Search the Community

Showing results for tags 'note'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 31 results

  1. Montréal sera l'hôte d'un grand événement sportif Le prochain Trophée des Champions, qui met aux prises le vainqueur du championnat de France au lauréat de la Coupe de France, se déroulera à Montréal, a annoncé aujourd'hui la Ligue de football professionnel (LFP). Le match opposant le champion de Ligue 1 au vainqueur de la Coupe de France, l'EA Guingamp, se déroulera le dimanche 26 juillet à 15h00. Le Trophée des Champions ne s'est encore jamais disputé à l'étranger. Le président de la LFP, Frédéric Thiriez, estime que le football français doit désormais conquérir de nouveaux marchés et Montréal constitue une porte d'entrée idéale sur l'Amérique du Nord. «Avec quatre millions d'habitants, Montréal est la seconde plus grande agglomération francophone du monde, note Thiriez. Le football (soccer) y est en plein développement, comme sur l'ensemble du continent nord américain.» «Alors que nous venons de doubler en un an la vente de nos droits audiovisuels à l'étranger, l'idée d'exporter le Trophée des Champions s'imposait, a-t-il ajouté. Nous sommes heureux de mener cette première expérience chez nos amis canadiens.»
  2. J'ai un chantier de réfection routière qui débute dans quelques jours, sur un site appartenant à la Société Immobilière du Québec, et j'étais en train de prendre connaissance du dossier, et je suis tombé en bas de ma chaise en lisant le devis, surtout l'article suivant: J'ai noté la faute au mot "horaire" en premier lieu, et après ça, en lisant la phrase, je me suis dit qu'on travaillerait pas beaucoup sur cette job là si on peut pas travailler avant que le soleil se couche, ni après!
  3. CBC, VIA Rail considered for auction block: Documents BY ANDREW MAYEDA, CANWEST NEWS SERVICE JUNE 1, 2009 6:49 PM OTTAWA — The federal Department of Finance has flagged several prominent Crown corporations as "not self-sustaining," including the CBC, VIA Rail and the National Arts Centre, and has identified them as entities that could be sold as part of the government's asset review, newly released documents show. In its fiscal update last November, the government announced that it would launch a review of its Crown assets, including so-called enterprise Crown corporations, real estate and "other holdings." Finance Department documents, obtained by Canwest News Service under the Access to Information Act, reveal that the review will focus on enterprise Crown corporations, which are not financially dependent on parliamentary subsidies. Such corporations include the Royal Canadian Mint and Ridley Terminals, which is a coal-shipping terminal in Prince Rupert, B.C. But the documents also reveal that the government will consider privatizing Crown corporations that require public subsidies to stay afloat. "The reviews will also examine other holdings in which the government competes directly with private enterprises, earn income from property or performs a commercial activity," states a Finance briefing note dated Dec. 2, 2008. "It includes Crown corporations that are not self-sustaining even though they are of a commercial nature." In the briefing note, the Finance Department identifies nine Crown corporations that fall in that category, including Atomic Energy of Canada Ltd., the CBC and VIA Rail. The government announced last week that it will split AECL in two and seek private-sector investors for the Crown corporation's CANDU nuclear-reactor business. The Crown asset review comes as the government struggles to contain the country's deficit, now expected to top $50 billion this year. The Jan. 27 budget assumes that the government will be able to raise as much as $4 billion through asset sales by the end of March 2010. The budget identified four federal departments whose Crown assets are being reviewed first: Finance, Indian and Northern Affairs, Natural Resources, and Transport and Infrastructure. VIA Rail is overseen by the Transport Department, while the CBC and the National Arts Centre fall under the portfolio of the Canadian Heritage department. The Finance Department documents confirm that all government assets will eventually be reviewed. Privatizations tend to work well when Crown corporations enter a reasonably competitive market with a good chance of turning a profit, said Aidan Vining, a professor of business and government relations at Simon Fraser University. Unlike successfully privatized firms such as Canadian National Railway, it's not clear that CBC and VIA Rail could operate as profitable ventures while maintaining the public mandates they provided as Crown corporations, he noted. "They're not the classic privatization candidates, where you sell and walk away," said Vining, an expert in Crown corporation privatizations. "Unless, of course, you're prepared to fully withdraw from the public purpose (of the Crown corporation)." Certainly, the sale of a flagship Crown asset such as the CBC would be politically controversial. After the CBC announced this spring that it would lay off hundreds of employees, opposition critics accused the government of turning a cold shoulder to the public broadcaster's struggles. Under the Financial Administration Act, Parliament would have to approve the privatization of any Crown