Search the Community

Showing results for tags 'livre'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 32 results

  1. De beaux espaces pour rendre les gens heureux Publié le samedi 22 octobre 2016 à 19 h 34 L'architecte Pierre Thibault et le journaliste François Cardinal se sont penchés sur la beauté des espaces, des lieux et des villes. Après enquête, ils constatent que les beaux endroits rendent les personnes qui les côtoient plus heureuses. Leur livre Si la beauté rendait heureux se penche sur cinq de ces lieux inspirants. À écouter : l'entrevue de Pierre Thibault lors de l'émission Les Malins Un espace qui est bien conçu rend la vie plus agréable et change notre rapport à l'espace, aux autres, et même au temps. Pierre Thibault, architecte et coauteur du livre Si la beauté rendait heureux L'architecte estime que sa conception de la beauté s'inscrit dans une vision holistique et non uniquement esthétique. Selon lui, la place de la nature dans l'environnement urbain est essentielle au bien-être des citoyens, particulièrement pour les tout-petits. « Pour moi, une école devrait se construire dans un parc de verdure. Si les arbres ne sont pas là, on les plante. J'arracherais l'asphalte dans toutes les écoles et je replanterais des arbres », explique Pierre Thibault. L'école devient ainsi un lieu de rassemblement, croit-il, plutôt qu'un environnement presque carcéral. Les villes Pierre Thibault souligne la grande présence d'espaces verts dans la région d'Ottawa-Gatineau. Il rappelle toutefois que les villes doivent s'adapter à la croissance démographique en augmentant aussi la présence de végétation. L'urbanisme d'une ville repose aussi, selon l'auteur du livre, sur des espaces réservés aux transports actifs. « Au Danemark, on intègre à merveille le réseau piéton, le réseau cyclable et en y intégrant beaucoup de végétation », estime l'architecte.« On dit que Copenhague, c'est la ville où les gens sont les plus heureux, et c'est tangible, c'est palpable. » Pierre Thibault croit que les ressources sont présentes au Canada, mais qu'une vision de grandeur manque à notre société. De beaux espaces pour rendre les gens heureux | ICI.Radio-Canada.ca
  2. http://www.lapresse.ca/cinema/201411...a-montreal.php Le petit prince: une production de 80 millions à Montréal Publié le 11 novembre 2014 à 05h00 | Mis à jour à 06h14 MARIO CLOUTIER La Presse La production du film d'animation Le petit prince, actuellement en tournage dans les studios de Mikros Image dans le Vieux-Montréal, bénéficie d'un budget à la hauteur de ses ambitions: 80 millions. Ce projet indépendant réunit des créateurs français, américains et québécois. Le petit prince d'Antoine de Saint-Exupéry n'a rien d'un petit succès. Il s'agit du livre le plus traduit - 200 langues - dans le monde après la Bible. Écrit il y a sept décennies, il est encore lu aujourd'hui, autant à l'école qu'à la maison, en Amérique comme en Allemagne et au Japon. L'adapter au cinéma représente un défi. Orson Welles s'y est cassé les dents il y a une éternité avec Disney. Il y a 10 ans, la maison Onyx Films de Paris a entrepris des pourparlers avec la succession Saint-Exupéry. Résultat, une série télé et un superprojet de 80 millions de dollars canadiens. «On est parmi les plus gros films indépendants du moment. L'idée, c'est de rejoindre un très grand public, ceux qui connaissent le livre ou non», lance le producteur Alexis Vonarb. Ni Paramount ni Sony ne sont derrière ce projet, mais tous les grands distributeurs de la planète prennent part à l'aventure, dont Warner aux États-Unis. Le réalisateur, Mark Osborne, a déjà été nommé deux fois aux Oscars. Son film de 2008, Kung Fu Panda, est l'un des 10 plus grands succès de l'histoire du cinéma d'animation avec des recettes dépassant les 650 millions. «Mais l'important, dès le début, a été de protéger le livre», de souligner le réalisateur de 44 ans, qui a quitté les studios DreamWorks de Steven Spielberg pour venir s'installer à Montréal il y a un an par amour du livre. «C'est ma petite amie, devenue mon épouse, qui m'a fait lire Le petit prince à l'université, dit-il. Je connais son pouvoir.» Si bien qu'il a déjà prévendu le film, en tournée avec le producteur Alexis Vonarb, aux distributeurs internationaux. Montréal «C'est un projet très international, mais le tournage à Montréal est déjà couronné de succès», a ajouté le réalisateur devant les journalistes qui ont pu voir hier, dans les studios de la société Mikros Image, quelques images préliminaires du film qui sortira l'an prochain. «Il y a une qualité de recrutement à Montréal qui est géniale. C'est francophone, mais c'est l'Amérique du Nord tout de même», de renchérir Alexis Vonarb. Autre rareté, le long métrage d'animation fait appel à deux techniques différentes maîtrisées par les équipes montréalaises, soit l'animation 3D par ordinateur et le stop-motion (ou animation image par image) à l'ancienne. Les voix des personnages dans la version anglaise comprennent celles de Jeff Bridges, James Franco, Rachel McAdams, Ricky Gervais et Benicio del Toro. Marion Cotillard, quant à elle, jouera la rose, en anglais et en français. Et le petit prince? C'est le fils du cinéaste, Riley Osborne, qui interprète le personnage aimé des petits et des grands depuis 70 ans. Prochaine étape, la bande-annonce sortira le 17 décembre.
