créativité à Montréal : Subventions ou crédit de taxes 17. Nommer un projet pour améliorer le transport à Montréal ? Prolongement du métro, développement du métro 18. Pour que Montréal se démarque en tant que « ville verte », elle devrait … Verdir le centre-ville. Réduire l'espacement entre les arbres agrandir les fosses d'arbres 19. Une ville qui planifie son adaptation aux changements climatiques, doit penser à …. Économiser l'eau 20. Je demeure à Montréal parce que … Il est possible de tout faire à pied 21. Je quitterais Montréal parce que … Le prix des condos est trop élevé et inabordable, impossible de déménager
  11. Le nombre de véhicules importés au Canada en provenance des États-Unis au cours du premier semestre de 2008 a plus que doublé par rapport à la période correspondante de 2007, pour s'établir à 151 169. Pour en lire plus...
  12. (Courtesy of Bloomberg) After I read this, I was thinking what if... Southwest (US) [535 planes] Jetblue (US) [141+ planes] Westjet (CAN) [75+ planes] Zoom (CAN) [5 planes] Air Transat (CAN) [17 planes] Air Berlin (DEU) [126+ planes] This would be an interesting alliance seeing Air Berlin and Zoom fly from Canada to certain spots in Europe. Plus all these small airlines, with low-fares might be something N.A needs, but I could be wrong, seeing I am no economist.
  13. Interesting thread from airliners.net about WS 5th 767-300 Not sure what their routes will be, but will probably be hard to find some un-treaded territory with so many players already on the trans-atlantic market. Perhaps stuff from the west-coast to Asia? Anyone know when they're supposed to start flying them? http://www.airliners.net/aviation-forums/general_aviation/read.main/6416411/
  14. Air Canada Adds New Seasonal Caribbean Routes from late-Dec 2015. Air Canada in winter 2015/16 season plans to introduce 3 new seasonal operation to the Caribbean, including 2 from Ottawa, 1 from Montreal. Planned new service as follow. eff 21DEC15 Montreal – La Romana 1 weekly AC1580 YUL1010 – 1538LRM 319 1 AC1581 LRM1640 – 2018YUL 319 1 http://airlineroute.net/2015/05/27/ac-yowyul-w15/
  15. Air Transat : 16 nouveautés pour l’hiver prochain. Publié le 22 mai 2015 à 10h00 par François Duclos dans Actualité, Info pratique - 3 commentaires La compagnie aérienne Air Transat a présenté son programme d’hiver 2015-2016, marqué par seize nouvelles routes et plus de 35 destinations au départ de 19 aéroports canadiens. Le Montréal – Paris sera désormais proposé tous les jours et pendant toute l’année. L’offre hivernale de Transat se décline sur l’Europe grâce au programme annuel de vols directs à destination de Paris et de Londres, ainsi qu’à une offre des plus intéressantes vers Malaga (Costa del Sol), en Espagne, et à Lisbonne et Faro, au Portugal. Encore plus présente sur le marché transatlantique, Air Transat augmente la fréquence de ses vols vers Londres au départ de Toronto, offrant jusqu’à 5 vols par semaine, et augmente sa capacité vers Paris au départ de Montréal, offrant dorénavant un vol par jour tout au long de l’année. Les vols hebdomadaires au départ de Toronto vers Glasgow et Manchester sont aussi au programme ainsi que la liaison hebdomadaire vers Londres-Gatwick au départ de Vancouver, qui augmente à deux vols par semaine dès le mois de février. Fidèle à son titre de plus important transporteur aérien canadien spécialisé dans les voyages vacances, Air Transat répond aussi à la demande de sa clientèle canadienne en ajoutant seize nouvelles routes à son calendrier de vols vers les destinations soleil. Elle augmente considérablement son offre sur Cuba grâce à l’ajout de vols vers Santa Clara au départ de Winnipeg, Calgary, Vancouver, Saskatoon et Edmonton. Au Québec, trois nouvelles routes s’ajoutent au programme Sud, soit un vol vers La Romana en République Dominicaine au départ de la ville de Québec, ainsi que vers La Havane à Cuba et Rio Hato au Panama au départ de Montréal. Les voyageurs de l’Ontario pourront eux aussi bénéficier des avantages liés au nouveau vol vers l’aéroport de Rio Hato au Panama, ainsi que de l’ajout d’une