Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'lavoie'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Urban photography
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 11 results

  1. The new oil sheik of Quebec SOPHIE COUSINEAU MONTREAL — The Globe and Mail Published Tuesday, Feb. 05 2013, 7:45 PM EST Last updated Tuesday, Feb. 05 2013, 7:53 PM EST 6 comments 25 8 17 0 Print / License AA To say that I am a football fan is an overstatement as big as New Orleans’ Superdome, though I’ve always had a soft spot for the San Francisco 49ers. But I gave up on “my team” and on the Super Bowl when the Baltimore Ravens’ lead reached 22 points, and switched to Tout le monde en parle, the talk show that normally rules Quebec airwaves on Sundays. MORE RELATED TO THIS STORY Redford calls on energy workers to raise the flag Alberta stands firm on Keystone Gaspé drilling ban assailed by pro-exploration factions ENERGY Video: How oil sands players are collaborating on environmental innovation VIDEO Video: Quebec considers updating common law legislation GALLERY From Leduc to the Bakken boom, big moments in Canada's modern age of oil So I missed the power outage and the 49ers’ spectacular comeback. But I did see Quebec’s Natural Resource Minister, Martine Ouellet, throw a couple of Hail Marys. This may come as a surprise to those who have heard of Quebeckers’ widespread disdain for the oil sands, but the province of cheap, abundant hydroelectricity has some big oil ambitions of its own. On the Radio-Canada talk show, Ms. Ouellet talked about the revenues that could be extracted from Quebec’s oil reserves. The Gaspé region could generate $35-billion, she said. The Anticosti Island? Between $200-billion and $300-billion. The Old Harry offshore deposit in the Gulf of St.-Lawrence? A whopping $500-billion! (A press officer corrected her Tuesday and said she had meant to say $50-billion, but still.) The show’s court jester, Dany Turcotte, was flabbergasted at those huge figures, which conjured up images of oil gushing from a swamp like in the opening of the old Beverly Hillbillies TV series. Until now, the reality has been very different. Quebec’s oil is hard to extract. In the past 10 years, junior resource companies poking the land have only succeeded in pumping a couple of hundred of very pricey barrels from exploration wells. “You have got to be careful before asserting that we are going to be as rich as Alberta,” says Jean-Yves Lavoie, chief executive officer of Junex, a Quebec exploration company. There is still a lot of work to be done. There is only one deposit close to being commercially viable, according to its promoter, Pétrolia Inc., and that is the Haldimand project near the town of Gaspé, where exploratory work is now halted. But Premier Pauline Marois is determined to see Quebec reduce its reliance on imported oil. And for a cash-strapped province that is cutting expenses in all departments to balance its books, extra oil royalties would ease some fiscal pain. Even Ms. Ouellet, a former water conservationist who denounced “fracking” as unsafe in her first days in a limousine, is officially riding along, although she advocates moving with extreme caution. Fracking is a technique that injects a chemically-laced solutions underground to fracture rock formations and release oil and gas. But Quebec’s three known oil regions are facing daunting obstacles. The Old Harry offshore deposit has become another battleground between Quebec and Newfoundland, with both provinces claiming jurisdiction over its riches. While there have been some seismic surveys on the Newfoundland side, there has been no exploratory work on the Quebec side of the disputed border, as the government awaits an environmental assessment of the fragile ecosystem. Since no drilling has been done, no one knows what Old Harry truly holds. “Chances are it’s natural gas, but when politicians take a hold of Old Harry, it turns into oil,” says Mr. Lavoie, a mining engineer. The Anticosti island, also in the Gulf, holds the best promise, according to Mr. Lavoie, whose exploration licences border the south of the island. Pétrolia concurs. Its licences and those of its partner Corridor Resources from Halifax cover the rest of the island; they hold 30.9 billion barrels of oil, according to an assessment by Sproule Associates Ltd. But most of this oil would only be accessible by fracking, not by conventional extraction methods, according to Pétrolia president and chairman André Proulx. And there is a de facto moratorium on fracking until Quebec completes its environmental review on the controversial technique. In the meantime, the former shale gas opponents are revving up the campaign to protect the sparsely populated wildlife sanctuary against oil production. This places the Marois government in an untenable position, as it opposed fracking for gas while apparently favouring it for the oil industry. Which leaves Gaspésie. There, Pétrolia temporarily halted its exploratory work on the Haldimand project because of the Gaspé mayor’s opposition on environmental grounds. Mr. Proulx believes the fear of ground water contamination is rubbish. “What they are truly trying to do is to get more municipal powers and a share of the mining royalties,” says Mr. Proulx, who hopes the province will settle the issue. Despite this setback, Pétrolia’s president remains a believer. “In theory, in five or six years time, we could supply half of all the oil Quebec consumes,” Mr. Proulx asserts. Only a vocal minority opposes oil production, this promoter says. Yet the Marois government will have to do a hell of a selling job. Because if recent history proves anything, that minority is what freezes energy development in Quebec – be it winter or summer.
