Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'route'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Urban photography
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

  1. Ville de Montréal - Portail officiel - Détail du communiqué Réaménagement de la rue Saint-Hubert et remplacement de la marquise - La Ville investit 50 M$ pour redynamiser la Plaza Saint-Hubert 5 février 2017 Montréal, le 5 février 2017 – Le maire de Montréal, M. Denis Coderre, accompagné de M. Marc-André Gadoury, responsable du dossier vélo au sein de l'Administration Coderre et de Mme Érika Duchesne, conseillère de la Ville pour l'arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie, a annoncé aujourd'hui les grands principes du projet de réaménagement de la Plaza Saint-Hubert, située sur la rue Saint-Hubert, entre les rues de Bellechasse et Jean-Talon. « Je suis heureux de vous annoncer que mon Administration investira environ 50 M$ pour refaire les infrastructures de la Plaza Saint-Hubert, réaménager la rue et remplacer la marquise, qui en avait bien besoin. Nous allons redonner à la Plaza Saint-Hubert ses lettres de noblesse, la propulser au 21e siècle et offrir aux Montréalais un espace de vie agréable et une expérience commerciale unique et attractive », a déclaré M. Coderre. Les travaux d'infrastructure et d'aménagement de surface visent à mettre à niveau les infrastructures souterraines, dont les conduites d'égout et d'aqueduc, à améliorer l'esthétisme et la convivialité de la rue et la visibilité des commerces. En accord avec les commerçants et la Société de développement commercial (SDC) de la Plaza Saint-Hubert, la marquise, installée en 1984 et qui constitue l'emblème de cette rue commerciale, sera démantelée. Une nouvelle marquise, plus légère, plus claire, n'obstruant pas les fenêtres du deuxième étage des bâtiments sera installée. À cette occasion, la Ville de Montréal mettra en place un programme, le PRAM-Artères en chantier, destiné notamment à offrir des subventions aux propriétaires des bâtiments pour leur permettre d'effectuer des rénovations sur leurs façades avant l'installation de la nouvelle marquise. « La nouvelle marquise, des places publiques pour mettre en valeur certains bâtiments, des trottoirs plus larges, du nouveau mobilier, un éclairage plus performant et des arbres qui ne seront plus, enfin, situés sous la marquise, feront de cette rue commerciale unique à Montréal un endroit où il fera bon se promener pour découvrir ou redécouvrir les commerces », a ajouté M. Lionel Perez, membre du comité exécutif responsable des infrastructures au comité exécutif. Démarche participative, chantier exemplaire Dans sa volonté affirmée de faire du projet de réaménagement de la rue Saint-Hubert un chantier exemplaire en matière de concertation, de consultation et de gestion de chantier, la Ville de Montréal a tenu, depuis 2012, diverses activités auxquelles la SDC de la Plaza Saint-Hubert, les commerçants, les usagers et les résidents ont pris part. Afin d'atténuer l'impact des travaux et pour augmenter l'attrait de la Plaza Saint-Hubert avant, pendant et après les travaux, la Ville de Montréal a fait appel à des firmes de concepteurs afin qu'elles développent, en concertation avec les citoyens, des pistes d'intervention permettant d'animer la rue et d'améliorer l'expérience des usagers. Les détails de ces mesures de mitigation seront dévoilés ultérieurement. Pour en apprendre davantage sur le projet, consulter le lien suivant : ici. [TABLE=width: 100%] <tbody>[TR] [TD=width: 217][/TD] [TD=width: 555][TABLE=width: 100%] <tbody>[TR] [TD=width: 100%][h=1]Réaménagement de la rue Saint-Hubert[/h]La rue Saint-Hubert a plus de cent ans. Caractérisée par sa marquise de verre construite en 1984, elle est une artère commerciale majeure de la ville de Montréal. Mieux connue sous le nom de Plaza St-Hubert, cette portion de la rue, située entre les rues de Bellechasse et Jean-Talon, a connu certaines transformations au cours des dernières années. À la fin de 2018, la Ville de Montréal procédera à d’importants travaux dont : La mise à niveau des infrastructures souterraines (conduites d’égout et d’aqueduc); Le remplacement de la marquise par une installation plus légère et plus claire; L’élargissement des trottoirs; L’aménagement de places publiques et la mise en place de mobilier urbain distinctif; L’alignement d’arbres en bordure de la marquise. Ces travaux auront pour effet d’augmenter le confort et la convivialité de cette artère tout en améliorant son esthétisme et la visibilité de ses commerces. [h=2]Mise en valeur du chantier et de l’artère commerciale[/h]Dans le but d’augmenter l’attrait de la Plaza St-Hubert avant, pendant et après les travaux, la Ville de Montréal a fait appel à quatre firmes de concepteurs, Atomic 3, Daily tous les jours, la SHED, et Muhidin Kadric afin qu’elles développent des pistes d’intervention permettant d’animer la rue et d’améliorer l’expérience de ses usagers. Précisons que les idées retenues s’inspirent de celles proposées par les citoyens lors d’une consultation publique ayant eu lien en 2016. Par ailleurs, afin de soutenir l’activité commerciale pendant les travaux, la Ville de Montréal lancera le [email protected] Saint-Hubert qui comprend également un volet d’aide à la rénovation des commerces. [/TD] [TD=width: 15][/TD] [/TR] [TR] [TD=width: 100%, colspan: 3][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [TABLE=width: 100%] [/TABLE] [/TD] [TD=width: 217][TABLE=width: 100%] <tbody>[TR] [TD][TABLE=class: RegionNoBorder, width: 100%] <tbody>[TR] [TD=class: RegionHeaderColor, width: 100%][TABLE=width: 100%] <tbody>[TR] [TD][TABLE=class: RegionNoBorder, width: 100%] <tbody>[TR] [TD=class: RegionHeaderColor, width: 100%] [/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE]
