Search the Community

Showing results for tags 'nen'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 20 results

  1. Situé sur la rue De Castelneau à un coin de rue de St-Laurent et à coté du Métro De Castelneau tout près de la Petite-Italie et à l'embouchure sud-ouest du quartier Villeray, ce tout petit projet discret commence sa construction. On parle de condo de luxe d'après l'affiche mais je n'en sais pas plus.
  2. On ne sait pas encore combien coûtera en fonds publics le sauvetage de Fannie Mae et de Freddie Mac annoncé hier. La facture s'annonce comme la plus élevée dans les annales financières mondiales. Pour en lire plus...
  3. Pour garder la tête hors de l'eau, il faut faire preuve d'imagination, coûte que coûte. Et les transporteurs n'en manquent pas. Nécessité fait loi. Pour en lire plus...
  4. La dernière semaine en Bourse a été éprouvante, à n'en pas douter. Pour en lire plus...
  5. Le mot et le concept «équitable» ont beau être à la mode, ils n'en demeurent pas moins ambigus pour certains. S'agit-il de produits essentiellement biologiques, de produits achetés dans la communauté qui les produit ou d'un bien provenant d'un pays en voie de développement? C'est un peu tout cela. Pour en lire plus...
  6. La Chambre commerciale est devenue l'arène juridique par excellence où s'affrontent les procureurs d'entreprise. Il n'en a pas toujours été ainsi. Pour en lire plus...
  7. 29/05/2007 Le système informatique de la Ville de Montréal est dépassé. C'est l'un des constats faits par le vérificateur général, dans son rapport annuel déposé au conseil municipal. Et ça fait perdre des millions de dollars à la Ville. On apprend dans ce rapport que le système de gestion des ordinateurs de la Ville est un vrai capharnaüm: 550 serveurs installés sur 63 sites différents, neuf systèmes d'exploitation indépendants les uns des autres. Certains ordinateurs sont tellement vieux que les fonctionnaires n'en connaissent même plus le mode de fonctionnement. Le président du comité exécutif, Frank Zampino, affirme qu'il tente l'impossible pour corriger la situation. Mais pour Noushig Eloyan, chef de l'opposition à la Ville de Montréal, l'administration Tremblay paie le prix de sa décentralisation. Le vérificateur général identifie ainsi une dizaine de secteurs de la Ville de Montréal qui ont besoin de sérieux correctifs.
  8. Guys do we do well anywhere these days? http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/medias-et-telecommunications/les-3-tendances-qui-bouleversent-la-publicite-au-quebec/583155/2 "Entre 1999 et 2012, la grande région de Montréal a perdu près de 30% de sièges sociaux d'entreprises. Elle est ainsi passée du 2e au 4e rang dans le palmarès des agglomérations comptant le plus de sièges sociaux. Du coup, les décisions publicitaires de ces entreprises-là ne sont plus prises au Québec, mais ailleurs, la plupart du temps à Toronto. Plusieurs chiffres le mettent évidence : > Désavantage au Québec. Le Québec représentait en 2011 plus de 24% des emplois canadiens dans le secteur de la publicité, et il n'en compte aujourd'hui plus que 20%. > Avantage à l'Ontario. Simultanément, l'Ontario a vu les mêmes chiffres passer, eux, de 58 à 62% ; soit une croissance à un rythme annuel moyen de 5,6%." So in a nutshell we've lost 30% of our headquarters, most of them to Toronto. Sad state of affairs in our fair city.
  9. S'il n'en tient qu'à une annonce matinale du géant des télécoms, le rachat et la privatisation par le régime des enseignants ontariens Teachers' aura lieu dans un mois malgré la crise du crédit. Pour en lire plus...
  10. Jacques Lamarre n'en fait pas un mystère. SNC-Lavalin sautera sur l'occasion d'acquérir en tout ou en partie Énergie atomique du Canada, si le gouvernement fédéral décide de privatiser la société d'État. Pour en lire plus...
  11. Grave crise financière, krach boursier, début de récession... C'est plus qu'il n'en faut pour bousculer les résultats des principales banques canadiennes, qui doivent être publiés dans les prochains jours. Pour en lire plus...
