Search the Community

Showing results for tags 'loyer'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 7 results

  1. Presse Canadienne 04/07/2007 Le coût moyen des logements a augmenté d'un peu plus de 4 pour cent à Montréal et Québec. Le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec a sondé des locataires et constate que les locataires de Montréal ont reçu de leur propriétaire des demandes moyennes d'augmentation de loyer de 4,4 pour cent lors de la dernière période de renouvellement des baux. Dans la grande majorité des cas de l'échantillon étudié, le chauffage était aux frais des locataires et les logements n'avaient pas subi de réparations majeures. L'indice d'ajustement des loyers de la Régie du logement était de 0,8 pour cent. Selon les cas recensés à Québec, les hausses de loyer moyennes en 2007 sont de 4,2 pour cent. Citant la Société canadienne d'hypothèque et de logement, le regroupement rappelle que de 2000 à 2006, le coût des logements a augmenté de 25 pour cent dans la région de Montréal et de 23 pour cent dans la région de Québec. Selon le porte-parole du regroupement, André Trépanier, il ne fait pas de doute que l'actuelle intervention de la Régie du logement ne protège pas adéquatement les locataires contre les hausses de loyer.
  2. Le prix des grands logements est très élevé à Montréal * Presse Canadienne, * 07:36 Selon le Front d'action populaire en réaménagement urbain, la taille des logements offerts est à la source du problème. Si la crise du logement semble s'être bien résorbée dans la région de Montréal, la situation est toujours loin d'être facile pour les familles à la recherche de grands logements, dont les loyers restent très élevés en raison de leur rareté. Le nombre de logements maintenant disponibles dans la métropole force les propriétaires à offrir des bonis à la location: place de stationnement, mois de loyer gratuit ou encore Internet, rapporte le Journal de Montréal. Ces "extras" semblent toutefois exclure les loyers de sept pièces et plus, qui demeurent très dispendieux. " Si un 3 et demie se loue 750 $ par mois, il est certain que des familles ont de la difficulté à trouver un logis à prix abordable", constate Alain Saint-Jean. L'homme qui vit seul déplore les prix exigés par plusieurs propriétaires. "Un couple avec des enfants ne pourrait pas habiter ici, les murs résonnent et ils se pileraient sur les pieds, dit-il, mais un appartement plus grand va les ruiner." Hicham Elmourabit, père de trois enfants, a finalement opté pour l'achat d'une petite maison, après trois mois de recherche pour un logement de trois chambres à coucher. "Nous n'étions pas prêts financièrement, mais c'était presque le prix que les propriétaires demandent par mois ", a dit le père de famille. Pour un logement de sept pièces et demie non meublé dans le quartier Saint-Henri, Richard Drouin demande 1100 $ par mois. "Le téléphone ne sonne pas fort, avoue-t-il. C'est la première année que je n'ai personne. Je ne sais pas trop quoi faire." Sophie Mérot, qui souhaite aussi louer son 7 et demie de Pointe-Saint-Charles, demande de son côté 1290 $ par mois. "Je ne crois pas qu'il sera loué pour juillet, dit-elle. Mais j'espère au moins le louer pour le premier août. Je ne peux pas baisser mon prix." L'idée d'absorber les pertes financières d'un mois de loyer inoccupé ne plaît pas à la propriétaire, qui admet toutefois que c'est un risque que doivent assumer les locateurs. Selon François Saillant, coordonnateur au Front d'action populaire en réaménagement urbain, la taille des logements offerts est à la source du problème. "Les logements libres sont de petits studios pour des personnes seules ou âgées, dit-il. Pas pour des familles." Malgré tous les avantages proposés avec la location de certains logements, François Saillant note que plusieurs d'entre eux sont encore inaccessibles. "Ils sont désuets, trop petits ou trop chers, dit-il. Pour un couple à revenus moyens, on est loin d'une surabondance de logements. Je doute que la concurrence entre les propriétaires soit vive dans ce cas." http://www.lesaffaires.com/article/0/immobilier/2008-06-23/479498/le-prix-des-grands-logements-est-tretegraves-eteacuteleveteacute-etagrave-montreteacuteal-.fr.html
  3. jsuis sur que ca dois varier dependant d'innombrables facteurs, mais quel serait selon vous un bon taux d'innocupation, pour de l'espace commercial, pour une ville comme montreal? si on pense seulement a favoriser la construction c'est sur que le plus bas, le mieux, mais dans le fond est-ce qu'un taux un peu plus elever ne favorise pas la densification du c-v en permetant a davantage de commerces de s'y etablir a un prix raisonnable ? si le taux est trop bas, les loyer montent, et les compagnies vont chercher a s'etablier en peripherie, non ?
