Search the Community

Showing results for tags 'pub'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 20 results

  1. Quelqu'un du forum mentionnait il y a quelques jours que le feuillet MON TOIT de LA PRESSE contenait une publicité ( demi-page) et ce depuis trois semaines incitant des acheteurs potentiels à s'inscrire pour être dans le groupe d'acheteur qui seront priviliégiés sur un super achat d'un condo et ce à partir de $ 129,000., mais sans donner l'adresse . En allant sur le site pour s'inscrire, l'acheteur doit donner ses infos personnels et attendre des nouvelles. Sur ce, les drapeaux sont maintenant installés, ils ont commencé la vente privé avec des locataires de l'édifice, puis qu'il s'agit d'une conversion en condos. J'avais répondu à une question d'un des membres de ce forum, il y a quelques mois de cette compagnie ( étrangère) propriétaire qui laissait enetndre qu'ilsw investisserait des sous dna sun projet dans le voisinnage du Ritz. J'avais alors répondu qu'il pouuvait s'agir des Tours du Parc qui ont obtenu une conversion en copropriétés des Tours du Parcs, trois édifices locatifs, environ 700 unités ( mais par loi privé en 2005, ils avaient omis d'obtenir la signature de la Ministre de la Culture étant à quelques pas de batiments patrimoniaux etc.etc.... Ils ont donc un bureau de ventes, des condos modèles de prêt et le tout devrait être lancé plus officiellemnt sous peu. Des studios de quelques 400 pi.ca. à $ 130,000. des 31/2 de presque que 800 pi. ca. de $ 160K à $180K selon les étages. Quant à la vue décrite dans leur pub de MON TOIT, le premier édifice en vente est localisé sur de la Montagn et ben proche de la rue Sherbrooke, donc on est en bas de la côte et par rapport à la vue que vante la pub de La Presse......c'est pas trop fort. Ce qui est sûr, c'est comme dit l'expression anglaise.......location, location, location.....mieux situé que ça, tu meurs. Autrement dit, dans le quartier du Ritz, tu peux t'acheter un apart à $ 129K....pas mal, du point de vue investissement......
  2. Dans le SFGate Montreal's quartet of cultures creates a colorful pattern Margo Pfeiff Updated 11:25 am, Friday, July 4, 2014 Tourists gather near the Basilique Notre-Dame in Montreal. Photo: Joanne Levesque, Getty Images The Ogilvy Piper makes his way through the jewelry section of the iconic department store at noon every day. Photo: Margo Pfeiff, Special To The Chronicle A room at Old Montreal's classic 18th century Hotel Pierre du Calvet. Photo: Margo Pfeiff, Special To The Chronicle Old Montreal's classic 18th century Hotel Pierre du Calvet. A terrace at an Old Montreal restaurant. Photo: Margo Pfeiff, Special To The Chronicle Activities at the Lachine Canal National Historic Site. Photo: Margo Pfeiff, Special To The Chronicle Ninety percent of all first encounters in downtown Montreal begin with the same two words. That are the same word. "Bonjour. Hi." Respond one way and you parlez français; answer the other and you're in English territory. Despite periodic bickering - including threats of Quebec's separating from the rest of Canada - the biggest French-speaking city outside of Paris has actually become increasingly bilingual and harmonious over recent decades. But with the strong bilateral English-French vibe, what's often overshadowed is that there were four founding cultures that laid down strong roots on this island in the middle of the St. Lawrence River almost 350 years ago. I'm reminded of this as I wait at a traffic light staring at each culture's national symbols on a flapping city flag - the French fleur-de-lis, the red English rose, an Irish shamrock and Scotland's thistle. Though Montreal is wildly multicultural today, in the 19th century, 98 percent of the city's population was French, English, Irish or Scottish. Is it still possible, I wonder, to experience each of those distinct original cultures - including real, non-poutine France and genuine tally-ho England - in modern Montreal? Heart of New France Since I believe every cultural quest is improved with a signature cocktail, I start with France and I order my very first absinthe at the Sarah B Bar, named after Sarah Bernhardt, queen of French tragedy. As couples cuddle in "Green Fairy" alcoves, my bartender pours the notorious chartreuse liquor that Hemingway, Toulouse-Lautrec and Oscar Wilde imbibed in their Parisian days into a specially shaped glass. He rests a flat, perforated "absinthe spoon" topped with a sugar cube across the top, then drips ice water until it is melted, turning the absinthe milky. Legend has it that absinthe has driven men to madness and drove Van Gogh to slice off his ear. Sipping the herbal, floral and slightly bitter cocktail, I look closely at the bottle's label - while the current version is a hefty 160 proof, it's missing the likely source of "la fée verte" (green fairy) hallucinations, wormwood. I teeter on uneven cobblestone streets to the heart of New France in Old Montreal amid clip-clopping horse-drawn carriages. Bells chime from Notre Dame Basilica with its Limoges stained glass windows from France, artists sell their crafts in narrow alleyways, and in the evening, gas lamps still light up rue Ste.