Search the Community

Showing results for tags 'lorsque'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 17 results

  1. Le dernier meet m'a fait réaliser qu'on n'a même pas de fil pour se présenter. Un aspect des "meet" que j'aime c'est de pouvoir associer un visage et une personalité au pseudonyme qui va avec. Pourquoi ne pas faire ça ici? Je vais mettre ce fil en "sticky" au dessus de la page. Présentez-vous, chers membres! -------------------------------------------------------------------------------------- Nom: Cataclaw Vrai nom: Luis Age: 34 ans (2018) Ville: Longueuil (arr. Vieux-Longueuil) Nationalité: Né à Montréal, au pied de la montagne, de deux parents portugais Langues: Anglais, français, portugais, espagnol, russe (en cours d'apprentissage) Occupation: Étudiant à l'unversité Concordia et officier CIC (réserviste, aviation, Forces Canadiennes) Comment j'ai connu mtlurb: j'ai connu le forum dès sa création lorsque Malek et une bonne gang de gens sur SSP (Skyscraperpage) ont décidé de quitter pour diverses raisons Gratte-ciel Montréalais préféré: 1000 de la Gauchetière pour des raisons sentimentales, mais le 1250 René-Lévesque est impressionant Autres intérêts: Musique, informatique, vélo (cyclo-tourisme), soccer, hockey, politique Photo:
  2. L’emploi menacé par la crise économique 4 août 2008 - 14h39 La Presse Canadienne Ottawa Alors que la fragilité de l'économie américaine continue à se faire sentir du côté nord de la frontière, la création d'emploi au Canada pourrait être la prochaine victime du malaise économique actuel, estiment des analystes. D'ici à la fin de l'année, la création d'emploi au pays sera en perte de vitesse tandis que les salaires versés seront modérés, prévoient des économistes. «Ce ne sera pas aussi facile pour les gens à la recherche d'un emploi pendant le reste de l'année que ce l'était il y a un an», a indiqué Adrienne Warren, économiste principale de la Banque Scotia. Les sondages effectués auprès d'employeurs permettent de constater que ces derniers feront preuve d'une prudence accrue lorsque viendra le temps d'embaucher de nouveaux employés au cours de la prochaine année, ce qui signifie que les travailleurs auront un pouvoir de négociation plus faible au moment de demander une hausse de salaire, a-t-elle observé. La tendance est visible depuis le début de l'année, alors que l'économie, et en particulier la création d'emploi, semblaient relativement en santé.
  3. Publié le 08 juillet 2009 à 06h54 | Mis à jour à 06h55 Claude Picher LA PRESSE (Montréal) Lorsque les gouvernements provinciaux sont parvenus, il y a une dizaine d'années, à retrouver l'équilibre budgétaire, plusieurs d'entre elles, dont le Québec, se sont empressées de voter des lois antidéficit. On peut facilement comprendre pourquoi. Il a fallu demander des sacrifices énormes aux citoyens pour en arriver là, et personne n'avait le goût de revivre le cauchemar. Pourtant, juste avant la fin de la session à Québec, le gouvernement Charest s'est soustrait à cette obligation. C'est qu'il n'avait pas le choix: le budget déposé ce printemps par la ministre Monique Jérôme-Forget consacrait le retour officiel aux budgets écrits à l'encre rouge: près de 12 milliards de déficits accumulés entre 2009 et 2012. Dans ces conditions, maintenir la loi antidéficit n'avait plus aucun sens. Le Québec n'est pas seul à faire marche arrière sur cette question. L'Ontario et la Colombie-Britannique ont également jeté leurs lois antidéficit à la poubelle. Quant au fédéral, après des années de surplus, il s'endette maintenant à coups de dizaines de milliards. Le ministre des Finances Jim Flaherty s'attend maintenant à un déficit de 50 milliards uniquement pour cette année, alors que son budget de janvier prévoyait plutôt 34 milliards cette année, et 30 milliards l'an prochain. C'est, dit-on, la faute à la récession. Quand l'économie va mal, on s'attend à ce que le gouvernement augmente ses dépenses, quitte à créer des déficits. Grâce à l'argent additionnel ainsi injecté dans l'économie, les consommateurs continueront de consommer, les travailleurs continueront de travailler, les entrepreneurs continueront d'entreprendre. Cette façon de voir les choses rallie la majorité des économistes, et c'est pour cela qu'on n'a pas entendu beaucoup de protestations lorsque les administrations publiques ont replongé dans le