Search the Community

Showing results for tags 'quotidien'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 32 results

  1. Une liaison Montreal-Beyrouth? | Nathaelle Morissette | Nouvelles Un vol direct entre la métropole québécoise et la capitale du Liban: voilà le rêve que caresse le maire de Montréal, Denis Coderre, qui classe cet enjeu parmi ses priorités. C'est ce qu'il a affirmé au quotidien libanais L'Orient-Le Jour au cours d'une visite là-bas en septembre. Air Canada a déjà entrepris des démarches pour obtenir les autorisations nécessaires.
  2. Les syndiqués en lock-out du quotidien montréalais manifestent devant le siège social des propriétaires de leur journal. Pour en lire plus...
  3. Halle Berry s'achète une résidence au Québec Le 21 octobre 2008 - 10:28 | Julie Rhéaume Halle Berry viendrait tout juste de s'acheter une résidence d'une valeur de 1,6 million $ sur le bord d'un lac privé de Saint-Hippolyte, dans les Laurentides. Ce domaine de près de 3 millions de pieds carré est situé à une heure de Montréal. Le Journal de Montréal fait part de l'information. La paroisse de Saint-Hippolyte est un petit village de 7 352 âmes, rappelle le quotidien. La maison, dessinée par un architecte en 1998, est située sur le bord du lac Molson. On peut notamment pêcher la truite dans ce lac privé de cinq acres. On trouve six pièces dont trois chambres, une salle d'eau et une véranda dans la résidence. Dans le site Internet Sotheby's, on demandait 1.850.000 $ pour la propriété. Celle-ci s'est plutôt vendue 1,6 million $ le 19 septembre selon le Registre foncier du Québec, indique le journal. L'achat s'est fait par l'entremise d'une compagnie à numéro québécoise. Le nom de Jeffrey Wolman est lié à cette société. L'homme agit comme conseiller financier auprès de Berry dans l'achat de propriétés, entre autres, rapporte le quotidien. «Je ne peux pas dévoiler de renseignements personnels sur mes clients», a répondu M. Wolman au Journal de Montréal, hier, lorsque joint à Los Angeles. Rappelons que Halle Berry fréquente le mannequin d'origine montréalaise Gabriel Aubry. Le couple a eu une fillette, Nahla Ariela Aubry, en mars. Ces dernières années, l'actrice a souvent accompagné son homme dans la métropole, là où il possède un condo. http://www.showbizz.net/articles/20081021102854/halle_berry_sachete_une_residence_quebec.html
  4. La direction du quotidien annonce la suppression de 80 à 90 postes, soit environ 10% de ses effectifs. Pour en lire plus...
  5. L'imprimeur montréalais imprimera jusqu'en 2028, dans la plupart des régions du pays, le quotidien Globe and Mail. Pour en lire plus...
  6. Un quotidien torontois rapporte jeudi qu'à partir du 1er février prochain, les magasins Dollarama offriront aussi des articles en vente à 1,25 $, 1,50$ et 2 $. Pour en lire plus...
  7. Le géant canadien des télécoms BCE Inc réclame au fonds d'investissment Teachers une indemnité record de 1,2 milliard de dollars en cas d'échec de son projet de rachat, rapporte samedi le quotidien The Globe and Mail. Pour en lire plus...
  8. Le numéro un mondial de l'automobile abolirait des postes permanents pour la première fois depuis 1950, affirme le quotidien économique Nikkei. Pour en lire plus...