-Helene. I check into La Maison Pierre du Calvet, a nine-room guesthouse spanning three small buildings dating back to 1725. It's a stone-walled time capsule with random staircases, crooked hallways and an antique-filled library with ancient fireplaces. Escargot and stag fillet are served in a grand old dining room, and the chateau luxury includes a grand step-up, monarchy-caliber canopied bed. The morning streets waft cafe au lait and croissant aromas as I walk to the walled city's original market square of Place Royale to Maison Christian Faure, a chic new French pastry shop. In the hands-on cooking school, I glean the secrets behind crisp-on-the-outside, chewy-on-the-inside, iconic French macarons. It's so simple they even offer kids' classes, and it's made all the more fun by Lyon-born Faure himself, a Meilleur Ouvrier de France (MOF) - an elite group of France's best chefs - and the stories of his days as pastry chef for French President Nicolas Sarkozy and the prince of Monaco. "I moved here because the public markets are like those in Provence," he croons in a Lyon accent, "and because Montreal is so, mmmmm ... Europe." The pipes are calling While French zealots came to the New World to save the souls of "sauvages," the Scots came to make money. And you can still see plenty of it in the Golden Square Mile's historical buildings sloping up from Sherbrooke Street, downtown's main upscale shopping boulevard, to Mont Royal, the park-topped hill after which the city is named. The area was a residential tycoon alley from 1850 to 1930, occupied by rail, shipping, sugar and beer barons with names like Angus, McIntyre and Molson who owned 70 percent of the country's wealth. About 85 percent of the lavish estates were lost before heritage finally won over demolition in 1973. When I walk those hilly streets for the first time instead of whizzing by in my car, I'm surprised to see downtown with different eyes, an obviously British and Scottish quarter with an eclectic architectural mix from Neo-Gothic and Queen Anne to Art Nouveau, estates with names such as Ravenscrag and castles crafted from imported Scottish red sandstone. These days they're consulates, office headquarters and the Canadian McCord Museum; 30 of the beauties are campus outposts bought by McGill University, a legacy of Scottish merchant James McGill, who donated his 47-acre summer estate to become one of Canada's leading universities. One of my favorite buildings is the 1893 Royal "Vic" (Victoria) Hospital, where you can get your appendix yanked in a Scottish baronial castle complete with turrets. And where there are Scots, there are bagpipes. Montreal's most famous piper is at Ogilvy, a high-end department store on Ste. Catherine Street. Every day from noon to 1 p.m. since 1927, a kilt-clad piper plays marches and reels as he strolls around all five floors, down spiral staircases and beneath massive chandeliers where purchases are packed in tartan bags and boxes I also hear the whining tones of "Scotland the Brave" as I head toward my Highland cocktail at the Omni Hotel, where a kilted piper every Wednesday evening reminds folks emerging from Sherbrooke Street office towers that it's Whisky Folies night, a single-malt-scotch tasting in the Alice Bar. I choose five from the 10- to 20-year-olds served with a cuppa fish and chips. A local Scotsman drops in for a wee one, informing me that there's been a benefit St. Andrews Ball in Montreal every November for 177 years, "but come to the Highland Games, where there's dancing, throwing stuff around and looking up kilts - fun for the whole family." Montreal's bit o' Irish Snippets of the four founding cultures pop up repeatedly when you walk around town - statues of Robbie Burns and Sir John A. Macdonald, the Glasgow-born first prime minister of Canada; the green Art Nouveau ironwork of a Paris Metro at the Victoria Square subway station, given by France; British hero Adm. Horatio Nelson overlooking Old Montreal's main square (though the original likeness was blown to bits by Irish republican extremists in 1966). Ah, the Irish. They arrived in Montreal in big numbers in the early 1800s to build the Lachine Canal to bypass rapids blocking the shipping route to the Great Lakes. They settled nearby in Griffintown, currently a maze of condos and cranes. Stroll along rapidly gentrifying Notre Dame Street, still an eclectic melange of antiques-and-collectibles shops, funky cafes and local bistros. The Irish were unique among English-speaking immigrants - hatred for their English oppressors back home had them cozying up with the French, fellow Catholics. Surprisingly, the Irish legacy is dominant in Montreal; about 40 percent of the population has a wee bit of Blarney blood. Of course there are also pubs and churches, St. Pat's Basilica being the ornate religious hub, its interior adorned with intertwined fleurs-de-lis and shamrocks. Conveniently nearby, sacred brew is served over the altar of Hurley's Pub, a favorite hangout where Irish and Newfoundlanders work magic with fiddles, pipes and drums - even the Pogues have jammed here. I love Hurley's because it's a rare pub with Guinness stout on tap both icy cold and traditionally lukewarm; I prefer the latter for bigger flavor. "Watch him top that brew up three times," Frankie McKeown urges from a neighboring stool. "Even in Ireland they hardly do that now." The Irish come out of the woodwork on March 17, when Canada's oldest St. Patrick's parade turns downtown green, as it has since 1824. "It's amazing," says McKeown. "In Dublin it's all done in 45 minutes, but here we're watching floats for three hours." A grand party ensues afterward at Hurley's. "But it's just as much fun on Robbie Burns Day, when a haggis held high follows a piper through the pub." Britain in the mix Britain enters Montreal's picture after the Seven Years War in the 1760s when France dumps Quebec in exchange for the sugar colonies of Martinique and Guadeloupe. By 1845, about 55,000 British top out as 57 percent of Montreal's population - and the percentage