corporation. "It's hard to believe that some of these sales would go forward in a minority Parliament," said Vining. The Finance Department has also begun to examine the government's vast real-estate portfolio, which includes 31 million hectares of land, and more than 46,000 buildings totalling 103 million square metres — more than double the office space available in the Greater Toronto Area, according to the Finance documents. The government's holdings are worth at least $17 billion, Finance officials estimate. A briefing note labelled "secret" said that the Department of Indian and Northern Affairs acquired $7 million in surplus properties between 1998 and 2006 for potential use in land-claims deals. Over the same period, the properties cost $2 million to maintain. Divesting such properties could not only generate revenue for the government, but also cut "ongoing operations and maintenance costs," states the briefing note. A Finance Department spokeswoman said the asset review won't necessarily lead to sales in all cases. "Reviews will assess whether value could be created through changes to the assets' structure and ownership, and report on a wide set of options including the status quo, amendments to current mandates or governance," department spokeswoman Stephanie Rubec said in an e-mail. "In some cases, it may be concluded that selling an asset to a private sector entity may generate more economic activity and deliver greater value to taxpayers." Crown corporations identified by the government as "not self-sustaining": (Company name, commercial revenues, parliamentary subsidy, expenses) Atomic Energy of Canada Ltd., $614.2 million, $285.3 million, $1.3 billion CBC, $565.5 million, $1.1 billion, $1.7 billion Cape Breton Development Corp., $5.1 million, $60 million, $94.1 million Federal Bridge Corp. Ltd., $14.6 million, $31.0 million, $42.9 million National Arts Centre Corp., $26.0 million, $40.6 million, $65.7 million Old Port of Montreal Corp., $16.7 million, $15.1 million, $32.0 million Parc Downsview Park Inc., not available, not available, not available VIA Rail Canada Inc., $293.9 million, $266.2 million, $505.5 million Source: Department of Finance, Public Accounts of Canada Note: Financial results are for 2007-08 http://www.ottawacitizen.com/Rail+considered+auction+block+Documents/1652330/story.html
  4. Examinez avec soin les 10 derniers mois de votre vie. Avez-vous noté des changements en vous ou dans votre entourage? Prenez quelques minutes pour répondre aux questions suivantes Pour en lire plus...
  5. C'est très bien! http://affaires.lapresse.ca/economie/immobilier/201211/28/01-4598409-condos-neufs-absorption-surprenante-au-centre-ville.php?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter
  6. Trois-Rivières se démarquera avec sa croissance économique 25 juin 2008 - 10h18 Presse Canadienne Le Conference Board du Canada prévoit que Trois-Rivières sera une des trois régions de recensement de petite ou moyenne taille à enregistrer une croissance économique de plus de 2% cette année. En raison du ralentissement général de l'économie, la plupart des régions devront s'attendre à une croissance réduite. Dans sa Note de conjoncture métropolitaine de l'été 2008, publiée mercredi, le Conference Board indique que la détérioration du secteur manufacturier, en particulier de l'industrie du papier, demeure une source de préoccupation à Trois-Rivières. La région accueillera toutefois divers projets d'infrastructure du gouvernement provincial qui lui garantiront une croissance de 2,3%. C'est la région d'Abbotsford, en Colombie-Britannique, qui affichera cette année la plus forte croissance économique parmi les petites et moyennes régions métropolitaines de recensement du Canada, selon les calculs de l'organisme. Après une croissance modeste de 2,7% l'an dernier, le produit intérieur brut (PIB) réel d'Abbotsford s'accroîtra de 2,5% cette année. Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, est l'autre des trois régions où la croissance sera plus de 2% cette année. Au Québec, les villes de petite et moyenne taille sont durement touchées par la dégringolade du secteur manufacturier, écrit le Conference Board dans sa Note de conjoncture métropolitaine pour les petites et moyennes agglomérations. Ainsi, à Sherbrooke, la croissance sera limitée par le recul de la production manufacturière causé par un dollar canadien élevé et une économie américaine léthargique limitera la croissance. Dans cette région, estime le Conference Board, la faible activité manufacturière dans les industries des pièces d'automobiles et des produits de plastique sera compensée par la vigueur de la construction et la solide croissance dans l'industrie des services. Selon les prévisions de l'organisme, la croissance du PIB de Sherbrooke atteindra 1,8% en 2008. L'économie de Saguenay profitera pour sa part de la demande robuste d'aluminium, ainsi que des travaux menés dans le cadre d'importants projets de construction. La région devrait voir son PIB croître de 1,2% cette année, taux qui s'établissait à 1% en 2007. C'est la première fois que le Conference Board regroupe et classe dans une note de conjoncture distincte 14 petites et moyennes régions métropolitaines de recensement. Dans les notes précédentes, ces régions étaient comprises au sein de régions de plus grande taille.
