Search the Community

Showing results for tags 'performance'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 33 results

  1. Le nombre de mises en chantier d'habitations est en hausse au Canada, une performance attribuable à l'Ontario. Pour en lire plus...
  2. Mediocre job performance is better than the alternative JAY BRYAN, The Gazette Published: 7 hours ago Canada's job market is in mediocre shape, we discovered yesterday, and when you look at the alternative, this is wonderful news. For the past few weeks, many economic forecasters have been nervously asking themselves if Canada could resist the powerful recessionary undertow from a slumping U.S. economy or whether we'd fall into a downturn similar to the one that's under way south of the border. The final answer might not be available for a little longer, but yesterday's August job reports out of Ottawa and Washington make it clear that, for now, Canada is doing much better than the U.S. and is certainly nowhere near recession. In Canada, employment grew by a solid, if uninspiring, 15,200 jobs, returning to growth after two months of declines. That left the unemployment rate at 6.1 per cent, just above its record low of 5.8 per cent in February. So far this year, the Canadian economy has created 86,900 jobs. In the U.S, by contrast, August proved to be the eighth month in a row of shrinking employment, with 605,000 jobs lost (divide by 10 for a rough equivalence to Canadian numbers) since the beginning of this year. Unemployment south of the border jumped to a five-year high of 6.1 per cent - which sounds low to Canadians, but because of differences in measurement methods, is approximately equivalent to a Canadian unemployment rate of 7.1 per cent. Canada's modestly good job report reinforces the rationale for the Bank of Canada's decision to hold interest rates steady this week. The bank's targeted rate is already quite low at three per cent, and there's no clear need to pump emergency stimulus into the economy. Indeed, one of the the country's weakest sectors in recent years, manufacturing, has shown surprising resilience this year. As of August, factory employment was down by just 14,000, or 0.7 per cent, for this year. That's quite an accomplishment, given the plunge in car purchases by U.S. shoppers, who are the key market for Ontario's giant auto industry. In fact, Ontario has done quite well for a manufacturing province heavily dependent on U.S. customers. So far this year, it has created 51,900 jobs and its unemployment rate has actually edged down to 6.3 per cent from last December's 6.5 per cent, thanks to strong employment in construction and service industries. Ironically, Quebec, another big manufacturing province, hasn't done nearly as well, even though its big aerospace industry is much healthier than the auto industry, helping Quebec's factory sector create some jobs this year. Still, Quebec is one of the few provinces not to have enjoyed overall job growth so far in 2008. In fact, employment has shrunk by 25,200, while the unemployment rate has risen to 7.7 per cent from 7.0 per cent at the end of last year. Montreal's unemployment rate is up just 0.1 per cent so far this year, to 7.3 per cent in August, but this doesn't reflect any better performance than Quebec's on the employment front. The city actually lost 15,700 jobs in the first eight months of the year, but this was mostly offset by the 13,000 workers who abandoned the Montreal job market, making them disappear from the unemployment calculation. They might have found better opportunities elsewhere, gone back to school or simply stopped looking after a tough job search.On the provincial level, Quebec construction employment has been lukewarm and consumer-oriented service industries like retailiing have been shedding jobs, notes economist Sébastien Lavoie at Laurentian Bank Securities. As well, education employment has shrunk in Quebec as it grew in Ontario. Lavoie suggests that Quebec consumers may feeling worried enough to be cutting back on spending, while in Ontario's bigger, more diverse economy, there are still enough areas of growth to offset the auto industry's distress. Nevertheless, Ontario's ability to shrug off the U.S. economy's distress could be living on borrowed time, warns economist Douglas Porter at BMO Capital Markets. There are layoff announcements and factory closings that have yet to go into effect, he notes. And as for Ontario's boom in condo and office construction, "I have to wonder how long it can hang on."
  3. Les fonds spéculatifs pourraient bien afficher leur pire performance mensuelle en cinq ans à la suite de paris sur les titres de sociétés financières et pétrolières. Pour en lire plus...
  4. Le prix de l'essence et l'état morose de l'économie font mal. L'industrie des motorisés pourrait même faire face à sa pire performance depuis le début des années 1990. Pour en lire plus...
  5. Cette performance surpasse aisément les attentes de Wall Street, sa division des services ayant continué à bien faire en dépit du malaise économique qui prévaut aux États-Unis. Pour en lire plus...