  12. http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/chroniqueurs/201409/30/01-4805116-que-feriez-vous-avec-2000-milliards-.php Publié le 01 octobre 2014 à 05h00 | Mis à jour le 01 octobre 2014 à 05h00 Que feriez-vous avec 2000 milliards $? JEAN-SIMON GAGNÉ Le Soleil (Québec) Rêvons un peu. Imaginons ce que les États-Unis auraient pu faire avec les 2000 milliards $ engloutis dans les guerres d'Irak et d'Afghanistan, depuis 2001? - Lancer un vaste programme de réfection des infrastructures, à travers les États-Unis (500 milliards $)? - Nourrir les 800 millions de personnes affamées de la planète durant 10 ans (300 milliards $)? - Financer un programme de vaccination annuel de tous les enfants du monde contre la rougeole, la coqueluche, le tétanos, la tuberculose, la polio et la diphtérie (8 milliards $)? - Élargir l'assurance maladie pour inclure les 40 millions d'Américains qui n'en ont toujours pas (500 millions $)? - Doubler les sommes consenties par la Banque mondiale pour fournir de l'électricité à tous les habitants de la planète, d'ici 2030 (150 milliards $)? - Multiplier par cinq le financement public de la recherche sur le cancer, durant 10 ans (300 milliards $)? - Expédier des astronautes sur la planète Mars (100 milliards $)? - Fournir de l'eau potable aux 2,4 milliards d'êtres humains qui n'y ont pas accès (40 milliards $)? - Vaincre l'analphabétisme à travers le monde (20 milliards $)? Et même après cela, on pourrait encore distribuer un cornet de crème glacée au chocolat à chaque habitant de la planète (3,5 milliards $). Sans oublier l'achat de deux bébés girafes pour chacun des 1300 jardins zoologiques accrédités à travers le monde (650 millions $). Stop. N'en profitez pas pour faire de l'humour facile. Le premier qui ose dire «que les girafes en valent le cou», il aura affaire à moi. *** «À quoi bon faire des calculs naïfs sur ce que les Américains auraient pu faire?» demanderont les cyniques. Si la principale exportation de l'Irak était l'asperge, et non le pétrole, les États-Unis n'y auraient pas mené des opérations militaires durant 17 des 24 dernières années. Comment oublier la plaisanterie à la mode lors de la chute de Bagdad, au printemps 2003? - L'Irak va être séparé en trois parties : ordinaire, super sans plomb et diesel. Très drôle. Il n'empêche qu'en regardant une carte du Moyen-Orient, ces jours-ci, même les cyniques broient du noir. Jusqu'au bout, eux aussi refusaient de croire que la lumière au bout du tunnel était celle d'un train qui arrivait en sens inverse. En Afghanistan, il n'est pas exclu que les talibans reprennent le pouvoir. En Irak et en Syrie, la montée fulgurante de l'État islamique promet un carnage de grande ampleur. Deux milles milliards de dollars et des centaines de milliers de morts pour en arriver là? Quand on sait que les militaires promettaient précisément de rendre le monde plus sûr? Avouez que cela ressemble à une mauvaise plaisanterie. Mais l'humour, c'est parfois tout ce qui reste pour affronter la cruelle réalité, à Bagdad, à Tripoli, à Gaza, à Damas ou au Caire. - Chez nous, le service de police est excellent, disent les passants au Caire. Et il vaut mieux le répéter très fort pour n'être arrêté et battu à mort par ces excellentes personnes. *** Qu'auraient pu faire les États-Unis avec 2000 milliards $, au lieu de faire la guerre, depuis 2001? Il paraît que la question ne se pose plus. Car une nouvelle guerre s'annonce. Un nouveau choc entre la «civilisation» et la «barbarie absolue». À charge pour chacun de s'y retrouver, dans le jeu des alliances qui se font et qui se défont. Dans ces conditions, même l'infâme président syrien, Bachar Al-Assad, garde espoir. Qui sait si les États-Unis et leurs alliés n'auront pas besoin de lui pour combattre l'organisation de l'État islamique? Peut-être qu'il lui suffira de ranger les crocs de boucher et de changer la moquette maculée de sang? Allez savoir. «Chez nous, toute prédiction est impossible, blaguaient les Syriens, au début de la guerre civile, en 2011. Même les conférences d'astrologues et de médiums sont annulées, "à cause de circonstances imprévues".» Ils ne croyaient pas si bien dire. Peu importe. À la fin, notre légendaire capacité d'oubli triomphe toujours. Parfois, quand il s'agit du Moyen-Orient, notre perspicacité n'a d'égale que celle d'un auditeur étourdit de la BBC. - Combien de temps a duré la guerre des Six Jours entre Israël et trois pays arabes? demandait l'animateur. Réponse du partipant : «Quatorze jours?»
