Search the Community

Showing results for tags 'planète'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 32 results

  1. http://journalmetro.com/monde/761606/le-soleil-a-la-rescousse-dune-planete-qui-a-soif/ 22/04/2015 Mise à jour : 22 avril 2015 | 6:00 Le soleil à la rescousse d’une planète qui a soif Par Wanise Martinez Metro News World Un inventeur néerlandais a mis au point un prototype, le Desolenator (ou «désalinisateur» en français), qui pourrait s’avérer le moyen le plus abordable et le plus écologique de dessaler l’eau de mer. L’Organisation mondiale de la santé et l’UNICEF estiment qu’une personne sur neuf dans le monde n’a pas accès à de l’eau propre et potable, ce qui entraîne chez 780 millions d’êtres humains, surtout dans les pays en développement, des maladies liées à l’insalubrité de l’eau. Et la situation est en train de s’aggraver en raison des changements climatiques qui affectent de plus en plus la planète. À terme, il semble inévitable que l’humanité doive affronter une grave pénurie d’eau potable. Sachant cela, et considérant que 96% de l’eau sur la Terre est salée, la solution s’impose d’elle-même: il faut trouver des moyens efficaces de dessaler l’eau. Au cours des dernières années, certains procédés ont été élaborés pour y parvenir, mais ils sont coûteux, et beaucoup de pays en développement n’ont pas les moyens de les utiliser. C’est pour résoudre ce problème qu’un ingénieur néerlandais, William Janssen, a mis au point un appareil innovateur et astucieux, le Desolenator, capable de purifier l’eau polluée comme l’eau salée à peu de frais, à l’aide de l’énergie solaire. «Le Desolenator fonctionne selon un principe simple d’ébullition de l’eau. Son carburant, c’est l’énergie solaire: dès qu’il fait beau, on peut obtenir de l’eau distillée en chauffant de l’eau salée sur un panneau solaire. La vapeur d’eau qui s’en dégage est ensuite recueillie et condensée, puis bouillie à nouveau», explique M. Janssen. Grâce à son procédé unique de distillation, l’appareil produit de l’eau potable à partir d’eau polluée ou salée (habituellement plus difficile à traiter) sans devoir recourir à des filtres ou à des produits chimiques. Tout ce dont il a besoin, c’est de l’énergie du soleil, à laquelle il doit être exposé chaque jour. Ainsi, son module photovoltaïque se réchauffe, et l’énergie qu’il produit est soit réfléchie, soit emmagasinée pour continuer d’alimenter le circuit. M. Janssen et ses collaborateurs espèrent que leur invention permettra, d’ici 2020, à un million de personnes d’avoir accès à de l’eau potable. «En ce moment, nous sommes en période de rodage. Nous voulons nous assurer que l’appareil est aussi fiable que possible. Notre objectif, c’est que le plus petit Desolenator produise 15 litres d’eau pure par jour. Nous nous sommes fixé un échéancier: nous aimerions que l’appareil soit prêt à être mis en marché à la fin de l’année, et nous voulons le rendre disponible partout où les gens seront intéressés à l’avoir.» «Une des choses que nous devons tous faire, c’est apprendre à mieux utiliser l’eau, à cesser de la gaspiller.» – William Janssen, inventeur du Desolenator Lorsqu’on lui demande pourquoi l’énergie solaire n’est pas mise à profit davantage pour trouver des solutions à des problèmes aussi importants que l’accès à l’eau potable, M. Janssen répond que l’habitude de recourir à cette énergie n’est pas encore entrée dans les mœurs, mais que cela ne saurait tarder. L’important, selon lui, c’est que nous continuions à trouver des solutions aux problèmes auxquels la planète est confrontée. «Notre appareil sera utile aux personnes qui ont accès à de l’eau polluée ou salée. Pour celles qui n’ont pas du tout accès à l’eau, il faut