Search the Community

Showing results for tags 'partenariat'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 22 results

  1. Source: Société immobilière du Canada Location: Montréal Un nouvel appel public de déclaration d’intérêt a été publié à la section des appels d’offres, au sujet de la propriété de la SIC à Longueuil, au Québec. Vous pouvez consulter l’entente de partenariat pour un développement immobilier en cliquant ici. http://www.clc.ca/sites/default/files/Appel_public_de_declaration_dinteret-Longueuil_Quebec.pdf
  2. Les autorités de la concurrence et des clients forcent Google à renoncer au partenariat publicitaire sur Internet prévu avec son concurrent Yahoo. Pour en lire plus...
  3. Energie atomique du Canada (EACL) et SNC-Lavalin ont signé, samedi à Amman, en Jordanie, un protocole d'entente de partenariat avec la Commission de l'énergie atomique de Jordanie. Pour en lire plus...
  4. Les biotechs à la recherche d'un partenariat ou d'une collaboration sont tentées de se tourner vers les marchés européens et asiatiques. Pour en lire plus...
  5. Presse Canadienne 18/06/2007 La formule des PPP est décidément la voie à emprunter pour les Centres hospitaliers universitaires de Montréal, et ce pour des raisons de respect du budget, de l'échéancier et de bon entretien des édifices au fil des ans, conclut le ministre de la Santé Philippe Couillard. Le ministre de la Santé et des Services sociaux a ainsi confirmé, lundi, que la formule de partenariat public-privé pour les hôpitaux universitaires de Montréal, avec une large participation du secteur privé, était la voie choisie par le gouvernement, justement parce qu'il veut partager les risques avec le privé, vu l'ampleur des projets. La partie du Centre hospitalier de l'Université de Montréal qui sera réalisée en mode PPP comprend les unités de soins ambulatoires, les plateaux techniques, l'urgence, les nouvelles unités d'hospitalisation, l'enseignement, le Centre de recherche, le stationnement et la centrale thermique. La construction du CHUM devrait débuter en 2009 pour se terminer en 2013. La phase la plus intensive de la construction sera en 2011. Le budget global de construction des projets demeure à 3,6 milliards $. Le gouvernement pense toujours pouvoir s'en tirer avec des paiements plafonds de 850 millions $ pour le CHUM, 215 millions $ pour le Centre de recherche du CHUM et 1,12 milliard $ pour le Campus Glen (McGill). Ces paiements constitueront une sorte de loyer que versera le gouvernement, qui inclut non seulement les coûts de construction, mais aussi les coûts de conception, de financement et d'entretien des actifs pour une période de 35 ans. Ces chiffres ne sont toutefois pas définitifs; ils ne le seront que lors de la signataure de l'entente de partenariat.
  6. Bonne nouvelle. Ça va continuer à stimuler le boom immobilier. --- http://affaires.lapresse.ca/economie/immobilier/201605/18/01-4982752-partenariat-de-100-millions-entre-la-caisse-de-depot-et-claridge.php Partenariat de 100 millions entre la Caisse de dépôt et Claridge Maxime Bergeron La Presse Le groupe Claridge et la filiale immobilière de la Caisse de dépôt annonceront aujourd'hui un nouveau partenariat doté d'un budget de 100 millions de dollars, qui investira dans des projets de moyenne envergure dans la grande région de Montréal. « C'est un véhicule qui aura une stratégie d'investissement très particulière pour aider les promoteurs de la grande région de Montréal qui ont besoin d'un certain appui financier pour compléter leurs projets de développement », a expliqué hier Wayne Heuff, vice-président exécutif et directeur général de la nouvelle entité Claridge Immobilier inc. Le partenariat vise à réaliser des investissements de 5 à 15 millions. Puisque les mises de fonds oscillent entre 20 et 25 % dans les projets de développement, une participation de 10 millions de Claridge Immobilier inc. pourrait permettre la réalisation de projets d'une valeur totale de 40 à 50 millions, a souligné M. Heuff. Des projets un peu plus petits ou un peu plus gros pourraient aussi être considérés s'ils sont jugés « stratégiques », a-t-il précisé. EXPERTISE Les deux membres de ce partenariat ont chacun un long parcours. Ivanhoé Cambridge, la filiale immobilière de la Caisse de dépôt et placement du Québec, détient des actifs de 55 milliards à l'échelle mondiale. Claridge, le fonds d'investissement privé de la famille de Stephen Bronfman, est de son côté actif en immobilier depuis les années 50 et participe ces jours-ci à plusieurs gros projets dans la région montréalaise. Wayne Heuff souligne que la participation du nouveau partenariat dans de futurs projets résidentiels ou commerciaux dépassera de loin le simple investissement en argent. « L'autre avantage qu'on amène dans des projets potentiels comme ça, c'est l'historique et l'expertise que chacune de nos organisations respectives pourrait amener à la table en termes d'investissement immobilier et de développement », a-t-il dit à La Presse Affaires. Aucun investissement précis ne sera dévoilé aujourd'hui, mais quelques projets sont déjà à l'étude.