  2. Read more: http://montreal.ctvnews.ca/westmount-mayor-critical-of-montreal-s-3-4-tax-hike-1.956037#ixzz26Yf3DSjn I want someones head for this. It goes to show, that city doesn't care about traffic. They like everything packed up (i.e causing pollution and wasting gas). These people are completely useless. It be beautiful if CSL, VSL and others can sue Montreal for screwing them over.
  3. Issu du PTI 2016-2018 de la ville: Nature du projet: Le projet consiste à démolir la structure étagée actuelle et à la remplacer par une intersection urbaine, tout en préservant la voie réservée aux autobus sur le chemin de la Côte‐des‐Neiges. Le projet améliorera la sécurité pour les piétons et les cyclistes et contribuera entre autres à diminuer la circulation de transit sur les chemins Remembrance et Camillien‐Houde. La séquence des travaux n'est pas encore déterminée, mais il est envisageable que les travaux aient lieu durant les années 2019 à 2021. Justifications et bénéfices du projet: Le carrefour étagé Côte‐des‐Neiges / Remembrance a été construit en 1960 pour inciter les Montréalais et les touristes à venir en plus grand nombre sur la montagne. L’aménagement était conçu pour offrir aux automobilistes une expérience paysagère de qualité, de type « parkway ». Les deux structures étagées composant le carrefour sont toutefois arrivées à la fin de leur vie utile (ces dernières ont été incluses pour cette raison dans le plus récent « Plan d'action sur 21 structures ayant un indice d'état de 1 » de la Ville). En outre, le carrefour actuel est inhospitalier non seulement pour les piétons et les cyclistes, mais également pour les automobilistes qui tentent de sortir du stationnement du manège militaire et ceux qui traversent l’intersection des chemins Belvédère et Côte‐des‐Neiges. Les principaux bénéfices anticipés du projet sont les suivants : • remplacement d’une infrastructure de transport arrivée à la fin de sa vie utile; • réduction de la vitesse observée des véhicules circulant sur le chemin de la Côte‐des‐Neiges; • réduction de la circulation de transit sur les chemins Remembrance et Camillien‐Houde; • amélioration de la sécurité des piétons et des cyclistes; • contribution à l’implantation du chemin de ceinture du mont Royal (destiné aux piétons et aux cyclistes); • mise en valeur du patrimoine historique et naturel du mont Royal. Plans et Devis: Début: 2017 Fin: 2017 Un avant‐projet préliminaire a été préparé par le SGPVMR. L'avant‐projet définitif pourrait être réalisé en 2016. Travaux: Début: 2018 Fin: 2020
  4. Port de Montréal Photo : Luc Lavigne Le gouvernement Marois, la Ville de Montréal et l'Administration portuaire de Montréal annoncent la signature d'une entente pour le prolongement du boulevard de l'Assomption, afin de faciliter l'accès au port. Les améliorations visent aussi le prolongement de l'avenue Souligny ainsi que le réaménagement des liens entre le port et l'autoroute 25. Ces changements faisaient partie des priorités de la Ville dans son dernier plan de transport. Le projet doit faciliter le transport des marchandises en raccordant plus directement le port au réseau autoroutier. Il doit aussi diminuer le transit de camions sur la rue Notre-Dame. « C'est une bonne nouvelle pour le développement de l'est de Montréal et pour l'ensemble du Québec », affirme le ministre des Transports, Sylvain Gaudreault, dans un communiqué. Québec croit aussi que le projet améliorera la qualité de vie des citoyens en réduisant la pollution, le bruit et les risques d'accident dans les quartiers adjacents. Aucun échéancier toutefois n'a été établi pour les travaux, et aucun détail n'a été donné concernant le coût du projet. Le ministère des Transports doit par ailleurs mener les études pour les réaménagements à proximité de l'autoroute 25. Mise en valeur des terrains Le projet vise aussi le désenclavement et le développement de terrains vacants à vocation industrielle dans ce secteur. « L'établissement de ce nouveau lien routier de 1,5 km contribuera à la mise en valeur d'un quadrilatère de 300 000 mètres carrés situé entre la rue Dickson et la cour de triage du CN, et entre les rues Hochelaga et Notre-Dame, où plusieurs terrains sont enclavés et vacants », précise la Ville de Montréal. « L'amélioration de l'accessibilité routière au Port de Montréal et l'allégement du camionnage sur la rue Notre-Dame représentent des avantages considérables, qui bénéficieront au développement économique de l'est de la métropole », affirme de son côté le maire de Montréal, Michael Applebaum, dans un communiqué. Quant à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, elle salue cette décision, des changements qu'elle souhaitait voir se réaliser depuis 2011.
