Search the Community

Showing results for tags 'louest'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 27 results

  1. Sans surprise, ce sont des régions métropolitaines de l'ouest canadien qui occupent les sept premiers rangs de croissance économique. Pour en lire plus...
  2. Les consommateurs canadiens ont acheté 143 300 véhicules neufs au mois d'avril, avec un recul constaté dans les provinces de l'Ouest. Pour en lire plus...
  3. À voir la quantité de gens (touristes inclus) qui se promènent au centre-ville après 17h les samedis, je crois que l'initiative suivante serait une très bonne idée. Il faut maintenant attendre la décision du ministère. La Ville est d'accord pour l'ouverture prolongée des commerces du centre-ville Montréal, le 26 juin 2008 - M. Alan DeSousa, responsable du développement économique, du développement durable et de Montréal 2025 au comité exécutif, annonce que la Ville appuie la demande de la Société de développement commercial Destination Centre-Ville visant à prolonger jusqu'à 20 heures, les samedis et dimanches, l'admission aux commerces au centre-ville et dans une partie du Vieux-Montréal. « Nous demandons au ministère du Développement économique, de l'Innovation et l'Exportation (MDEIE) d'adopter cette mesure qui favoriserait l'activité économique au centre-ville et permettrait de mieux répondre aux besoins des touristes étrangers ainsi qu'à la clientèle régionale et suprarégionale, dont les excursionnistes d'un jour, parce que, comme nous l'apprend Tourisme Montréal, le magasinage est l'activité préférée des visiteurs au centre-ville », a déclaré M. DeSousa. « La notoriété du centre-ville s'explique par le grand nombre d'activités et d'événements qui s'y tiennent et par la présence de nombreux attraits touristiques sur son territoire et en périphérie. Il reçoit annuellement cinq millions de touristes, de même qu'il constitue la plus importante concentration hôtelière dans la région et celle qui enregistre le plus grand nombre de nuitées touristiques. Cet afflux de consommateurs représente un atout indéniable pour les 3000 commerces qui en font un pôle économique exceptionnel avec ses quelque 300 000 emplois », a expliqué M. DeSousa. Destination Centre-Ville s'est entendu avec l'arrondissement de Ville-Marie et le MDEIE pour désigner la zone touristique qui sera couverte par le prolongement de la plage horaire commerciale les samedis et dimanches. Le territoire visé se situe dans le périmètre suivant : coin Sherbrooke et Atwater, Sherbrooke vers l'est jusqu'à Saint-Urbain, Saint-Urbain vers le sud jusqu'à Saint-Antoine, Saint-Antoine vers l'ouest jusqu'à de Bleury, de Bleury vers le sud jusqu'à Saint-Jacques, Saint-Jacques vers l'ouest jusqu'à University, University vers le sud jusqu'à Notre-Dame, Notre-Dame vers l'ouest jusqu'à de la Montagne, de la Montagne vers le nord jusqu'à Saint-Antoine, Saint-Antoine vers l'ouest jusqu'à Atwater, Atwater vers le nord jusqu'à Sherbrooke.
  4. Le siège social de McDonald's se trouve à une demi-heure de route à l'ouest de Chicago, dans une banlieue cossue nommée Oak Brook. Pour en lire plus...