  2. Source: Bloomberg Quebec’s unemployment rate fell to the lowest on record last month while Alberta’s surged to a two-decade high, underlining the the swing in Canada’s economic momentum through the recovery from an energy crash. Joblessness in the mostly French-speaking province fell to 6.2 percent in November from 6.8 percent in October, and in Alberta it climbed to 9 percent. The national jobless rate declined to 6.8 percent from 7 percent, Statistics Canada said Friday from Ottawa. “I’m stunned -- it’s a banner year” for Quebec, said Sebastien Lavoie, assistant chief economist at Laurentian Bank Securities in Montreal. He linked good times to a construction boom in his hometown, a low dollar boosting service industries and business confidence aided by provincial government budget surpluses. The movement of jobs from the western oil patch to central Canada’s service and factory hubs meshed with Bank of Canada Governor Stephen Poloz’s view that non-energy companies will help the world’s 10th largest economy recover over the next few years. Poloz said this week he would only cut his 0.5 percent benchmark interest rate if there was another shock like the oil crash. His next rate decision is Wednesday. “Quebec is within a whisker of posting the lowest unemployment rate in the country, something that we haven’t seen in the 40 years of available data,” said Doug Porter, chief economist at BMO Capital Markets in Toronto. The job report “strengthens the view that the Bank of Canada will be perfectly happy staying on the sidelines.” Quebec is tied more to manufacturers like Canam Group Inc. and Montreal-based software makers, who benefit from Canada’s weaker dollar and a growing U.S. economy. South of the border, payrolls increased by 178,000 jobs, the Labor Department said, bringing the unemployment rate down to a nine-year low of 4.6 percent. The province added 8,500 jobs in November and over the past 12 months the number of unemployed people has dropped by 17 percent. It wasn’t all good news: part of the reason the jobless rate fell was 20,300 dropped out of the labor force, the most since since December 2014. Lavoie at Laurentian Bank said it would be “extremely surprising” for Quebec to make further major gains in the job market over the next year. The figures have yet to reflect some announced cutbacks at Bombardier Inc. that haven’t happened yet, and the U.S. might be about to get tough on Quebec’s large softwood lumber industry. “There are also growing uncertainties linked to trade,” he said. “There will be duties on lumber, so that’s not going to help future job creation.” The mixed pattern also showed up in the national figures. Employment climbed by 10,700 in November as 27,600 left the labor force. Economists surveyed by Bloomberg News projected the jobless rate would be unchanged and employment would decline by 15,000.
  3. Une poignée d’entrepreneurs québécois ont réussi à préserver un morceau de la future industrie gazière québécoise du grappin des multinationales. Jean-Yves Lavoie, président et chef de la direction de Junex, est l’un d’eux. Pour en lire plus...
