Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'lassurance'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Urban photography
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 10 results

  1. Si les compagnies d'assurance-vie canadiennes paraissent encore peu touchées par les troubles d'AIG, la contagion de la crise financière américaine vers le monde de l'assurance pourrait venir toucher les consommateurs. Pour en lire plus...
  2. Manuvie a dévoilé détenir 769 millions d'actifs dans AIG et Lehman Brothers, et la Sunlife 334 millions dans Lehman, mais tant ces entreprises que le Bureau d'assurance du Canada se font rassurants. Pour en lire plus...
  3. Renewable Energy Corp a non seulement obtenu du gouvernement un bon tarif d'électricité, mais surtout l'assurance que sa facture n'augmentera pas de plus que 2,4% par année pendant 20 ans. Pour en lire plus...
  4. SNC: Québec doit baisser les coûts de main d'oeuvre 27 février 2008 - 16h03 Presse Canadienne Grossir caractèreImprimerEnvoyer Le Québec doit abaisser ses coûts de main d'oeuvre s'il ne veut pas voir des emplois lui glisser des mains, a plaidé mercredi le président et chef de la direction de SNC-Lavalin, Jacques Lamarre. Dans un discours prononcé à la tribune de l'Association de l'industrie électrique du Québec, M. Lamarre a soutenu que ces coûts sont 25% plus élevés au Québec que dans le reste du Canada. Selon lui, les coûts de main d'oeuvre constituent la plus importante menace à la croissance économique au Québec. Les charges sociales que doivent débourser les employeurs québécois comprennent notamment les cotisations à la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST), à la Régie des rentes, au Fonds des services de santé, au titre de la formation professionnelle (1% de la masse salariale) et de l'assurance parentale, de même que pour l'assurance-emploi (de compétence fédérale). Selon une enquête publiée en 2001 par Statistique Canada, les charges sociales totalisaient en moyenne plus de 5000 $ par année au Québec en 1997, soit près de 20% de plus que la moyenne pancanadienne. Depuis, les cotisations à l'assurance parentale se sont ajoutées au Québec, mais pas dans le reste du Canada. Jacques Lamarre a aussi pressé les gouvernements de «dominer» leur bureaucratie afin d'accroître leur compétitivité.
  5. Desjardins hausse ses profits de 7,3% 15 août 2008 - 10h17 LaPresseAffaires.com Michel Munger Monique Leroux, grande patronne de l'institution financière, estime que Desjardins se tire bien d'affaire malgré les facteurs qui échappent à son contrôle. La météo a bien affecté le secteur de l'assurance habitation au deuxième trimestre, mais les services aux particuliers et entreprises ont largement stimulé la rentabilité du Mouvement Desjardins. Ainsi, le mouvement coopératif dévoile vendredi des profits en hausse de 7,3% à 338 M$. Ce résultat inclut un gain de valeur sur le papier commercial adossé à des actifs, grâce à la restructuration du secteur et à une légère amélioration des conditions sur le marché. Sans cet élément inhabituel, les profits augmentaient de 5,7% à 333 M$. Le réseau des caisses a accru sa rentabilité de 29%. L'assurance habitation a été affectée par davantage de sinistres que d'habitude, ce que Desjardins attribue à la météo maussade. L'assurance de personnes a aussi connu sa part de problèmes en raison des réclamations plus élevées, comparativement à un deuxième trimestre solide en 2007. Le revenu total de Desjardins a grimpé de 10,5% à 2,44 G$. Si les particuliers et entreprises ont beaucoup contribué à cette croissance, les difficultés des marchés financiers ont fait chuter les revenus de courtage, fonds de placement et de fiducie de 19,1%. «Si l'on fait exception des éléments de nature conjoncturelle qui sont hors de notre contrôle, nos résultats témoignent de la progression continue de la performance financière du Mouvement Desjardins et du rôle moteur que jouent les caisses à ce chapitre», déclare Monique Leroux, présidente et chef de la direction de Desjardins. À la fin du trimestre, l'actif de Desjardins s'élevait à 151,9 G$, soit 6,3% de plus qu'à pareille date en 2007. Le rendement des