Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'péladeau'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Urban photography
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 11 results

  1. Wireless win will mean new growth for Quebecor: Peladeau VIRGINIA GALT Globe and Mail Update August 5, 2008 at 9:21 AM EDT Montreal-based media company Quebecor Inc. is “poised to embark on a new round of growth” as a result of its successful bid for a new wireless spectrum licences covering all of Quebec and part of the Toronto area, the company said Tuesday. “This is a key strategic development for Quebecor media, since consumer demand for advanced wireless services is expected to increase substantially in the coming years,” said chief executive officer Pierre Karl Paul Peladeau, in releasing the company's second quarter financial results. The company, which has gone through a major restructuring, reported consolidated net profit of $57.3-million, or 88 cents a share, compared with $43.2-million, or 77 cents a share, in the corresponding period a year earlier. The year-ago result was dragged down by a $6.7-million loss at the company's former printing subsidiary, Quebecor World Inc., which sought court protection from creditors earlier this year. “Once again, Quebecor's very positive results were spearheaded by robust numbers in the cable segment, which continued to log strong customer growth for all its services,” Mr. Peladeau said. Quebecor Inc. “At the conclusion of the spectrum auction for advanced wireless services, Quebecor Media held standing high bids on 17 operating licences, covering all of Quebec and part of the Toronto area.” Quebecor bid $554.6-million for the operating licences in the auction that closed late last month – an investment that pave the way for future growth by allowing the company to offer its customers “a still more complete and competitive array of cable and telecommunications services,” Mr. Peladeau said. The company reported that consolidated revenue from continuing operations increased to $942.3-million, up 15.6 per cent from the corresponding period a year ago. Revenue in the cable segment was up 20.3 per cent to $75.6-million, “reflecting continued customer growth for all services,” the company said. Newspaper revenue was up 27.2 per cent to $65.7-million, due primarily to the acquisition of Osprey Media Income Fund in August, 2007, and broadcasting revenue was up 4.2 per cent to $4.5-million.
  2. Le conglomérat dirigé par Pierre Karl Péladeau empoche un gain de 57,3 M$ au deuxième trimestre, ses revenus montant de 15,6%. Pour en lire plus...
  3. Pierre Karl Péladeau a touché 3,3 millions de dollars pour son travail en 2007, année qui s'est pourtant soldée par la déconfiture de la filiale Quebecor World. Pour en lire plus...
  4. Le contenu de Quebecor sera un élément clé dans le sans-fil 9 septembre 2008 - 18h41 La Presse Canadienne Ross Marowits Le conglomérat Quebecor (QBR.B) garde pour lui la stratégie qu'il entend employer à titre de nouveau joueur de l'industrie canadienne des communications sans fil, mais son président et chef de la direction, Pierre Karl Péladeau, a fait valoir à Toronto, mardi, que ses journaux pourraient livrer un important contenu à d'éventuels partenaires dans ce secteur. «Nous sommes certainement en bonne position pour envisager toute négociation, en plus de quoi nous avons la capacité de donner accès au Québec aux autres opérateurs qui auront besoin d'une sorte de réseau», a déclaré M. Péladeau dans le cadre d'une conférence sur les télécommunications. La société montréalaise a récemment dépensé presque 450 millions $ afin de faire l'acquisition de 40 mégahertz de fréquences du spectre sans fil au Québec, en plus de 100 millions $ pour acquérir d'autres fréquences dans le sud de l'Ontario, soit des secteurs fortement peuplés dans lesquels se trouvent certaines des plus grandes villes au pays. Malgré le fait qu'elle ait abandonné son projet initial de développement d'une plateforme nationale, la société compte consacrer entre 800 millions $ et 1 milliard $, au cours des trois à quatre prochaines années, à la mise en service de son propre service sans fil. Le financement de ce service sera assuré au moyen de ressources internes et d'une émission d'obligations ayant eu lieu plus tôt cette année. Le propriétaire d'importants journaux de langue française à Montréal et Québec, en plus de journaux de langue anglaise dans d'autres parties du pays, a affirmé qu'il serait en mesure d'offrir du «contenu de première classe» aux services d'accès à Internet sans fil, expliquant déjà le faire sur une base quotidienne. En plus du Toronto Sun et d'autres quotidiens de Sun Media à Ottawa, Winnipeg, Calgary et Edmonton, Quebecor Media possède le London Free Press, dans le sud de l'Ontario, et plus de deux douzaines de quotidiens supplémentaires, pour la plupart acquis au moment du rachat d'Osprey Media. «Avec tous nos actifs à travers le Canada, nous pouvons mettre des choses intéressantes sur la table», a affirmé M. Péladeau à des analystes. Le service de télécommunications sans fil de Quebecor au Québec sera inclus avec les services de télévision par câble, de téléphonie et d'accès à Internet déjà assurés par Vidéotron. À la Bourse de Toronto, mardi, le cours de l'action de Quebecor a terminé la journée à 27,76 $, en hausse de 25 cents par rapport au précédent taux de clôture.
