Search the Community

Showing results for tags 'jones'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 35 results

  1. L'idée que l'élection d'un nouveau président américain serait généralement le prélude à une montée du Dow Jones ne peut pas servir de stratégie, selon Jean-Marc Bourgineau, analyste chez Jitney Trade. Pour en lire plus...
  2. Nouveau chapitre juridique pour le financier Louis-Philippe Séguin. L'ex-courtier vient de déposer une poursuite contre la firme de courtage Jones Gable, où il a travaillé entre 2003 et 2005. Pour en lire plus...
  3. Le Dow Jones perdait 1,06% et le Nasdaq 0,51%. De son côté, le TSX suivait le mouvement baissier et reculait de 1,39% ou 163,07 points à 11 589,83 points. Pour en lire plus...
  4. Le prix du baril de pétrole brut dégringole de plus de 5,50 $ US en début de matinée alors que le Dow Jones perd 1,21% et le Nasdaq 1,65%. Pour en lire plus...
  5. Tous les indices mondiaux étaient dans le rouge en attente du plan de sauvetage qui n'est toujours pas adopté. Sur Wall Street, le Dow Jones perdait 1,08%. Pour en lire plus...
  6. La Bourse de New York a terminé sans direction claire mercredi, hésitant tout au long de la séance faute de précisions des autorités américaines sur leur plan de sauvetage des banques: le Dow Jones a cédé 0,27% mais le Nasdaq a pris 0,11%. Pour en lire plus...
  7. Le Dow Jones a gagné 2,05% et le Nasdaq 2,94%. De son côté, la Bourse de Toronto est descendue légèrement de 0,37% ou 30,85 points. Pour en lire plus...
  8. Après le plongeon de la veille, les marchés américains sont demeurés au vert toute la journée. Selon des chiffres provisoires, le Dow Jones a gagné 3,43% et le Nasdaq 3,74%. Pour en lire plus...
  9. Watch the video clip here: http://watch.thecomedynetwork.ca/#clip875315 The Daily Show: Canada's Maple Syrup 'Cartel' A Hazard On U.S.'s Northern Border The Daily Show turned its attention to last year’s great Canadian maple syrup heist Thursday night, expressing what was probably genuine surprise at learning that, yes, Canada has a maple syrup cartel. Correspondent Jason Jones began the segment with an interview with Canadian Business reporter Tim Shufelt, who was seated silhouetted in a darkened room as if he were an anonymous source. “Globally, the industry is worth about $400 million and the cartel accounts for about three-quarters of that production,” Shufelt told a seemingly alarmed Jones. At this point, Jones learned Shufelt was talking about maple syrup. “Can we put the f**king lights on?” Jones asked an off-screen producer. Watch the clip at the Comedy Network website. A barrel of maple syrup, Shufelt told Jones, has a market value that is almost 20 times the value of a barrel of crude oil. http://www.huffingtonpost.ca/2013/03/01/daily-show-strategic-maple-syrup-reserve_n_2792194.html?utm_hp_ref=canada-business
  10. (Courtesy of the National Post) I thought there was a topic on this already I searched and I didn't see anything pop up.
  11. Terre-Neuve songe à des sanctions Mise à jour le vendredi 11 juin 2010 à 11 h 14 L'Assemblée législative de Terre-Neuve-et-Labrador. L'Assemblée législative de Terre-Neuve-et-Labrador débat de la possibilité de refuser d'accorder des contrats à toute entreprise québécoise. Par exemple, le gouvernement terre-neuvien inaugure vendredi un centre de soin de longue durée à Corner Brook. Ce projet de 50 millions de dollars a été réalisé par Pomerleau, une entreprise québécoise. Au moins cinq grands projets sont dirigés par des compagnies québécoises à Terre-Neuve-et-Labrador à l'heure actuelle. La chef de l'opposition officielle, la libérale Yvonne Jones, propose d'arrêter l'octroi de contrats à ces entreprises. Le premier ministre progressiste-conservateur, Danny Williams, ne cache pas sa colère contre le Québec, qu'il accuse de freiner les projets hydroélectriques de sa province sur le bas du fleuve Churchill, au Labrador. Danny Williams n'est toutefois pas prêt à aller aussi loin que le veut l'opposition. Il explique que le fait de refuser systématiquement d'octroyer des contrats à des entreprises québécoises contreviendrait à la loi sur les appels d'offres. La chef libérale répond que le gouvernement a déjà contourné cette loi dans le passé en accordant des exemptions. Yvonne Jones ajoute que le gouvernement terre-neuvien ne peut pas donner d'une main des baffes au Québec sur la place publique tout en signant de l'autre main des chèques à des entreprises québécoises.