  6. 10 jan. 2014 - par Pierre Fortin Non, pas vraiment. Le taux de croissance pour le Québec est historiquement plutôt faible, mais le mal est canadien, pas seulement québécois. On rapporte généralement la performance économique d’une région dans une année en se basant sur le taux de croissance de son produit intérieur brut (PIB) par rapport à l’année précédente. Le PIB mesure la valeur des biens et des services que la région a produits dans l’année. (C’est identique à la valeur des revenus qu’elle a ainsi engendrés.) Pour estimer de combien le volume réel des biens et des services produits a augmenté depuis un an, il faut évidemment retrancher de la hausse du PIB la partie qui résulte purement de prix plus élevés (l’inflation). À l’heure actuelle (janvier 2014), on estime que, inflation ainsi déduite, la croissance du PIB a été de 1,2 % au Québec, de 1,4 % en Ontario et de 1,7 % dans l’ensemble du Canada en 2013 par rapport à 2012. Ces chiffres paraissent, en surface, donner une réponse affirmative à la question posée en titre. La croissance économique semble avoir été plus faible au Québec qu’ailleurs en 2013. Mais attendez. Le PIB résulte tout autant du nombre d’habitants dans la région que de ce que chacun d’eux produit et achète. Si la population double et qu’elle produit deux fois plus de biens, le PIB va doubler, mais il n’y en aura évidemment pas plus pour chacun. Le pouvoir d’achat (ou niveau de vie) moyen par habitant sera inchangé. Autrement dit, la mesure adéquate du bien-être véritable des gens n’est pas le PIB total, mais le PIB par habitant. Par exemple, selon le Fonds monétaire international, la Norvège a enregistré en 2012 un PIB total de 275 milliards de dollars; les États-Unis, eux, un PIB total de 16 250 milliards. Est-ce que cela veut dire que les Américains étaient plus riches que les Norvégiens? Pas du tout. Il y avait seulement 5 millions d’habitants en Norvège en 2012, contre 315 millions aux USA. Le PIB par habitant était donc de 55 000 dollars en Norvège et de 51 600 dollars aux États-Unis. Le revenu moyen des Norvégiens était supérieur de 6 % à celui des Américains. La conclusion qui s’impose, c’est que la performance économique d’une région doit s’évaluer en suivant l’évolution de son PIB par habitant, et non pas l’évolution de son PIB total. La croissance du PIB par habitant (inflation déduite, bien sûr) est celle qui compte vraiment lorsqu’on veut apprécier la progression du bien-être matériel des habitants de la région. On calcule le PIB par habitant en divisant le PIB par la population. Mais par quel concept de population ? Ici, il y a deux options. Selon la première option, on divise le PIB par la population totale du territoire — tous les habitants, enfants, adultes et aînés. Le PIB par habitant qui en résulte mesure le revenu (ou pouvoir d’achat) auquel un habitant de la région a accès en moyenne, quel que soit son âge. Selon la seconde option, on divise le PIB par la population d’âge actif seulement, habituellement celle de 15 à 64 ans. Cette grande catégorie d’âge est le principal bassin de recrutement des travailleurs potentiels. Dans ce cas, le PIB par habitant de 15 à 64 ans qui est obtenu mesure la capacité de la population d’âge actif de la région à créer la richesse pour l’ensemble de tous les citoyens. Si on veut juger de la performance économique véritable d’une société, c’est cette seconde option qu’il faut choisir. Pour le voir, on n’a qu’à considérer l’exemple de deux régions qui affichent la même population totale de 10 millions d’habitants et le même PIB total de 600 milliards de dollars. Le PIB par habitant est de 60 000 dollars, le même dans les deux cas. Mais supposons que la population de 15 à 64 ans est de 8 millions de personnes dans la première région et de seulement 7,5 millions de personnes dans la seconde. Il est évident que la performance économique de la région qui produit la même richesse avec moins d’habitants d’âge actif, soit celle qui compte 7,5 millions de 15-64, est la meilleure des deux. Car ses habitants d’âge actif produisent une richesse de 80 000 dollars chacun en moyenne, alors que, dans la région qui compte 8 millions de 15-64, les habitants d’âge actif ne créent 75 000 dollars de richesse chacun. Si on veut simplement comparer le bien-être matériel auquel l’ensemble des habitants d’une région a accès en moyenne, sans plus, il est parfaitement légitime de le faire en divisant son PIB par sa population totale. Mais si c’est sa vraie performance économique, c’est-à-dire l’habileté de sa population d’âge actif à produire la richesse, qu’on veut mesurer, il faut plutôt diviser le PIB par la population qui est la grande responsable de sa création, soit celle de 15 à 64 ans. C’est sur cette base que le tableau ci-dessous compare la performance économique du Québec à celle de l’Ontario et de l’ensemble du Canada en 2013. Pour obtenir le taux de croissance du PIB par habitant d’âge actif de chaque région, il faut soustraire le taux de croissance de sa population de 15 à 64 ans du taux de croissance de son PIB total. Dans le cas du Québec, par exemple, comme on estime que le PIB total a augmenté