trouver d’autres solutions.» Changer le Coke en eau À la fin de l’année dernière, l’artiste néerlandais Helmut Smits a présenté, dans le cadre de l’exposition Sense Nonsense, qui se tenait durant la Semaine néerlandaise du design, un appareil de son invention capable de changer du Coca-Cola en eau. De prime abord, son invention ressemblait à une installation artistique un peu étrange, mais elle témoignait en fait d’une réflexion extrêmement critique sur la pénurie d’eau potable dans le monde: l’artiste souhaitait montrer qu’il est plus facile de tirer de l’eau potable d’une bouteille de Coke dans l’hémisphère nord que de se procurer une quantité équivalente d’eau dans bien des pays du sud qui subissent de graves sécheresses. 5 gadgets qui purifient le H2O 1lifestrawLifeStraw Ce petit tube en forme de cigare exploite à une technologie novatrice grâce à laquelle l’eau se trouve nettoyée de tous les bacilles responsables de maladies comme la typhoïde, le choléra, la dysenterie et la diarrhée. La personne qui l’utilise peut donc boire sans craindre de se rendre malade, puisque les pathogènes ne se rendent jamais jusqu’à sa bouche. La paille de survie est déjà le fleuron des produits créés à des fins humanitaires parce qu’elle est facile à fabriquer et très peu coûteuse. omniprocessorOmni Processor Cette machine qui transforme les eaux usées en eau potable fait parler d’elle depuis que Bill Gates a annoncé qu’il investissait dans sa fabrication et qu’on a pu le voir boire de son eau. Conçu et fabriqué par la firme de génie américaine Janicki Bioenergy, cet appareil imposant transforme, au moyen d’un réacteur et de chaleur, de la boue de vidanges et d’autres matières résiduelles combustibles en eau potable, en électricité et en cendres. cyclocleanCycloclean Cette invention japonaise qui ressemble à un vélo traditionnel recourt à l’énergie cinétique pour purifier l’eau. Créé à l’origine pour les villages reculés ou les zones sinistrées, le Cycloclean a l’avantage de pouvoir être utilisé même dans les endroits difficiles d’accès. Pour produire de l’eau potable, l’utilisateur doit simplement pédaler, après avoir rempli d’eau impure le réservoir attaché au siège. lifesackLife Sack Ce sac polyvalent a été conçu pour les communautés démunies des pays en développement. Quand les gens le reçoivent, il est rempli de grains. Une fois ceux-ci utilisés, le sac se convertit en kit de purification de l’eau fonctionnant à l’énergie solaire; après avoir nettoyé l’eau contaminée, il peut en outre servir de contenant pour le transport de celle-ci. Pour tuer les microorganismes et les bactéries qui rendent l’eau impropre à la consommation, le Life Sack utilise la technologie SODIS. clearCamelBak Ce système de purification recourt aux rayons UV pour détruire les microbes qui se trouvent dans l’eau, rendant celle-ci buvable en 60 secondes à peine. Cette bouteille d’eau hors de l’ordinaire, créée par la compagnie américaine Camelbak, pèse peu, si bien qu’elle se transporte aisément, et est facile à utiliser. Elle fonctionne à l’aide de piles rechargeables au lithium; on peut l’utiliser 80 fois, voire plus, avec une seule charge.
  2. Si la trame urbaine de Manhattan New York était étendu à la planète. http://extendny.com/ Fait par Harold Cooper Je resterais aux environs de 900 Ave et 6,176 St
  3. À l'image des autres grandes banques canadiennes, la Banque de Montréal et la Scotia réussissent, malgré la crise économique qui secoue la planète, à engranger des profits au 1er trimestre de l'année. Pour en lire plus...
  4. Les principaux dirigeants de la planète vont se réunir le 15 novembre à Washington à l'occasion d'un sommet sur la crise financière mondiale. Pour en lire plus...