  9. Le New York Times va-t-il fermer le Boston Globe ? Publié le 04 mai 2009 à 12h36 | Mis à jour à 12h43 Agence France-Presse Le groupe de presse américain New York Times (NYT) va notifier aux autorités fédérales son plan de fermer le quotidien Boston Globe, devant le refus des syndicats du journal d'accepter un plan d'économies, selon le Washington Post de lundi. Le New York Times a menacé de fermer le quotidien historique de la ville de Boston, qui risque de perdre 85 millions de dollars cette année, si les syndicats du Boston Globe n'acceptent pas des baisses de salaires et autres mesures d'économies d'un total de 20 millions de dollars. Le dépôt officiel de ce préavis légal de 60 jours avant fermeture renforce la possibilité que le Globe disparaisse dans les semaines à venir. En 1993, le groupe New York Times avait racheté le Boston Globe, créé il y a 137 ans, pour 1,1 milliard de dollars. Mais il pourrait s'agir d'une tactique pour forcer les syndicats à accepter des concessions, puisque cette notification n'oblige pas le New York Times à mettre à exécution son projet de fermeture au bout des 60 jours, fait valoir le Washington Post. Le Boston Globe rapporte lundi que les négociations ont été interrompues, après que le plus important syndicat du quotidien, le Boston Newspaper Guild, qui représente quelque 600 travailleurs, et la direction du groupe de presse ont échoué dans leurs négociations marathon. La direction du New York Times a rejeté la dernière proposition du syndicat, qui proposait une réduction de coûts de quelque 10 millions de dollars, indique le quotidien. Selon le Boston Newspaper Guild, cette proposition comportait notamment des réductions salariales de 3,5% pour la plupart des employés, des congés sans solde, une augmentation de l'âge requis pour pouvoir bénéficier d'une retraite anticipée et une diminution des contributions aux retraites. «Ils ont rejeté notre proposition», a affirmé le président du syndicat, Daniel Totten au Globe. «Il s'agit des mêmes tactiques d'intimidation et de pression», a-t-il ajouté, précisant que les négociateurs étaient épuisés et allaient effectuer une pause. «Les négociations sont terminées pour aujourd'hui (...) nous allons nous réunir à nouveau sous peu», a-t-il indiqué. D'autres syndicats, plus petits, ont conclu au cours de la nuit passée un accord provisoire avec la direction, précise par ailleurs le quotidien de Boston.
  10. La banque centrale américaine va prêter 85 milliards de dollars à l'assureur en difficulté AIG en échange d'une participation de près de 80% à son capital, rapportent mardi le quotidien New York Times et la chaîne d'information financière CNBC. Pour en lire plus...
  11. Le groupe britannique, propriétaire du célèbre quotidien économique du même nom, va supprimer 80 emplois, dont 20 postes de journalistes. Pour en lire plus...
  12. Il semble que le Devoir va quitter l'édifice Caron dans LaPresse : Publié le 10 février 2016 à 08h37 | Mis à jour à 08h37 Le Devoir prévoit déménager à l'automne Le quotidien Le Devoir envisagerait de déménager dans l'édifice Archambault, rue Sainte-Catherine, selon ce qu'a appris notre journaliste. PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE Jean Siag La Presse Le Devoir quittera ses locaux du 2050, rue De Bleury l'automne prochain, selon ce qu'a appris La Presse. Le quotidien montréalais, qui occupait le 9e étage du bâtiment depuis le mois de novembre 1992, s'installerait dans l'édifice Archambault, rue Sainte-Catherine, près du métro Berri-UQAM. Selon nos informations, les locaux actuels étaient devenus trop vastes pour les besoins du journal et le coût du loyer, trop élevé. Le déménagement s'inscrirait ainsi dans une volonté de saine gestion de l'entreprise de presse. Le nouveau directeur du Devoir, Brian Myles, officiellement en poste depuis lundi, a refusé de commenter la nouvelle, même si le projet de déménagement du quotidien a été communiqué aux employés récemment. «La possibilité d'un déménagement des locaux du Devoir est évoquée assez ouvertement par la direction depuis plus d'un an», affirme Guillaume Bourgault-Côté, président du Syndicat de la rédaction du Devoir et journaliste politique. Dans un texte publié en septembre 2014, l'ancien directeur du Devoir Bernard Descôteaux - qui a quitté son poste officiellement vendredi dernier - avait indiqué sa volonté de «réduire les dépenses d'exploitation» du quotidien dans le cadre de son plan de redressement budgétaire. M. Bourgault-Côté n'a pas voulu confirmer l'emplacement du nouveau lieu avant que la direction ne le fasse elle-même, mais a affirmé avoir reçu l'assurance que le lieu serait toujours «très central et parfaitement adapté à [leurs] besoins». C'est donc une page d'histoire que s'apprête à tourner Le Devoir, qui aura passé 24 ans dans ce qui est devenu le Quartier des spectacles. On se souvient qu'avant de s'installer rue De Bleury, le quotidien se trouvait au 211, rue Saint-Sacrement, dans le Vieux-Montréal.