de 1,2 % et la population de 15 à 64 ans de 0,2 %, on trouve que le PIB par habitant de 15 à 64 ans a augmenté de 1,0 % (1,2 moins 0,2). On voit bien, dans la colonne de droite du tableau, que le taux de croissance estimé du PIB par habitant de 15 à 64 en 2013 a été à peu près le même au Québec, en Ontario et dans l’ensemble du Canada. La performance économique du Québec (1,0 %) n’est pas moins bonne que celle des autres régions du pays, contrairement à ce que laisse croire la comparaison basée sur le taux de croissance du PIB total dans la colonne de gauche. C’est malheureusement cette dernière statistique, la croissance du PIB total, qui reçoit la publicité presque exclusive dans la presse financière. La réponse à la question posée en titre est donc négative. Bien évidemment, le taux de croissance par habitant autour de 1,0 % qui est estimé ici pour le Québec est historiquement plutôt faible. Mais on voit bien que le mal est canadien, pas seulement québécois. Une dernière question se pose tout de même au sujet de ce résultat. Dans la colonne du centre du tableau, on peut voir que la croissance de la population de 15 à 64 ans est plus faible au Québec que dans les autres parties du Canada. (En fait, la population de cette catégorie d’âge va bientôt commencer à diminuer en niveau absolu au Québec.) Est-ce que cela ne veut pas dire qu’il est, par conséquent, plus facile pour une région comme le Québec d’enregistrer une croissance par habitant d’âge actif plus rapide que les autres parce que sa population de 15 à 64 ans, qui apparaît au dénominateur du PIB par habitant, augmente moins vite qu’ailleurs ? Si cela s’avérait, le fait même que le PIB par habitant du Québec n’a pas augmenté plus vite que la moyenne canadienne en 2013 constituerait en lui-même une preuve de sous-performance de l’économie québécoise. Il n’en va pas ainsi. Au strict plan de la logique, moins de gens dans la population veut dire, bien sûr, moins d’habitants au dénominateur du PIB par habitant. Mais moins de gens veut aussi dire moins de biens produits et achetés au numérateur. Le nombre d’habitants au dénominateur est plus faible, mais le PIB lui-même au numérateur est plus faible lui aussi. Ces deux effets s’annulent. Au plan des faits, l’exemple des 24 pays membres les plus avancés de l’OCDE dans le dernier quart de siècle en fournit une preuve sans équivoque : de 1987 à 2012, il n’y a aucune corrélation significative entre la croissance de leur PIB par habitant d’âge actif et la croissance de leur population. Lien: http://www.lactualite.com/blogues/le-blogue-economie/en-2013-la-croissance-economique-a-t-elle-ete-plus-faible-au-quebec-quailleurs-au-canada/
  7. Jean Coutu déménage à Varennes Publié le 29 mai 2013 à 07h47 Le Groupe Jean Coutu (T.PJC.A) consolidera toutes ses activités corporatives sur un terrain de 3 millions de pieds carrés localisé en bordure de l'autoroute 30 à Varennes, en Montérégie. La construction du nouveau siège social débutera l'an prochain. L'investissement de 190 millions de dollars offrira une superficie totale de 800 000 pieds carrés. François J. Coutu, président et chef de la direction, soutient que les actuelles installations de Longueuil sont désormais trop petites. Il s'attend à ce que celles de Varennes soient à la fine pointe de la technologie et garantissent des standards élevés de productivité et une performance accrue. Le transfert des opérations est prévu pour le début de 2016 pour les plus de 1000 employés du Groupe Jean Coutu et de sa filiale Centre d'information Rx. François J. Coutu en dira davantage ce mercredi matin lors d'une conférence de presse qui aura lieu à l'hôtel de ville de Varennes. http://affaires.lapresse.ca/economie/commerce-de-detail/201305/29/01-4655415-jean-coutu-demenage-a-varennes.php
  8. The 200 compressed natural gas (CNG) buses acquired in 2003 by the Los Angeles Metropolitan Transportation Authority (LA Metro) have worked out so well that LA Metro is hiring 96 more. The Cummins Westport vehicles, which run 20 feet longer than traditional city buses and bring 30-percent more power to the table (while claiming bragging rights to low emissions) use a 6-cylinder, 8.9L CWI L Gas Plus CNG mill with 320 hp. Perfect for the city, the buses help LA Metro cash in with lower operating costs, better performance and reduced emissions. http://www.autoblog.com/2006/03/30/la-metro-picks-up-more-natural-gas-buses/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed:+weblogsinc/autoblog+(Autoblog)
  9. Le bateau qui a reçu la fameuse canne au pommeau d'or est un pétrolier. Ces bateaux sont d'ailleurs plus nombreux dans la voie maritime à hauteur de Montréal, ce qui explique la bonne performance du port en 2011. http://www.radio-canada.ca/emissions/telejournal_18h/2011-2012/Reportage.asp?idDoc=193791