  5. Plus de 5 700 statisticiens, provenant de partout sur la planète, se donnent rendez-vous à Montréal entre les 3 et 8 août prochains. Parmi eux: un jeune génie américain des prévisions. Pendant cette période, le Palais des congrès de Montréal accueillera le Joint Statistical Meeting 2013, la plus importante rencontre de statisticiens sur la planète. À cette occasion, les participants en profiteront pour célébrer l’Année internationale de la statistique, et discuteront ensemble – à l’aide de 700 conférenciers et tables rondes- des plus récentes pratiques susceptibles de contribuer à l’avancement de cette science. La statistique occupe une position centrale dans l’établissement, entre autres, de politiques publiques, de décisions d’affaires, de mesures économiques ou financières. D’autres disciplines comme le sport, le météorologie et la médecine en font également un usage quotidien. Le «prodige» des prévisions Entre autres invités de renom, notons la présence de Nate Silver, fondateur du blogue politique FiveThirtyEight.com. Qualifié de prodige du «number-crunching» par le New York Times, M. Silver s’est d'abord fait connaître en 2008 en parvenant à prédire le résultats de l’élection présidentielle, dans pas moins de 49 des 50 États américains. Quatre ans plus tard, l'an passé, le jeune statisticien américain a laissé sans voix l’ensemble des analystes et journaliste politiques américains en parvenant cette fois à prédire le résultat du scrutin présidentielle dans l’ensemble des 50 États du pays. http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/general/des-milliers-de-statisticiens-bientot-a-montreal/559973#.UfGZGKw8CCg
  6. Cataclaw

    Scientology

    Been watching CNN and Anderson Cooper has a report on physical violence being rampant at the Church of Scientology. Have you guys heard of this wacky "religion"? Here's a thread to discuss it and its implications. A science fiction writer that creates a cult that siphons people's money and brainwashes them. Allegations of intimidation, murder, abuse and other shaddy practices. Why is this legal again? And then there's the story of Xenu... Click here for the story Voici l'histoire de Xenu, en français, de wikipedia: L'histoire de Xenu fait partie des doctrines secrètes Advanced Technology enseignées seulement aux membres avancés de la scientologie. Elle a été décrite de manière plus détaillée dans Révolte dans les Étoiles (Revolt in the Stars), le script d'un film (qui n'a jamais été tourné) écrit par L. Ron Hubbard à la fin des années 1970. Les citations directes de cette section en proviennent. Les scientologues croient qu'il y a 75 millions d'années, Xenu était le dictateur d'une Confédération Galactique qui consistait en 26 étoiles et 76 planètes, y compris la Terre, qui était alors appelée Teegeeack. Les planètes étaient surpeuplées, chacune ayant une population moyenne de 178 milliards de personnes. La civilisation de la Confédération Galactique était comparable à la nôtre, avec des extraterrestres « se promenant avec des habits qui ressemblaient étonnamment aux habits qu'ils [?] portent maintenant », qui utilisaient des automobiles, trains et des bateaux ayant exactement la même apparence que les « Circa 1950, 1960 » sur Terre. Xenu était sur le point de perdre le pouvoir, aussi il décida d'éliminer l'excès de population. Avec l'aide de « renégats », il vainquit la population et les « Officiers Loyaux », une force du bien qui s'opposait à Xenu. Ensuite, à l'aide de psychiatres, il appela des millions de ses citoyens, les paralysa avec des injections d'alcool et de glycol, sous le prétexte qu'ils étaient appelés pour des inspections de « l'impôt sur les revenus ». La population kidnappée fut chargée dans des vaisseaux spatiaux pour être transportée vers le site d'extermination, la planète Teegeeack (Terre). Les vaisseaux spatiaux étaient identiques aux Douglas DC-8, à l'exception des moteurs. Lorsqu'ils arrivent sur Teegeeack/Terre, les citoyens paralysés furent déchargés dans des volcans partout sur la planète. Des bombes à hydrogène furent ensuite déposées dans les volcans et explosèrent. Seuls les corps physiques de quelques extraterrestres survécurent. Les âmes sans corps des victimes, qu'Hubbard appelait thetans, furent répandues par l'explosion. Elles furent capturées par les forces de Xenu à l'aide d'un « ruban électronique » et aspirées dans des « zones de vide » autour du monde. Les centaines de millions de thetans capturés furent emmenés dans une sorte de cinéma où ils furent obligés de regarder une « colossale image tridimensionnelle animée » pendant trente-six jours. Cela implanta ce qu'Hubbard appelle « diverses données trompeuses » (appelées collectivement implant R6) dans la mémoire des thetans, « qui avaient (les données) quelque chose à voir avec Dieu, les démons, les space opera, et cetera ». Cela incluait toutes les religions du monde, et Hubbard attribuait l'image de la Crucifixion du Christ à l'influence de Xenu. Les décorations intérieures de « tous les théâtres modernes » sont aussi, d'après Hubbard, une conséquence inconsciente des implants de Xenu. Les deux « stations d'implants » citées par Hubbard seraient localisées sur Hawaii et Las Palmas. En plus d'implanter de nouvelles croyances dans les thetans, les images les privèrent de leur sens de l'identité personnelle. Quand les thetans quittèrent les cinémas, ils commencèrent à s'agréger, ensemble, en groupes de quelques milliers, car ils avaient perdu la capacité de faire la différence entre chacun d'entre eux. Chaque groupe de thetans est rassemblé dans l'un des quelques corps restants qui survécurent à l'explosion. Ils devinrent ce que l'on connaît en tant que « corps thetan », qui s'accrocheraient à tout le monde, sauf aux scientologues ayant suivi les étapes nécessaires pour s'en débarrasser. Les Officiers Loyaux réussirent finalement à vaincre Xenu et à l'enfermer dans une montagne, où il est emprisonné pour l'éternité par un champ de force alimenté par une pile éternelle. Certains pensent que Xenu se trouve sur Terre, dans les Pyrénées, mais Hubbard ne parle que « d'une des planètes » (de la Confédération Galactique). Il dit toutefois que les Pyrénées sont le site de la dernière « station de rapport martienne » en activité. Teegeeack / la Terre a été complètement abandonnée par la Confédération Galactique et est maintenant une « planète prison », bien qu'elle ait été souvent visitée par des « forces d'invasions » extraterrestres depuis cette époque.