  13. Devrait-on imiter la Chine pour éviter les horreurs architecturales? Via LaPresse+ du 17 octobre : Chine : Pékin contre les « architecture grotesques » « STOP AUX ARCHITECTURES BIZARRES ET GROTESQUES », DÉCRÈTE PÉKIN AGENCE FRANCE-PRESSE PÉKIN — Le président chinois Xi Jinping a appelé à stopper l’essor des « architectures bizarres et grotesques », dans un pays où prolifèrent les curiosités urbaines, ont rapporté hier des médias d’État, alimentant un vif débat sur l’internet. À côté des bâtiments du XXe siècle aux formes austères et quasi soviétiques, les métropoles chinoises ont vu se multiplier ces deux dernières décennies les innovations architecturales accompagnant l’explosion du secteur immobilier et la poussée de l’urbanisation. Des conditions idéales pour attirer des architectes du monde entier, dont de grands noms comme Zaha Hadid, mais aussi nombre de jeunes inconnus, saisissant en Chine des occasions qu’ils n’auraient pas eues dans leur pays d’origine à ce stade de leur carrière. Mais au fil des ans, certains bâtiments et tours à l’aspect particulièrement déconcertant – souvent des projets coûteux commandés par des organismes d’État ou avec leur appui – ont suscité de vives controverses, alimentant des critiques acerbes sur l’usage à mauvais escient de fonds publics. Le nouveau siège de la télévision d’État (CCTV) à Pékin, conçu par l’architecte néerlandais Rem Koolhaas, a provoqué un torrent de sarcasmes, sa forme lui valant le surnom populaire de « Grand Pantalon ». Une paire d’arches sur des ponts traversant les fleuves Yangtsé et Jialing dans la métropole de Chongqing évoque des organes génitaux féminins, ce que relèvent d’abondants commentaires sur le web. Mais Xi Jinping, à la tête du pouvoir depuis près de deux ans, veut en finir avec ces « incongruités » : s’exprimant mercredi devant une délégation d’artistes, il a décrété que la Chine devait dire « stop aux architectures bizarres et grotesques », selon le Quotidien du peuple, organe du Parti communiste. À vrai dire, le siège même de ce quotidien – une tour pékinoise étrangement chapeautée, dont la silhouette est unanimement qualifiée de « phallique » – a été tellement moqué et raillé de façon grivoise sur les réseaux sociaux que les censeurs y ont banni un temps toute discussion sur le sujet. AVIS PARTAGÉS Si beaucoup d’internautes saluaient hier les injonctions du président Xi, d’autres se montraient plus modérés. « Mon sentiment, c’est que ce “non aux architectures bizarres” vise davantage les promoteurs que les architectes. Les propriétaires de tours sans égards [pour le paysage urbain] doivent être mis hors d’état de nuire », lançait un usager de Weibo, le Twitter chinois. Un autre répliquait, dans un microblogue : « On nous parle de “grotesque”, mais ces projets ont été librement conçus et choisis par les architectes et les promoteurs. Veut-on imposer le même sens de l’esthétique à des millions de personnes ? » LE PRÉSIDENT XI VEUT DES ARTISTES « PATRIOTES » Le président chinois Xi Jinping a demandé aux artistes de « servir le peuple » et de promouvoir le patriotisme et les « valeurs socialistes », suscitant des comparaisons dans la presse officielle avec un célèbre discours de Mao Tsé-toung de 1942. « Servir le peuple et la cause socialiste est une exigence du Parti communiste chinois (PCC), et ceci est essentiel pour l’avenir du développement culturel et artistique du pays », a déclaré le président chinois, cité hier par l’agence Chine Nouvelle, lors d’une rencontre la veille avec une délégation d’artistes chinois, comprenant notamment des écrivains, des acteurs et des danseurs. Le président Xi leur a demandé de ne pas devenir des « esclaves du marché » et de produire des œuvres qui ne « puent pas l’argent », mais mettent en valeur principalement le « patriotisme », favorisent des « points de vue corrects » et « répandent les valeurs chinoises contemporaines », a indiqué de son côté le quotidien Global Times. — Agence France-Presse
