Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'imagine'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Urban photography
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 5 results

  1. All 8 combined total:$530,000,000 Floor space well over: 64,000 sq.ft Article Just imagine someone buys all 8 and asks them to reconfigure it to make it a large residence.
  2. Voici ma vision pour le secteur du bord de l'eau. The situation is simple. We have a high-density area surrounding a transit hub, a good example of transit oriented development... but it is locked in by highways. Furthermore, the "Old Longueuil" area, the real cultural, historical and recreational area of Longueuil is blocked off from this downtown area as a result. Finally, the waterfront is also isolated by autoroute 20. This isn't just some random waterfront either.. this is PRIME space. Just across from Sainte-Helene island and Montreal. There's a reason throngs of people come here to watch the fireworks in the summer! The view is exceptional! Solution : Mettre l'autoroute 20 sous terre ainsi qu'une portion du boulevard Taschereau et réunir le bord de l'eau avec Place Charles-Lemoyne (le "centre ville" de Longueuil) et le secteur du Vieux-Longueuil historique (l'autre "centre ville", et selon moi, le vrai) - Faire de cette région un vrai pole économique, culturel, récréotouristique, etc. Optimistic? Ambitious? Naive? Perhaps... i know this project would be hilariously expensive, but damn, imagine the cohesive and dynamic, livable and exciting Longueuil city center that would emerge! Please give me your feedback... i'm very interseted in hearing what you have to say! Merci beaucoup tout le monde! (Metro Charland named after the Montreal South mayor - Montreal South being the small town originally located on that land, eventually merged into Longueuil. Boul Isidore Hurteau named after the first mayor of Longueuil) AVANT APRES
  3. « IMAGINÉ AU QUÉBEC » LP MAURICE Je me rappelle encore quand j’ai déballé mon premier iPhone. C’était en 2007 et j’habitais à l’époque aux États-Unis. J’ai eu accès au iPhone 1, un produit qui allait changer ma vie (et le monde entier), avant même qu’il ne soit accessible au Canada ou ailleurs. Je me rappelle encore ce qui m’avait frappé le plus en ouvrant la boîte, soit une courte phrase très visible sur le côté de la boîte : « Designed by Apple in California ». Même si l’iPhone est assemblé et fabriqué majoritairement en Asie, Apple avait jugé bon de rappeler à ses utilisateurs que ce produit avait été imaginé par son équipe de talentueux ingénieurs en Californie. Récemment, j’ai vu une publicité imprimée pour le service Téo Taxi, une nouvelle entreprise pilotée par l’entrepreneur en série Alexandre Taillefer. L’annonce affiche en gros caractères le slogan suivant : « Imaginé et créé par des gens d’ici ». En plus d’une photo d’un taxi blanc et vert, on y lit seulement une autre phrase en plus petits caractères : « Imaginer, explorer, douter… jusqu’à l’épuisement. Recommencer, passionnément, intensément, jusqu’à devenir réel. » Wow ! Comme Apple, Téo a jugé bon de mettre de l’avant fièrement son processus créatif et son caractère local. Pourquoi nous, les entrepreneurs d’ici, ne ferions-nous pas de même plus souvent ? Dans le passé, on a souvent parlé du « fabriqué au Québec ». Il y a même eu quelques efforts déployés afin de créer des programmes pour favoriser l’achat de produits locaux faits au Québec. Mais l’économie a changé. Avec la mondialisation, nous sommes entrés davantage dans une économie de savoir que de production. Et si nous parlions plutôt de « imaginé au Québec » ? FIERTÉ En me baladant à San Francisco récemment, j’ai aperçu dans une vitrine le symbole d’arbre vert de la start-up montréalaise Breather, qui offre des espaces de travail sur demande. Fierté immédiate. En conduisant sur l’autoroute dans Silicon Valley, j’ai vu une affiche pour le spectacle québécois Cavalia. Fierté. Quand j’étais à Toronto, j’ai vu les