Search the Community

Showing results for tags 'manière'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 20 results

  1. Devant la nouvelle baisse des mises en chantier enregistrée en début d'année, l'Association canadienne des constructeurs d'habitations estime qu'Ottawa doit intervenir de manière préventive. Pour en lire plus...
  2. Urbania Célèbre Montréal. Urbania présente son émission, diffusé dès l'automne 2007 sur les ondes de TV5 et sur le web à http://www.mtl12.com,'>http://www.mtl12.com, pendant 13 semaines, Montréal en 12 lieux est une série documentaire télé, une expérience immersive en ligne mais surtout une réflexion articulé de manière originale autour de lieux symbolisant la vie urbaine. Si vous n'avez jamais entendu parler d'Urbania, jetez y un coup d'oeil, c'est de la merveille de lecture. http://www.mtl12.com http://www.urbania.ca
  3. http://www.journaldequebec.com/2016/06/11/une-journaliste-francaise-installee-au-quebec-raconte-la-realite-dici Une journaliste française installée au Québec raconte son expérience Une journaliste française installée au Québec raconte son expérience COURTOISIE VILLE DE MONTRÉAL Stéphane Plante 002 STÉPHANE PLANTE Samedi, 11 juin 2016 14:06 MISE à JOUR Samedi, 11 juin 2016 14:22 Emmanuelle Walter vit au Québec depuis cinq ans. Elle décrit son expérience en sol québécois et rapporte les témoignages d’autres Français. Pour son article «S'installer au Canada: Français, arrêtez de gueuler et adoptez l'accent!» publié sur le site de l’hebdo L’Obs, la journaliste a recueilli les commentaires d'autres Français ayant élu domicile au Québec depuis quelques années. Si le topo s’avère positif dans l’ensemble, quelques-unes des personnes consultées pour l'article adressent tout de même quelques mises en garde à leurs compatriotes tentés par l'expérience québécoise. Par exemple, les Français nouvellement installés au Québec devraient cesser le plus rapidement possible de comparer leur terre d’accueil avec la France. D'emblée, Emmanuelle Walter se montre sévère envers ses congénères: «Notre ethnocentrisme franco-français est proprement ahurissant.» Une Française ayant témoigné dans l'article abonde dans le même sens. «Tout est tellement différent que la comparaison (entre le Québec et la France) est vaine. À un moment, il faut déplacer son centre de gravité et s'intéresser plutôt, si on veut être pertinent dans les discussions, à ce qui se passe à Toronto, Seattle ou Vancouver», affirme Sarah, qui œuvre dans le secteur des communications. La question de l’accent, bien sûr, demeure au centre des préoccupations des Français au Québec. Comme l’affirme une des femmes citées par la journaliste, les nouveaux arrivants se doivent d’être à l’écoute sans condescendance. «Je conseille aux néo-arrivants français d'ouvrir grand leurs oreilles, de ranger leur mépris pour l'accent au placard, de comprendre les différents registres (la langue parlée est très différente de la langue écrite) et d'adopter avec jouissance le maximum d'expressions québécoises.» Les relations de travail «à la québécoise» sont aussi commentées par un jeune entrepreneur d’origine française à la tête d’une start-up de jeux vidéo. «Tu ne peux pas formaliser un reproche de manière abrupte. Il faut réfléchir à l'avance à la manière dont tu vas le verbaliser. Sinon, l'employé claque la porte et va voir ailleurs, et je sais de quoi je parle. C'est à l'opposé du management sanguin de Marseille, d'où je viens! Moi, j'y ai trouvé beaucoup d'apaisement.» Dans l'article, Emmanuelle Walter parle aussi de l’éducation des enfants, du féminisme tel qu’il est perçu chez nous et de l’hiver québécois. sent via Tapatalk
  4. http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/414969/citoyennete-active <header style="box-sizing: border-box; color: rgb(0, 0, 0); font-family: Verdana, Geneva, sans-serif; font-size: 13px; line-height: 16.260000228881836px;">Voyage au coeur de la citoyenneté active </header>2 août 2014 |Florence Sara G. Ferraris | Actualités en société <figure class="photo_paysage" style="box-sizing: border-box; margin: 0px; color: rgb(0, 0, 0); font-family: Verdana, Geneva, sans-serif; font-size: 13px; line-height: 16.260000228881836px;"><figcaption style="box-sizing: border-box; font-size: 0.846em; line-height: 1.2em; padding: 2px 0px 15px;">Photo: Jean-Michael SeminaroDe l'esplanade bétonnée du Village éphémère (sur la photo) à la friche verdoyante du Champ des possibles, des citoyens envahissent des lieux délaissés et les transforment en espaces de vie collectifs.