  10. Montréal ville d’affaires, sauf que… 9 juin 2008 - 11h57 LaPresseAffaires.com Olivier Bourque Montréal est un endroit où il est facile de faire des affaires, selon une étude de MasterCard. Montréal se positionne dans le milieu de peloton dans le nouveau classement de MasterCard des indices des centres de commerce mondiaux. La métropole se place 32e sur 75 villes qui jouent un rôle important dans l’économie mondiale. La performance de Montréal s’avère moins reluisante que celle de l’année dernière où elle avait terminé au 27e rang. Mais selon le chercheur Michael Goldberg qui a dirigé l’étude, Montréal obtient une meilleure performance car l’an dernier la liste ne comprenait que 50 villes. Elle se retrouve donc dans la première partie de la liste. «C’est une meilleure performance pour Montréal cette année», affirme M. Goldberg. La métropole se classe neuvième des villes où il est plus facile de faire des affaires. Dans cette même catégorie, Toronto et Vancouver font toutefois mieux : elles se placent quatrième et huitième respectivement. Au classement général, Toronto a pris le large chez les villes canadiennes. La Ville Reine se classe au 13e rang des principaux centres de commerce, au quatrième rang en Amérique de Nord. Vancouver pointe à la 37e position, en recul de neuf positions. Sans surprise, l’Asie et le monde anglo-saxon se partagent la tête du classement. Londres est première, devant New York, Tokyo, Singapour, Chicago et Hong Kong. Pour Londres, les chercheurs soulignent qu’elle profite «d’une économie forte et sûre et de marchés financiers dynamiques». Deux poids lourds européens des milieux financiers, Paris et Francfort, se placent septième et huitième. Pour Montréal, cette performance en recul donne tout de même à sourire. La ville se classe 10e en Amérique du Nord et elle dépasse plusieurs villes dont on vante les mérites économiques dont Houston (34e), Dallas (35e), Barcelone (38e), Melbourne (41e) ou Dubaï (44e). Montréal fait mieux également que certaines mégalopoles dont Moscou (51e), Pékin (57e) ou Rio de Janeiro (65e). Selon le chercheur Goldberg, la métropole se distingue par «la stabilité de son économie» et «l’efficacité de son système» lorsqu’un homme d’affaires veut investir dans la ville. Aussi, la venue du marché climatique annoncé à la fin mai est un atout pour Montréal qui peut également compter sur la force des villes européennes pour générer de l’activité économique, considère M. Goldberg. Au chapitre de la qualité de vie, Vancouver se classe première largement devant Montréal qui se classe toutefois au 13e. Autre point notable, plusieurs villes américaines connaissent une baisse de régime en 2008 notamment Los Angeles (10e à 17e), Miami (21e à 29e) ou Houston (22e à 34e). Au contraire, d’autres villes d’économies émergentes font un bond dans le classement dont Shanghai (32e à 24e) et Moscou - qui ne figurait même pas au classement en 2007. Pour établir l’indice, le groupe d’experts a évalué la performance des villes en fonction de plusieurs variables notamment la stabilité économique, la facilité de faire des affaires, les flux financiers et la création du savoir. http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/article/20080609/LAINFORMER/80609121/5891/LAINFORMER01/?utm_source=Fils&utm_medium=RSS&utm_campaign=LPA_S_INFORMER
  11. Le Québec, un des pires marchés du travail sur le continent 28 août 2008 - 09h50 Presse Canadienne Une étude conclut que le Québec se classe à l'avant-dernière place en matière de performance de son marché du travail au Canada, l'une des pires en Amérique du Nord. L'étude publiée jeudi par l'Institut Fraser compare la performance du marché du travail dans les 10 provinces canadiennes et les 50 États américains. Jean-François Minardi, analyste de politiques publiques à l'Institut, indique que le Québec souffre d'un taux de chômage élevé, d'un important chômage de longue durée et la province affiche également l'un des plus mauvais résultats en matière de productivité du travail dans toute l'Amérique du Nord. L'étude comprend une mesure de la performance du marché du travail fondée sur cinq indicateurs soit la croissance totale du niveau d'emploi, celle de l'emploi dans le secteur privé, les taux de chômage, la durée des périodes de chômage et la productivité du travail sur une période s'étalant de 2003 à 2007. Le taux de chômage et la durée de recherche d'un emploi associés à la productivité des travailleurs ainsi que la mauvaise performance en matière de création d'emplois dans le secteur privé ont eu une influence négative sur le résultat global de la province. L'Alberta a le marché du travail le plus performant de toute l'Amérique du Nord, tandis que la Colombie-Britannique se classe deuxième au Canada et 11e en Amérique du Nord. En matière d'emploi dans la fonction publique, un écart est visible entre les provinces canadiennes et les États américains. Le Québec se classe 51e sur 60 en raison de son taux élevé d'emploi dans la fonction publique qui représente 19,8% de l'emploi total de la province. L'étude révèle aussi que le Québec a un taux de syndicalisation de 40,2%. Une raison expliquant ce taux de syndicalisation élevé est la législation du travail québécoise qui est, selon l'Institut, favorable aux syndicats. Or, la recherche démontre que les lois qui régissent les rapports entre employeurs et employés freinent la performance des marchés du travail lorsqu'elles favorisent un groupe au détriment d'un autre.