  12. Gillette to phase Tiger Woods out of ads New York — Associated Press Published on Saturday, Dec. 12, 2009 11:57AM EST Last updated on Saturday, Dec. 12, 2009 4:05PM EST New York — Associated Press Published on Saturday, Dec. 12, 2009 11:57AM EST Last updated on Saturday, Dec. 12, 2009 4:05PM EST One of Tiger Woods’ major sponsors will phase the world’s most valuable athlete out of its advertisements while he takes time off to repair his personal life. Gillette’s announcement Saturday marks the first major sponsor of the superstar athlete and corporate pitchman to distance itself from Woods. “As Tiger takes a break from the public eye, we will support his desire for privacy by limiting his role in our marketing programs,” said Gillette, a division of Procter & Gamble. Other sponsors are mulling their options and trying to gauge the fallout from the man who has become the face of golf, as he drops off the circuit for an unspecified period. AT&T said it is evaluating its relationship with the golfer. Representatives from Accenture won’t say what its plans are regarding Woods, whom the consulting firm has used to personify its claimed attributes of integrity and high performance. “I think you will see the handful or so of companies that he has relationships with doing some real soul searching and making some probably, for them, difficult decisions in the next few days,” said Larry L. Smith, president of the Institute for Crisis Management, in Louisville, Ky. Late Friday, Woods announced an indefinite leave from golf and public life to try to rescue his marriage after a two weeks of intense coverage of his infidelity sullied his carefully cultivated good guy image. The decision and contrite tone of his statement was seen by marketing experts as a smart step to repairing his public image. His previous brief and vague statements on the matter were criticized as insufficient to quell the intense scrutiny and to lessen the damage from more than a handful of women who claim to have had affairs with him. “It’s just like your most beautiful fashion brand is being trashed,” said John Sweeney, director of sports communication at the University of North Carolina at Chapel Hill’s School of Journalism and Mass Communication. “I don’t expect Tiger to be the gold standard anymore, but he’s not going out of business ... He’s too big and too talented to be fired, but he will have significant declines from what he was.” Woods, 33, spent 13 years burnishing a pristine personal brand. His good looks and multiracial heritage gave him broad appeal. His domination of the game and fist-pumping flair for the dramatic established his tournament appearances as must-see TV. His work ethic is admirable. Marketers were drawn to his image as a clean-cut family man who mourned the death of the father who taught him the game, doted on his mother and married a former Swedish model with whom he has two young children. Woods is the pitchman for brands ranging from AT&T to Accenture to Nike. His array of endorsements helped him become the first sports star to earn $1 billion. Michael Jordan, Woods’ closest contemporary, is a distant second. Jordan has accumulated about $800 million during an NBA career that spanned nearly 20 years, according to Forbes. Nike, which built its $650-million golf business around Woods, said late Friday it supports his decision. Gatorade, a unit of PepsiCo Inc., said previously it supports Woods and said Saturday it has no updated comment. Gillette’s decision includes phasing out Woods from its television and print advertising, and from public appearances and other efforts linking the two entities together, Gillette spokesman Damon Jones said. “This is supporting his desire to step out of the public eye and we’re going to support him by helping him to take a lower profile,” he said. Gillette, which operates from Boston while parent P&G is based in Cincinnati, has had a contract with Woods since 2007. Jones declined to provide further details, including length and value, of the contract. Woods hasn’t been seen in a prime-time television commercial since a Gillette spot on Nov. 29, according to research firm Nielsen Co. Jones said that was because golf is currently off-season, so the company is promoting new products like Gillette Fusion MVP with football and baseball stars instead, because those seasons are more current. As any ads featuring Woods expire, they will not be renewed. Jones said that did not mean the company was severing its ties with Woods. There had been no upcoming scheduled public appearances for Woods, he said. He declined to comment on when the company would resume including Woods in its marketing, and would not say whether that would be linked with the timing of Woods comeback, when and if he decides to resume playing golf.