has been dwindling ever since. While there may not be much Scottish brogue or Irish lilt left these days, there's plenty of culture on the plate and in the glass, though surprisingly not so much representing British roots in Montreal. In 2012, English chef Jamie Oliver made big waves by teaming up with Montreal chef Derek Dammann to highlight creative British tavern-inspired fare at the popular Maison Publique (Public House), serving locally sourced, home-smoked/pickled and cured angles on Welsh rarebit, hogget with oats and cabbage, and the like. Otherwise, the truest of Montreal's British establishments is the Burgundy Lion in Griffintown, one of the few places to offer Sunday British "footie" on the big screens, as kippers 'n' eggs, Lancashire pot pie and cucumber sandwiches are dished out by gals in tight, mod-'70s outfits. I happen to drop in during England's National Day, St. George's, to find the place hopping with dart-throwing, papier-mache piñata-style "dragon slaying" and ballad singing. I wind up at the bar sipping my pint of Boddingtons between two fellows, both dressed in fake chain mail. The one also draped in a Union Jack British flag clicks my glass with his bottle, announcing "Here's to Blighty!" before raising the visor on his medieval knight helmet to take a royal slug. Can you still experience Montreal's four founding nations in this multicultural modern city? Oui. Yes. And aye. If You Go GETTING THERE Air Canada offers daily flights from San Francisco to Montreal year round. (888) 247-2262, www.aircanada.com. WHERE TO STAY La Maison Pierre du Calvet: 405 Bonsecours St., Old Montreal. (514) 282-1725 or (866) 544-1725. www.pierreducalvet.ca/english. Lavish French colonial inn. From $265 double with continental breakfast. (Two on-site dining rooms serve French fare.) Fairmont Queen Elizabeth: 900 Rene Levesque Blvd. West. (866) 540-4483. www.fairmont.com/queen-elizabeth-montreal. A classic fit for everyone from the Queen Mother to John and Yoko; where they recorded "Give Peace a Chance" in 1969. From $209 double. Hotel Nelligan: 106 St. Paul West, Old Montreal. (877) 788-2040. www.hotelnelligan.com. Chic boutique hotel named after a famed Irish-French poet. From $250 double. WHERE TO EAT Le Mas des Oliviers: 1216 Bishop St. (514) 861-6733. www.lemasdesoliviers.ca. Classic French cuisine at a landmark downtown restaurant, one of the city's oldest places to eat. Dinner for two from $120. Also open for lunch. Restaurant L'Express: 3927 St. Denis. (514) 845-5333, www.restaurantlexpress.ca. Popular, casual French bistro, a Montreal icon. Dinner for two from $60. Maison Publique: 4720 Rue Marquette. (514) 507-0555, www.maisonpublique.com. Jamie Oliver's hip, up-market and creative take on British tavern fare. Very popular, no reservations. Dinner for two from $60. Burgundy Lion: 2496 Notre-Dame West. (514) 934-0888, www.burgundylion.com. Only true British pub in Montreal. Large selection of local and imported brews and one of Canada's biggest single-malt whiskey collections. English gastro pub menu with lunch and dinner from $40 for two. Hurley's Irish Pub: 1225 Crescent St. (514) 861-4111, www.hurleysirishpub.com. Great selection of brews, a traditional Emerald Isle pub menu, and Irish and/or Newfoundland fiddle music nightly. Entrees from $10. WHAT TO DO Point-a-Calliere Museum of Archaeology and History: 350 Place Royale, Old Montreal. (514) 872-7858, www.pacmusee.qc.ca/en/home. Excellent museum set atop the original city town square. Closed Mondays except in summer. Adults $18. McCord Museum: 690 Rue Sherbrooke West. (514) 398-7100, www.mccord-museum.qc.ca/en. Extensive cultural museum of all things Canadian. Frequent exhibitions of Montreal's various cultures. Closed Mondays. Adults $12. Fitz and Follwell Co: 115 Ave. du Mont-Royal West. (514) 840-0739, www.fitzandfollwell.co. Guided Montreal biking, walking and unique snow tours. Martin Robitaille: Private history-oriented city guide. [email protected] Maison Christian Faure: 355 Place Royale, Old Montreal, (514) 508-6453, www.christianfaure.ca. Hands-on French pastry and macaron-making classes. There's even a pastry-making boot camp for kids. Whisky Folies, Omni Hotel: 1050 Sherbrooke West. (514) 985-9315, http://bit.ly/1iCaJxc . Single-malt scotch and whisky tastings with fish and chips every Wednesday, 5-9 p.m.. From $16 to $40. My Bicyclette: 2985-C St. Patrick (Atwater Market). (877) 815-0150, www.mybicyclette.ca. Bike rental and tours of the Lachine Canal region. MORE INFORMATION Tourism Montréal: www.tourisme-montreal.org. Tourism Québec: www.bonjourquebec.com. Margo Pfeiff is a freelance writer living in Montreal. E-mail: [email protected]
  3. J'aime cette pub du gouvernement du Quebec sur la promotion du français. [video=youtube;aSx--WrdBGE]
  4. Je viens d'enlever les restrictions aux usagers non enregistrés, ils pourront lire le site sans s'enregistrer. Par contre ils auront le désagréments de voir de la pub
  5. Je trouve dommage que le journal MÉTRO soit remplacé par le 24 HEURES dans le métro de Montréal à compter du 1er janiver. Le MÉTRO était sans contredit une bien meilleure publication, avec moins de pub, des articles fouillés, des reportages intéressants et une mise en page dynamique et colorée. Le 24 HEURES est un petit journal rempli de pub (1 sur 2 est de la pub), et la majorité de leurs articles proviennent de sources d'info externes (agences QMI, AP, etc..) et sert de propagande à l'empire Québécor. Il sera donc difficile de se procurer le MÉTRO en dehors des heures de pointes du matin, puisque seul les camelots les distribuerons entre 6h et 9h.
