Search the Community

Showing results for tags 'lunion'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 24 results

  1. Publié le 21 février 2010 à 05h17 | Mis à jour à 05h17 Vers une Europe fédérale? André Pratte Cyberpresse La crise financière grecque et l'incertitude qu'elle fait peser sur l'euro a relancé la réflexion au sujet l'intégration européenne. Depuis plusieurs années, des économistes affirmaient qu'une union monétaire devait s'appuyer sur une politique économique coordonnée, sur une banque centrale disposant de moyens pour agir et sur un système de transferts permettant de modérer les écarts de richesse entre les pays membres. La crise grecque semble confirmer leurs dires. Le président français, Nicolas Sarkozy, soutient depuis la crise financière mondiale que l'Union européenne devrait se doter d'un «gouvernement économique». Il y a quelques jours, l'idée a reçu pour la première fois le soutien, au moins verbal, de l'Allemagne. Comme tout ce qui concerne l'intégration européenne, il y a encore loin de la parole aux actes. N'empêche, la volonté d'une meilleure coordination des politiques économiques et budgétaires croîtra chaque fois qu'une crise locale affaiblira la devise européenne. Déjà, les pays riches de l'Union exercent de fortes pressions sur le gouvernement grec pour qu'il mette en place un plan d'austérité très dur. Selon un acteur expérimenté de la scène européenne, l'ancien premier ministre belge Jean-Luc Dehaene, l'Union européenne est à un tournant. Invité à Montréal par le think tank L'Idée fédérale (dont l'auteur de ces lignes est un des fondateurs) et par le Conseil de relations internationales de Montréal (CORIM), M. Dehaene a expliqué sa vision des choses devant quelque 250 personnes. De dire ce député du Parlement européen, l'Europe devra de plus en plus «parler d'une seule voix» si elle veut conserver son influence: «À l'heure du G20, alors que des puissances émergentes comme la Chine, l'Inde et le Brésil jouent un rôle de plus en plus important, l'Europe ne peut pas se permettre d'être représentée par plusieurs acteurs: la France, la Grande-Bretagne, la Commission européenne...» Il n'y a pas que les difficultés budgétaires de la Grèce qui devraient amener les Européens à changer leurs façons de faire. C'est aussi le cas d'autres dossiers réglés à l'international, par exemple les changements climatiques. Jean-Luc Dehaene raconte que les politiciens européens ont été traumatisés par une photo prise à la conclusion de la conférence de Copenhague sur les changements climatiques, photo où on voit réunis les principaux auteurs de l'entente finale: aucun dirigeant européen n'y figure... L'Union européenne doit donc envisager une plus grande intégration. Cette intégration se fera nécessairement à l'aide de «techniques fédérales» mais, affirme l'ancien premier ministre belge, «l'Europe ne sera jamais un État fédéral». L'UE est tout simplement trop complexe: «Imaginez un candidat à la présidence de l'Europe: il devrait faire campagne dans 27 pays en 23 langues!». Confortées par l'union monétaire, plusieurs régions d'États-membres ont réclamé et obtenu une plus grande souveraineté, la Catalogne et l'Écosse notamment. Selon Jean-Luc Dehaene, ce mouvement de décentralisation n'est pas en contradiction avec le renforcement de l'Union. En entrevue au Devoir, il précise sa pensée. Si l'Europe doit parler d'une seule voix, les pays devront transférer des compétences supplémentaires au niveau supranational. «Là est tout le débat, dit-il. Est-ce qu'une partie des États membres se rendront compte que leur souveraineté est devenue fort théorique dans le monde global et qu'ils ne la regagneront qu'en faisant un pool de souveraineté au niveau de l'UE?» De la réponse donnée à cette question dépendra la cohésion, et donc l'avenir de l'Europe.
  2. L'Union européenne, les États-Unis et le Japon sont entrés en récession ainsi que les autres pays développés, constate l'Organisation pour la Coopération économique et le développement. Pour en lire plus...
  3. L'Union des producteurs agricoles fait valoir qu'un échec permet le maintien du statu quo et, donc, du système de gestion de l'offre. Pour en lire plus...
  4. Le ministre de l'Agriculture du Québec rejette les critiques de l'Union des producteurs agricoles sur la nouvelle politique qu'il s'apprête à ratifier à la Conférence fédérale-provinciale des ministres de l'Agriculture. Pour en lire plus...
  5. Les Bourses asiatiques ont à nouveau été secouées mardi par la crise financière tandis que les places européennes connaissent une baisse malgré les efforts de l'Union européenne protéger le système financier. Pour en lire plus...