capitaux propres a été stable à 14,3% au deuxième trimestre. La provision pour les ristournes aux membres s'est élevée à 172 M$, une baisse de 5M $ comparativement à la même période l'an dernier. La provision pour pertes sur créances était stable à 46 M$ tandis que le ratio de prêts douteux bruts s'élevait à 0,39%. Pour les six premiers mois de l'année, Desjardins déclare des profits en baisse de 30% à 405 M$. La provision de 220 M$ pour le PCAA comptabilisé au premier trimestre a fait particulièrement mal. L'institution financière croit qu'elle se tire plutôt bien d'affaire. «Malgré les conditions de marché particulièrement difficiles et la crise financière en cours depuis l'été 2007, dit Monique Leroux, le Mouvement Desjardins maintient une solidité financière qui lui confère la capacité de faire face aux soubresauts des marchés financiers, tout en étant en mesure de rassurer ses membres et clients et de poursuivre son développement à long terme.»
  6. Une hausse alarmante Mise à jour le lundi 20 octobre 2008 à 16 h 19 Les dépenses des provinces pour la santé augmentent à un rythme supérieur à celui des recettes publiques. C'est ce que révèle une étude publiée par l'Institut Fraser, et intitulée Paying More, Getting Less: 2008 Report. Selon cette étude, six des dix provinces consacreront plus de 50 % de leurs revenus disponibles aux soins de santé d'ici 2036. urgence-hopital Nombre d'années avant que les provinces atteignent le seuil de 50 %: * Nouveau-Brunswick: 11 ans * Manitoba: 12 ans * Terre-Neuve-et-Labrador: 17 ans * Nouvelle-Écosse: 19 ans * Saskatchewan: 25 ans * Ontario: 28 ans * Colombie-Britannique: 31 ans L'étude montre aussi qu'il faudra 61 ans à l'Île-du-Prince-Édouard et 86 ans au Québec avant de consacrer 50 % de leurs revenus à la santé. L'Alberta est la seule province où les recettes totales ont augmenté au même rythme que les dépenses en santé au cours des dix dernières années. Paying More, Getting Less: 2008 Report est la cinquième étude annuelle de l'Institut Fraser, un organisme favorable au libre-marché et à un interventionnisme limité, sur la viabilité financière des systèmes d'assurance maladie des provinces. Elle se fonde sur les données de Statistique Canada des dix dernières années afin de prédire les tendances de croissance des dépenses publiques en santé par rapport aux recettes totales. L'étude conclut que l'actuel système public d'assurance maladie au Canada n'est pas financièrement viable si on a uniquement recours à des fonds publics et propose une réforme en cinq points: * demander aux patients d'effectuer un copaiement chaque fois qu'ils ont besoin d'un bien ou d'un service médical financé par le secteur public; * enlever une partie de la pression financière reposant sur l'assurance maladie en permettant aux patients de payer de leur poche ou grâce à une assurance pour tous les types de biens et services médicaux, comme c'est le cas pour les médicaments sur ordonnance; * autoriser les fournisseurs de soins à recevoir un remboursement pour leurs services de n'importe quel assureur; * déplacer le fardeau de la hausse des prix médicaux vers le secteur privé en permettant aux fournisseurs de facturer des frais aux patients en surplus du taux de remboursement de l'assurance maladie publique; * établir des incitations devant mener à des améliorations des coûts et de la qualité en permettant à des fournisseurs à but lucratif ou non de se concurrencer pour la prestation de services de santé assurés par le régime public. L'Institut Fraser propose que le Canada suive l'exemple de la Suisse et des Pays-Bas. Dans ces pays européens, le gouvernement ne défraie pas les coûts pour les soins de santé ou pour l'assurance médicaments. Les citoyens doivent se procurer une assurance maladie complète dans un marché privé pluraliste et réglementé. Toutefois, le gouvernement aide les particuliers à faible revenu afin qu'ils puissent avoir une couverture médicale adéquate. http://www.fraserinstitute.org/researchandpublications/publications/6262.aspx
  7. La compagnie montrélaise vend l'unité de gestion des processus d'affaires au Shumka Group pour un prix non dévoilé. Pour en lire plus...