  7. Voici ma vision pour un réseau light-rail/tramway sur la rive sud (principalement Longueuil, mais aussi Brossard, Boucherville et Saint-Lambert.) 85% of the lines will run through large boulevards that have existing space between the carriageways. (Ex: Boul Roland-Therrien, which was precisely designed with tramway-expandability in mind.) About 10% of the lines will run adjacent to major roads, along currently (as of 2008) vacant or more or less acquirable space. A final 5% will have to be dug or passed through some existing (infra)structures. Ligne 1 - 11km Roland-Therrien (et aussi boul. Cousineau) Ligne 2 - 17km Jacques-Cartier (et le bord de l'eau) Ligne 3 - 9km Taschereau (et boul. Lafayette) Note #1 - Il devrait y avoir des modifications aux infrastructures existentes a certains endroits... exemple, pour avoir suffisament d'espace pour installer un tram, Taschereau va devoir tasser ses voies sur les cotes (pas un enorme probleme, considerant qu'il y a presentement des acotements assez large de 2m+) Note #2 - Il y aurait possibilité d'expansion! Surtout sur la ligne 3 vers le sud. Note #3 - C'est une VISION seulement; pour le fun! I haven't considered all the details, i just had fun and put this map together. Please keep that in mind! Questions / commentaires / suggestions / compliments / insultes / tomates / n'hésitez pas!
  8. Il est grand temps que l'on y voit. Montréal est absent de cette liste, mais quel en est le rang? Singapore en 2011: 17ième rang " en 2012: 1ier " http://ca.finance.yahoo.com/photos/top-megacities-with-the-best-public-transport-slideshow/world-s-best-megacities-for-public-transport-photo-1350542401.html ================================================ Note: Sur cet autre rang mondial, Toronto est absent !!! Top 10: Public Transit Systems http://ca.askmen.com/top_10/travel/top-10-public-transit-systems_10.html
  9. Seul le Québec, IPE et la Saskatchewan ont eu augmentation du taux de chômage Faut croire que la reprise économique est maintenant bien amorcée au pays. Retour aux chiffres normaux... *** Emploi - Perte de 25 700 emplois au Québec en décembre Le taux de chômage a crû de 0,7 % au Québec en décembre pour atteindre 8,7 %, rapporte Statistique Canada. L'organisme note une baisse de 25 700 emplois dans la province par rapport à novembre. Le taux de chômage a crû de 0,7 % au Québec en décembre pour atteindre 8,7 %, rapporte Statistique Canada. L'organisme note une baisse de 25 700 emplois dans la province par rapport à novembre. Dans l'ensemble du Canada, le taux de chômage a légèrement augmenté en décembre, pour s'établir à 7,5 %, en hausse de 0,1 % par rapport à novembre. Statistique Canada souligne que 17 500 emplois ont été ajoutés en décembre au pays après deux mois de baisses. Toutefois, le taux de chômage a augmenté parce que davantage de personnes ont cherché activement du travail. L'organisme rapporte une augmentation de 43 000 du nombre de personnes travaillant à temps partiel en décembre mais note aussi une baisse de 26 000 du nombre de travailleurs à temps plein. Le nombre d'emplois dans le secteur de la fabrication a augmenté de 30 000 en décembre. Parallèlement, le nombre d'emplois a baissé de 7200 dans les services publics et est resté à peu près inchangé dans les autres secteurs. Pour l'ensemble de l'année 2011, les gains sont de 199 000 emplois au pays. La grande majorité de ces emplois ont été créés durant les six premiers mois de l'année. Hausse du chômage au Québec Dans les provinces, l'emploi a augmenté en décembre en Colombie-Britannique, en Nouvelle-Écosse, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Saskatchewan, au Nouveau-Brunswick et à l'Île-du-Prince-Édouard. L'emploi a toutefois diminué au Québec pour un troisième mois consécutif. La diminution était estimée à 25 700 emplois en décembre, portant le taux de chômage à 8,7 %. Les baisses les plus marquées au Québec se situent dans le secteur de la construction (monctezuma : pourant c'est pas les chantiers qui manquent !?!?) et dans celui des soins de santé et de l'assistance sociale. Le Québec a connu une baisse de 51 000 emplois en un an. Taux de chômage par province, décembre (novembre entre parenthèses) Terre-Neuve-et-Labrador 12,8 (13,2) Île-du-Prince-Édouard 11,4 (11,1) Nouvelle-Écosse 7,8 (8,6) Nouveau-Brunswick 9,4 (9,8) Québec 8,7 (8,0) Ontario 7,7 (7,9) Manitoba 5,4 (5,5) Saskatchewan 5,2 (5,1) Alberta 4,9 (5,0) Colombie-Britannique 7,0 (7,0)
  10. L'agence de notation financière Fitch Ratings a abaissé mercredi de deux crans la note de la dette à long terme du constructeur automobile japonais. Pour en lire plus...
  11. La Russie, fragilisée ces dernières semaines par la dégringolade des cours du pétrole et la fuite des capitaux a vu ses perspectives s'assombrir lorsque l'agence Standard & Poor's a abaissé sa note. Pour en lire plus...
