Search the Community

Showing results for tags 'laluminium'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 9 results

  1. Industrie québécoise de l'aluminium Une stratégie à revoir? Mise à jour le mercredi 30 juillet 2008, 14 h 12 . L'économiste de l'Université du Québec à Chicoutimi Marc-Urbain Proulx estime que le temps est venu pour le Québec de redéfinir un nouveau rapport de force avec les grandes alumineries. Dans son texte publié dans le journal Le Devoir l'universitaire avance que le contexte mondial permettrait au Québec d'obtenir une meilleure part des retombées du développement de cette industrie. Le professeur de l'UQAC souligne que les alumineries bénéficient d'avantages énergétiques importants au Québec. Il rappelle que Rio Tinto Alcan détient les droits de production hydroélectrique pour ses usines et que la valeur de cet avantage augmente à mesure que le coût de l'énergie monte en flèche en raison de la flambée des prix du baril de pétrole. Le gouvernement a donc les moyens, juge Marc-Urbain Proulx, de demander à détenir une partie de la propriété des usines. Il signale qu'en Chine et en Russie, l'État est propriétaire des installations. C'est le cas aussi, note-t-il, dans les Émirats arables qui possèdent 100 % des installations de Dubaï et sont propriétaires de 50 % et même de 75 % d'autres unités. « Partout actuellement où Rio Tinto négocie, où Alcan négocie ou d'autres compagnies comme Norsk Hydro, les États cherchent à prendre des parts et réussissent à en prendre souvent à plus de 50 % - L'économiste de l'Université du Québec à Chicoutimi, Marc-Urbain Proulx » Outre la disponibilité de l'énergie, les infrastructures de transport, la qualité de la main-d'oeuvre et la stabilité politique sont aussi des éléments qui jouent en faveur de la consolidation de cette industrie au Québec, selon le spécialiste. Il est d'autant plus important que Québec reconsidère sa stratégie, croit le professeur, que les retombées de l'industrie de l'aluminium ne sont plus ce qu'elles étaient. Les emplois sont moins nombreux en raison des avancées technologiques et les profits comme les postes de haut niveau sont désormais concentrés dans de grandes capitales comme Londres, Moscou, Sydney ou New York. L'universitaire estime que le Québec pourrait accueillir quatre ou cinq nouvelles alumineries d'ici 2025. Marc-Urbain Proulx croit que ces nouvelles unités produiront environ 2 millions de tonnes supplémentaires d'aluminium, ce qui permettrait au Québec de se maintenir à 8 % de la production mondiale. En croissance, la consommation mondiale d'aluminium devrait atteindre 70 millions de tonnes en 2025, soit deux fois plus qu'en 2005.
  2. Spectaculaire transport et installation ultrarapide du premier pont ouvert en aluminium jamais fabriqué ! Ce vendredi 9 mars 2012, les usagers de l'autoroute des Cantons de l'Est (A-10) qui circuleront entre Granby et Brossard auront l'occasion d'assister au transport routier d'un ouvrage unique : une passerelle en aluminium de 44 mètres de portée simple, de 4,7 mètres de largeur et pesant 19 450 kilos, qui sera transportée en un seul morceau sur un camion remorque articulé en deux parties, escorté par des véhicules de la Sûreté du Québec. Conçu par MAADI Group, de Montréal, et fabriqué à l'usine de Laser AMP de Granby, ce pont ouvert de telle dimension en aluminium est le premier à voir le jour au Canada. Le convoi devrait arriver rue Claudel à Brossard vers midi où quatre travailleurs de la construction et une grue de 350 tonnes l'attendront. L'installation se fera en moins d'un jour ! Le pont servira de lien de communication piétonnier et cyclable entre un nouveau projet domiciliaire et le secteur des services de la municipalité. Il ne nécessitera ensuite pratiquement pas d'entretien et conservera une valeur de revente à la fin de sa vie utile, qui ne surviendra que dans plusieurs décennies ! Probablement le plus long pont piétonnier du genre au Canada - il a l'envergure d'un Airbus A321 -, cet ouvrage viendra illustrer que l'aluminium est le matériau idéal pour les tabliers de ponts et les viaducs de 20 à 30 mètres de longueur. Quelque 3 000 ouvrages du genre au Québec pourraient être ainsi refaits en aluminium. Pierre Achim, Directeur Développement économique régional chez Rio Tinto Alcan, associée à ce projet, et Alexandre de la Chevrotière, président de MAADI Group, firme spécialisée en ingénierie de l'aluminium, seront en compagnie du maire de Brossard, Monsieur Paul Leduc, sur la rue Claudel, à midi, pour parler de l'importance de ce pont, de sa fabrication, du chantier et de l'usage potentiel de l'aluminium dans divers secteurs industriels. Ils répondront également aux questions de la presse. Source
  3. Un urgent besoin de liquidités pourrait inciter AbitibiBowater à vendre ses actions dans la centrale McCormick de Baie-Comeau au géant de l'aluminium Alcoa. Pour en lire plus...