  12. January 20, 2009 ARCHITECTURE REVIEW | COPENHAGEN CONCERT HALL For Intimate Music, the Boldest of Designs By NICOLAI OUROUSSOFF COPENHAGEN — It’s usually considered an insult to say that an architect designs pretty packages, let alone that he borrows ideas from a dead genius. But Jean Nouvel should be forgiven for resurrecting old ghosts. His Copenhagen Concert Hall, which opened here on Saturday evening, is a loving tribute to Hans Scharoun’s 1963 Berlin Philharmonie, whose cascading balconies made it one of the most beloved concert halls of the postwar era. And Mr. Nouvel has encased his homage in one of the most gorgeous buildings I have recently seen: a towering bright blue cube enveloped in seductive images. It’s a powerful example of how to mine historical memory without stifling the creative imagination. And it offers proof, if any more were needed, that we are in the midst of a glorious period in concert hall design. Like Frank Gehry’s 2003 Disney Hall in Los Angeles and Herzog & de Meuron’s Elbphilharmonie, now under construction in Hamburg, Germany, Mr. Nouvel’s new hall demonstrates that an intimate musical experience and boldly imaginative architecture need not be in conflict — they can actually reinforce each other. The Copenhagen Concert Hall has the ugliest setting of the three. In a new residential and commercial district on the outskirts of the old inner city, it is flanked by boring glass residential and office blocks. Elevated train tracks running to the old city swing right by the building; swaths of undeveloped land with tufts of grass and mounds of dirt extend to the south. Approached along the main road from the historic city, the hall’s cobalt blue exterior has a temporal, ghostly quality. Its translucent fabric skin is stretched over a structural frame of steel beams and tension cables that resembles scaffolding. During the day you can see figures moving about inside, as well as the vague outline of the performance space, its curved form embedded in a matrix of foyers and offices. It is in darkness that the building comes fully to life. A montage of video images is projected across the cube’s fabric surface at night, transforming it into an enormous light box. Drifting across the cube’s surfaces, the images range from concert performers and their instruments to fragments of form and color. This is the intoxicating medium of late-capitalist culture. You can easily imagine boxes of detergent or adult chat-line numbers finding their way into the mix. Yet what makes this more than an advertising gimmick is the contrast between the disorienting ethereality of the images and the Platonic purity of the cube. For decades architects have strived to create ever more fluid spaces, designing ramped floors and curved walls to meld the inner life of a building with the street life around it. The ideal is a world where boundaries between inside and out vanish. Yet Mr. Nouvel’s box is more self-contained and arguably less naïve: its solid form, bathed in tantalizing images, is in stark opposition to the sterile desolation around it. That impression grows once you enter the building, where more projected images blend with real, living people coursing through it. To reach the main performance space, concertgoers can either ride up escalators directly in front of the main entrance or turn to climb a broad staircase. Just to the left of those stairs are elevators that shoot up to the lobby and upper-level foyers, whose ceilings are decorated in fragmented, overlapping panels. As video images wash over the panels, the pictures break apart so that you perceive them only in fragments, like reflections in broken glass. More images stream across the walls. The effect is a mounting intensity that verges on the psychedelic. None of this would be effective, however, without Mr. Nouvel’s keen understanding of architecture’s most basic elements, including a feel for scale and materials. The towering proportions of the lobbies, for example, seem to propel you up through the building. When you reach the upper foyers, you feel the weight of the main performance space pressing down on you. At the same time, views open up from the corners of the building to the outside world. It’s as if you were hovering in some strange interstitial zone, between the banal urban scenery outside and the focused atmosphere of a concert. This complex layering of social spaces brings to mind the labyrinthine quarters of an Arab souk as much as it does a high-tech information network. That’s largely because Mr. Nouvel’s materials put you at ease: elevator shafts and staircases are clad in plywood, giving many of the spaces the raw, unpretentious aura of a construction site. The building’s concrete surfaces are wrinkled in appearance, like an elephant’s skin, but when you touch them, they feel as smooth as polished marble. By contrast, the main performance hall wraps you in a world of luxury. Like Scharoun’s cherished hall, Mr. Nouvel’s is organized in a vineyard pattern, with seats stepping down toward the stage on all sides in a series of cantilevered balconies. The pattern allows you to gaze over the stage at other concertgoers, creating a communal ambience. Because the balconies are stepped asymmetrically, you never feel that you are planted amid monotonous rows of identical spectators. Yet Mr. Nouvel’s version is smaller and more tightly focused than Mr. Scharoun’s. The balcony walls are canted, so that they seem to be pitching toward the stage. A small rectangular balcony designed for the queen of Denmark and her immediate family hovers over one side of the hall, breaking down the scale. The entire room was fashioned from layers of hardwood, which gives it an unusual warmth and solidity, as if it had been carved out of a single block. The result is a beautifully resilient emotional sanctuary: a little corner of utopia in a world where walls are collapsing. And it underscores what makes Mr. Nouvel such an ideal architect for today. Though he is a deft practitioner of contemporary technology, his ideas are rooted in the historical notion of the city as a place of intellectual exchange. His best buildings hark back beyond the abstract orderliness of Modernism and neo-Classicism to a more intuitive — and human — time. Copyright 2009 The New York Times Company Privacy Policy Search Corrections RSS First Look Help Contact Us Work for Us Site Map
  13. Les ventes au détail ont baissé de 0,3% en août dernier au Canada en dépit d'une bonne performance générale assombrie toutefois par les déboires du secteur automobile. Pour en lire plus...
  14. La chaîne québécoise de pharmacies déclare une perte de 20,2M$ au 1er trimestre, soit trois fois plus que l'an dernier. Les résultats sont plombés par la performance de son partenaire américain Rite Aid. Pour en lire plus...
