Search the Community

Showing results for tags 'libre-échange'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 10 results

  1. La revue Le moniteur du commerce international (lemoci.com) offre ce mois-ci un dossier spécial sur les affaires au Québec. On y retrouve entre autres une entrevue avec Pauline Marois, première ministre du Québec, sur les forces économique de la province et sur les nouvelles opportunités d’investissement en marge de l’Accord de libre-échange avec l’Europe. http://www.montrealinternational.com/wp-content/uploads/2014/01/MOCI-DossierQuebec.pdf
  2. (La Presse+, cahier Affaire, 08/12/13) POINT DE VUE - GIL RÉMILLARD Ancien ministre de la Justice et des Affaires intergouvernementales du Québec, Gil Rémillard est le président-fondateur du Forum économique international des Amériques. Montréal, une métropole des Amériques*?* La conjoncture ne s’y est jamais montrée plus favorable. L’accord historique de libre-échange qui vient d’être signé par le Canada et l’Union européenne annonce en effet la mise en place de la nouvelle route de commerce transatlantique. Alors que les États-Unis ont récemment commencé leurs négociations avec l’Union européenne pour établir un libre-échange, le Mexique bénéficie déjà d’une telle entente depuis plusieurs années, et les pays du Mercosur et le Brésil sont toujours en discussion pour en conclure une. D’ici sept à dix ans, un nouveau réseau d’échanges économiques et commerciaux transatlantiques se mettra donc en place, reliant les pays de l’Union européenne, ceux de l’Amérique du Nord et ceux de la côte Atlantique de l’Amérique latine. Viendront aussi éventuellement s’y joindre les pays africains de l’Atlantique. L’océan sera bientôt quadrillé de voies de communication, et Montréal a une occasion historique d’en être un des carrefours. Son histoire, sa culture, ses réalités économiques et sa situation géographique lui permettent de s’imposer comme «*une métropole des Amériques*». Pourquoi des Amériques*? Parce que le Nouveau Continent est plus vaste et plus varié que sa seule composante anglo-saxonne. Par son multiculturalisme, Montréal est bien placé pour y être sensible. Tout y concourt. Montréal n’a jamais été autant imprégné de l’évolution du continent américain. Si l’on faisait l’inventaire de toutes les activités universitaires qui se tiennent à Montréal en lien avec les Amériques, on serait très impressionné par leur nombre et leur pertinence. Montréal a déjà fait la preuve de son ouverture aux autres réalités américaines dans le domaine culturel. Le cinéma, la musique, la danse, le théâtre font chaque année l’objet de festivals prestigieux qui sont liés tout particulièrement aux Amériques. Le secteur des affaires n’est pas en reste. Depuis 20*ans, le Forum économique international des Amériques*–*Conférence de Montréal réunit des décideurs du monde entier pour parler de politique, d’économie, de commerce et d’investissement en relation avec les Amériques dans la nouvelle économie mondiale. La Conférence assemble plusieurs chambres de commerce et associations qui font la promotion des relations panaméricaines. Bien sûr, Montréal ne passe pas une période de son histoire des plus faciles. Mais il demeure qu’il devient une ville de plus en plus agréable, avec un Quartier des spectacles vraiment réussi, un Quartier international de plus en plus significatif, et certains nouveaux immeubles qui s’harmonisent fort bien avec son ensemble architectural. Il faut entendre les commentaires de ces touristes qui descendent de leur bateau de croisière et qui visitent Montréal pour comprendre la chance que nous avons de vivre dans cette ville multiculturelle unique. L’élection d’une nouvelle équipe municipale et le 375e*anniversaire de Montréal, en 2017, surviennent à point nommé pour que nous donnions tous ensemble, sans partisanerie politique, une nouvelle impulsion à la vocation internationale de notre ville. DES SUGGESTIONS*? Développer une synergie entre tous les organismes publics et privés qui ont des engagements et des intérêts envers les Amériques. Créer une «*Place des Amériques*» comme il en existe dans plusieurs grandes villes du monde et qui serait significative de l’histoire de la ville. Ouvrir une «*Maison des Amériques*», située par exemple dans la Bibliothèque St-Sulpice (l’ancienne Bibliothèque nationale), rue Saint-Denis. Déjà relié à l’histoire des Amériques par ses archives, l’édifice pourrait être un centre exceptionnel consacré à des activités en relation avec les Amériques. Transformer Montréal en un centre intermodal complet et efficace en développant son port, son aéroport, son système de transport ferroviaire et routier. Étendre son engagement sur la scène mondiale en partant de la présence d’organisations internationales de premier plan déjà en place, telles l’OACI et l’Unesco, pour attirer des évènements internationaux d’envergure panaméricaine. Le libre-échange entre le Canada et l’Union européenne peut donner à Montréal l’occasion rêvée de confirmer son statut d’une métropole des Amériques et de s’inscrire sur la carte du nouveau monde qui se met en place.