  3. http://journalmetro.com/actualites/montreal/803754/du-pain-a-domicile-livre-a-cheval/ 05/07/2015 Mise à jour : 5 juillet 2015 | 22:28 Du pain livré à domicile… à cheval Par Mathias Marchal Métro Mathias Marchal/Métro L’initiative de la Run de pain dans le Sud-Ouest vise entre autres à promouvoir la réhabilitation du cheval en milieu urbain. L’arrondissement du Sud-Ouest offre (avec succès) la livraison du pain à cheval, histoire de souligner les 350 ans du cheval canadien. L’initiative du musée La Maison Saint-Gabriel sera répétée tous les samedi matin de l’été dans le quartier Pointe-Saint-Charles. Aux trois quarts de la première Run de pain, les deux tiers des 150 miches s’étaient envolées comme des petits pains. «Il y a encore 150 ans, on trouvait une petite écurie dans chaque ruelle de Montréal. Le cheval servait à tout: à livrer la glace, car il n’y avait pas encore de frigidaire, au livreur de lait, à l’aiguiseur de couteaux, pour l’agriculture et même le déneigement», explique Josée Lapointe, cochère et propriétaire des Écuries de Montréal. «Dans les grandes villes comme New York, Londres et Paris, où le ramassage du crottin n’était pas immédiat, les enfants pouvaient se faire quelques sous en balayant le chemin devant les dames souhaitant traverser la rue sans salir leur robe», renchérit Éric Michaud, animateur historique et boulanger estival. Le cheval besogneux a graduellement disparu avec l’arrivée de l’automobile, et la «run de pain» est devenue une relique à partir des années 1950. En France toutefois, 400 municipalités ont déjà entamé le retour du cheval en ville, que ce soit pour ramasser les poubelles ou pour remplacer les véhicules des employés municipaux dans les parcs. Au Mont-Saint-Michel, une des navettes qui relient les stationnements du site principal carbure au foin et aux carottes. Dans l’ouvrage Le cheval au service de la ville (Éditions Écosociété), un fonctionnaire de la ville de Trouville, Olivier Linot, raconte l’expérience menée depuis 14 ans par cette petite ville française, qui compte désormais cinq chevaux, afin de démystifier son côté folklorique. Depuis l’introduction du cheval en ville, la collecte du recyclage s’est multipliée, les cols bleus sentent leur travail valorisé, sans parler des bénéfices financiers et écologiques, explique-t-il. «Une maman m’a dit que la seule possibilité pour que son fils aille se coucher le soir, c’était de le menacer de le conduire à l’école en auto le lendemain [plutôt qu’en carriole]», illustre M. Linot. Mais Montréal hésite encore. Si le conseiller municipal rêve d’une grande écurie municipale à saveur éducative, qui viendrait aussi fournir les cols bleus en chevaux pour les épauler dans leurs travaux dans les grands parcs, il fait presque cavalier seul. «C’est vrai que ce serait intéressant, mais quand on y regarde de près, c’est plutôt complexe à concrétiser», indique Benoit Dorais, maire de l’arrondissement du Sud-Ouest. 62 000 Pour sauver le paddock du Horse Palace, une fondation a été mise en place. La campagne de sociofinancement qui a été lancée s’était fixé 45 000$ comme objectif. Ce sont finalement 62 000$ qui ont été récoltés. Ce dernier souligne néanmoins que la ville a contribué en 2013 au projet de sauvegarde du Horse Palace, l’une des trois écuries montréalaises, cerné par les nouveaux condos en construction. «On a racheté le terrain adjacent pour le zoner parc. Maintenant, quand on se promène sur la rue Ottawa, on voit d’ailleurs toujours au moins deux ou trois propriétaires de condos qui regardent de leur balcon les chevaux s’ébrouer», ajoute le maire de l’arrondissement. «Le cheval est à Montréal pour y rester», conclut-il.