  5. Que les employés du Journal de Québec se le tiennent pour dit: s'il n'en tient qu'à Pierre Karl Péladeau, le lock-out ne sera levé qu'après l'obtention d'importantes concessions. Pour en lire plus...
  6. L'imprimeur en difficultés a annoncé que Pierre Karl Péladeau, Erik Péladeau (vice-président du conseil), Jean Neveu et Jean La Couture (président du comité de vérification) ont démissionné du conseil. Pour en lire plus...
  7. Pierre Karl Péladeau mise gros sur Star Académie et son directeur invité René Angélil pour relancer les revenus de la division «loisir et divertissement» de Quebecor, qui ont chuté de 22% au deuxième trimestre. Pour en lire plus...
  8. Saviez-vous cela que les prestations que les employés retirent de leur syndicats ne sont imposables !!?? Moi ça me met en tabarnak entendre des choses de même! Et aussi je me demande pourquoi La Presse titre que Pierre-Karl Péladeau s'attire des critiques, plutôt qu'elle aurait tout simplement affirmé que PKP a publié une lettre anti-syndicale... en tk! (Lévis) Pierre Karl Péladeau s'est attiré bien des critiques ce matin à la Rencontre économique de Lévis après avoir publié un texte dénonçant les «privilèges» des syndicats qui nuisent selon lui au développement économique. Les entrepreneurs québécois doivent dédier «trop de temps, d'énergie et d'argent à gérer leurs relations de travail», dit le patron de Quebecor, propriétaire du Journal de Montréal dont les employés sont en lock-out depuis près d'un an. Pierre Karl Péladeau n'a pas été invité à la Rencontre économique du gouvernement Charest, mais il a tout de même fait jaser à Lévis avec sa lettre publiée dans le Journal de Québec. Le banquier Jacques Ménard se demande quelle mouche a piqué M. Péladeau. «Il a un confit de travail. Il est aux prises avec un problème d'affaires spécifique qui est le sien. C'est possible qu'à cause de ça il extrapole... Je ne sais pas si dans son cas ses dires ont excédé sa pensée. Ça fait peut-être partie d'une stratégie qui m'échappe. Je ne suis pas psychologue, je ne peux en dire plus que ça», a affirmé le patron de BMO. Selon lui, les syndicats contribuent au développement du Québec, et «on ne peut parler de projet de société économique et social si les dirigeants syndicaux ne sont pas à la table». En 1989, alors qu'il était à la tête de la chambre de commerce, M. Ménard avait même demandé à un représentant syndical de siéger au conseil d'administration. «Parfois, on a des divergences d'opinion, mais ça ne nous empêche pas de travailler ensemble», a-t-il noté. Aucun décideur économique et financier présent à Lévis ne s'est manifesté cet avant-midi pour appuyer publiquement la sortie du patron de Quebecor. À son entrée à la Rencontre économique, le premier ministre Jean Charest a fait valoir que «les relations de travail au Québec somme toute sont bonnes». «Il y a des consensus sur plusieurs lois» syndicales, a-t-il ajouté. Le ministre des Finances, Raymond Bachand, estime que «les syndicats sont des grands partenaires du développement économique» et mettent l'épaule à la roue en vue, par exemple, d'augmenter la productivité. «M. Péladeau exprime son opinion. Il a le droit», a-t-il ajouté. Claudette Carbonneau, présidente de la CSN, qui représente les employés en lock-out du Journal de Montréal, trouve que M. Péladeau «est bien mal placé pour donner des leçons sur les relations de travail». «Je pense que M. Péladeau est préoccupé par le cash, et non les relations humaines, a affirmé de son côté Michel Arseneault, président de la FTQ. Vous savez, diriger une entreprise, c'est des relations humaines à tous les jours. Mais lui, ça le fatigue.» «L'attitude antisyndicale» de M. Péladeau n'est pas nouvelle, a-t-il fait valoir. «Un des beaux exemples, c'est qu'il a même refusé la publicité du Fonds de solidarité qu'on voulait à TVA et dans l'ensemble de Quebecor. Nous, on voulait annoncer partout, sauf dans le Journal de Montréal en lock-out. Et à ce moment-là, il a refusé la publicité.» Le président de la CSQ, Réjean Parent, a qualifié M. Péladeau d'«antisyndicaliste notoire». Dans une lettre publiée ce matin dans le Journal de Québec, Pierre Karl Péladeau dénonce les «privilèges aussi nombreux et de moins en moins justifiables» dont bénéficient selon lui les