Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'produire'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Urban photography
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 11 results

  1. Il est malaisé de déterminer le moment où une économie chancelante passe du stade de crise à celui de récession ou même de dépression. Mais les Canadiens le sauront si cela devait se produire. Pour en lire plus...
  2. http://www.lesaffaires.com/article/0/economie/2009-08-05/496537/apretegraves-la-reteacutecession--une-crise-eteacutenergeteacutetique-.fr.html Et si un cauchemar encore plus terrible frappait après la récession qui sévit sur la planète en ce moment… Certains commencent à clamer haut et fort qu’ila aperçoivent de la lumière au bout du tunnel, que le pire est derrière nous, que nous avons enfin touché le fond, etc. Et qu’il ne reste plus maintenant qu’à remonter la pente, lentement mais sûrement. Mais c’est peut-être aller un peu vite en besogne. Du moins, c’est l’opinion de Fatih Birol, l’économiste en chef de l’Agence internationale de l’énergie (AIE). La reprise économique mondiale est menacée par une crise énergétique encore jamais vue, car la plupart des grands champs pétroliers ont déjà dépassé leur pic de production, a récemment indiqué M. Birol au quotidien britannique The Independent. L’expert entrevoie un scénario qui pourrait se produire d’ici les cinq prochaines années : un prix du pétrole élevé, porté par une demande croissante, couplé à une stagnation, voire un recul, de la production industrielle mondiale ; cela suffirait à faire dérailler la reprise économique, selon lui. Nous fonçons droit dans le mur Une question demeure : a-t-on véritablement atteint le pic de production de la plupart des champs pétroliers? Le sujet fait débat. Mais pour l’économiste en chef de l’AIE, il ne fait pas de doute que les réserves de pétrole s'amenuisent plus rapidement que prévu et que le pic de production globale devrait se produire dans une dizaine d'années, soit une décennie plus tôt que ce qui était anticipé jusqu'alors. «Un jour, nous serons à court de pétrole. C'est pour cela que nous devons abandonner le pétrole avant qu'il ne vienne à nous manquer. Nous devons nous préparer pour cette échéance», a lancé Fatih Birol. «Plus tôt nous nous y mettrons et mieux ce sera, vu que notre système économique et social repose sur le pétrole. Pour changer cela, il faudra beaucoup de temps et d'argent», a-t-il poursuivi.
  3. Edmonton a conclu une entente avec la compagnie sherbrookoise Enerkem pour produire de l'éthanol à partir de matières résiduelles issues du recyclage et du compostage. Il s'agit d'une première au Canada, basée sur l'expertise technologique du Québec. Pour en lire plus...
  4. PROJETS DOMICILIAIRES Une maison tournée vers le développement durable La fenestration généreuse, orientée plein sud, contribue à capter la chaleur du soleil en hiver. Le vendredi 25 juillet 2008 Sophie Ouimet-Lamothe La Presse Réduire vos coûts de chauffage de 60%. Minimum. Alléchant, mais impossible? Pourtant non. La Maison productive, un projet totalement vert en construction dans le quartier Pointe-Saint-Charles, permet de réaliser de telles économies d'énergie. «Nous sommes très occupés à brûler la nature, mais on ne songe pas à remplacer ce que l'on prend», note Rune Kongshaug, l'entrepreneur général du projet. C'est lui, le cerveau derrière la Maison productive. Son but: réduire l'«empreinte écologique» du bâtiment en jumelant trois aspects du développement durable - l'efficacité énergétique, l'agriculture urbaine et le transport alternatif. Le design du bâtiment permet, à lui seul, de réaliser une partie des gains d'énergie. La fenestration généreuse, orientée plein sud, contribue à capter la chaleur du soleil en hiver. L'eau est chauffée au moyen des panneaux solaires installés sur le toit, tandis qu'une partie de la climatisation et du chauffage est assurée par un système de géothermie. Trois trous de 600 pieds de profondeur ont été creusés pour tirer parti de l'énergie solaire emmagasinée dans le sol. Produire et consommer localement Les résidants pourront produire eux-mêmes une partie de leur nourriture en cultivant un jardinet. L'«agriculture urbaine» - produire localement, consommer localement - permet de réduire la pollution liée au transport des aliments. Chaque appartement possède un espace pour aménager un potager dans la cour. Y pousseront aussi des pommiers, des cerisiers et des poiriers. Dans un coin sera aménagé un jardin de fines herbes rempli de basilic, de romarin, d'origan et de menthe. Un espace a aussi été réservé