  5. via le Journal de Montréal LONGUEUIL Une nouvelle voie réservée CHRISTOPHER NARDI / AGENCE QMI Publié le: lundi 11 août 2014, 16H16 | Mise à jour: lundi 11 août 2014, 17H23 Les résidents de la Rive-Sud profiteront dès le printemps d’une nouvelle voie réservée de cinq kilomètres qui reliera la gare d'autobus Brossard-Panama au terminus Longueuil. L'Agence métropolitaine de transport (AMT) rallongera donc la voie réservée sur le boulevard Taschereau grâce à deux tronçons de voies bidirectionnelles. La première sera située entre la rue Auguste et l’échangeur de la route 116 et le second tronçon reliera l’échangeur à la voie réservée actuelle aménagée à la sortie du boulevard Lafayette. Selon une porte-parole de l’AMT, cette construction amènera une économie de temps de 5 % à 15 % aux voyageurs. De plus, elle permettra aux autobus qui y circulent de respecter leurs horaires en réduisant la congestion sur leur route. «L’aménagement de voies réservées permet des gains en terme de fiabilité et de régularité des horaires. Elles garantissent en quelque sorte le temps de parcours, un avantage significatif pour les clients», explique Claudia Martin. Au total, ce seront près de 250 autobus provenant de trois sociétés de transport de la Rive-Sud qui emprunteront la nouvelle voie quotidiennement. L’AMT a lancé l’appel d’offres pour les travaux la semaine dernière et s’attend à entamer la construction d’ici les prochaines semaines. La voie réservée devrait donc être inaugurée au début de l’année 2015.
  6. Le siège social de McDonald's se trouve à une demi-heure de route à l'ouest de Chicago, dans une banlieue cossue nommée Oak Brook. Pour en lire plus...
  7. Certains camionneurs évoquent des moyens de pression, comme bloquer la route à la frontière entre le Québec et le Nouveau-Brunswick. Pour en lire plus...
  8. La route s'annonce agitée sur le front de l'emploi et le prochain trimestre pourrait probablement être dur également, a dit la porte-parole, Dana Perino. Pour en lire plus...
  9. According to aircanada.com As of June 15, 2016 Air Canada mainline will re operate ACA892/893 with A330-300. No more rouge on the route.
