Search the Community

Showing results for tags 'l’exploitation'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 4 results

  1. j'ai osé défendre les gaz de schistes sur facebook et voilà une des réponse que j'ai eu Steven Taylor Comment oses-tu défendre une industrie aussi nocive et dangereuse? N'as tu pas honte d'encourager la création de milliers d'emplois, l'engendrement de milliards de dollars en redevances, l'auto-suffisance en hydrocarbures des québécois, l’exploitation de nos richesses nationales et j'en passe. Vraiment, je me demande comment tu fais pour dormir la nuit.
  2. L’exploitation du gaz naturel des shales est une technique récente dans le monde et ses impacts à long terme sur l’environnement sont peu documentés. Au Québec, tout est à bâtir. Pour en lire plus...
  3. GlaxoSmithKline investit 50M$ à Laval 11:37 | Denis Lalonde, LesAffaires.com GlaxoSmithKline investit 50M$ dans ses installations de Laval qui deviennent le siège social nord-américain de sa division de vaccins. L’investissement inclut également l’agrandissement et la modernisation des laboratoires existants de même que la construction de nouveaux laboratoires sur le site de l’entreprise à Laval. En bout de ligne, une soixantaine d’emplois seront créés dans les secteurs du développement clinique et de l’exploitation. Les travaux des scientifiques lavallois porteront principalement sur la biologie moléculaire, l’immunologie et les vaccins contre les infections respiratoires virales, les allergies et l'oncologie. Le président et chef de l’exploitation de GlaxoSmithKline (GSK), Paul Lucas a précisé que l’investissement avait été rendu possible grâce aux politiques favorables des gouvernements fédéral et provincial dans le secteur de l’innovation. GSK se dit maintenant l’employeur numéro un de l'industrie biopharmaceutique au Québec et dans l'ensemble du Canada, alors qu'elle y compte respectivement plus de 1 400 et 3 300 employés. Les vaccins de GSK comptent déjà pour environ 75% des stocks de vaccins contre la grippe saisonnière du gouvernement canadien. La société travaille par ailleurs de concert avec les gouvernements fédéral et provincial à préparer la réponse à une éventuelle pandémie. Le siège social mondial de la division Vaccins de GSK est situé à Rixensart, en Belgique. La division nord-américaine possède des installations à Sainte-Foy (Québec), Hamilton (Montana), Columbia (Maryland) et Marietta (Pennsylvanie).
  4. Le Québec lave-t-il plus blanc que blanc ? Pierre Duhamel La guéguerre entre Québec et Ottawa sur l’environnement devient polluante. Selon le National Post, le gouvernement fédéral, qui a semoncé celui du Québec parce qu’il veut imposer aux constructeurs automobiles des normes plus sévères d’émissions de gaz à effets de serre, serait en train d’imposer les mêmes règles. Le ministre fédéral Jim Prentice trouvait le Québec ridicule d’agir sur cette question, mais on dirait qu’il était plutôt déçu de s’être fait devancer dans l’annonce de cette politique. Ceci dit, je comprends l’exaspération d’Ottawa car le gouvernement québécois est devenu un insupportable donneur de leçons sur les enjeux environnementaux. Le Québec est-il devenu à ce point vert et irréprochable en matière d’environnement ? On apprenait cette semaine que les émissions de CO2 en 2007 ont bondi de 3,7 % au Québec après avoir subi une baisse les années précédentes. Jean Charest s’était pourtant fait le preux chevalier de la lutte aux changements climatiques et s’est commis pour une baisse de 20 % des émissions d’ici 2020. Prenons note qu’il faudra dorénavant diminuer les émissions de 23,7 % pour atteindre la cible. À Copenhague, Jean Charest s’était également permis une charge audacieuse contre les répercussions de l’exploitation des sables bitumineux en Alberta. Ce point de vue est peu entendu au Québec, mais je crois sincèrement que nous profitons largement des retombées de cette exploitation. À preuve, les citoyens de l’Alberta versent par habitant plus du double en taxes et impôts au gouvernement fédéral que ceux du Québec et ils reçoivent- toujours per capita - 25 % de moins que nous en dépenses de programmes et en achats de biens d’Ottawa. Manifestement, il y en a qui paient pour les autres… et ce ne sont pas les Québécois. Présumons que les intentions de Jean Charest sont nobles et qu’il est vraiment catastrophé par l’exploitation des sables bitumineux. Pourquoi alors ce même Premier ministre ne s’offusque pas quand on exploite une mine d’uranium aux portes de Sept-Îles ? Pire, Jean Charest a même défendu en Inde l’exploitation et l’exportation de l’amiante, un produit dont le caractère extrêmement nocif est universellement reconnu. Le gouvernement du Québec défend l’existence d’une vieille mine qui emploie 150 personnes à Asbestos, mais joue les vierges offensées devant une industrie qui emploie 372 000 personnes et où on prévoit des investissements de 100 milliards de dollars d’ici 2020. Le Québec n’a pas de sables bitumineux, mais on cherche activement du pétrole en Gaspésie et du gaz naturel dans la vallée du Saint-Laurent. Je pense que certains de mes concitoyens seront beaucoup moins «verts» quand ils verront les retombées des découvertes potentielles.