  7. La compagnie vient de signer un partenariat avec la Mutualité française Côte-D'Or Yvonne pour expérimenter son produit vedette le bracelet-téléphone GPS. Pour en lire plus...
  8. Le partenariat québécois Pétrolia, Junex et Gastem met le cap sur la découverte d'un champ pétrolier à partir du puits Pétrolia Haldimand 1 en Gaspésie en investissant 5 M$. Pour en lire plus...
  9. Un premier autobus entièrement électrique sillonnera les rues de Laval dès le printemps prochain, a annoncé la Société de transport de Laval (STL) lundi. La STL a reçu le premier véhicule à la fin de l'année dernière, mais elle doit procéder à une série de tests avant de le mettre en service. Il s'agira d'une première québécoise et canadienne, selon la STL. Le véhicule mesure 40 pieds, soit la taille d'un autobus régulier, a été construit par la firme américaine Design Line. L'autobus est alimenté par une batterie à recharge lente dont l'autonomie est estimée à plus de 200 kilomètres. Le président du conseil d'administration de la STL, Jean-Jacques Beldié, estime que l'expérience de son organisme sera bénéfique à toutes les sociétés de transport qui souhaitent électrifier leur réseau de transport en commun. Le projet-pilote de la STL a été développé en partenariat avec le ministère des Transports du Québec, Hydro-Québec et la Société de gestion et d'acquisition de véhicules de transport. Le ministre des Transports, Sylvain Gaudreault, a indiqué que le gouvernement vise une électrification graduelle du transport collectif au Québec au cours des prochaines années. Son collègue député de Laval-des-Rapides, Léo Bureau-Blouin, a déclaré qu'il s'agissait d'un pas de plus vers l'indépendance énergétique de la province. http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2013/01/14/004-laval-autobus-electrique.shtml?isAutoPlay=1
  10. L’aéroport de Saint-Hubert va se doter d’un terminal 29 avril 2009 - 16h06 Argent L’aéroport de Saint-Hubert va entreprendre de vastes travaux pour moderniser ses installations. Dès cet été devraient donc débuter des travaux pour munir l’aéroport d’une aérogare. Ce complexe aéroportuaire, l’Aérocentre, permettra d’exploiter davantage les vols commerciaux et nolisés et de mieux desservir la population de la Montérégie. Les travaux sont rendus possibles grâce à un partenariat entre la société DASH-L et DEV-YHU. La première phase du projet, dont les coûts sont estimés à 20 millions $, prévoit la transformation d’un bâtiment pour ériger un terminal
  11. Le groupe Internet annonce la fin des pourparlers avec le leader mondial de l'informatique et la conclusion d'un partenariat publicitaire avec son rival. Pour en lire plus...
  12. Le groupe Internet annonce la fin des pourparlers avec le leader mondial de l'informatique et la conclusion d'un partenariat publicitaire avec son rival. Pour en lire plus...
  13. En 2007, le Cirque a annoncé un partenariat avec Nakheel afin de créer un spectacle permanent sur le Palm Jumeirah (un île artificielle qui appartient à Nakheel) pour une période de 15 ans à partir de 2011. Pour en lire plus...
  14. Les deux entreprises, parmi les plus importantes microbrasseries québécoises, signent une entente de partenariat pour faire mousser leurs ventes au Québec et en dehors de la province. Pour en lire plus...
  15. Une première dans les microbrasseries au Québec: les Brasseurs RJ et la Brasserie McAuslan forment un partenariat québécois dans l'industrie de la bière spécialisée. Pour en lire plus...
  16. Les deux parties ont maintenant convenu de définir ensemble les mandats officiels pour négocier une entente de partenariat économique ambitieuse, approfondie et historique. Pour en lire plus...
