Search the Community

Showing results for tags 'jardin'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 20 results

  1. Culture: on ferme le robinet Publié le 21 mars 2012 à 08h06 | Mis à jour le 21 mars 2012 à 08h07 Paul Journet La Presse (Ottawa) Après une croissance de 34,6% des dépenses en culture depuis 10 ans, Québec commence à fermer le robinet. Les dépenses se stabilisent. Les nouvelles mesures annoncées dans le budget Bachand sont ciblées. La principale annonce: un «legs» de 125 millions pour célébrer le 375e anniversaire de Montréal, en 2017. L'argent ira notamment à l'Espace pour la vie (45 millions pour un nouveau pavillon de verre au Jardin botanique, un cinquième écosystème au Biodôme, l'agrandissement de l'Insectarium et le nouveau Planétarium). À cela s'ajoutent une promenade le long du fleuve au parc Jean-Drapeau (35 millions), la reconfiguration de l'oratoire Saint-Joseph, avec un centre d'observation dans le dôme (26,4 millions) et un nouveau pavillon au Musée des beaux-arts de Montréal (18,5 millions). La ville de Québec reçoit aussi de l'aide. Le gouvernement provincial financera jusqu'à 30 millions de la construction du Théâtre Le Diamant. C'est la moitié du coût total prévu pour ce théâtre dont Ex-Machina, la société de Robert Lepage, sera le promoteur. Le Fonds du patrimoine sera aussi bonifié de 60 millions d'ici 2020. Les musées recevront quant à eux 11 millions de plus (dont 4 millions aux musées d'histoire McCord et Stewart). Rien n'est annoncé pour le Musée d'art contemporain. Québec «contribuera éventuellement», si le fédéral et le privé investissent.
  2. Rue St-Jacques coin Sainte Magurite 25 condos sur 3 étages http://www.jardinstjacques.com/
  3. Mis à jour aujourd'hui à 8h01 --------------- Publié le 12 août 2009 à 05h45 | Mis à jour à 08h01 Le secteur du stade passe au vert En plus de la Ville, la Régie des installations olympiques prendra aussi des initiatives dans le secteur. «C'est trop bétonné à notre goût, dit Sylvie Bastien, porte-parole de la RIO. Ça pourrait faire un lien visuel vert.» Avec l'apport de la RIO, le projet dépassera les 200 millions d'investissements. Éric Clément La Presse La Ville de Montréal, les Muséums nature de Montréal ainsi que les gouvernements fédéral et provincial lanceront en septembre un ambitieux projet à la fois touristique, muséal et écologique appelé le Quartier de la vie, a appris La Presse. Le secteur du Jardin botanique et les abords du Stade olympique seront reliés par une «immense place publique interactive». Le projet total est évalué à 189 millions de dollars. Cinq institutions en feront partie: le Biodôme, le Jardin botanique, le Planétarium et l'Insectarium, de même que le futur Centre sur la biodiversité. Le Quartier de la vie aura pour but de prolonger la mission des quatre muséums, soit de faire connaître et apprécier les sciences de la nature et la nature elle-même aux générations présentes et futures. Ces quatre muséums représentent déjà le plus grand complexe muséal de sciences naturelles au Canada. Le Quartier de la vie sera une expérience sociale et environnementale inédite pour le visiteur. «Rien à voir avec du show-business ou des activités commerciales habituelles, nous dit une source proche du concepteur. Les activités seront en phase avec les valeurs fondamentales des gens, pour qu'ils se reconnectent avec la nature et pour que, à terme, un citoyen qui trouve un papier par terre le ramasse même si ce n'est pas le sien.» La place publique qui sera créée partira de la station de métro Viau et se prolongera près du Biodôme et du nouveau Planétarium, qui sera construit d'ici à l'été 2011 au pied de la tour du Stade olympique. Elle se rendra ensuite jusqu'au Centre sur la biodiversité, près du Jardin botanique, en passant sous la rue Sherbrooke. «Il s'agira de la première place publique mondiale dédiée à l'humain et à la nature», nous dit la même source. Ce ne sera pas une place comme les autres. On n'y trouvera pas de parasols, de tables ou de chaises en plastique. Le lieu rendra hommage à la nature, et les citoyens pourront