  7. Pas de Carla Bruni pour accompagner le fougueux président français Nicolas Sarkozy à la Maison-Blanche hier soir, pas de somptueux repas ni de grands spectacles pour les leaders des 20 pays les plus riches de la planète: le sommet économique mondial de Washington se fait dans l'austérité. Pour en lire plus...
  8. Ventes de véhicules en hausse, livraisons accrues des manufacturiers: l'économie canadienne a affiché une vigueur surprenante en septembre, au moment même où la tempête se déchaînait sur les marchés financiers de la planète. Pour en lire plus...
  9. Le papier recyclé suit les autres ressources. Résultat: il s’accumule dans les centres de tri de la planète, une occasion d’affaires à court terme. Pour en lire plus...
  10. Bill Gates, le cofondateur de Microsoft et le 3e homme le plus riche de la planète, prend sa retraite. Pour en lire plus...
  11. Montréal, Hollywood du Nord Le Devoir Stéphane Baillargeon Édition du mercredi 08 octobre 2008 Mots clés : Entretiens Centre Jacques Cartier, Gilbert Rozon, Culture, Montréal Gilbert Rozon propose de mettre l'accent sur la ville créative Varekai, la plus récente production du Cirque du Soleil. Photo: Agence Reuters Montréal n'est pas une métropole culturelle mondiale, mais pourrait le devenir en misant sur son «immense pouvoir créateur». Voilà l'observation et la proposition fondamentales livrées hier matin par Gilbert Rozon aux participants d'un colloque sur la gouvernance culturelle. Le président-fondateur du Festival Juste pour rire/Just for Laughs participait à la dernière journée d'un colloque sur la gouvernance culturelle organisé par le Centre des Entretiens Jacques Cartier. La table ronde portait sur l'évolution du soutien public et privé aux arts. Gilbert Rozon y parlait de «branding», soit la mise en marché de sa cité comme une sorte de marque distincte et distinguée. «Quand on parle de branding, on subodore quelque chose, on perçoit une marque distinctive, a-t-il dit. Si vous pensez à Mercedes, vous percevez de la qualité. C'est la même chose avec une ville. Quand on pense à une ville comme Rome, Paris ou New York, on a une perception.» Alors, quelle est la personnalité de Montréal? «Est-ce qu'on est par exemple une métropole culturelle?, a poursuivi le président Rozon. À l'échelle du Québec, probablement, ça va de soi. À l'échelle du Canada, peut-être. En tout cas, on est en compétition avec Toronto. Mais à l'échelle du monde? C'est ce qui vous vient à l'esprit si vous êtes un grand voyageur? Vous pensez New York, Londres, Paris, Las Vegas. Je ne pense pas que Montréal soit une métropole culturelle dans ce sens-là. On se conterait des histoires en prétendant le contraire. Mais je pense aussi qu'il y a des façons d y arriver.» Comment? On pourrait dépenser des centaines de millions, construire d'immenses musées et acheter des collections complètes par exemple, comme le fait Dubaï, mais on ne peut pas ou on ne veut pas, et est-ce même souhaitable? Alors, que peut-on faire rayonner à l'échelle mondiale? «J'ose proposer une piste inspirée de ce que j'entends. Quand je me promène sur la planète, j'entends une chose sur Montréal et le Québec: on est perçus comme un lieu de création du spectacle vivant. Cette crédibilité vient de plusieurs choses: du Cirque du Soleil qui rayonne sur toute la planète, de Céline Dion et du Cirque Éloize, du Festival international de jazz