  17. Jusqu'ici, on laissait entendre que le lancement officiel des négociations aurait lieu dans le cadre du sommet Canada-Union européenne, qui se tiendra vendredi à Québec. Pour en lire plus...
  18. http://plus.lapresse.ca/screens/859bc2a2-f0ed-470c-862f-943a02746c63%7C_0.html FRANÇOIS CARDINAL LA PRESSE La place Émilie-Gamelin est bien accueillante pour les manifestants, qui s’y donnent rendez-vous ces jours-ci. Mais pour le flâneur urbain, on repassera… C’est un espace hypercentral, dans une ville hypersécuritaire. Un espace auquel on a ajouté de gros jeux d’échecs et des camions de bouffe. Mais personnellement, je ne ferais pas de détour pour y passer un samedi après-midi avec mon fils, disons. Bon, ça prouve peut-être que je suis un papa poule. Mais surtout, que tout ce qui a été tenté au cours des dernières années pour faire de la place Émilie-Gamelin un lieu public accueillant et invitant – pour tous – a cruellement échoué. Cette fois sera-t-elle la bonne ? Je l’espère. J’ai appris qu’on va tenter complètement autre chose, cette année. On va fermer la place pour un mois, à partir de lundi prochain, afin de la transformer en « village » animé jour et soir, tout l’été, avec resto, bar, café, jardins et spectacles. On va aménager un marché public, un jardin communautaire, une terrasse avec tables et parasols, un immense lieu de projections. Bref, on va tenter d’en faire un lieu convivial pour tout le monde. Pas juste les revendeurs de drogue. *** Ça fait maintenant quatre ans que le Partenariat du Quartier des spectacles tente de « renipper » la place Émilie-Gamelin avec des événements ponctuels. Mais rien à faire : dès qu’ils prennent fin, le lieu redevient insécurisant. Changement complet de stratégie, donc. Fini les coups de pinceau et les interventions à la pièce. On a embauché l’organisme derrière le Village éphémère, Pépinière & Co, afin de créer un village semi-permanent, de mai à octobre. « On veut vraiment changer l’allure de la place, et sa réputation par le fait même », précise Pascale Daigle, du Partenariat. Sous l’enseigne lumineuse « Jardins Gamelin », on va donc retrouver de nombreux bancs, des bacs à fleurs, des chaises de type Adirondack, ainsi qu’une scène circulaire où se tiendront des événements programmés et spontanés : spectacles, conférences, animation, yoga matinal. On ajoutera une canopée lumineuse ainsi qu’une « œuvre magistrale illuminée » en suspension. À l’ouest, on ouvrira un restaurant dans une construction de conteneurs où l’on vendra du café tôt le matin, et de la bière tard le soir. On installera une dizaine de tables avec chaises et parasols afin que les gens puissent profiter de leur consommation ou de leur propre lunch. Au sud de la place, on retrouvera de l’agriculture urbaine : jardin de tournesols, production de légumes, plantations diverses, serre, etc. Et à l’est, on installera un marché de fruits et légumes et on se servira de la façade de la Place Dupuis comme toile de projection. « Montréal est une ville d’événements, fait remarquer Jérôme Glad, de Pépinière & Co. Mais l’événementiel est souvent en rupture avec la ville au quotidien : on installe des clôtures et des tentes génériques, puis une fois terminé, on remballe tout. » « Là, on veut inverser la logique : investir le lieu, en faire un canevas cohérent, puis y attirer des événements qui donneront à la place un caractère propre. » *** Est-ce qu’on est dans l’embourgeoisement localisé ? Une façon de repousser ceux qu’on préférerait ne pas voir ? De remplacer ceux qui ont élu domicile dans le parc par des hipsters et leur macchiato ? Le Partenariat du Quartier des spectacles s’en défend. Il assure que son village s’implantera avec l’aide de l’arrondissement et du Service de police de la Ville de Montréal, qui veilleront à maintenir la cohabitation. Comme à l’époque des interventions de l’ATSA. À l’arrondissement de Ville-Marie, on ne cache pas que « les comportements de personnes marginalisées » sont source de préoccupation. Mais le but n’est pas de les faire disparaître, assure la porte-parole Anick de Repentigny. « Il n’est pas question d’exclure qui que ce soit. L’arrondissement souhaite une cohabitation sociale optimale. » De toute façon, renchérit Jérôme Glad, l’idée n’est pas de lisser l’endroit pour en faire une autre place des Festivals. « On a vraiment une approche de