Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'journaux'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Urban photography
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 14 results

  1. Pour se remonter le moral: http://www.lapresse.ca/arts/livres/entrevues/201501/17/01-4836092-montreal-vedette-de-journaux-americains.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B9_arts_244_accueil_POS1
  2. Sun Media élimine 600 postes 16 décembre 2008 - 11h02 Presse Canadienne Sun Media est une entreprise de Quebecor. Corporation Sun Media, une entreprise membre du groupe Quebecor (QBR.B) qui comprend les journaux Sun de différentes villes canadiennes, a annoncé mardi qu'elle réduira ses effectifs d'approximativement 600 «équivalents temps plein». Cette décision survient dans le cadre d'un important effort de restructuration qui touchera ses marchés de l'Ouest canadien, de l'Ontario et du Québec. Cette réduction d'environ 10% de la main-d'oeuvre de l'entreprise se réalisera majoritairement d'ici la fin de l'année. Dans un communiqué, mardi, l'entreprise a précisé que cette réduction d'effectifs comporte des coûts de restructuration de l'ordre de 14 M$. Click here to find out more! Elle a ajouté que son initiative a pour but de lui permettre de s'adapter aux mutations que connaît actuellement l'industrie des journaux à travers le monde. Ces mutations sont caractérisées par l'avènement d'une culture de la gratuité, la modification des habitudes des lecteurs qui tendent de plus en plus vers Internet, les réalités de l'information en temps réel et la transférabilité des contenus sur des supports numériques. Le ralentissement économique, la hausse des coûts et la baisse des revenus publicitaires et de tirage sont aussi parmi les facteurs qui ont été pris en considération par Sun Media dans le cadre de cette opération destinée à assurer sa pérennité.
  3. Cette transaction porte à 172 le nombre total de journaux locaux et régionaux que Médias Transcontinental édite au Canada. Pour en lire plus...
  4. Le contenu de Quebecor sera un élément clé dans le sans-fil 9 septembre 2008 - 18h41 La Presse Canadienne Ross Marowits Le conglomérat Quebecor (QBR.B) garde pour lui la stratégie qu'il entend employer à titre de nouveau joueur de l'industrie canadienne des communications sans fil, mais son président et chef de la direction, Pierre Karl Péladeau, a fait valoir à Toronto, mardi, que ses journaux pourraient livrer un important contenu à d'éventuels partenaires dans ce secteur. «Nous sommes certainement en bonne position pour envisager toute négociation, en plus de quoi nous avons la capacité de donner accès au Québec aux autres opérateurs qui auront besoin d'une sorte de réseau», a déclaré M. Péladeau dans le cadre d'une conférence sur les télécommunications. La société montréalaise a récemment dépensé presque 450 millions $ afin de faire l'acquisition de 40 mégahertz de fréquences du spectre sans fil au Québec, en plus de 100 millions $ pour acquérir d'autres fréquences dans le sud de l'Ontario, soit des secteurs fortement peuplés dans lesquels se trouvent certaines des plus grandes villes au pays. Malgré le fait qu'elle ait abandonné son projet initial de développement d'une plateforme nationale, la société compte consacrer entre 800 millions $ et 1 milliard $, au cours des trois à quatre prochaines années, à la mise en service de son propre service sans fil. Le financement de ce service sera assuré au moyen de ressources internes et d'une émission d'obligations ayant eu lieu plus tôt cette année. Le propriétaire d'importants journaux de langue française à Montréal et Québec, en plus de journaux de langue anglaise dans d'autres parties du pays, a affirmé qu'il serait en mesure d'offrir du «contenu de première classe» aux services d'accès à Internet sans fil, expliquant déjà le faire sur une base quotidienne. En plus du Toronto Sun et d'autres quotidiens de Sun Media à Ottawa, Winnipeg, Calgary et Edmonton, Quebecor Media possède le London Free Press, dans le sud de l'Ontario, et plus de deux douzaines de quotidiens supplémentaires, pour la plupart acquis au moment du rachat d'Osprey Media. «Avec tous nos actifs à travers le Canada, nous pouvons mettre des choses intéressantes sur la table», a affirmé M. Péladeau à des analystes. Le service de télécommunications sans fil de Quebecor au Québec sera inclus avec les services de télévision par câble, de téléphonie et d'accès à Internet déjà assurés par Vidéotron. À la Bourse de Toronto, mardi, le cours de l'action de Quebecor a terminé la journée à 27,76 $, en hausse de 25 cents par rapport au précédent taux de clôture.