syndicats. Des lois adoptées au fil des ans ont provoqué un «déséquilibre des forces» entre employeurs et syndicats qui a eu pour conséquence «de défavoriser les entreprises québécoises dans le contexte économique mondialisé dorénavant largement répandu, de rendre plus difficile l'émergence de jeunes entrepreneurs, ainsi que de pénaliser notre désir collectif, voire notre obligation, d'accroître notre productivité». M. Péladeau s'en prend par exemple à la formule Rand. «N'est-il pas légitime de nous permettre, comme citoyens bénéficiant d'une maturité politique et démocratique, de décider si nous voulons ou non faire partie d'une organisation syndicale et d'en payer les cotisations ?» Il dénonce «la création d'une unité d'accréditation par la simple signature de cartes d'adhésion». Il condamne aussi le «privilège qui permet aux employés en conflit de travail de ne pas payer d'impôt sur les prestations monétaires qu'ils reçoivent de leurs syndicats, mesure exceptionnelle parce qu'elle fait financer les positions des organisations syndicales par l'ensemble des contribuables déjà assujettis à un fardeau fiscal que tous reconnaissent parmi les plus lourds du continent». «Il se trouvera certainement plusieurs membres de l'intelligentsia pour justifier l'action positive des syndicats au Québec», a-t-il ajouté, soulignant qu'il reconnaît le «rôle nécessaire» de ces organisations. Mais «tous ces beaux penseurs ont-ils déjà été confrontés à la réalité de dirigeants d'entreprises et d'entrepreneurs comme celle à laquelle mes collègues et moi faisons face de façon quotidienne, tant au Canada qu'à l'étranger, dans un contexte de concurrence mondiale?», se demande-t-il. «Au Québec, les dirigeants d'entreprise doivent dédier trop de temps, d'énergie et d'argent à gérer leurs « relations de travail » alors qu'ailleurs, les divers intervenants au sein des entreprises participent ensemble à assurer la poursuite du développement de leurs activités et l'accroissement de leur productivité afin de gagner sur les marchés mondiaux, tant dans les secteurs manufacturiers que dans les secteurs de l'économie du savoir et des technologies», ajoute M. Péladeau. http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/medias-et-telecoms/201001/21/01-941535-pierre-karl-peladeau-sattire-des-critiques.php
  9. Peladeau shakes up Sun Media management The Canadian Press November 7, 2008 at 11:09 AM EST MONTREAL — Quebecor Inc. chief executive Pierre Karl Peladeau has shaken up the leadership of the company's media holdings while reporting a third-quarter profit of $45.6-million, reversing a loss of $35.2-million a year earlier. Mr. Peladeau noted “disappointing results in publishing and at Sun Media,” and personally took leadership of Sun Media Corp. and the Canoe online operation. Michael Sifton, president of Sun Media, “will be leaving the company as his position will now be undertaken by Mr. Peladeau,” Quebecor said in a release shortly after reporting its latest results. Mr. Sifton had taken the job in September 2007 after Quebecor's takeover of his Osprey Media newspaper group of small Ontario newspapers. Quebecor Inc. “The speed with which business models are required to change, combined with an uncertain economic context and more difficult advertising conditions, calls for a clearly defined strategic and operational vision,” Mr. Peladeau said in a release. “To ensure that our efforts and resources are better co-ordinated, I will now take charge the leadership of both our newspaper segment and our Web portal.” The integration of Sun Media and Canoe under one leader “will help to maximize growth opportunities and synergies, and accelerate the migration of information and contents generated by the various publications to cross-platform supports,” Quebecor stated. Added Mr. Peladeau: “Michael has played an important role, in particular by ensuring the smooth integration of two major publishers, and by preparing Sun Media Corporation's expansion in Internet and new digital technology. As such, he has contributed to the development of our vision for the future.” In a separate statement, Mr. Sifton said: “I am happy to have been given the opportunity to integrate Osprey Media in Sun Media organization. I leave behind talented people and