l'aménager à leur façon, par exemple... en déplaçant des «arbres sur roulettes» ou en érigeant des bâtiments écologiques. Le touriste pourra s'approprier les lieux et participer au façonnement de la place, qui évoluera dans le temps au gré des initiatives et des réalisations des visiteurs. Parmi les aménagements qui pourraient être bâtis, on pourrait, par exemple, construire des restaurants sur pilotis en bambou, pour que même les concessions alimentaires soient conformes à l'esprit des lieux. «La facture sera toujours inusitée et audacieuse», nous dit-on. On prévoit que 2,7 millions de personnes participeront chaque année à l'expérience. Le projet lancé par les Muséums nature est coordonné avec la Régie des installations olympiques puisqu'il s'agit de ses terrains. La RIO prendra aussi des initiatives dans le secteur. L'esplanade de béton située au coin du boulevard Pie-IX deviendra verte dans la deuxième phase du projet. «C'est trop bétonné à notre goût, dit Sylvie Bastien, porte-parole de la RIO. Ça pourrait faire un lien visuel vert.» Avec la RIO, le projet total dépassera les 200 millions. L'investissement consenti par la Ville, soit 189 millions, proviendra du programment triennal d'immobilisations et de subventions fédérales et provinciales. La somme comprend les coûts de construction du Planétarium (33 millions) et du Centre sur la biodiversité (24,5 millions), la création de la place publique (30 millions) et les coûts liés à la mise aux normes et à l'amélioration des muséums nature. Ainsi, on créera au Biodôme un nouvel écosystème consacré à l'humain, «une espèce en équilibre avec la nature, essentielle à sa survie». À l'Insectarium, les visiteurs pourront défier leurs peurs et vivre des expériences «d'immersion entomologique» afin d'apprendre à mieux vivre avec les insectes. La création du Planétarium est financée par Québec, Ottawa, Montréal et Rio Tinto Alcan, qui donnera son nom à l'édifice moyennant 4 millions. Quant au Centre sur la biodiversité, les travaux de construction commenceront ces jours-ci près du Jardin botanique. Le bâtiment, voué à la recherche scientifique, à la conservation et à la valorisation de collections biologiques, à la promotion de la préservation des espèces et au transfert des connaissances, sera inauguré l'an prochain. Les élus du comité exécutif ont découvert le projet du Quartier de la vie la semaine dernière et l'ont bien accueilli. «C'est un projet extraordinaire pour le développement de Montréal, nous a dit, hier, un membre de l'administration municipale. Il va permettre la mise en valeur de tout un quartier, au coeur de l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, et va grandement contribuer à améliorer la stature internationale de Montréal.» *** Wow !! Intéressant
  4. Jardin botanique Les Mosaïcultures de retour à Montréal http://fr.canoe.ca/voyages/nouvelles/archives/2012/03/20120308-165723.html Montréal recevra cette exposition horticole à l'été 2013. Le public pourrait admirer prochainement les Mosaïcultures internationales de Montréal. Après 10 ans d'absence, le Jardin botanique devrait accueillir cette exposition horticole à l'été 2013. L'événement aurait dû être organisé cette année. Une trentaine de pays, dont la Chine, la France et le Japon devraient participer à cette manifestation qui est «à la fois une compétition et une exposition où les participants sont invités à présenter leur culture à travers ce médium horticole très spécialisé et spectaculaire», explique le site de la Ville de Montréal. Les Mosaïcultures internationales illustrent l'importance de la « richesse et de la diversité culturelles de notre planète et l'importance d'intégrer l'art des jardins dans le développement du paysage des villes de ce siècle ». Soulignons que les trois premières expositions ont remporté un vif succès avec plus de 2,1 millions de visiteurs. Les retombées économiques ne sont évidemment pas négligeables, évaluées à plus de 150 millions de dollars pour la métropole. La dernière exposition de sculptures florales a eu lieu dans le Vieux-Port de Montréal, en 2003.
