Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'l’action'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Urban photography
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 3 results

  1. Dell veut conquérir le Québec 16 novembre 2007 - 13h54 LaPresseAffaires.com Olivier Bourque Agrandir Paul Bell, à gauche, officialise un partenariat avec Bassam Sabbagh de Bombardier. Foi de Paul Bell, président des Amériques de Dell (DELL) , le marché québécois est essentiel pour le fabricant d’ordinateurs. On ne pourrait le contredire, lui qui se pointe à l’entrevue avec à la main... un chandail du Canadien de Montréal qu’on vient de lui donner. Est-il un partisan des Glorieux ? La réponse vient, pas tellement diplomate dans le pays de Bob Gainey. «En fait, j’ai habité pendant quelques années à Philadelphie, donc je suis un partisan des Flyers», dit-il. Sourire crispé du côté du vice-président, Lawrence Pentland. «Nous allons lui faire connaître votre équipe», assure M. Pentland. On lui pardonnera volontiers cette petite hérésie lorsqu’on constate le français impeccable de Monsieur le président. Pas mal pour un homme habitant la très sudiste Austin au Texas. «Je suis né en Tunisie et j’ai habité pendant ma jeunesse à Marseille», précise-t-il. Facile alors de comprendre pourquoi Michael Dell, président de l’entreprise l’a choisi pour diriger la section des Amériques. Et par le fait même, augmenter leur part de marché au Québec. Car ils le savent, en affaires, la langue demeure une donnée essentielle. Reculons de cinq ans. Le numéro deux mondial du marché des ordinateurs PC n’a pas beaucoup d’entrées au Québec. Les ventes ne sont pas à la hauteur, à la traîne de celles dans le Canada anglais. Des efforts ont été investis depuis, selon Paul Bell. «Il y a 6 ou 7 ans, le marché québécois n’était pas assez développé. Il n’y avait pas beaucoup de personnes qui y travaillaient», dit-il. Aujourd’hui, il y a 60 employés au service de Dell dans la province. Un chiffre bien mince toutefois quand on les compare aux 1300 employés à Edmonton, 1300 à Ottawa ou les 900 à Toronto. Tout de même, le président est positif. «Notre présence s’est accentuée au Québec. Maintenant, nos parts de marché sont équivalentes à celles au Canada», assure-t-il. Pour preuve, les annonces de partenariats s’accumulent avec des géants québécois. Hydro-Québec, Université de Sherbrooke et Bombardier… D’ailleurs, la venue de Paul Bell au Québec n’est pas un hasard. Le géant des ordinateurs vient signer dans la capitale de l’aéronautique un contrat avec Bombardier. Un partenariat qui permettra à chacun des avions Challenger 605 de l’avionneur montréalais d’être équipée d’un ordinateur bloc-notes Dell Latitude. «Nous avons développé ce produit pour leurs besoins internes et de maintenance», souligne M. Bell. Autre preuve de l’engouement du fabricant d’ordinateurs pour notre marché : le président Michael Dell sera à Montréal en février prochain pour une conférence de La Boule de cristal du CRIM avec notamment l’écologiste David Suzuki. Selon l’entreprise, Dell se retrouve au deuxième rang pour la vente des PC de bureau et de bloc-notes au Canada avec tout près de 20% du marché. En premier, le commercial Pour Dell, ce n’est pas un secret, c’est le secteur commercial qui prime. C’est là qu’ils font des affaires d’or. Le marché des ordinateurs personnels ne représente que 10 à 15% de leurs ventes. D’ailleurs, Dell est premier dans ce secteur au Canada et aux États-Unis. Et les PME demeurent une grande priorité pour l’entreprise. «Pour ces petites et moyennes entreprises, il est facile pour eux de contacter Dell, c’est rapide et par téléphone», assure M. Bell. L’entreprise mise sur la proximité et sur la simplicité. «Chez nous, c’est plus simple, moins coûteux, plus rapide», assure-t-il. Ce qui ne veut pas dire pour autant que le marché des ordinateurs personnels ait été largué par Dell. «Les gens aiment faire leur achat en ligne, mais ils veulent avoir l’occasion de voir nos produits dans les étalages, ce que nous faisons de plus en plus», dit le président. «Aussi, nous voulons mettre le paquet sur le design de nos PC», continue-t-il. C’est d’ailleurs sur sa vedette, le XPS, que Dell met plusieurs de ses billes. Selon l’entreprise, le XPS est le portable est le plus mince du marché. Le consommateur peut l’obtenir avec la couleur qu’il désire, à son goût. Véritablement, la valeur sûre de Dell pour jouer dans les plates-bandes des autres joueurs majeurs dont Hewlett-Packard. À la bourse, l’action de Dell, inscrite au Nasdaq, est en hausse continuelle depuis mars dernier, une augmentation de 18%. Ce qui réjouit Paul Bell. «Les investisseurs doivent savoir que Dell existe depuis maintenant 23 ans. On a fait des acquisitions, des changements dans la structure, et ils peuvent voir que ça paye», soutient M. Bell. Toutefois, depuis novembre, l’action a perdu 14% de sa valeur. Vendredi, en milieu de journée, l’action était en baisse de 44 cents à 26,39$.
  2. L’action de la papetière a repris du mieux une journée après avoir plongé de 30%, réaction à une dépêche incomplète de l’agence Bloomberg. Pour en lire plus...
  3. Une note d’analyste a estimé que les ventes du nouveau BlackBerry Pearl Flip ont été «décevantes». L’action du géant a descendu de 7,64% ou 5,37 $ pour pointer à 64,88$. Pour en lire plus...
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value