</figcaption></figure>Imaginer et vivre nos espaces collectifs autrement, voilà le défi que se lancent des centaines de Québécois chaque jour. En marge des structures établies, ces «supercitoyens» bousculent leur milieu respectif pour tenter de changer le monde tous ensemble. Au bout de la rue Saint-Joseph à Québec, des bancs de bois usés semblent un peu perdus au milieu de l’espace bétonné, comme s’ils avaient été oubliés. Un peu en retrait, à l’ombre de l’église adjacente aujourd’hui occupée par une coopérative, un jeune homme observe les passants curieux s’arrêter. Là, un père et sa fille s’assoient pour déguster une glace. À quelques jets de pierre, un groupe d’amis rigolent, à califourchon sur un des sièges rustiques. Plus tard, une petite foule s’attroupe autour d’un jam improvisé. Sourire aux lèvres, l’observateur range son carnet de notes et reprend sa route. Premier essai du Collectif Le Banc, ces « bancs d’église » déployés en septembre dernier au coeur du quartier Saint-Roch se voulaient une manière de redonner, voire de révéler, aux résidants du secteur « les possibles » des lieux. Depuis, les membres du collectif originaire de Québec s’amusent à occuper le territoire de la ville de façon ponctuelle et éphémère. Un peu comme des « laboratoires urbains », de nombreuses initiatives du même genre voient le jour de plus en plus, prenant d’assaut les milieux de vie pour les ramener à l’échelle humaine. Urbanisme tactique, agriculture urbaine et projets d’économie alternative sont autant d’exemples de cette nouvelle façon d’aborder le vivre-ensemble. Dans cette lignée, le Centre d’écologie urbaine de Montréal a lancé un appel aux citoyens ce printemps dans le but de « transformer la ville ». Pour le chargé de projet Cédric Jamet, l’idée était surtout d’« offrir un espace d’échange aux véritables praticiens de la ville, soit ceux qui l’habitent et qui y sont attachés ». Persuadé que ces rêves collectifs se seraient réalisés sans le soutien du Centre, il précise toutefois que travailler de concert avec ces amoureux de la cité lui permet de créer des réseaux, de mettre des gens qui ne se seraient peut-être jamais parlé en relation. Car si ces initiatives citoyennes ont un impact direct et quasi immédiat sur le milieu dans lequel elles s’inscrivent, c’est la force du nombre — et on en compte des centaines à la grandeur du Québec — qui leur donne un véritable pouvoir de changement. « Tout le monde a son idée de ce qui ne suffit pas à la ville, et le faire chacun chez soi est déjà incroyable, insiste-t-il avec un sourire. Mais imaginez si nous décidions de réfléchir à ce dont nous avons besoin ensemble. » Citoyenneté plurielle De plus en plus bruyantes, ces démonstrations citoyennes piquent la curiosité du milieu universitaire qui, habitué d’étudier les va-et-vient du communautaire, a bien de la difficulté à en cerner les contours. C’est qu’on peut difficilement en brosser un portrait précis puisqu’il semble exister autant de manières de faire que d’individus qui s’impliquent. « On a longtemps voulu nommer les choses de manière idéologique,avance la professeure à l’École des affaires publiques et communautaires de l’Université Concordia Anna Kruzynski, qui étudie cette mouvance depuis quelques mois. Aujourd’hui, ce sont davantage les affinités qui unissent les gens. Si on habite le même lieu, qu’on partage des intérêts, des rêves, il y a une confiance qui s’établit. Quand on interroge les gens sur le sujet, ils disent souvent qu’ils se sont retrouvés. » Sans être en complète rupture avec ce qui se faisait au lendemain de la Révolution tranquille ou lors de l’émergence du communautaire, cette « nouvelle vague » d’implication citoyenne possède sa propre signature qui la rend fondamentalement unique. Très portée sur le « faire soi-même » [le fameux DIY] et le « vivre maintenant », cette génération de tous âges rejette les conventions établies, que celles-ci soient politiques ou issues du milieu militant lui-même. « Ce sont des gens, des groupes, portés par l’action directe, soutient Anna Kruzynski. Ils fonctionnent sans intermédiaire, sans demander la permission. C’est du “bottom-up” à l’état pur[l’intégration des structures officielles se faisant souvent après le passage à l’action]. » Ainsi, ce n’est qu’une fois les légumes bien enracinés dans le Jardinet des mal-aimées, cette saillie de trottoir réinvestie par les résidants de Rosemont, que l’arrondissement montréalais a manifesté son intérêt. Même