  4. Bon, on a finalement perdu notre titre. *************************** Ville intérieure Le Montréal souterrain peu accessible Agence QMI Charles Lecavalier 09/12/2011 03h58 MONTRÉAL – L’absence d’un plan directeur de développement de la ville intérieure, un immense réseau piétonnier de 32 kilomètres au centre-ville de Montréal, nuit à son accessibilité, à sa qualité et rend son parcours incohérent, selon un spécialiste qui étudie le sujet depuis plus de 20 ans. « Le problème c’est que le réseau est un assemblage de petits bouts de corridors qui appartiennent à des propriétaires différents. Il n’y a pas de vision d’ensemble », déplore Michel Boisvert, directeur de l’Observatoire de la ville intérieure depuis 2002 et auteur du livre Montréal et Toronto. Villes intérieures, publié en juin dernier. Ce dernier ne croit pas que le Montréal souterrain puisse relever le défi de l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite sans un leadership fort. « Il n’y a pas de porteur de ballon, a-t-il dit. Personne qui peut aller à Québec pour chercher des subventions. On se retrouve devant des aberrations. » Ainsi, la station Bonaventure possède un ascenseur installé par la STM entre le niveau quai et la billetterie, mais n’offre ni d’accès au Montréal souterrain, ni à la surface. Impossible donc de se rendre à la gare Centrale ou la Place Ville-Marie en fauteuil roulant, un véritable non-sens. La Ville pointée du doigt « C’est un non-sens, a ajouté celui qui a enseigné l’économie urbaine à l’Institut d’urbanisme de l’Université de Montréal durant 32 ans. Le Quartier des Spectacles, c’est l’endroit de l’heure à Montréal. Il y a eu des tonnes d’investissements. Pourtant, rien n’a été fait pour rendre accessibles les galeries souterraines qui parcourent le Complexe Desjardins et la Place-des-Arts. » M. Boisvert n’a pas hésité à pointer la Ville de Montréal du doigt pour cette absence de cohérence. « Ça fait 20 ans qu’on attend un plan directeur, a-t-il souligné. Et là, Toronto va nous battre de vitesse. La Ville avait promis un plan directeur en 2004, lors du dépôt du plan d’urbanisme. Même chose en 1992. Il y a un mois et demi, je leur ai proposé mes services et on m’a bien fait comprendre que ce n’est pas du tout dans leurs priorités. » La situation est bien connue des associations de défense des personnes à mobilité réduite. « Le Montréal souterrain n’est pratiquement pas accessible. Nous sommes encore en face d’un réseau incohérent », a expliqué Laurence Parent, vice-présidente du Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec (RAPLIQ). Près de 15 % des Québécois sont considérés à mobilité réduite, une proportion qui va augmenter avec le vieillissement de la population, selon le RAPLIQ. De son côté, l’administration Tremblay se dit fière du réseau qui existe, mais admet candidement qu’un plan directeur ne fait pas partie de ses priorités. Toronto en avance La Ville de Toronto a mis fin jeudi à la période de consultation publique subséquente à la publication de la première version du premier plan directeur du PATH, le réseau souterrain de la Ville-Reine, identifié par le livre Guiness des records comme le plus étendu du monde. Toronto reconnaît que le développement anarchique du sous-sol a créé « des itinéraires tortueux, des dimensions variables, des normes de conceptions manquantes, des liens absents et des occasions perdues », peut-on lire dans le document préliminaire. Le plan directeur torontois planifie l’installation de rampes d’accès et d’ascenseurs dans les parties les plus vieilles du réseau ainsi qu’une nouvelle signalisation avec des couleurs vives, idéale pour une population vieillissante.
  5. Aux Etats-Unis, l'activité économique «a faibli en septembre», selon le Livre beige de la Réserve fédérale américaine confirmant les craintes que la première économie mondiale soit entrée en récession. Pour en lire plus...