  5. Aucun Québécois avec ÉCJ? (Corus Sports)- Pour la première fois de l'histoire, Équipe Canada Junior pourrait n'aligner aucun Québécois en janvier prochain. Encore pire, ils pourraient tout simplement être absents du camp d'entraînement. Hockey Canada dévoilera mercredi prochain sa liste d'invitation en vue du camp d'entraînement d'ÉCJ. Selon notre collègue Stéphane Leroux, ne comptez pas trop sur les Québécois pour aider le pays à décrocher l'or encore cette année. «Ça se peut qu'il n'y ait même pas de Québécois pure laine d'invité.» «Ça revient chaque année et je me fis toujours à ce que l'on voit au repêchage de la LNH. Le Québec est toujours moins bien représenté que l'Ouest et l'Ontario, c'est la même chose pour la composition d'Équipe Canada junior.» Prenons en exemple le dernier encan de la LNH. Seulement 27 représentants de la LHJMQ ont été sélectionnés, comparativement aux 46 de l'Ontario et aux 36 de l'Ouest. La statistique la plus effrayante: aucun n'a été choisi en première ronde, contre 11 de l'Ontario et 9 de l'Ouest. Preuve que l'Ouest du pays semble encore une fois posséder les meilleurs talents cette année, analysons les résultats des derniers d'étoiles contre l'équipe russe. Après avoir remporté le premier duel 5-3, la LHJMQ s'est inclinée lors du 2e par la marque de 4-3. Pendant ce temps, les deux autres ligues enlevaient leurs deux matchs respectifs, l'Ontario gagnant 6-3 et 3-2 tandis que l'Ouest ne faisait qu'une bouchée des Russes 5-0 et 2-1. À défaut de ne pas retrouver de Québécois, certains joueurs de la LHJMQ devraient être présents au camp. Jake Allen, gardien du Junior de Montréal, et Christopher DiDomenico, solide centre des Sea Dogs de Saint John seront invités. Les deux sont toutefois natifs respectivement du Nouveau-Brunswick et de l'Ontario. Problèmes de développement? «Ce que je trouve agaçant, en janvier 2006, Équipe Québec Midget a remporté le Championnat du monde. Ces joueurs-là avaient 15 ou 16 ans à l'époque. On pensait alors qu'ils allaient former le noyau d'ÉCJ en 2009. Aujourd'hui, peut-être qu'aucun de ces 20 joueurs-là ne va être invité au camp», a analysé Leroux. Imaginez, 4 joueurs ne jouent même plus au niveau junior. Du groupe de 2006, seulement deux joueurs pourraient être invités au camp: Angelo Esposito et Kevin Marshall. Encore là, cette présence au camp est loin de leur assurer une place au sein de la formation finale. Parlez-en à Esposito, qui a été retourné chez lui lors des 3 derniers camps... «On va l'inviter seulement si on pense qu'il a de très bonnes chances de faire l'équipe. On ne voudrait pas l'humilier pour une 4e année de suite.» «Les autres de l'édition 2006, ils ne sont même pas proches d'être invités.»
  6. L'habitation garde le cap sur la croissance au Québec, contrairement à celle des États-Unis et de l'Ouest canadien, mais sa vigueur s'atténue et une petite baisse devient possible, dans la foulée de la crise financière et de la récession mondiale. Pour en lire plus...
  7. Un condo vendu 47 millions: record à Los Angeles Le condo vendu 47 millions occupe les deux derniers étages d'une tour en construction et offre une vue à 360 degrés. Il sera possible de voir la mer à l'ouest, des gratte-ciel du centre-ville de Los Angeles à l'est, et la chaîne de montagnes Santa Monica au nord. Photo archives Reuters Le mardi 5 août 2008 Nicolas Bérubé La Presse Los Angeles Un pied-à-terre à L.A., ça vous dit? Si c'est le cas, vous pouvez dire adieu à l'appartement qui occupe les deux derniers étages de la tour Century, en construction près du boulevard Santa Monica. Ce condo vient de s'envoler au prix de 47 millions de dollars. Le condo, qui marque un record pour un condo en Californie, a été acquis plus tôt ce mois-ci par Candy Spelling, la veuve du milliardaire Aaron Spelling. Décédé en 2006, M. Spelling a été le producteur télé le plus prolifique de l'histoire d'Hollywood. On lui doit notamment Beverly Hills 90210 et Charlie's Angels. Le condo, qui s'étend sur 1500 mètres carrés, offre une vue à 360 degrés. Il sera possible de voir la mer à l'ouest, des gratte-ciel du centre-ville à l'est et la chaîne de montagnes Santa Monica au nord. La tour est située à deux pas des restos branchés d'Hollywood. «Avant de faire mon choix, j'ai pris soin d'explorer toutes les tours à condo de l'ouest de L.A., et le Century a été la seule à satisfaire mes exigences, a fait savoir Mme Spelling. C'est carrément l'immeuble le plus luxueux à Los Angeles.» La riche dame prévoit emménager dans ses nouveaux quartiers lorsque la construction de la tour sera complétée, à la fin de l'année 2009. La tour comprendra 140 résidences, dont les plus luxueuses seront munies de foyers, de patios et d'une salle de divertissement. Un restaurant haut de gamme situé au rez-de-chaussée pourra servir les résidants. L'immeuble comprendra également une salle d'entraînement, un spa, une salle pour goûter les vins et un service de voiturier disponible 24 heures par jour. Pour Mme Spelling, le condo marque un retour à une habitation plus modeste: le manoir de 5000 mètres carrés qu'elle occupe actuellement compte 123 pièces. Situé dans le chic quartier de Holmby Hills, près de Beverly Hills, le manoir est la plus grande résidence du sud de la Californie.
