Search the Community

Showing results for tags 'humaine'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 5 results

  1. Dans les centres de rénovation, la mode des magasins entrepôts a pris fin et laisse place aux commerces de taille plus humaine. Pour en lire plus...
  2. Transformation en une artère à une échelle plus humaine. Le projet en détail : http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/PAGE/ARROND_RDP_FR/MEDIA/DOCUMENTS/12.02_CORBEIL_SJB_RAPPORT.PDF L'état des travaux : Envoyé de mon iPad en utilisant Tapatalk
  3. http://www.ecologieurbaine.net/2012-10-18-udem-jan-gehl Conférence-midi - UdeM | Jan Gehl : Pour des villes à échelle humaine Ajouter à mon horaire 18 octobre 2012, 12h00 - 13h30 CONFÉRENCE-MIDI de 45 minutes en anglais. La présentation sera suivie d'une brève période d'échange avec le public et d'une séance de signatures. INSCRIPTION fortement conseillée Places limitées - Entrée libre Inscrivez-vous dès maintenant ici, ou à partir du bouton au bas de cette page UNE CO-ORGANISATION du Centre d'écologie urbaine de Montréal avec Université de Montréal Amphithéâtre Hydro-Québec (local 1120) Faculté de l’aménagement 2940, ch. de la Côte-Sainte-Catherine Montréal QC Métro Université-de-Montréal Itinéraire Google Maps Conférence-midi Cette conférence résumera la vision et les propositions de Jan Gehl pour des villes à échelle humaine. Jan Gehl est de passage à Montréal pour le lancement de l'édition française de son livre Cities for people publié par les Éditions Écosociété, en collaboration avec le Centre d'écologie urbaine de Montréal, l'Ordre des urbanistes du Québec et Mission Design. Pour des villes à échelle humaine, qui est le fruit de 50 années de travail de cet important penseur et praticien de l’urbanisme, est appelé à devenir un outil indispensable pour construire les « écocités » de demain. M. Jan Gehl Professeur émérite de design urbain de l’Académie royale des beaux-arts du Danemark et membre honoraire de plusieurs organisations, dont l’Institut royal d’architecture du Canada. Fondateur et associé de Gehl Architects, il a travaillé au réaménagement de villes comme Copenhague, Londres, Amman, Melbourne, New York, Seattle et San Francisco. Architecte MAA et FRIBA, M. Gehl a reçu le prix Sir Patrick Abercrombie pour ses contributions exemplaires à l’aménagement des villes de la part de l’Union internationale des architectes ainsi qu’un doctorat honorifique de l’Université Heriot-Watt à Edimbourg. Jan Gehl a obtenu un post-doctorat international honorifique de la part du Royal Institute of British Architects (Int. FRIBA) en 2006 ainsi que de l’American Institute of Architecture et d’Architecture Canada en 2008. Jan Gehl est l'auteur de plusieurs livres incluant Life between Buildings, Public Spaces, Public Life, et Cities for People. Pour des villes à échelle humaine est le premier livre à être traduit en français. S'enregistrer maintenant
  4. Stephen Jarislowsky: la nature humaine guide la finance Publié le 21 février 2009 à 11h50 | Mis à jour à 11h57 Philippe Mercure La Presse Il a vécu en Allemagne, aux Pays-Bas, en France, aux États-Unis. Il a débusqué les nazis au Japon pour les services secrets américains. Il a étudié le génie, les affaires, la culture asiatique. Il est devenu milliardaire, a combattu les abus du monde de la finance, n'a jamais craint la controverse. Et à 83 ans, Stephen Jarislowsky semble incapable de s'arrêter. «Me reposer? Je me repose assez. Pas besoin de me reposer plus.» «On a vécu comme des chiens qui pouvaient manger autant qu'ils le voulaient. Un chien va manger tout ce qui est devant lui, même si ça le rend malade. On a fait exactement la même chose.» Voilà comment Stephen Jarislowsky, président du conseil, président et directeur de la firme d'investissement Jarislowsky Fraser, explique la crise financière qui secoue actuellement la planète. Sa liste de coupables est longue. Certaines banques «ont fait beaucoup trop de spéculation» sans avoir les capitaux pour soutenir leurs acrobaties, constate-t-il. Mais M. Jarislowsky blâme aussi les consommateurs qui ont «trop dépensé et ont cédé à l'appât du gain». Cette crise, dont il avoue n'avoir pas su prédire l'ampleur, le désole. «J'ai vécu ma jeunesse pendant la Dépression et on dirait bien que je vais finir mes jours dans le même contexte. Ce n'est pas amusant, ça. Ça veut dire qu'en l'espace