Search the Community

Showing results for tags 'japon'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 36 results

  1. Les transporteurs Japan Airlines et All Nippon Airways devront clouer au sol et inspecter 25 appareils en raison d'un incident survenu la semaine dernière. Pour en lire plus...
  2. L'inflation au Japon a franchi en juillet la barre des 2%, s'élevant à son plus haut niveau en onze ans, un phénomène qui freine les consommateurs. Pour en lire plus...
  3. Déficit américain - Bombe à retardement Serge Truffaut Édition du lundi 24 novembre 2008 La somme des promesses qu'a déclinées Barack Obama pendant la campagne électorale avoisine les 2000 milliards de dollars. À moins d'être irresponsable en matière budgétaire, le président élu ne pourra pas respecter tous ses engagements. Loin de là. Car après la crise immobilière à laquelle se sont greffées depuis lors la crispation bancaire et la déchéance de l'industrie automobile, on va observer l'addition d'une crise tout aussi majeure: l'état lamentable des finances publiques. Bien avant que n'éclate la bulle immobilière, la dette américaine était le sujet fréquent de commentaires signés par des personnes, dont nombre d'experts, qualifiant celle-ci de bombe à retardement. En substance, ces derniers avançaient que la frivolité des Américains en général et de l'État en particulier sur le front du crédit s'avérerait tôt ou tard catastrophique. Ce qui était conjugué au futur lointain risque fort d'être composé au présent dès 2009. Chose certaine, les chiffres afférents traduisent une réalité brutale. Tout d'abord, on retiendra que la dette des États-Unis a doublé depuis l'installation de Bush à la Maison-Blanche. Ensuite? L'exercice financier 2008 s'est conclu par un déficit lui aussi deux fois supérieur à celui enregistré lors de l'exercice antérieur. En ce qui a trait à l'année fiscale 2009, on prévoit un déficit de 1000 milliards, là encore le double de celui de 2008. Bref, dire que le rythme imprimé sur les comptes du pays est insoutenable relève de la lapalissade. Dans cette histoire, il y a certainement des mauvais calculs et des revers de fortune, des faux bonds et des détournements inopinés. Mais il y a aussi une bonne dose d'égoïsme national crânement affirmé par le deuxième personnage de l'État, soit le vice-président Dick Cheney. On se souviendra qu'alors qu'il était interrogé à ce propos, ce triste sire, ce maître ès calamités, avait affirmé que Ronald Reagan avait fait la preuve que le déficit n'était pas un problème politique. En résumant sur un ton badin un sujet d'autant plus délicat qu'il est lourd de conséquences, ce chasseur fervent devant l'éternel faisait le pari que les banques centrales étrangères d'Asie et d'Europe continueraient à acheter la dette américaine pour la bonne et simple raison qu'aucune nation du monde ne pouvait se permettre de laisser tomber l'économie américaine. Problème? Si ce théorème autant économique que politique prévalait avant la chute du Mur, soit sous Reagan, ce n'est plus du tout le cas. Aujourd'hui, c'est à retenir, parmi les quatre principaux créanciers des États-Unis d'Amérique, on compte désormais deux concurrents à côté d'alliés: la Chine, qui a dépassé le Japon comme premier financier de Washington, et la Russie. Parions qu'à l'inverse du Japon et de l'Allemagne, Pékin et Moscou refuseront d'avaler les couleuvres. Pour s'en convaincre, il suffit de poser un regard sur la politique monétaire chinoise qui joue le yuan à la baisse pour favoriser indûment les exportations malgré les requêtes justifiées de Clinton et Bush pour un alignement du yuan sur sa valeur réelle. Pour l'année fiscale 2009, on calcule que le financement des opérations courantes va s'élever à 1400 milliards de dollars. Tout logiquement, on peut se demander qui va payer, qui va accepter d'acheter des bons du Trésor? La Chine? La Russie? L'Allemagne et le Japon officiellement en récession depuis la semaine dernière? C'est évidemment le quid du sujet. En attendant, on tient à partager un fait qui en dit long sur la santé économique de la planète. Voilà, l'indice Baltic Dry a ceci de riche en enseignements qu'il n'y a pas mieux pour suivre l'évolution de l'industrie maritime. Il faut surtout savoir que 95 % du transport des marchandises du «monde mondial» se fait par la mer. Et alors? L'indice Baltic Dry a été divisé par quatorze au cours du dernier semestre. Cela étant, sur un plan intérieur, il faut rappeler que, quand tous les baby-boomers américains seront à la retraite, les obligations du gouvernement à leur égard équivaudront à 20 % du PIB. Lorsque l'on additionne le service de la dette, on se retrouve avec un pays insolvable, dixit David Walker qui fut... contrôleur général des États-Unis sous Clinton et Bush. Les économistes ayant sonné l'alarme -- on pense notamment à Nouriel Roubini, premier à avoir prévu la crise et son énormité -- avaient été traités de pessimistes outranciers et autres par les Cheney du monde. Quand on y songe, ces derniers correspondent fort bien à cette définition de l'optimisme formulée par on ne sait plus qui. À savoir? Ce dernier est «l'alibi sournois des égoïstes.»