liaison vers La Romana. À Halifax, Air Transat ajoute un vol vers Cayo Coco à Cuba. Au départ de St. John’s, c’est la Floride qui s’ouvre grâce à la nouvelle liaison vers Orlando. Et finalement, dans l’Ouest canadien, trois nouvelles destinations au Mexique s’ajoutent au programme, soit Ixtapa et Cozumel au départ d’Edmonton et Calgary, et Huatulco au départ de Regina. « Cet hiver, Air Transat offre encore plus de Sud pour tout le monde grâce à son vaste éventail de destinations incluant les Caraïbes, l’Amérique centrale et du Sud, Cuba, la République dominicaine, la Jamaïque, le Mexique et la Floride », a déclaré dans un communiqué Jean-François Lemay, directeur général d’Air Transat. « L’introduction de petits porteurs à notre flotte permanente nous a permis de moduler notre offre en fonction de la demande de chacun des aéroports canadiens que nous desservons. Nous avons ainsi augmenté notre capacité sur le marché et notre nombre de routes sur le Sud, offrant ainsi plus de choix et de flexibilité pour les vacanciers ». Rappelons que le programme d’été en France d’Air Transat inclut à Paris jusqu’à 3 vols par jour vers Montréal, jusqu’à 4 vols par semaine vers Québec, jusqu’à 6 vols par semaine vers Toronto, jusqu’à 2 vols par semaine vers Calgary et jusqu’à 4 vols par semaine vers Vancouver (dont 3 vols directs). Elle propose également Montréal au départ de Bâle-Mulhouse (1 vol par semaine), Bordeaux (jusqu’à 2 vols par semaine), Lyon (jusqu’à 4 vols par semaine), Marseille (jusqu’à 4 vols par semaine), Nantes (jusqu’à 2 vols par semaine), Nice (jusqu’à 2 vols par semaine) et Toulouse (jusqu’à 2 vols par semaine). Marseille est en outre reliée à Toronto une fois par semaine via Montréal. http://www.air-journal.fr/2015-05-22-air-transat-16-nouveautes-pour-lhiver-prochain-5144462.html?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook
  16. According to Qatar airlines today, they plan on adding additional routes to Montreal next summer. They will be using the 777-300ER with 358 seats. Currently they have 3 flights a week. Does anyone know how many additional flights they will add?
  17. Démolissons les autoroutes La Presse Par François Cardinal Le 03 avril 2009 Directeur du Congress for the New Urbanism, John Norquist prône le développement de la ville autour de l'humain, plutôt que de l'auto. Auteur du livre The Wealth of Cities et ancien maire de Milwaukee, où il a contribué au démantèlement d'une autoroute, cet expert était de passage à Montréal cette semaine, à l'invitation de la Direction de la santé publique. Entretien. Q Que prône le «nouvel urbaniste»? R Nous aimons les pâtés de maison, les rues conviviales, le transport en commun, la mixité urbaine. Nous n'aimons pas les autoroutes, les culs-de-sac, l'étalement urbain. Q Êtes-vous contre l'automobile? R Non. Nous croyons qu'il est nécessaire d'accommoder l'auto, mais jusqu'à un certain point seulement, afin qu'elle ne détruise pas la ville. Prenons l'exemple de Detroit. La ville a été reconstruite pour accommoder l'auto au dépend de toute forme de vie humaine. Les routes sont larges, les bâtiments sont régulièrement démolis pour être remplacés par des stationnements. Résultat : la population a chuté de moitié. Q Où se situe Montréal dans cette perspective? R La situation est loin d'être aussi préoccupante qu'à Detroit, on s'entend. Vous pouvez d'ailleurs remercier l'ancien maire Jean Drapeau, qui a développé le transport en commun, en particulier le métro. Q Il avait aussi un penchant pour les autoroutes... R C'est vrai, et c'est bien dommage. Idéalement, Montréal se serait contenté de creuser le métro, ou à tout le moins de construire des autoroutes plus loin du centre. La plupart des villes européennes n'ont pas d'autoroute en milieu urbain, car celles-ci repoussent les gens toujours plus loin, en plus de créer de la congestion. Q Que faire, au moment où les gouvernements s'apprêtent à investir massivement dans les projets autoroutiers? R L'objectif ne devrait certainement pas être d'en construire davantage, de les élargir, ni même de les rénover. En fait, Montréal devrait