  12. Cyrus

    Best Ring Road?

    For whatever reason I ended up in Brasil via Google Earth Check out the ring road of Feira de Santana: http://maps.google.com/maps?f=q&source=s_q&hl=en&geocode=&q=feira+de+santana+BR&sll=-12.255805,-38.943357&sspn=0.064416,0.132093&ie=UTF8&hq=&hnear=Feira+de+Santana+-+Bahia,+Brazil&ll=-12.260251,-38.958721&spn=0.064415,0.132093&t=h&z=14 It carries part of BR-116 a major Brazilian highway... it is literally a perfect circle Also note the extremely weird half-cloverleaf + U-turn interchange where BR-116 leaves the ring.
  13. Menée par le Conference Board Montréal est au 13e rang d’une étude sur la prospérité des villes 8 avril 2009 - 07h07 LA PRESSE CANADIENNE< Une étude commandée par le Toronto Board of Trade sur la prospérité urbaine globale classe la ville de Calgary au premier rang et Montréal au treizième rang. Menée par le Conference Board du Canada, l'étude a mesuré des indicateurs tels que le produit intérieur brut, la productivité, le taux d'emploi, la criminalité, le revenu disponible, l'éducation, le climat et le temps de déplacement. Première au classement, Calgary a reçu la note «A», alors que la ville de Québec est arrivée en dixième position avec une note globale de «C». Treizième au classement, la ville de Montréal a pour sa part obtenu un «D». Toronto est quatrième au classement avec la note «C», tout comme les villes de Boston, London et New York. Au huitième rang figure Vancouver, qui a obtenu la note «C». Selon l'étude, qui est basée sur des informations recueillies avant le ralentissement économique, Toronto est une ville attirante et habitable, mais qui est languissante sur le plan économique et pas très concurrentielle.
  14. GM dérape vers la faillite 12 novembre 2008 - 06h32 Bloomberg General Motors (GM), qui écoule des liquidités à la vitesse grand V et dont les ventes chutent aux États-Unis, dérape de plus en plus vers la faillite, tandis que la société attend de voir si l'industrie de l'auto obtiendra de nouveaux prêts du gouvernement. Seule l'aide de Washington peut empêcher l'effondrement du premier constructeur automobile aux États-Unis, soutiennent différents analystes, dont Joseph Amaturo, de Buckingham Research Group. Hier, l'action de GM a plongé pour la cinquième séance de suite. Il se peut aussi que la réorganisation de GM sous la protection de la cour ne soit pas possible parce que le resserrement du crédit a tari le financement. «Une faillite stratégique n'est pas une option pour GM», avance Mark Oline, analyste en matière de crédit de Fitch Inc., à Chicago. «La question est de savoir si la société marche ou ne marche pas», ajoute-t-il. La perspective d'une liquidation forcée fait en sorte que la quête d'un nouvel emprunt auprès de Washington devient un enjeu encore plus crucial, la société ayant indiqué vendredi dernier qu'elle pourrait être à court de liquidités dès la fin de la présente année. Le 30 septembre dernier, GM disposait de 16,2 milliards US, alors que le constructeur en avait 21 milliards US à la fin de juin. Il faut à GM 11 milliards US pour régler ses factures mensuelles. «Une faillite ne réglerait pas nos problèmes immédiats de liquidités», a souligné Renee Rashid-Merem, porte-parole de GM. «Ce n'est pas une option pour GM parce que cela crée plus de problèmes que ça n'en résout», a-t-elle ajouté. Les ventes de GM aux États-Unis, qui ont chuté de 21% au cours du dernier trimestre et de 45% en octobre, «subiraient un coup terrible» si l'entreprise devait aller en faillite, a dit vendredi dernier Rick Wagoner, PDG de GM, au cours d'une entrevue à Bloomberg Television. M. Wagoner, 55 ans, sabre des emplois et ferme des usines après des pertes de près de 73 milliards US depuis la fin de 2004. Il a indiqué à la revue spécialisée Automotive News que GM a besoin d'un programme d'aide avant que le président élu Barack Obama entre à la Maison-Blanche en janvier. Barack Obama a soulevé directement auprès du président sortant George W. Bush la question d'une aide immédiate de l'État fédéral aux constructeurs automobiles américains en pleine dépression, a indiqué hier son entourage. M. Obama a évoqué cette question lundi lors de ses premières discussions approfondies avec M. Bush à la Maison-Blanche depuis sa victoire le 4 novembre, a dit un collaborateur, confirmant sous le couvert de l'anonymat des informations de la presse. Il se peut que les investisseurs aient déjà conclu que GM ne tiendra pas la route. Hier, le titre a glissé de 44 cents US, ou 13,1%, à 2,92$US, à la Bourse de New York. Cela a poursuivi la descente amorcée lundi à un creux de 59 ans après que Deutsche Bank eut estimé que l'action de GM ne vaudra peut-être plus rien dans un an. GM, Ford et Chrysler ont réclamé une aide de 50 milliards US pour faire face