vélos de ville style BIXI exploités par PBSC Urban Solutions établie à Longueuil. Fierté. Un préposé d’une boutique indépendante à New York m’a servi avec une tablette propulsée par Lightspeed, une entreprise montréalaise de commerce électronique. À Los Angeles, il y a le nouveau terminal d’aéroport LAX animé par la magie de Moment Factory. Toutes ces expériences ont été imaginées au Québec. Ces marques laissent savoir au monde que nous sommes là, nous innovons, et que nos produits sont de classe mondiale. Quand j’ai démarré le site Busbud avec mes cofondateurs en 2011, nous avons fièrement apposé l’inscription « Built in Montreal » au bas de notre page d’accueil. Presque cinq ans plus tard, c’est pratiquement la seule partie de notre site web qui n’a pas changé. Aujourd’hui, des millions de voyageurs de plus de 50 pays qui utilisent notre site chaque mois pour réserver leurs billets d’autocars voient cette mention sur chaque page. Ils voient un produit imaginé au Québec qui a une portée mondiale. Nous gardons cette inscription avec fierté à ce jour. ARGUMENTS ÉCONOMIQUES C’est une question de fierté, mais c’est aussi une question économique. Le Québec est capable de bâtir des entreprises qui sont des modèles d’innovation, qui peuvent à la fois servir le marché québécois et se démarquer à l’international. Celles-ci créent des emplois ici et, à long terme, une plus grande fraction de leurs revenus, taxes et impôts restent au Québec, vis-à-vis des entreprises étrangères. C’est bon pour notre économie. Ces entreprises peuvent s’appuyer sur un avantage local pour se différencier. Par exemple, une infrastructure d’hydroélectricité bien développée au Québec peut aider Téo pour l’électrification de ses transports. Ces entreprises peuvent aussi mieux servir les besoins spécifiques de la clientèle locale, possiblement via des partenaires locaux. Le modèle d’affaires de Téo innove en apportant notamment une valeur sociale et écologique. Avec le temps, certaines entreprises deviendront même capables de sainement concurrencer les géants mondiaux. Continuons de miser sur notre créativité pour développer des concepts originaux. En tant que consommateurs, supportons ensemble ces innovations « imaginées au Québec » en votant avec notre portefeuille quand il est logique de le faire. Entrepreneurs, affichons fièrement nos couleurs. Ici, et partout au monde. http://plus.lapresse.ca/screens/d1ab8908-e9a9-4ccc-8eb9-75b1a3c6a2b4%7C_0.html
  4. Despite its abundance of culture, attendance is low. It’s hard to imagine that cosmopolitan Montreal, with its feted music scene, mountains of arts funding, work-to-live inclination and literary sensibility, would place anywhere but at the very top of a list of Canada’s Most Cultured Cities. An even bigger surprise is to find it near the bottom. True, cultural opportunities abound in Montreal. There’s the world-class Montreal Symphony Orchestra, L’Orchestre Métropolitain, L’Opéra de Montréal, Les Grands Ballets Canadiens, a half-dozen music festivals, including the Montreal International Jazz Festival and Pop Montreal, and no fewer than a dozen museums. “But the index isn’t about whether something exists,” says Paul Cappon, president and chief executive of the Canadian Council on Learning. “It’s about whether people actually use it.” And when you crunch the numbers, looking at how many Montrealers actually went to the ballet, for instance, or visited the McCord Museum of Canadian History last year, the locals look a lot more like rubes than the cultural leaders many in the rest of Canada imagine them to be. Only one in four Montrealers visited a museum last year, compared with nearly half of all Victoria residents. More Winnipeggers Scores:http://www2.macleans.ca/2010/05/20/smart-cities-2010-canadas-most-cultured-cities/ Source:http://www2.macleans.ca/2010/05/20/why-does-montreal-rank-so-poorly/
  5. 60 Story Building WOW imagine the square footage of this thing.
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value