  6. Estimant qu'il convient d'injecter, outre des liquidités, de la crédibilité au secteur financier, la Commission européenne souhaite une réponse internationale et des changements à long terme pour contrer la crise. Pour en lire plus...
  7. Les dirigeants régionaux de l'Union des producteurs agricoles au Saguenay-Lac-Saint-Jean souhaitent rencontrer les candidats des partis fédéraux pour aborder les enjeux qui les préoccupent. Pour en lire plus...
  8. La récession sera «profonde et durable» et devrait coûter quelque 3,5 millions d'emplois à l'Union européenne en 2009, estime l'exécutif des 27 dans des prévisions publiées lundi. Pour en lire plus...
  9. Le ministre du Commerce international, Stockwell Day, a un remède en tête pour atténuer les effets de la crise économique mondiale: le libre-échange. Pour en lire plus...
  10. Ottawa voit grand Mise à jour le lundi 26 avril 2010 à 23 h 49 Photo: La Presse Canadienne /Adrian Wyld Le ministre conservateur, Peter Van Loan. (archives) Le ministre fédéral du Commerce international, Peter Van Loan, a indiqué à la Presse canadienne que les négociations entre le Canada et l'Union européenne (UE) pourraient mener à un pacte plus élaboré encore que l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA). Ce que nous recherchons, c'est l'entente commerciale la plus ambitieuse que nous ayons jamais conclue. — Le ministre Peter Van Loan Selon le négociateur en chef du Canada, Steve Verheul, les négociations en vue de conclure l'Accord économique et commercial global (AECG) progressent bien. Les deux parties en sont à la troisième ronde de pourparlers, et deux autres ont été planifiées. Le ministre Van Loan souhaite que l'accord soit entériné d'ici la fin de 2011. La délégation canadienne compte quelque 60 personnes. À la demande de l'UE, des représentants des provinces canadiennes en font partie en tant que partenaires à part entière. Selon Scott Sinclair, un chercheur pour le Centre canadien de politiques alternatives, les délégués européens souhaitent notamment éliminer le système de régulation de l'offre dans les secteurs des produits laitiers et de la volaille, et la Commission canadienne du blé. En retour, croit-il, le Canada pourrait exporter une plus grande quantité de matières premières en Europe. Un marché important L'ancien ministre libéral John Manley, maintenant à la tête du Conseil canadien des chefs d'entreprise, fait observer que le Canada a besoin de diversifier son commerce international et que dans ce contexte, une entente avec l'Union européenne, dont l'économie ressemble à celle du Canada, pourrait générer d'intéressantes retombées. Le gouvernement canadien estime que l'entente ferait bondir le produit intérieur brut (PIB) du Canada de 12 milliards de dollars d'ici 2014. En 2008, les exportations canadiennes en Europe se sont chiffrées à 52 milliards de dollars, un montant plutôt modeste compte tenu de la taille du marché. L'Union européenne, un marché d'un demi-milliard d'habitants répartis dans 27 pays, a un PIB de 19 milliards de dollars. Le premier ministre du Québec, Jean Charest, est un ardent défenseur d'un accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2010/04/26/014-canada-ue-pacte.shtml Pour ceux qui ne savent pas ce qu'est le système de régulation de l'offre dans le secteur des produits laitiers, en bref c'est ce qui fait en sorte que vous payez vos produits laitiers beaucoup trop chers, beaucoup plus cher qu'aux USA, puisque les prix sont artificiellement gonflés pour subventionner les producteurs laitiers (qui sont millionnaires soit dit en passant).
  11. La confiance des chefs d'entreprises et des consommateurs s'est effondrée en novembre à son plus bas niveau depuis 23 ans dans l'Union européenne. Pour en lire plus...
  12. L'Union européenne a fait bloc à Bruxelles derrière l'idée française d'un sommet international pour refondre le capitalisme et derrière le soutien apporté au système financier. Pour en lire plus...
  13. Les ministres des Finances de l'Union européenne réunis à Bruxelles ont approuvé le plan de relance de l'économie de 200 milliards d'euros (environ 315 G$ CA) sur deux ans pour le bloc européen. Pour en lire plus...
  14. On se sent bien seul, parfois, devant la voracité, le cynisme ou la malhonnêteté de certaines entreprises. Mais plusieurs David qui serrent les rangs peuvent plus facilement faire plier les genoux d'un Goliath pour obtenir réparation, ou justice, ou les deux. Pour en lire plus...