  4. Prix des terres agricoles au Québec: une hausse rapide et problématique Publié le 04 juillet 2009 à 05h00 | Mis à jour à 05h00 Selon un rapport de La Financière agricole, la valeur des terres agricoles a augmenté de 10% au Québec en 2008. Statistique Canada calcule plutôt une hausse de 7% entre janvier et novembre 2008. Vincent Brousseau-Pouliot LA PRESSE Pendant que les propriétaires québécois ont vu la valeur de leur maison stagner au cours de la dernière année, les producteurs agricoles ont été plus chanceux?: la valeur des terres agricoles a augmenté de 10% en 2008, selon La Financière agricole du Québec. Du jamais-vu. Est-ce un signe de la vitalité de l'agriculture québécoise? Pas nécessairement, répondent les producteurs. Après une vingtaine d'années à labourer sa ferme de Saint-Sébastien, en Montérégie, Daniel Lavoie a décidé qu'il en avait assez de cultiver du maïs et du soya. Il a ainsi vendu ses 150 hectares (280 terrains de football!) de terres agricoles. Une décision qui ne pouvait être prise au meilleur moment. Selon un rapport de La Financière agricole, la valeur des terres agricoles a augmenté de 10% au Québec en 2008. Statistique Canada, qui utilise des données différentes, calcule plutôt une hausse de 7% entre janvier et novembre 2008. Dans un tel marché haussier, Daniel Lavoie a pu récolter 2,7 millions$ pour ses terres achetées environ 300 000$ en 1984. L'occasion était trop belle, d'autant plus qu'il devait bientôt faire des investissements importants en équipement et que la passion de l'agriculture n'était plus au rendez-vous depuis quelque temps. «Il aurait fallu mettre 400 000$ pour une moissonneuse neuve, dit-il. Les coûts de semence et de fertilisants sont super cher. J'en avais ras-le-bol et je ne pense pas que le prix des terres agricoles va rester où il est présentement.» Pour des producteurs qui, comme Daniel Lavoie, ont fait le tour du jardin, la récente hausse du prix des terres agricoles est une chance inespérée de rentabiliser des années de dur labeur. Pour les autres qui veulent continuer leur vie dans les champs, c'est une autre histoire. «Nous avons été un peu surpris (par la vigueur de la hausse), dit Denis Bilodeau, deuxième vice-président de l'Union des producteurs agricoles (UPA). La valeur foncière augmente plus vite que les revenus agricoles.» La hausse de la valeur des terres québécoises pose plusieurs problèmes aux producteurs agricoles. Le premier est d'ordre fiscal. Habitués à se faire rembourser une bonne partie de leurs taxes foncières sur leur rapport d'impôt provincial, ils sont de plus en plus nombreux à ne pas se qualifier pour ce crédit d'impôt en raison de la hausse de la valeur de leur propriété. «Seulement en 2008, il y a 18% de producteurs de plus qui se sont vus refuser le crédit d'impôt, qui rembourse jusqu'à 70% des taxes foncières», dit Denis Bilodeau, aussi producteur de maïs, de soya, de porc et de bovin à ses heures dans la région de Warwick. Le deuxième problème est d'ordre générationnel: les terres deviennent trop chères pour les jeunes producteurs qui ne sont pas issus de familles agricoles. Ceux-ci n'ont souvent pas le choix de louer des terres s'ils veulent démarrer leur entreprise. «Plus la valeur des terres va augmenter, plus les gens vont être intéressés à les louer», dit Denis Bilodeau, de l'UPA. «C'est devenu trop cher à certains endroits, dit Isabelle Imbeault, qui cultive des légumes bio sur 2,5 hectares avec son conjoint depuis quatre ans sur ses terres - achetées non sans chercher - dans la région de Lanaudière. Les seules personnes qui peuvent acheter, ce sont les gros producteurs qui ont déjà beaucoup de superficie. Tu arrives dans un village et ils sont trois ou quatre à détenir à peu près toutes les terres...» Même si elle est en hausse, la location