Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'l’hôtel'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Urban photography
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 6 results

  1. MARTIN JOLICOEUR . les affaires.com . 17-10-2013 (modifié le 17-10-2013 à 09:40) Un autre hôtel du centre-ville de Montréal, l’Hôtel du Fort, fermera ses portes à la fin du mois pour être transformé en un nouveau complexe de condominiums. GMI Hospitality, gestionnaire de l’hôtel en activité depuis 21 ans, justifie sa décision par des difficultés financières. «Le secteur de l’hôtellerie fait face à des pressions économiques et nous n’avons pas été épargnés», a expliqué, par voie de communiqué, la présidente de GMI, Lori Polacheck. L’entreprise à capital fermé a décidé de convertir l’hôtel montréalais, situé au 1 390 rue du Fort, en un nouveau projet d’habitations en copropriété. Un autre... qui s’ajoutera à la kyrielle d’autres projets déjà promis et en cours de réalisation dans le même quadrilatère de l’ouest du centre-ville. Par la voie de son porte-parole, GMI s’est refusé à toute précision en ce qui a trait au nombre d’unités de condominium prévues, aux montants d’investissement, de même qu’à la catégorie de construction visée. Parle-t-on, par exemple, de condominium pour premiers acheteurs, ou encore de résidence pour millionnaires? «Impossible de vous en dire d’avantage, s’est excusé le porte-parole, Jonathan Goldbloom. Une annonce sera faite à ces propos dans le prochains mois.» ... (lire l'article au complet) [sTREETVIEW]https://maps.google.com/maps?q=Hotel+du+Fort,+Fort+Street,+Montreal,+QC,+Canada&hl=en&ll=45.490983,-73.58075&spn=0.006385,0.011716&sll=45.492864,-73.580364&sspn=0.006385,0.011716&oq=hotel+du+For&t=h&z=17&layer=c&cbll=45.491777,-73.581371&panoid=0dUOnm19ssXkAC8X9CU37w&cbp=12,179.82,,0,-17.47[/sTREETVIEW]
  2. lundi 05 novembre 2007 Plus de 400 personnes étaient rassemblées le jeudi 1er novembre, dans l'espace du Loco Shop Angus, pour assister à la soirée de remise des prix de la deuxième édition du concours Créativité Montréal - Design de commerce. Le lieu, bien différent de celui choisi l'année dernière (le hall du siège social montréalais de la Caisse de dépôt et placement du Québec), avait été transformé pour l'occasion par Moment Factory. Jeux de lumières et effets visuels ont rythmé la soirée, dont l'organisation avait été confiée à Lulu et Castagnette. L'agence de marketing sensoriel Mood Media, également partenaire de l'événement, avait pour sa part installé un bar olfactif. Les invités pouvaient expérimenter des associations de sons et d'odeurs, tout en étant guidés et conseillés par des représentants de l'agence. Plusieurs intervenants ont rejoint Sylvie Berkowicz, rédactrice en chef de Créativité Montréal et maîtresse de cérémonie, pour remettre aux lauréats leur trophée, cette année encore signé Claude Mauffette. Se sont ainsi succédés sur scène Marie-Josée Lacroix, commissaire au design de la Ville de Montréal et directrice de Design Montréal; Annie Mailloux, vice-présidente des ventes de Mood Media; Jessica Rivière, directrice des ventes d'Index-Design; Jean-Claude Calabro, président de Lumigroup; et Nelda Rodger, éditrice d'Azure Magazine. Cette dernière était l'une des cinq membres du jury du concours. Bruno Braën, designer et grand prix 2006, Georges Labrecque, chargé de projets d'exposition au Centre de design de l'Uqam, Gilles Saucier, architecte de Saucier + Perrotte, et James Hyndman, comédien, avait également accepté l'invitation. Au cours de la soirée, deux lampes Tolomeo d'Artemide ont été tirées et offertes par Lumigroup à deux spectateurs. Tous les invités sont repartis avec le magazine Créativité Montréal rassemblant l'ensemble des projets primés et les finalistes, ainsi qu'un exemplaire du numéro de novembre d'Azure Magazine. En tout, 11 grands prix et 1 prix spécial du jury ont été décernés au cours de cette soirée à l'ambiance festive et détendue. Voici les photos des résultats.Les mystères du Vauvert Comment remplacer le défunt restaurant Cube sans s’y référer et en excluant tout type de comparaison? En créant le Vauvert, un restaurant à l’atmosphère particulière et unique. Tout en étant plutôt masculin, cet espace dégage une ambiance sexy, avec des oppositions parfois déroutantes entre nature et urbanité. Ce qui surprend en découvrant le lieu, c’est sa noirceur, d’autant plus frappante qu’elle contraste avec le calme en demi-teintes de l’entrée de l’Hôtel Saint-Paul. Un tronc d’arbre dénudé en garde l’entrée et annonce l’histoire à