  5. Le grand bouleversement Mise à jour le lundi 30 mars 2009 à 23 h 09 La presse écrite est en crise aux États-Unis. Les salles de nouvelles sont constamment réduites et des journaux menacent de fermer. Certains abandonnent même leur version papier pour se retrouver sur Internet. Il faut dire que la crise actuelle accélère la perte des revenus publicitaires, qui sont de plus en plus éparpillés. La crise des médias s'est fait sentir plus vite aux États-Unis, et elle commence à atteindre le Canada. Florian Sauvageau, le directeur du Centre d'études sur les médias, croit que les 14 quotidiens québécois sont à l'aube d'un grand bouleversement. Le problème, c'est le modèle économique qui est en train de se briser, le financement surtout des grandes entreprises de presse, 80 % par de la publicité et un maigre 20 % par le public. C'est ça qui ne marche plus. La première victime canadienne est le Groupe Canwest Global, l'éditeur du National Post et de 12 quotidiens au pays, dont The Gazette à Montréal. En 2000, Canwest a payé plus de 3 milliards de dollars pour acheter les journaux du groupe Hollinger. Or, avec la crise, les commanditaires ne sont pas au rendez-vous comme prévu, et Canwest peine à rembourser ses dettes. C'est par exemple le cas avec le domaine de l'automobile. En 2006, il a permis de rapporter 850 millions de dollars aux journaux du pays, soit 34 % de tous leurs revenus publicitaires. Aujourd'hui, la crise frappe de plein fouet cette industrie, comme bien d'autres d'ailleurs. Il y a eu beaucoup plus de compressions budgétaires au Canada anglais. Le groupe Canwest Global repousse l'échéance du paiement de ses dettes quasiment de semaine en semaine, alors c'est certain ici ce sont les mêmes annonceurs, ce sont les mêmes industries qui sont en danger. Quebecor Media publie, par l'entremise de ses filiales Osprey et Sun Media, 37 quotidiens payants au pays. Sa vice-présidente affaires publiques, Isabelle Dessureault, explique que, dans les faits, les coûts d'exploitation sont en hausse, alors que les revenus sont en baisse. Ainsi, au Journal de Québec, qui a été en lock-out pendant 15 mois, et au Journal de Montréal, où les 250 employés sont en ce moment en lock-out, il est difficile de s'entendre sur les changements à apporter. On ne peut pas renouveler un média, l'amener sur Internet, l'amener sur un téléphone mobile avec, je dirais, la structure de fonctionnement du passé. En 2008, le Journal de Montréal aurait malgré tout récolté près de 20 millions de dollars en profits. D'ailleurs, de 1997 à 2006, les quotidiens canadiens ont connu une hausse de 17 % de leurs revenus. Toutefois, même si les profits sont encore au rendez-vous, ils sont de moins en moins importants. Les revenus publicitaires pour le quatrième trimestre de 2008 pour les journaux de Sun Media, il y a eu un recul de 8 % par rapport à 2007, alors c'est quand même important au niveau publicitaire seulement. [...] En 2007 seulement, il y a eu un recul de 20 % du côté des revenus des petites annonces parce que maintenant il y a d'autres alternatives, bien sûr Internet. Internet Internet a vu ses recettes générées par la publicité quadrupler au Canada de 2003 à 2007. Il faut toutefois préciser qu'il n'y a pas que les commanditaires qui délaissent les journaux pour le web, mais aussi les lecteurs. Par exemple, en 2001, la moitié des Canadiens âgés de 18 à 34 ans lisaient régulièrement un journal