au pire marché de l'auto en 17 ans, ont indiqué des personnes familières avec les discussions. Cette somme s'ajouterait aux 25 milliards US approuvés en septembre pour aider les constructeurs à rééquiper leurs usines pour construire des véhicules moins énergivores. «Il y a de plus en plus de soutien à Washington, au Congrès, à l'idée d'une aide gouvernementale à GM et aux autres constructeurs», estime Bruce Zirinsky, coprésident de la filiale de restructuration financière de Cadwalader, Wickersham&Taft, à New York. «La question est de savoir comment cela sera fait, ajoute-t-il, et à quel prix pour les actionnaires et les créanciers.» Entre-temps, l'agence de notation financière Fitch Ratings a annoncé hier avoir abaissé de six crans la note de dette de long terme du groupe américain de services financiers GMAC, contrôlé à 49% par General Motors et à 51% par Cerberus. La note a été fixée à «CC», reflétant un risque probable de non-remboursement, comparativement à «B+» auparavant. Cette note est sous «surveillance négative», ce qui signifie que Fitch envisage de l'abaisser encore. Standard and Poor's avait également abaissé cette note vendredi, à «CCC». Fitch estime que si GMAC devenait une banque et pouvait prétendre au plan de recapitalisation par le Trésor américain, il le jugerait «positivement», mais qu'il restait «un certain nombre d'obstacles (...), en particulier dans l'actionnariat actuel, ainsi que la levée de capitaux pour satisfaire aux exigences» de ce statut.
  15. Règlements et explications du concours de photographie Nous disposerons de deux semaines pour prendre une photo qui correspond au thème donné. La semaine commencera le vendredi. Le thème peut être interprêté de la manière que le photographe le veut, mais les "juges" (tout le monde) doivent comprendre le lien fait entre la photo et le thème. Le photographe devra mettre sa photo dans un fil "sondage" qu'il créra et dans lequel les gens pourront passer leurs commentaires et donner une note sur 10 à la photo. La photo devra être prise du photographe (pas de quelqu'un d'autre). Les photos devront être d'un minimum d'environ 800x600 pixels. Pour rendre égale les chances de gagner (pour un débutant, par exemple), les photos devront être prises pendant les deux semaines alouées. Ça évitera que des gens faisant de la photo depuis longtemps aille chercher une belle photo de son répertoire. Le photographe peut faire voter les gens sur un maximum de deux photos par 2 semaines (chacun dans un fil "sondage" différent). Les 5 meilleures photos (photos les mieux notées) seront sélectionnées et misent dans un nouveau fil où les gens pourront voter pour la plus belle d'entre-elles. Le fil en question sera créé le samedi matin et les photos sélectionnées devront avoir été posté avant le vendredi soir à 23:59. Pour éviter que quelqu'un soit sélectionné parce que 3 personnes seulement auront voté dans le fil de sa photo et lui auront accordés une meilleure note que quelqu'un qui aura 20 votes, nous fonctionnerons avec le principe des points : Une note de : 10 (/10) = 10 points 9 (/10) = 9 points 8 (/10) = 8 points... et ainsi de suite. Les points seront accumulés et c'est ainsi que l'on décidera des photos qui iront en "compétition". Le gagnant gagnera...une poignée de main au prochain mtlurb meet. --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- C'est finalement le même principe que sur skyscrapercity.com mais adapté au nombre que l'on est et avec l'ajout d'un thème (que nous pourrions ne pas gardé aussi). ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
  16. MtlUrb - Concours de Photo I Puisqu'il y a beaucoup de photographes ici sur MtlUrb, et beaucoup d'amateurs d'urbanisme et d'architecture... Pourquoi pas faire un concours de photo? Ca pourrait même devenir quelque chose de régulier qu'on fait à toutes les semaines! Voici les règlements: 1. Vous devez prendre une photo d'une scène urbaine selon le thème choisi 2. Vous avez jusqu'à jeudi prochain à midi (le 3 juillet 2008) - donc une semaine - pour prendre votre photo et la soumettre 3. Une photo par personne seulement. 4. HDR et photoshop permis, mais usage déconseillé 5. Pour participer, postez votre photo ici dans le fil tout simplement! Note 1 : les commentaires sont autorisés dans ce fil, mais il n'y aura pas de vote ici, et pas avant la date limite d'une semaine. Note 2 : il y aura un nouveau fil avec les photos de tout le monde posté ainsi qu'un sondage pour voter après que les gens auront eu le temps de prendre leurs photos. Le thème, toujours dans le contexte de l'urbanisme/gratte-ciels/la ville, est : Du vieux et du nouveau. Interpretez le thème comme vous le voulez, mais ça doit avoir rapport à la ville et/ou l'urbanisme et/ou les gratte-ciels. Laissez aller votre imagination!