rouge. Or, la récession a le dos large. Une étude minutieuse des budgets fédéraux et provinciaux des cinq dernières années montrent que tous les gouvernements provinciaux, ainsi que le fédéral, ont largement gonflé leurs dépenses de programmes entre 2003 et 2009, donc bien avant la récession. Par définition, les gouvernements, récession ou pas, doivent toujours augmenter leurs dépenses. Pour maintenir la même qualité des services aux citoyens, ils doivent au moins couvrir l'augmentation des coûts, c'est-à-dire les hausses des prix. Mais lorsque les dépenses augmentent plus vite que l'inflation, c'est que le gouvernement a décidé non seulement d'assumer les hausses de coûts, mais aussi de dépenser davantage en termes réels. Les administrations publiques doivent aussi tenir compte de la croissance démographique. Lorsque la population augmente, le gouvernement doit aussi augmenter ses dépenses s'il veut offrir les mêmes services à tout le monde. Un groupe d'économistes de l'Institut Fraser a calculé la croissance annuelle moyenne des dépenses de programmes des provinces et du fédéral, entre 2004 et 2009, puis a comparé les résultats au taux d'inflation et à la croissance démographique. L'exercice donne le frisson dans le dos. Ainsi, au fédéral, si on tient compte de l'inflation et de la croissance démographique, la croissance annuelle moyenne des dépenses au cours des cinq dernières années aurait du se situer à 3,1%. En réalité, elle a atteint le double, 6,2%. Les chiffres correspondants pour le Québec sont 2,6% et 4,8%. En Ontario, la croissance des dépenses aurait du être limitée à 3%; elle a atteint 6,6%. C'est la même chose dans toutes les provinces. Toutes proportions gardées, le pire cas est celui de la Saskatchewan, qui aurait du contenir la croissance des dépenses à 2,9%, alors qu'en réalité elles ressortent à 9,9% par année! Normalement, si on admet que les gouvernements doivent augmenter leurs dépenses en période de crise, on doit aussi supposer qu'ils doivent les contenir en période de croissance. Ce n'est pas ce qui s'est passé. Les administrations publiques, cinq ans avant la récession, ont toutes vécu, sans exception, au-dessus de leurs moyens. Et c'est ainsi que lorsque la crise est survenue, le Canada n'a pu faire autrement que de renouer avec le cercle vicieux des déficits et de l'endettement. C'est le début d'un autre dérapage financier, qui aurait pu être facilement évité avec un meilleur contrôle des dépenses. Le pire, c'est qu'il faudra inévitablement, un jour, imposer de nouveaux sacrifices aux citoyens pour sortir du bourbier. C'est le prix à payer pour l'imprévoyance des administrations publiques.
  4. Le budget fédéral donnera à Ottawa le pouvoir d'intervenir lorsque des sociétés émettrices de cartes de crédit imposeront des augmentations de taux à leur clientèle. Pour en lire plus...
  5. Have you ever stopped to buy a hot dog on the street in New York, Toronto or any other big cities? When I was in Toronto, I really loved those street vendors! Plus, their hot dogs were amazing! They were really delicious! I wish we had those in Montreal! What about you? -------- Est-ce qu'il vous ai déjà arrivé d'arrêter vous acheter un hot dog dans les rues de New York, de Toronto ou de n'importe quelle autre ville? Lorsque j'ai été à Toronto, j'ai beaucoup aimé m'arrêter pour manger un hot dog! Ils étaient si bons en plus! J'aimerais ça que Montréal ai aussi des vendeurs de nourriture dans les rues! Et vous?
  6. Lorsque Gilles Champagne et sa fille Marilyne ont démarré leur PME dans un garage de Grand-Mère il y a 11 ans, ils étaient loin de se douter que leur idée ferait des vagues jusqu'aux îles Turks-et-Caïcos. Pour en lire plus...
  7. La chute de 13,4% du prix de l'essence a fortement affaibli l'inflation en octobre et il en sera de même lorsque seront connus les chiffres de novembre. Pour en lire plus...
  8. La Russie, fragilisée ces dernières semaines par la dégringolade des cours du pétrole et la fuite des capitaux a vu ses perspectives s'assombrir lorsque l'agence Standard & Poor's a abaissé sa note. Pour en lire plus...
  9. Lorsque l'on marche sur Notre-Dame dans le Vieux-Montréal, il y a un local où on annonce un projet de condos nommé le Saint-Francois. On voit une maquette et des plans dans la vitrine. Le bureau de vente semble fermé. C'est quoi ce projet? c'est abandonné?