  4. Le Japon s'est enfoncé davantage dans la récession en octobre avec la pire chute de ses exportations en sept ans et un rarissime déficit commercial. Pour en lire plus...
  5. L'Union européenne, les États-Unis et le Japon sont entrés en récession ainsi que les autres pays développés, constate l'Organisation pour la Coopération économique et le développement. Pour en lire plus...
  6. Les géants japonais de l'électronique Sony, Hitachi, NEC et Toshiba tombent les uns après les autres dans le rouge. Pour en lire plus...
  7. En France, un train a officiellement battu le record du monde de vitesse d'un TGV sur rails en atteignant 574,8 km/h:eek: . Le précédent record avait été établi en 1990 et était de 515,3 km/h. Ce nouveau record a été homologué par deux huissiers présents à bord de la rame baptisée V150. Il a été enregistré à environ 200 kilomètres de Paris, sur la ligne à grande vitesse Est-européenne reliant Strasbourg à Paris. Le record absolu de vitesse atteint par un train demeure 581 km/h. Il a été enregistré en 2003 au Japon par le Maglev, un train à lévitation magnétique
  8. Le premier ministre participera dès lundi au sommet du G8, dont les discussions porteront sur l'environnement, l'économie et le commerce. Les altermondialistes sont déjà à l'oeuvre. Pour en lire plus...
  9. Le constructeur automobile japonais va suspendre pendant onze jours, entre février et mars, la totalité de sa production au Japon pour répondre à la chute des ventes. Pour en lire plus...
  10. Faisant face à un recul de ses ventes aux États-Unis de 37%, le constructeur japonais Toyota va suspendre la production de toutes ses usines au Japon pendant 11 jours, en février et mars prochains. Pour en lire plus...
  11. Le constructeur japonais a annoncé qu'il allait réduire sa production de 78 000 véhicules supplémentaires au Japon et supprimer 500 emplois intérimaires. Pour en lire plus...
  12. Quelques photos prisent au Japon en 2003 TOKYO & OSAKA Enjoy http://picasaweb.google.com/musicmanqc/VoyageAuJapon?feat=directlink
  13. Au moment où l'Allemagne entre officiellement en récession, l'Organisation de coopération et de développement économiques prévoit que l'économie se contractera aux États-Unis, dans la zone euro et au Japon en 2009. Pour en lire plus...
  14. La Bourse de Tokyo a entamé la journée de vendredi en hausse, les investisseurs s'offrant une pause après l'avalanche de mauvaises nouvelles de ces derniers jours, tandis que la Banque du Japon a procédé à une nouvelle injection massive d'argent frais sur le marché bancaire. Pour en lire plus...
  15. Les ministres des Finances des 8 pays les plus industrialisés se rencontrent ce week-end à Osaka, au Japon, pour un sommet dominé par la question de la flambée des cours du pétrole. Pour en lire plus...
  16. Le deuxième constructeur automobile japonais réduit encore sa production en raison des ventes en baisse causées par la crise économique. Pour en lire plus...
  17. À l'heure actuelle, Sanyo est à réduire sa présence dans des secteurs d'activité déficitaires, en prévision d'une acquisition anticipée par Panasonic. Pour en lire plus...
  18. Le Japon se dirige vers une récession 7 août 2008 - 11h17 Agence France-Presse La consommation des ménages est en recul constant depuis quatre mois (-1,8% en juin), un phénomène accentué par l'inflation liée à l'envolée des cours des carburants et des prix alimentaires. Le gouvernement japonais a sonné jeudi la fin de la plus longue phase d'expansion économique que le pays ait connue depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, évoquant même la possibilité d'une récession. Pour la première fois depuis février 2002, le gouvernement s'est abstenu de mentionner le mot «reprise» dans son rapport mensuel sur l'état de la deuxième économie mondiale, jugeant au contraire que «l'économie faiblit récemment». Cette omission constitue la reconnaissance implicite que la plus longue phase d'expansion que le Japon ait connue depuis 1945 a pris fin après 78 mois de croissance économique. «En d'autres termes, il est possible que l'économie soit déjà en récession», a expliqué un responsable gouvernemental anonyme cité par Dow Jones Newswires. «L'économie japonaise entre dans une phase où l'on ne peut pas forcément demeurer optimiste», a plus sobrement déclaré le ministre de la Politique économique et budgétaire, Kaoru Yosano, au cours d'une conférence de presse. L'expansion dont Tokyo vient de sonner la fin a largement dépassé en durée les 57 mois de croissance du fameux «boom Izanagi», baptisé d'après le nom d'un des dieux à l'origine de la création du Japon, selon la religion shintoïste, et qui avait hissé le pays au rang de deuxième économie mondiale à partir de 1968. Mais le «boom Izanagi» avait été beaucoup plus vigoureux. Entre 1965 et 1970, l'économie japonaise avait ainsi progressé au rythme moyen de 11,5% par an grâce à un boom des achats d'automobiles, de téléviseurs couleurs ou de climatiseurs par les ménages. À titre de comparaison, en 2007, la croissance n'a atteint que 2,1%. Le Japon est actuellement confronté à un ralentissement de la demande aux États-Unis, principal client de ses exportations. L'archipel, presque