  14. Ottawa refuse d'intervenir en faveur du Québec Photo: AFP/Jack PRITCHARD/CROWN COPYRIGHT Un C-130J Le gouvernement conservateur de Stephen Harper a clairement laissé entendre, mardi, qu'il refusait de garantir au Québec, où se trouve près de 60 % de l'industrie aéronautique canadienne, sa juste part des retombées économiques des gros contrats militaires qu'il signera sous peu. En effet, lors d'une entrevue au quotidien Le Devoir, le ministre fédéral de l'Industrie, Maxime Bernier, a affirmé que les firmes québécoises n'ont pas à attendre une garantie quelconque d'Ottawa quant aux retombées des contrats. Pour le ministre conservateur, les contrats qu'Ottawa passera avec les constructeurs américains Boeing et Lockheed-Martin sont des contrats privés et « la politique de ce gouvernement est de ne pas intervenir dans les contrats privés. » Au Québec, toutefois, plusieurs politiciens se demandent comment il est possible de considérer comme « privés » des contrats payés avec les deniers publics. « On achète ces avions avec l'argent des citoyens, notre argent. C'est la moindre des choses de respecter la répartition régionale de l'industrie et de donner au Québec 60 % des retombées économiques », a soutenu au Devoir le porte-parole bloquiste en matière d'industrie, Paul Crête. Tout aussi ulcéré par le laisser-faire économique d'Ottawa dans ce dossier, le porte-parole de l'opposition libérale en matière de Défense, le député Denis Coderre, a estimé que l'« on abdique notre souveraineté », ajoutant au Devoir que « faire confiance à des compagnies étrangères, ce n'est pas une politique industrielle, c'est une politique de franchisé. » Plus tôt cette semaine, le quotidien The Globe and Mail laissait entendre que le gouvernement Harper serait sur le point de revenir sur une décision controversée de confier aux firmes américaines Boeing et Lockheed-Martin la formation des pilotes des futurs Chinooks et Hercules canadiens. En effet, selon ce que rapportait le quotidien, Ottawa pourrait lancer sous peu un appel d'offres unique pour la formation sur les deux appareils. Cet appel d'offres, ouvrant la porte à un lucratif contrat de plusieurs dizaines de millions de dollars, favoriserait, toujours selon le Globe and Mail, la firme montréalaise CAE. Un simulateur de vol de CAE (archives) Le président de CAE, Robert Brown, s'est d'ailleurs montré catégorique lors d'une entrevue récente au Journal de Montréal: sa firme se doit d'avoir sa juste part des retombées des récents achats militaires canadiens. « C'est à notre tour, on est Canadiens et le gouvernement canadien ne peut pas ignorer la principale entreprise canadienne dans le secteur militaire quand vient le temps d'assurer les retombées industrielles de tels contrats », a expliqué M. Brown.
  15. Le sauvetage des banques pourrait coûter 2000 milliards de plus Publié le 29 janvier 2009 à 10h27 | Mis à jour à 10h32 Les États-Unis pourraient consacrer jusqu'à 2000 milliards de dollars US supplémentaires pour renflouer leurs banques, plombées par des actifs invendables et la montée des impayés liés à la récession, affirme jeudi le quotidien économique Wall Street Journal. Le Congrès a débloqué en janvier la deuxième tranche des 700 milliards de dollars prévus par la loi de stabilisation économique d'urgence d'octobre pour stabiliser le système financier, mais selon le journal, les élus du Capitole pourraient se voir demander d'autoriser le déblocage de fonds supplémentaires.Citant des sources proches du dossier, le Wall Street Journal écrit que le gouvernement envisage de dépenser entre 1000 et 2000 milliards de dollars de plus pour maintenir les banques du pays en état de marche. Une partie des 350 milliards de dollars débloqués en janvier par le Congrès pour les banques a déjà été retenue pour d'autres projets, comme le soutien à l'industrie automobile américain ou l'aide aux propriétaires immobiliers menacés de saisie. Selon le quotidien, le gouvernement envisage de créer une structure de défaisance chargée de racheter les actifs invendables des banques et qui serait dotée de 100 à 200 milliards de dollars prélevés sur la deuxième tranche du plan de sauvetage. Le reste des fonds nécessaires à son fonctionnement (de 1000 à 2000 milliards) serait levé par de nouveaux emprunts du Trésor ou de la Réserve fédérale, ajoute l'article. Le gouvernement de Barack Obama cherche également à injecter des fonds frais de manière plus efficace que ne l'avait fait celui de George W. Bush, et envisage d'acheter des actions ordinaires dans les établissements bancaires bénéficiant de son aide, indique le journal.