  13. Cette fois-ci, les indices nord-américains ont dégringolé dans la dernière heure des échanges. Le Dow Jones a perdu 3,82%, le Nasdaq 5,00% et le TSX 3,17% Pour en lire plus...
  14. En fin de journée, le Dow Jones Industrial Average (DJIA) lâchait 229,31 points, à 8 785,79 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 48,20 points, à 1 604,18 points. Pour en lire plus...
  15. Après une journée de lundi salvatrice pour les investisseurs, les indices nord-américains ont terminé la journée en forte baisse mardi. Le Dow Jones a tombé de 2,5%, le TSX de 4,44%. Pour en lire plus...
  16. Les lourdes pertes de l'assureur AIG et par les ventes décevantes du distributeur Wal-Mart ont fait plongé la bourse américaine: le Dow Jones a perdu 1,93% et le Nasdaq 0,95%. Pour en lire plus...
  17. Jack & Jones et Vero Moda entrent au Québec Mise en ligne 31/07/2008 04h00 © Argent Marie-Eve Fournier Le Journal de Montréal Deux autres détaillants étrangers s’apprêtent à faire leur entrée au Québec. Les chaînes danoises Jack & Jones et Vero Moda ouvriront des succursales au Carrefour Laval, a appris le Journal. Les deux boutiques de vêtements, qui appartiennent à l’entreprise Bestseller, accueilleront leurs premiers clients en octobre. Elles partageront le même local mais auront chacune leur entrée. Jack & Jones offre des collections pour hommes, surtout des jeans et des t-shirts, tandis que Vero Moda se spécialise dans la mode féminine très tendance, à bas prix. En arrivant à Laval, les deux enseignes feront aussi leurs premiers pas en sol canadien, un vaste marché que Bestseller veut développer. D’ailleurs d’autres locaux dans toutes les grandes villes du pays sont actuellement recherchés. «Des négociations sont en cours avec plusieurs centres commerciaux», a confirmé au Journal Eileen Halpin, du bureau d’Oberfeld Snowcap, à Toronto. En outre, Bestseller a ouvert un bureau régional à Montréal, ce qui explique pourquoi les premières boutiques du groupe verront le jour au Québec, dit Mme Halpin. 4 100 magasins dans 41 pays Bestseller est une entreprise familiale qui a été fondée en 1975 à Ringkøbing, au Danemark, par Troels Holch Povlsen. Aujourd’hui, les 11 enseignes du groupe, toutes spécialisées dans la vente de vêtements, sont présentes à travers le monde. Au total, l’entreprise possède 4 100 magasins dans 41 pays, et emploie 39 000 personnes. Ses collections sont également vendues dans plus de 12 000 autres points de vente, dont La Baie et Simons au Québec. En 2006-2007, les ventes de Bestseller ont atteint 1, 97 milliard d’euros (2,21 G$ CAN), en hausse de 17 % par rapport à l’année précédente. L’été dernier, Vero Moda a fait parler d’elle en embauchant comme tête d’affiche le mannequin le mieux payé au monde, Gisele Bündchen. La Brésilienne, qui a déjà été la petite amie de Leonardo DiCaprio, a gagné 35 M$ US, l’an dernier, selon le magazine Forbes. http://argent.canoe.com/lca/infos/quebec/archives/2008/07/20080730-220242.html
  18. Après le dévoilement de la perte de 240 000 emplois dans le seul mois d'octobre aux États-Unis et du taux de chômage le plus élevé depuis 1994, tant le S&P 500 que le Dow Jones ont clôturé en hausse de plus de 2% vendredi. Pour en lire plus...
  19. C'est difficile à croire, mais oui, il y a des titres boursiers qui enregistrent un rendement exceptionnel depuis le début de l'année. Alors que le principal indice de la Bourse de Toronto a encore perdu 5,04% en novembre contre 5,32% pour le Dow Jones de New York, Stéphane Paquet et Philippe Mercure nous présentent des titres américains et canadiens qui font plus que tirer leur épingle du jeu. Pour en lire plus...
  20. Le Dow Jones Industrial Average (DJIA) a reculé de 92,65 points, à 10962,54 points. Il n'avait pas clôturé sous les 11 000 points depuis juillet 2006. Pour en lire plus...