des terres est un phénomène deux fois moins répandu au Québec qu'au Canada et aux États-Unis. «J'ai l'impression ça va arriver aussi ici, dit le producteur Daniel Lavoie. Il y aura moins de propriétaires, mais ceux-ci auront encore plus de terres.» Même s'il a vendu sa ferme de Saint-Sébastien, Daniel Lavoie ne quitte pas complètement le milieu agricole. De la somme de 2,7 millions obtenue pour sa ferme, il a pris un million pour acheter un verger à Rougemont. Une propriété plus petite - «seulement» 50 hectares -, mais surtout avec moins de soucis. «Un verger, c'est plus tranquille, dit-il. Le prix des pommes est plus stable. En plus, j'avais besoin d'un autre style de vie. J'étais tanné de jouer dans la boue alors je m'en vais jouer dans le gazon.» La faute de l'éthanol... et des politiciens! La cause de la hausse surprenante des terres agricoles? L'éthanol, le carburant chouchou vert de la classe politique canadienne et américaine. Aux États-Unis, tous les candidats présidentiels qui se prennent au sérieux ne jurent que par l'éthanol, produit en grande partie en Iowa, l'un des États les plus importants des primaires. Au Canada, le Parlement fédéral a adopté l'an dernier une loi exigeant de hausser à 5% le seuil minimum de carburants renouvelables comme l'éthanol dans l'essence. «La production plus importante d'éthanol a contribué à faire monter le prix des céréales. Comme le prix des céréales est plus élevé, ça incite les producteurs à agrandir en achetant d'autres terres», dit Normand Johnston, vice-président au financement de La Financière agricole du Québec. La montée du prix des denrées alimentaires, influencée par la popularité de l'éthanol, a surtout eu lieu durant la première moitié de l'année 2008. Les cours du maïs et du soya ont augmenté respectivement de 58% et 39% entre janvier et juin 2008 à la Bourse de Chicago. Mais ces deux denrées ont terminé l'année dans le rouge (-11% pour le maïs et -19% pour le soya), un résultat final qui n'a curieusement pas semblé déranger le marché immobilier agricole.
  5. Des quartiers en mutation Toutes les villes ont leurs quartiers disparus. Effacés au nom du progrès ou du profit, ils disparaissent un jour sous une autoroute, un stationnement, un aéroport ou une station de télévision. Leurs habitants s'éparpillent, leurs cultures s'effacent, leurs âmes se dissipent, jusqu'à ce qu'enfin il ne reste plus de toute cette vie humaine qu'une main ridée tenant quelques photos qui n'intéressent plus personne. Les quartiers meurent comme les jardins, comme la mémoire. Parcs Vivants vous invite, mardi le 30 juin au Cinéparc Martineau (rue Panet au nord de Sainte-Catherine) dès 19 h 30, pour une petite visite d’un quartier disparu. Un secteur mal-aimé qu’on a rasé de près comme une vieille barbe de trois jours qu’on ne voulait plus voir. Une sale gueule de taudis comme on dit et qu’on a voulu rayer de la carte et de la mémoire. Durant cette ballade à pied, Éric Giroux de l’Écomusée du fier Monde, prendra soin de nous aider à honorer cette devise nationale qu’on tend trop souvent à oublier. Au retour de cette fascinante expédition à travers le temps et ce dès le soleil couchant, Parcs Vivants projettera au Cinéparc Martineau des images d’archives qui témoignaient de la vitalité de ce quartier avant l’arrivée des bulldozers du progrès. Au total 678 familles, soit environ 5000 personnes, ont dû être expulsées de leurs habitations pour Radio-Canada et ses immenses stationnements. Près de 262 immeubles sont ainsi rasés du décor pour faire place notamment à l’expansion de la culture du char (rétrécissement des trottoirs, boulevards urbains, autoroutes, etc). En guise de supplément vitaminé, Parcs Vivants présentera aussi le documentaire Mémoire d’une petite cité de Valérie Lavoie (2002). Ce film démontre