  10. General Motors annoncera d'«importants changements» à ses opérations en réaction à la «situation économique mondiale volatile» lorsque le groupe divulguera ses résultats du troisième trimestre demain. Pour en lire plus...
  11. Salut, J'aimerais savoir qui est l'architecte derrière le pavillon de l'île sainte-hélène relié au pont jacques-cartier. http://www.imtl.org/image.php?id=3601 J'ai posé la question sur plusieurs forums et à la PJCCI, mais la réponse est toujours un mystère. J'aime beaucoup cet immeuble et je crois qu'il est sous utilisé, il sert à entreposer le sel... Imaginer une restauration, l'aménagement d'un café avec vu sur la ville, une expo photo sur le pont jacques-cartier ! Quelques détails historique de la part de la PJCCI: "Ce pavillon a servi d'atelier pour la ville de Montréal, de dépôt militaire pendant la Deuxième Guerre et de salon des baigneurs à l'époque où il y avait une plage près du pont. "On dit" qu'il était au début voué à devenir une salle de bal et un casino, mais avec l'arrivée de la guerre, l'armée s'est emparée du bâtiment (et autres installations sur l'île) et le projet est tombé à l'eau. La GRC a longtemps utilisé une partie du pavillon comme écurie et l'autorité du pont l'a utilisé comme entrepôt pour divers matériaux. Les entrepôts de la ville ont été fermés vers la fin autour des années 70, parce que le coût des assurances était devenu exorbitant (le toit du pavillon est le tablier du pont). Il y a peu ou pas de documents historiques clairs et viables sur le sujet, mais nous savons que c'est là que le père d’un collègue de travail devait se présenter pour s'inscrire lorsque la guerre a commencé."
  12. Gros lancement de la dernière saison de Man Men au réseau AMC aux USA et le Québec était tout à l'honneur. La québécoise Jessica Paré a fait tout un splash en dansant sur la chanson "zoubizoubizou" (à la St-Tropez). J'ai éclaté de rire lorsque son personnage lâcha un puissant "Câlice!!!" dans une scène. Disons que son personnage est plutôt "penchée" vers la chose. Bien sûr, elle parle français!
  13. Bizarre qu'il n'y a eu aucun fil de discussion la dessus. Je ne savais même pas que s'était en construction. Peut importe, la construction est terminé et le cetre sportif ouvre dans 2 semaines. Source: Radio-Canada Un nouveau centre sportif construit au coût de 15 millions de dollars dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce a été inauguré vendredi. Après la revitalisation des logements sociaux de Benny Farm, l'arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce se dote ainsi d'un centre sportif haut de gamme avec piscine. Seule ombre au tableau, le centre a été construit dans le parc Benny, ce qui ne faisait pas l'affaire d'une poignée de résidents opposés au projet. Pour les faire taire, l'administration municipale s'était engagée à ce que le nouveau centre sportif obtienne la plus haute certification environnementale internationale, la certification LEED. « Lorsque le gouvernement du Québec dit oui, lorsque l'arrondissement dit oui, lorsque la ville centre dit oui, on est capable de réaliser dans des cours délais des projets qui sont importants », a commenté le maire Gérald Tremblay. L'imposante toiture verte du centre, accessible aux citoyens, permet une intégration visuellement harmonieuse. Mais cela n'est pas suffisant pour Diane Chambers, qui s'opposait au changement de zonage du parc. « Le projet est beau, mais moi-même j'étais avec un comité de citoyen pour sauver le parc Benny, parce qu'on a voulu que le parc reste vert », a expliqué Mme Chambers. Le nouveau centre sportif ouvrira ses portes le 24 janvier.
  14. Certains analystes conseillent aux investisseurs anxieux incapables de regarder leurs investissements fondre dans un marché à la baisse de profiter du «rebond du chat mort», c'est-à-dire lorsque les actions coteront brièvement à la hausse après une importante chute. Pour en lire plus...