venir. Elle parle de chasse, de forêt et d’hommes qui ont signé un pacte avec le diable. Et chacun y verra ce qu’il veut bien y comprendre : les flammes de l’enfer sous la forme d’une longue cheminée installée en écho à celle qui orne le hall de l’hôtel, la luxure dans les colonnes habillées de latex, les étoiles sous la forme d’une constellation d’ampoules qui pendent du plafond, lequel est devenu une surface accidentée faite d’un assemblage de panneaux noirs. Le fond du restaurant est un large miroir dans lequel le regard et les repères se noient, et un immense bar fait d’une impressionnante coupe de tronc d’arbre longe le côté fenestré de l’espace, mettant ainsi les convives à la bonne hauteur pour une vue sur la rue. Du mobilier simple complète l’aménagement. À noter : des banquettes joliment tapissées pas trop profondes et bien adaptées aux tables. Enfin, une entrée séparée du reste de l’hôtel donnant directement sur la rue permet de s’immerger encore plus rapidement dans l’atmosphère diabolico-féerique du restaurant. http://www.infopresse.com/creativitemontreal/resultats/2007/
  3. http://www.journaldequebec.com/2014/02/28/plus-de-450-000-pour-lhorloge <header class="col650" style="margin: 0px 10px 10px 0px; padding: 0px; border: 0px; outline: 0px; font-size: 12px; vertical-align: baseline; background-color: rgb(170, 170, 170); float: left; width: 650px; color: rgb(51, 51, 51); font-family: Arial, Helvetica, sans-serif; line-height: 15px;"><hgroup class="clearfix" style="margin: 0px; padding: 0px; border: 0px; outline: 0px; vertical-align: baseline; background-color: transparent; zoom: 1;">CADEAU DU JURA 450 000$ pour installer une horloge à Québec Le maire mise sur ce cadeau de la Suisse pour attirer les touristes </hgroup> MARIANNE WHITE [</header> Régis Labeaume se rendra en Suisse, du 5 au 9 mars, à l’invitation du gouvernement du Canton du Jura, qui a offert à la Ville de Québec, pour son 400e anniversaire, une horloge monumentale. <time datetime="2014-02-28T21:36:44Z" class="" title="Fri Feb 28 2014 16:36:44 GMT-0500 (Eastern Standard Time)" style="margin: 10px 30px 0px 0px; padding: 0px; border: 0px; outline: 0px; font-size: 10px; vertical-align: baseline; background-color: transparent; float: left; line-height: 30px; text-transform: uppercase; background-position: initial initial; background-repeat: initial initial;">28 </time> Il en coûtera plus de 450000 $ à la Ville de Québec pour installer la gigantesque horloge offerte par le Canton suisse du Jura pour souligner son 400e anniversaire. Régis Labeaume a indiqué qu’il se rendra en Suisse du 5 au 9mars à l’invitation du gouvernement du Canton du Jura pour aller prendre possession de la pendule géante en verre, titane et aluminium. La pièce haute de 3,5 m et lourde de 1500 kg sera installée dans les jardins de l’hôtel de ville de Québec en septembre 2014. L’administration municipale vient d’octroyer un contrat de 407471 $ pour la construction du site et l’installation de l’horloge. Celle-ci devra être installée dans un abri de verre pour la protéger des intempéries. Le maire de Québec a défendu cette dépense qu’il voit plutôt comme un investissement. «Je vous annonce que ça va être un gros attrait touristique […] tout le monde peut bien se faire plaisir et commencer à chialer», a affirmé M. Labeaume. À cela s’ajoute un premier contrat de 45 415 $ qui avait été octroyé à ABCP en mai 2013 pour les services professionnels de la conception. Jardins Le maire a souligné que l’œuvre de plusieurs millions de dollars financée par les contribuables jurassiens mérite d’être mise en valeur sur un site fréquenté par beaucoup de touristes. Il avait d’abord été convenu qu’une place de choix serait réservée à l’horloge à la bibliothèque Gabrielle-Roy, mais les nombreux retards dans ce projet de rénovation ont eu raison de cette proposition. Les jardins de l’hôtel de ville seront complètement réaménagés au coût de 16,1 millions $ dans le cadre de travaux majeurs de réfection de l’édifice. On y aménagera notamment une place publique. Maquette Le maire a précisé hier qu’une maquette des travaux d’aménagement du pourtour de l’hôtel de ville sera rendue publique sous peu. L’horloge y sera installée en septembre et inaugurée lors du ProTour cycliste. Elle porte la signature de l’entreprise haut de gamme Richard Mille et a été conçue en collaboration avec l’École des métiers techniques de Porrentruy et la Haute École Arc Ingénierie de Saint-Imier. Elle sera entretenue à Québec en collaboration avec des étudiants en horlogerie de Trois-Rivières.