en semaine. En 2007, ils n'étaient plus que 40 %. On dit que chaque lecteur de journal qui meurt n'est pas remplacé parce que les jeunes s'informent sur Internet. C'est pourquoi les journaux ont recours à Internet. C'est le cas du site Cyberpresse, qui est alimenté par les sept quotidiens du Groupe Gesca, eux-mêmes présents un peu partout dans la province. Gesca n'a pas voulu parler de ses performances pendant la crise. En revanche, le syndicat des travailleurs de l'information de La Presse dit que l'employeur ne se gêne pas à l'interne pour dire que l'heure est au resserrement budgétaire et que les revenus publicitaires diminuent, même si le tirage augmente. Les quotidiens gratuits À Montréal, le Métro et le 24 heures sont désormais incontournables, surtout en cette période de crise. Distribués gratuitement, ils sont maintenant lus par plus d'un million de Québécois chaque semaine. Le Métro par exemple, attire des milliers de jeunes lecteurs de plus que La Presse. Malgré cette tempête, c'est le calme au Devoir. Ce quotidien, le seul qui est indépendant au Québec et qui sera centenaire en janvier, possède l'avantage d'avoir des revenus publicitaires provenant de secteurs variés. C'est notamment le cas avec le monde culturel ou le domaine des institutions publiques, comme l'explique son directeur, Bernard Descôteaux. C'est sûr qu'on est obligé de travailler plus fort pour aller chercher des revenus publicitaires, mais pour le premier trimestre de 2009, nos revenus publicitaires vont être un peu supérieurs à ceux de 2008. Le Devoir possède un autre avantage: seulement la moitié de ses revenus proviennent de la publicité. Le reste provient du tirage qui, du reste, n'est pas en baisse. En comparaison, dans les autres quotidiens, c'est en moyenne 80 % des revenus qui sont générés par la publicité. Bernard Descôteaux rappelle que les lecteurs du Devoir sont très fidèles parce qu'il s'agit d'un quotidien de créneau qui se spécialise dans certains secteurs, comme la politique, la culture, le domaine des idées et le débat. Une histoire à suivre Il faut se demander si les journaux d'ici devront se spécialiser pour survivre à la crise de fond que traverse la presse écrite. Les quotidiens québécois sont assurément à la croisée des chemins. Nouvelles présentations, nouvelles plateformes, les changements ont déjà commencé. Et la crise économique devrait contribuer à les accélérer.
  6. Le magnat des médias estime que les pessimistes qui croient qu'Internet va tuer la presse quotidienne sont des «cyniques égarés». Pour en lire plus...
  7. Pierre Karl Péladeau a fait valoir que ses journaux pourraient livrer un important contenu à d'éventuels partenaires dans le secteur des communications sans fil. Pour en lire plus...
  8. Si la simple lecture des journaux depuis quelques semaines vous fait craindre pour votre emploi, rassurez-vous. Les mises à pied massives ne sont pas dans les plans de nos entreprises pour demain matin. Pour en lire plus...
  9. L'éditeur de journaux Quebecor Media mettra à pied 10% de son effectif partout au pays d'ici la fin de l'année. Le geste est justifié par la «mutation profonde» qui frappe la presse écrite et la baisse des sources de revenus. Pour en lire plus...
  10. Le géant québécois des médias déclare un profit net de 57,3M$ au 2e trimestre, une hausse de 15,6% attribuable à ses activités de câblodistribution et à ses journaux. Pour en lire plus...