  8. J'ai regardé ce documentaire l'autre soir à la maison, il est diffusé sur Illico dans la section des films quebecois. On entend souvent parler des séparatistes de l'ouest. N'étant pas séparatiste à la base, j'ai tout meme apprécier voir à quel point le Canada est plus divisé qu'on peut se l'imaginer et que ce n'est pas les franco contre les anglos, mais bien chaque province pour elle meme... Je vous invite à la regarder, ca donne une perspective interessante sur notre pays, meme s'il s'agit de minorité. On est aussi en droit de se demander ce que ces gens (de l'ouest) seront en mesure de demander vu leur pouvoir conomique grandissant... et ce qui arriverait à nos paiements de péréquations... SYNOPSIS : Vous croyez que seuls les Québécois ont des aspirations indépendantistes au Canada ? Détrompez-vous. Il y a des séparatistes un peu partout dans le pays, d’une mer à l’autre… FICHE D’INFORMATION : De 2006 à 2011, Guylaine Maroist a rencontré les séparatistes du R.O.C. (Rest of Canada). Plusieurs Québécois croient à tort que le Canada anglais est homogène et que les Canadiens sont tous « unis » sous la feuille d’érable. Le Canada est constitué de plusieurs nations qui ne partagent pas forcément les mêmes valeurs. Les États-Désunis du Canada donne la parole aux citoyens canadiens qui, d’est en ouest, ne croient plus au pays fondé par John A. MacDonald.
  9. Discussion portant sur le projet du SLR dans le West Island de Montréal.
  10. À l'ouest de la rue McGill entre la rue Notre-Dame et Saint-Maurice Demande de démolition pour permettre la construction d'un immeuble commercial et résidentiel
  11. Enfin! J'avais peut qu'on n'y réfléchisse pas : un plan de réaménagement de l'Avenue des Canadiens-de-Montréal. Aucune idée si c'est ce projet qui sera complété, mais au moins, c'est une excellente nouvelle. Le dévoilement éventuel du PPU Quartier des Gares nous en dire beaucoup plus. Sur LemayLab : Vers l'EST : Vers l'OUEST : Vers l'EST, entre l'Avenue et la TDC : Vers l'OUEST, entre l'Avenue et la TDC :
  12. Desjardins optimiste pour le Québec Mise à jour le lundi 24 novembre 2008 à 14 h 55 Contrairement à l'Ontario et aux provinces de l'Ouest, le Québec, même si son économie déclinera au dernier trimestre de 2008, devrait être en mesure d'éviter de tomber en récession au cours des prochains mois. C'est du moins ce que soutiennent, lundi, dans leurs plus récentes prévisions économiques et financières, les économistes du Mouvement Desjardins. Ces derniers prévoient que le Produit intérieur brut du Québec reculera de 0,8 % au quatrième trimestre 2008, mais que celui-ci commencera tout de suite après à reprendre de la vigueur pour, de peine et de misère, se maintenir la tête hors de l'eau, avec un premier trimestre 2009 à 0,1 % de progression. Si ce scénario s'avère, l'économie québécoise évitera de justesse de connaître les deux trimestres consécutifs de décroissance du PIB qui permettent d'affirmer qu'une économie est en récession technique. Le reste du pays, toutefois, ne devrait pas s'en tirer aussi bien. En effet, il appert que les malheurs du secteur automobile américain auront un impact majeur en Ontario. On prévoit ainsi que le PIB de cette province qui fut naguère la locomotive de l'économie canadienne chutera de 2 % au dernier trimestre de 2008 pour demeurer dans le rouge tout au long des six premiers mois de 2009. Les provinces de l'Ouest et Terre-Neuve-et-Labrador, qui ont bénéficié ces dernières années de la manne pétrolière, vont elles aussi subir les contrecoups du repli des prix du pétrole et connaître une récession au cours des prochains mois. À l'échelle nationale, les économistes de Desjardins croient que le Canada va connaître une récession de trois trimestres consécutifs, récession qui commencera dès le quatrième trimestre de 2008.