  17. La baisse de l'activité dans les services aux États-Unis s'est modérée de manière inattendue en décembre, permettant à l'économie américaine de finir l'année sur une note d'espoir ténu. Pour en lire plus...
  18. http://www.lapresse.ca/maison/immobilier/conseils/201511/12/01-4920081-achat-sur-plan-au-dela-des-apparences.php Publié le 12 novembre 2015 à 11h23 | Mis à jour le 12 novembre 2015 à 11h23 Achat sur plan: au-delà des apparences Les bureaux des ventes des promoteurs font rêver, avec leurs affiches léchées... Danielle Bonneau La Presse Les bureaux des ventes des promoteurs font rêver, avec leurs affiches léchées et leurs projets plus beaux les uns que les autres. Or, ceux qui achètent un condo sur plan devraient bien se renseigner et prendre certaines précautions. Huit conseils pour éviter les mauvaises surprises. CONNAÎTRE LE PROMOTEUR Mieux vaut vérifier si le promoteur est en règle avec la Régie du bâtiment du Québec (RBQ). On peut consulter le Registre des détenteurs de licence sur le site internet de l'organisme ou téléphoner à la Direction des relations avec la clientèle (1-800-361-0761) pour vérifier si l'entrepreneur fait l'objet de plaintes. Le site de la Société québécoise d'information juridique (SOQUIJ) permet aussi de savoir s'il est un habitué des tribunaux. « Plus on achète d'un promoteur sérieux, plus on a de chances que l'ensemble du projet soit satisfaisant », estime Jan Towarnicki, président du Regroupement des gestionnaires et copropriétaires du Québec (RGCQ). PROFITER D'UN PLAN DE GARANTIE Le plan de garantie administré par l'organisme Garantie de construction résidentielle (GCR) s'applique à tous les bâtiments résidentiels neufs d'un maximum de quatre logements superposés. L'acompte est garanti jusqu'à 50 000 $. Il en est autrement pour les tours d'habitation. Les plans de garantie pour les édifices de plus de quatre logements superposés sont facultatifs. « Lorsque les projets sont accrédités, des vérifications sont faites sur la solvabilité des constructeurs, souligne Me François Forget, président de ScriptaLegal et du regroupement de notaires Jurisconseil. Cela a une certaine valeur. » ÉVALUER LA SUPERFICIE RÉELLE La superficie vendue est approximative, préviennent les promoteurs. Elle est souvent brute, incluant les colonnes et les murs de gypse, précise Me Ludovic Le Draoullec, avocat spécialisé en copropriété. « Des gens qui pensent acheter un condo de 1000 pi2 se retrouvent avec 900 pi2, dit-il. Il y a beaucoup de recours devant les tribunaux pour obtenir une baisse de prix. Selon la jurisprudence, une réduction de superficie d'environ 10 % doit être absorbée par le consommateur. Si les acheteurs tiennent à un minimum de pieds carrés, ils doivent clairement l'indiquer dans le contrat préliminaire. » LIRE ATTENTIVEMENT LA NOTE D'INFORMATION Dès qu'un immeuble en copropriété comprend au moins 10 condos, le promoteur doit fournir une note d'information à la signature du contrat préliminaire, avec les noms de l'architecte, de l'ingénieur, du constructeur et du promoteur. La note d'information renferme aussi la description des parties communes ainsi qu'une copie ou un résumé de la déclaration de copropriété, même à l'état d'ébauche. « On peut y voir si les animaux sont interdits et si la location à court terme est permise, précise Me Le Draoullec. Il faut le savoir si on a un chien et qu'on recherche un environnement stable et paisible. » AVOIR LES MOYENS D'ACHETER Le budget prévisionnel, détaillé dans la note d'information, prévoit les sommes requises pour la bonne marche de la copropriété. Le promoteur s'en sert pour évaluer les charges mensuelles de copropriété. Or, celles-ci sont souvent trop basses, constate Me Le Draoullec. « Une fois l'immeuble construit, le budget devra être indexé, dit-il. Aucune soumission, par ailleurs, n'a été effectuée. Il arrive souvent que le budget ait doublé lorsque le promoteur effectue le transfert de l'administration provisoire au nouveau conseil d'administration. Il faut être en mesure de payer plus que ce que le budget initial prévoit. » BIEN CHOISIR LE CONDO La vue n'est pas le seul critère à considérer pour choisir un condo. Il faut regarder ce qui se trouve au-dessus et en dessous, ainsi que sur le même étage, fait remarquer Jan Towarnicki, du RGCQ. « Si on achète au-dessus de la porte d'entrée, on risque d'être dérangé par les livreurs, dit-il. Si on est au-dessus de la porte de garage ou près d'équipement mécanique important, comme l'ascenseur, on risque d'entendre du bruit. En regardant la dernière version des plans d'architecture, on peut être fixé. » La proximité des espaces communs (piscine, salon, etc.) peut être un autre élément à garder à l'oeil. NE PAS SE GÊNER