son de cloche du côté des Incroyables Comestibles. Nés en Angleterre, ces pionniers en agriculture urbaine contemporaine ont vu leur idée se répandre comme une traînée de poudre, faisant des petits jusque de ce côté-ci de l’océan. Aujourd’hui, on en dénombre plus d’une dizaine « déclarés » au Québec. Encore une fois, c’est de manière spontanée que l’opération s’est amorcée dans des bacs à fleurs appartenant à la Ville à l’angle des rues Roy Est et Saint-Hubert en 2012. Deux ans plus tard, juste sur le Plateau, l’administration a prévu une trentaine de bacs pour cette « nourriture à partager ». « Les modes de participation changent avec les générations, ajoute la professeure au Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal Mireille P. Tremblay. Ce n’est pas surprenant de voir qu’aujourd’hui l’implication ne se fait plus de manière “traditionnelle” via les lobbys, les partis politiques ou les organisations en place. » Moins organisé et plus spontané, donc ? Pas nécessairement, selon Anna Kruzynski. « Ça fait longtemps qu’il y a quelque chose qui se trame. Comme un rhizome endormi sous la terre. » Issues de la lignée des protestations en marge des sommets du millénaire, d’Occupy et, plus récemment, de la grève étudiante de 2012, ces initiatives s’inscrivent dans un mouvement de citoyenneté active. « L’idée est d’aller au-delà du geste électoral », explique Juan Carlos Londono, l’un des instigateurs de 100 en 1 jour à Montréal, un projet qui consiste à générer une centaine d’interventions dans la ville en une journée afin de la rendre meilleure. Afin « d’exercer sa citoyenneté au quotidien, d’activer cette prise de conscience que nous sommes capables de créer la ville que nous voulons ». D’où l’intérêt de s’émanciper des structures, souvent trop lourdes pour vivre l’instant présent. Car tout est là aussi, dans cette idée qu’il faut agir vite et maintenant, dans cette mouvance du « lighter, quicker, cheaper » empruntée à l’urbanisme tactique. « On se rend de plus en plus compte que, collectivement, on n’a plus les moyens [de faire gros] et qu’on n’a plus le temps d’attendre », lance Martin Paré, vice-président de l’Association des designers urbains du Québec, qui est à l’origine, entre autres, duVillage éphémère qui s’enracine depuis peu sur la friche au pied du pont Jacques-Cartier. Ancrés dans l’instantané, fondamentalement positifs et un brin trop lucides par moments face aux instances officielles, ces révélateurs des possibles s’approprient la « politique de l’agir » et foncent, quitte à bousculer un peu sur leur passage. « Ça va bien au-delà du devoir ou du vouloir, insiste Juan Carlos Londono. C’est l’idée que, chaque jour, je me dis que je peux changer les choses. Après, le pari, c’est de souffler sur nos étincelles et souhaiter que le feu s’étende. »
  5. jeudi, 15 novembre 2007 Madigan Communications a lancé à Montréal un réseau d'affichage extérieur utilisant les échafaudages des édifices en restauration. Les deux premiers annonceurs à avoir utilisé ces panneaux géants sont Sony, pour promouvoir son nouveau téléviseur Bravia, et Tours Transat, pour célébrer son 20e anniversaire. "Notre plan de développement des affaires doit nous permettre de nous installer dans les principales villes du pays de manière à implanter cette nouvelle façon de faire en matière d'affichage extérieur en format géant. Nous désirons concentrer nos efforts sur les annonceurs qui cherchent à optimiser leur image de marque, comme LG, Apple, Samsung, Panasonic, L'Oréal et Chanel", dit Jean-Claude Henri, président de Madigan. Madigan est une société spécialisée en gestion de projets de marketing, développement des affaires et ventes de concepts d'affichage.
  6. Pour avoir agi «à la manière d'un voleur», l'institution financière devra verser 113 000 $ à un homme après la saisie de son duplex. Pour en lire plus...
  7. Le numéro un mondial des cosmétiques, heurté par un fort recul de ses ventes en Europe et aux États-Unis, compte réduire par attrition de manière «progressive, mais significative» ses effectifs mondiaux. Pour en lire plus...
  8. Le secrétaire américain au Trésor a lancé mardi un appel aux législateurs de son pays, estimant que la situation du système financier des États-Unis nécessitait de dépasser les clivages partisans et d'agir vite. Pour en lire plus...
  9. Microsoft a informé Yahoo! de manière catégorique qu'il n'avait aucun intérêt à relever son offre, dont la dernière version proposait 33 $ par action. Pour en lire plus...