  10. Air Canada pérennise son Lyon – Montréal. Les voyageurs d'affaires français pourront compter 2 vols quotidiens au départ de Paris mais également sur le maintien de la liaison Lyon – Montréal lors du programme d'hiver d'Air Canada. La compagnie canadienne a en effet décidé d'assurer à l'année cette route lancée le 17 juin dernier. Au départ de Paris-Roissy, Air Canada propose à l’année 2 vols quotidiens sans escale, l’un à destination de Montréal-Trudeau, l’autre de Toronto-Pearson. La liaison quotidienne sans escale AC871 Paris-Montréal quitte Roissy à 13h05 pour se poser au Québec à 14h40. Le vol sans escale Paris-Toronto AC881 décolle de CDG à 11h30 pour se poser dans l'Ontario à 13h55. Par ailleurs la compagnie a décidé d'assurer à l'année le vol sans escale Lyon-Montréal A/R lancé le 17 juin 2016. Le Rhone-Alpes sera ainsi reliée à Québec jusqu’à 4 fois par semaine : les mardi, jeudi, samedi et dimanche à l’aller et les lundi, mercredi, vendredi et samedi au retour. La nouvelle route est opérée par Air Canada sur B767-300 bi-classe avec 24 sièges en Classe Affaires internationale et 187 sièges dans la cabine principale. Air Canada perennise son Lyon – Montreal
  11. According to aviationiran, AC is looking at YUL-IKA flights Tehran-IKA Confirms 2 New Airlines; Negotiations with 4 Others - Aviation Iran This was also rumoured by a Iranian minister last October Air Canada and 3 Other Airlines Plan 7 New Routes to Iran - Aviation Iran
  12. Air Algerie Expands Montreal Service in S16 Posted at 0300GMT 19APR16 Air Algerie during summer peak season plans to expand Algiers – Montreal operation, which sees the addition of 8th weekly service. The additional flight operates on Thursdays, from 23JUN16 to 15SEP16, with Airbus A330-200 aircraft. AH2702 ALG0645 – 1045YUL 330 4 AH2700 ALG1240 – 1640YUL 330 D AH2703 YUL1245 – 0135+1ALG 330 4 AH2701 YUL1840 – 0730+1ALG 330 D
  13. https://www.ch-aviation.com/portal/news/67271-southwest-airlines-eyes-baltimore-as-canada-tatl-hub If this finally becomes a reality i would presume an eventual BWI-YUL route from them. Could be interesting. If successful perhaps Allegiant might move up you YUL to compete directly.
  14. Are we living in an asylum in Quebec? What the f..k is wrong with us. We are the laughing stock of Canada, North America...the world, when it comes to construction, corruption and our politicians. Don't get me wrong, all politicians whether in Canada, the U.S.A. , France , England or Russia ... they are all corrupt...but for Christ's sake take a look at the following articles. I was watching Denis Levesque on TVA last night and he and his guests were freaking out...when I saw the report , I honestly did not know whether to laugh like crazy or cry out of f..ck.n rage!! Take a look at this shit!! A picture is worth a thousand words....Judge for yourselves.......It's just not one error, it's all over the province.... For those of you familiar with Jarry Street at St. Michel ...take a look at the poles all along Jarry from St-Michel to Pie IX. They are half cut attached with braces in the middle or the edge of the sidewalk. It's been like that for over ten years for fuck's sake!!!.....Where did we go wrong man.....Heads should roll man...what the Fuck!! Un poteau se trouve en plein milieu du chemin, à l’intersection des rues Victoria et Marleau à Salaberry-de-Valleyfield. TRAVAUX | ROUTES Les poteaux de la honte Le MTQ lance une enquête pour expliquer comment une chaussée a été construite autour d’un poteau SARAH BÉLISLE @ JOURNAL DE MONTRÉAL, PUBLIÉ LE: MARDI 20 NOVEMBRE 2012, 23H11 | MISE À JOUR: MERCREDI 21 NOVEMBRE 2012, 1H42 Le poteau, dont la photo a circulé dans tous les médias hier, se trouvait au beau milieu de la chaussée neuve de la route 251 à Cookshire-Eaton, en Estrie. Il en a été retiré hier. Plusieurs *poteaux occupent l’espace du trottoir sur le boulevard Sainte-Rose, à Laval. Un poteau se trouve à *même un trottoir sur la rue Victoria à Salaberry-de-Valleyfield. «On a l’air d’une gang d’imbéciles à l’échelle du Canada.» C’est ce qu’inspire le poteau laissé en plein milieu d’une chaussée en Estrie à Paul Lewis, professeur titulaire à Institut d’urbanisme de l’Université de Montréal. Le ministère des Transports (MTQ) s’est d’ailleurs empressé de déclencher une enquête sur cette situation qui est jugée «inacceptable» par l’organisme, assure sa porte-parole. «Il y a une vérification en cours des pratiques internes et des pratiques des mandataires qui ont assuré la vérification du chantier», explique Hélène Beauchesne. En temps normal, «nos procédures habituelles nous évitent ce genre d’événement», ajoute sa collègue Marie-Claude Côté. L’entrepreneur embauché par le MTQ s’est affairé à déplacer un pan de la route 251 