d'une vie comme la mienne - plus de 80 ans -, l'être humain est resté aussi idiot.» Derrière les énormes lunettes, le regard est perçant. Le bureau de Stephen Jarislowsky est rempli de plantes qui étendent leurs feuilles dans toutes les directions. À l'une des branches pend un singe en peluche. Des peintures sont accrochées aux murs, rappelant que le financier est aussi un grand amateur d'art. La nature humaine, explique l'oracle, carbure à la peur et à l'appât du gain. Et c'est l'alternance de ces deux émotions qui explique les cycles économiques. «Ça m'étonne qu'on n'enseigne pas la nature humaine dans les écoles, dit-il. Si elle ne change pas, ça serait pourtant facile!» Et vous, M. Jarislowsky, vous avez toujours su résister à la peur et à l'appât du gain? «Toujours», répond le milliardaire. Et vous n'avez aucun regret? «Aucun.» Si Stephen Jarislowsky est un homme rongé par les remords, disons qu'il cache bien son jeu. «Je suis fier du fait que j'ai vécu une vie qui me plaît, dit-il. J'ai apporté, peut-être, un peu de bien ici et là. J'ai gagné le respect de la société dans laquelle je vis. Je suis bien accepté dans les sociétés ethniques et dans les deux cultures du Canada.» Liberté chérie Celui qu'on a appelé «la conscience du milieu financier» rappelle qu'il a créé 21 chaires de recherche universitaire et qu'il est à l'origine de l'Institut sur la gouvernance des organisations publiques et privées, qui combat les abus du monde de la finance et défend les droits des petits actionnaires. A-t-il fait des erreurs de parcours? «On fait toujours des erreurs, dit-il. J'ai fait de très grandes erreurs dans ma vie. D'abord, mon premier mariage et le fait que je n'ai pas pu éduquer mes deux fils. Et puis j'ai fait beaucoup d'erreurs d'investissement, surtout récemment avec les actions d'entreprises financières.» À 83 ans, que lui reste-t-il à accomplir? Il répond en décrivant de nouvelles batailles qui s'inscrivent dans la guerre qu'il mène depuis des décennies. «Récemment, j'ai été responsable du fait que certains présidents de banques n'ont pas accepté de prime à la fin de l'année. Je leur ai dit: «Messieurs! Vous allez le regretter si vous acceptez ces primes-là. Ça va être très mal vu.» Ils ont compris - sauf un ou deux.» Comment peut-il faire la leçon aux PDG alors qu'il est lui-même l'un des hommes les plus riches au Québec? La question le fait bondir. «On n'est plus dans le vieux Québec où quelqu'un qui fait de l'argent est un voleur», lance-t-il. S'il est riche, c'est qu'il a fondé lui-même sa propre compagnie et qu'elle a eu du succès, explique-t-il. «Mon salaire a toujours été très bas - il n'a jamais dépassé 32 000$. Et les taux de Jarislowsky Fraser sont les plus bas de toute l'industrie», dit celui qui a fait fortune avec ses actions. Son rapport à l'argent? «L'argent vous donne la liberté de vous exprimer et de faire tout ce que vous voulez, dit-il. Aussitôt que vous faites ce que vous voulez, l'argent n'a plus aucun but. Je n'ai pas besoin de yacht ou d'avion privé. Je conduis ma propre voiture - j'ai gardé la dernière pendant 18 ans!» Stephen Jarislowsky n'a donc jamais cherché à être riche? «Mon but était de devenir assez riche pour avoir cette liberté, dit Stephen Jarislowsky. Liberté! Liberté chérie! Combats avec tes défenseurs!» s'écrie-t-il tout à coup. Oui, la crise financière est désolante. Et Stephen Jarislowsky, malgré des décennies consacrées à instaurer un peu d'éthique dans le monde de la finance, admet qu'il n'a pas réussi à corriger la nature humaine. Mais ce n'est pas ce qui l'empêchera de déclamer La Marseillaise dans son bureau en rigolant. La Caisse de dépôt et placement «Ils ont essayé de rivaliser avec Teachers'. Ils ont acheté toutes sortes de choses, la gestion du risque n'était pas suffisante. Il n'y avait pas assez de personnes au conseil d'administration qui comprenaient l'investissement fiduciaire.» «Les caisses de retraite en général ont fait de la spéculation, elles ont acheté toutes sortes d'investissements qu'on n'achetait jamais auparavant, quand on gérait en bon père de famille - ce qui est quasiment la seule façon de gérer les fonds qui appartiennent à d'autres, surtout les caisses de retraite.» L'issue de la crise «La seule chose qui peut nous sauver, c'est l'inflation. Moi, je déteste l'inflation, mais là, on n'a pas le choix. Si on a de la déflation, le prix des maisons