  4. Le 7e ciel pour les clients de l’hôtel Le Dauphin Rivesudexpress.ca VIEUX-LONGUEUIL – Afin d’offrir plus de services à ses clients, l’hôtel Le Dauphin, situé sur la rue Saint-Laurent dans l’arr. du Vieux-Longueuil, souhaite agrandir ses installations. Le bâtiment passerait ainsi de six à sept étages. Un second projet de règlement à cet effet était à l’ordre du jour du conseil d’arr. du Vieux-Longueuil, le 16 août. Il est à noter que ce projet d’agrandissement n’amènera pas l’aménagement de cases de stationnement supplémentaires, car aucune autre chambre ne sera construite à ce nouvel étage. En effet, les propriétaires, Jean-Pierre et Jean-François Milot, prévoient plutôt y ajouter deux salles de réunion, une salle à déjeuner, une salle d’entraînement et une terrasse avec une vue sur Montréal. Selon la Direction de l’urbanisme et du développement durable de la Ville de Longueuil, «le secteur est propice aux bâtiments de grande hauteur».
  5. Fermeture imminente Les négociations syndicales à l’Hôtel Omni Mont-Royal du 1050 Sherbrooke Ouest ont pris fin avec un échec et la décision par l’administration de fermer l’établissement le 10 décembre 2008. Ceci mettra un terme à une tradition hôtelière qui débuta à cet endroit avec l’hôtel Le Quatre Saisons au moment des jeux olympiques de ‘76. Nous ne savons pas encore ce qui adviendra de l’édifice. Info: 514 284-1110
  6. 27 avril 2007 Près d’une soixantaine de peupliers seront plantés de manière à ceinturer le Champ-de-Mars, le parc adjacent à l’hôtel de ville de Montréal. Le président du conseil municipal, Marcel Parent, dit vouloir redonner au Champ-de-Mars son cachet d’antan tout en mettant en valeur l’hôtel de ville et, par extension, le Vieux-Montréal. Le parc revampé constituera un « pont » entre l’histoire et la modernité de la métropole. Rappelons que le Champ-de-Mars a perdu sa vocation originale lorsqu’il a été transformé en terrain de stationnement au début du 20e siècle. L’aménagement du parc, tel qu’on le connaît aujourd’hui, s’est fait en 1992 à l’occasion du 350e anniversaire de Montréal. La Ville de Montréal a alors voulu recréer le Champ-de-Mars conformément au plan d’aménagement d’origine. Montréal avait procédé, il y a 15 ans, à la plantation de chênes pyramidaux anglais. Cependant, ces arbres ont dépéri en raison de leur exposition aux grands vents et au froid, croit-on. Le faîte des arbres ayant gelé, il a fallu retirer ces arbres au début de 2006. «Je me réjouis de la tenue des travaux de plantation d’arbres qui ont cours au Champ-de-Mars. Par cette action, la Ville de Montréal contribue à mettre en valeur ce site d’une grande importance patrimoniale et historique », a déclaré Marcel Parent. Perspective historique Afin de remplacer les chênes anglais, la Ville a choisi une essence plus robuste, mais qui a des caractéristiques semblables. Ce sont donc 56 peupliers fastigiés qui prendront la relève afin de redonner à ce parc ses allures d’antan. Les peupliers ont comme particularité de projeter leurs ramures de façon très étroite. En fait, ils respectent le design que la Ville a voulu donner à ce parc à l’époque. De par sa forme élancée, le peuplier fastigié sert à faire des alignements d’arbres.
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value