  4. Portrait des cinq arrondissements [comparés par Mon Toit en fin de semaine] La Presse Le 21 septembre 2009 http://montoit.cyberpresse.ca/habitation/200909/21/01-903828-portrait-des-cinq-arrondissements.php 1- Rosemont- La Petite-Patrie Population 133 618 Hausse de la population de 2001 à 2006 +1,8% Ménages comptant une seule personne 47,7% des ménages Loyer brut mensuel moyen 601$ Parcs et espaces verts 55 Prix médian des copropriétés au 31 août 2009 230 000$ Copropriétés 52% des transactions Prix médian des duplex au 31 août 2009 345 000$ Sources: Statistique Canada, recensement de 2006, Chambre immobilière du Grand Montréal 2- Le Plateau-Mont-Royal Population 101 054 Baisse de la population de 2001 à 2006 -0,3% Ménages comptant une seule personne 52,3% des ménages Loyer brut mensuel moyen 709$ Parcs et espaces verts 63 Prix médian des copropriétés au 31 août 2009 260 000$ Copropriétés 78% des transactions Prix médian des duplex au 31 août 2009 395 000$ Sources: Statistique Canada, recensement de 2006, Chambre immobilière du Grand Montréal 3- Ville-Marie Population 78 876 Hausse de la population de 2001 à 2006 +5,4% Ménages comptant une seule personne 53,6% des ménages Loyer brut mensuel moyen 735$ Parcs et espaces verts 129 Prix médian des copropriétés au 31 août 2009 260 000$ Copropriétés 85% des transactions Prix médian des duplex au 31 août 2009 255 000$ Sources: Statistique Canada, recensement de 2006, Chambre immobilière du Grand Montréal 4- Le Sud-Ouest Population 69 860 Hausse de la population de 2001 à 2006 +5,1% Ménages comptant une seule personne 41,6% des ménages Loyer brut mensuel moyen 569$ Nombre de parcs 85 Prix médian des copropriétés au 31 août 2009 216 500$ Copropriétés 57% des transactions Prix médian des duplex au 31 août 2009 257 500$ Sources: Statistique Canada, recensement de 2006, Chambre immobilière du Grand Montréal 5- Mercier-Hochelaga-Maisonneuve Population 129 110 Hausse de la population de 2001 à 2006 +0,5% Ménages comptant une seule personne 42,3% des ménages Loyer brut mensuel moyen 588$ Nombre de parcs 73 Prix médian des copropriétés au 31 août 2009 182 500$ Copropriétés 47% des transactions Prix médian des duplex au 31 août 2009 300 000$ Sources: Statistique Canada, recensement de 2006, Chambre Immobilière du Grand Montréal
  5. http://www.cyberpresse.ca/actualites/elections-federales-2009/enjeux/environnement/201009/03/01-4312621-gaz-de-schiste-a-t-on-manque-le-bateau.php Putain! On n'est pas encore sorti du duplessisme! Y'a de quoi vouloir tirer partout dans un accès de rage!