  3. Les 20 ans du libre-échange 6 octobre 2007 - 08h41 La Presse Claude Picher Grossir caractèreImprimerEnvoyer Cette semaine avait lieu le 20e anniversaire de la signature du traité de libre-échange entre le Canada et les États-Unis. À l'époque, le débat avait soulevé les passions partout au Canada; les élections générales de 1988 se sont même transformées en véritable campagne référendaire sur le libre-échange. Au fil d'arrivée, le gouvernement de Brian Mulroney, architecte du projet, a été massivement reporté au pouvoir, avec 169 sièges sur 295 à la Chambre des communes. Le triomphe des conservateurs était particulièrement fort au Québec, avec 53% du vote populaire et 63 des 75 sièges. Cette semaine, à Montréal, M. Mulroney a prononcé une conférence pour célébrer ce 20e anniversaire. Il y a de quoi célébrer, en effet. En 1987, le surplus commercial du Canada à l'égard des États-Unis atteignait 17 milliards; l'an dernier, il dépassait les 96 milliards. Même en tenant compte de l'inflation, la progression est spectaculaire. Pendant ces 20 années, l'économie canadienne a créé cinq millions d'emplois, dont une majorité à plein temps. Le taux de chômage, à 5,9%, est à son plus bas niveau depuis 1974. Certes, cette remarquable amélioration du marché du travail n'est pas uniquement attribuable au libre-échange, mais on peut certainement avancer que le libre-échange a contribué à maintenir et à créer des millions d'emplois de ce côté-ci de la frontière. Ceux qui ont vécu ce débat, à l'époque, se souviennent du catalogue d'horreurs véhiculé par les adversaires du libre-échange. En feuilletant les journaux de l'époque, je suis tombé sur quelques perles qui, avec le recul du temps, apparaissent singulièrement idiotes aujourd'hui. Voici donc, selon les prophètes de malheur de 1987, quelques-unes des calamités qui attendaient le Canada avec la signature de l'accord de libre-échange: > Les armes à feu seront en vente libre partout au Canada. La criminalité atteindra des niveaux inégalés dans les villes canadiennes. La violence envers les femmes augmentera. > Les Américains achèteront les hôpitaux canadiens et les exploiteront comme des entreprises privées. Les pauvres n'auront plus les moyens de se faire soigner. Les listes d'attente s'allongeront (cette dernière prévision s'est réalisée, mais on a été capables de faire cela tout seuls). > Le Canada va être obligé de démanteler ses programmes sociaux et ses institutions publiques. Pour le Québec, notamment, cela signifie la désintégration de la Caisse de dépôt et du Fonds de la FTQ. > Les entreprises canadiennes fermeront par centaines. Des millions d'emplois seront perdus. On assistera à un déplacement massif des sièges sociaux vers les États-Unis. > Les droits de scolarité atteindront 20 000$ par année, comme dans les universités américaines. L'éducation supérieure sera réservée aux riches. > C'est Washington qui décidera de la politique monétaire du Canada. Qui disait cela, en 1987? Des lobbies de toutes sortes, bien sûr, mais aussi des politiciens, les néo-démocrates en premier lieu, sans oublier les libéraux, qui promettaient de «jeter le traité à la poubelle», rien de moins. Quatre ans plus tard, lorsqu'ils sont revenus au pouvoir, les libéraux se sont bien gardés de toucher au traité; pour une fois, on peut féliciter des politiciens d'avoir renié une promesse électorale! Et puis des dirigeants syndicaux, des évêques, même des professeurs d'université, de qui on aurait pu espérer un peu plus de clairvoyance. Dans sa conférence, M. Mulroney, qui a fait l'objet de nombreuses attaques personnelles à l'époque, n'a pas raté l'occasion de rappeler à quel point tout ce beau monde s'est trompé. Mais l'ancien premier ministre a aussi mis le doigt sur un autre problème: les entraves au commerce interprovincial. Assez curieusement, le Canada, bien qu'il ait signé un accord de libre-échange avec son voisin du Sud, conserve à l'intérieur de ses propres frontières des entraves protectionnistes. Évidemment, à l'intérieur du pays, aucune province ne peut ériger de barrières tarifaires. En revanche, les provinces peuvent mettre en place une foule d'entraves, et elles ne s'en privent pas: réglementation, notamment dans le secteur des transports, de l'hygiène publique, de la protection du consommateur; mesures vexatoires (formulaires, bureaucratie, permis, délais); politiques d'embauche dans certains secteurs comme la construction ou les soins de santé, politiques d'achat des ministères, agences et sociétés d'État. Certes, en 1994, les 10 provinces ont signé un accord sur le commerce intérieur, mais celui-ci n'a jamais été mis en application. Encore aujourd'hui, en 2007, il est plus facile pour certaines entreprises québécoises d'exporter aux États-Unis plutôt qu'en Ontario, et le contraire est aussi vrai. En avril 2007, deux provinces canadiennes, l'Alberta et la Colombie-Britannique, se sont entendues pour créer leur propre marché commun, le TILMA (Trade, Investment and Labor Mobility Agreement); les deux provinces aboliront toutes leurs entraves et harmoniseront leurs lois et règlements d'ici deux ans. Un enseignant ou une infirmière de Colombie-Britannique pourra librement travailler en Alberta et vice-versa. Les entreprises et les investisseurs seront régis par une réglementation unique, et auront un libre accès aux deux marchés; une entreprise enregistrée en Alberta sera automatiquement considérée comme étant aussi enregistrée en Colombie-Britannique, et vice-versa. C'est clairement la voie de l'avenir.