de Cookshire-Eaton. La chaussée a ainsi été pavée autour d’un poteau, faute d’attendre qu’Hydro-Québec ne le retire. D’autres cas ont été rapportés au Journal, hier. Le MTQ croit qu’ils ne se trouvent pas sur des tronçons de route dont il a la responsabilité. La photo du poteau en Estrie a fait le tour du pays hier. Le National Post en a fait sa Une titrant : «Corruption is not the only obstacle facing Quebecers» (la corruption n’est pas le seul obstacle auquel les Québécois font face). «C’est surtout la honte qui va leur coûter cher (au MTQ et à Hydro-Québec), poursuit M. Lewis. Selon lui, c’est d’abord et avant tout un problème de communication qu’il n’est pas rare de voir dans les projets de construction. «C’est une situation similaire à celle du boulevard St-Laurent (à Montréal) où on a refait la rue et un mois plus tard, on l’a redéfait pour faire le gaz», illustre-t-il. Le citoyen qui paie «Des aberrations du genre, il y en a souvent. C’est lié à un phénomène bureaucratique», explique Pierre Simard de l’École nationale d’administration publique. C’est d’autant plus regrettable que «c’est inacceptable qu’on bâtisse une route autour d’un poteau puis finalement, c’est le citoyen qui est victime de l’incompétence et le fait que ces grosses bureaucraties-là n’harmonisent pas leurs affaires». En bref, «ça prend juste des gens qui ne pensent pas plus loin que le bout de leur nez et qui appliquent leur mandat, leur planification sans se poser de question», conclut-il. Des poteaux gênants pour Saint-Jean-sur-Richelieu Par Marie-Eve Maheu | Pour me joindre Vendredi 26 octobre 2012 à 14 h 52 Quatre poteaux électriques sont plantés en plein milieu d’un trottoir nouvellement coulé sur la 1re Avenue, à Saint-Jean-sur-Richelieu. Une erreur embarrassante pour la Ville, qui a rapidement fait le tour des réseaux sociaux. Depuis un mois, des citoyens réclament des explications à leurs élus. Une enquête interne révèle finalement que c’est un manque de coordination entre l’entrepreneur et le Service des infrastructures qui a mené à ce gâchis. Sylvain Latour, chef de cabinet du maire, reconnaît qu’il s’agit d’un « dossier un peu fâchant ». Maintenant, la solution est de demander à Hydro-Québec de déplacer les poteaux, ce qui sera fait au printemps prochain pour quelques milliers de dollars.Les explications de Sylvain Latour. MONTREAL - An unfortunately positioned utility pole, which gained national notoriety for its position smack in the middle of a rural Quebec highway, is gone. It survived there for two months. Fortunately, all the motorists who drove past it survived, too. No accidents were reported as a result of the bizarre phenomenon of infrastructure planning — or lack thereof. Players involved in the project blamed poor communication for the fact that the pole wasn't removed in time from the path of a newly paved road. The pole ended up there as the result of miscommunication between transport and utility officials following a months-long roadwork project. As late as Monday, officials expressed regret that the pole would have to stay there for a few more days. On Tuesday morning, the lamented landmark was seen in newspapers across the country. By Tuesday afternoon, it had suddenly been removed. A Transport Quebec spokeswoman said late Tuesday that the pole was gone and workers were filling up the hole. The site was located on Highway 251 in a village near Sherbrooke, Que. The problem started when a piece of highway was re-routed to avoid a dangerous curve.
  15. Pipeline : opposition à Enbridge * Presse Canadienne, * 08:18 Des groupes environnementaux veulent empêcher du pétrole issu des sables bitumineux de l'Alberta de faire son entrée au Québec. Les organisations Equiterre, ForestEthics et Environmental Defense lancent ce mercredi une pétition en ligne afin que les Québécois puissent exiger le rejet de ce projet. Chaque message signé sera acheminé directement à tous les chefs de partis fédéraux. Enbridge sollicite l'autorisation de l'Office national de l'Energie afin de pouvoir acheminer par pipeline du pétrole issu des sables bitumineux de l'Alberta vers Montréal, en passant par l'Ontario. Une partie de ce pétrole serait raffinée à Montréal pour usage au Québec et le reste serait envoyé par pipeline vers le Maine, pour ensuite être chargé sur des pétroliers en route vers le Golfe du Mexique, là où se trouve la plus importante capacité de raffinage des Etats-Unis. Les environnementalistes soutiennent que l'approbation de ce projet par le gouvernement du Canada générerait des émissions de gaz à effet de serre de 6,5 millions de tonnes par année.
  16. Convertie en société par actions depuis l'été, l'ancien Fonds de revenu Transforce n'entend pas ralentir sa course. Pour en lire plus...