et du Festival Juste pour rire, deux leaders mondiaux dans leur domaine, de François Girard ou d'Arcade Fire, etc. Montréal, c'est la ville du créateur.» Il a alors proposé une allégorie utilisant Hollywood, le centre mondial de la planète cinéma qui exporte ses créations partout. Hollywood, une bourgade de riches aux confins de l'Occident qui produit pourtant le plus populaire cinéma de la planète. «Montréal peut devenir un des grands centres de création dans le monde, a enchaîné M. Rozon. Nous avons les artistes, des industries culturelles fortes, du Cirque du Soleil aux grandes boîtes de productions cinématographiques, les infrastructures de formation.» Pour Gilbert Rozon, il faudra toutefois remplir trois conditions pour réussir ce positionnement de Montréal. D'abord, il faudrait «placer le produit au centre des préoccupations». Ensuite, il s'agirait de «l'exemplifier dans tout ce qu'on fait», le design urbain comme le transport, les salles de spectacle comme l'art public. Finalement, a dit M. Rozon «on doit demander au gouvernement d'avoir une seule grande politique culturelle, soit le soutien à l'exportation». Pour lui, l'idée serait donc d'«amplifier ce que Montréal fait de bien». Il croit aussi que cette réflexion (et l'action conséquente) sur le branding doit se faire rapidement, d'ici un an. «On est un peuple fondé par les Français, conquis par les Anglais, sans parler de toutes les influences, merci mon Dieu, de l'immigration, a conclu Gilbert Rozon, en réponse aux question de la salle. C'est ce qui fait la différence et la beauté de Montréal. Nous sommes devenus qui nous sommes à travers les combats nationalistes, fédéralistes et tout ce qu'on veut. Je trouve cette ville fantastique et j'espère que nous allons nous servir de ses particularités.» http://www.ledevoir.com/2008/10/08/209612.html (8/10/2008 8H42)
  12. Un autre exemple des créations de Montréal qui s'exporte L'exposition du MBAM sur Jean Paul Gaultier sera à Paris en 2015 22 janvier 2014 11h53 | La Presse canadienne | Actualités culturelles Photo : Pedro Ruiz - Archives Le Devoir La directrice et conservatrice en chef du Musée des beaux-arts, Nathalie Bondil, qui avait initié le projet, parle d'une tournée «historique». L'exposition La planète mode de Jean Paul Gaultier. De la rue aux étoiles, initiée, produite et mise en tournée par le Musée des beaux-arts de Montréal avec la collaboration de la Maison Jean Paul Gaultier, sera présentée à Paris du 1er avril au 3 août 2015. Il s'agira d'une dixième étape pour l'exposition, après Montréal, Dallas, San Francisco, Madrid, Rotterdam, Stockholm, Brooklyn, Londres et l'Australie. La directrice et conservatrice en chef du Musée des beaux-arts, Nathalie Bondil, qui avait initié le projet, parle d'une tournée « historique » et a indiqué, par communiqué, vivre « une joie sans précédent de partager le message profondément humaniste et tolérant de ce fils prodigue de retour dans sa Ville lumière ». L'exposition propose des pièces inédites de haute couture et de prêt-à-porter créées entre 1970 et 2013. La planète mode de Jean Paul Gaultier. De la rue aux étoiles a par ailleurs accueilli son millionième visiteur lors de son passage au Brooklyn Museum, à New York. En 2014, elle voyagera au Barbican Art Centre de Londres du 9 avril au 25 août et poursuivra sa route vers d'autres destinations qui seront annoncées prochainement.