et des actions va baisser encore.» M. Jarilowsky se prononce aussi en faveur d'investissements massifs dans les infrastructures et propose que les gouvernements rachètent les actifs toxiques des banques. Barack Obama «Je ne sais rien de ce bonhomme-là, c'est une question qui reste ouverte. Au moins, il essaie de prendre une direction un peu différente de George W. Bush. Mais, pour le moment, il n'a pas accompli grand-chose, sauf peut-être Guantánamo.» Ses prises de position politiques «Pour moi, c'est évident que, si vous êtes citoyen d'un pays démocratique, vous dites ce que vous avez à dire. J'ai eu la chance d'avoir une bonne éducation. Et si on apprend quelque chose, il faut quand même l'utiliser pour faire du bien à la société.» Sa pensée politique «Je ne suis pas un homme de droite. Je me trouve un peu à gauche du milieu.» * * * Une vie bien remplie Stephen Jarislowsky est né à Berlin en 1925. Peu après la mort de son père, sa mère prend la décision de l'envoyer aux Pays-Bas avec son frère et sa soeur alors qu'il n'a que 5 ans. La famille se réunit à nouveau en 1937 à Paris, puis s'installe à Aix-en-Provence, dans le sud de la France. Au début de la Deuxième Guerre mondiale, la famille quitte l'Europe pour s'installer aux États-Unis. Stephen Jarislowsky fait ses études en génie mécanique à l'Université Cornell avant d'être recruté par l'armée américaine à l'âge de 19 ans. L'armée l'envoie à l'Université de Chicago pour y apprendre le japonais, puis à Tokyo, où il travaille pour les services de renseignement. L'un de ses rôles: interroger les Allemands pour déterminer lesquels sont des nazis qui doivent être expulsés. De retour aux États-Unis en 1946, Stephen Jarislowsky fait des études en histoire et culture orientales, puis décroche un MBA à Harvard. Il est embauché par Aluminium Limited (l'ancêtre d'Alcan) et s'installe à Montréal. Il quitte tout quelques années plus tard pour aller diriger l'entreprise de sa belle-famille à New York, puis revient à Montréal où il décide de se lancer en affaires. Buanderie à Laval, fonds communs axés sur les pétrolières, il tâte de tout avant de mettre 100$ dans une entreprise qui accumule des données financières sur les entreprises et les revend à des investisseurs. Jarislowsky-Fraser, une firme qui gère aujourd'hui des actifs d'environ 42 milliards pour une large gamme de clients privés et institutionnels, est née.
  5. CO-PRÉSENTÉ PAR LE CENTRE D’ÉCOLOGIE URBAINE DE MONTRÉAL Vendredi 20 septembre + Lundi 23 septembre au Jeudi 26 septembre: 19h00 Samedi 21 septembre et Dimanche 22 septembre: 17h00, 19h00 Le Centre d’écologie urbaine de Montréal s’associe avec le cinéma du Parc pour une grande primeur montréalaise. Le long métrage The Human Scale présentant la philosophie d'intervention de l’architecte danois Jan Gehl sera présenté dans le cadre des activités d’En ville sans ma voiture, le 20 septembre 2013. D’autres représentations sont prévues jusqu’au 26 septembre. À l’approche des élections municipales, le CEUM croit qu'une discussion publique s'impose et que celle-ci doit aborder les enjeux comme l’urbanité, l’aménagement des espaces de vie et de ville. Pour l’occasion, une brochette d’invités de milieu académique, professionnel, associatif et des élus ont été invités à participer à des discussions après chacune des projections du film pour susciter la réflexion sur le thème: Montréal, une ville pour les gens ? 50% de la population humaine vit à l'intérieur de zones urbaines. En 2050, ce chiffre atteindra les 80%. La vie dans les grandes villes est à la fois agréable et problématique. En ces jours sombres, l'humanité fera face à une pénurie de pétrole, de graves changements climatiques, de solitude ainsi que de graves problèmes de santé causés par le mode de vie. Mais pourquoi? AL-JAZEERA DOCUMENTARY FILM FESTIVAL 2013- GAGNANT DU CHILD AND FAMILY AWARD PLANETE DOC, WARSAW 2013 – PRIX GREEN CROSS L'architecte et professeur danois émérite Jan Gehl a étudié le comportement des humains qui vivent dans les villes au cours des quarante dernières années. Il a documenté la façon dont les villes modernes ont des effets néfastes sur l'interaction humaine. Il prétend que des villes peuvent être construites de façon à prendre en considération des besoins fondamentaux de la race humaine, soit l'inclusion et l'intimité. http://www.cinemaduparc.com/prochainement.php?id=humanscale#top