  6. 21 août 2007 À partir de l'analyse d'un échantillon de locataires rencontrés ce printemps, le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) constate que les locataires montréalais ont reçu des demandes moyennes d'augmentation de loyer de 4,4 %, lors de la dernière période de renouvellement des baux. Certains secteurs ou arrondissements de Montréal s'en tirent mieux. Ce qui n'est toutefois pas le cas pour l'arrondissement de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve, où la hausse moyenne est de 4,7 %. Différents facteurs peuvent expliquer cette différence : la disponibilité des loyers dans le secteur, l'état des logements, les services de proximité, etc. À noter que dans la grande majorité des cas de l'échantillonnage étudié, le chauffage est à la charge des locataires et leurs logements n'ont pas subi de réparations majeures. Pour ces situations, en absence de variation des taxes foncières, l'indice d'ajustement des loyers, publié par la Régie du logement en janvier dernier, était de 0,8 %. Selon la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), entre 2000 et 2006, le coût du loyer d'un logement de deux chambres à coucher a bondi de 25 % dans la région de Montréal. « Il ne fait pas de doute que la méthode actuelle de la Régie du logement ne protège pas adéquatement les locataires contre les hausses de loyer, précise André Trépanier, responsable des dossiers politiques du RCLALQ. La ministre des Affaires municipales et des Régions, Nathalie Normandeau, a en main diverses solutions pour corriger le travail de la Régie du logement. » En l'absence d'un registre des baux, certains propriétaires en auraient profité pour hausser considérablement le coût de leur loyer. Pour contrer cette situation, le RCLALQ encourage les locataires qui déménagent à « passer leur bail » à ceux qui emménagent afin de leur donner la possibilité d'exercer un recours très peu utilisé, celui de demander la révision du coût de leur loyer. Selon le dernier rapport annuel de la Régie du logement, ce recours n'avait été exercé que 436 fois en 2005-2006 pour l'ensemble du Québec. Pour ce faire, les locataires disposent de deux mois après le début du bail pour contester le coût du loyer si la section G du bail n'a pas été complétée. Cependant, si cette section est dûment remplie, les locataires ne disposent que de 10 jours à partir de la conclusion du bail. En cas de fausse déclaration de la part du locateur, les locataires ont deux mois à partir de la connaissance de la fraude pour déposer leur recours. « Comme souvent la section G demeure incomplète, l'entraide entre locataires est une des rares avenues pour suppléer à l'absence d'un registre des baux », conclut M. Trépanier.
  7. La communauté arménienne construira 74 logements sociaux Publié le Juillet 21 2010 Stéphane St-Amour Une pancarte annonce un projet d’habitation sociale et communautaire sur le terrain avoisinant l’église arménienne bordant le boulevard du Souvenir, à l’ouest de Curé-Labelle. Un immeuble de sept étages, abritant 74 appartements destinés aux personnes de 60 ans et plus, autonomes et à faible revenu, y verra le jour grâce à l’initiative de la communauté arménienne de l’endroit. “C’est en gestation depuis 2007», souligne Azad Temisjian, président du conseil d’administration des Habitations Ararat, organisme sans but lucratif à l’origine du projet. AccèsLogis La Société d’habitation du Québec (SHQ), qui y a donné son aval, financera à hauteur de 50 % les quelque 11 M$ que nécessitera la réalisation de cet immeuble. Ville de Laval avancera pour sa part 1,5 M$, somme qui lui sera intégralement remboursée par la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) conformément à l’entente de financement liée aux projets subventionnés par le programme AccèsLogis. Liste d’attente Selon Fritz Delphine, du groupe de ressources techniques Option Habitation Québec, près de 160 personnes apparaissent déjà sur la liste d’attente pour habiter cet immeuble qu’on veut accessible à toutes les communautés culturelles. Parmi les critères de sélection, notons que trois unités d’habitation sur quatre seront réservées aux ménages dont le revenu annuel est de 24 000 $ et moins. Coût d’habitation Le prix des futurs loyers correspond à 94 % du loyer médian en vigueur dans la région. Concrètement, il en coûtera, chauffage, téléphone et câble inclus, 578 $ pour un studio, 714 $ pour un 3 ½ et 834 $ pour un appartement de deux chambres à coucher, explique M. Delphine. À ce loyer, il faut toutefois prévoir un montant supplémentaire de 280 $ par mois pour couvrir les services connexes, tels un repas par jour à raison de 5 jours par semaine, la conciergerie, une surveillance 24 heures par jour, l’animation et les activités sur place. Dans le cas où un couple partage le loyer, la seconde personne devra débourser un montant additionnel de 200 $ par mois… “Peut-être que pour certains ménages, il en coûtera le même prix qu’ils paient présentement pour se loger, mais ils auront droit à une qualité de vie supérieure avec en prime des services», signifie M. Temisjian. Supplément au loyer Cependant, jusqu'à 50 % des futurs locataires pourront bénéficier du Supplément au loyer, «une aide financière destinée aux ménages à revenu faible qui, sans ce soutien supplémentaire, devraient consacrer plus de 25 % de leur revenu au logement», peut-on lire sur le site de la Société d'habitation du Québec (SHQ), qui finance ce programme à hauteur de 90 %. Début des travaux Bien qu’on espère une mise en chantier à l’automne pour une occupation en 2011, les travaux pourraient être repoussés au printemps prochain. Au moment d’écrire ces lignes, la SHQ est à réviser les plans et devis préliminaires avant de lancer les appels d’offres publics.