  15. Offensive de Future Shop au Québec 21 juillet 2008 - 06h25 La Presse Laurier Cloutier Agrandir Cette offensive s'explique par la bonne performance des dernières années au Québec et par l'absence de la chaîne dans des villes en croissance. Photo: Archives La Presse Grossir caractère Imprimer Envoyer Partager facebook digg del.icio.us Google Future Shop va presque tripler le nombre de ses ouvertures de magasins en 2008 au Québec et veut doubler d'ici 2010 sa part des ventes d'électroménagers dans ce marché. Cliquez pour en savoir plus : Future Shop | Thierry Lopez Après l'ajout de deux succursales en 2007, à Vaudreuil et Granby, Future Shop va investir plus de 20 millions cette année dans l'ouverture de cinq magasins et la relocalisation de celui de Sherbrooke, précise Thierry Lopez, directeur du marketing au Québec. La chaîne canadienne de Burnaby, en Colombie-Britannique, a déjà lancé un magasin au Quartier Dix30 de Brossard, en mai dernier, et va en ouvrir quatre autres, l'automne prochain, au Faubourg Boisbriand, à Saint-Jean-sur-Richelieu, à Drummondville et à Rimouski. «C'est une grosse année. Le réseau québécois passera ainsi de 24 à 29 magasins. Plus de 400 emplois seront créés», souligne-t-il. Bonne performance Cette offensive s'explique par la bonne performance des dernières années au Québec et par l'absence de la chaîne dans des villes en croissance. «Des clients attendent l'ouverture des magasins avec impatience», dit le directeur. Future Shop mise beaucoup par ailleurs sur les électroménagers dont elle veut «doubler sa part de marché en trois ou quatre ans», malgré la grande concurrence des détaillants du secteur. La chaîne attire surtout la clientèle masculine avec ses technologies, mais elle vise davantage la féminine avec les électros, note Thierry Lopez. Après une entente avec Kitchen Aid, Future Shop vient d'ajouter ces produits à sa gamme d'électros de LG. La chaîne en a profité pour renouveler la présentation de ces appareils, non plus alignés en rang d'oignons, mais placés dans un décor de cuisine dans les 133 magasins canadiens. Sans atteindre le prix d'une mini-auto, les nouveaux électros peuvent maintenant coûter cher. «Future Shop garantit toutefois le plus bas prix», assure Thierry Lopez. Un trio d'électros d'une marque donnée coûtera ainsi moins de 1000$, mais un autre, cinq fois plus. Les gains de Future Shop dans les électros pourront se faire aux dépens de Corbeil, Brault&Martineau, Brick et «tous les autres détaillants, mais la stratégie vise plutôt à répondre à la demande de la clientèle, affirme le directeur. La part de marché demeure encore minime, mais on a vu le grand potentiel». Un peu à l'exemple de Best Buy et de sa Geek Squad, la filiale Future Shop a par ailleurs lancé hier son nouveau service d'installation ConnectPro, pour l'audio d'auto, le cinéma maison et l'ordinateur. «L'offre d'installation et de réparation devient plus intégrée, dans le prolongement naturel de ventes» d'appareils sophistiqués, explique Thierry Lopez. Un sondage d'AskingCanadians.com a montré que 46% des Canadiens considèrent les appareils électroniques comme indispensables à la maison. Le défi, c'est toutefois le manque de temps (43%) et de compétences (41%) pour les brancher correctement. L'installation d'un poste de radio d'auto coûtera 50$ et celle d'un cinéma maison variera entre 100$ et quelques milliers de dollars. http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/article/20080721/LAINFORMER/807210573/5891/LAINFORMER01
  16. Mais ce bénéfice, qui correspond à 3,92 $ US par action, risque de décevoir les investisseurs, puisque cette performance est inférieure aux attentes des analystes. Pour en lire plus...
  17. Une étude de l'Institut Fraser conclut que le Québec se classe à l'avant-dernière place en matière de performance de son marché du travail au Canada, l'une des pires en Amérique du Nord. Pour en lire plus...
  18. Le groupe britannique de confiserie a annoncé mardi une performance «alignée sur les attentes» au quatrième trimestre, malgré la crise économique. Pour en lire plus...