  16. Par Radio-Canada, http://www.radio-canada.ca,'>http://www.radio-canada.ca, Mis à jour le: 7 janvier 2010 09:02 Réseau de la santé - De nouveaux hôpitaux pour Montréal? La Presse rapporte jeudi que le gouvernement du Québec envisage la construction de deux nouveaux hôpitaux généraux dans la région de Montréal. Une perspective qui reçoit un accueil mitigé des médecins spécialistes. Selon le quotidien La Presse de jeudi, le gouvernement du Québec envisage la construction de deux nouveaux hôpitaux généraux dans la région de Montréal, l'un à Rivière-des-Prairies, dans l'est de l'île, et l'autre près de Vaudreuil, à l'ouest. Si l'on en croit les informations obtenues par le quotidien, l'établissement de Rivière-des-Prairies compterait 200 lits et coûterait environ 150 millions de dollars, à quoi s'ajouteraient des frais de fonctionnement annuels frôlant les 100 millions. L'idée de créer un nouvel hôpital dans Rivière-des-Prairies circulerait depuis plusieurs semaines. Ce projet serait d'autant plus envisagé qu'un pont prolongera l'autoroute 25 dans ce secteur. Dans l'Ouest, le projet serait moins avancé, mais Québec songerait aussi à un hôpital de 200 lits. Toutefois, au cabinet du ministre de la Santé Yves Bolduc, l'attachée de presse a déclaré ne rien savoir de ce projet. Joie et réserves Pour sa part, le président de la Fédération des médecins spécialistes, Gaétan Barrette, affirme que le ministère envisage bel et bien de nouveaux projets, spécifiquement celui de l'est. Sur les ondes de Radio-Canada jeudi, il s'est réjoui de cette initiative, qui montre selon lui que le gouvernement, pour la première fois, s'attaque au problème du manque de lits. Gaétan Barrette prône cependant plus la consolidation de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont. D'autant plus que cet établissement a précisément besoin de 200 lits supplémentaires, rappelle le président de la Fédération des médecins spécialistes. L'Est de Montréal est desservi par l'hôpital Maisonneuve-Rosemont, l'hôpital Santa Cabrini (qui compte 200 lits seulement). En banlieue, plus à l'est, les résidents s'en remettent à l'hôpital Legardeur, créé en 2002. Ces ressources s'avèrent cependant insuffisantes compte tenu de la densité de population dans ce secteur. Radio-Canada.ca avec La Presse http://www.radio-canada.ca (Copyright : © Société Radio-Canada. Tous droits réservés.)
  17. Les affaires rene vezina sur 98.5fm http://www.985fm.ca/chmp/audio/audioplayer.php?url=http://mediacorus.corusquebec.com/webcorus/audio/content_Audio/289213.mp3
  18. Le groupe bancaire britannique Barclays, qui a repris les activités américaines de Lehman Brothers, envisage également de reprendre certaines des activités de cette banque au Japon, a affirmé vendredi le quotidien des affaires Nikkei sur son site internet. Pour en lire plus...
  19. Bank of America, un temps présenté comme un possible repreneur de la banque d'affaires Lehman Brothers, est en «discussions avancées» pour acquérir sa concurrente Merrill Lynch, affirme dimanche le quotidien New York Times, citant «des personnes informées». >>>Plus de détails à venir Pour en lire plus...
  20. La direction du Journal de Montréal a accusé jeudi le Syndicat des travailleurs de l'information du quotidien (STIJM) de «vouloir conduire la négociation dans une impasse». Pour en lire plus...
  21. Le quotidien new-yorkais rapporte qu'un milliardaire injecterait 250millions de dollars américains pour renflouer les coffres de l'entreprise. Pour en lire plus...
  22. L'économie allemande pourrait perdre jusqu'à 215 000 emplois en 2009 à cause de la crise économique mondiale, a annoncé vendredi le quotidien Bild. Pour en lire plus...
  23. Selon le quotidien New York Post, le fondateur d'Apple serait apparu amaigri en plusieurs occasions, ce qui inquiète son entourage et les investisseurs. Pour en lire plus...