  6. Je les avais justement remarqué, c'est assez nouveau et je trouve que ça manquais à Montréal. Ce que j'ai vu : annonce de Fructis en 3D coin St-Laurent / Sherbrooke annonce du Casino de Montréal sur le chantier du Westin annonce du nouveau H&M sur... le nouveau H&M ---------------------------------- http://argent.canoe.com/lca/infos/quebec/archives/2008/10/20081005-224232.html Madigan veut exploiter le créneau La pub géante fait son apparition sur les chantiers québécois Mise en ligne 06/10/2008 04h00 Madigan veut exploiter le créneau - La pub géante fait son apparition sur les chantiers québécois Photo © Argent Payant pour la Ville: 200 000$ Les filets verts doivent disparaître, plaide Madigan Le Journal de Montréal Marie-Ève Fournier Un nouveau type de publicités géantes a fait son apparition sur les chantiers de construction au centre-ville de Montréal. Un créneau original que l’entreprise Madigan entend bien exploiter, tant au Québec qu’ailleurs au pays. Autorisées dans l’arrondissement Ville-Marie seulement, les publicités démesurées sur les édifices connaissent beaucoup de succès. «C’est un véhicule de plus en plus à la mode pour financer les travaux de rénovation qui coûtent cher», affirme Paul Sauvé, président de LM Sauvé, spécialiste des travaux de maçonnerie. On a pu en voir un exemple, l’été dernier, sur les deux façades de l’édifice à l’angle des rues Saint-Catherine et Peel. On y annonçait, sur 10 000 pi2, l’ouverture du premier magasin H&M au centre-ville. Rue Saint-Antoine, la transformation de l’ancien immeuble du quotidien The Gazette en hôtel Westin a permis au Casino de Montréal et à Sony de faire des pubs gigantesques. Depuis peu, les passants y voient les couleurs de Transat. Plus à l’est, sur le boulevard Saint-Laurent, le Groupe Immobilier de Montréal profite de la restauration d’un immeuble patrimonial pour y offrir des espaces à louer ou à vendre. «Les annonceurs voient cela comme une façon de se démarquer, explique le président de Madigan, Éric Boulay. Les publicitaires recherchent la nouveauté, et c’est une façon de faire unique qui ne se répète pas. » Potentiel économique Évidemment, ces toiles accrochées sur les échafauds sont tout aussi sécuritaires pour les travailleurs et les piétons que les toiles vertes conventionnelles. Elles laissent passer le vent et la lumière, ce qui permet aux maçons et autres professionnels de la construction de faire le travail comme d’habitude. Leur coût est «7 ou 8 ¢ de plus le pied carré» qu’une toile ordinaire, précise Paul Sauvé. Le fondateur de Madigan, Jean Claude Henri, qui a notamment travaillé pour Astral Media dans le département de l’affichage, voit les chantiers comme des médias au potentiel de revenus publicitaires intéressant. «Ces toiles ont une valeur commerciale. Chaque pied carré vu par les gens, par les touristes, a une valeur », renchérit le président de Madigan, Éric Boulay. Préserver la beauté des lieux Madigan ne se contente pas de vendre de l’espace publicitaire. L’entreprise fabrique aussi des toiles trompe-l’œil sur lesquelles elle imprime une photographie grandeur réelle de l’édifice historique en rénovation. Cela permet d’assurer un certain esthétisme aux lieux. On peut voir un exemple de ce type de travail sur l’hôtel de ville de Montréal (voir autre texte). En réalité, il s’agit de l’expertise la plus unique de Madigan. Baptisée H3D Réplica, cette technologie est en instance de brevet. Les photographies utilisées pour créer ces toiles sont d’une telle qualité qu’elles permettent le «repérage des déficiences», souligne Paul Sauvé, qui travaille fréquemment avec les toiles de Madigan. «Avant l’échafaudage, c’est toujours difficile d’évaluer l’ampleur des travaux à faire», explique-t-il.
  7. We ought to give each club, lounge, bar, restaurant, pub, it's own thread with reviews, pictures, info, commentaries and all that kind of stuff! I'll start with Opera since it's been the subject of a lot of talk lately with the possible demolition for the redevelopment of the ilot du monument national. Some pix from last sunday: My review: Good spot, huge, clean, modern, great music, (mostly) classy good-looking people but all this comes with a price - definitely one of the most expensive spots in town.
  8. Le spécialiste de la pub a affiché un bénéfice en baisse de 53% au troisième trimestre, ce que la société a attribué à une charge non récurrente. Pour en lire plus...