  13. http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/chroniqueurs/201409/30/01-4805116-que-feriez-vous-avec-2000-milliards-.php Publié le 01 octobre 2014 à 05h00 | Mis à jour le 01 octobre 2014 à 05h00 Que feriez-vous avec 2000 milliards $? JEAN-SIMON GAGNÉ Le Soleil (Québec) Rêvons un peu. Imaginons ce que les États-Unis auraient pu faire avec les 2000 milliards $ engloutis dans les guerres d'Irak et d'Afghanistan, depuis 2001? - Lancer un vaste programme de réfection des infrastructures, à travers les États-Unis (500 milliards $)? - Nourrir les 800 millions de personnes affamées de la planète durant 10 ans (300 milliards $)? - Financer un programme de vaccination annuel de tous les enfants du monde contre la rougeole, la coqueluche, le tétanos, la tuberculose, la polio et la diphtérie (8 milliards $)? - Élargir l'assurance maladie pour inclure les 40 millions d'Américains qui n'en ont toujours pas (500 millions $)? - Doubler les sommes consenties par la Banque mondiale pour fournir de l'électricité à tous les habitants de la planète, d'ici 2030 (150 milliards $)? - Multiplier par cinq le financement public de la recherche sur le cancer, durant 10 ans (300 milliards $)? - Expédier des astronautes sur la planète Mars (100 milliards $)? - Fournir de l'eau potable aux 2,4 milliards d'êtres humains qui n'y ont pas accès (40 milliards $)? - Vaincre l'analphabétisme à travers le monde (20 milliards $)? Et même après cela, on pourrait encore distribuer un cornet de crème glacée au chocolat à chaque habitant de la planète (3,5 milliards $). Sans oublier l'achat de deux bébés girafes pour chacun des 1300 jardins zoologiques accrédités à travers le monde (650 millions $). Stop. N'en profitez pas pour faire de l'humour facile. Le premier qui ose dire «que les girafes en valent le cou», il aura affaire à moi. *** «À quoi bon faire des calculs naïfs sur ce que les Américains auraient pu faire?» demanderont les cyniques. Si la principale exportation de l'Irak était l'asperge, et non le pétrole, les États-Unis n'y auraient pas mené des opérations militaires durant 17 des 24 dernières années. Comment oublier la plaisanterie à la mode lors de la chute de Bagdad, au printemps 2003? - L'Irak va être séparé en trois parties : ordinaire, super sans plomb et diesel. Très drôle. Il n'empêche qu'en regardant une carte du Moyen-Orient, ces jours-ci, même les cyniques broient du noir. Jusqu'au bout, eux aussi refusaient de croire que la lumière au bout du tunnel était celle d'un train qui arrivait en sens inverse. En Afghanistan, il n'est pas exclu que les talibans reprennent le pouvoir. En Irak et en Syrie, la montée fulgurante de l'État islamique promet un carnage de grande ampleur. Deux milles milliards de dollars et des centaines de milliers de morts pour en arriver là? Quand on sait que les militaires promettaient précisément de rendre le monde plus sûr? Avouez que cela ressemble à une mauvaise plaisanterie. Mais l'humour, c'est parfois tout ce qui reste pour affronter la cruelle réalité, à Bagdad, à Tripoli, à Gaza, à Damas ou au Caire. - Chez nous, le service de police est excellent, disent les passants au Caire. Et il vaut mieux le répéter très fort pour n'être arrêté et battu à mort par ces excellentes personnes. *** Qu'auraient pu faire les États-Unis avec 2000 milliards $, au lieu de faire la guerre, depuis 2001? Il paraît que la question ne se pose plus. Car une nouvelle guerre s'annonce. Un nouveau choc entre la «civilisation» et la «barbarie absolue». À charge pour chacun de s'y retrouver, dans le jeu des alliances qui se font et qui se défont. Dans ces conditions, même l'infâme président syrien, Bachar Al-Assad, garde espoir. Qui sait si les États-Unis et leurs alliés n'auront pas besoin de lui pour combattre l'organisation de l'État islamique? Peut-être qu'il lui suffira de ranger les crocs de boucher et de changer la moquette maculée de sang? Allez savoir. «Chez nous, toute prédiction est impossible, blaguaient les Syriens, au début de la guerre civile, en 2011. Même les conférences d'astrologues et de médiums sont annulées, "à cause de circonstances imprévues".» Ils ne croyaient pas si bien dire. Peu importe. À la fin, notre légendaire capacité d'oubli triomphe toujours. Parfois, quand il s'agit du Moyen-Orient, notre perspicacité n'a d'égale que celle d'un auditeur étourdit de la BBC. - Combien de temps a duré la guerre des Six Jours entre Israël et trois pays arabes? demandait l'animateur. Réponse du partipant : «Quatorze jours?»