  17. Voyager à partir des États-Unis Mise à jour le mercredi 23 juillet 2008, 12 h 11 . De plus en plus de voyageurs canadiens se rendent dans des aéroports américains pour profiter des prix moins élevés des billets d'avion. L'aéroport de Syracuse, dans l'État de New York, note une augmentation du nombre de voyageurs canadiens, au cours des derniers mois. Plusieurs consommateurs estiment que faire quelques heures de route pour se rendre à l'aéroport en vaut la peine, et ce, même avec le prix plus élevé de l'essence. C'est le cas de Geneviève Préseault et de son conjoint, qui partent pour Las Vegas cet été. Pour réserver leurs billets d'avion, ils ont d'abord regardé les prix au départ de l'aéroport d'Ottawa, qu'ils ont jugé élevés. Une amie leur a suggéré de vérifier les prix des vols en partance de Syracuse. « Elle, elle part cet hiver, puis elle sauve environ 1000 $ sur ses billets d'avion. Donc, j'ai fait pareil, j'ai regardé à partir d'Internet les prix à partir de Syracuse puis, en tout et partout, je sauve environ, pour deux billets d'avion, je sauve 315 $ à peu près », explique Mme Préseault. Le couple a donc choisi de se rendre à trois heures de route d'Ottawa, à Syracuse, pour partir en vacances. Ils ne sont pas les seuls. De plus en plus de Canadiens traversent la frontière pour profiter des prix moins élevés. La force du dollar canadien et le nombre plus grand de transporteurs à rabais représentent des avantages pour les consommateurs. Il y a quatre ans, l'agence de développement économique de Syracuse a lancé une campagne de publicité ciblant les États voisins. Au cours des derniers mois, l'agence a étendu sa campagne, notamment à Kingston, à Cornwall et à Ottawa. Des publicités ont été achetées dans des stations radiophoniques de l'Est ontarien. L'aéroport estime que 2 % de ses 2 millions de voyageurs en 2007 provenaient du Canada. L'aéroport de Syracuse n'est pas le seul aux États-Unis à voir une progression des voyageurs canadiens. Les aéroports de Plattsburgh, de Burlington et de Buffalo attirent de plus en plus de voyageurs de Toronto et de Montréal. Les aéroports canadiens disent qu'ils ne peuvent rien faire pour arrêter cette progression. RDI.ca
  18. S'il n'en tient qu'à une annonce matinale du géant des télécoms, le rachat et la privatisation par le régime des enseignants ontariens Teachers' aura lieu dans un mois malgré la crise du crédit. Pour en lire plus...
  19. La route des entreprises s'annonce cahoteuse dans les prochains mois. Chacune doit trouver les façons de rester sur le chemin qui la mènera sans trop d'ennuis jusqu'à la reprise économique. Pour en lire plus...
  20. L’ensemble du corridor Montréal-Boston est desservi par des autoroutes, à l’exception du tronçon de 37,9 km sur la route 133 compris entre Saint-Jean-sur-Richelieu et la frontière américaine. Actuellement, en raison de l'absence d'une autoroute dans le secteur, la circulation locale, régionale et de transit s'effectue sur la route 133, ce qui entraîne plusieurs inconvénients pour les agglomérations traversées. Le projet de parachèvement de l’autoroute 35 (autoroute de la Vallée-des-Forts) vise à terminer ce trait d’union essentiel de près de 500 km, entre Montréal et Boston, et à faire du lien autoroute 35/Interstate 89 un véritable corridor de commerce entre le Québec et la Nouvelle-Angleterre. Le parachèvement de l'autoroute 35 a pour objectifs : d’assurer la sécurité des usagers; de terminer un important lien autoroutier entre le Québec et les États-Unis en améliorant la mobilité des personnes et des marchandises; d’améliorer la qualité de vie ainsi que la sécurité des riverains de la route 133. Le nouveau tronçon d’autoroute à quatre voies traversera le territoire de cinq municipalités, soit Saint-Jean-sur-Richelieu, Saint-Alexandre et Saint-Sébastien, qui font partie de la MRC du Haut-Richelieu, ainsi que Saint-Pierre-de-Véronne-à-Pike-River et Saint-Armand, qui font partie de la MRC de Brome-Missisquoi. Cinq échangeurs seront construits pour assurer le lien entre les voies autoroutières et le réseau local. Ils seront situés dans les secteurs d’Iberville, de Saint-Alexandre, de Saint Sébastien et de Saint-Armand (nord et sud). Tracé / Plan / Maquette Carte - Tracé et échangeurs planifiés (948 Ko) Esquisses des infrastructures projetées: Échangeur Iberville (route 133) (230 Ko) Échangeur Iberville (Grande-Ligne) (202 Ko) Échangeur Saint-Alexandre (649 Ko) Échangeur Saint-Sébastien (1,2 Mo) Pont de la rivière aux Brochets (529 Ko) Échangeur Saint-Armand nord (230 Ko) Échangeur Saint-Armand sud (443 Ko)
  21. loulou123

    Jokes

    Voila j ai décider de mettre des joke au forum j espere juste qu il vont vous plairent:D Un touriste Japonais arrive à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle et prend un taxi pour aller voir la Tour Eiffel. Sur l'Autoroute, il regarde par la vitre arrière et, apercevant une moto qui double, tape sur l'épaule du chauffeur en disant : - Moto Kawazaki, très rapide... Made in Japan ! Un peu plus loin sur la route, le touriste tape à nouveau sur l'épaule du chauffeur de taxi et dit : - La... Auto Toyota, très rapide... Made in Japan ! Même s'il est agacé, le chauffeur ne bronche pas. Il poursuit sa route jusqu'à la Tour Eiffel et débarque son passager : - Voilà Monsieur, ça vous fera 300 francs. Le Japonais stupefié par le prix remarque : - Ouh la la... Très cher ! Et le chauffeur se retourne en souriant : - He oui, compteur très rapide... Made in Japan !