  9. Moose Knuckles : quand la francophobie a belle allure le 25 février 2014 par Pascal Léveillé Lien: http://www.lerepublique.com/1129573/moose-knuckles-quand-la-francophobie-belle-allure/ Difficile d’aller plus loin dans le cliché et dans la provoc’. La compagnie de vêtement Moose Knuckles se paye en ce moment toute une campagne de pub. On se croirait dans une version sexy-bucheron du sketch de RBO, le 4e Reich, où les francophones prenaient la place des nazis. Et la pub tourne autour d’un FLQ transformé pour les besoins en FUQ, difficile de ne pas y voir un pied de nez… Le scénario se déroule ainsi. Le FUQ, la Fédération unilatérale du Québec, une milice paramilitaire qui achète des armes illégalement, entraine ses troupes pour attaquer l’Alberta et s’emparer de son pétrole. Voilà pour la provoc’, maintenant le cliché. Le patron de la boîte (et concepteur de la campagne publicitaire), Will Poho, va défendre à TVA son concept en anglais seulement. Le site qui est consacré à cette campagne est en anglais seulement. Et le site de la compagnie aussi d’ailleurs. Pour ceux que ça intéresse, c’est une compagnie montréalaise. Ce n’est peut-être pas francophobe en soi, mais ça le laisse très bien sous-entendre. Et le sous-entendu se transforme en feu d’artifice quand on y ajoute la teneur de la pub où la violence est une marque distinctive du francophone militant. [...] What the FUQ Quebec wants? J’en arrive à la conclusion qu’il vise le marché Canadien-anglais où sa marque pourra carburer aussi à la sympathie, ce qui devrait être un plus à sa reconnaissance. Le « Quebec-bashing », c’est vendeur! Et même le Québec, dans le fond. Qui ça dérange, à part quelques nationaleux poussiéreux? Mais bon, j’allais oublier la gaugauche… Sans hésiter, il ajoute que, selon lui, le mouvement des carrés rouges n’était pas loin de se transformer en une sorte de F.U.Q, l’armée créée pour cette publicité. Décidément, Will Poho voulait se mettre beaucoup de monde à dos. Et quand je vous parlais de vraisemblance, voilà l’évidence. Qu’est-ce que le Québec veut? Pas les vêtements de Moose Knuckles, j’espère… Ajout : Un ami a constaté comme moi que toute la communication de la compagnie se fait exclusivement en anglais et il a décidé d’appeler aux bureaux de Moose Knuckles. La personne qui lui a répondu a dit : « Sorry, I don’t speak french. » Et 15 minutes après son appel, un statut en français est apparu sur leur page Facebook. Cedit statut est visiblement un autre statut anglophone simplement traduit par un utilitaire comme « Google translate » pour qu’on ne puisse pas dire qu’il n’y a rien de français… Quelques perles : « vous ne serez jamais en sortir vivant » « nous jouissons de se moquer de nous-mêmes » « le ridicule qu’il peut être de permettre à nos différences pour nous incitent plus espacés » « Comment nous pouvons être grave vraiment? » On trouve ça bien drôle quand ça vient de Chine, mais provenant de Montréal, c’est pathétique. Voir aussi: http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/montreal/archives/2014/02/20140224-214132.html
  10. Jouer un tic-tac-toe sur la Tour BN à Montréal? Is it for real? (Campagne pub virale plutôt efficace, selon moi). En tout cas, c'est divertissant!
  11. L'offensive pub de la multinationale a porté fruit: la croissance mondiale par magasins comparables a grimpé de 8,5% en août dernier. Pour en lire plus...
  12. Pub : Faire du Québec un laboratoire 24 janvier 2009 - 06h00 La Presse Hugo Fontaine Dans une opération de conquête comme celle qu'entendent mener les agences de publicité québécoises, il est de bonne guerre de diversifier son arsenal. Si le site montreal.ad permettra aux agences de se faire voir ailleurs, l'Association des agences de publicité québécoises (AAPQ) planche également sur un projet qui vise à attirer les grandes marques ici. Le «laboratoire de communication intégrée», un projet toujours en construction, veut faire du Québec une grande zone de test pour la communication marketing. Le Québec un microcosme où règne la suroffre médiatique, pour reprendre les propos de Sébastien Fauré, associé principal et président de l'agence Bleu Blanc Rouge serait le lieu idéal pour lancer un tel projet et convaincre les grandes entreprises de tenter l'expérience, croit l'AAPQ. «Ce serait bien plus qu'un focus group, dit Jacques Duval. Ce serait comme un gros Chicoutimi», ajoute-t-il en faisant référence au fait que la ville saguenéenne a souvent été le lieu de tests de nouveaux produits. Click here to find out more! L'intérêt de ce laboratoire serait de tester des stratégies de communication et de mise en marché au Québec, un marché spécifique caractérisé tant par une touche américaine qu'européenne. Dans la tête de ses créateurs, une entreprise pourrait essayer dans le laboratoire québécois une campagne publicitaire, une mise en marché puis une vente de ses produits. Dans un marché de 7 millions de personnes, ça devient moins casse-cou que dans un marché plus populeux. Le projet est d'envergure et plusieurs acteurs sont dans le coup: les agences de pub, mais aussi des médias de toutes sortes, des firmes de recherche, des détaillants et des universités. Le laboratoire pourrait être présenté à d'éventuels clients dès 2009, sinon en 2010. «Nous avons comme objectif d'aller en mission commerciale à New York en septembre», précise M. Fauré. Au bout du compte, «c'est une façon originale de proposer aux grandes marques d'aller plus loin», croit Sylvain Morissette. Et de faire connaître le savoir-faire des créateurs d'ici.