  14. Le meilleur sandwich du monde se déguste à Montréal La Presse Canadienne Faites griller un peu de salami et de baloney. Ajoutez du fromage suisse ou du cheddar. Garnissez de moutarde. Et glissez le tout entre deux tranches de pain jaune. Qu'est-ce que vous obtenez? Selon le magazine Travel and Leisure, rien de moins qu'un des meilleurs sandwichs de la planète. Le Spécial Wilensky est au menu du restaurant Wilensky, au coin des rues Fairmount et Clark, dans le quartier montréalais du Mile-End. Ce restaurant a été rendu célèbre par l'écrivain montréalais Mordecai Richler dans son roman L'apprentissage de Duddy Kravitz, et on y retrouve une ambiance qui, selon le guide de voyage Frommer's, «rappelle les premiers immigrants juifs». Le magazine explique que le sandwich est servi dans du papier ciré, qu'il est toujours garni de moutarde et qu'il ne doit jamais être coupé en deux. Il est offert pour 4,99 $ - 50 cents de moins sans fromage. Le fait que les sandwichs soient des repas faciles ne signifie pas qu'ils doivent aussi être ennuyeux. Un croque-monsieur à Paris, servi avec de la mozzarella et des truffes noires, est une gâterie savoureuse, tout comme un petit pain fourré de homard au beurre fondu dégusté à Essex, dans le Massachusetts. Le magazine a déniché «les meilleurs sandwichs du monde» partout sur la planète: le «cheesesteak» Philly au poulet de Philadelphie, la baguette jambon-fromage de New York, la pieuvre trempant dans sa propre encre et une sauce à l'aïoli de Madrid, le petit pain au porc rôti de Londres, et le boeuf wagyu massé à la main sur pain blanc de Tokyo. [url=]http://www.cyberpresse.ca/vivre/cuisine/201204/19/01-4517054-le-meilleur-sandwich-du-monde-se-deguste-a-montreal.php[/url]
  15. http://journalmetro.com/actualites/montreal/59558/montreal-fait-un-des-meilleurs-sandwichs-du-monde/
  16. depuis mon hotel a phildelphie, j'ai decider de jetter un oeil sur espn360.com, ce service qui permet d'ecouter en direct ou "on demand", en hd, a peu pres n'importe quel evenement sportif sur la planete. donc, je suis aller sur le site, et j'ai cliquer "categories". voici me choix: euh .. trouvez l'erreur ?
  17. Le Canada se présente dans une position économique de force au sommet extraordinaire du G20, a estimé le premier ministre Stephen Harper, ce qui lui permettra de faire pression pour que les leaders des plus grandes économies de la planète se mettent d’accord pour adopter une série de mesures destinées à combattre la récession mondiale et à réformer le système financier international. Pour en lire plus...
  18. Analyse : la fin de l'Empire… canadien François Normand, Les affaires 13:10 Le Canada ne fait même plus partie des huit plus importantes économies de la planète. Les articles, reportages, analyses sont légion pour nous prédire la fin de « l’empire américain ». En fait, s’il y a un pays qui perdra de l’influence dans les prochaines années dans le monde, ce n’est pas les États-Unis, mais plutôt le Canada. Le sommet annuel du G8 (Canada, États-Unis, France, Royaume-Uni, Allemagne, Italie, Japon, Russie), qui traite des grands enjeux de la planète, en est un bon exemple. Crée en 1975, le G7 (devenu plus tard le G8, avec la Russie) tire à sa fin dans sa forme actuelle. Les prochains sommets – à l’exception de celui qui se tiendra au Canada, en 2010 – comprendront sans doute de nouveaux membres comme la Chine, l’Inde et le Brésil. Ces pays étaient tous présents à L’Aquila, en Italie, la semaine dernière, mais sur une base informelle. Du moins, pour l’instant. Car avec la montée en puissance de ces pays émergents, le G8 (essentiellement un club occidental) ne sera plus représentatif de la diversité de politique et de l’économie mondiales. Dans un entretien au quotidien français Le Monde, le 8 juillet, le président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, a sans doute dit tout haut ce que plusieurs chefs d’État et de gouvernement pensent tout bas en déclarant que «le G8 n’a plus sa raison d’être». Et pour le Canada, c’est une bien mauvaise nouvelle puisqu’il perdra de l’influence dans un forum comptant des géants démographiques comme la Chine (1,3 milliard d’habitant), l’Inde (1,1, milliard) et le Brésil (191 millions). Et même au chapitre de l’économie, nous faisons de moins en moins le poids. À vrai dire, le Canada ne fait même plus partie des huit plus importantes économies de la planète, même s’il est officiellement membre du G8. En 2008, trois institutions – le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et la CIA, l’agence américaine de renseignement – classaient l’économie canadienne au 11e rang… De plus, nous sommes déjà déclassés par la Chine (3e rang) et le Brésil (10e rang selon le FMI et la CIA, mais déjà au 8e selon la Banque mondiale). Et l’Inde s’approche à grands pas au douzième rang, sans parler du Mexique . Cela dit, le Canada aura toujours sa place dans les grands forums économiques internationaux. Mais sa voix sera de moins en moins audible à côté de celle des États-Unis, des Européens (à travers l’Union européenne) et des Asiatiques – avec les Chinois, les Indiens, les Japonais en tête. Même la France (5e puissance économique mondiale, qui compte près de 65 millions d’habitants si l’on tient compte de ses territoires outre-mer) peine à faire entendre seule sa voix. Imaginez le Canada!