  13. Bien qu'ils aient dépassé les cibles de productivité fixées par l'entreprise, les employés de l'ouest de Montréal perdraient leur emploi en novembre prochain, selon le syndicat. Pour en lire plus...
  14. De plus en plus de pêcheurs au Nouveau-Brunswick partent chercher du travail dans l'Ouest canadien pour compenser les pertes qu'ils subissent en pratiquant la pêche. Pour en lire plus...
  15. Les prix des logements neufs traînent de la patte 11 août 2008 - 09h15 Presse Canadienne Les prix des logements neufs au Canada ont augmenté à leur rythme le plus lent depuis plus de six ans, en raison de l'assouplissement du marché de l'habitation dans les provinces de l'Ouest, suggèrent les données publiées lundi par Statistique Canada Les prix de vente des entrepreneurs ont ainsi progressé de 3,5% entre juin 2007 et juin dernier, comparativement à l'augmentation d'une année à l'autre de 4,1% enregistrée en mai. Il s'agissait du taux de croissance le plus faible enregistré depuis mars 2002, alors que les prix d'une année à l'autre avaient crû de 3,4%. Dans l'Ouest canadien, si les prix des logements neufs ont augmenté (par rapport à juin 2007) à Winnipeg, Regina et Saskatoon de 11,5%, 28,5% et 16,3%, respectivement, ils n'ont crû que légèrement à Edmonton et à Calgary, de 1,6% et de 0,1%, respectivement. En Colombie-Britannique, les prix d'une année à l'autre enregistrés à Vancouver ont augmenté de 1,8%, tandis que ceux de Victoria ont diminué de 0,4%. À Montréal, les prix des logements neufs ont augmenté de 5,6% de juin 2007 à juin dernier et, à Québec, de 5,4%. À Toronto, les constructeurs ont accru leurs prix de 3,8% par rapport à juin 2007, alors que les prix observés à Ottawa étaient en hausse de 4,4%. Au Nouveau-Brunswick, pour les agglomérations de Saint-Jean, Fredericton et Moncton, une augmentation de 2,3% a été observée d'une année à l'autre. D'un mois à l'autre, c'est-à-dire de mai à juin derniers, les prix se sont légèrement accrus de 0,1% pour l'ensemble du pays.
  16. Le marché immobilier américain montre des signes de stabilisation, dit la banque de l'Ouest, qui est aussi un des plus gros prêteurs hypothécaires de son pays. Pour en lire plus...
  17. http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201501/12/01-4834558-slr-et-train-de-louest-la-caisse-de-depot-a-la-rescousse.php=author%3ADenis+Lessard&sort=recent"]Denis Lessard La Presse <iframe title="Twitter Follow Button" class="twitter-follow-button twitter-follow-button" id="twitter-widget-3" src="http://platform.twitter.com/widgets/follow_button.37e112509e16b7fe5e4cf93632594a08.fr.html#_=1421146325070&align=right&id=twitter-widget-3&lang=fr&screen_name=denis_lessard&show_count=false&show_screen_name=false&size=m" frameborder="0" scrolling="no" style="width: 70px; height: 20px;" allowtransparency="true" data-twttr-rendered="true"></iframe> (Québec) Fauché, le gouvernement du Québec s'est trouvé un allié richissime pour financer de coûteux projets de transports collectifs dont a désespérément besoin Montréal. La Caisse de dépôt et placement (CDP) deviendra bientôt le bailleur de fonds et le gestionnaire de projets d'infrastructures au Québec, comme le système léger sur rail (SLR) sur le futur pont Champlain et le train de banlieue pour desservir l'ouest de l'île de Montréal. <!-- .excerpt --> C'est ce qu'annonceront conjointement le premier ministre Philippe Couillard et le président de la CDP, Michael Sabia, ce matin dans l'atrium de la Caisse à Montréal. L'annonce de «l'entente commerciale», qu'on a voulu garder sous le boisseau le plus longtemps possible, réunira aussi le maire de Montréal Denis Coderre, le ministre des Finances Carlos Leitao et son collègue au Trésor, Martin Coiteux, a appris La Presse de plusieurs sources. Les annonces conjointes de la Caisse et du gouvernement ne sont pas courantes - la CDP est jalouse de son autonomie vis-à-vis des décideurs politiques. Aussi MM. Couillard et Sabia marcheront-ils sur des oeufs quand ils définiront les rapports à venir entre Québec et le bas de laine des Québécois. Jamais dans le passé le gouvernement n'avait pu ordonner à la Caisse de procéder à un investissement particulier; celle-ci était libre de toutes ses décisions sans considérations politiques. L'entente suppose