Quand ils s'engagent à acquérir un condo qui n'est pas encore construit, les acheteurs signent un contrat préliminaire. Ce dernier s'avère souvent un modèle, que les consommateurs n'osent pas amender, constate Ludovic Le Draoullec, avocat spécialisé en copropriété au sein du cabinet De Grandpré Joli-Coeur. Or, des modifications peuvent être apportées pour refléter la volonté des deux parties. « Si l'acheteur considère que certains éléments promis sont essentiels, comme l'acceptation des gros chiens, la présence d'un ascenseur ou d'une piscine sur le toit, ça devrait transparaître dans le contrat signé. Ça peut aller jusqu'à l'ajout d'une annexe pour préciser les incontournables, qui ont influencé la décision d'acheter. » PRÉVOIR UN RETARD Les imprévus sont fréquents. Plus l'immeuble est de grande envergure, plus le nombre minimum de ventes requis avant d'entamer la construction est important, et plus il y a de chances d'avoir un délai, indique Jason Lemire, de l'agence immobilière Majordome, qui se consacre aux acheteurs de constructions neuves. Mieux vaut ne pas s'empresser de vendre sa maison et d'entreposer ses effets, renchérit Me Le Draoullec. « Avant d'engager des frais de relocalisation, il faut toujours être en contact avec le promoteur pour voir si la date fixée est réaliste. » DE NOMBREUSES CHOSES À SAVOIR Il faut surtout éviter d'acheter un condo sur plan sous le coup de l'émotion. Afin de prendre une décision éclairée, de nombreux outils sont offerts. Comme le livre Achat et vente d'un condo, tout ce qu'il faut savoir, de Me Yves Joli-Coeur (éditions Wilson & Lafleur). Très facile à lire, il invite les lecteurs à la prudence. Le site ScriptaLegal a par ailleurs mis en ligne le mois dernier son Guide pour un achat immobilier. En répondant à des questions pertinentes, celui-ci veut aider les futurs acheteurs à se familiariser avec chacune des étapes de l'achat sur plan. Ils seront ainsi mieux préparés. 5000 Nombre estimé de condos vendus majoritairement sur plan en 2015 dans la grande région de Montréal. Ceux-ci auront été achetés à l'étape de la prévente (avant le début de la construction) ou quand les travaux viennent de débuter, indique Mathieu Collette, directeur des études de marché du condo au sein du Groupe Altus. Ce chiffre inclut aussi une certaine quantité d'appartements neufs dans des immeubles récemment construits. 50 à 65 % Proportion de condos qui doivent habituellement être vendus avant que le promoteur puisse obtenir son financement et entreprendre la construction. Les prix fluctuent. Ceux qui s'inscrivent sur une liste et réservent un appartement avant que le projet soit officiellement mis en marché bénéficient d'un rabais. Puis, les prix tendent à augmenter lorsque la construction commence. De bonnes occasions peuvent aussi se présenter à la fin, lorsque l'immeuble est terminé et que le promoteur détient des unités depuis un certain temps. Il veut passer à autre chose.
  19. (Le lundi 02 avril 2007)Vancouver est la ville canadienne qui s'est le mieux classée au palmarès mondial de la qualité de vie des habitants: elle arrive au troisième rang, après les villes suisses de Zurich et Genève, indique un sondage mondial rendu public lundi. Les autres villes canadiennes figurant dans l'étude sont Toronto, 15e au classement mondial, Ottawa, 18e, Montréal, 22e, et Calgary, 24e. Dans le cadre de son enquête annuelle, la firme Mercer, Consultation en ressources humaines, attribue à Vancouver une note de 107,7, à égalité avec Vienne en troisième place et tout juste derrière Zurich (108,1) et Genève (108). Pour Danielle Bushen, de Mercer à Toronto, Vancouver a obtenu de bons résultats dans tous les domaines, mais son point faible est son taux de criminalité. «De façon générale, les taux de criminalité en Amérique du Nord tendent à être légèrement plus élevés qu'en Europe, et cela se confirme quand on compare des endroits comme Zurich et Genève à Vancouver», note Mme Bushen. Le sondage classait 215 villes à travers le monde à partir de 39 critères de qualité de vie, incluant notamment des facteurs politiques, sociaux, économiques et environnementaux, comme la sécurité des personnes, la santé, l'éducation, les transports et d'autres services publics. Les villes étaient comparées à New York, à laquelle était attribué un pointage de référence de 100. Les cinq villes canadiennes incluses dans l'enquête ont toutes obtenu des résultats supérieurs à n'importe quelle ville américaine évaluée. Honolulu est la ville des États-Unis ayant eu le meilleur résultat: elle se classe 27e au monde. Bagdad est considérée comme la ville la moins attrayante, avec un résultat de 14,5. D'autres villes reléguées au bas de la liste incluent Brazzaville au