clairement les changements qui ont marqué le paysage urbain du Centre-Ville de Québec ces dernières années. La Basse Ville de Québec, tout comme le bas de la ville de Montréal, se sont rapidement transformés avec l’arrivée d’une nouvelle identité urbaine. La cinéaste Valérie Lavoie a voulu donner la parole aux gens de Saint-Roch (Centre-Sud même combat !) afin de reconstituer la mémoire collective de cette petite cité. Visite historique à pied d’un quartier disparu avec Éric Giroux de l’Écomusée du fier Monde. Le départ se fera au Cinéparc Martineau (rue Panet au nord de Sainte-Catherine) à 19 h 30. Projection dès le soleil couchant au Cinéparc Martineau (rue Panet au nord de Sainte-Catherine) de Mémoire d’une petite cité de Valérie Lavoie et de trois documents d’archives sur le faubourg à mélasse. Une petite discussion avec Armand Vaillancourt (chassé de son atelier en 1963) et d’Éric Giroux de l’Écomusée du fier Monde complétera cette soirée historique. Apportez vos chaises. La visite historique à pied et les projections seront remises au lendemain en cas de pluie. Karine Gagné Parcs Vivants Pour la réappropriation citoyenne des mini-parcs du Centre-Sud Éco-quartier Saint-Jacques/ASCCS 2022, rue de la Visitation, Mtl (QC) H2V 4C2 Tél.: 514-522-4053. Téléc. : 514-522-6702. Courriel: [email protected] Site internet: http://www.ecoquartierst-jacques.org
  6. La Laurentienne prévoit une croissance modérée au Québec 20 juin 2008 - 08h11 La Presse Canadienne L'économie québécoise progressera à un rythme inférieur à sa vitesse de croisière habituelle en 2008 et 2009, selon Valeurs mobilières Banque Laurentienne, qui publie ses perspectives, vendredi. L'économiste Sébastien Lavoie précise que la croissance économique de 0,8 et de 1,7% pour ces deux années sera en-deçà de la moyenne de 2% observée depuis 2001. L'économie québécoise subira les contrecoups du ralentissement aux États-Unis compte tenu de son grand degré d'ouverture aux échanges commerciaux. Toutefois, M. Lavoie n'entrevoit pour le Québec aucune récession. Il cite à cet effet quelques facteurs: l'allègement fiscal provincial sur le revenu et la baisse de la taxe sur les produits et services (TPS) qui stimuleront les dépenses de ménages; le grand nombre de projets d'investissements privés et publics; l'exploration dans les secteurs minier et gazier, et la bonne santé de l'agriculture. Click here to find out more! La Banque Laurentienne prévoit qu'ailleurs au Canada, l'expansion économique sera également plus modérée cette année. En Ontario, le dérapage de l'industrie automobile frappera fort. L'expansion économique y sera la plus faible au pays en 2008, tout près du point neutre. Pour la première fois depuis 2002, la croissance économique albertaine sera inférieure à 2,5%. L'Alberta laissera sa place à la Saskatchewan comme chef de file au pays puisque sa croissance économique avoisinera 3%. En plus du pétrole, la Saskatchewan est un important producteur mondial de potasse et d'uranium. Leader mondial dans la production de blé et d'orge, cette province est aussi de loin celle qui est en meilleure posture pour profiter du boom du prix des céréales. Le secteur de l'agriculture au Manitoba tirera également son épingle du jeu. Plus à l'Ouest, la Colombie-Britannique profitera des entreprises qui se lancent à la recherche de nouveaux sites d'exploitation de gaz naturel. Le nouveau cousin riche du Canada, Terre-Neuve-et-Labrador, ne recevra plus de paiements de péréquation très bientôt en raison du boom pétrolier. L'annonce prochaine d'un accord avec le gouvernement du Canada au sujet des revenus énergétiques extracôtiers pourrait aider la situation économique et fiscale de la Nouvelle-Écosse. La croissance économique sera modeste en Nouveau-Brunswick et à l'Île-du-Prince-Édouard.