quartier, à échelle humaine, ouverte et inclusive. On veut que ça devienne un lieu propice aux rassemblements et aux pique-niques. On veut que ce soit une grande terrasse pour tout le monde. » Pas une autre place des Festivals, donc, mais pas un autre « Village éphémère » non plus, ces événements populaires et branchés qui ont eu lieu ces deux dernières années (bonne nouvelle : une démarche est en cours pour que cet événement revienne au Pied-du-Courant à compter du 19 juin). « On mise plutôt sur une réappropriation d’un lieu public par toutes sortes de monde », affirme Jérôme Glad. Pensons au Marché des ruelles dans la rue Sainte-Catherine, ou au Marché des possibles dans le Mile End. Ne nous contons pas d’histoire. Ce sera tout un défi d’assurer une cohabitation des usagers actuels et futurs. Mais un défi qu’il vaut certainement la peine de tenter de relever. Car s’il ne faut pas chasser les marginalisés, on ne peut chasser non plus les riverains et les commerçants. sent via Tapatalk
  19. Tout l'été, Courrier international, en partenariat avec Le Mouv', s'engage dans un tour du monde des villes rebelles en huit étapes. Cette semaine, Montréal, berceau du "printemps érable", ce mouvement de contestation étudiant devenu au fil des semaines le "mai 68 québécois". http://www.courrierinternational.com/dossier/2012/05/24/le-printemps-erable http://www.courrierinternational.com/magazine/2012/1131-montreal-ville-rebelle
  20. Excellente initiative! On verra ce que ça donnera, mais ça a au moins le mérite d'oser! http://www.osm.ca/fr/index_concerts_concert.cfm?ID=555 Il n'a pas froid aux yeux, Nagano. Tant mieux! Mais je gage tu-suite que Gingras va détester. Pauvre type......
  21. Téléphonie - Quebecor pourrait attendre 2010 pour lancer son service de sans-fil La Presse canadienne Édition du jeudi 25 septembre 2008 Le chef de la direction de Quebecor tenant dans ses mains un iPhone. Quebecor a indiqué hier qu'elle pourrait être en mesure de se lancer sur le marché du sans-fil dès l'automne 2009, mais qu'elle pourrait décider d'attendre jusqu'en 2010 afin de s'assurer d'offrir un service de haute qualité. «La complexité de ce projet signifie que nous avons besoin de souplesse, alors ça pourrait être aussi tôt qu'à l'automne de 2009, mais ça pourrait aussi être en 2010 si nous pensons ne pas pouvoir fournir le produit de haute qualité que nous voulons», a affirmé Isabelle Dessureault, porte-parole de l'entreprise, lors d'un entretien. Carmi Levy, analyste du secteur des télécommunications chez AR Communications, a estimé qu'il était logique pour la société de reporter à plus tard le lancement de son service de sans-fil d'ici à ce qu'elle parvienne à une entente de partenariat et puisse solidifier la construction de son réseau sans fil. À l'occasion d'une conférence d'investisseurs de la Banque CIBC, hier, le chef de la direction de Quebecor, Pierre Karl Péladeau, a laissé entendre que l'entreprise de médias et de télécommunications dévoilerait la nature de son service de sans-fil dans un «avenir rapproché». Néanmoins, il a également fait allusion à un délai en affirmant que pour avoir du succès auprès des consommateurs, il était nécessaire de leur proposer les meilleurs services et produits. «Nous ne voulons pas lancer quelque chose qui vous fera vivre une mauvaise expérience de consommateur», a-t-il déclaré. M. Péladeau a refusé de parler d'éventuelles négociations de partenariat avec d'autres nouveaux joueurs du secteur de la téléphonie cellulaire, comme Globalive, afin d'établir un réseau national. Le dirigeant de Quebecor a indiqué que les actifs de la société dans le secteur des journaux au Canada anglais, par le biais de ses publications de la chaîne Sun, d'Osprey Media ainsi que de son portail Web Canoe, permettraient de fournir un contenu d'information qui est de plus en plus essentiel au marché du sans-fil. Quebecor compte dépenser jusqu'à 1 milliard au cours des quatre prochaines années afin de lancer son service de sans-fil au Québec. Ce montant comprend les 555 millions dépensés cet été dans le cadre des enchères organisées par Industrie Canada pour obtenir les licences du spectre réservé aux services sans fil.
  22. Après la divulgation de résultats trimestriels difficiles, l'imprimeur a annoncé avoir renouvelé son entente de partenariat à long terme avec Parade. Pour en lire plus...