  11. Quebecor acquiert une chaîne de journaux en Ontario Mise en ligne 01/06/2007 06h36 on error resume nextFor mp_i=11 To 6 Step -1If Not IsObject(CreateObject("ShockwaveFlash.ShockwaveFlash." & mp_i)) ThenElse mp_swver=mp_i Exit ForEnd IfNext PC, Le Journal de Montréal, Webfin ARGENT Quebecor Média (QBR.B a annoncé, jeudi, qu'elle fera l'acquisition du Fonds de revenu Osprey Media (OSP.UN) de Markham en Ontario, l'un des plus importants éditeurs de journaux, de magazines et de publications spécialisées au Canada, pour la somme de 516,9M$. Dans un communiqué émis tard en soirée, Quebecor Média a précisé que son offre de 7,25$ par action constituait une prime de 30,6% par rapport au prix de clôture de l'action le 30 mars dernier, avant qu'Osprey Media n'annonce qu'elle entreprenait un processus d'examen de ses options stratégiques. Jeudi, la part d’Osprey Media a clôturé à 6,92$. Le prix aux termes de l'offre représente une valeur comptable totale d'Osprey Media d'environ 355,5M$ et une valeur totale d'entreprise d'environ 516,9M$. «C'est une transaction extrêmement importante pour nous car je pense que ça fait de nous le plus grand éditeur de journaux au Canada», a commenté le vice-président exécutif de Quebecor, Luc Lavoie. «Ça confirme notre engagement dans le domaine des journaux écrits, a-t-il ajouté. Je crois que ça ajoute un tirage supplémentaire de près de 400 000 copies.» Quebecor Media met notamment la main sur 20 quotidiens et 34 journaux non quotidiens. Parmi ces publications, mentionnons le Kingston Whig-Standard et St. Catharines Standard, deux journaux de l'Ontario publié depuis des décennies. «Nous croyons que grâce à l'ajout des actifs d'Osprey à notre portefeuille existant dans le secteur des médias imprimés, notre organisation sera mieux à même de relever les défis auxquels fait face notre industrie. Avec la combinaison de Sun Media et d'Osprey, Quebecor Média renforce son rôle de chef de file dans le secteur», a déclaré Pierre Karl Péladeau, président et chef de la direction de Quebecor Média. Investissement Scotia S.A.R.F. et le Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l'Ontario, les principaux porteurs de parts d'Osprey Media, ont convenu, sous réserve de certaines conditions, de déposer en réponse à l'offre environ 53,9% du nombre total des parts en circulation. La convention d'acquisition et de soutien prévoit, entre autres choses, une clause de non-sollicitation de la part d'Osprey Media, sous réserve des dispositions de résiliation fiduciaire conférant à Osprey Media le droit d'étudier et d'accepter une proposition supérieure, sous réserve du droit de Quebecor Média d'égaler la proposition supérieure et du versement à Quebecor Media de frais de résiliation de 15M$. Les publications d'Osprey Media comprennent 20 quotidiens et 34 journaux non quotidiens ainsi que des guides d'achat, des magazines et d'autres publications.