  19. Le coût de la crise financière pour les banques de la planète pourrait se monter à 3600 G$ US, selon une étude publiée jeudi par l'économiste Nouriel Roubini. Pour en lire plus...
  20. De ce côté-ci de l'Atlantique, le bras de fer entre la Russie et l'Ukraine n'a aucun impact direct sur le prix du gaz naturel, mais indirectement, ce conflit contribue à faire augmenter le prix du pétrole et du gaz partout sur la planète. Pour en lire plus...
  21. HOME : Temps de réflexions pour revoir notre façon de concevoir nos villes et plus particulièrement Montréal? J'ai pensé apporter ce reportage à la connaissance de ceux qui ne l'aurais pas encore vue et de s'en servir comme outil de discusion pour revoir ensemble la façon de concevoir Montréal dans les prochaines années! C'est quoi tes solutions au plus grand défie du 21ième sciècle? Et c'est quoi ta vision que tu propose! Voilà le documentaire d'une durée de 1hrs 34min. : À voir ici en français: http://www.youtube.com/homeprojectFR'>http://www.youtube.com/homeprojectFR English version here: http://www.youtube.com/homeproject Hymne à la Terre HOME est une ode à la planète et à son fragile équilibre. Par un tour du monde dans plus de 50 pays vus du ciel, Yann Arthus-Bertrand nous emmène dans un voyage inédit autour de la planète, pour la contempler et la comprendre. Mais HOME n'est pas qu'un documentaire engagé, c'est un magnifique objet cinématographique. Chaque plan est à couper le souffle et nous montre la Terre, notre Terre, comme jamais nous ne l'avons vue. Chaque image nous met face à ce que nous sommes en train de détruire et à toutes ces merveilles que nous pouvons encore préserver. "Vu du ciel, on a besoin de moins d'explications". La perception que l'on a est plus immédiate, intuitive, émotionnelle. HOME va directement toucher la sensibilité de chacun d'entre nous et nous faire prendre conscience que nous devons changer notre regard sur le monde. HOME traite des grandes questions écologiques auxquelles nous sommes confrontés et nous montre comment tout interagit sur notre planète. Synopsis En 200 000 ans d'existence, l'homme a rompu un équilibre fait de près de 4 milliards d'année d'évolution de la Terre. Le prix à payer est lourd, mais il est trop tard pour être pessimiste : il reste à peine dix ans à l'humanité pour inverser la tendance, prendre conscience de son exploitation démesurée des richesses de la Terre, et changer son mode de consommation.
  22. Les travailleurs manifestent car ils veulent obtenir une part équitable des profits engrangés par le plus important producteur d'engrais de la planète. Pour en lire plus...
  23. Le Parlement japonais a approuvé jeudi une rallonge budgétaire de 1810 milliards de yens pour stimuler la deuxième économie de la planète. Pour en lire plus...
  24. L'institution dresse un tableau très pessimiste de l'économie de la planète, avec une croissance extrêmement faible et des échanges commerciaux en recul. Pour en lire plus...
  25. L'année 2008 sera l'une des pires de l'histoire de la Bourse, avec des replis à ce jour de 41,32% (TSX) et de 40,34% (S&P500). On sait aussi que la planète est en récession, que le système financier est en crise et que les investisseurs ont le moral au parquet. Pour en lire plus...