  4. Le ministre du Commerce international, Stockwell Day, a un remède en tête pour atténuer les effets de la crise économique mondiale: le libre-échange. Pour en lire plus...
  5. Ottawa voit grand Mise à jour le lundi 26 avril 2010 à 23 h 49 Photo: La Presse Canadienne /Adrian Wyld Le ministre conservateur, Peter Van Loan. (archives) Le ministre fédéral du Commerce international, Peter Van Loan, a indiqué à la Presse canadienne que les négociations entre le Canada et l'Union européenne (UE) pourraient mener à un pacte plus élaboré encore que l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA). Ce que nous recherchons, c'est l'entente commerciale la plus ambitieuse que nous ayons jamais conclue. — Le ministre Peter Van Loan Selon le négociateur en chef du Canada, Steve Verheul, les négociations en vue de conclure l'Accord économique et commercial global (AECG) progressent bien. Les deux parties en sont à la troisième ronde de pourparlers, et deux autres ont été planifiées. Le ministre Van Loan souhaite que l'accord soit entériné d'ici la fin de 2011. La délégation canadienne compte quelque 60 personnes. À la demande de l'UE, des représentants des provinces canadiennes en font partie en tant que partenaires à part entière. Selon Scott Sinclair, un chercheur pour le Centre canadien de politiques alternatives, les délégués européens souhaitent notamment éliminer le système de régulation de l'offre dans les secteurs des produits laitiers et de la volaille, et la Commission canadienne du blé. En retour, croit-il, le Canada pourrait exporter une plus grande quantité de matières premières en Europe. Un marché important L'ancien ministre libéral John Manley, maintenant à la tête du Conseil canadien des chefs d'entreprise, fait observer que le Canada a besoin de diversifier son commerce international et que dans ce contexte, une entente avec l'Union européenne, dont l'économie ressemble à celle du Canada, pourrait générer d'intéressantes retombées. Le gouvernement canadien estime que l'entente ferait bondir le produit intérieur brut (PIB) du Canada de 12 milliards de dollars d'ici 2014. En 2008, les exportations canadiennes en Europe se sont chiffrées à 52 milliards de dollars, un montant plutôt modeste compte tenu de la taille du marché. L'Union européenne, un marché d'un demi-milliard d'habitants répartis dans 27 pays, a un PIB de 19 milliards de dollars. Le premier ministre du Québec, Jean Charest, est un ardent défenseur d'un accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2010/04/26/014-canada-ue-pacte.shtml Pour ceux qui ne savent pas ce qu'est le système de régulation de l'offre dans le secteur des produits laitiers, en bref c'est ce qui fait en sorte que vous payez vos produits laitiers beaucoup trop chers, beaucoup plus cher qu'aux USA, puisque les prix sont artificiellement gonflés pour subventionner les producteurs laitiers (qui sont millionnaires soit dit en passant).
  6. Le premier ministre et son ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, comptent promouvoir le libre-échange comme antidote au marasme économique lors du sommet de l'APEC, qui s'ouvre samedi, au Pérou. Pour en lire plus...
  7. Une fois mis en oeuvre, l'accord éliminera les droits de douane sur la majorité des marchandises. Les échanges entre les deux pays sont actuellement limités. Ils ont atteint 76 M$ l'an dernier. Pour en lire plus...
  8. La libération de plusieurs otages des FARC, début juillet, a redonné le moral aux Colombiens. Les investisseurs étrangers sont courtisés, en particulier les Canadiens, depuis la signature d'un traité de libre-échange avec la Colombie. Pour en lire plus...
  9. Le premier ministre du Québec vante à Ottawa, devant un parterre d'ambassadeurs européens, les mérites d'une éventuelle entente de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne. Pour en lire plus...
  10. Pendant que les leaders canadiens et mexicains réaffirment leur appui à l'Accord de libre-échange nord-américain, le seul représentant des États-Unis dit que l'entente pourrait être revue. Pour en lire plus...