entièrement dépourvu de ressources naturelles, subit en outre de plein fouet l'envolée actuelle des prix du pétrole et des autres matières premières. En juin, les exportations japonaises ont ainsi reculé pour la première fois depuis novembre 2003 (-1,7% sur un an). La production industrielle et l'investissement des entreprises sont également en phase descendante. Voyant leurs bénéfices amoindris, les entreprises japonaises s'abstiennent en outre d'augmenter les salaires. Du coup, la consommation des ménages est en recul constant depuis quatre mois (-1,8% en juin), un phénomène accentué par l'inflation liée à l'envolée des cours des carburants et des prix alimentaires. Cette conjonction de facteurs négatifs conduit de nombreux économistes à penser que la deuxième économie mondiale s'achemine vers une récession temporaire. Selon la définition la plus couramment admise, la récession est caractérisée par au moins deux trimestres consécutifs de recul du produit intérieur brut (PIB). Le PIB japonais a encore progressé de 1% au premier trimestre 2008 par rapport au trimestre précédent, mais celui du deuxième trimestre, qui sera publié le 13 août, est attendu en baisse par la plupart des économistes. «Une rémission rapide est improbable sur le moyen et long terme», a ainsi jugé Hiromichi Shirakawa, du Crédit Suisse, qui table sur une contraction du PIB de 2,6% au deuxième trimestre. Kyohei Morita, économiste chez Barclays Capital, pronostique pour sa part un recul de 1,5% en estimant que «tous les indicateurs mensuels publiés jusqu'à présent confirment que l'économie japonaise est entrée dans une phase de stagnation au deuxième trimestre». Officiellement, le gouvernement table toujours sur une croissance économique de 1,3% sur l'ensemble de l'année budgétaire 2008-2009, qui va d'avril à mars
  19. Au Japon, le téléphone mobile commence à remplacer les clés d'appartement Porte-monnaie électronique, carte de crédit, titre de transport... le téléphone portable se veut désormais. Au Japon, il sert même de clé. Le promoteur immobilier Anabuki va ainsi installer dans trente immeubles représentant 5.000 logements des serrures électroniques activées par un téléphone contenant une puce sans contact, selon un système développé par la société Index, nous apprend l'AFP. Anabuki, qui gère environ un millier d'immeubles au Japon, illustre ainsi l'adoption à grande échelle de ce type d'application, jugée par beaucoup plus pratique et plus sûre que les clés et les serrures classiques. Index, une entreprise de services Internet sur mobile, est l'une des sociétés à avoir développé un dispositif de serrure activée par la lecture d'une puce sans contact, composant déjà intégré dans un quart des 100 millions de téléphones portables en circulation au Japon. Pour fermer leur porte à clef, les résidents d'immeubles équipés n'ont qu'à effleurer le lecteur de la serrure avec leur téléphone portable. L'avantage de cette "clef virtuelle" est qu'elle peut être répliquée sur les mobiles de chaque membre de la famille, expliquent ses concepteurs. En cas de perte du téléphone, elle peut être désactivée très rapidement, par une simple commande informatique. On peut aussi vérifier à distance, depuis son mobile, qu'on a bien fermé la porte. Et si tel n'est pas le cas, on peut le faire à distance, sans retourner chez soi en courant. De même peut-on créer une clef temporaire, valable une journée ou moins, pour un ami, le concierge ou un livreur. Pour les habitants des immeubles équipés, le mobile sert aussi de clef de boîte à lettre et consignes collectives, ainsi que de mode de paiement des distributeurs et autres services équipant éventuellement la résidence. Cette fonction "multi-sésame" s'ajoute aux porte-monnaie électroniques, cartes de crédit, titres de transport et badges d'entreprises que peut aussi supporter simultanément la puce sans contact des téléphones, en l'occurrence la Felica de Sony. L'un des pionniers de ce système a été la société Kesaka, dont le système est déjà installé ou le sera prochainement dans une cinquantaine d'immeubles et complexes résidentiels au Japon.
  20. Les économistes commencent à prévoir le pire à la veille de la publication des chiffres révisés du troisième trimestre. Pour en lire plus...
  21. Le Japon enregistre en janvier le plus important déficit commercial de son histoire, en raison d'un chute sans précédent de ses exportations. Pour en lire plus...
  22. Le gouvernement japonais a annoncé vendredi un plan de relance économique de 11 700 milliards de yens (113 G$ CAN) afin de stimuler la croissance en panne. Pour en lire plus...
  23. Les ministres des Finances des 8 pays les plus industrialisés se rencontrent ce week-end à Osaka, au Japon, pour un sommet dominé par la question de la flambée des cours du pétrole. Pour en lire plus...
  24. Le Parlement japonais a approuvé jeudi une rallonge budgétaire de 1810 milliards de yens pour stimuler la deuxième économie de la planète. Pour en lire plus...
  25. Les quelque 3000 employés de Lehman Brothers dans la région, notamment au Japon et en Australie, se verront tous offrir un travail chez Nomura, a assuré le groupe. Pour en lire plus...