  4. Le prix de l'aluminium devrait monter au cours de l'année 2009 et pourrait approcher le double du cours de 2004. Pour en lire plus...
  5. Alcoa annonce la suppression de 13 500 postes 6 janvier 2009 - 16h18 LaPresseAffaires.com Agence France-Presse Le géant de l'aluminium Alcoa annonce la suppression de 13 500 emplois un peu partout dans le monde. Cela représente environ 13% du personnel de l'entreprise. Alcoa annonce également qu'elle va geler les salaires. Ce plan social, qui s'accompagne de la suppression de 1 700 postes d'intérimaires, est l'une des composantes d'un vaste plan de restructuration annoncé en novembre, qui prévoit une réduction de 350 000 tonnes par an de la production d'aluminium du groupe. Dans ce cadre, Alcoa va passer 900 à 950 millions de dollars de provisions après impôts dans ses résultats du quatrième trimestre 2008, attendus le 12 janvier. «Le groupe a également institué un gel mondial des salaires et des embauches», a-t-il indiqué dans un communiqué. Les suppressions d'emplois devraient être complétées d'ici la fin de 2009 et se traduiront, dans certains cas, par des fermetures d'usines. La société américaine n'a pas fourni plus de détails sur les usines qui seront touchées. Alcoa, dont le siège est à Pittsburgh, est le numéro un mondial du secteur. Il est atteint par la chute des cours de l'aluminium.
  6. Une poignée de main de 1,2 milliard Àprès plus d'un an de négociations, le gouvernement libéral de Jean Charest s'entend avec la multinationale Alcoa pour moderniser l'aluminerie de Baie-Comeau au coût de plus de 1,2 milliard de dollars. Le premier ministre du Québec, Jean Charest, et le président d'Alcoa, Alain Belda, étaient à Baie-Comeau mardi pour en faire l'annonce. Québec réservera un bloc de 175 mégawatts d'électricité pour ce projet. Le premier ministre a aussi indiqué que Québec accordera un prêt sans intérêt de 228 millions pour aider Alcoa à entreprendre les travaux. L'entente permettra de préserver l'usine Baie-Comeau dont la technologie était vieillissante. Alcoa entend lancer son chantier en 2008 et prévoit terminer les travaux en 2015. Québec estime que ce chantier créera quelque 7000 emplois directs et indirects. Le gouvernement renouvellera aussi, à partir de 2015, un autre bloc de 517 mégawatts ce qui vient stabiliser l'approvisionnement en énergie pour les trois alumineries d'Alcoa au Québec, soit Baie-Comeau, Deschambault et Bécancour. L'accord prévoit aussi un minimum de 3000 emplois dans ces alumineries, dont près de la moitié à Baie-Comeau. Si des emplois supplémentaires sont abolis, la multinationale devra payer une pénalité de 100 000 $ par emploi éliminé. Longue histoire Au cours de ces 50 ans d'histoire, l'usine a connu quatre phases d'expansion et trois propriétaires. La modernisation des installations est à l'ordre du jour depuis le début des années 2000. En 2002, le bloc énergétique de 500 mégawatts promis par Québec pour un projet de développement dans l'industrie de l'aluminium a finalement été accordé au projet d'agrandissement d'Alouette-Alcan au détriment de l'aluminerie Alcoa. Puis, toujours en 2002, un premier projet de modernisation de l'aluminerie avait été accepté par le gouvernement Landry, puis rejeté par Québec un an après l'élection des libéraux. Alcoa s'engageait alors à investir plus de 1 milliard de dollars pour changer les vieilles cuves de l'aluminerie. À l'époque, le projet, et notamment la promesse de réserver un bloc de 175 mégawatts d'électricité au tarif de la grande entreprise, avait été jugé trop coûteux pour le Québec. Au cours des dernières années, le paysage économique s'est toutefois modifié. Le marché de l'aluminium poursuit sa croissance. Parallèlement, Hydro-Québec dispose de surplus d'énergie à un moment où le taux de change rend l'exportation vers les États-Unis un peu moins attrayante. http://www.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2008/03/04/002-quebec-alcoa_n.asp
  7. Le géant de l'aluminium Alcoa a annoncé lundi des pertes de 1,19 milliard $ US au cours du quatrième trimestre. Pour en lire plus...
  8. Les quelque 350travailleurs de l'usine de transformation de l'aluminium sont en lock-out après avoir voté à 62% contre la proposition du médiateur. Pour en lire plus...
  9. Avec les prix du houblon et de l'aluminium en hausse, les coûts croissants de l'énergi, et un été frais dans certaines parties du pays, l'industrie fait face à une année de sobriété. Pour en lire plus...