simplement les démolir et les remplacer par des boulevards urbains. La tendance dans le monde est de les éliminer, d'ailleurs. Êtes-vous en mesure d'imaginer Paris avec une grosse autoroute de six voies la traversant... Q Comment expliquer, dans ce cas, qu'il est question de reconstruire l'échangeur Turcot, de prolonger l'autoroute 25, de créer une autoroute dans l'axe Notre-Dame... R Traditionnellement, la voie urbaine devait favoriser trois choses : le déplacement, la proximité sociale et le développement économique. Or il y a eu avec le temps une «surspécialisation» des agences gouvernementales, tant au Canada qu'aux États-Unis : on a choisi de se concentrer sur le premier objectif, au point d'en occulter complètement les deux autres. Or il est insensé de tout miser sur le déplacement de véhicules d'un point A à un point B, car cela n'apporte aucune valeur, ni à la ville ni à la communauté. Q Quel modèle privilégier pour Montréal? R Montréal est devant un choix d'une grande importance. Il peut suivre les bons exemples, comme Séoul, en Corée du Sud, où on a décidé de démolir la principale autoroute urbaine et de la remplacer par de simples rues. Le résultat est fantastique, car cela a contribué à accélérer les investissements tout en soulageant les problèmes de congestion. Ou bien Montréal peut suivre l'exemple de Detroit, qui a prouvé, il est vrai, qu'on peut régler les problèmes de congestion en faisant toujours plus d'autoroutes. Mais Detroit a aussi prouvé qu'une telle approche faisait fuir les gens, les commerces, la vie de quartier... Q Mais Montréal, ville nordique et nord-américaine, n'est pas Séoul... R Dans ce cas, prenez Berlin pour modèle, puisqu'elle a une faible densité comme Montréal. On y retrouve aucune autoroute à proximité du centre. Ou prenez l'exemple de Stockholm, qui reçoit beaucoup de neige. Pas d'autoroute urbaine non plus. Prenez Paris, ville pour laquelle les Québécois ont beaucoup d'attachement. Pas d'autoroute. Toutes ces villes ont plutôt misé sur des boulevards urbains, à échelle humaine. On compte 80 000 autos par jour sur l'avenue des Champs-Élysées, 50 000 sur le boulevard Saint-Germain et pourtant, il est agréable d'y marcher. Q Des exemples nord-américains? R Prenez San Francisco, qui a démoli l'autoroute Embarcadero pour en faire un boulevard urbain. Non seulement la circulation automobile s'est-elle grandement améliorée, la valeur des propriétés a augmenté, le nombre d'emplois dans le secteur aussi, tout comme la qualité de vie des résidents. Prenez aussi Vancouver, possiblement la ville canadienne la plus riche au kilomètre carré. Encore là, il n'y a aucune autoroute qui la traverse. Q Donc on prend l'argent consacré aux routes et on l'investit dans le transport en commun? R On peut faire ça. Mais on peut aussi continuer à investir dans les routes, de façon plus intelligente. On peut construire des routes qui s'insèrent bien dans leur contexte urbain, des routes qui améliorent la qualité de vie des gens et non celle de l'auto. Il y a 100 ans, les ingénieurs ont construit de très belles routes, comme Michigan avenue à Chicago, 5th avenue à New York, voire le boulevard Saint-Laurent et la rue Saint-Denis à Montréal. On peut se déplacer en auto, mais on peut aussi marcher, magasiner, socialiser, profiter de la vie. Q Et le transport en commun? R Il faut absolument y consacrer plus d'argent et d'énergie, car le transport en commun s'intègre bien dans la ville, il apporte de la valeur. Une fois implanté, en fait, il n'a absolument aucun impact négatif. Q Trolleybus, tramway, service rapide par bus? R Le trolleybus a certainement ses vertus, mais plus la ville est grande, plus le tramway devient pertinent. Il a plus de valeur, il a un effet plus durable sur l'aménagement urbain, il génère une plus grande augmentation de la valeur immobilière, etc. Le tramway démarre aussi plus rapidement que les trolleybus, il s'immobilise plus facilement et offre une plus grande capacité. C'est d'ailleurs pour toutes ces raisons qu'Ottawa envisage de remplacer certaines lignes d'autobus par des lignes de tramway.