  19. 10 déc. 2007 17h00 HE Reebok inaugure sa nouvelle boutique concept au centre-ville de Montréal, une toute première au Canada Cette nouvelle destination offrira des collections Reebok exclusives aux consommateurs et adeptes de sport de tout acabits MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 10 déc. 2007) - Reebok inaugure ce soir sa toute première boutique concept au Canada. Située au 1480, rue Sainte-Catherine Ouest à Montréal, la boutique Reebok Montréal mise sur des produits de performance et tout-aller haut de gamme ainsi que des collections exclusives afin d'accentuer la notoriété de la marque auprès des consommateurs. La soirée d'inauguration, à laquelle prendront part des membres de l'organisation du Canadien et des Alouettes de Montréal ainsi que d'autres personnalités du monde artistique et sportif québécois, est l'occasion pour Reebok de célébrer les athlètes et les porte-étendards de Reebok, ainsi que de présenter les nouvelles collections de la marque. Ouvert dès demain au grand public, ce nouvel espace abrite une mezzanine thématique servant de lounge aux visiteurs. Cette section servira à mettre en valeur des collections uniques et à tenir des événements spéciaux. Située dans un secteur stratégique du centre-ville de Montréal face à l'Université Concordia, la boutique concept Reebok Montréal présente des vêtements, chaussures et accessoires de sport et tout-aller, des produits technologiques pour soutenir la performance physique, ainsi que des produits sous licences sportives. Reebok est fournisseur exclusif de tous les chandails authentiques ou reproduits à l'échelle de la LNH, de la LCF et de la NFL. L'entreprise est commanditaire d'athlètes de renom dans toutes les disciplines sportives comme Thierry Henry, Amélie Mauresmo, Nicole Vaidisova, Carolina Kluft, Allen Iverson, Yao Ming, Peyton Manning, Anthony Calvillo, Sidney Crosby et Cristobal Huet. Reebok a également développé des partenariats avec des célébrités telles que Scarlett Johansson, Pharrell, Stevie Williams, Jay-Z, Daddy Yankee et Rolland Berry. "Nous sommes fiers d'ouvrir une boutique concept Reebok ici à Montréal, haut-lieu de la mode, du hockey, du football ainsi que du sport universitaire et amateur", a déclaré Len Rhodes, directeur général de Reebok Canada. "Cette boutique concept nous permettra d'évaluer l'appréciation des consommateurs et de tester de nouveaux concepts, que nous pourront ensuite déployés chez nos autres détaillants à travers le Canada." L'emplacement a également été choisi en fonction du siège social de Reebok Canada situé dans l'arrondissement Saint-Laurent, à Montréal. La boutique concept Reebok Montréal est une vitrine unique permettant aux consommateurs de découvrir et redécouvrir la marque, l'une des plus respectées au monde, et de trouver sous un seul et même toit les vêtements, chaussures et accessoires qui ont fait la renommée de Reebok : classiques réinventés, créations mode conçues pour les gens actifs à l'affût des tendances, innovations technologiques et produits hyper performants. Faits saillants de la boutique concept Reebok Montréal - Une approche moderne et différente mariant à merveille le sport et le style de vie ; - Un système modulaire misant sur la performance sportive ; - Des formes nouvelles et des lignes qui donnent une impression de mouvement, de confiance et d'innovation ; - Un module d'architecture organique pour les chaussures, accentué d'éléments métalliques pour une approche plus technologique ; - Un système de présentation de vêtements sobre et élégant ; - Un présentoir prenant la forme et l'allure de vêtements de conditionnement physique pour femme ; - Des surfaces constituées de blancs lustrés, acryliques givrés et métaux brossés ; - Un écran vidéo de 7 pi de largeur surmontant le comptoir caisse qui présente des images, de l'information pour les clients et des contenus vidéo ; - Des affiches de nos collections surplombant les présentoirs de produit ; - Un lounge sur la mezzanine incluant un sofa, des fauteuils, une table basse et une vitrine électronique où la clientèle pourra se reposer, lire des magazines et assister à des événements spéciaux. En visitant la boutique concept Reebok Montréal, les consommateurs pourront se familiariser avec les toutes dernières tendances de Reebok en matière de mode et de performance, y compris une gamme exclusive provenant d'Espagne et disponible nulle part ailleurs au Canada. Parmi les autres gammes les plus en vue, on trouvera à la boutique : - Rbk SC87, une ligne de vêtements et chaussures inspirée du joueur étoile de la LNH Sidney Crosby ; - Scarlett "Hearts" Rbk, une ligne multidimensionnelle et avant-gardiste créée de concert avec l'actrice de premier plan Scarlett Johanson ; - Reebok Voltron, une collection de chaussures inspirée de la très populaire série télévisée de dessins animés Voltron : Défenseur de l'Univers, - DGK by Rbk, comprenant des vêtements et chaussures de planche à roulettes qui incarnent un des pros de la planche de compétition les plus notoires, Stevie Williams ; - Reebok Ice Cream, une collection de chaussures urbaine pour homme conçue avec le producteur et artiste Pharrell, pour les adeptes de planche à roulettes et de musique ; - Reebok Freestyle, une collection de chaussures en éditions limitées soulignant le 25e anniversaire de l'une des premières chaussures athlétiques spécialement créées pour la femme ; - Reebok Royal Flush, une série limitée mettant en vedette cinq modèles de chaussures de la collection classique de Reebok, chacune associée à une carte de la quinte royale au poker ; - Reebok Zan Chi, une collection de vêtements de yoga qui intègre dans le tissu même des propriétés inédites pour plus de confort et de respirabilité, tels le bambou et l'aromathérapie ; - Rbk Premier Running, une ligne possédant des caractéristiques haute performance faites sur mesure pour les coureurs sérieux; - Le nouveau système d'uniforme Rbk EDGE porté par les 30 équipes de la LNH, et les chaussures assorties aux couleurs de l'ensemble des équipes. - La chaussure de course pour femme Rbk Zone arborant le ruban rose, dont une partie des profits va à la lutte contre le cancer du sein. La boutique Reebok Montréal sera également un des véhicules au Canada pour la campagne de Reebok "Suis ton instinct". Dès l'année 2008, la marque simplifiera sa communication marketing avec une stratégie qu'elle appliquera plus particulièrement aux segments consommateurs Course et Femme. "Suis ton instinct" met l'emphase sur l'individualité et l'autonomisation des consommateurs. La campagne oppose toujours les deux options d'un choix personnel. L'une des exécutions de la campagne met en vedette l'actrice Scarlett Johansson : "Entrée remarquée, ou Grande sortie? Suis ton instinct." Reebok International Ltd., dont le siège social est situé à Canton, au Massachusetts, est une entreprise de premier plan, spécialisée dans la conception, la commercialisation et la distribution de chaussures, de vêtements et d'équipement de sport, d'entraînement et tout-aller. Filiale du groupe adidas, la compagnie chapeaute les marques Reebok, Reebok-CCM Hockey et la division Sports sous licence. Pour plus de renseignements, visitez le site Internet de Reebok au www.rbk.com.