l'adoption d'un projet de loi à l'Assemblée nationale pour permettre à la CDP de faire au Québec ce qu'elle peut déjà faire à l'étranger - elle a déjà près de 10 milliards de dollars d'investissements en infrastructures en dehors du Québec. Une fois la loi adoptée, le gouvernement pourra «confier des projets à la CDP, lui permettra d'en devenir le maître d'oeuvre, l'opérateur». Le gouvernement va continuer à choisir les projets, à décider de leurs orientations et de leurs échéanciers. La Caisse fera ses études et pourra les réaliser dans le même environnement réglementaire que les autres entrepreneurs au Québec. On comprend que la Caisse ne s'engagera pas dans un financement précis et n'annoncera pas formellement des projets aujourd'hui. Les deux projets du SLR et du train de l'Ouest monopoliseront l'attention, mais d'autres pourraient être définis. Mais avec cet allié richissime, Québec pourra faire transférer à la CDP une bonne partie du financement. Une étude de la Banque Nationale, cet automne, évaluait que les bénéfices que pourrait tirer la Caisse comme investisseur foncier avec de tels projets permettraient à l'institution de financer jusqu'à 35% du coût des projets. En panne de financement Les deux projets montréalais, le SLR (système léger sur rail) du pont Champlain et le train de l'Ouest, sont en panne faute de financement. Enferré dans des discussions avec Ottawa, Québec s'était résolu à se contenter d'une liaison par bus pour l'avenir prévisible sur le futur pont Champlain, compte tenu de la facture d'un SLR de plus de 2 milliards de dollars. Pour le train de l'Ouest, en campagne électorale, Philippe Couillard s'était engagé à terminer le projet pour relier le centre-ville et la municipalité de Vaudreuil-Dorion, traversant donc toute la partie ouest de l'île de Montréal. Encore là, le projet coûtait au bas mot 1 milliard de dollars, voire davantage selon le parcours et le nombre de gares, une facture trop élevée pour un gouvernement qui paie déjà 11 milliards par année en service de dette. L'investissement intéresse la CDP, qui pourra en tirer des revenus de deux sources: d'une part, elle pourrait obtenir une partie de la tarification, sa quote-part sur le prix des billets, un revenu lié à l'achalandage, une source plus traditionnelle. D'autre part, surtout, elle bénéficiera de la plus-value foncière des investissements immobiliers semés sur le parcours des nouveaux circuits. Cette filière de la valeur foncière était au centre d'une étude commanditée par la Banque Nationale publiée cet automne. Le Dr George Hazel, expert international dans le domaine du transport collectif, y propose que les investisseurs institutionnels, comme la Caisse de dépôt, puissent contribuer au financement de ces projets onéreux. La BN relevait d'ailleurs déjà que le SLR sur le pont Champlain et la desserte ferroviaire vers l'aéroport de Dorval et l'ouest de l'île étaient constamment remis aux calendes grecques, le gouvernement ne voulant pas ajouter à la dette. L'étude de la Banque Nationale tablait uniquement sur la plus-value foncière, et visait à «établir la hausse des profits estimée d'un investissement immobilier avec l'arrivée, par exemple, d'une nouvelle gare dans un quartier. Les promoteurs s'entendent ensuite avec les instances gouvernementales pour financier une partie des infrastructures publiques requises». La Ville de Brossard avait participé à l'étude, favorable à un lien rapide entre le Dix30 et le centre-ville.On estimait alors que la Caisse pourrait financer jusqu'à 35% du projet. À Londres, le projet Crossrail, un réseau ferroviaire pour désengorger la capitale britannique, est en construction au coût de 26 milliards de dollars. Les investisseurs institutionnels prendront 30% de la facture, tirant profit de la construction de 10 nouvelles stations. À New York, pour le prolongement de la ligne 7 du métro, le secteur privé contribue aussi au financement du transport collectif, le Hudson Yards, actuellement le plus gros chantier immobilier en Amérique. Un changement de culture L'étude de la Banque Nationale tablait sur «un changement de culture» pour faire en sorte que les responsables de transports collectifs comme la STM ou l'AMT génèrent des revenus qui ne dépendraient pas des contribuables ou des automobilistes. Actuellement, seulement 1% des revenus de l'AMT et 3% des revenus de la STM proviennent du privé. En comparaison, la société de transport de la ville de Hong Kong touche 40% de ses revenus grâce au privé qui, en retour, profite de «la captation de la plus-value foncière». Au Québec, une étude réalisée aux environs des gares de trains de la ligne vers Mont-Saint-Hilaire a démontré qu'en trois ans, les résidences situées à moins de 1500 mètres auraient vu leur valeur augmenter de 5% à 13%. - Avec la collaboration d'Hélène Baril et François Cardinal