  7. Nom: Le Frontenac Hauteur: 5 étages/?? mètres Coût du projet: 5 000 000,00$ Promoteur: Groupe GJE Lavoie Inc. Architecte: Emplacement: 4005 boulevard Des Sources (Dollard-des-Ormeaux) Début de construction: Février 2010 Fin de construction: Septembre 2011
  8. Junex: il n'y a pas que l'électricité 7 février 2007 - 06h00 Le Soleil Gilbert Leduc Junex (JNX), rencontre avec le président Jean-Yves Lavoie Jean-Yves Lavoie débarque de Houston. Il assistait, la semaine dernière, à un congrès réunissant plus de 17 000 joueurs des secteurs pétrolier et gazier. Des représentants des gouvernements de plusieurs provinces y participaient. Pas de trace, cependant, d'un quelconque émissaire du gouvernement du Québec. Sa société d'État - Hydro-Québec - a récemment mis sur la tablette sa filiale Pétrole et gaz et le programme de recherche prévoyant des investissements de plus de 300 millions $ d'ici 2010. «Pour plusieurs, l'électricité est la seule source d'énergie que peut produire le Québec. Chez Junex, nous travaillons à démontrer qu'il y a aussi du potentiel pour le pétrole et le gaz naturel», affirme Jean-Yves Lavoie, président et chef de l'exploitation de cette entreprise de Québec spécialisée dans l'exploration gazière et pétrolière. Au cours des dernières années, Junex - qui détient les droits d'exploration sur plus de quatre millions d'acres situés dans le bassin géologique des Appalaches - s'est attardé à mettre en valeur ses terrains, à réaliser des études géophysiques et à faire des présentations devant des sociétés savantes. Tout ça dans l'espoir d'attirer des partenaires de l'extérieur. Ententes Ce travail a porté ses fruits puisque Junex a conclu, l'an dernier, des ententes avec deux sociétés américaines qui vont investir environ 20 millions $US au cours des deux prochaines années. Au moment de la visite du Soleil dans les bureaux de Junex, le vice-président aux affaires corporatives, Dave Pépin, montrait un communiqué de presse diffusé, la semaine dernière, dans lequel Talisman Energy, de Calgary, annonçait que l'entreprise allait commencer la production de gaz naturel dans l'État de New York et plus particulièrement dans le bassin géologique des Appalaches. Tiens, tiens... De plus en plus, selon Jean-Yves Lavoie, les géants nord-américains de l'énergie cherchent des hydrocarbures sur le continent plutôt que d'aller chercher au Moyen-Orient. Il ne faut donc guère se surprendre de l'intérêt de l'industrie pour les sables bitumineux de l'Alberta. Le shale gas - ces gaz non conventionnels que l'on trouve dans le corridor entre Québec et Montréal - en font saliver également plusieurs. Plusieurs chaudrons sur le feu Junex a fondé sa stratégie sur la conclusion de partenariats afin de réduire les risques financiers associés à la recherche de gaz naturel et de pétrole. "Tranquillement, nous commençons à regarder les marchés de l'Ontario et du Nord-Est américain", a indiqué M. Lavoie. Pour le moment, toutefois, l'entreprise pilote de nombreux projets au Québec. À une vingtaine de kilomètres de Gaspé, l'entreprise est associée