a strong team that will no doubt successfully take on the challenges that our changing environment is bringing.” In its financial report, Quebecor said revenue increased by $73.5-million or 8.8 per cent to $908.1-million in the third quarter, with the improvement driven by the media and telecommunications group's Videotron cable subsidiary, Quebec's largest cable TV operator. Quebecor said its net income was worth 70 cents per share, compared with a year-ago loss of 55 cents per share. Income from continuing operations adjusted for one-time items edged up by $300,000 to $42.4-million, or 65 cents per share. Cable-segment operating income grew 17 per cent to $28.7-million, and Quebecor confirmed plans to spend between $800-million and $1-billion over four years to build out a wireless network. This includes $554.6-million for operating licences. “In a challenging business environment, Quebecor posted strong third-quarter 2008 results, driven by its cable segment, which continued logging substantial customer growth for all services,” Mr. Peladeau stated. He noted that Quebecor has already arranged the funding for the 17 mobile-phone network licences, and “in these times of tight credit markets, it is important to mention that future investment in this project does not rely on access to capital markets; it will be funded through cash flow generation and available credit facilities.” In early trading on the Toronto Stock Exchange, Quebecor shares fell 90 cents to $19.75, a drop of 4.4 per cent. Quebecor Inc., with 52,000 employees is a major newspaper publisher, cable TV operator, television broadcaster and commercial printer. It also has operations in magazine and book publishing. The holding company holds a 54.7 per cent stake of Quebecor Media Inc., which owns Videotron Ltd., the largest cable operator in Quebec and a major provider of Internet and telecom services, and Sun Media, a major newspaper chain with tabloid dailies across the country and other assets. Other Quebecor Media holdings include TVA Group Inc., the largest French language TV network in Quebec, a number of specialty channels, the English language station Sun TV, and Canoe Inc., operator of a network of English- and French language Internet properties.
  10. L'imprimerie québécoise a annoncé que Pierre Karl Péladeau, Érik Péladeau, Jean Neveu et Jean La Couture ont démissionné de son conseil d'administration. Pour en lire plus...
  11. Démissions en bloc au conseil de Quebecor World 17 décembre 2008 - 09h27 LaPresseAffaires.com Pierre Karl Péladeau a démissionné du conseil de Quebecor World. Quebecor World (IQW) a annoncé mercredi que Pierre Karl Péladeau, Erik Péladeau (vice-président du conseil), Jean Neveu et Jean La Couture (président du comité de vérification) ont démissionné de son conseil d'administration. Selon le communiqué de Quebecor World, les quatre administrateurs ont jugé «que suite aux demande présentées par Quebecor et ses filiales dans le cadre du processus de restructuration de Quebecor World, qui s'est placée sous la protection du tribunal, que leur démission est souhaitable». Alain Rhéaume, l'administrateur principal, a été nommé en tant que nouveau président du comité de vérification de la Société et siège maintenant au comité de restructuration. André Caillé a été nommé à titre de membre du comité de vérification. M. Caillé demeure président du conseil de restructuration qui est toujours composé de M. Rhéaume, Michèle Desjardins et Jacques Mallette. Quebecor World ne croit pas que ces démissions auront un impact sur son objectif qui est de sortir de la protection contre les créanciers en tant qu'entreprise solide au sein de notre industrie. En janvier 2008, l'imprimeur s'est mis à l'abri de ses créanciers et Quebecor a par la suite rompu progressivement ses liens avec lui. Lors des derniers mois, Quebecor avait décidé de se distancer de sa filiale de l’imprimerie. Quebecor avait notamment fait connaître sa décision de retirer à Quebecor World le droit d'utiliser la raison sociale «Quebecor», dans le but «d'éliminer toute confusion dans l'esprit des gens». Cet automne, l'imprimeur a déménagé son siège social hors de l'édifice qui abrite celui de Quebecor.
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value