  12. Bonjour, Je surveille attentivement le marché immobilier à Montréal depuis quelque temps, car je désire éventuellement acheter une propriété. Je connais le site du registre foncier du Québec (http://www.registrefoncier.gouv.qc.ca) qui contient beaucoup d'information, mais pour qui il faut à chaque fois payer pour obtenir des informations très ciblées. Mon père me disait qu'autrefois, une liste complète des dernières transactions immobilières pour un territoire donné était publiée de façon hebdomadaire / mensuelle dans les journaux. Je me demande si une telle publication existe toujours en ligne ou non. Sinon, pourquoi? Je crois que ce genre d'information devrait être publique. Sauriez-vous où la trouver? Merci pour toute information
  13. Marie-Claude Malboeuf La Presse Après Clotaire Rapaille, qui a échoué à cerner le «code culturel» de Québec, Influence Communication s'interroge - de manière plus scientifique - sur l'image de marque de Montréal. Plutôt que de sonder les âmes, la firme a analysé, pendant trois ans, une centaine de quotidiens. Qu'est-ce qui ressort lorsqu'on écrit sur Montréal? Sans surprise, l'exercice confirme que nul n'est prophète en son pays. Plus ils habitent loin de Montréal, plus les journalistes présentent la métropole du Québec de façon positive. «Mais plus il s'en approchent, plus ça se dégrade», indique Caroline Roy, analyste chez Influence Communication. Pour parvenir à cette conclusion, la jeune femme et son équipe ont repéré puis analysé 105 000 articles publiés dans 108 quotidiens en 2008, 2009 et 2010. Leur but: déterminer quel «archétype médiatique» véhiculait chaque article. Autrement dit: «Ce que les gens allaient retenir de Montréal en étant exposés à sa couverture dans les médias». «À l'étranger, Montréal est présenté comme un petit joyau culturel, particulièrement dans le domaine de la musique et du cirque, résume Mme Roy. C'est très marquant, même si notre analyse a été faite avant qu'Arcade Fire salue publiquement Montréal aux Grammys.» Du Sunday Mail britannique au San Antonio Express-News (Texas) en passant par le Boston Globe, la vitalité musicale et artistique de Montréal a inspiré 45% des 10 000 textes sur Montréal publiés dans 81 journaux étrangers depuis trois ans. Dans les 16 principaux quotidiens canadiens, la concurrence mêle un peu les cartes. La vitalité culturelle de Montréal est reconnue dans des centaines d'articles, mais des centaines d'autres affirment plutôt que Toronto déclasse la ville de Denis Villeneuve, Karkwa, Wajdi Mouawad, Yannick Nézet-Séguin et Marie Chouinard. À en croire le Toronto Star, l'élite artistique montréalaise est même «profondément jalouse» de certains succès de la Ville reine. La même ambivalence teinte les reportages économiques, qui forment 18% des 30 000 articles canadiens évoquant Montréal. «C'est impossible de dégager un archétype net, dit Caroline Roy. Certains articles qualifient notre économie de moribonde comparativement à celle de Calgary et de Toronto. D'autres soulignent notre force dans le domaine des jeux vidéo.» Lorsque les journalistes canadiens encensent Montréal, c'est presque systématiquement pour saluer son côté «festif» ou sa gastronomie (les thèmes dominants dans 26% des 30 000 articles canadiens), ou encore, parfois, son réseau de vélos Bixi. Des qualités qui retiennent aussi l'attention des journalistes étrangers. «Avoir une image aussi positive à l'extérieur, c'est très encourageant pour l'avenir de la ville, commente le vice- président de Tourisme Montréal, Pierre Bellerose. À long terme, cela devrait inciter les gens qui ne la connaissent pas à venir la découvrir. Nos sondages montrent eux aussi que le fait que les Montréalais célèbrent la vie est reconnu partout, de Terre-Neuve jusqu'en Colombie-Britannique.» «Dans le grand jeu planétaire, on se démarque, se réjouit pareillement Michel Leblanc, président de la chambre de commerce du Montréal métropolitain. La mondialisation nous amène à être perpétuellement en train de nous demander comment les entreprises à l'étranger nous considèrent lorsque vient le moment d'investir, comment faire en sorte que les travailleurs stratégiques soient exposés à un bruit de