  13. Robert Charlebois Je reviendrai à Montréal Je reviendrai à Montréal Dans un grand Bœing bleu de mer J'ai besoin de revoir l'hiver Et ses aurores boréales J'ai besoin de cette lumière Descendue droit du Labrador Et qui fait neiger sur l'hiver Des roses bleues, des roses d'or Dans le silence de l'hiver Je veux revoir ce lac étrange Entre le crystal et le verre Où viennent se poser des anges Je reviendrai à Montréal Ecouter le vent de la mer Se briser comme un grand cheval Sur les remparts blancs de l'hiver Je veux revoir le long désert Des rues qui n'en finissent pas Qui vont jusqu'au bout de l'hiver Sans qu'il y ait trace de pas J'ai besoin de sentir le froid Mourir au fond de chaque pierre Et rejaillir au bord des toits Comme des glaçons de bonbons clairs Je reviendrai à Montréal Dans un grand Bœing bleu de mer Je reviendrai à Montréal Me marier avec l'hiver Me marier avec l'hiver
  14. 4 images Que se passe t'il avec ce projet - n'était t'il pas question de plusieurs tours. Il n'en a que deux? Pas que je suis fous du design - je trouve que ça l'air un peu de mini tour a bureau comme de classe B dans les banlieu de grandes villes
  15. Les circonstances qui président à la création d’une ville et façonnent son destin tiennent autant de l’histoire que de la géographie. Mais à quelles causes attribuer par la suite son aura, l’art de vivre qu’on y pratique, en un mot sa personnalité ? Sur la planète globalisée, Montréal apparaît comme la ville de toutes les proximités. Ville française à bonne distance de Paris, métropole nord-américaine à un jet de pierre de New York, Montréal offre le visage d'une ville tour à tour vibrante, imprévue, aléatoire, conviviale, où créer et vivre peuvent être stimulants. Qu'est-ce qui fait la spécificité de cette ville et la rend si attachante ? Voici un instantané de la création à Montréal, en ce début du XXIe siècle, à travers les multiples disciples où s'illustre la créativité montréalaise. Cet ouvrage éclaire la contribution que cette ville, dans une perspective résolument nord-américaine, apporte à la notion de l'art pour tous formulée en son temps par Antoine Vitez. Il donne aussi à voir et à rêver. Nombreux sont les visiteurs de passage à Montréal qui n'en sont plus repartis. Montréal attire, Montréal retient. Vous laisserez-vous tenter ? Principaux collaborateurs : Caroline Montpetit, Nicolas Mavrikakis, Daniel Canty, Odile Tremblay, Guylaine Massoutre, Ian Mc Gillis, Martin Winckler, Catherine Mavrikakis. Photographes et illustrateurs : Dominique Lafond, Roger Lemoyne, Patrice Lamoureux, Gérard Dubois, Thierry Labrosse, Marie-Reine Mattera, Bérangère Ferrand. http://www.editionsheliotrope.com/librairie/32/montreal_la_creative
  16. Flambée du prix du diesel, ralentissement économique... C'est plus qu'il n'en faut pour mettre à mal les résultats financiers des principaux transporteurs nord-américains de marchandises. Pour en lire plus...
  17. https://www.lesaffaires.com/blogues/l-economie-en-version-corsee/bye-bye-banlieue/586720 Les milléniaux n'ont qu'une envie, fuir la banlieue... On peut donc s'attendre à quatre bouleversements socioéconomiques d'ici les prochaines années concernant les métropoles nord-américaines, et en particulier Montréal, selon les trois chercheuses : 1. Une plus forte ségrégation entre riches et pauvres. Entre 2000 et 2010, la pauvreté a reculé de 10% à Manhattan et Brooklyn, mais elle a simultanément crû en banlieue, notamment à Staten Island. Pourquoi? Parce que d'une part, les jeunes talents fortunés ont rappliqué au centre-ville et d'autre part, ceux qui n'avaient plus les moyens de vivre au centre-ville (retraités, familles monoparentales, etc.) ont dû s'en aller en banlieue. Voilà pourquoi on devrait connaître à l'avenir une plus forte ségrégation entre riches et pauvres. 2. Un boom immobilier en régions. Comme les jeunes talents fortunés vont vivre en semaine entourés de béton, ils vont vite ressentir le besoin d'air frais, surtout durant les fins de semaine. Par conséquent, ils voudront s'acheter une résidence secondaire distante d'une poignée d'heures de route du centre-ville, au beau milieu de la nature. Ce qui pourrait provoquer un boom immobilier en région, par exemple dans les Laurentides ou en Estrie. 3. Davantage de gratte-ciel. L'espace étant, par définition, limité en centre-ville, le flux de nouveaux arrivants devrait entraîner la construction de nouvelles tours à condos. Et ce, notamment dans les quartiers qui n'en sont pas encore dotés. 4. Moins d'automobiles. En 2007, 73% des milléniaux américains étaient propriétaires d'une voiture; en 2011, ils n'étaient plus que 66%. C'est la première fois de l'Histoire des États-Unis que de moins en moins de jeunes possèdent une voiture. Comment expliquer ce phénomène? Non, ce n'est pas parce qu'ils n'ont pas d'argent. C'est parce qu'ils n'en veulent pas puisqu'ils n'en ont pas franchement besoin : ils vivent de plus en plus au centre-ville, où il est plus pratique, économique et écologique de prendre le vélo et les transports en commun que de rouler en voiture. D'où le recul prévisible à l'avenir du nombre de voitures achetées par la génération montante par rapport aux autres générations. Bref, bye-bye Laval et Longueuil, et bonjour Montréal!