  5. à propos du cca Le Centre Canadien d'Architecture (CCA) est un centre international de recherche et un musée créé par Phyllis Lambert en 1979 avec la conviction que l’architecture est d’intérêt public. Fort de ses vastes collections, ses expositions, ses programmes et ses aides à la recherche, le CCA est un chef de file dans l’avancement du savoir, de la connaissance et de l’enrichissement des idées et des débats sur l’architecture, son histoire, sa théorie, sa pratique, ainsi que son rôle dans la société. Survol institutionnel Fondé en 1979, le Centre Canadien d’Architecture (CCA) est un établissement culturel avant-gardiste dont la mission consiste à sensibiliser le public au rôle de l’architecture dans la société, à promouvoir la recherche de haut niveau dans ce domaine et à favoriser l’innovation dans la pratique du design. en savoir plus Bâtiment du CCA Le bâtiment du CCA a été conçu par Peter Rose de concert avec Phyllis Lambert (architecte conseil) et Erol Argun (architecte associé) en 1989. en savoir plus Jardin du CCA Œuvre de l’artiste-architecte montréalais Melvin Charney, le jardin du CCA contribue à la restauration du tissu urbain dans un secteur défiguré par les grands travaux autoroutiers du milieu du XXe siècle. en savoir plus 20ième anniversaire du CCA en 2009 Vingt ans après son ouverture au public, le CCA fête son anniversaire en organisant, tout au long de l’année 2009, un ambitieux ensemble d’activités. en savoir plus http://www.cca.qc.ca/fr/a-propos
  6. Source: Jardin botanique de Montréal Le Jardin botanique de Montréal a reçu des fleurs du ministre fédéral de l'Environnement, John Baird. Il a proclamé l'institution montréalaise lieu historique national du Canada, jeudi à Montréal. « La reconnaissance attribuée au Jardin botanique de Montréal au regard de son importance historique nationale nous rappelle la chance que nous avons de bénéficier d'un jardin aussi magnifique et d'une telle étendue en plein coeur de la ville de Montréal », a déclaré la vice-présidente du comité exécutif de la Ville de Montréal et responsable des Muséums nature de Montréal, Francine Senécal. La Commission des lieux et monuments historiques du Canada a recommandé le Jardin botanique pour trois raisons:'étendue de ses collections et de ses installations, son évolution, la richesse et la diversité de ses collections. Le Jardin botanique compte 22 000 espèces et cultivars de plantes, une trentaine de jardins thématiques et un vaste arboretum. De plus, le jardin, fondé dans les années 1930 par le frère Marie-Victorin, a préservé la vision de ses bâtisseurs, soit des vocations esthétique, scientifique, éducative et sociale. « Il s'agit d'une désignation très significative pour le Jardin botanique, puisqu'elle fait ressortir le travail effectué depuis plus de 75 ans sur l'ensemble de son site », a déclaré le directeur du Jardin botanique de Montréal, Gilles Vincent. « Je pense ici aux jardins, aux serres, à l'Arboretum ainsi qu'aux autres activités d'animation scientifique et de recherche qui ont contribué à faire évoluer le Jardin botanique. »
  7. Macadam - Toi et moi sur le toit Le Devoir Fabien Deglise Édition du jeudi 16 juillet 2009 Mots clés : Toit, Plante, Fleur, Flore, Habitation, Québec (province), Montréal Timidement, Montréal commence à apprivoiser ses toitures pour améliorer son cadre de vie Dès le retour des beaux jours, Marie-Ève Provencher, Andrée Lalonde et Patrice Deslauriers, de la firme d'architectes Ron Rayside, viennent régulièrement prendre le pouls de la ville depuis leur jardin en hauteur. Photo: Jacques Nadeau C'est la magie de la nature en hauteur. Perché au quatrième étage d'un immeuble de la rue Ontario, à Montréal, au milieu d'une orgie de fines herbes, de fleurs multicolores et de meubles de jardin en fer forgé, le temps, soudainement, semble vouloir s'arrêter. Au loin, des centaines de mètres plus bas, la ville expose bruyamment, et sous un ciel gris, son agitation matinale, avec ici une sirène en panique, là un crissement de pneu. Mais, tout en contemplant la vue imprenable sur le centre-ville, depuis son Centre-Sud, l'architecte Ron Rayside y est étrangement imperméable. «À cette époque de l'année, c'est l'un des endroits les plus agréables du bâtiment», lance ce bâtisseur qui, en 2005, a décidé d'expérimenter le concept de toit vert sur l'immeuble qui abrite les bureaux de sa firme ainsi que