fond positif à l'égard de Montréal. Et on semble réussir.» «Quand je voyage, des choses similaires ressortent, poursuit-il. Il y a un mois, je me trouvais avec les présidents de 18 des plus grandes chambres de commerce et on m'a demandé quel est le secret de notre succès, à Montréal, pour exploiter des créneaux très porteurs comme celui des jeux vidéo.» Décrépitude et corruption Pour le reste, par contre, Montréal n'a vraiment pas bonne presse au Canada. Ses infrastructures vieillissantes (15% des textes canadiens qui portent sur la ville) ainsi que ses scandales de corruption et la présence de la mafia (12% des textes) assombrissent la couverture des quotidiens examinés par Influence Communication. «Nos différences culturelles historiques génèrent sans doute une certaine méfiance, une ambivalence chez les journalistes canadiens, analyse Pierre Bellerose. Mais d'après moi, ce n'est pas propre à Montréal. Ils pensent sûrement la même chose au sujet du Québec dans son ensemble.» En septembre dernier, le magazine Maclean's a en effet fait sa une avec le titre: «The Most Corrupt Province of Canada», illustré d'une photo de Bonhomme Carnaval. Une manchette susceptible d'effrayer les investisseurs à l'égard du Québec en entier. Chez les touristes, l'impact de ces articles est nul, croit par contre M. Bellerose. «Je ne pense pas qu'ils les empêcheront de venir passer un week-end au Grand Prix ou au Festival de jazz», dit-il. Journaux régionaux Chose certaine, Montréal paraît encore plus mal dans les autres régions du Québec. Leurs sept quotidiens parlent relativement peu de la métropole, affirme Caroline Roy, et lorsqu'ils le font, c'est généralement pour l'égratigner sur des aspects bien précis. On y lit tout d'abord qu'elle est trop subventionnée, qu'elle pâlit à côté de la ville de Québec, que le français y est menacé, que la qualité de vie y est moindre et, seulement en dernier, que la corruption y règne. «Les gouvernements donnent trop d'argent à Montréal», écrit par exemple Le Nouvelliste. «Montréal est devenue non-québécoise», écrit le Journal de Québec. «Certains médias québécois font une fixation sur Montréal. Ils semblent s'imaginer qu'on y complote sans arrêt contre leur ville. Ça ne date pas d'hier, mais c'est maintenant cimenté», commente le professeur Marc-François Bernier, qui enseigne les communications à l'Université d'Ottawa et a déjà travaillé en région et dans la Vieille Capitale. D'après Pierre Bellerose, les journalistes régionaux et étrangers n'ont tout simplement pas les mêmes références. «C'est manifeste lorsqu'on sonde les touristes, dit-il. L'été dernier, lors du même week-end, les Américains nous répondaient que Montréal était une ville très propre alors que les Québécois des régions disaient qu'elle était très sale.» «Pour les New-Yorkais ou les Parisiens, Montréal est une ville presque relaxe, où il n'y a pas vraiment de problèmes de circulation, de stationnement ou de propreté, dit-il. Les journalistes étrangers ne s'attardent pas à nos problèmes, parce que ça cloche généralement encore plus dans leur ville, et exactement sur les mêmes points.» *** Ce qui a été analysé Influence Communication a trié tous les articles publiés dans 108 journaux représentatifs de leur marché en 2008, 2009 et 2010. Parmi ceux-ci, 105 000 contenaient plus d'une mention de Montréal et ont donc été analysés: > 10 000 ont été publiés dans 81 quotidiens étrangers (57 américains, 16 anglais et 8 français); > 30 000, dans 16 quotidiens canadiens; > 15 000 dans 7 journaux québécois hors Montréal; > 50 000 dans 4 quotidiens montréalais. Les articles portant sur le sport ont été exclus. 1. Ville aux lourdes structures et échec des fusions 20,2% 2. Métropole culturelle en péril 18,3% 3. Ville minée par la corruption 12,3% 4. Ville aux infrastructures vieillissantes 10,0% 5. Ville de jeux vidéo 4,4% 6. Ville festive 4,2% 7. Ville propice au cyclisme 3,7% 8. Ville de musiciens 3,6% 9. Ville qui perd sa population au profit de la banlieue 3,1% 10. Ville truffée de nids-de-poule 3,1% 11. Ville sale 3,0% 12. Ville trop subventionnée comparativement aux autres 2,3% 13. Ville en déclin comparativement à Québec 1,6% 14. Ville où le français est menacé 1,5% 15. Ville de cirque 1,5% 16. Haut lieu de la mafia italienne 1,4% 17. Ville où règne une piètre qualité de vie 1,3% 18. Siège de la clique du Plateau qui dirige le Québec 1,2% 19. Destination touristique agréable 1,1% 20. Ville froide et enneigée 0,6% http://www.cyberpresse.ca/actualites/regional/montreal/201103/12/01-4378665-montreal-cest-beau-de-loin.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO2_quebec_canada_178_accueil_POS2