  18. Bonjour, Apparemment, il y a un nouveau salon VIP commandité par Desjardins qui se prépare à ouvrir dans les prochains jours à YUL. Est-ce que quelqu'un en sait plus là-dessus? Je n'ai rien vu sur internet à ce sujet encore. Selon mes déductions, il devrait être situé au deuxième étage, entre la porte 63 et 65. Cependant, je n'en sait pas plus... À bientôt!
  19. Valeurs mobilières : compétence fédérale ou provinciale? Léonie Laflamme-Savoie , Finance et Investissement 09:56 Est-ce que la réglementation des valeurs mobilières est une compétence dont héritent les provinces ou peut-elle être ramenée sous le giron fédéral en cas de besoin selon la constitution? La réponse n'est ni simple ni absolue, c'est que les deux argumentations pourraient très bien être défendues devant un tribunal. Si l'on se fie à la constitution, la réglementation des valeurs mobilières tomberait dans le giron des provinces, mais pourrait aussi être d'intérêt national donc de compétence fédérale, selon Elizabeth Lamarre, coordonnatrice à la maîtrise notariale à l'Université d'Ottawa et auteure d'un mémoire de maîtrise sur le sujet. « À la base, c'est une compétence provinciale, mais ça peut être contesté, explique celle qui a travaillé à la Commission des valeurs mobilières du Québec de 1999 à 2004. L'article 92 (16) de la constitution dit que c'est de nature purement locale ou privée dans la province ou même pourrait aussi se justifier sous l'article 92 (13) en évoquant le concept de propriété et des droits civils dans la province. Il pourrait aussi être d'intérêt national et devenir une compétence fédérale, selon l'article 91 de cette même Loi. Les deux côtés se défendent. » Elle ajoute que « les deux côtés pourraient être plaidés devant la Cour Suprême. C'est une question très politique et est-ce que les investisseurs seraient mieux servis avec une seule grosse commission? Je n'en suis pas certaine, mais ça dépend du rôle que la Commission nationale aurait. » Même si la réglementation a été largement uniformisée avec l'arrivée du passeport et que la fusion de la Bourse de Toronto avec la Bourse de Montréal a contribué à aplanir les différences entre les divers marchés provinciaux, il n'en reste pas moins que des particularités demeurent. « Par exemple, pour un émetteur québécois qui fait un placement au Québec, avoir accès à une commission qui parle dans sa langue et qui connaît le droit civil, comme la loi des compagnies du Québec, sera plus facile que d'aller devant une commission nationale qui serait basée à Toronto », souligne-t-elle. Si en valeurs mobilières, les lois se ressemblent entre les provinces, les différences persistent toutefois dans les diverses lois corporatives. Des bureaux provinciaux où la réglementation pourrait être adaptée au marché constitueraient une solution possible dans le cadre de la mise en place d'une commission unique. « Prenons l'exemple d'une commission nationale qui ferait dans le minier, alors n'y a presque que l'Alberta qui en fait, indique Elizabeth Lamarre. Je ne sais pas si une commission provinciale albertaine ne serait pas mieux placée pour réglementer son marché qu'une grande commission nationale basée en Ontario. » Quant au passeport, il jouait jusqu'ici le rôle d'harmonisateur que le gouvernement Harper semble vouloir faire jouer à une commission unique. Elizabeth Lamarre suggère qu'on laisse sa chance au système que les provinces ont mis en place, car il est très récent. « La majorité des commissions ont harmonisé leurs lois et le passeport a amené beaucoup d'avantages, est-ce qu'une commission nationale aiderait davantage? Je n'en suis pas certaine, conclut
  20. Il y a dans le journal le Devoir d'aujourd'hui un article sur ce projet de condominium a la Cite du Havre. L'article est signe Marie-Eve Graniero et s'intitule " Profil-o- Un havre de luxe dans la Cite du Havre". Si vous voulez aller directement sur le site internet de ce projet l'adresse en est http://condoprofilo.com Personnellement j'aurais vu ce projet construit ailleurs dans la ville. Peut-etre que je reprends ici un sujet qui a deja ete traite sur ce forum mais je n'en ai pas trouve trace alors ...voila.