  6. Le géant américain de la messagerie rapporte des profits en hausse de 3% à 493 M$ US, dix jours après une révision à la baisse de ses prévisions. Pour en lire plus...
  7. La livre sterling a touché jeudi un nouveau plus bas historique, sous 1,13 euro, atteignant 1,1238 euro vers 7h30. Pour en lire plus...
  8. J'avais oublié ce livre de photos que Yara m'a laissé pour scanner. Voici quelques extraits! Il n'y a pas d'année, mais selon la population de Montréal de 1,125,000 indiqué dans le livre, ca devrait etre dans les 1940.
  9. Bonjour, quelqu'un qui n'a jamais obtenu des réductions sur les coupons de voyage avec service client groupon*???? Je l'ai vu des choses très intéressantes, mais je veux savoir avant d'appeler ou d'un livre
  10. via Radio-Canada Frédéric Metz, figure marquante du design au Québec, est décédé Mise à jour le lundi 11 août 2014 à 8 h 35 HAE Frédéric Metz, le « pape du design », est mort d'un cancer samedi soir, à l'Hôpital Notre-Dame de Montréal, le jour de son 70e anniversaire. Membre fondateur de l'École de mode et du Centre de design et ancien professeur associé à l'UQAM, Frédéric Metz était également reconnu comme un pédagogue et un communicateur hors pair. Né en Suisse, Frédéric Metz est arrivé à Montréal en 1967, pendant l'Exposition universelle. Le livre « Design? » de Frédéric Metz Son livre, Design?, s'était vendu à plus de 6000 exemplaires. À la télévision, il avait aussi lancé en 2013 l'émission Design, une série d'entretiens visant à faire découvrir les esprits créateurs qui ont marqué le design au Québec. Il laissera en héritage plusieurs concepts graphiques connus, dont celui de l'aéroport Mirabel, de l'hôtel Méridien et des chaussures Browns, de même que l'accent grave sur le logo de l'UQAM. Bien connu pour ses nombreuses participations à des émissions de radio et à la télévision, il a aussi signé durant trois ans une chronique pamphlétaire dans le magazine Grafika. Le designer a aussi remporté en 2008 le Prix excellence en enseignement, volet carrière de l'Université du Québec. « Je peux enseigner la même matière, mais jamais de la même façon », avait-il lancé. Il avait pris sa retraite en 2009, après 32 années passées à enseigner. L'an dernier, il s'est vu attribuer l'Icograda Achievement Award pour l'ensemble de sa carrière.
  11. http://www.ecologieurbaine.net/2012-10-18-udem-jan-gehl Conférence-midi - UdeM | Jan Gehl : Pour des villes à échelle humaine Ajouter à mon horaire 18 octobre 2012, 12h00 - 13h30 CONFÉRENCE-MIDI de 45 minutes en anglais. La présentation sera suivie d'une brève période d'échange avec le public et d'une séance de signatures. INSCRIPTION fortement conseillée Places limitées - Entrée libre Inscrivez-vous dès maintenant ici, ou à partir du bouton au bas de cette page UNE CO-ORGANISATION du Centre d'écologie urbaine de Montréal avec Université de Montréal Amphithéâtre Hydro-Québec (local 1120) Faculté de l’aménagement 2940, ch. de la Côte-Sainte-Catherine Montréal QC Métro Université-de-Montréal Itinéraire Google Maps Conférence-midi Cette conférence résumera la vision et les propositions de Jan Gehl pour des villes à échelle humaine. Jan Gehl est de passage à Montréal pour le lancement de l'édition française de son livre Cities for people publié par les Éditions Écosociété, en collaboration avec le Centre d'écologie urbaine de Montréal, l'Ordre des urbanistes du Québec et Mission Design. Pour des villes à échelle humaine, qui est le fruit de 50 années de travail de cet important penseur et praticien de l’urbanisme, est appelé à devenir un outil indispensable pour construire les « écocités » de demain. M. Jan Gehl Professeur émérite de design urbain de l’Académie royale des beaux-arts du Danemark et membre honoraire de plusieurs organisations, dont l’Institut royal d’architecture du Canada. Fondateur et associé de Gehl Architects, il a travaillé au réaménagement de villes comme Copenhague, Londres, Amman, Melbourne, New York, Seattle et San Francisco. Architecte MAA et FRIBA, M. Gehl a reçu le prix Sir Patrick Abercrombie pour ses contributions exemplaires à l’aménagement des villes de la part de l’Union internationale des architectes ainsi qu’un doctorat honorifique de l’Université Heriot-Watt à Edimbourg. Jan Gehl a obtenu un post-doctorat international honorifique de la part du Royal Institute of British Architects (Int. FRIBA) en 2006 ainsi que de l’American Institute of Architecture et d’Architecture Canada en 2008. Jan Gehl est l'auteur de plusieurs livres incluant Life between Buildings, Public Spaces, Public Life, et Cities for People. Pour des villes à échelle humaine est le premier livre à être traduit en français. S'enregistrer maintenant
  12. Le premier ministre prononce actuellement un discours à saveur économique devant la Chambre de commerce de Brampton. Selon lui, le Canada est le pays le mieux placé pour affronter la crise qui secoue le monde. Pour en lire plus...