  18. Je voulais vous montrer cet exemple de tram hybride, qui peut rouler autant sur les rails conventionnels que sur de rail type tramway dans la rue. Le genre d'hybride qui serait intéressant pour la connexion Brossard-Centre-ville, voire pour la navette avec Dorval. RandstadRail is the lightrail system that connects The Hague with Rotterdam and Zoetermeer. It's a hybrid system - partly an extension of the HTM The Hague street car lines and the Rotterdam subway (Erasmus Line). The hybrid character also explains the two different types of vehicles used on this system. Alstom built Regio Citadis cars that run on "normal" street car routes through the city of The Hague and Rotterdam Bombardier built subway cars that connect to the Rotterdam subway system. Outside Rotterdam and The Hague all vehicles use former standard railroad lines: the Hofpleinlijn (oldest electric railroad in The Netherlands - 1909) and the Zoetermeer Line (1975). Both routes have been rebuilt to lightrail standards. The system is quite succesful, at least for Dutch standards. About 80.000 passengers use it on a daily basis.
  19. Genivar acquiert une société de conception et ingénierie, en Ontario Il y a 8 heures MONTREAL - Le société montréalaise de génie et de conseil Genivar a annoncé, mardi, qu'elle achète l'ontarienne Transenco, qui fait de la conception d'infrastructure, notamment pour les routes, les autoroutes, ponts et systèmes de transports publics. Genivar, qui est constituée en fonds de revenu, précise que Transenco a été fondée en 1994 et compte une vingtaine d'employés dans ses bureaux situés dans trois localités de l'Ontario; elle compte parmi ses clients le ministère provincial des Transports, des municipalités et des promoteurs. La direction de Genivar souligne que les besoins en infrastructures au Canada "sont très importants" car les gouvernements investissent beaucoup pour réhabiliter les routes et autres infrastructures. http://canadianpress.google.com/article/ALeqM5hrMraUFaGxvTw8PpbiwNLcpc4Nrw
  20. From an airliners.net thread* https://skift.com/wp-content/uploads/2016/07/UnderservedUncovered-Report.pdf *Interesting to see Delhi-Vancouver as the only Canadian route listed. Where's YUL-BEY?
  21. https://www.paradoxplaza.com/cities-skylines Ça fait quelques temps que ce jeu a été annoncé, par les mêmes développeurs que Cities in Motion. Le jeu offrira plusieurs fonctionnalités intéressantes: les cartes seront très grandes, il sera possible de personnaliser les différents quartiers de la ville, et couvrira toutes les bases de ce genre de jeu: taxation, transport en commun complet, autoroutes, merveilles du monde, etc... Les développeurs tentent de remplir le trou laissé par une certaine déception envers Sim City 5. Dernièrement, un développeur du jeu a écrit une entrée sur le forum principal au sujet des routes dans le jeu, et je dois dire ça a vraiment suscité mon intérêt. Voici le lien: http://forum.paradoxplaza.com/forum/showthread.php?802639-Cities-Skylines-Dev-Diary-1-Roads Il sera possible de créer différentes sortes de routes, et de vraiment personnaliser ces routes: la décoration (terre-plein, fosse en bordure, arbre ou gazon...), le sens, la largeur, la hauteur, et il y aura même du stationnement sur rue (une première)! Les autoroutes seront tracées dans chaque direction de manière indépendante. Bref, ça a l'air très intéressant pour les amateurs d'urbanisme! Quelques images du jeu:
  22. Le grand Montréal est à l'aube d'accueillir son 4 millionième résident. Mais pourrais t on arriver a 5 millions sans heurts? On a définitivement les espaces pour accueillir tous ce beau monde, mais qu'en est il des infrastructures (routes, TEC, écoles, hôpitaux, etc.)? Est-ce souhaitable? Est-ce que vous y croyez? Qu'en pensez-vous?
  23. Salut à tous, je me demandais s'il y'avais un équivalent d'Info Travaux de la ville de Montréal pour les travaux actuels et futurs du Ministère des Transports?