Congo (29,5), Bangui en République centrafricaine (30,6) et Khartoum au Soudan (31). Toutes les villes canadiennes du sondage se situent également dans les 25 premières pour ce qui est de la santé et de l'hygiène publiques. À ce chapitre, Calgary obtient le tout premier rang au classement mondial, suivie d'Ottawa en 4e position, de Montréal et Vancouver, à égalité au 10e rang et de Toronto au 21e rang. La position torontoise s'explique notamment par le nombre relativement élevé de jours, particulièrement en été, où la qualité de l'air de la ville fait l'objet d'alertes-météo. Les performances en santé et en hygiène publiques sont évaluées en fonction de la qualité et de l'accessibilité des services hospitaliers et médicaux, des niveaux de pollution atmosphérique et de maladies infectieuses. On tient aussi compte de l'efficacité des systèmes d'aqueduc et de traitement des eaux usées, de la qualité de l'eau potable et de la présence d'animaux et d'insectes nuisibles. La pire ville au monde pour la santé et l'hygiène publiques est Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan, qui se voit attribuer une note de 27,6. Autres villes peu favorisées sur ce plan, Dacca au Bangladesh, Antananarivo à Madagascar et Port-au-Prince en Haïti obtiennent respectivement 29,6, 30,1 et 34. Les résultats de l'enquête annuelle de Mercer visent à aider les administrations publiques et les multinationales qui affectent du personnel à l'étranger.
  20. Quebecor se retire de La Presse canadienne La Presse canadienne Édition du jeudi 12 mars 2009 Toronto -- Le groupe Quebecor affirme qu'il se retirera l'année prochaine de la coopérative Presse Canadienne, en misant sur le développement de sa propre agence de presse créée plus tôt cette année. L'entreprise possède notamment Le Journal de Montréal, Le Journal de Québec, les journaux Sun ainsi que plusieurs autres publications de langues française et anglaise au Canada. Quebecor est aussi propriétaire du plus important réseau de télévision privé au Québec, TVA, en plus d'une chaîne de télévision à Toronto, de plusieurs sites Internet, du câblodistributeur Vidéotron et d'un service de téléphonie au Québec. Une porte-parole de Quebecor Média a confirmé hier que le chef de la direction, Pierre Karl Péladeau, a fait parvenir une note de service à des employés afin de les aviser que la compagnie entend quitter la coopérative pour développer sa propre agence de presse. Dans cette note, M. Péladeau affirme que Quebecor doit s'adapter aux changements dans l'industrie des médias. «Comme vous le savez, la presse écrite traverse une période de bouleversements au Canada et à l'étranger, écrit-il. Plus que jamais, nous devons profiter de nos forces, et elles sont nombreuses: nous devons tout simplement tirer le maximum de celles-ci. C'est pourquoi nous devons continuer de construire et accélérer le développement de notre propre réseau -- en l'occurrence notre propre agence de presse, QMI -- afin de fournir et de partager le contenu entre tous nos médias partout au pays.»
  21. In the United States, you can never be more than 115 miles from a McDonalds, with most locations being closer to 20 miles or less. Alors je suis curieux - quelle est la distance de votre McDonalds / Tim Hortons le plus proche? Pull up Google Earth and use the straight-line measuring tool to find out! My closest McDonalds (straight line): 1.20km Second closest McDonalds (straight line): 1.32km My closest Tim Hortons (straight line): 1.33km Second closest Tim Hortons (straight line): 1.43km NOTE: Measure your distances in a straight line!
  22. Une note d’analyste a estimé que les ventes du nouveau BlackBerry Pearl Flip ont été «décevantes». L’action du géant a descendu de 7,64% ou 5,37 $ pour pointer à 64,88$. Pour en lire plus...
  23. C'est ce qu'a écrit lundi dans une note l'analyste Benoît Poirier, de Valeurs mobilières Desjardins. Pour en lire plus...
  24. All stars are pointing towards us having a new AC livery unveiled in 2017, along with new uniforms to complement the already underway in-cabin makeover. Whats everyone's thoughts on these options? (Note: I'm not sharing anything private here, as this info and images are already widely avail on the net).
  25. http://grupo.iberia.es/portal/site/WebCorporativa/menuitem.abb717cb888166100cd0cbfdf34e51ca?ib_contentId=2991f964402ee410VgnVCM1000008de815acRCRD This one is for you Andre_MD. You will remember put a note in 2014 to its pilots that both Montreal and Toronto are considered. Now its just Toronto. Sad up until 2000, Montreal was the only station for iberia in Canada. This also confirms the selling power of Toronto and Boston vs. Montreal - despite the fact that Air Canada has a daily Toronto-Madrid.