quelques logements. «Nous étions dans les premiers à nous lancer dans ce type de construction. Pour voir ce qu'il était possible de faire à Montréal. Pour le moment, le résultat est concluant. Ce toit, en plus de nous aider à réduire notre consommation d'énergie, est beaucoup utilisé par les habitants de l'immeuble.» Le contraire serait étonnant. Ainsi élevé, les pieds dans la verdure, le panorama qui s'offre au citadin en quête d'ascension est fascinant, avec son enfilade de toits en tout genre et toutes conditions persillées ici et là par des terrasses habitées -- généralement au sommet de constructions récentes -- et surtout avec son horizon bloqué, au sud-ouest, par les imposants gratte-ciel montréalais. Mais il y a plus. La perspective permet aussi de prendre la mesure d'un paradoxe comme Montréal aime bien les alimenter: oui, avec l'arrivée des beaux jours, les toits de la métropole prennent doucement vie, mais dans une timidité qui tranche avec notre époque écologisante. Une époque qui aime, sur papier glacé et dans les tubes cathodiques, vanter à outrance le vert sur toiture et les jardins urbains suspendus. Pour respirer l'air du temps. Espaces vacants En 2008, à l'occasion du 5e concours Génération développement durable, orchestré par la revue scientifique française La Recherche, les trois étudiants de l'UQAM qui ont décroché le 3e prix (Mariannick Houegbonou, Jonathan Gariepy-Roy et Cyrus Mokry) avec leur projet intitulé «Urmanité: des toits et des hommes» ont d'ailleurs résumé ce vide en deux phrases: «Les toits de Montréal ressemblent à d'immenses terrains vacants vus du ciel... Considérant que la ville est un objet en trois dimensions, pourquoi les surfaces extérieures de cet objet ne sont-elles pas réellement exploitées?» Sur un toit du Centre-Sud, comme sur celui de l'hôtel de la Montagne et sa terrasse Magnétic, ou même au sommet de la place Ville-Marie (deux rares terrasses en hauteur de la ville), la sous-exploitation est effectivement palpable. Elle a aussi été quantifiée par la chaire en paysage et environnement de l'Université de Montréal. «Actuellement, il y a une cinquantaine de toits verts à Montréal, principalement sur les toits d'institutions», lance Caroline Gagnon qui, dans les trois prochaines années, souhaite étudier le phénomène avec Danielle Dagenais. Les deux scientifiques veulent en effet mesurer l'impact psychologique des terrasses vertes sur les citadins. En présupposant que l'effet est bien sûr positif. Une cinquantaine de toits verts. Le chiffre est ridiculement bas: cela représente en effet 0,01 % des toits des quelque 435 000 immeubles en tout genre, selon le rôle d'évaluation, que compte l'île de Montréal. Pas plus. «Ce n'est pas étonnant, lance l'architecte Ron Rayside. Le problème, c'est que la plupart des toits de Montréal n'ont pas été conçus pour ça.» C'est un triste constat et aussi une question de pression: en effet, les traditionnels duplex et triplex des quartiers historiques de la métropole n'ont généralement pas la stature qu'il faut pour supporter le poids d'un jardin sur leur toit, à moins de travaux de renforcement de structure dont la facture va très vite rebuter les aspirants à l'élévation. «C'est donc sur les constructions récentes ou sur les bâtiments institutionnels [écoles, universités et compagnie] que l'on commence le plus à en voir apparaître», poursuit-il. Tant pis donc pour les rêveurs, les écolos, les traqueurs d'espaces en suspension ou les amateurs de grand air qui vont donc devoir se contenter de ce peu... sans doute de leur vivant. «On sent un engouement pour les toits et terrasses verts», dit l'architecte. Mais, en raison de toutes ces contraintes, pas question pour lui d'imaginer d'ici 50 ans des arbres, des buissons, des jardins de fines herbes monter en grande quantité du couvercle de la ville. «Peut-être dans un siècle, avec un peu de chance. Ce genre de chose, malgré nos bonnes intentions, va prendre du temps à arriver.» http://www.ledevoir.com/2009/07/16/259175.html
  8. Bonjour à tous, je me permets de mettre quelque photos de Sydney ou j'ai habité l'année passée pendant 4mois. Bondi Beach Jardin Botanique City Pendant une manifestation contre l'église de Scientologie Tour d'habitation Stade Olympique
  9. Pouce vert de Montréalais? J’ai pensé que nous avons pour la plupart un jardin avec des plans de légume ou de fleurs Alors voici les photos de mon jardin à auto arrosage avec réserve d’eau sur le toit mon de garage a l’arrière. Avez-vous un jardin, si oui montré le nous