  15. Paul-André Gilbert Le Courrier du Sud - Publié le 27 septembre 2011 à 09:00 BROSSARD.En venant s’installer à Brossard, BBA a l’intention d’être une bonne entreprise citoyenne, qui s’impliquera dans la communauté brossardoise. «BBA étant une bonne entreprise citoyenne, partout où nous sommes installés, on a été actifs dans les différents organismes», a déclaré Steeve Fiset, président de l’entreprise. Ainsi, lorsque vient le temps de s’impliquer dans la communauté, l’entreprise privilégie deux domaines : les arts et l’éducation. BBA se targue également d’être une entreprise de pointe au niveau de la conciliation travail-famille. Parmi les mesures mises en place, la compagnie possède une banque de temps qui permet aux employés d’accumuler des heures et de les reprendre plus tard. «Ils peuvent faire des heures en avance dans la semaine et reprendre ces heures-là, lorsque c’est possible évidemment, lorsque les conditions le permettent, pour aller s’occuper d’un enfant qui est malade ou aller à un rendez-vous», a indiqué M. Fiset. La compagnie choisit Brossard pour poursuivre sa croissance La compagnie, dont le siège social est situé à Mont-Saint-Hilaire, couvre principalement deux marchés : l’énergie et les mines. Le bureau de Brossard sera consacré aux projets d’infrastructures électriques et d’automatisation pour des clients qui sont dans le secteur minier. Selon M. Fiset, BBA a décidé d’ouvrir un bureau à Brossard pour deux raisons. Premièrement, la ville de Brossard, et plus particulièrement le secteur du Quartier DIX30, est aux dires du président un endroit dynamique qui sera propice à la croissance future de la firme. Ensuite, l’ouverture d’un bureau à Brossard donnera à BBA l’accès à un bassin de main-d'œuvre complémentaire à son bureau de Montréal et à son siège social de Mont-Saint-Hilaire. «Avoir un bureau à Brossard donnera accès à toute une main-d'œuvre qualifiée technique, qui ne souhaite pas nécessairement venir à Saint-Hilaire ou traverser les ponts à Montréal», a-t-il dit. Le président veut attirer la main-d’œuvre de Brossard, mais aussi de la région de La Prairie, Sainte-Catherine et Saint-Constant.
  16. Bonjour, Je suis membre depuis un certains temps mais j’écris très rarement. J'aime beaucoup l'architecture mais je suis aussi un passionne d'histoire. Lorsque je vois des vieux édifice je me demande tout le temps se qu'ils étaient a l’origine et lorsque je ne trouve pas la réponse je deviens un peu fou! Par exemple https://www.google.ca/maps/@45.561124,-73.529803,1451m/data=!3m1!1e3 Il y a un immense immeuble démolie ici. Quelqu'un sait ce que c'étais?
  17. Publié le 20 janvier 2013 à 11h54 Une grue de 600 tonnes a fracassé les fenêtres d'une tour de bureaux et est passée à un cheveu de s'effondrer en plein centre-ville de Montréal dimanche matin lorsque le vent s'est déchaîné subitement. Personne n'a été blessé lors de l'incident, mais plusieurs travailleurs et passants ont été quittes pour une bonne frousse. La grue effectuait des travaux à l'angle de la rue Stanley et du boulevard René-Lévesque lorsque de fortes rafales se sont levées, peu après 8h. «On a été pris au dépourvu. On a déjà vécu une microrafale, mais ça, c'était pire», a raconté un travailleur rencontré sur place. Le crochet de la grue a effectué un mouvement de pendule et est allé fracasser au moins quatre fenêtres aux étages supérieurs de l'édifice La Laurentienne, une tour de 27 étages qui abrite les bureaux de la banque du même nom et de plusieurs autres entreprises comme Médias Transcontinental. L'appareil de 600 tonnes s'est presque renversé sur le côté, selon les employés qui participaient aux travaux, mais le grutier, décrit comme un opérateur très expérimenté par ses collègues, a réussi à la maintenir debout de justesse. «C'est passé proche, mais il a fait ce qu'il fallait faire», raconte un collègue. Du verre brisé est tombé au sol jusque sur la rue Peel, selon les pompiers. «Mais il n'y a pas de dommage structurel à l'édifice, et personne ne travaillait dans les bureaux à ce moment-là», a déclaré Francis Leduc, chef aux opérations pour le Service de sécurité incendie de Montréal. Un large périmètre de sécurité a été érigé par la police et les pompiers, le temps que la grue et les fenêtres soient sécurisées. Le boulevard René-Lévesque a été fermé temporairement et une église située près du site des travaux a été évacuée. [url=]http://www.lapresse.ca/actualites/regional/montreal/201301/20/01-4613099-une-grue-frappe-une-tour-et-menace-de-seffondrer-a-montreal.php[/url]