  13. http://journalmetro.com/local/rosemont-la-petite-patrie/actualites/969345/un-nouveau-pub-ludique-dans-rosemont/ 25/05/2016 Mise à jour : 25 mai 2016 | 17:16 Un nouveau pub ludique dans Rosemont Par Hugo Jolion-David TC Media Collaboration spéciale - Andréanne Lupien Le nouveau rendez-vous de tous les passionnés de jeux dans Rosemont Les amoureux des soirées jeux de société sauront désormais où aller dans Rosemont avec la récente ouverture du Randolph pub ludique de Rosemont au 6505 rue des Ecores, coin Beaubien Est. C’est le deuxième pub de la lignée Randolph après celui de la rue Saint-Denis dans le quartier latin, ouvert en juillet 2012. Le concept montréalais a été créé par quatre passionnés de jeux : le comédien Normand D’Amour et ses trois associés, Justin Bazogue, Joël Gagnon et Benoît Gascon. Selon les créateurs, l’idée était de mettre en avant l’innovation dans le domaine des jeux contemporains en offrant un espace de rencontre où des animateurs proposent des jeux en fonction de la motivation et des préférences des clients. Face à l’extrême motivation de ces derniers, le pub a rapidement été victime de son succès : « Depuis deux ans le Randoph du quartier latin a une file d’attente de deux heures tous les vendredis et samedis. Il était grand temps d’ouvrir une nouvelle succursale pour satisfaire la demande » raconte Normand D’Amour. Et quel autre endroit que Rosemont pour développer le concept : « Rosemont, c’est mon quartier. Je suis né ici. C’est le plus beau et le meilleur quartier du monde. Et en plus, des quatre lieux visités, c’était le plus adéquat » explique-t-il dans un sourire. Dans un très vaste espace lumineux et décoré sous la thématique des jeux de société, le pub peut accueillir 209 personnes, du mercredi au dimanche, autour de plus de 500 jeux tels que les Aventuriers du rail, Scotland Yard ou encore Au feu!.
  14. Un ami à moi m'a dit qu'il a vu une pub dans un magazine d'affaire ou ça disait simplement que "le Hip continue" avec un numéro de téléphone et le nom "benjamin Thibeault"...... qui est en fait le promoteur du premier projet! Vous en dites quoi, quelqu'un a vu passer la pub, ou appelé?
  15. Très belle pub. Rien ne dit que c'est Mtl, mais on la reconnaît immédiatement! Si des étrangers vous demandent à quoi ça ressemble Mtl, je pense que ça ferait une belle promo.... http://www.youtube.com/watch?v=T6ylOrzc33U&feature=player_embedded
  16. Aujourd'hui encore, la population de l'Irlande est inférieure à ce qu'elle était en 1841. La Grande Famine y a laissé un trou béant qui ne se cicatrisera jamais. Entre 1845 et 1849, la Grande Famine est responsable d'une diminution de la population de l'Irlande de deux millions de personnes. Environ la moitié d'entre elles sont mortes de faim, de maladie et de la malnutrition tandis que l'autre moitié a préféré l'immigration à la mort et à la misère. Bien qu'elle n'ait pas commencée à ce moment, l'histoire qui unit la ville de Québec et les Irlandais a connu, à cette époque, un tournant fantastique, tragique et beau à la fois. En 1847 seulement, la Grosse-Île et le port de Québec voient déferler une vague de 100 000 immigrants, malades, mal nourris, qui ont traversé l'Atlantique à bord de voiliers insalubres. Le typhus prend une ampleur épidémique. Baptisée île de la Quarantaine, Grosse-Île suffit à peine à répondre aux besoins sanitaires qu'impose la situation. Des dizaines de milliers d'Irlandais, mais aussi d'Anglais et d'immigrants de partout en Europe venus en Amérique y trouver une terre d'accueil y sont morts. Entre 1829 et 1851, pas moins de 696 000 immigrants, dont 58,5 % d'Irlandais, arrivent au Canada par le port de Québec, principale porte d'entrée de l'immigration en Amérique du Nord britannique. C'est la fête... À ce compte, il ne faut pas s'étonner que la Saint-Patrick soit célébrée avec faste, à Québec, où la fête des Irlandais sera, encore une fois, soulignée comme il se doit dans au moins trois hauts lieux de la tradition des pubs dublinois. Et ne leur suggérez même pas de célébrer le 16 ou le 18; le 17 mars, c'est le 17 mars et on n'y dérogera pas, tempête ou non. «On va fêter le saint patron avec, bien sûr, de la bière verte et du bon whisky, lance le propriétaire du Pub Saint-Patrick, rue Saint-Jean, Jean Barré. Il y aura aussi de la musique et des groupes. Écoutez, on s'entraîne 364 jours par année pour cette fête-là, c'est pas une tempête ou du froid qui va nous empêcher de le faire.» «On a des réservations depuis le 18 mars l'an dernier. Ça va venir de partout, ajoute Yvan Waddell, directeur du Pub Saint-Alexandre, rue Saint-Jean. Outre la bière verte et le whisky, il y aura de la danse et de la musique, dit-il. On a aussi un menu spécial composé de ragoût irlandais et de potage à l'orge. Il y aura de l'irlandais jusque dans le dessert.» Au Pub Thomas Dunn, rue Saint-Paul, la mort récente du propriétaire, Léon Gagnon, ne sera pas un frein à la fête. «Au contraire, on va fêter deux fois plus. Vous pouvez être certain qu'on va lever notre verre de bière verte plus d'une fois à la mémoire de Léon, promet Line, responsable des festivités. Il y aura plein d'activités spéciales, du déjeuner avec café irlandais jusqu'à la fermeture avec un groupe de musiciens.»