  10. Un nom pour le projet ! Des rendus ! Et plus d'information ! Avec un IGA et 40 HLM je vois mal comment ce projet pourra être refusé par les NIMBYS ************************ L'Atelier Chaloub + Beaulieu Architectes conçoit un projet à la volumétrie complexe qui respecte le gabarit du bâtiment de 4 étages situé sur le boulevard Gouin et possède une densité urbaine plus élevée dans sa partie sud avec ses 8 étages. Le projet s'implante sur rue de façon à construire un front bâti sur le périmètre du site, ce qui permettra d'aménager un jardin en son centre. Les derniers étages en retrait ont des terrasses généreuses avec vue sur la rivière ou la ville. Client : Les Constructions Beau Design inc. 40 logements sociaux 120 unités d'habitation en copropriété Espace commercial de 30 000 pi ca (Sobeys-IGA) Stationnement intérieur étagé Bâtiment de 8 étages Structure en béton http://www.ateliercba.com/
  11. Bâtiment rébarbatif au premier coup d'oeil, Climatisation et chauffage urbains de Montréal (CCUM) cache pourtant dans ses entrailles un bijou d'architecture industrielle. Un véritable «Beaubourg intérieur», selon la firme Humà - design + architecture, chargée de lui refaire une beauté. La première phase est achevée: la mise en lumière de ses machineries, signée en collaboration avec Erick Villeneuve de Novalux. «On s'est concentré sur l'expression vers la ville de ce "Beaubourg intérieur" de la machinerie», explique Jean Beaudoin, qui travaille avec Stéphanie Cardinal chez Huma. Méconnu des Montréalais, CCUM fournit le chauffage à une vingtaine d'édifices du centre-ville, de la tour de la Bourse à la place Ville-Marie, en passant par l'École de technologie supérieure et l'hôtel Reine Elizabeth. Construite en 1947 dans ce qui n'était alors qu'un champ, cette centrale thermique est aujourd'hui enclavée entre l'autoroute Bonaventure et le viaduc du Canadien Pacifique. Mais demain, quand l'autoroute sera abaissée pour faire place au quartier Bonaventure (QB), elle trônera ni plus ni moins à l'entrée de la ville. «On ne peut pas rester de même, s'exclame en riant le directeur de l'établissement, Jean-Claude Michel. On va avoir l'air d'une usine d'Europe de l'Est restée debout après une explosion nucléaire!» D'autant plus que cet emblème du passé met le cap sur l'avenir en abandonnant le mazout au profit du gaz naturel, plus propre. On installe actuellement une nouvelle chaudière qui fonctionnera entièrement au gaz naturel. «Le mazout, on ne veut plus en utiliser, juste en cas d'avarie», précise M. Michel. Jusqu'ici, CCUM fonctionnait en mode biénergie pour profiter des variations de prix de chaque carburant. «Il faut valoriser la centrale comme icône urbaine en résonance avec le quartier en devenir, indique M. Beaudoin. Et [CCUM] est en train de se repositionner comme la façon économique de chauffer les quartiers, en ligne avec le développement durable.» Jardin des vapeurs En écho à son principal mode de chauffage (la vapeur à haute pression) et aux émanations de vapeur issues de la combustion du gaz naturel — «On est une usine à nuages», dit joliment le directeur —, un jardin des vapeurs accessible au public sera éventuellement aménagé au nord du bâtiment. Une passerelle mènera à une terrasse (l'ancien pont de livraison du charbon) ayant une vue imprenable sur le centre-ville. «On veut que le bâtiment évolue en fonction de ce que devient le quartier», prévient M. Beaudoin, dont les plans s'arrimeront à ceux du QB, en chantier dès l'an prochain. Le jardin se prolongera par une promenade sous arcades le long de la rue Nazareth, où pourrait être documentée l'histoire du lieu. La dernière phase consistera à insérer le haut du bâtiment dans un écrin de verre. «Ces panneaux seront développés selon des technologies nouvelles qui consolideront l'offre énergétique de CCUM», indique M. Beaudoin. Car les ambitions de CCUM ne sont pas qu'esthétiques. L'entreprise, qui appartient moitié à Gaz Métropolitain, moitié à Dalkia (filiale du géant français Veolia), entend à la fois se faire connaître auprès du public et se trouver de nouveaux clients dans le futur QB. «On voudrait utiliser nos surplus d'énergie — on a environ de 10 à 15 % de pertes — pour atteindre une efficacité de 100 %», précise M. Michel. CCUM est d'ailleurs sur le point de faire son entrée sur le marché des crédits carbone. http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/286846/la-centrale-thermique-de-montreal-se-refait-une-beaute