  21. Dure journée sur les marchés financiers: le pétrole a passé la barre des 137 $ US tandis que le Dow Jones chutait de 300 points vendredi après-midi. Pour en lire plus...
  22. Les indices Dow Jones et SP 500 chutent à leur niveau le plus bas depuis 12 ans, et Toronto suit la tendance causée par un manque de confiance chronique des investisseurs. Pour en lire plus...
  23. Fièvre olympique à la Bourse Publié le 07 mars 2009 à 11h45 | Mis à jour le 07 mars 2009 à 11h58 Vincent Brousseau-Pouliot La Presse Dans un an, le monde entier aura les yeux tournés vers Vancouver, qui accueillera les Jeux olympiques d'hiver. La communauté financière, elle, est déjà en mode olympique. En décembre dernier, le Dow Jones a mis à jour son indice boursier olympique en prévision des Jeux de Vancouver. Créé en décembre 2006 en prévision des Jeux de Pékin, l'indice boursier olympique Dow Jones est le véhicule d'investissement fait sur mesure pour ceux qui veulent bénéficier de la manne olympique. Il regroupe les sociétés inscrites en Bourse associées à l'organisation des Jeux. «Notre raisonnement, c'est que les entreprises qui ont des liens avec les Jeux olympiques tendent à faire de meilleures affaires durant leur cycle olympique, dit John Prestbo, directeur exécutif des indices boursiers Dow Jones. Les profits de ces entreprises ont tendance à être plus élevés. Leur rendement boursier aussi.» L'indice est composé essentiellement de trois sortes de titres?: les multinationales qui commanditent le mouvement olympique d'année en année (ex?: Coca-Cola, McDonald's, VISA, Samsung), les commanditaires canadiens des Jeux de Vancouver (ex?: RONA, la Banque Royale, GM, Bombardier, le Canadien Pacifique) et les fournisseurs officiels de Vancouver 2010 (ex?: 3 M, George Weston, Saputo, TransCanada Corp). L'indice regroupe actuellement 32 titres provenant de sept pays. Pays hôte des Jeux de 2010, le Canada compte le plus de titres au sein de l'indice (15), devant les États-Unis (12), le Japon (2), la Corée du Sud (1), la Suisse (1), la France (1) et le Royaume-Uni (1). Chaque titre ne peut toutefois constituer plus de 10% de la valeur de l'indice. C'est ainsi que les grandes sociétés américaines Coca-Cola et McDonald's, qui occupent les deux premiers rangs de l'indice, voient leur participation maximisée à 10%. «C'est notamment pour augmenter le rendement de l'indice, dit John Prestbo. L'impact des Jeux olympiques sur l'ensemble de leurs activités est moins important en raison de leur statut de multinationale. Les entreprises de construction canadiennes, par exemple, seront davantage touchées par les Jeux de Vancouver qu'une entreprise comme McDonald's.» Rendement supérieur à la moyenne Depuis sa création en décembre 2006, l'indice olympique Dow Jones a perdu 30% de sa valeur. Malgré tout, il a battu presque tous les indices de référence nord-américains et mondiaux. Durant la même période, l'indice américain S?&?P 500 a perdu 53?%, la Bourse de Toronto 41?% et l'indice mondial Morgan Stanley 53%. Seul l'indice de la Bourse de Shanghai a fait mieux que l'indice olympique Dow Jones, perdant 17% de sa valeur depuis décembre 2006. «L'indice olympique n'est pas immunisé contre les tendances générales du marché, dit John Prestbo. Quand ça va mal en Bourse, le facteur olympique n'est pas nécessairement une protection (contre des pertes).» Les investisseurs qui ont misé sur l'indice olympique Dow Jones à un an des Jeux de Pékin ont toutefois gagné leur pari. Entre août 2007 et août 2008, l'indice olympique a gagné 5,4% alors que la Bourse de Shanghai encaissait des pertes de 38?