  17. La terrasse du Pub de l'Université Laval aura un nouveau visage à l'été 2008. Deux jeunes étudiants en architecture ont revampé la terrasse... Projet impressionnant, unique et magnifique!En 48 heures, deux jeunes étudiants de l’Université Laval ont modernisé la terrasse du Pub universitaire. Ils ont élaboré les plans d’un «parasol» géant surplombant la plus grande terrasse de la ville de Québec.Le concours était ouvert à tous les étudiants en architecture de l’Université Laval, tous les niveaux confondus. Les grands gagnants sont des étudiants de deuxième année au baccalauréat, Alexandre Guilbeault et Jean-Daniel Mercier. «Le concours a été organisé par la CADEUL, l’association étudiante de l’Université Laval. C’était de réorganiser la terrasse du Pub de l’Université Laval», explique Alexandre. Les participants au concours ont commencé à mijoter leur projet un certain vendredi à 15h00 pour remettre les plans et dessins finaux le dimanche suivant à 16h00. Et selon leurs dires, le café a été essentiel à l'élaboration de ces plans. «On a dormi deux heures en 48 heures», ajoutent-ils d'un commun accord. «On a voulu donner à la terrasse une image plus corporative. En créant un grand «parasol». Donc, les gens, en pensant Pub universitaire pourraient penser au grand «parasol»», souligne Alexandre. «C’est un élément qui vient créer l’identité du projet», ajoute Jean-Daniel. Ce marathon architectural en valait la peine puisque le «parasol» géant se matérialisera, si tout va bien, à l’été 2008. Les deux étudiants participeront aux travaux qui devraient se mettre en branle dès le printemps 2008. Le «parasol» géant n’a pas qu’un côté esthétique, il se veut utile et a pour but de rendre le séjour au Pub universitaire encore plus agréable et convivial. «Ça vient protéger contre le soleil les gens sur la terrasse. Ça vient régler le problème du vent. Il y a beaucoup de vent sur le campus. Les parasols partaient au vent. En ayant un parasol fixe, ça vient régler ces problèmes!», conclut Jean-Daniel. Les toiles du «parasol» sont amovibles et le soir venu, ces toiles se transforment en une décoration nocturne. Canoë a rencontré les deux gagnants au Pub de l’Université Laval et a eu la chance d’observer les plans finaux de ce projet qui souhaitons-le, deviendra le point de ralliement des étudiants de l’Université Laval! SOURCE http://www.canoe.com/infos/quebeccanada/archives/2007/12/20071220-125353.html VIDÉOS MONTRANT LE REPORTAGE ET LES PHOTOS DU PROJET http://espace.canoe.ca/MCForest/video/view/30393
  18. Source, TheStar For the thirsty traveller with a hankering for hops and a soft spot for the little guy, there may be no better place to visit than Montreal. Brew pubs and microbreweries abound and most are within stumbling distance of major hotels, bed and breakfasts and hostels. The city is also home to one of the biggest beer festivals in North America. The June 3-7 Mondial de la biere will showcase some 300 different brands of beer made by upwards of 100 brew pubs as well as large and small-scale breweries – the majority of them from Quebec. Festival spokeswoman Marie-Josee Lefebvre said there are more than 70 brew pubs and microbreweries in the province with three or four new ones opening every year. "They call us little Belgium because of the growing (number) of microbreweries," she said. "I think Quebec people love and enjoy tasting and discovering beer because it's in our roots to share good moments with friends around a good beer." The popular festival, which will mark its 16th year, is free and visitors need only purchase beer tickets at a buck apiece to begin sampling. Lineups, however, could be long, especially on weekends, and a four-ounce sampler could cost as many as five tickets. Lefebvre said the festival, which last year attracted some 80,000 people, is becoming increasingly popular among tourists. "We have a lot of people coming up from the U.S. and Europe," she said. "I receive many emails during the year from people who say, 'I want to plan my vacation in Montreal and I want to attend the Mondial de la biere."' For those seeking a more low-key brew experience any time of the year, Montreal has more than a dozen pubs featuring a variety of home brews. Among the most revered for its innovation is Dieu du Ciel in the city's trendy Plateau-Mont-Royal area. The 10-year-old pub doesn't look like much with its hand-scribbled chalkboard signs and run-of-the-mill finger foods but that's just because at Dieu du Ciel, it's all about the beer. "The goal here is always to brew the best beer possible and to also brew a lot of different beers," says co-owner Stephane Ostiguy. "We like to play with spices and stuff like this. We always like to bring something new to the beer scene." The pub, which has nine on-site fermenters, has experimented with some 60 recipes over the years and offers a large rotation of beers. Ostiguy said there are between 14 and 17 beers available on tap at any given time including favourites like the popular Imperial coffee stout. All are made with quality ingredients, be it coffee, peppercorns or hibiscus flowers and, as such, prices may be higher than they are for the average pint. Students and young professionals between 25 and 35 make up the bulk of its clientele but American beer enthusiasts have been known to stop by for a pint. Another popular brew pub is Brutopia – a three-floor downtown hangout where regulars mingle with tourists and live music and tapas are always on special. In business since March 1997, the pub offers a variety of seasonal beers as well as tried and true staples that are all brewed on site by its brewmaster. While the bar has some 50 different recipes, its staples include a traditional, hoppy pale ale, a light blond, a honey ale, a nutty brown malt and a raspberry beer. It also has such seasonal beers as a maple cream, a chocolate stout and a Scotch ale. "We try to stay faithful to a lot and then we keep a certain amount of production space for seasonal recipes," said manager Jeffery Picard, who describes Brutopia's beer as "delicious" and ``affordable." While he once knew every single competitor personally, he admits there's been a proliferation of brew pubs in the city and believes it could have something to do with Quebec culture. "Maybe it's part of the slightly anti-establishment culture, the alternative culture," he said. Acclaimed beer writer Stephen Beaumont, who has penned a half-dozen books and countless articles about the bubbly elixir, said Quebec has shown more innovation in brewing than any other province. He calls Quebecers "artisanally inclined when it comes to food and drink," and that it was a major market for niche Belgian and French beers long before craft brewing really took off. Blanche de Chambly, he said, was the first Belgian white brewed in North America, while Les Brasseurs du Nord invented the ``rousse." Still, he said, many Quebec microbreweries remain unknown outside of the province and he encourages beer lovers visiting the province's most populous city to get acquainted with them. "I would strongly recommend a Montreal brew pub crawl to anyone with an interest in beer," he said. "Begin the evening with a Czech-style Pilsner on the terrace at L'amere a boire, then head around the corner to Cheval Blanc for their seasonal specialties before finishing the night at Dieu du Ciel trying almost everything they have on tap. "That would be a night well spent."