  13. Au Québec, le marché pour le très haut de gamme demeure restreint, selon l'auteur du livre Consommation et luxe, Benoît Duguay. La raison est simple: "Il y a peu de Québécois très riches." Pour en lire plus...
  14. La livre sterling a touché un nouveau plus bas historique lundi à 90,03 pence pour un euro, ou 1,1106 euro pour une livre. Pour en lire plus...
  15. Johanne a 14 ans de moins que Claude. Pourtant, c'est elle qui a eu la frayeur. Atteinte d'un cancer en 2005, elle a dû abandonner les clients pour lesquels elle faisait de la tenue de livre comptable. Après cette épreuve, nous écrit la femme de 49 ans, elle a décidé de profiter de la vie avec son mari. Pour en lire plus...
  16. Pour la suite, le groupe n'a pas livré de prévisions mais a indiqué être «bien positionné pour exécuter son modèle économique» dans l'environnement économique actuel. Pour en lire plus...
  17. Les cambistes commencent à prendre le gouvernement britannique au mot et ils font en sorte que la livre anglaise, déjà malmenée, s'oriente vers sa pire année depuis 1992. Pour en lire plus...
  18. L'économie a continué de faiblir presque partout aux États-Unis en décembre, selon le Livre beige de la Réserve fédérale américaine publié mercredi. Pour en lire plus...
  19. Si quelqu'un est intéressé, écrivez-moi et il est à vous! Profession urbaniste Gérard Beaudet 72 pages • septembre 2007
  20. C'est beau de voir les commentaires qui suivent. En général, assez positifs! http://blogues.lapresse.ca/avenirmtl/2013/09/11/traumatisme-historique/#comments
  21. Trouvé sur Cyberpresse.ca http://www.cyberpresse.ca/actualites/insolite/200903/02/01-832540-cuisiner-avec-du-sperme.php Cuisiner avec du sperme Un Américain vient de publier un livre de recettes bien peu conventionnel. Dans Natural Harvest, Paul «Fotie» Photenhauer présente 25 recettes qui contiennent du sperme. «L'idée d'écrire un tel livre m'est venue lors d'une discussion entre amis, autour d'un dîner», explique l'auteur, un infirmier de San Francisco. «D'une chose à l'autre, nous nous sommes mis à expérimenter la cuisine au sperme.» «Fotie», comme on l'appelle, vante les qualités nutritionnelles du sperme, riche, selon lui, en vitamine et protéine. «Sa texture s'apprête bien dans la cuisine. Comme le vin et le fromage, son goût peut d'abord paraitre désagréable mais on y découvre une saveur complexe et dynamique.» Autre avantage: c'est un ingrédient gratuit, que l'on peut se procurer facilement... Sans oublier ses vertus aphrodisiaques. Entrées, plats principaux, desserts, sauces et cocktails, le livre offre plusieurs recettes, testées par Paul Photenhauer et ses amis. «J'aime bien les sauces», dit-il. «La sauce aioli, sans ail est ma préférée. J'aime aussi le plat des huîtres au sperme». Un millier d'exemplaires de ce livre, publié à compte d'auteur l'automne dernier, ont été vendus, principalement aux États-Unis, en France et en Italie. Amusés ou dégoutés Si l'ouvrage attire l'attention dans de nombreux blogues et médias, il suscite toutes sortes de réactions. Certains sont amusés, d'autres dégoûtés. Dans certains pays, le livre est censuré. «Je viens d'envoyer un exemplaire au Koweït. Un client l'a acheté via le site lulu.com mais les douanes du Koweït ont confisqué le livre. Alors je l'ai moi-même envoyé dans un paquet.» À qui s'adresse-t-il? « À ceux qui aiment bien manger et qui veulent explorer de nouveaux aliments. On m'a critiqué parce que je n'ai pas abordé le côté sexuel et sensuel. Ce n'était pas mon but. Je voulais garder le focus sur le sperme comme aliment en cuisine». Mais attention, «ce livre de cuisine a été créé pour des diners de sperme entre adultes consentants», lit-on en guide d'introduction au bouquin. «S'il vous plaît, ne mettez pas de sperme dans le repas de vos invités sans les en informer...» Crédible ou pas, cette fois, on peut dire qu'on aura tout vu en cuisine !
