Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'luna'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning, architecture and urban tech
    • Urban photography
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • YUL General discussion about YUL
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 2 results

  1. Publié le 22 septembre 2010 à 17h36 | Mis à jour à 17h40 Le Port de Montréal accueille le plus gros navire de son histoire Pierre Saint-Arnaud La Presse Canadienne Montréal Le Port de Montréal accueillera ce jeudi le plus gros navire de son histoire, une opération qui aura nécessité deux années de préparatifs. Le Aida Luna, un navire de croisière allemand appartenant au voyagiste Aida Cruise, mesure 252 mètres de long et peut accueillir jusqu'à 2500 passagers. Il s'agit, en l'occurrence, principalement d'Européens, explique Ross Baldwin, directeur général de McLean Kennedy, l'agent maritime qui est à l'origine de la venue du mastodonte: «Les passagers sont surtout des Allemands mais aussi des Italiens, des Autrichiens et des Espagnols qui viennent voir les couleurs de l'automne sur le fleuve Saint-Laurent et sur le Saguenay. Pour plusieurs, c'est la première fois qu'ils voient une chose semblable.» La problématique de la venue du navire à Montréal réside moins dans sa longueur ou son tirant d'eau, qui n'est que de sept mètres, que dans sa hauteur. Le mastodonte se présente en effet à une hauteur de 47,9 mètres (157 pieds) au-dessus de la ligne de flottaison. «Nous avons commencé il y a deux ans par un dialogue avec les pilotes du Saint-Laurent pour voir si l'on pouvait amener ce navire à Montréal, a indiqué M. Baldwin, parce qu'il y a beaucoup d'obstacles: la hauteur du Pont de Québec, des lignes d'Hydro-Québec. Il y a aussi les manoeuvres d'accostage au Port de Montréal. C'est difficile mais les pilotes ont déterminé que c'était possible.» Le cas du vieux pont de Québec est en effet assez problématique, précise-t-il: «Le passage sous le Pont de Québec nécessite un ajustement du trajet à l'heure de la marée. On ne peut passer que si la marée est basse. À 48 mètres de hauteur, il passe pas à marée haute.» Bien que le dégagement soit suffisant sous les lignes d'Hydro-Québec à Trois-Rivières, on a prévu là aussi de les franchir à marée basse pour ne prendre aucun risque. Pour le dernier droit, les deux pilotes qui seront à la barre du navire entre Trois-Rivières et Montréal seront en terrain familier, indique M. Baldwin. «Ces deux pilotes sont allés en Allemagne l'an dernier pour faire une simulation sur un simulateur et confirmer que c'était vraiment possible. La décision était déjà prise mais il était utile d'offrir cette expérience aux pilotes et d'ajouter au simulateur leur expérience et les données sur les courants, les profondeurs du chenal et ainsi de suite.» Il a également fallu déterminer, entre autres, quelles manoeuvres seraient requises et quel type de remorqueurs pourraient les accomplir afin de permettre d'accoster le navire au quai Alexandra. Après avoir traversé l'Atlantique, l'Aida Luna a d'abord fait escale à New York et dans les ports des provinces maritimes avant de se rendre à Québec. Il est attendu dans le Port de Montréal à 7h00 du matin, ce jeudi. http://www.cyberpresse.ca/actualites/regional/montreal/201009/22/01-4320642-le-port-de-montreal-accueille-le-plus-gros-navire-de-son-histoire.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO2_quebec_canada_178_accueil_POS3
  2. Pas si facile de toucher à l'ALENA * Anne Robert, Lesaffaires.com * 10:25 Les menaces de Barack Obama ne sont pas fondées. Photo: lesaffaires.tv Même si la révision de l’Accord de libre échange de l’Amérique du Nord (ALENA) était un des thèmes de campagne du futur président Barack Obama, le Mexique ne croit pas cette révision possible. Les menaces de Barack Obama ne sont pas fondées, a soutenu selon l’ambassadeur du Mexique au Canada, Emilio Goicoechea Luna, lors d’un déjeuner-causerie organisé mardi par le Conseil des relations internationales de Montréal. Pour Emilio Goicoechea Luna, les critiques de Barack Obama portent pour l’essentiel sur l’énergie et l’environnement, dossiers qui dépassent le cadre de l'ALENA. De plus, il affirme que l'ALENA serait presque figé dans le marbre. Le réviser impliquerait de verser aux pays perdants des compensations rédhibitoires. «Et pour cause. Il a été rédigé par les Américains eux-mêmes qui, quinze ans plus tôt, voulaient doter cet accord d’un élément de certitude et de continuité sans imaginer qu’ils seraient confrontés à la crise économique actuelle», a affirmé À son avis, si l'ALENA a mauvaise presse aux États-Unis, c’est qu’au vu des chiffres, les Américains ont le sentiment d’y avoir perdu au change. Les États-Unis sont en effet globalement importateurs de produits mexicains et canadiens, en raison surtout du poids des importations de pétrole. À l’exclusion du pétrole, le solde commercial est équilibré entre les pays. De plus, les problèmes à la frontière mexico-américaine sont, selon l’ambassadeur, injustement attribués à une l’immigration clandestine mexicaine. Or, les grandes arrestations sont attribuables aux trafics de drogue et d’armes, dossier sur lequel le Mexique collabore pleinement avec les États-Unis. En revanche, Emilio Goicoechea Luna, a lancé un appel au rassemblement des trois pays de l'ALENA pour améliorer le traité. Il a mis en garde contre les risques de négocier des accords bilatéraux qui affaibliraient les positions de chacun des pays.
×
×
  • Create New...