  24. “Le sentiment se répand que l’ère des icônes est bel et bien terminée, que les architectes doivent délaisser les skylines pour redescendre au niveau des rues.” http://www.courrierinternational.com/article/architecture-biennale-de-venise-une-conscience-sociale-retrouvee Ce 28 mai s’ouvre la Biennale internationale d’architecture de Venise. Cette quinzième édition marque un tournant, selon le Financial Times : finie l’ère des starchitectes et de leurs débauches, l’époque exige une architecture socialement engagée. “C’est la première Biennale post-Piketty”, annonce le Financial Times. Ce 28 mai, la Biennale de Venise, vitrine mondiale de l’architecture contemporaine, repart pour une quinzième édition. Huit ans après l’explosion de la crise financière et la multiplication des mouvements Occupy, alors que l’Europe est confrontée à l’afflux de réfugiés, le malaise est perceptible, relève le quotidien britannique : “Le sentiment se répand que l’ère des icônes est bel et bien terminée, que les architectes doivent délaisser les skylines pour redescendre au niveau des rues.” Fini donc, le règne des starchitectes ? Depuis la fin des années 1990, Daniel Libeskind, Frank Gehry, Lebbeus Woods ou encore Zaha Hadid s’étaient fait une spécialité de construire des édifices de prestige au cœur des villes. “Ces projets étaient avant tout une affaire de statut et se souciaient peu du paysage urbain dans lequel ils s’inscrivaient, du fonctionnement de la ville et du quotidien des habitants”, rappelle le Financial Times. L’heure de la contrition En 2016, l’heure serait à “la contrition”, à un retour de balancier vers une “conscience sociale”, assure le quotidien britannique. Toute la question est de savoir comment la culture de l’architecture peut négocier cette transition de la célébrité mondiale aux bidonvilles de l’hémisphère Sud.” Mais le quotidien reconnaît que, avec Alejandro Aravena aux manettes, la Biennale a trouvé un commissaire qui parvient “à équilibrer les deux”. Récipiendaire du prix Pritzker 2016, l’équivalent du prix Nobel en architecture, le Chilien s’est fait un nom en construisant des écoles et des lotissements pour les plus modestes. Il est aussi l’inventeur d’un système de “demi-maisons” : des demeures que les habitants peuvent moduler et agrandir selon leurs besoins et leurs moyens. L’Irak pleure trop tard sa star Zaha Hadid Pour cette Biennale 2016, Alejandro a posé pour thème “Des nouvelles du front”. Tragédie des migrants en Méditerranée, guerre en Ukraine, réfugiés climatiques, pollution, les champs d’exploration sont multiples. Voici quelques-uns des événements qui, selon le magazine d’architecture et de design Deezen, sont à ne pas manquer : - Dans les pavillons allemand et finlandais, des expositions consacrées à l’accueil des réfugiés. - Dans le pavillon danois, un village capable de produire sa nourriture et son énergie, dessiné par le studio Effekt. - Dans les pavillons espagnol et belge, des expositions sur l’impact de la crise économique sur les villes. - Dans les pavillons suisse et israélien, des gros plans sur de nouveaux procédés de construction (robots, impression 3D, fibre carbone, dessins inspirés du vivant…). - Un hommage à Zaha Hadid, disparue le 31 mars dernier. - Un Lion d’or sera remis à Paulo Mendes da Rocha, figure du modernisme brésilien, pour l’ensemble de son œuvre. sent via Tapatalk
  25. La Presse Le samedi 14 avril 2007 Ça y est, c'est fait. Le Toronto Star l'annonçait cette semaine, la nouveauté québécoise qui fait fureur à New York n'est pas mannequin super mince. Au contraire. Deux Canadiens, Jeffrey Jah et Lyman Carter, ont ouvert The Inn LW12 il y a un peu plus d'un mois. Le restaurant d'inspiration «canadienne» propose un menu qui a plutôt des saveurs très internationales. À part un plat bien d'ici : la poutine. Et elle fait fureur : le restaurant a déjà vendu 1600 poutines, à 13 $ la portion. Selon le quotidien torontois, la rumeur est excellente pour la bonne vieille poutine. Vraiment, le plat a gagné en noblesse depuis que le restaurant montréalais Au Pied de cochon a créé sa version au foie gras. À Toronto, le chef Jamie Kennedy offre lui aussi sa version de la pyramide de pommes de terre frites, avec chorizo. Chic, la poutine.