  18. Juste pour le fun, et pour satisfaire ma curiosité personnelle... ...selon vous, si un promoteur (très) ambitieux voulait construire une tour de 200m-250m demain à Montréal, à quel endroit devrait-il le faire? (Répondre au sondage) Si vous désirez jusitifier votre choix, postez dans le fil! Merci! Et peut-être que nous allons partir une belle petite discussion! Juste pour spécifier, je parle de quelque chose 190m à 250m. Dans le même genre du 1250 René-Lévesque ou du 1000 de la Gauchetière -- ou même plus haut, jusqu'à 250m! (Ceci éxigerait une modification à la fameuse limite d'hauteur du Mont Royal mais faites semblant que tout est possible, haha. Même chose pour le zonage. À l'ouest c'est du 120m mais imaginez que tout peut changer. This is purely hypothetical!)
  19. Les projets Hebron et Deep Panuke, qui créeront des milliers d'emplois en Atlantique, suscitent l'espoir de voir revenir les travailleurs exilés dans l'Ouest canadien. Pour en lire plus...
  20. Sans réserves, le Québec pourrait manquer de pétrole en situation de crise Mise en ligne 05/02/2008 06h52 LA PRESSE CANADIENNE MONTREAL -- Faute de compter sur une «réserve stratégique de pétrole» comme les États-Unis et 23 autres pays, le Canada ne pourrait que faiblement alimenter les provinces de l'Est avec le pétrole de l'Ouest, Québec y compris, en cas de choc pétrolier. Cela s'explique notamment par les contraintes de l'ALENA qui obligent le Canada à vendre en priorité l'essentiel de son pétrole aux États-Unis. C'est ce que conclut une étude signée par Gordon Laxer, un économiste de l'Université d'Alberta, dont Le Devoir fait état mardi. Cette étude, inédite au Québec et en Ontario, les deux principales consommatrices de pétrole dans l'est du Canada, rappelle d'entrée de jeu que 90% des besoins en pétrole de l'est du pays proviennent de pays étrangers, ce qui engendre une importante «vulnérabilité à des ruptures d'approvisionnement à court terme». L'essentiel du pétrole de l'Est canadien provient en effet d'Algérie, d'Irak et d'Arabie saoudite, des pays où la situation politique est volatile. Les exportations canadiennes de pétrole vers les États-Unis atteignent 67% de notre production nationale, et la clause de «proportionnalité» du traité de l'ALENA empêche le gouvernement canadien de réduire cette proportion même en période de crise. Selon l'étude albertaine, constituer une «réserve stratégique de pétrole» coûte cher, et le Canada doit plutôt envisager à court terme d'autres solutions. Il pourrait, par exemple, faire travailler en sens inverse le pipeline Montréal-Sarnia, qui permet aux raffineries ontariennes de s'approvisionner à même les navires-citernes ancrés au port de Montréal. La métropole québécoise pourrait alors bénéficier du pétrole de l'Ouest qui se rend par d'autres pipelines au principal centre de raffinage ontarien. Le Canada pourrait aussi forcer le pétrole terre-neuvien à filer vers les autres provinces de l'Est en cas de pénurie subite ou même de façon permanente, selon l'étude. http://argent.canoe.com/lca/infos/quebec/archives/2008/02/20080205-065217.html