  22. Je n'ai pas trouvé de fil existant, alors j'en crée un. Issu du document du PTI 2016-2018 de la Ville de Montréal: Le projet comprend le réaménagement de l'échangeur Sherbrooke, l'ajout d'une piste multifonctionnelle en direction nord, la démolition du pont de Boucherville Nord, le prolongement de la voie de service sud, le prolongement de la 3e voie rapide en direction sud, le réaménagement de la voie de service nord et des murs antibruit côté est et l'aménagement de nouveaux accès au port de Montréal. Justifications et bénéfices du projet: Échangeur Sherbrooke: Amélioration de la sécurité et confort des piétons par l'aménagement d'intersections en «T» et l'installation de feux de circulation Réduction de la circulation sur les rues locales par la réouverture de la bretelle A‐25 sud et l'ajout de bretelles vers et depuis Notre‐Dame Démolition du pont De Boucherville Le pont a atteint sa durée de vie, économie de coûts d'entretien de la structure à long terme Prolongement de la voie de service sud: Réduction de la circulation sur les rues locales, configuration plus conforme aux attentes des usagers Prolongement de la 3e voie rapide de la A‐25 Augmente la sécurité routière en éliminant la zone de convergence actuelle Réaménagement de la voie de service nord et du mur antibruit Plans et Devis 2014 à 2015 (Plans et devis completés à 95 %) Travaux 2015 à 2017
  23. Myriam Chauvot / Journaliste | Le 13/10 à 12:51, mis à jour le 14/10 à 06:48 Colas, la filiale routière de Bouygues, a conçu un revêtement pour routes et parkings avec des cellules photovoltaïques. En couvrir 2,5% des surfaces routières assurerait 10% des besoins énergétiques de la France. On connaissait l’autoroute du soleil, voici maintenant la route solaire. Ou plutôt la route (ou le parking) photovoltaïque, véritable centrale qui produira de l’électricité par la simple exposition de son revêtement au soleil. Colas, la filiale de travaux routiers du groupe Bouygues, a procédé ce mardi au lancement commercial de cette première mondiale, sous le nom de « Wattway ». En phase d’industrialisation, le revêtement composé de cellules photovoltaïques sera vendu à compter de janvier, au terme de cinq ans de recherche avec l’Institut national de l’énergie solaire (Ines). « Il n’y a pas besoin de refaire les infrastructures, explique le PDG de Colas, Hervé Le Bouc. Il s’agit d’un revêtement routier commercialisé sous forme de dalles qui s’appliquent sur les routes ou parkings ». Ces dalles* (comprenant chacune une cellule photovoltaïque classique de 15 centimètres de côté) sont collées à la route existante et recouvertes d’un substrat de résines supportant la circulation des véhicules, y compris les poids lourds. Un véritable millefeuille, étanche et conçu pour ne pas être plus abrasif ou glissant qu’un revêtement routier normal. « A Chambéry et Grenoble, on a testé Wattway avec succès sur un cycle d’un million de véhicules, soit vingt ans de trafic normal d’une route, et la surface ne bouge pas », assure Hervé Le Bouc. C’est un tour de force car, précise t-il, « les panneaux photovoltaïques, en tant que tels, sont fragiles et s’écraseraient comme des biscottes. Tout le savoir-faire de Colas, protégé par deux brevets, réside dans la nature du revêtement transparent qui les protège ». La zone équipée est reliée par une connectique souterraine à un système qui récupère l’énergie produite par l’exposition au soleil de ces panneaux. « Des onduleurs renvoient l’énergie sur le réseau ERDF. Ou alors les logements peuvent y être directement branchés », précise le PDG de Colas. Un kilomètre de route peut éclairer une ville de 5.000 habitants Les applications sont multiples : éclairage public, alimentation des affichages lumineux des abribus ou des feux rouges en zone urbaine, ou encore besoins des habitations en zones peu peuplées. Les dalles Wattway, dont le rendement énergétique est proche des panneaux photovoltaïques des fermes solaires, ont été testées avec succès par trois démonstrateurs, dont des entrées de parking, notamment. D’après les estimations de l’ADEME, 4 mètres linéaires de chaussée équipée (soit 20 m²) suffisent aux besoins d’un foyer en électricité (hors chauffage), 15 m2 alimentent les feux d’un carrefour et un kilomètre de route peut éclairer une ville de 