avec Bernard Lemaire - patron de Cascades - dans le projet de production de pétrole et de gaz de Galt. "Nous venons de terminer un quatrième forage. Deux pompes de production sont déjà installées." Le pétrole tiré du puits Galt numéro 3 a permis à Junex de réaliser des ventes de 150 000 $. L'entreprise a déjà investi environ 2 millions $ dans un autre projet - celui de la baie des Chaleurs -, où elle possède un permis d'exploration qui couvre une superficie de plus d'un million d'acres. "Aucun puits n'a jamais été creusé", informe Jean-Yves Lavoie en signalant que les études géophysiques réalisées démontraient un "potentiel intéressant". Toujours en Gaspésie, Junex est partenaire avec Pétrolia dans un projet qui permettrait de produire 34 barils de pétrole par jour. Pour "payer l'épicerie", la compagnie continue de pomper de la saumure dans la région de Bécancour qui est utilisée comme déglaçant l'hiver et abat-poussière l'été. "Nous évaluons la possibilité d'en faire une exploitation industrielle", fait-il remarquer en signalant que la vente de ce liquide représentait, l'an dernier, une somme de 750 000 $. JunexAnnée de fondation : 1999 Direction : Jean-Yves Lavoie, président et chef de l'exploitation, et Jacques Aubert, président du conseil et chef de la direction Secteur d'activité : exploration gazière et pétrolière Chiffre d'affaires : 3 millions $ Nombre d'employés : il varie entre 15 et 40 Symbole boursier : JNX (TSX de croissance) Valeur de l'action : 96 ¢ Adresse : 3075, chemin des Quatre-Bourgeois, bureau 103, Québec Téléphone : 418 654-9661 Télécopieur : 418 654-9662
  9. Le conglomérat médiatique Quebecor a annoncé vendredi le départ de son vice-président exécutif aux affaires corporatives. Pour en lire plus...
  10. NIGHTLIFE.CAMONTREAL22 avril, 2014 - 15:03 Transformer les ruelles de Montréal en spots parfaits pour un 5 à 7? Prenant en exemple le modèle de la ville Melbourne, Jérôme Glad de l'Association du design urbain du Québec (ADUQ) souhaiterait voir ruelles de Montréal recevoir un coup de neuf! En entrevue avec Hugo Lavoie de Radio-Canada, il explique comment Montréal devrait se doter de ruelles urbaines (en plus des jolies ruelles vertes et amusantes ruelles blanches) où l'on peut marcher, boire, magasiner et même manger! L'expansion de commerces dans les ruelles permetterait du même coup un élargissement du centre-ville, hors de la rue Sainte-Catherine Dans ce reportage photo, il explique l'engouement récent qu'ont plusieurs villes (Seattle et Brooklyn, par exemple) pour la revitalisation de ruelles inutilisées où s'accumulent conteneurs, tags sur les murs et ordures. Il suffit de regarder quelques photos des ruelles pour constater le potentiel qu'offrent plusieurs ruelles montréalaises. Ruelle entre les rues Metcalfe et Mansfield [crédit Jérôme Glad | via aduq.ca] Ruelle entre les rues Drummond et De La Montagne [crédit Jérôme Glad | via aduq.ca] Pour en savoir plus sur les ruelles urbaines à Montréal, on vous invite à consulter l'entrevue d'Hugo Lavoie ainsi que le reportage de Jérôme Glad.