  22. Malgré le début d'un projet pilote au Québec annoncé le mois dernier par le gouvernement Charest, aucun véhicule électrique à basse vitesse n'a encore été livré. Pour en lire plus...
  23. Montréal voulait le statut de capitale au XIXe siècle Julie Lemieux Le Soleil Québec La rivalité Québec-Montréal ne date pas d’hier... Dans un nouveau livre retraçant les 400 ans de Québec, des historiens de l’Assemblée nationale ont découvert que Montréal a tenté plusieurs fois de lui voler son statut de capitale pendant le XIXe siècle. Frédéric Lemieux est plutôt fier de son scoop. Cet historien de l’Assemblée nationale, qui a participé à la rédaction du bouquin Québec, quatre siècles d’une capitale, a levé le voile sur un complot montréalais qui a bien failli coûter à Québec son statut de capitale en 1869. Deux députés montréalais avaient alors voulu déposer une motion demandant le déplacement du siège du gouvernement de Québec vers la métropole. «Montréal était une ville populaire, riche, en croissance, ce qui n’était pas le cas de Québec», relate M. Lemieux. Le projet aurait avorté grâce à l’intervention de l’un des pères de la Confédération, George-Étienne Cartier. Mais il n’en demeure pas moins que Québec a été secouée par ces menaces et a par la suite tenté d’accélérer la cadence pour se construire un parlement digne de ce nom. «Québec voulait se dépêcher de construire un parlement parce que son implantation comme capitale n’était pas très solide. Elle avait peur de se faire voler son titre. Alors, elle a tout mis en œuvre pour que son statut soit fixé dans la pierre», explique l’historien. Pourtant, six ans plus tard, les gens de Québec ne s’entendaient toujours pas sur le site de ce fameux parlement. Encore une fois, des élus montréalais ont proposé d’annuler le budget de 100 000 $ alloué à la construction du parlement et de déménager les édifices gouvernementaux dans la métropole. La motion a été battue, mais tant que la première pierre n’a pas été posée sur le bâtiment, les inquiétudes sont demeurées. «Cette urgence de construire, on la retrouve tout au long de notre livre. Au cours de son histoire, Québec a souvent voulu se dépêcher de construire des immeubles pour fixer ses sièges sociaux et les convaincre de ne pas aller à Montréal», soutient M. Lemieux. Une parcelle Ce pan de l’histoire de Québec n’est qu’une infime parcelle de ce qu’on peut retrouver dans le nouveau livre écrit par quatre historiens de l’Assemblée nationale : Christian Blais, Gilles Gallichan, Frédéric Lemieux et Jocelyn Saint-Pierre. Lancé en avant-première hier par le président de l’Assemblée nationale, Michel Bissonnette, le bouquin de 700 pages révèle plusieurs autres découvertes sur la capitale et trace un portrait inédit de ses quatre siècles d’histoire. Au cours de leurs trois années de travail, ces historiens ne se sont pas contentés de remâcher et de relire ce qui avait déjà été dit sur Québec. Ils ont aussi voulu mettre en lumière des faits nouveaux sur la capitale et ont eu recours à des archives canadiennes, mais aussi anglaises et américaines afin d’alimenter leurs recherches. Ainsi, on a pu découvrir que les premières élections civiles ont été tenues à Québec en 1647, contrairement aux idées reçues à cet égard. Ce cadeau de l’Assemblée nationale pour les Fêtes du 400e sera en vente à partir du 17 avril. Un lancement officiel aura également lieu pendant le Salon du livre de Québec. http://www.cyberpresse.ca/article/20080409/CPSOLEIL/80408274/7137/CPSOLEIL05
  24. Bonjour, quelqu'un qui n'a jamais obtenu des réductions sur les coupons de voyage avec groupon contact*???? Je l'ai vu des choses très intéressantes, mais je veux savoir avant d'appeler ou d'un livre