  19. Vous voyez une publicité qui est hors de l'ordinaire et qui mérite d'être vue par tous ? On pourra en discuter ici et annoncer à tous l'endroit à visiter. Je commence, station Place des arts, édicule Bleury, à l'extérieur, il y a un abribus qui donne sur Bleury. Sur celui-ci, une très bonne pub de la Banque Laurentienne. Je ne veux pas trop vous en dire, pour vous garder la surprise. Si vous passez par là, elle vaut la peine d'être prise en photo !
  20. Vézina - Marketel perd le compte d'Air Canada, nouveau recul pour Montréal RENÉ VÉZINA . 18-09-2013 (modifié le 18-09-2013 à 16:55) while we talk about hidjab's and burka's - Toronto's empire continues to grow 1 Commenter Sauvegarder Envoyer Imprimer DU MÊME AUTEU Marketing | Montréal | Publicité | Toronto | BLOGUE. On vient d’assister à un nouvel épisode dans l’érosion du pouvoir et de l’influence de Montréal au profit de Toronto. Mercredi midi, le président de l’agence Marketel, Jacques Duval, a confirmé à ses employés la perte du compte publicitaire d’Air Canada, dont l’essentiel passe maintenant entre les mains de l’agence J Walter Thompson (JWT), de Toronto. Ce mandat occupait 40 personnes qui seront inévitablement mises à pied, sans compter la soixantaine de pigistes et fournisseurs externes qui seront eux aussi touchés. « C’est une décision d’affaires », reconnaît le président de Marketel. De toutes façons, Toronto est devenue le centre névralgique d’Air Canada, même si son siège social demeure toujours officiellement à Montréal… Le choc est d’autant plus durement ressenti que la relation entre Air Canada et Marketel durait depuis 27 ans, une longévité exceptionnelle dans le milieu de la publicité québécoise. Mais une agence internationale comme JWT offre un avantage que recherchent de plus en plus les grands donneurs d’ordre, une assise mondiale qui permet d’uniformiser les messages à travers la planète. C’est un nouveau coup dur pour l’industrie québécoise de la pub qui continue de voir s’effriter sa position, elle qui avait su s’imposer au fil des ans à force de créativité et de réalisations originales. Mais les gros annonceurs regardent maintenant ailleurs. Par exemple, Bell a déplacé récemment la plus grosse partie de son budget publicitaire vers la Ville Reine, elle qui a longtemps fait affaire avec Cossette. Pour Jacques Duval, il est clair que ces reculs ne font que refléter le déclin de Montréal comme place d’affaires. « On compte ici moins de donneurs d’ordres, moins de projets, moins d’enjeux… pourquoi alors faire des campagnes à saveur québécoise ? », dit-il avec amertume. Le milieu québécois avait pourtant réussi une belle ascension depuis les années 1970, se faisant complice de l’émergence du Québec inc. C’était l’époque où les annonceurs ont commencé à réaliser l’importance de rejoindre les consommateurs québécois avec des messages originaux, en lieu et place des simples adaptations d’autrefois. En est résultée une effervescence qui a mené à la naissance de plusieurs agences clés, comme Cossette, BCP ou Marketel, apparue en 1977. Le phénomène est en train de s’inverser. La tendance lourde est à l’homogénéisation des contenus. La « société distincte » voit glisser son rapport de forces commercial. Fondus dans de grands conglomérats, les annonceurs ne sentent plus le besoin de se forcer pour s’attirer les faveurs des consommateurs locaux. Et même si Montréal peut toujours se targuer d’être un pôle créatif, de plus en plus de décisions se prennent ailleurs. Les budgets les suivent. « Ce sera tout aussi difficile au niveau des commandites », prévient Jacques Duval. « À Montréal, on passe son temps à célébrer le folklore. Les grandes réussites du passé. Mais qui s’occupe de l’avenir ? » Il reste encore de belles campagnes publicitaires à venir. Les créatifs et tous les artisans qui gagnent leur vie en pub sont mieux reconnus qu’auparavant. Mais il serait bon de réagir avant que Montréal ne soit forcée d’admettre, dans ce domaine comme pour d’autres, son statut de modeste succursale de Toronto.