  12. Beau petit projet par Orbitat au coin de ma rue! http://www.orbitat.ca/Projet_en_cours/index.html [sTREETVIEW]https://maps.google.ca/?ll=45.523574,-73.587456&spn=0.003131,0.004823&t=m&z=18&layer=c&cbll=45.523509,-73.587518&panoid=bYyryeZNqyCiOwF6LfCoEg&cbp=12,164.93,,0,-11.81[/sTREETVIEW]
  13. Les dix attraits incontournables de Montréal Martine Bouliane La Presse Collaboration spéciale Le printemps et ses belles journées donnent envie de sortir de la maison. Pourquoi ne pas faire la tournée des attraits incontournables de Montréal. Voici 10 lieux à voir ou à revoir. 1) Le Biodôme Avec ses reconstitutions d'écosystèmes, le Biodôme fait «voyager» les visiteurs tandis que les animaux, eux, sont dans leur environnement naturel. Ce peut être la luxuriante forêt amazonienne, grouillante de vie, ou l'Antarctique et ses manchots. www.biodome.qc.ca 2) Le Jardin botanique Le Jardin botanique change d'allure au gré des mois. D'abord les fleurs précoces du jardin alpin, ensuite ce sont les magnolias, les lilas La Grande serre est le lieu d'événements courus, comme Papillons en liberté, jusqu'au 29 avril. www.ville.montreal.qc.ca/jardin 3) Le Musée des beaux-arts Le Musée des beaux-arts de Montréal, qui a près de 150 ans, possède notamment une importante collection d'art canadien. Ses expositions sont réparties dans trois pavillons. Ces jours-ci, Il était une fois Walt Disney y est en vedette. www.mbam.qc.ca 4) L'oratoire Saint-Joseph Monter les 300 marches de l'Oratoire est un exercice physique en soi. Construit à flanc de montagne, on y trouve une basilique et une chapelle dédiée au frère André. Son musée présente de l'art religieux. Le sanctuaire possède aussi de très beaux jardins. www.saint-joseph.org 5) Le parc du Mont-Royal Le parc du Mont-Royal est le terrain de jeu des citadins, qui l'arpentent en ski de fond, à pied ou à vélo. Un sentier mène au belvédère, qui donne une vue superbe sur la ville. On y trouve aussi le cimetière Notre-Dame-des-Neiges, où sont inhumées plusieurs personnalités. Avec le beau temps reviennent les tam-tam du dimanche au pied de la montagne. www.lemontroyal.qc.ca 6) L'observatoire de la Tour de Montréal Au Stade olympique, le funiculaire nous amène au sommet de la Tour. De l'observatoire, rien n'obstrue la vision à 360 degrés sur Montréal. Notre regard va aussi loin que Laval et la Rive-Sud. www.parcolympique.ca 7) Les quais du Vieux-Port L'été est la saison du Vieux-Port. Les artistes sur les quais divertissent les flâneurs. C'est le point de départ de plusieurs croisières. Les familles aimeront aussi le Centre des sciences, avec ses expositions et jeux interactifs, sans oublier le cinéma Imax. www.quaisduvieuxport.com 8) Le Plateau Le Plateau possède une multitude de jolies petites rues aux escaliers extérieurs tout en courbes. Son charme et son atmosphère attirent les foules. L'avenue Mont-Royal, la rue Saint-Denis et le parc LaFontaine s'animent dès que le soleil se pointe. www.bonjourplateau.com 9) La Grande Bibliothèque Son architecture a été critiquée, mais la Grande Bibliothèque fait partie intégrante du paysage. On peut flâner à travers ses rayons garnis d'un million de livres, prendre part à des visites guidées ou encore visiter ses expositions sur des thèmes littéraires. www.banq.qc.ca 10) Le musée Pointe-à-Callière Inauguré pour le 350e anniversaire de Montréal, Pointe-à-Callière permet de reculer dans le temps et de marcher dans les vestiges de la ville. Un spectacle multimédia rappelle les faits et personnages marquants de son histoire. On y présente aussi des expositions temporaires à saveur archéologique. www.pacmusee.qc.ca
  14. Jardins Windsor Architectes: DCYSM Fin de la construction:2007 Utilisation: Résidentiel Emplacement: Centre-ville, Montréal ? mètres - 12/21/21 étages Descriptions: - Complexe de trois tours et de 650 condominums. - Les tours seront reliées par le plus grand jardin privé du centre-ville, qui sera aménagé sur un stationnement à étage. - La fountaine ronde, au centre du jardin, deviendra une patinoire l'hiver. - Le projet est la continuité nord du complexe Terrasses Windsor, du même promoteur, True North Properties LTD. - True North Properties LTD possède aussi le terrain vacant à l'est des Jardins Windsor. - Les Terrasses et Jardins Windsor, ainsi que le terrain voisin sont sur le terrain où le nouveau stade des Expos était proposé au début des années 2000. Residential condos under construction by Malek Racho, on Flickr IMG_5290 by Malek Racho, on Flickr