5.000 habitants. Wattway peut aussi recharger les véhicules électriques par induction : 100 m2 fournit l’énergie pour rouler 100.000 kilomètres par an, selon l’INES. « Si on recouvrait un quart des routes, on assurerait l’indépendance énergétique de la France, souligne Hervé Le Bouc. En dotant 2,5% des surfaces d’un tel revêtement solaire, on couvrirait déjà 10% des besoins. Cela montre l’enjeu derrière ce projet ». Wattway va monter en puissance progressivement sur trois ou quatre ans. « Nous proposons dans un premier temps à des clients d’en équiper de petites surfaces : des parkings d’hypermarchés ou des tronçons de voies, par exemple sur une zone d’une centaine de m2, pour tester en conditions réelles le produit, ajoute-il. D’ici à quatre ans, en rythme de croisière, on pourra équiper des tronçons de plusieurs kilomètres». Visite de François Hollande Suite à la visite par François Hollande du troisième démonstrateur, fin août, « nous avons reçu des dizaines d’appels téléphoniques de collectivités locales, de gestionnaires de lignes de bus pour l’alimentation d’abribus, d’acteurs de la grande distribution pour leurs parkings, se félicite le PDG. Nous avons 1.000 agences commerciales dans 50 pays. D’ici fin juin nous aurons achevé la formation d’un commercial par agence. Nous allons commencer la commercialisation par nos 400 agences françaises, qui vendront Wattway à partir de janvier et nous n'aborderons les marchés étrangers, à commencer par l’Amérique du Nord, que dans un second temps. Mais des pays comme le Danemark, par exemple, ont aussi montré un intérêt fort ». Evidemment, reste la question du coût. « Nous serons au même prix qu’une ferme solaire, de manière à constituer une alternative à ce mode de production d’électricité photovoltaïque », explique t-il. Ensuite, tout dépend de la réglementation fixant le tarif réglementé de rachat de cette énergie verte, qui déterminera l’envie des clients de s’en équiper car ils opteront probablement pour la revente sur le réseau d’ERDF, plus rentable que l’auto-consommation. Mais, note Hervé Le Bouc, « dans l’immédiat, la motivation des clients est ailleurs. Elle réside dans l’image du produit, le fait de faire passer un message vert ». En savoir plus sur : Les Echos (avec vidéoreportage et diaporama)
  24. http://ocpm.qc.ca/fr/consultation-publique/voies-dacces-au-parc-mont-royal L'Office de consultation publique de Montréal a été mandaté par le comité exécutif pour assurer la tenue d'une consultation publique visant à évaluer le projet pilote de retrait de la circulation de transit pour les véhicules particuliers sur les voies Camillien-Houde et Remembrance et à imaginer le futur pour ces chemins d’accès au parc du Mont-Royal. Au cours des prochains mois, l’Office mettra en place une démarche participative visant à réfléchir l’avenir et l’aménagement des chemins d’accès au parc du Mont-Royal et évaluer le projet pilote de retrait de la circulation de transit automobile sur les voies Camillien-Houde et Remembrance. Cette démarche proposera des activités variées, en personne et en ligne, et culminera par des séances d’audition des opinions au mois de novembre après la fin du projet pilote. Le sujet vous intéresse ? Inscrivez-vous à notre infolettre pour ne rien manquer de nos nouvelles.
  25. Royal Air Maroc : un Dreamliner à Montréal. Le deuxième Boeing 787-8 Dreamliner de la compagnie aérienne Royal Air Maroc a été déployé vendredi entre Casablanca et Montréal, où il doit atterrir trois fois par semaine jusqu’au début juin. Livré mi-avril à la compagnie nationale marocaine, le Dreamliner immatriculé CN-RGC a décollé le 1er mai 2015 à 18h20 de l’aéroport de Casablanca-Mohammed V à destination de Montréal-Pierre Elliott Trudeau, où il est arrivé à 21h05 ; le vol retour a quitté le Canada à 22h35 pour se poser le lendemain à 10h35. Royal Air Maroc a prévu de déployer son 787-8 jusqu’à trois fois par semaine sur cette route sans concurrence, les autres rotations restant opérées en 767-300ER. Rappelons qu’elle a annoncé pour cet été un doublement des capacités vers le Canada, y compris via l’ajout de fréquences supplémentaires. http://www.air-journal.fr/2015-05-04-royal-air-maroc-un-dreamliner-a-montreal-5143684.html?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value