  20. The Toronto Board of Trade's Scorecard on Prosperity ranks 24 cities based on economy and labour attractiveness #20 Montreal (Courtesy of The Globe and Mail)
  21. Ce bénéfice est en forte augmentation par rapport aux 4,3 M$ rapportés l'an dernier. L'entreprise de Montréal attribue cette performance à une forte croissance interne et à ses acquisitions. Pour en lire plus...
  22. Le climat est tendu. Certains administrateurs n'hésitent d'ailleurs plus à remettre en question la politique de rendement trop axée sur la performance. Pour en lire plus...
  23. via LaPresse : Publié le 19 juin 2014 à 10h42 | Mis à jour à 12h05 Coderre présente ses 11 «chantiers» pour rendre la Ville plus performante KARIM BENESSAIEH La Presse Une Ville plus efficace, où les lourdeurs administratives et les dédoublements seraient éliminés, tout cela en 11 «chantiers» qui permettraient de générer des millions de dollars en économie. C'est en substance le plan qu'a proposé ce matin le maire Denis Coderre devant une audience conquise de quelque 600 personnes d'affaires, réunies dans une salle du Vieux-Montréal. De la diminution des accidents de travail à la revue du déneigement et passant par la simplification des soumissions et un meilleur taux de réalisation des travaux, ses 11 chantiers ratissent large. «Vous devriez vous réjouir : on vient de vous dire qu'on va s'assurer que les choses sont efficaces, et qu'on est capables de sauver des coûts sans avoir à augmenter les revenus, c'est-à-dire les taxes, a résumé en point de presse le maire Coderre. Il y a un exercice qui va se faire, toutes les grandes métropoles l'ont fait, et elles sauvent de l'argent. Nous, on va sauver le maximum.» 750 indices de performance Même si les termes semblent quelque peu abstraits, le maire assure qu'il s'agit d'une initiative bien concrète. «C'est tellement concret qu'ils l'ont fait à Toronto, où on sauve jusqu'à 400 millions par année. Si on organise toute la question de l'absentéisme, d'accidents de travail, à Québec, ils ont sauvé jusqu'à 12 millions.» L'administration Coderre mise beaucoup sur son chantier numéro un, l'adhésion à l'Ontario Municipal Benchmarking Initiative (OMBI) qui permettra à Montréal de se comparer avec 16 autres villes canadiennes. «Ce sont des mesures de gestion, des mesures d'efficience. Comment on peut mesurer l'efficacité, comment on est capables de s'assurer qu'il y a une meilleure coordination. Il y a à peu près 750 indices de performance qu'on peut appliquer, des indicateurs précis qui nous permettent en fin de compte de voir s'il y a des dédoublements, si c'est performant, si c'est nécessaire.» Il a rappelé que son administration s'était déjà engagée à réduire 10% des effectifs au cours des cinq prochaines années, soit 2200 emplois, ce qui permettra d'économiser deux milliards en dix ans. Ces économies seraient réinjectées dans les infrastructures de la métropole. Les 11 chantiers Harmonisation et simplification des devis de soumissions Augmentation du nombre et de la qualité des projets d'immobilisations réalisés Optimisation de la gestion des revenus et des paiements Simplification du processus décisionnel Implantation de la gestion par activités Réduction des maladies professionnelles et des accidents du travail Augmentation de la productivité du Service du matériel roulant et des ateliers Amélioration des processus d'acquisition et d'entretien des immeubles Accroissement de l'efficience des activités liées aux matières résiduelles Rationalisation des inventaires Optimisation des activités de déneigement.
  24. ... non on déménage pas à Toronto Plus sérieusement, vous avez certainement remarqués que le site éprouve beaucoup plus de problèmes de performance avec la quantité incroyable de traffic. C'est le temps de déménager MTLURB vers son propre serveur indépendant. Les pubs google ads devraient couvrir les couts d'hébérgement mensuels (continuez à cliquer!) et on devrait voir une grande différence côté performance! (je l'espère:awesome:) Horizon: 1 mois. Je tiens à remercier énormément Martin pour l'hébérgement toutes ces années! Aussi dans les prochains 3 mois, je vais migrer MTLURB vers la nouvelle plateforme Vbulletin 5...