  11. Les propriétaires de résidences au Québec s’apprêtent à recevoir leur avis de taxes foncières. Pour plusieurs, ce n’est plus qu’une question de jours avant de déballer ce cadeau municipal. Mais s’agit toujours de la meilleure façon de financer nos villes? Les Affaires et Métro ont analysé le cas de Montréal. Ce sont quelque 400 000 Montréalais qui devront payer plus de 3 milliards de dollars au cours des prochains mois. Vous n’êtes pas les seuls à pester: les élus aussi. La plupart des politiciens municipaux sont d’accord : Montréal est trop dépendante de cette taxe sur les terrains et les bâtiments. «La dépendance n'est pas juste élevée, elle est énorme», soutient Guillaume Lavoie, porte-parole en matière de finances pour le parti d’opposition Projet Montréal. Pour 2016, la Ville estime que les taxes foncières représentent 69,1 % de ses revenus, soit environ 3,4 milliards de dollars. Voir aussi notre outil interactif: Et si vous refusiez de payer vos taxes foncières ? Pour Pierre Desrochers, président du Comité exécutif et responsable des finances à la Ville, la taxe foncière a les avantages de ses inconvénients. D’un côté, elle permet d’avoir des revenus stables, puisque les bâtiments et terrains sont là pour rester. Mais de l’autre, cet impôt ne capte rien ou presque de l’effervescence économique de Montréal. «Que l'on travaille fort pour développer des événements ou des festivals, la plupart du temps, ce sont des dépenses sans aucun revenu pour la Ville», explique-t-il. M. Lavoie donne pour exemple le Grand Prix de Montréal. «On pourrait se dire qu'il y a plus d'activité économique avec la F1. Mais cette taxe ne capte pas cet engouement. Un hôtel, qu'il soit plein tous les soirs ou à moitié, la valeur de la bâtisse et du terrain reste la même». Étalement urbain et dématérialisation de l’économie Pour l’élu de Projet Montréal, la taxe pousse aussi les décideurs publics à promouvoir l’étalement urbain puisque la construction de tours à condos, par exemple, devient extrêmement rentable à court terme. «Mais le transit devient plus complexe, les infrastructures moins efficaces, et la seule logique à partir de ce moment-là, c'est d'en construire encore plus pour entretenir ce qu’on a déjà.» La chercheuse à l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques [iRIS], Eve-Lyne Couturier, rappelle également que la taxe foncière s’adapte très mal à la dématérialisation de notre économie. «Pour les propriétaires commerciaux, ce n'est plus la taille physique de ton espace qui compte. Huit personnes avec un ordinateur peuvent avoir un chiffre d'affaires beaucoup plus important qu'une manufacture qui a besoin d'un entrepôt pour pouvoir mettre une machine.» La solution : un transfert de la TVQ «Dans un monde idéal, nous aimerions qu’une portion de la taxe de vente perçue sur le territoire de la Ville de Montréal nous soit redonnée», indique M. Desrochers. Guillaume Lavoie abonde dans le même sens, tout en ajoutant «que le but ne doit pas être d’aller chercher plus de revenus, mais d’aller chercher les mêmes dollars, de manière plus efficace». Mais du côté de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante [FCEI], on craint que les transferts d’argent rendent la ville soit moins redevable envers ses résidents. « Le système actuel fait en sorte que les municipalités se responsabilisent, juge Martine Hébert, vice-présidente et porte-parole. Quand les taxes augmentent, elles doivent l’assumer». Jean-Philippe Meloche, professeur adjoint à l'école d'urbanisme et d'architecture de paysage à l'Université de Montréal, n’est pas convaincu du bien-fondé d’un transfert de la TVQ. «La majorité des services des municipalités, ce sont des services aux immeubles ou aux résidents. Voirie, transport, sécurité. Donc on impose les immeubles. C’est simple et efficace.» Un rôle qui a évolué Pierre Desrochers rétorque toutefois que le rôle de la Ville de Montréal dépasse désormais ces services de base. «On parle de développement économique, social, culturel. Tout cela fait partie de la mission de la Ville. Si ce n'était pas le cas, on n’aurait pas à s'occuper des réfugiés, des immigrants, des itinérants, de la pauvreté.» La municipalité espère que la Loi sur la métropole, dont le projet devrait être déposé à l’Assemblée nationale sous peu, inclura de nouvelles sources de revenus pour Montréal. Selon le président du Comité exécutif et responsable des finances à la Ville, la loi pourrait être adoptée à l’automne. http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/immobilier/la-taxe-fonciere-ne-suffit-plus/584813?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_content=26-01-2016&utm_campaign=taxe-fonciere
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value