  15. L'Union européenne présente un plan de relance de la consommation de 318 milliards de dollars. Il s'agit d'une compilation d'efforts mis en place au niveau national par les pays membres. Pour en lire plus...
  16. Bernard Landry pour une monnaie unique mais par étapes ARGENT CANOË Alors que les voix se multiplient pour une monnaie nord-américaine commune, Bernard Landry appelle aussi de ses voeux à une telle issue, mais par étapes. Les dommages liés à la vigueur de notre monnaie démontrent une chose, selon l'ancien chef péquiste. «Quand on vise l'intégration économique sans coordination monétaire, des dommages considérables sont à prévoir et c'est la réalité que nous vivons actuellement», dit-il. Pour lui, avec la flambée de notre monnaie, c'est comme si les États-Unis et le Mexique, avaient relevé leurs droits de douanes de 60 % et ce malgré nos accords de libre-échange. «Une monnaie surévaluée est une entrave au commerce», lance en entrevue monsieur Landry. Dans ce contexte, «il semble raisonnable de cheminer au fur et à mesure de l'intégration des Amériques, comme l'a fait l'Union européenne, vers une monnaie unique», estime l'ancien premier ministre du Québec. «Cependant, si l'Union européenne est née en 1957 avec le Traité de Rome, l'Euro n'a que 5 ans. Il s'agit d'une longue évolution. Avant il y a eu l'écu, déjà précédé par une coordination appelée serpent monétaire européen. On peut y aller, mais par étape», indique Bernard Landry. Pour autant, à ses yeux, les circonstances, pour relancer nos projets d'intégration d'Amérique du nord ou des Amériques, sont quelque peu entachées par la mauvaise image des États-Unis dans le monde et l'impopularité de son président. Par ailleurs, Bernard Landry est sceptique quant aux nombreuses pressions dirigées à l'endroit de la Banque du Canada pour qu'elle baisse ses taux comme la Réserve fédérale américaine. «Le système monétaire international, depuis 1976, est basé sur le libre échange de la monnaie. C'est toujours difficile d'intervenir pour influencer efficacement le cours d'une devise quand les taux de changes sont fluctuants. Pour lui, les chances sont minimes qu'une baisse des taux de 25 points de base inverse de manière spectaculaire la course folle du huard. Alors, quid du secteur manufacturier ? « Il doit être plus productif et l'État doit s'en mêler», avance le professeur Landry. Il faut enclencher la pédale d'accélarateur sur la recherche et le développement par le bias de crédits d'impôt voire de subventions. «Il ne s'agit pas de socialisme. Nos concurrents se trouvent de l'autre côté de la frontière et dans bien des cas, ils donnent plus de subventions que nous. Ce n'est pas une question de doctrine mais d'efficacité», conclut Bernard Landry. http://argent.canoe.com/infos/quebec/archives/2007/11/20071109-160512.html
  17. Les 27 pays de l'UE s'entendent sur le traitement des actifs toxiques des banques. Cette gestion se fera dans un cadre européen, mais chaque pays aura une grande flexibilité. Pour en lire plus...
  18. L'Union européenne annonce que le PIB des 15 pays qui partagent la monnaie commune s'est contracté pour un 2e trimestre consécutif. À l'échelle nationale, l'Italie est en récession, tandis que la France l'évite de peu. Pour en lire plus...
  19. Les dirigeants européens vont approuver un plan de relance d'«environ 1,5% du PIB» de l'Union européenne, soit 200 milliards d'euros. Pour en lire plus...
  20. L'Union européenne (UE) a émis l'espoir mercredi d'une résolution de la crise gazière entre la Russie et l'Ukraine, qui l'affecte, grâce au déploiement d'observateurs internationaux. Pour en lire plus...
  21. La Commission européenne a annoncé mercredi qu'elle souhaitait procéder à des changements à long terme dans la réglementation du système bancaire pour le stabiliser. Pour en lire plus...
  22. Au terme de difficiles négociations, les pays membres de l'Union européenne parviennent finalement à s'entendre sur la création d'un plan de relance d'environ 200milliards d'euros. Pour en lire plus...
  23. Le commissaire aux Transports de l'Union européenne annonce la conclusion d'une entente qui lèvera les restrictions en vigueur sur les routes, les prix et le nombre de vols hebdomadaires entre le Canada et l'UE. Pour en lire plus...
  24. Le premier ministre du Québec vante à Ottawa, devant un parterre d'ambassadeurs européens, les mérites d'une éventuelle entente de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne. Pour en lire plus...