  15. Zone C - Phase I Architectes: ? Fin de la construction: Janvier 2008 Utilisation: Résidentiel Emplacement: Le Sud-Ouest, Montréal ? mètres - 4 étages infos; http://www.shdm.qc.ca/acces_condos/fr/projet_fiche.php?projet_id=14 Description: Phase I d’un projet de condos à 2 phases Bâtiments de 4 étages, incluant le niveau jardin, entourés d’arbres et de végétation, à proximité du Canal Lachine
  16. http://tourismexpress.com/nouvelle.php?id=1649&utm_source=All&utm_campaign=Revue+de+presse+du+Quartier+des+spectacles-+mercredi+20+f%C3%A9vrier+2013&utm_medium=email
  17. http://www.lapresse.ca/actualites/regional/montreal/201209/03/01-4570679-un-sans-abri-cultive-son-potager-sous-un-viaduc.php Un sans-abri possède un jardin au coin des rues de la Commune et Brennan. PHOTO: BERNARD BRAULT, LA PRESSE ÉMILIE BILODEAU La Presse Sin Le n'a pas de maison, mais il a un toit: un viaduc près du canal de Lachine et de l'autoroute Bonaventure. Au vu et au su de ceux qui passent par la piste cyclable, il cultive une vingtaine de variétés de légumes dans son potager. Betteraves, tomates, concombres, haricots, oignons poussent dans la moitié du porager. Dans l'autre moitié, l'homme d'origine vietnamienne cultive des légumes moins connus en Amérique, du brocoli chinois au Diép Cá, une herbe au goût de poisson utilisée notamment pour parfumer les soupes. Il y a un peu plus d'un an, réfugié sous son viaduc un jour de pluie, Sin Le regardait les mauvaises herbes surgir du trottoir jusqu'au chemin de fer, lorsque lui vint l'idée de planter des légumes. Il a commencé en désherbant un petit carré de terre dans lequel il a semé des oignons et du daikon, une sorte de radis chinois. Le succès de sa première récolte lui a donné envie d'agrandir son potager. Au lieu de travailler avec une pelle comme n'importe quel jardinier, Sin Le a utilisé une planche de bois pour concevoir des paliers de terre. Il a aussi aménagé des chemins afin de pouvoir circuler entre ses cultures. Une fois son terrain préparé, il ne lui restait qu'à se procurer des semences. Mais lorsqu'on vit dans la rue, chaque sou est compté. «Je suis différent par rapport à plusieurs personnes qui commencent un jardin. Moi, si je veux planter des tomates, j'achète une tomate que je coupe en deux. Je garde les graines pour les planter et je mange la tomate dans une salade», raconte-t-il. Pour arroser son jardin, Sin Le utilise l'eau du bassin Peel, de l'autre côté de la rue, où il lance un seau au bout d'une longue corde. Aucune plainte La Ville de Montréal et les policiers ne harcèlent pas le sans-abri. «Les policiers te donnent un avertissement et une option. Dans mon cas, ils m'ont dit: tu ne fais plus de feu ou tu quittes cet endroit», affirme-t-il. Comme son jardin est en quelque sorte devenu précieux, Sin Le a décidé de cesser de se faire cuire des soupes et des mijotés. Il opte le plus souvent pour des salades. En principe, Montréal fait payer des droits pour «occuper le domaine public», et ce, pour s'assurer que tous les citoyens puissent profiter des espaces publics, explique Anik de Repentigny, chargée de communication à la Ville. Mais «s'il n'y a pas eu de plainte, si l'arrondissement n'a pas prévu d'aménager cet espace et ne l'utilise pas, et si le potager ne dérange personne, l'arrondissement fait habituellement preuve de tolérance», ajoute-t-elle. Parfois, des curieux s'arrêtent pour demander à Sin Le ce qu'il fait pousser. L'homme énumère simplement ses légumes. Un citoyen impressionné par l'initiative lui a même offert trois poches de compost de mouton. D'autres le complimentent sur sa réalisation. Mais Sin Le, lui, ne trouve pas que son jardin est joli. Il rêve de trouver un nouvel endroit qui pourrait lui appartenir. «Je ne l'aime pas à cause de l'endroit, dit-il. J'aimerais acheter un petit terrain, mais je ne sais pas par où commencer. Les appartements sont difficiles à trouver à Montréal et ils sont chers.» Le jardinier novice se console en regardant ses plantes. Au moins, ses belles récoltes du début du moins de septembre lui permettront de traverser sans faim ses longues journées dans la rue.