pour le compostage. Des légumes frais pourront être cultivés à longueur d'année dans une serre aménagée sur le toit, recouverte de housses pendant l'hiver. Certains légumes n'ont pas besoin de beaucoup de chaleur pour pousser. C'est le cas, entre autres, de plusieurs variétés de laitue (dont le bok choy), des carottes, des pommes de terre et de l'ail. Transport écolo Deux espaces de stationnement seront réservés au système de partage de voitures Communauto, et un abri à vélos sera installé dans la cour. Avec la proximité des pistes cyclables et de la station de métro Charlevoix, les habitants de la Maison productive n'auront plus vraiment d'excuse pour posséder une voiture. Mais attention. Même si elle a toutes les allures d'une commune, mode de vie en vogue dans les années 70, la Maison productive n'en est pas une. «C'est chacun pour soi. Chacun a sa responsabilité», affirme Rune Kongshaug, qui s'est lui-même réservé une unité. La moitié des huit logements disponibles - cinq condos et trois maisons de ville - sont déjà vendus. Les prix restent abordables: ils oscillent de 185 000$ à 417 500$ (avant taxes), pour des superficies allant de 860 à 1598 pieds carrés. La livraison est prévue pour mars 2009. D'origine norvégienne, M. Kongshaug est le fondateur d'Ensemble Terre-Ciel, une firme montréalaise qui se consacre au développement durable. Avec la Maison productive, il vise la certification LEED platine, la plus prestigieuse. Et Rune Kongshaug est certain d'y arriver. «On a fait notre analyse préliminaire et, sur les 80 points nécessaires, on est à peu près à 100», conclut-il. http://montoit.cyberpresse.ca/habitation/articles/8643-Une-maison-tournee-vers-le-developpement-durable.html
  5. Confronté à une hausse fulgurante du prix de l'essence et à une économie américaine en difficulté, General Motors pourrait cesser sous peu de produire des véhicules énergivores dans quatre de ses usines, dont celle d'Oshawa, en Ontario. Pour en lire plus...
  6. Les entreprises canadiennes déboursent 12,6 milliards $ par année pour produire correctement leurs déclarations de revenus, un fardeau qui pèse surtout sur les plus petites entreprises. Pour en lire plus...
  7. C'est ce que Petrobras prétend qu'elle pourra faire. La pétrolière brésilienne va commencer à produire de l'électricité propre sous peu. Pour en lire plus...
  8. La compagnie cite des «facteurs défavorables» pour justifier cette annonce qui touche environ 140 employés. La fermeture devrait se produire d'ici le 14 septembre. Pour en lire plus...
  9. Les machines de la papetière à Grand Falls-Windsor, à Terre-Neuve, viennent de s'arrêter définitivement. Elles tournaient depuis plus d'un siècle. Pour en lire plus...
  10. Hydro-électricité Les éoliennes de la mer Mise à jour le samedi 26 juillet 2008, 17 h 24 . Une entreprise américaine souhaite installer des turbines au fond du fleuve Saint-Laurent, à la hauteur de Cornwall, pour produire de l'électricité. L'Ontario investit près de 2 millions de dollars dans ce projet de centrale sous-marine. L'efficacité de ces turbines, qui ont des allures d'éoliennes, a déjà été testée dans les environs de New York par l'entreprise américaine Verdant Power. Les marées les avaient cependant endommagés. L'absence de mouvements des eaux dans le fleuve devrait permettre d'éviter ce problème. Par ailleurs, les turbines ne seront pas fixées au fond du cours d'eau, comme ce fut le cas dans le projet américain. Le promoteur estime que la manoeuvre aurait été trop coûteuse. Les mécanismes seront plutôt insérés dans un long tube. Le directeur de l'Institut des sciences environnementales du fleuve Saint-Laurent, Jeff Ridal, estime que le promoteur a tiré des leçons de ses erreurs passées. L'entreprise Verdant Power précise d'ailleurs qu'elle s'assurera que ses installations ne nuiront ni à la navigation, ni à la flore et à la faune. De son côté, le maire de Cornwall, Bob Kilger, croit qu'il s'agit d'une source d'énergie très attrayante. « Le fleuve Saint-Laurent a toujours été au coeur de notre économie », indique-t-il. À terme, le projet devrait produire 15 mégawatts ce qui permettrait d'alimenter plus de 11 000 maisons. Si les autorisations sont accordées, la première turbine pourrait être installée dans le fleuve, près de Cornwall, dès l'an prochain. http://www.radio-canada.ca/regions/ottawa/2008/07/26/003-eoliennes-mer.shtml?ref=rss
  11. L'Ontario injecte près de 2millions de dollars dans un projet de centrale dans le fond du fleuve Saint-Laurent, à la hauteur de Cornwall. Pour en lire plus...
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value