  21. Publié le 06 décembre 2008 à 07h32 | Mis à jour à 07h33 L'Ouest souverain ? Forget it! Patrick Lagacé La Presse (EDMONTON) Depuis que je suis devenu correspondant de La Presse en Alberta (he-hem), je suis inondé de courriels inquiets. J'aimerais vous dire que ces courriels réclament mon retour immédiat à Montréal, mais ce n'est pas le cas. On s'inquiète plutôt de la séparation de l'Ouest. Car, si vous l'ignoriez, il existe bel et bien un fond «séparatissse» dans l'Ouest canadien. Et avec cette coalition qui menace de faire tomber un gouvernement conservateur largement soutenu par l'Ouest, ça grogne. On me demande, donc: «L'Ouest va-t-il demander son indépendance?» Eh bien! J'ai fait ma petite enquête et je suis heureux de vous dire que vous pouvez ranger vos cartes de crédit. Pas besoin d'acheter des billets d'avion pour venir dire aux Albertains WE LOVE YOU, au centre-ville de Calgary, comme certains Canadiens l'ont fait à Montréal un jour d'octobre 1995. Roger Gibbins, président du Canada West Foundation, un groupe de réflexion de Calgary, est catégorique: «Depuis 30 ans, l'appui à l'idée de séparer l'Ouest du Canada n'a jamais dépassé les 4 ou 5%. Ce qui est à peu près le pourcentage de gens qui affirment qu'Elvis est encore vivant.» Je souligne ici, pour les besoins de la clarté contextuelle, que M. Gibbins parlait, bien sûr, d'Elvis Presley, le chanteur. Pas d'Elvis Gratton, fédéraliste québécois. Personnellement, je crois que les gens de l'Ouest ne veulent pas se séparer pour des raisons pragmatiques: ils sont trop heureux de pouvoir venir faire la fête à Montréal, où les bars d'effeuilleuses sont plus olé-olé, sans avoir à sortir de passeport, je crois. Ils ne veulent pas se séparer, donc. Mais ils se sentent aliénés politiquement. On appelle ça la Western alienation depuis des siècles. «L'aliénation de l'Ouest est la base de ce sentiment séparatiste, me dit Tamara Palmer Seiler, prof d'études canadiennes à l'Université de Calgary. On parlait davantage de séparation dans les années 80, après le Programme national énergétique imposé par Trudeau. Mais, politiquement, ça demeure très, très marginal.» Marginal? Le mot est peut-être encore trop généreux pour décrire l'appui réel que récolte le Western Block Party, le plus connu de ces partis, qui n'a présenté qu'une candidate en octobre dernier. Son score (dans une circonscription de Colombie-Britannique): 195 voix. «L'Ouest n'a jamais voulu sortir du Canada. L'idée n'a pas de sens: le sentiment canadien est tellement fort», résume Roger Gibbins. Fort? Il faut sortir un peu du Québec pour comprendre à quel point le sentiment canadien est absent, chez nous. (Chaque fois que j'écris un truc comme ça, des lecteurs m'écrivent pour me dire: «Vous vous trompez, monsieur, je suis très canadien, moi!») Je parle plutôt d'un sentiment collectif. D'une canadianité, si je puis dire, très visible. Je parle d'un attachement ostentatoire. Je parle de drapeaux canadiens immenses qui flottent au vent, dans les parkings de stations-service ou de centres commerciaux. Dans l'Ouest, l'aliénation s'est historiquement traduite par un désir de faire souffler un vent d'ouest sur Ottawa. Quand le Reform Party a été fondé, Preston Manning a bien symbolisé l'état d'esprit de ses troupes: «The West wants in.» L'Ouest veut jouer. Et non pas The West veut sacrer son camp. L'aliénation de l'Ouest, note la professeure Palmer Seiler, n'est pas un phénomène canadien. «L'Ouest américain aussi s'est longtemps senti laissé pour compte par Washington. Ça vient, je crois, avec le fait d'être une terre nouvelle.» Robert Gibbins, comme bien des gens de l'Ouest, a accueilli la prorogation du Parlement avec satisfaction. Il voit la manoeuvre coalisée comme «une tentative de changer les règles du jeu politique», au détriment de l'Ouest. «Mais si la coalition devait réussir à prendre le pouvoir, les quatre provinces de l'Ouest pourraient adopter une stratégie inspirée du Bloc québécois. Personnellement, j'en serais peiné. Mais des gens pourraient se dire que, si le Bloc a du succès avec une stratégie «Québec d'abord», une stratégie «l'Ouest d'abord» pourrait aussi fonctionner, puisque c'est ce que la politique commande.» Y a-t-il une réaction anti-Québec dans l'Ouest, à cause de cet appui du Bloc à une coalition honnie dans ce coin du pays? Hier, à la radio de Radio-Canada, l'Association canadienne-française de l'Alberta assurait ne pas avoir encore eu connaissance d'un ressac contre les francophones. «Depuis 10, 12 ans, le Québec était à peu près disparu du radar politique, dans l'Ouest, selon Roger Gibbins. Il y avait de l'indifférence, pas de l'hostilité. Quand Harper a fait des gestes pro-Québec, comme la reconnaissance de la nation, personne ici n'a rechigné. Là, avec l'appui du Bloc à la coalition, oui, il y a une réaction. Mais elle est contre le Bloc québécois, pas contre les Québécois.»