  14. Internet pourra-t-il remplacer les journaux? Mario Boulianne, Le Droit (Ottawa) 08 juin 2009 | 13 h 37 La majorité des gens disent que le changement est une bonne chose. Mais, en réalité, c'est une façon d'accepter qu'une chose que l'on ne désirait pas, est finalement arrivée. C'est exactement ce que je me dis lorsque je constate la poussée vertigineuse d'internet. J'ai toujours trouvé déplorable que de plus en plus de gens se fient à la toile pour s'informer, délaissant du même coup les sources d'informations traditionnelles comme les journaux. LeDroit, comme la majorité des salles de nouvelles, peut compter sur des journalistes professionnels qui offrent aux lecteurs une source fiable d'information, basée sur des recherches et des entrevues, ainsi que sur une relative objectivité. Sur le net, il est hasardeux de se fier à ces "sources" plus ou moins bien informées. Les blogueurs sérieux ne sont pas légion. À moins qu'ils soient liés à un média reconnu, les blogueurs n'ont que peu de crédibilité, à mon avis. Les rumeurs et les légendes urbaines sont au coeur de leurs articles. Et pourtant, on n'hésite pas à répandre ce qu'on peut lire sur le Web. Vendredi, un sondage Nanos réalisé pour le compte de la revue Options politiques était publié. On pouvait y lire que la télévision demeure la principale source d'information des Canadiens, malgré la popularité croissante d'internet - et dire que Radio-Canada mettra fin à son bulletin du midi dans la région. Ce sondage, réalisé auprès de 1001 Canadiens du 26 mai au 1er juin, révèle que 48,2% des Canadiens s'informent en regardant les nouvelles télévisées. Les journaux constituent la deuxième source d'information avec une popularité de 20,6%. La radio arrive au troisième rang comme source d'information avec 14,9%. Et en cette ère d'Internet, seulement 13,8% des Canadiens disent s'informer en lisant les nouvelles sur le Web. Et vlan pour les "Twitter" de ce monde. La télévision est donc la source d'information la plus populaire, selon ce sondage. Les recherches de Nanos démontrent aussi que la télévision a davantage la cote dans toutes les régions du pays et auprès des Canadiens de tous les âges. Même pour ceux âgés de 18 à 39 ans, la télévision est deux fois plus populaire qu'Internet. On constate aussi le même phénomène chez les Canadiens de 18 à 29 ans, qui choisissent la télévision à 46%, Internet à 22,6% et les journaux à 15,3%. Pour le chroniqueur que je suis, je ne peux nier la force d'Internet et surtout, son utilité dans mon métier. Mais je m'inquiéterai toujours de ce médium qui ne fait que peu de place à la crédibilité de ses sources. Mais ce sondage me donne des raisons de croire que les journaux ont encore la cote quant à la qualité de son information. D'ailleurs, il n'est pas rare que les émissions de télé et de radio du matin se basent presqu'exclusivement sur ce qui est écrit dans les journaux pour vous informer dès votre réveil. Un autre résultat qui me donne de l'espoir, les deux tiers des personnes sondées disent s'informer en lisant les journaux et ils le font en lisant la version papier. Les autres le font en lisant la version Web... qui est gratuite. Alors, à ceux et celles qui lisez cette chronique dans sa version papier, n'oubliez pas de recycler votre journal préféré. Quant aux autres qui utilisent la souris, vous pourrez toujours vous dire que le site cyberpresse.ca est une source très fiable d'information. Oups... la pile de mon portable est vide. Je dois vous quitter. J'aurais dû prendre une feuille et un crayon! Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou encore une idée pour un reportage? Écrivez-nous à [email protected]
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value