%. Retirer ses billets à la veille des Jeux permet-il de maximiser son investissement dans l'indice olympique?? Après une seule olympiade, il est trop tôt pour tirer des conclusions définitives, mais l'inventeur de l'indice est optimiste. «Comme l'indice a obtenu d'excellents résultats avant les Jeux, c'est toutefois une hypothèse valide», dit John Prestbo. Points d'interrogation Même si l'indice olympique Dow Jones a battu la plupart des indices de référence, l'analyste boursier Jean-René Ouellet met les investisseurs en garde contre certaines de ses particularités. «La dynamique de l'indice olympique Dow Jones est intéressante, mais l'indice est très mal diversifié», dit l'analyste du groupe conseil en portefeuilles de Valeurs mobilières Desjardins. Jean-René Ouellet s'inquiète de la surpondération de l'indice olympique Dow Jones dans plusieurs secteurs, notamment la consommation discrétionnaire (21% contre 5% au TSX et 8% au S?&?P 500), la consommation durable (19% contre 4% au TSX et 14% au S?&?P 500) et le secteur industriel (23% contre 6% au TSX et 10?% au S?&?P 500). L'indice olympique ne contient aussi aucun titre dans le secteur de la santé et des télécommunications. «?En temps de récession, les gens réduisent considérablement leur consommation discrétionnaire, un secteur où l'indice olympique est très surpondéré, dit-il. Les gens changent leur comportement durant une récession. Ils ne commenceront pas à rénover leur maison parce que Rona remet des médailles olympiques.?» L'analyste boursier note aussi quelques titres en difficulté au sein de l'indice olympique?: GM, Samsung, CanWest Global Communications et Teck Cominco, pour ne nommer que ceux-là. Bref, s'il trouve l'exercice olympique de Dow Jones intéressant, Jean-René Ouellet demeure sceptique. «Intuitivement, ça semble bon, mais il y a quelques points d'interrogation quand on gratte un peu, dit-il. Et il ne faut pas oublier que créer des indices, c'est une industrie pour Dow Jones.» Le créateur de l'indice olympique Dow Jones, John Prestbo, incite aussi à la prudence les investisseurs canadiens atteints de fièvre olympique. Aussi amusant soit-il, son indice n'a pas été conçu afin d'y faire fructifier tout son portefeuille boursier. «Ça demeure un véhicule d'investissement secondaire, dit-il. C'est une bonne façon d'avoir un peu plaisir en investissant tout en bénéficiant d'un phénomène économique réel, dit-il. On peut investir dans l'indice olympique pour essayer de majorer ses rendements, mais on ne doit pas y investir tout son argent.» * * * Pas disponible au Canada Les Canadiens s'apprêtent à accueillir les prochains Jeux olympiques, mais l'indice olympique Dow Jones n'est pas disponible au pays, faute d'intérêt de la part des institutions financières. Pour l'instant, l'indice olympique n'est offert que dans certaines institutions financières de Londres, la ville hôtesse des Jeux d'été en 2012. «Nous discutons actuellement avec des institutions financières canadiennes pour rendre l'indice olympique disponible au Canada», dit John Prestbo, directeur exécutif des indices boursiers Dow Jones. Le Mouvement Desjardins, qui ne connaissait pas l'existence de l'indice olympique Dow Jones avant le coup de fil de La Presse Affaires, n'a pas l'intention de l'offrir à ses clients d'ici le début des Jeux olympiques de Vancouver le 12 février 2010. «Ce n'est pas sur notre radar», dit le porte-parole André Chapleau. Même son de cloche du côté de la Banque Royale, pourtant commanditaire de Vancouver 2010. «Ça ne fait pas partie de nos projets en 2009», précise le porte-parole Raymond Chouinard. John Prestbo suggère tout de même aux investisseurs canadiens de jeter un coup d'oeil à son indice olympique. «L'indice donne une idée des entreprises qui pourraient mieux faire cette année en raison des Jeux olympiques de Vancouver en 2010, dit-il. Les investisseurs peuvent sélectionner quelques titres sans nécessairement acheter l'indice au complet, ce qui est impossible de toute façon à l'heure actuelle au Canada.»
  24. http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/immobilier/201008/26/01-4309871-immobilier-industriel-flottement-post-recession-a-montreal.php
  25. La Bourse de New York a terminé en nette hausse jeudi, dopée par la révision à la hausse de la croissance américaine et le déclin imprévu des prix du pétrole: le Dow Jones a gagné 1,85%. Pour en lire plus...