  22. Louis Vuitton: le luxe se porte bien à Montréal 17 octobre 2007 - 06h42 La Presse Laurier Cloutier Agrandir Le marché des produits de luxe se porte bien à Montréal. Le marché des produits de luxe se porte bien à Montréal, si l'on se fie du moins au détaillant Louis Vuitton et à des investissements annoncés récemment. Pour offrir une gamme de produits élargie, Louis Vuitton Canada a déjà agrandi, à 2000pi2 et remis au niveau des standards internationaux son magasin d'Ogilvy, rue Sainte-Catherine, souligne à La Presse Affaires le directeur général, Charles Delapalme. Louis Vuitton peut compter à Montréal non seulement sur une clientèle locale de «connaisseurs, exigeants et souvent fidèles», mais aussi sur celle de nombreux touristes, plus qu'ailleurs au Canada, précise Charles Delapalme. Dans le même quartier de l'ouest du centre-ville, l'hôtel Ritz-Carlton vient d'ailleurs d'annoncer des investissements de plus de 100 millions pour se refaire une beauté. Et Zilli, prestigieuse chaîne française de magasins de vêtements pour hommes, vient de choisir Montréal pour ouvrir sa première succursale nord-américaine. Quant à la chaîne Holt Renfrew, elle mijote un projet d'agrandissement de son magasin de Montréal. Devenu directeur de Louis Vuitton au Canada au début de l'année à l'âge de 34 ans, Charles Delapalme a dû se lancer dès son arrivée dans la rénovation de trois de ses neuf magasins, à Vancouver et à Toronto. Il faut rénover des magasins aménagés il y a 10 ans et agrandir leur superficie de 400 à 2000pi2, explique-t-il. Les prochains investissements profiteront à l'Ouest canadien. Louis Vuitton a déjà décidé de rénover son magasin d'Edmonton en 2008. Le directeur examine d'autres travaux cette année et «prévoit des développements importants d'ici trois ans, à Vancouver, Calgary et Toronto. Le marché se porte bien au Canada». Avec l'Orchestre symphonique de Montréal, la chaîne a célébré hier soir 25 ans d'activité au Canada. Louis Vuitton a été une des premières marques de luxe à s'implanter au pays, note le directeur. Ses produits sont conçus et fabriqués dans ses 13 ateliers, dont 11 en France, «par les meilleurs artisans. Il est exclu de confier la fabrication à l'Asie. La chaîne ne fait aucun compromis sur la qualité», assure Charles Delapalme. Louis Vuitton emploie environ 13 500 personnes dans 350 magasins de 50 pays. La chaîne fait partie du géant des produits de luxe LVMH, qui compte 45 000 employés et réalise un chiffre d'affaires de 20 milliards avec des marques comme Tourbillon (montres), Givenchy, Moet & Chandon, Veuve Clicquot et Sephora.
  23. Il s'agit de la sixième baisse consécutif. Statistique Canada attribue principalement la tendance à la baisse au relâchement du marché dans l'Ouest canadien. Pour en lire plus...
  24. Les prix des logements neufs au Canada ont augmenté à leur rythme le plus lent depuis plus de six ans, en raison de l'assouplissement du marché de l'habitation dans les provinces de l'Ouest. Pour en lire plus...
  25. En 1973,on prévoyait que l'est du centre-ville se développerait plus vite que l'ouest http://archives.radio-canada.ca/arts_culture/medias/clips/5957/