  10. Un mot pour exprimer mon étonnement et une certaine colère à propos de la fermeture du dossier "le globe and mail détruit Montréal" par Malek. Je trouve ce geste tout à fait arbitraire, autoritaire et ridicule. Voilà le genre de choses qui explique pourquoi ce forum a du mal à attirer de nouveaux participants. Malek ne fournit aucun argument pour son geste. Tout ce qu'on devine, c'est que le sujet lui déplaît. D'ailleurs il a mal lu certains des messages, puisqu'il semble croire que des participants avaient défendu des régimes communistes, ce qui n'était absolument pas le cas. J'ajoute qu'il s'est comporté exactement de la manière autoritaire qu'il reproche aux régimes communistes. La liberté de parole, ça vous dit quelque chose ? Ce n'est certainement pas parce que les discussions avaient dérapé que ce dossier méritait d'être fermé, puisqu'elles n'avaient pas dérapé. Elles étaient civiles et même assez intéressantes à certains égards. De savoir que le sort de chaque discussion est ainsi suspendu aux humeurs de quelques individus est tout à fait détestable et indigne d'un forum sérieux.
  11. Le déficit américain se creuse de manière spectaculaire 10 décembre 2008 - 14h16 Agence France-Presse Le déficit budgétaire des États-Unis pour les deux premiers mois de l'exercice 2008-2009 (octobre et novembre) a atteint près de 90% du déficit total, record, de l'exercice précédent, selon les chiffres publiés mercredi par le Trésor. Le déficit budgétaire cumulé pour ces deux mois a atteint 401,574 G$, soit plus de 2,5 fois plus qu'un an plus tôt. Cette somme représente 88,3% du déficit accusé par l'État fédéral américain pour l'ensemble de l'année budgétaire 2008-2009 (454,798 G$). Sur le seul mois de novembre, le déficit a bondi de 67,3% par rapport à son niveau du même mois de l'an dernier, à 164,397 G$. C'est conforme aux attentes des analystes qui tablaient sur un trou de 171 G$. Novembre est traditionnellement un mois de déficit, a indiqué le Trésor. Mais au vu de la détérioration de la situation économique, qui augmente les dépenses de l'État tout en réduisant ses recettes fiscales, les prévisions les plus pessimistes des analystes --qui tablaient sur un déficit de l'État fédéral de 1000 G$-- pourraient rapidement devenir caduques.
  12. Les studios de Hollywood, y compris Walt Disney Co. et trois sociétés de cinémas, investiront 525 millions US pour équiper les salles de cinéma de manière à ce qu'elles puissent projeter des films numériques. Pour en lire plus...
  13. La protectrice du citoyen du Québec vient de déclencher une enquête afin de déterminer si le ministère québécois de l'Agriculture a réagi de manière excessive en confisquant des milliers de kilos de fromage. Pour en lire plus...
  14. Les entreprises aux États-Unis ont vu leur stocks baisser en novembre par rapport au mois précédent, mais moins vite que leur ventes qui reculaient de manière marquée. Pour en lire plus...
  15. La baisse de l'activité dans les services aux États-Unis s'est modérée de manière inattendue en décembre, permettant à l'économie américaine de finir l'année sur une note d'espoir ténu. Pour en lire plus...
  16. L'Europe est frappée mardi de plein fouet par le bras de fer russo-ukrainien sur les prix du gaz, les livraisons de gaz russe via l'Ukraine ayant chuté de manière draconienne et ayant parfois même été totalement interrompues. Pour en lire plus...
  17. C'est un trailer. Ça a l'air franchement cool. À surveiller. [video=youtube_share;l7aSZOhueOU] PS: c'est le twitter de Mtl qui m'a allumé sur le sujet. https://twitter.com/#!/MTL_VIlle PS2: "Le parkour est une technique physique consistant à transformer des éléments du décor du milieu urbain ou rural en obstacles à franchir par des sauts, des escalades. Le but est de se déplacer d'un point à un autre de la manière la plus efficace possible." Source wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Parkour
  18. Voici l'appel d'offres affichée sur le site de la Société du Parc Jean-Drapeau en date du 27 février 2013 : Services professionnels pour projets de remise aux normes des installations sportives du bassin Olympique La Société du parc Jean-Drapeau désire obtenir des soumissions pour la prestation de services professionnels en architecture, en architecture de paysage et en ingénierie dans le cadre de son projet de remise aux normes des installations sportives du bassin Olympique de l’île Notre-Dame. La mission comprend, de manière non exhaustive : - Le relevé des espaces; - Les études préparatoires; - La production des plans et devis; - La préparation des échéanciers et des estimations; - La coordination et la surveillance du chantier. Plus de détails à venir!
  19. Réunis dans le cadre du mini-sommet convoqué par Nicolas Sarkozy à l'Élysée, les quatre membres européens du G7 s'engagent à soutenir de manière conjointe les banques en difficulté. Pour en lire plus...
  20. Le déficit budgétaire cumulé pour octobre et novembre a atteint 401,574 G$, soit plus de 2,5 fois plus qu'un an plus tôt. Pour en lire plus...