  18. La Presse Le vendredi 17 août 2007 La serre tropicale du Jardin botanique est en train de faner. Le toit de verre coule, le sol s'affaisse, et il y a des trous d'infiltration d'eau dans les murs de fondation. Un état de décrépitude avancée au point où le bâtiment est devenu dangereux pour les visiteurs Devant ce constat, la Ville de Montréal a dégagé 1,6 million de dollars cette semaine pour retaper la serre qui n'a jamais été restaurée depuis sa construction, il y a 50 ans. Les travaux débuteront en septembre pour s'échelonner jusqu'au printemps. Le verre sera d'abord retrempé, les murs seront réimperméabilisés et une nouvelle issue de secours sera installée pour répondre aux normes du code du bâtiment. On prévoit aussi refaire les sentiers, les murets et les bassins défraîchis, qui laissent entrevoir plusieurs traces de rouille. La direction du Jardin botanique compte profiter de l'investissement pour revoir le concept tropical qui a vieilli, et acheter des nouveaux végétaux. On explique que la serre est tellement désuète qu'elle n'est plus conforme à la mission de diffusion et d'interprétation des Muséums nature de Montréal, instance qui chapeaute le Jardin, le Biodôme, l'Insectarium et le Planétarium. "Nous voulons une signature plus moderne sur le thème des plantes tropicales alimentaires, explique le directeur du Jardin, Gilles Vincent. Il y aura aussi une passerelle permettant une vue aérienne des plantes. On veut exposer à nos visiteurs l'importance des plantes tropicales alimentaires et les enjeux comme les maladies qui mettent en péril les plantations de bananiers." La serre tropicale en question, d'une superficie de 500 m2, est située au coeur de 10 autres serres d'exposition. Les autres ont déjà été rajeunies, sauf la serre qui abrite les différentes espèces de bégonias, et qui nécessitera une opération de rempotage l'été prochain. À la Ville, on explique qu'un budget de près de 8 millions est prévu au cours des cinq prochaines années pour rajeunir le Jardin ainsi que les installations du Biodôme. Pendant les travaux à la serre tropicale, les plantes seront transférées vers l'une des serres de recherche du Jardin botanique. Il y en a une trentaine, réparties sur un terrain de 75 hectares. Une équipe de 150 jardiniers et horticulteurs veillent à l'entretien des 22 000 espèces et cultivars du Jardin, qui placent l'endroit parmi les cinq plus grands au monde. "Le Jardin botanique, tout comme le Biodôme, demeurent au centre de nos priorités, explique Francine Sénécal, responsable du dossier au comité exécutif de Montréal. Nous sommes bien conscients que le Jardin, qui a célébré ses 75 ans l'an dernier, a besoin de travaux de rénovation." "Bourque, Géranium 1er"L'ancien maire de Montréal, Pierre Bourque, a été directeur du Jardin botanique durant une quinzaine d'années, du début des années 80 jusqu'au milieu des années 90. C'est à lui qu'on doit notamment le Jardin de Chine. Au cours de son mandat, il a donné un nouveau souffle à l'institution en introduisant des thématiques et des événements comme le fameux Bal des citrouilles.Son implication lui a d'ailleurs valu le surnom de "Bourque Géranium 1er". Depuis son retrait de la politique, au printemps 2006, il n'a pas refait d'apparition publique. Et il refuse de se prononcer sur les dossiers montréalais.