  8. Desjardins et le Crédit Mutuel achètent State Farm au Canada Publié le 15 janvier 2014 à 12h37 | Mis à jour à 12h50 Le Mouvement Desjardins effectuera un important bond de croissance dans le marché de l'assurance au Canada en acquérant avec l'appui de son vis-à-vis français Crédit Mutuel les activités canadiennes de State Farm, la plus grosse mutuelle d'assurances aux États-Unis. Avec cette transaction annoncée ce midi, Desjardins deviendra le deuxième plus important assureur de dommages au Canada avec un volume de primes annuelles qui doublera presque, passant de 2 milliards à près de 3,9 milliards de dollars. Selon Desjardins, cette transaction devrait également renforcer sa quatrième position dans le marché de l'assurance de personnes au Canada. Une fois la transaction conclue, d'ici un an prévoit-on, Desjardins accueillera les 1700 employés canadiens de State Farm et le réseau canadien de plus de 500 agents qui desservent quelque 1,2 million de clients de l'entreprise en Ontario, en Alberta et au Nouveau-Brunswick. Par ailleurs, pour financer cette transaction qui mobilisera quelque 1,6 milliard en capitaux, Desjardins conserve State Farm comme partenaire au capital de sa filiale d'assurance-dommages. Il y ajoutera le Credit Mutuel de France, déjà un important vis-à-vis dans le secteur des plus grandes coopératives financières du monde. Desjardins se portera acquéreur des activités canadiennes d'assurance de dommages et d'assurance vie de State Farm, ainsi que de ses entreprises de fonds communs, de prêts et d'assurance de prestations du vivant (assurance santé). Desjardins pourra exploiter les affaires canadiennes de State Farm sous la bannière de cette dernière, et ce, pendant une période convenue entre les parties. Selon la présidente et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Monique Leroux, «cette transaction entre State Farm et Desjardins avec l'appui de son partenaire français de longue date, le Crédit Mutuel, réunit trois groupes financiers coopératifs et mutuel pour créer un chef de file dans le secteur de l'assurance au Canada.» Selon Edward B. Rust Jr., président du conseil et chef de la direction de State Farm, «l'investissement de State Farm dans la compagnie d'assurance de dommages qui résultera de cette transaction avec Desjardins et la poursuite de l'exploitation de la marque de State Farm reflètent notre confiance en l'avenir de l'entreprise. » Pour sa part, le président du Crédit Mutuel, Michel Lucas, a indiqué que «cet engagement du Crédit Mutuel s'inscrit dans le cadre de notre politique de diversification, en France comme à l'étranger. Il témoigne aussi de notre volonté de contribuer activement à la mise sur pied et à la croissance du deuxième assureur de dommages au Canada. » http://affaires.lapresse.ca/economie/services-financiers/201401/15/01-4728972-desjardins-et-le-credit-mutuel-achetent-state-farm-au-canada.php
  9. L'assureur américain nationalisé partiellement par les autorités va se recentrer sur l'assurance dommages, ouvrir le capital de ses activités étrangères dans l'assurance-vie et céder le solde de ses activités. Pour en lire plus...
  10. La Maison-Blanche a jugé mercredi «honteux» que les dirigeants du géant de l'assurance aient dépensé des centaines de milliers de dollars pour un séminaire en Californie quelques jours après son sauvetage. Pour en lire plus...
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value